• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 15 avril 2015

LES GRANDS SINGES

Posté par othoharmonie le 15 avril 2015

 

Il existe actuellement deux espèces de chimpanzés : le chimpanzé commun, le plus courant, ou Pan troglodytes, et le bonobo (Pan paniscus), ou chimpanzé pygmée.

 Bonobo-Head

Les chimpanzés sont bien adaptés à la vie arboricole : corps svelte, bras longs et puissants, pouces des mains et des pieds opposables aux autres doigts. Dans les arbres, ils se déplacent le plus souvent à quatre pattes sur les branches. Sinon, ils se suspendent par les mains, avançant chacun des bras alternativement : c’est la brachiation. Le chimpanzé a un mode de locomotion mixte, terrestre et arboricole. La recherche de nourriture s’effectue essentiellement dans les arbres, mais les déplacements supérieurs à une cinquantaine de mètres, pour aller d’un arbre porteur de fruits à un autre, s’effectuent au sol. Mais, même là, la marche bipède est rarement pratiquée, et la course est occasionnelle. Au sol, ils marchent en prenant appui sur leurs pieds posés à plat, et aussi sur le dos des doigts des mains.

Vernon et Frances Reynolds, qui les ont observés en Ouganda, sont d’accord avec Jane Goodall, qui les a étudiés en Tanzanie, pour dire que les chimpanzés passent de 50 à 70 % de leur journée dans les arbres. Ils y font même souvent la sieste (et y passent la nuit, dans des nids).

Les aptitudes sensorielles des chimpanzés sont semblables à celles de l’homme : l’odorat est très peu développé et la vue prédomine. Comme chez tous les primates, les yeux ont une position très antérieure. Ils ont migré, au cours de l’évolution, vers l’avant de la tête, ce qui a permis la vision en relief. En même temps, les parties du cerveau correspondant se sont développées. Les primates diurnes ont aussi acquis la vision des couleurs et celle du relief. Cela aide les doigts agiles des singes à parvenir à des manipulations délicates. Elle est également très précieuse pour évaluer les distances, ce qui est essentiel à des animaux se déplaçant dans les arbres.

Le chimpanzé, comme les autres grands singes, est remarquable par le grand développement de son cerveau. Le volume de la boîte crânienne est d’environ 360 cm3 (500 chez les gorilles ; 1 400 chez l’homme). Mais, le poids relatif du cerveau n’est pas un critère d’intelligence, car, en proportion, le cerveau est plus lourd chez les petits singes que chez les grands. Ce grand développement du cerveau permet au chimpanzé une vie sociale très riche. Il lui permet également de résoudre des problèmes quelquefois complexes, notamment en utilisant des outils.

Le chimpanzé commun a 32 dents, comme les autres singes anthropoïdes et l’homme. Elles sont assez peu spécialisées.

Les incisives ont une forme de spatule, alors que les molaires ont des pointes, ou cuspides, très peu marquées. Ces formes de dents sont liées à leur régime végétarien et à prédominance frugivore, qui ne requiert pas d’adaptation poussée. Pour la même raison, la mâchoire du chimpanzé est peu développée, par rapport à celle du gorille, par exemple.

Le dimorphisme sexuel est peu prononcé : les mâles sont plus grands et plus lourdement bâtis. Ils ont également des canines plus grandes que celles des femelles, qui leur servent lors des combats ; ils peuvent ainsi s’infliger des blessures parfois mortelles. Les femelles qui ont des jeunes avec elles sont beaucoup plus sédentaires que les mâles. Les naissances sont relativement rares, car l’espèce est peu prolifique.

 Quatre ou deux sous-espèces ?

Le chimpanzé commun est lui-même divisé en quatre sous-espèces, qui n’ont pas de nom français. La première, Pan troglodytes troglodytes, la plus courante, a le visage rosé, qui ne devient noir qu’en vieillissant. Ce chimpanzé devient chauve très jeune, et les mâles possèdent une barbe réduite. On le trouve généralement depuis le sud-est du Nigeria à l’ouest du fleuve Congo et de l’Oubangui.

La seconde est Pan troglodytes verus dont la partie inférieure du visage est claire : les mâles possèdent une véritable « barbe » avec des poils plus longs et plus fournis sur la gorge ; leur front se dégarnit avec l’âge. Cette sous-espèce vit en Afrique de l’Ouest, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Ghana, en Guinée et Guinée-Bissau, au Liberia, au Mali, au Sénégal et en Sierra Leone. C’est la plus rare et la plus menacée (environ 15 000).

 

La troisième est Pan troglodytes vellerosus, au Cameroun et au Nigeria.

Enfin, Pan troglodytes schweinfurthi a le visage sombre, des poils denses sur la tête, même chez les vieux individus. On le trouve à l’est de l’aire de répartition de l’espèce, c’est-à-dire au nord du fleuve Congo, de l’Oubangui aux grands lacs. Cependant, comme il existe d’une façon générale de grandes variations morphologiques entre individus, ces quatre sous-espèces restent assez mal définies et des études génétiques récentes suggèrent soit de les réduire à deux clades principaux, P. t. vellerosus en Afrique de l’Ouest et P. t. troglodytes en Afrique centrale et orientale (Gonder et al. 2006), soit que ces variations sont trop infimes pour justifier cette différenciation (Fischer et al. 2006). Mais le maintien de cette division se justifie par les mesures de conservation à prendre pour protéger l’espèce.

Publié dans SINGE | Pas de Commentaire »

L’HOMME ET LES SINGES

Posté par othoharmonie le 15 avril 2015

 

 

On peut se demander si les chimpanzés ont des prédateurs. On n’a jamais vu quiconque les attaquer. Cependant, les observations d’Adriaan Kortland ont montré quelle réaction de panique une panthère – même empaillée – était capable de déclencher chez eux ; donc les prédateurs de chimpanzés sont à rechercher parmi les plus gros animaux de la forêt. Outre la panthère, il est possible que des serpents ou des gros rapaces s’attaquent aux chimpanzés, surtout aux jeunes, quand ils sont laissés un moment sans surveillance. Dans la nature, on n’a jamais observé de réaction très violente lorsqu’un chimpanzé a croisé quelque animal que ce soit, ce qui tend à prouver qu’il n’y en a aucun qui soit très craint par eux. En fait, comme pour beaucoup d’espèces animales, le premier ennemi du chimpanzé est sans conteste… l’homme.

 affen_xenius_br

Le chimpanzé est plus proche de l’homme que n’importe quel autre grand singe vivant aujourd’hui. À l’échelle de l’évolution, les primates sont récents. Alors que les mammifères existent depuis au moins 200 millions d’années, les ancêtres des singes ne sont apparus qu’au début de l’ère tertiaire, il y a environ 60 millions d’années. D’Amérique du Nord ils se sont répandus en Europe, en Asie, en Afrique, et enfin en Amérique du Sud, mais plus tard. Les premiers primates n’avaient pas grand-chose à voir avec l’homme. Ils descendaient des insectivores (aujourd’hui : hérissons, musaraignes, taupes) et ressemblaient plutôt à l’actuel tupaïe (sorte d’écureuil au museau allongé, qui forme une classe à part, à mi-chemin entre les insectivores et les primates), ou au microcèbe, lémurien qu’on trouve à Madagascar et qui ressemble à une grosse souris.

Les primates actuels sont répartis en deux groupes : les prosimiens, primates inférieurs très répandus à Madagascar, et les simiens, les singes proprement dits.

Parmi ceux-ci, les grands singes, ceux qui ressemblent le plus à l’homme, sont appelés singes anthropomorphes ou anthropoïdes. Ce sont le chimpanzé, le gorille, le gibbon et l’orang-outang. Ils se sont différenciés encore plus tard, à la fin du tertiaire, il y a 20 millions d’années. On a retrouvé de nombreux fossiles de ces ancêtres, en Europe, et surtout en Afrique, qui est le berceau de l’homme. Ils ont pour nom pliopithèque, limnopithèque, ou, plus proche de nous, kenyapithèque, qui vivait il y a 10 millions d’années au Kenya.

En ce qui concerne l’ancêtre du chimpanzé, on se perd en conjectures pour savoir si c’est le singe fossile, trouvé lui aussi au Kenya et appelé « Proconsul » (il date de 20 millions d’années ; c’est Hopwood, en 1933, qui l’a décrit ; aujourd’hui, on dit plus volontiers le Dryopithecus africanus) ou bien un autre Dryopithecus, mais pas africain, celui-là, puisqu’on l’a trouvé en Europe. Cet ancêtre européen date d’ailleurs sensiblement de la même époque.

Aujourd’hui, tous les grands singes ont une aire de répartition restreinte : on ne les trouve que dans les grands massifs forestiers équatoriaux, qui rétrécissent dangereusement, en Afrique comme en Asie. Voilà pourquoi les chimpanzés, hôtes d’élite des forêts africaines, diminuent de jour en jour. Jusqu’à l’extinction ?

L’homme a toujours été fasciné par le chimpanzé, un singe plus proche encore de lui que le gorille. Il a voulu se l’approprier comme animal de compagnie, de cirque ou de laboratoire. Heureusement, la concertation internationale a mis en place des mesures pour sauver ce parent si cher.

Depuis 1969, il est totalement interdit de chasser le chimpanzé, pour le consommer ou le revendre. Il faut savoir que les exportations d’animaux sont particulièrement meurtrières : seuls les jeunes individus sont capturés, mais, pour ce faire, il faut d’abord tuer la mère et souvent plusieurs autres animaux du groupe. Ensuite, le stress intense s’ajoute aux conditions de transport souvent déplorables, si bien que la plupart des animaux expédiés meurent avant, ou peu de temps après leur arrivée. Ainsi, l’Institut Pasteur de Guinée a exporté 700 chimpanzés entre 1917 et 1960. On estime que cela représente en fait la mort de 3 000 à 4 000 chimpanzés !

Les mesures d’interdiction sont difficiles à appliquer et n’empêchent pas le trafic clandestin.

Publié dans SINGE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello