Le Renard TOTEM : le Camouflage, la Ruse

Posté par othoharmonie le 18 mars 2017

.

Le Renard est un canidé plutôt petit. Le plus connu est le Renard roux. Il a des cousins en arctique (le Renard Arctique, Ysatis, est blanc rosé) et aussi dans le désert africain (le Fennec). Il a de grandes oreilles qui luis sont utiles pour chasser. Sa méthode de chasse préférée est de rester immobile, oreilles aux aguets dans un champs ou près de buissons, et de sauter sur sa proie en la clouant au sol. Il vit en petite famille nucléaire.

S’il semblait monogame, restant en couple pour la vie, de récentes recherches penchent plus vers une bigamie de la part de la femelle. Dans une île du grand nord, on a pu observer une composition intéressante de la « famille ». La femelle avait un mâle avec lequel elle s’accouplait et un autre mâle avec lequel elle partageait le terrier et qui l’aidait à ramener de la nourriture et protéger les petits. La mère reste dans le terrier jusqu’à ce que les petits commencent à ramper, pendant que le mâle ramène la nourriture. Celui-ci n’est pas autorisé à rentrer dans le terrier aussi longtemps que les petits ne rampent pas. Les deux parents s’occupent ensemble des petits.

le renard chez francesca

C’est un animal joueur. Il est carnivore de préférence, mais en cas de besoin mangera aussi des baies. S’il est associé à la ruse en Europe (il trouve toutes sortes de moyens pour pénétrer le poulailler), pour les Amérindiens il représente plutôt la discrétion. Il se montre rarement, il se déplace silencieusement, ses traces sont légères sur le sol. Son pelage le camoufle bien, il peut rester très immobile, attendant le bon moment pour sauter sur sa proie : il en devient presque invisible. Si votre totem est le Renard, alors vous êtes plutôt discret, à l’affût des occasions qui peuvent se présenter à vous. Vous êtes prêt à défendre votre territoire mais vous aimez mieux le marquer comme il faut (c’est à dire avoir de bonnes frontières) plutôt que d’avoir à vous battre.

Vous êtes possiblement timide et réservé et ne chercher pas à prendre les devants. Vous recherchez la sécurité du terrier, du nid familiale et de la relation d’entraide avec votre partenaire. Vous êtes adaptable, capable de subvenir à vos besoins, avec une alimentation variée. Vous aimez prendre soin des autres de toutes sortes de façons sans forcément chercher à être reconnu, ce faisant. Il y a en vous une humilité naturelle, un désir de jeu, un besoin de complicité.

L’habileté à se fondre dans le milieu qui l’entoure et d’y devenir invisible. Il représente la Diplomatie, la Ruse. Grâce à lui, vous saurez à quel moment sortir au grand jour et vous faire entendre, et à quel moment vous taire et garder vos idées secrètes. Il comprend aussi l’adaptabilité, l’astuce, la capacité d’observer, de s’intégrer ainsi que la rapidité dans la pensée et l’action. Renard est un animal très futé, qui sait être très discret.

Il est très rapide, efficace, et attentionné pour sa famille. Les personnes qui ont l’énergie de Renard sont d’excellents observateurs. Ils se fondent dans leurs entourages, et savent très bien se dissimuler. Les gens qui voyagent beaucoup, peuvent se munir d’un talisman de Renard. Renard est souvent associé à la figure du farceur ou de l’arnaqueur, mais, comme animal totem, il peut également se présenter comme un maitre rusé qui montre la voie pour dépasser les obstacles de votre quotidien. Si vous vous laissez inspirer par la sagesse de Renard, vous pouvez être appelé à utiliser ou développer une capacité de réflexion rapide et votre sens d’adaptation.

Sensible, parfois malin et rusé, cet animal est un excellent guide lorsque vous faites face à des situations délicates. Les significations symboliques associées au Renard sont : sensibilité développée physique ou mentale ; l’art de voir à travers la tromperie ; faire preuve de discernement ; aptitude à trouver votre chemin malgré les détours ; rapide à réagir dans les situations difficiles ; affinité avec les activités nocturnes et le travail sur les rêves.

Vos qualités principales : la rapidité, le sens de l’anticipation et de la débrouillardise. Vous trouvez toujours le moyen de retomber sur vos pattes, sans jamais paniquer ni broyer du noir. Confiant en vous-même, vous vous sentez à l’aise avec toutes sortes de gens ; jovial, enthousiaste et toujours partant pour vous lancer dans de nouveaux projets, personne ne peut vous arrêter. Mais vous n’avez aucun état d’âme à laisser les autres sur le bord du chemin et à continuer sans eux. Convaincu que « quand on veut, on peut », vous avez naturellement une âme de chef.

 Que ce soit au boulot ou parmi vos amis, vous êtes souvent celui qui organise, planifie, décide et qui fait accepter aux autres… encore faudra-t-il que vous preniez le temps de leur expliquer le pourquoi et le comment de vos décisions, sans quoi ils pourraient vous trouver un brin despotique ! Actif, parfois agité, vous vous épanouirez dans les métiers de contact, surtout ceux demandant de fréquents déplacements à l’étranger.

le renardVous pourrez aussi vous lancer dans une activité physique : sport, bien sûr, mais aussi théâtre ou secourisme, peuvent parfaitement vous convenir. Vos amours seront parfois chaotiques, mais vous finirez par vous stabiliser dans une relation probablement atypique (chacun son appart, chacun sa vie), qui vous conviendra à tous deux. Lorsque Renard apparaît dans votre vie comme animal totem, il encourage une prise d’action rapide. Vous pourriez être appelé à prendre des décisions d’une manière qui montre votre adaptabilité et votre capacité à vous déplacer rapidement malgré les obstacles et résistances que vous rencontrez.

Être inspiré par Renard, cela peut aussi signifier travailler à l’amélioration de vos aptitudes mentales et de leur finesse : intelligence analytique, pouvoir de déduction ou d’observation peuvent entrer en jeu avec plus de force dans la façon dont vous traitez les questions quotidiennes ou des projets importants. Ce totem peut également vous encourager à aiguiser votre vigilance attentionnelle et physique ainsi que votre temps de réaction. Renard est connu pour se faufiler dans les jardins, en particulier les poulaillers, et repartir avec son butin sans se faire attraper. Caractérisé par son esprit rusé, cet animal a acquis l’image d’un filou dans un bon nombre d’histoires et de cultures. Lorsque Renard apparaît dans votre vie, cela peut signifier que vous devez faire attention à des personnes ou circonstances qui pourraient être trompeuses et qui vous incitent à aller dans une voie qui n’est pas nécessairement la meilleure pour vous.

Cet animal totem vous invite à être plus exigeants dans la transparence de vos relations, que ce soit en affaires ou en amitié ou dans les choix que vous faites dans votre vie. En suivant la sagesse de Renard, vous êtes encouragé à observer les domaines de votre vie où vous être amené à faire des choses à votre insu ou contre votre plein gré. À vous d’utiliser davantage de discernement dans vos décisions et dans vos actions. Renard, comme guide spirituel, offre de bons enseignements sur la manière de contourner les obstacles au lieu de les affronter. Vous découvrirez que vous pouvez adopter une nouvelle perspective ou faire preuve de plus d’intelligence au sujet de la façon dont vous gérez les endroits de résistance dans votre vie ou vos projets.

Germaine Dieterlen nous dit du Renard : « Indépendant et satisfait de l’être ; actif, inventif mais en même temps destructeur ; audacieux mais craintif ; inquiet, rusé et pourtant désinvolte, il incarne les contradictions inhérentes à la nature humaine ». On peut considérer Renard comme un double de la conscience humaine. Les Chinois disent qu’il est le seul animal à saluer le lever du Soleil : il plie les pattes de derrière, allonge et joint les pattes de devant et se prosterne.

 Lorsqu’il a fait cela durant plusieurs années il est capable de se transformer et de vivre parmi les hommes sans que ces derniers s’en aperçoivent. Un peu partout dans le monde, on a fait du Renard un Don Juan. En Extrême Orient on croit qu’il est en possession de l’élixir de vie ou qu’il est à l’origine de possessions démoniaques. Dans certaines contrées, on lui confère un rôle de succube et d’incube. On dit que la nuit il se transforme en éphèbe pour tenter les femmes, et en femme pour attirer les hommes. Au Japon, le Goupil est symbole de fertilité et compagnon d’Inari, divinité de l’abondance. Des hommes d’affaires et commerçants ont chez eux un petit autel consacré au Renard, censé protéger leur commerce. Pour les Natifs de Californie Centrale, le Renard Argenté est considéré comme un héros créateur. En Sibérie, souvent représenté sous la forme de Renard Noir, il est messager des enfers et attire les héros de légende vers le monde d’en dessous. Dans la Chine Ancienne le Renard à Neuf Queues était un monstre anthropophage, mais qui pouvait protéger des maléfices. Le Renard est un animal futé, qui sait être discret.

Il est très rapide et attentionné pour sa famille. Les personnes qui ont l’énergie du Renard, sont de fins observateurs ; ils se fondent dans leur entourage. Ils savent très bien se dissimuler. Les gens qui voyagent beaucoup, peuvent se munir d’un talisman de Renard. Il représente la Diplomatie, la Ruse. Grâce à lui, vous saurez à quel moment sortir au grand jour et vous faire entendre, et à quel moment vous taire et garder vos idées secrètes.

Le symbolisme du Renard s’avère important et très varié selon les civilisations. Pour la sagesse africaine, le Renard incarne les contradictions inhérentes à la nature humaine : il est actif, inventif… et en même temps destructeur, audacieux ; on le sait craintif, inquiet et rusé… mais désinvolte. Réfléchissant, comme un miroir, les ambivalences de l’homme, Renard se présente comme un double de la conscience humaine ; il révèle à l’individu ses pensées les plus intimes, ses plus profonds désirs, et lui fait prendre conscience de la responsabilité de ses actes. L’aspect le plus important révélé par le Renard à l’être humain est lié à son comportement émotionnel. L’individu Renard se protège particulièrement dans le domaine relationnel en se repliant sur lui-même et en se coupant des autres par peur du rejet, du manque d’amour ou de l’abandon.

Le Renard peut se duper lui-même en se convainquant de son peu d’estime de lui qui, selon lui, dépend du fait qu’il est né ordinaire et qu’il continue de mener une vie ordinaire. Avec Renard comme animal totem, vous pouvez être guidé et recevoir des leçons d’une manière qui peut être ressentie comme un défi, ou même parfois par le biais d’une farce ou d’une tromperie.

Pour tirer le meilleur parti de la sagesse du Renard, il est important de garder un bon sens de l’humour et de prendre ses leçons avec un peu de recul. L’esprit de Renard est d’un grand soutien pour développer votre capacité à trouver des solutions plus claires et intelligentes à vos problèmes. Faites appel à ce totem lorsque vous vous sentez perdu et avez besoin d’aide RENARDpour trouver votre voie. Renard, comme animal totem, vous demande d’apprendre à rester vous-même et à exprimer ce que vous ressentez profondément, quel que soit l’environnement extérieur… à ne plus agir selon ce que vous dicte votre mental, mais à vous mettre à l’écoute de votre cœur et de votre intuition. La maîtrise émotionnelle s’avère une étape importante de votre évolution.

Après transformation, autocréation, votre énergie émotionnelle vous donne la faculté de percevoir la réalité au-delà de l’apparence, de relier l’invisible au visible, le monde spirituel au monde matériel. Si vous croisez le Renard, soyez attentif à son message… Prenez-vous trop de place? Votre Ego est-il en train d’enfler ? Avez-vous besoin de soins ? De sécurité ? Êtes-vous bien attentif aux occasions qui se présentent ? Vous livrez-vous à des commérages ? Essayez la discrétion, voire l’invisibilité pendant quelques temps.

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Le renard analysé par Esope

Posté par othoharmonie le 6 mai 2012

Le renard analysé par Esope dans RENARD 9782261400904Du Renard qui a perdu sa queue.
  Un Renard tomba dans un piège, et s’en retira, mais ce ne fut qu’après y avoir laissé sa queue pour gage. Il en était au désespoir ; car le moyen de se montrer aux autres ainsi écourté, sans exciter leurs risées ? Pour s’en garantir, que fait-il ? Il se met en tête d’avoir des compagnons ; ensuite il assemble les Renards, leur conseille en ami, disait-il, de se défaire de leurs queues ; elles embarrassaient beaucoup plus qu’elles n’ornaient ; ce n’était qu’un poids fort superflu. En un mot, une queue ne servait, à l’entendre, qu’à balayer les chemins. Il eut beau le remontrer, on le hua dans toute l’assemblée.  » Ami, lui dit un vieux Renard, j’ignore ce qu’on pourrait gagner à se passer d’une queue ; mais ce que je sais certainement, c’est que tu ne m’en aurais jamais fait observer l’inutilité, si tu avais encore la tienne »

Analyse des Fables d’Esope

 

 

Du Renard et du Chat.

 Dans une dispute que le Renard eut avec le Chat, il se vantait d’être le plus rusé de tous les animaux, et de mettre lui seul plus de finesses en pratique que tous les autres ensemble. Le Chat lui répondit qu’il n’en savait pas tant, mais qu’il avait de bonnes griffes ; que son agilité lui tenait lieu de finesse, et le tirait de toutes sortes d’embarras. Lorsque le Renard s’apprêtait à lui répliquer, on entendit tout à coup plusieurs Chiens aboyer, et qui venaient fondre sur eux. Le Chat, sans marchander davantage, grimpa promptement sur un arbre, où il demeura en sûreté ; mais le Renard qui ne put se sauver si vite, fut pris et dévoré par les Chiens, malgré toutes ses finesses.

Analyse des Fables d’Esope

 

  BARSEPA - bambou

Du Renard et du Chat.

 Un Renard tombé par hasard dans un puits, était sur le point de se noyer, lorsqu’il aperçut un Loup sur le bord du puits. Il le pria très instamment de l’assister dans ce péril extrême, et de lui jeter une corde pour le tirer de ce puits. Le Loup plaignant sa disgrâce, lui fit plusieurs questions pour savoir comment ce malheur lui était arrivé.  » Ce n’est pas maintenant le temps de discourir, répliqua le Renard ; quand tu m’auras tiré d’ici, je t’expliquerai à loisir toutes les circonstances de cette aventure. « 

Analyse des Fables d’Esope

 

 BARSEPA - bambou

Du Renard et du Bouc.

 Le Renard et le Bouc pressés de la soif, descendirent dans un puits. Après qu’ils se furent désaltérés, ils cherchèrent les moyens d’en sortir. Le Renard ayant rêvé quelque temps, dit au Bouc qu’il avait trouvé un bon moyen pour se tirer d’embarras l’un et l’autre.  » Il faut te dresser sur les pieds de derrière, et appuyer les deux cornes de devant contre le mur ; je grimperai aisément le long de ton dos ; et quand je serai hors du puits, je te donnerai du secours pour en sortir après moi.  » Le Bouc approuva la proposition du Renard, et se mit en posture pour lui faciliter la sortie. Mais quand le Renard se vit en assurance, il se mit à sauter de tous côtés, sans se soucier de l’embarras où était le Bouc, qui lui reprochait son indifférence et sa mauvaise foi, puisqu’il n’accomplissait pas les conditions de leur traité.  » Mon ami, lui dit le Renard en l’insultant, si tu avais autant d’esprit et autant de bon sens que de barbe, tu ne serais pas descendu dans ce puits, sans avoir auparavant songé aux moyens d’en sortir. « 

 

Analyse des Fables d’Esope

 BARSEPA - bambou

 

Le Renard trahi par le Coq.

 Un Paysan outré de dépit de voir ses poules égorgées par un Renard, lui tendit des pièges, et le prit. Le Coq seul fut le témoin de sa disgrâce. Le Renard le pria très instamment de lui apporter des ciseaux pour couper les filets, ou du moins de ne pas avertir son Maître qu’il était pris, jusqu’à ce qu’il eût rongé les cordons avec ses dents. Le Coq lui promit sur-le-champ de faire l’un et l’autre, quoiqu’il ne fût pas dans la résolution de lui tenir parole. En effet, il courut vers son Maître, et lui dit que le Renard avait donné dans le piège. Le Paysan prit une massue pour en assommer le Renard, qui voyant venir de loin son ennemi :  » Que je suis malheureux ! s’écria-t-il, ai-je dû me flatter que le Coq me serait fidèle, après lui avoir égorgé tant de femmes ? « 

Analyse des Fables d’Esope

 

 BARSEPA - bambou

Du Renard voulant tuer une Poule sur ses oeufs.
Un Renard entré dans la maison d’un paysan trouva au nid une Poule qui couvait. Elle le pria en ces termes :  » Ne me tue pas pour le moment, je t’en supplie. Je suis maigre. Attends un peu que mes petits soient éclos. Tu pourras les manger tendres et sans dommage pour tes dents.  » Alors le Renard :  » Je ne serais pas digne, dit-il, d’être un Renard si, maintenant que j’ai faim, dans l’attente de petits qui sont encore à naître, je renonçais à un manger tout prêt. J’ai des dents solides capables de mâcher n’importe quelle viande, même la plus dure.  » Là-dessus il dévora la Poule. Cette fable montre que c’est être fou que de lâcher, dans l’espoir incertain d’un grand bien, un bien présent.

Analyse des Fables d’Esope 

9782745944580-couverture_tailleNormale dans RENARD

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

M. Renard

Posté par othoharmonie le 4 février 2012

 Lycalopex sechuraeRenard est un terme ambigu qui désigne le plus souvent en français certains canidés du genre Vulpes, proches du loup et du chien. Mais, par similitude physique, le terme est aussi employé pour désigner des canidés appartenant à d’autres genres, comme Cerdocyon, Otocyon, Lycalopex et Urocyon. L’appellation renard n’est donc pas un nom normalisé.

 Jusqu’à la fin du XIXe siècle, et encore dans de nombreux dialectes français, cet animal est appelé un goupi. Le terme actuel de « Renard », pour désigner l’animal, n’est autre qu’un prénom donné à un « goupil » dans le Roman de Renart. Au centre de ce recueil d’histoires imaginaires, le goupil Renart est très rusé et les tours qu’il joue aux autres animaux et aux humains ont rendu le personnage très populaire (on disait : « malin comme Renart »). De ce fait, son prénom s’est progressivement substitué au terme goupil comme substantif.

 Renard a été graphié renart jusqu’au milieu du XVIe siècle. Le nom propre est un anthroponyme d’origine germanique : Raginhard, composé des éléments ragin « conseil » cf. Renaud, et hard « dur » cf. suffixe français -ard. Il a pour équivalent le prénom allemand Reinhard.

 Le mot goupil procède de manière régulière du bas latin *wulpiculus, lui-même dérivé du latin populaire vulpecula (petit renard), diminutif de vulpes (renard) en latin classique, avec influence germanique sur l’initiale d’où le [w], puis passage à [gw] et [g]. Le terme latin provient probablement du grec λώπηξ (alốpêx), si l’on supM. Renard dans RENARD 320px-Otocyon_megalotis_%28Namibia%29pose la présence d’un ϝ initial (ϝαλώπηξ) 

  • Le renard est un « canidé ».
  • Le petit du renard est le « renardeau ».
  • La femelle du renard est la « renarde ».
  • Le renard « glapit ».
  • Le renard pratique le « mulotage » pour chasser.
  • Les excréments du renard sont des « laissées ».

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Renard et mulotage

Posté par othoharmonie le 4 février 2012

Renard et mulotage dans RENARD 350px-MulotageLe mulotage est une technique de chasse utilisée par les renards.

 Elle consiste à sauter à pieds joints et à retomber pattes en avant sur sa proie (généralement un rongeur).

 La période des moissons ouvre au renard des perspectives alléchantes. Lorsque les champs viennent d’être fauchés, leurs habitants deviennent bien plus faciles à repérer. C’est à l’oreille, qu’il a particulièrement fine, que le carnivore localise sa victime. Puis, d’un coup, il s’élance en l’air. Un bond prodigieux qui le fait retomber exactement sur sa proie qu’il immobilise avec ses pattes de devant. Le mulot tombe sur le sol et le renard peut s’emparer de sa proie.

 

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Renard des sables

Posté par othoharmonie le 3 février 2012

Le fennec (Vulpes zerda) ou renard des sables (Vulpes zerda)  du Sahara est une espèce de mammifères omnivores de la famille des canidés, cousin du renard.

 Renard des sables dans RENARD 250px-Fennec_foxIl a de très longues oreilles (pouvant mesurer jusqu’à dix centimètres), un nez assez long, de longues moustaches. On le surnomme renard de poche, du fait de sa toute petite taille. C’est en effet le plus petit des canidés qui existe sur la Terre. Il mesure de 20 à 40 cm. Son poids moyen est de 1,7 kg contre 6 pour un renard normal. Sa taille moyenne est d’environ 20 cm (+ 15 cm quand on y ajoute les oreilles). Il a un pelage allant du brun pâle à presque blanc et ressemble beaucoup au renard auquel il est apparenté, hormis ses oreilles dressées, chacune aussi grande que la face. Sa queue touffue est longue de 18 à 30 cm.

 Les fennecs sont des animaux qui s’accouplent pour la vie. La maturité sexuelle est atteinte aux environs des 9 mois. En général, les accouplements ont lieu entre janvier et février pour des portées qui naîtront entre mars et avril. Le fennec mâle est souvent agressif et protecteur avec sa femelle. Il lui fournit de la nourriture durant sa période de grossesse et de lactation. La gestation dure en général entre 50 et 52 jours. Le fennec peut avoir jusqu’à cinq petits par portée mais il en a le plus souvent deux à quatre

 La nuit, les longues oreilles du fennec lui permettent d’entendre les plus petits bruits que font ses proies, ce qui lui permet de ne pas faire de longues recherches inutiles dans le désert. Le fennec est un redoutable chasseur, rusé et véloce. Il est parfaitement adapté au climat aride, ses oreilles très vascularisées et très grandes comparées à celles du renard sont des éléments refroidissants. Les poils sous ses pattes lui permettent de ne pas glisser sur le sable et  Vulpes zerdad’approcher ses proies en silence. Le jour, la température du sable est de 70 °C à la surface. Mais le fennec peut creuser jusqu’à deux mètres de profondeur, ramenant ainsi la température aux environs de 30 °. La surface plantaire du fennec est couverte de poils épais qui le protègent de la chaleur du sable. Le fennec creuse très rapidement et, quand il est poursuivi, il se cache dans le sable. Son terrier est tapissé d’un ensemble de matériaux moelleux tels que fourrure ou plumes. Le fennec dort généralement le jour et sort la nuit chercher sa nourriture. Lorsqu’un vent de sable se lève, les petits fennecs cherchent un abri auprès de leurs parents qui les dissimulent parfois sous leur longue queue touffue. Lorsqu’il rencontre une femelle de son espèce, il la capture pour s’accoupler avec celle-ci.

 Le fennec est omnivore. Il se nourrit essentiellement de souris, de petits oiseaux, de lézards, de poissons de sable (Scincus scincus) ou d’insectes, et complète ce régime avec des fruits. Le fennec s’abreuve parfois dans des points d’eau, bien qu’il semble que cela ne soit pas nécessaire. La capacité des fennecs à se passer d’eau pour des durées indéterminées résulte de leur adaptation à leur habitat désertique et de leur régime alimentaire : certains insectes figurant au menu du fennec sont constitués à 70 % d’eau. De plus, le système rénal du fennec concentre bien davantage les urines que ne le fait celui de l’homme, ce qui a pour effet une élimination maximale de déchets pour un minimum de perte d’eau.

 Le fennec habite les déserts du nord de l’Afrique, allant du Maroc aux abords de l’Arabie saoudite. La plupart des fennecs peuplent l’Algérie. L’habitat du fennec est un terrier, creusé dans le sable ou dans de petites grottes. On peut le retrouver dans les steppes.

  Loup grisLa vente des jeunes fennecs aux européens amateurs d’exotisme est désormais interdite. Le trafic n’en continue pas moins frauduleusement étant toujours un animal de compagnie recherché. Pour le plus grand malheur de ces animaux : la différence de température entre le Sahara et l’Europe provoque un trouble de la thyroïde chez l’animal.

 Le fennec est la mascotte de l’équipe de football de l’Algérie. Le onze algérien s’appelle les Fennecs. Il est aussi un totem puissant pour les habitants du sud de l’Algérie. Il est celui qui chasse les nuisibles.

 Cet animal ne pouvant vivre que dans l’aridité du désert, montre un attachement à cette terre, il est donc normal qu’il ait été choisi comme symbole de patriotisme et de nationalisme.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Renard polaire

Posté par othoharmonie le 3 février 2012

  Vulpes lagopusLe renard polaire, renard arctique ou renard isatis (Vulpes lagopus ou Alopex lagopus), est un renard natif des régions arctiques qui comprend au moins quatre sous-espèces et qui a fait l’objet d’élevages pour ses fourrures durant l’entre-deux-guerres.

 La répartition contemporaine est circumpolaire, mais il semble, au vu des ossements trouvés par les paléontologues, que dans les millénaires qui ont suivi la dernière glaciation, il ait pu vivre avec le renard roux jusqu’en Belgique et en France, avec le lion des cavernes et les hyènes, voire des fennecs, durant notre préhistoire.

 Les renards polaires sont donc présents actuellement dans l’ensemble de l’Arctique, à savoir au Groenland, en Russie, au Canada, en Alaska, au Svalbard, en Islande et dans les Alpes scandinaves. Le statut de conservation du renard polaire à l’UICN est bon (préoccupation minimale), à l’exception de la Scandinavie. Le renard polaire est par ailleurs le seul mammifère natif d’Islande. Il est venu sur cette île isolée de l’Atlantique Nord à la fin de la dernière glaciation en marchant sur la mer gelée.

 Renard polaire dans RENARDLe nombre de renards polaires tend à varier dans un cycle correspondant à la population de lemmings, l’une de leur principale proie. En revanche, comme les renards se reproduisent très rapidement et meurent souvent jeunes, ils sont peu sensibles aux effets de la chasse. Ils ont toutefois été exterminés de plusieurs zones où les humains se sont établis.

 Le renard polaire est en train de perdre du terrain au profit du renard roux, plus grand. Historiquement, le loup gris a maintenu la population du renard roux à un niveau assez bas. L’extermination du loup gris dans de nombreuses régions a permis à la population de renards roux de grandir et ces derniers ont repris la niche du grand prédateur. Dans certaines régions du nord de l’Europe, des programmes autorisent la chasse du renard roux dans les anciennes zones de peuplement des renards polaires.

 Plus petit que son cousin le renard roux, il mesure entre 50 cm et 1m et pèse environ 5 kg. Ses oreilles sont plus petites et son museau est plus court que celui du renard roux.

 Sa fourrure lui permet de limiter la déperdition thermique, un atout qui lui est vital étant donné son environnement 320px-Alopex_lagopus_summer_coat dans RENARDpolaire. Sa fourrure blanche en hiver lui permet de mieux se fondre dans le décor neigeux de son habitat. En été, son pelage est brun foncé. Il se sert de sa longue queue pour recouvrir son museau et ses pattes lorsqu’il dort. Son espérance de vie en liberté et de 10 a 15 ans. Il se nourrit essentiellement de petits animaux comme les lemmings ou les lièvres polaires, les oiseaux et leurs œufs. Il s’approvisionne aussi sur les carcasses de phoques et de rennes laissées par les ours blancs et les loups.

 La période de reproduction du renard polaire va de début septembre à début mai. Ils forment des couples monogames durant cette période. La période de gestation dure 52 jours. Les portées sont en moyennes de 6 à 7 renardeaux, mais peuvent monter jusqu’à 11. Le mâle et la femelle participent à l’éducation des renardeaux dans un terrier. Les femelles quittent ensuite la famille pour former leurs propres groupes, tandis que les mâles restent avec la famille.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Les renards

Posté par othoharmonie le 3 février 2012

Les points communs des différents genres de canidés usuellement rassemblés sous le nom renard sont : 

  • un museau allongé,
  • des oreilles dressées,
  • une petite taille (60 à 75 cm pour le corps, et 35 à 50 cm pour la queue),
  • un poids d’environ 6 kg.

  Vulpes rueppelliiLe pelage du renard est généralement brun-roux, mais cela peut varier du beige au brun et au roux vif. Ses oreilles dressées sont noires en arrière et sont plus grandes que celles du renard polaire. La queue est longue et touffue et généralement blanche au bout. Le tour de la gueule et la gorge sont souvent blancs mais la gorge peut varier au gris. Au début du printemps, il perd ses poils d’hiver. Ils apparaissent d’abord en bas des pattes puis apparaissent sur le corps, sur les flancs en juillet et sur la queue et le corps en fin août. Au début de l’hiver, le pelage s’épaissit.

 Les renards vivent généralement entre 2 et 3 ans, mais leur espérance de vie peut aller jusqu’à 10 ans et même plus, lorsqu’ils sont en captivité.

 Les renards sont des vecteurs de la trichinose ou de l’échinococcose alvéolaire, maladie qui peut se révéler mortelle chez l’homme. Il faut souligner que cette pathologie se découvre plusieurs années après l’avoir contractée : certaines personnes sont mortes car on croyait à un cancer du foie. Ces maladies sont transmises par la salive ou les excréments des carnivores porteurs ou par ingestion d’aliments souillés par eux.

  Lycalopex culpaeusPour chasser, les renards bondissent sur leur proie et la plaquent au sol. Cette pratique s’appelle le mulotage.

 En revanche l’habitat ou les données biologiques et comportementales peuvent varier selon les espèces. Pour plus de détails, il convient de se renseigner sur chaque espèce de renard en particulier.

 Le renard est un terme recouvrant de nombreuses espèces mais, dans l’imaginaire populaire, il évoque surtout le renard commun ou renard roux. C’est une figure culturelle ancestrale, présente dans tous les domaines, tant symboliques ou folkloriques qu’artistiques.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Symbolisme du Renard

Posté par othoharmonie le 3 février 2012

La symbolique du renard est vaste et associe généralement cet animal à la flatterie, au mensonge, à la malice et à la ruse. De nombreux peuples ont remarqué les mœurs rusées du renard et les traduisent de manières différentes dans leurs récits mythologiques.

 En Europe

Symbolisme du Renard dans RENARD 200px-ReinekeDans l’imaginaire européen, le renard est associé à la flatterie, au mensonge, à la malice et à la ruse. Chez les peuples du nord de l’Europe, le renard est l’un des animaux emblématiques de Loki, dieu scandinave du feu et de la malveillance. Par ailleurs, Renarde semblerait recouvrir une Dise Matrone du Rhin. Selon certaines sources, il aurait guidé Orphée dans sa descente aux Enfers. Le renard est aussi le symbole des habitants de la ville grecque de Messène. (voir Créontadiès).

 Dans la mythologie grecque, le renard de Teumesse est une créature fantastique rattachée au cycle thébain.

 L’enfant au renard est une anecdote rapportée par Plutarque et qui devient très populaire dans l’Antiquité comme symbole des rigueurs de l’éducation spartiate : l’enfant préfère se laisser dévorer les entrailles plutôt que d’avouer le vol d’un renardeau qu’il cache dans son manteau.

 En Amérique

220px-Fox0290 dans RENARDSon nom espagnol « zorro » est aussi celui d’un célèbre justicier masqué héros de nombreuses fictions.

 En Asie

Dans de nombreux pays d’Orient (Chine, Iran, Japon, Mongolie), c’est un personnage double : dans le folklore chinois, la femme-renarde est décrite comme tantôt bienveillante, tantôt malfaisante.

 Dans le folklore japonais le renard incarne l’esprit du mal. Tous sauf un, Inari, qui accompagne la divinité de l’agriculture. On dit que les renards japonais ont adopté certaines mœurs des humains, en particulier celles concernant le mariage. Les kitsune (renards) sont rusés, jouent des tours et sont doués de pouvoirs magiques, comme de se transformer en femme-renarde. N’importe quel kitsune est censé être capable de changer de forme quand il atteint un âge avancé (souvent une centaine d’années), et ses pouvoirs ne cessent de croître avec le temps. Parallèlement, de nouvelles queues lui poussent, et il peut devenir un renard à neuf queues.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Maître renard

Posté par othoharmonie le 3 février 2012

Un renard
Le renard, dont la description physique est superflue, personnifie, du point de vue moral, la ruse et la circonspection dans le monde animal, cette réputation n’est pas absolument justifiée, car le renard la doit surtout à sa physionomie et à l’acuité de ses sens. Pour le chasseur, cette réputation, jointe à celle que le renard s’est acquise comme destructeur de gibier et de volaille, a fait de « Maître Goupil » un ennemi que l’on cherche à anéantir par tous les moyens. Bien que cette réprobation soit en partie fondée, elle est cependant très exagérée. Le régime du renard varie suivant les saisons, les régions, et aussi suivant les individus. Pendant la plus grande partie de l’année, il se nourrit surtout de mulots, de campagnols, de souris, mais aussi de grenouilles, d’insectes (de bousiers principalement), d’écrevisses, d’escargots, voire de charognes. Il adjoint à ce menu des oeufs, des oiseaux, des fruits et, lorsque l’occasion se présente, des pièces de gibier. A l’époque de la reproduction, les choses vont tout autrement obligé de subvenir aux besoins de sa famille, il s’empare de la volaille jusque dans les cours de ferme. Outre les lapins et les lièvres, il capture faisans et perdreaux et s’attaque même aux chevrillards, malgré les coups de pied que lui prodiguent les chevrettes, et dont il est parfois la victime. Lorsqu’une épaisse couche de neige recouvre le sol, il poursuit parfois les chevreuils adultes, qui se blessent sur la croûte gelée, il finit par les rattraper et les dévore tout vivants.
 Durant la nuit, et quelquefois de jour, les renards se groupent par deux – soit deux camarades, soit un mâle et une femelle – pour chasser : tandis que l’un d’eux suit le lièvre ou le lapin en donnant de la voix, l’autre se tient en embuscade à un carrefour ou dans une coulée propices.
 Il est indéniable qu’une chasse où il y a beaucoup de renards subit un gros préjudice, mais, lorsqu’il n’y a qu’un nombre restreint de ces animaux, elle bénéficie au contraire des avantages qu’apporte l’ « équilibre de la nature », trop peu de propriétaires de chasses et de gardes s’en rendent compte aujourd’hui, mais il ne saurait s’écouler beaucoup d’années avant qu’ils ne s’en aperçoivent, en France comme ailleurs. 
 Pseudalopex gymnocercus(ou Lycalopex gymnocercus)Les renardeaux grandissent rapidement et manifestent bientôt le désir de connaître le monde extérieur, ils sortent alors du terrier, et c’est l’époque où, par les belles journées ensoleillées d’avril et de mai, on peut les voir jouer avec une grâce charmante et enfantine. Quelquefois aussi leur mère prend part à ces jeux, se rasant, puis bondissant au milieu de ses rejetons.
Si rien d’intempestif ne survient, ceux-ci resteront groupes jusqu’au début de l’été au lieu qui les a vu naître, la mère a-t-elle au contraire l’impression que celui-ci a été découvert ou se trouve menacé, alors elle emporte un par un les renardeaux, par la peau du cou, dans une retraite plus sûre.
 Le terrier du renard comporte trois parties distinctes : la maire, qui constitue l’antichambre, la fosse, dans laquelle l’animal accumule ses provisions et qui présente au moins deux issues, enfin l’accul, ou habitation proprement dite, qui n’a qu’une seule entrée.
 On ne sait pas encore d’une façon certaine si le renard est monogame ou non, le fait qu’il ne prend aucune part, apparemment du moins, à la vie de la famille durant les quinze premiers jours ne permet pas d’être affirmatif dans un sens ou dans l’autre.
 On a voulu classer les renards en différentes variétés suivant la couleur de leur robe (dorés, argentés, croisés, charbonniers), mais, étant donné qu’on trouve tous les intermédiaires possibles entre ces divers pelages, il faut admettre qu’il n’existe qu’une seule espèce avec trois formes : une pour la Scandinavie, une pour l’Europe centrale et une pour l’Espagne et le Portugal. En revanche, Miller sépare le renard de Corse et de Sardaigne et en fait une espèce distincte : Vulpes Ichnusae Miller, plus petite, avec les oreilles plus courtes.
  Vulpes veloxBien qu’en France le renard ne se voie gratifié que du terme péjoratif de « puant », il est considéré comme un animal de chasse à tir enviable en Europe centrale, quant à nos voisins d’outre-Manche, on sait en quelle haute estime ils tiennent le renard, le fox-hunting étant un sport national et même, aux yeux de certains, le sport par excellence. Aussi le renard est-il toléré ou même protégé dans les îles Britanniques.
 Si l’on est « vulpicide » par goût ou par nécessité, on se doit donc de l’être aussi sportivement et humainement que possible, et c’est pourquoi il faut absolument condamner l’emploi de la chloropicrine ou d’autres gaz comme moyen de destruction.

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Symbolisme du renard dans les légendes chinoises

Posté par othoharmonie le 3 février 2012

 L’origine des renards tout comme les démons et les esprits joue un rôle clef dans nombre de légendes Chinoises.

 Symbolisme du renard dans les légendes chinoises dans RENARD chengyu_octUn des contes le plus célèbre de la mythologie Chinoise est le « Liao Zhai » qui décrit le renard tel un animal empli de sagesse, tout comme d’autres légendes, en effet, après une longue méditation dans des cavernes de montagnes durant des siècles, il en acquit des pouvoirs magiques incommensurables.

 L’esprit du renard prenait souvent la forme d’une jeune belle femme provocatrice. Ces esprits étaient le plus souvent maléfiques, et ils avaient pour objectif de séduire les hommes afin de leur accaparer leur énergie yang et ainsi conserver leur immortalité.

 En raison de ces légendes sur les démons renard, les femmes qui ont une liaison avec les hommes mariés se référent souvent aux esprits de renard ou « Hu Li Jing ».

Bien que la plupart des légendes condamnent l’esprit du renard comme étant un démon maléfique, plusieurs histoires l’ont mis dans une position plus clémente, dont leur seul désir est de chercher un compagnon afin de partager avec lui les bonheurs de la vie humaine, mais ils rencontraient une fin tragique si leurs véritables identités étaient découvertes.

 Minh Quan

Publié dans RENARD | 2 Commentaires »

Renard à neuf queues

Posté par othoharmonie le 3 février 2012

Le renard à neuf queues, ou kumiho (구미호, 九尾狐 en hanja) est une créature qui apparaît dans les contes oraux et les légendes de la Corée. On le trouve également au Japon sous le nom de kyūbi no kitsune (九尾の狐, kyūbi no kitsune, ou simplement kyūbi) et en Chine sous le nom de jiu wei hu (九尾狐). À la différence de ses formes « simples » (kitsune au Japon ou femme-renarde), qui sont parfois considérés comme des créatures bienveillantes, le renard à neuf queues est toujours décrit comme maléfique.

 Légende

Renard à neuf queues dans RENARD 394938635La légende veut que, venues très anciennement d’Inde, ces drôlesses malfaisantes avaient traversé le Tibet et atteint la Chine, où, transformées en favorites pernicieuses et de mauvais conseil, elles avaient poussé les derniers empereurs de la dynastie T’sin à commettre assez d’iniquités pour leur coûter leur trône. Au VIIIe ap. J.-C., un lettré japonais du nom de Kibi Daijin, de retour d’une mission culturelle dont l’essentiel était de dérober aux Chinois leur calendrier lunaire, quitta la côté ouest de la Corée, embarquant à son insu sur sa jonque une de ces sorcières dont l’arrivée sur l’archipel japonais en 758 fut aussitôt suivie de troubles politiques.

 En Chine

On trouve mention du renard à neuf queues dès le IIIe siècle av. J.-C. en Chine dans le Livre des monts et des mers (山海經, Shanhaijing).

 Au Japon

On fait encore référence aujourd’hui au kyūbi no kitsune dans la culture populaire japonaise, par exemple dans l’univers du manga Naruto avec les démons à queues, mais aussi dans la série de romans Kanokon, le manga Kekkaishi, et les jeux vidéo Ōkami, Pokémon, Digimon, Touhou Project ou encore League of Legends.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Renard en Corée

Posté par othoharmonie le 2 février 2012

NineTailsFox.JPGÀ en croire les contes coréens, un renard qui vit mille ans se métamorphose en kumiho. Il peut se transformer comme il veut, et entre autres en une belle fille, souvent dans l’intention de séduire les hommes. Il existe de nombreux contes où apparaît le kumiho. On peut trouver plusieurs d’entre eux dans l’encyclopédique Abrégé de la littérature orale coréenne (한국 구비문학 대계, Hanguk Gubimunhak daegyeo).

 Bien que le kumiho soit capable de changer son apparence, il reste toujours quelque chose en lui qui rappelle le renard ; son aspect extérieur change, mais sa nature reste la même.

  •  Dans La Transformation du Kumiho (구미호의 변신, Kumihoeui byeosin), un kumiho prend exactement l’apparence de la mariée à l’occasion d’une noce. La mère de la jeune femme elle-même est incapable de voir la différence. Le kumiho n’est découvert qu’au moment où ses vêtements lui sont enlevés.

 

  • Bak Munsu et le Kumiho (박문수와 구미호, Bakmunsuwa Kumiho) relate une rencontre que Bak Munsu fait avec une fille qui vit seule dans les bois, et dont l’apparence fait penser au renard.

 

  • Dans La Jeune fille qui reconnut un kumiho grâce à une poésie chinoise (하시로 구미호를 아라낸 처녀, Hasiro Kumihoreul ari jeonyeo) le kumiho est en fin de compte découvert quand un chien de chasse reconnaît le renard à son odeur et l’attaque. Bien qu’il soit traditionnellement présenté comme une femme quand il se transforme en être humain, dans ce conte, c’est en jeune homme que le kumiho se métamorphose ; il essaye alors de tromper la jeune fille pour qu’elle l’épouse. Mais cela reste le seul cas de transformation masculine.

 

  • Aquarelle montrant trois sorcières vêtues de blanc chevauchant des balais, volant au milieu de troncs d'arbres rouges, au pied desquels se trouvent trois loups noirs.Dans Un Bâton magique qui tue le renard, un homme voit un kumiho se transformer en vieille femme. Il la poursuit va la tuer en frappant avec son bâton. Retransformée en kumiho, il dit qu’il a pu la reconnaitre car son bâton est magique et peut détecter les kumiho en tremblant. Il la vend très cher à un homme, et ce dernier va aller tuer une fille qu’il croit être un kumiho (nerveux, il a lui-même tremblé et fait secouer le bâton), fouille son corps pour trouver sa queue mais il finit par se faire lyncher pour son crime, ne se rendant compte que tard de s’être fait berner.

 Ces « renardes » sont donc de redoutables sorcières qui, sous la forme de séductrices d’une élégance vertigineuse, peuvent conduire un homme, un clan, un empire à leur perte avant qu’elles ne retrouvent leur fourrure rousse et le silence nocturne des bois.

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Le Renard et le tigre

Posté par othoharmonie le 2 février 2012

Le Renard et le tigre dans RENARD 190px-Prince_Hanzoku_terrorised_by_a_nine-_tailed_foxLe tigre ayant capturé un renard dans la forêt, voulut en faire son repas. Le renard, rusé compère, lui dit sans sourciller :

- Tu ne dois pas me manger, je suis envoyé par l’Empereur du ciel pour être Roi chez les animaux. Il t’en cuira si tu désobéis aux ordres de l’Empereur Céleste.

Vu la petite taille du renard, le tigre faisait peu de cas de ses vantardises.

Le renard repris :

- Si tu doutes de mes paroles, mets-toi derrière moi, nous allons faire un tour dans la jungle. Tu verras comment les animaux seront frappés de terreur à ma vue.

Le tigre y consentit.

Les voilà partis, le renard devant, le tigre derrière, suivant de près.

A la vue du tigre, tous les animaux s’enfuient pris de panique. Se retournant alors vers le tigre, le renard lui dit d’un air triomphant :

- Regarde, tous me craignent !

Et le tigre d’acquiescer :

- Certes, tu jouis d’un prestige incontestable. Dès qu’ils te voient, ils se sauvent tous.

Minh Quan

                                                                             renard_015 dans RENARD

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Reconnaissance du renard

Posté par othoharmonie le 1 février 2012

Le renard incarne, dans la tradition japonaise, l’esprit du mal. Tous sauf un, Inari, qui accompagne la divinité de l’agriculture. On dit que les renards japonais ont adopté certaines mœurs des humains. En particulier celles concernant le mariage.

 Le conte :

 Vulpes pallidaKitsune s’étant marié, sa femme met bas d’un petit renardeau.

Alors que leur rejeton batifole dans l’herbe, passent trois jeunes garçons. Dès qu’ils aperçoivent le fils de Kitsune, ils s’en emparent.

 Un promeneur nommé Okyo, a vu la scène de loin. Il dit en s’approchant:

 - Qu’allez vous faire de cette petite bête?

- Le vendre à qui aime la chair des jeunes renards, m’sieu.

- Voulez-vous me le vendre? Je vous en donne six cents sens.

 L’affaire conclue, le promeneur rend sa liberté à l’animal sous les yeux des enfants ébahis.

- Je suis bouddhiste, rajoute le promeneur, et je pense que nous devons respecter la vie de animaux comme celle des hommes.

 Okyo a tout pour être heureux mais un malheur pèse sur sa vie. Son enfant unique est atteint d’un mal mystérieux. Il dépérit à vue d’œil, il est las et fiévreux. Divers remèdes se sont déjà montrés impuissants à le soulager. En désespoir de cause, il consulte un dernier médecin qui lui dit: « Votre enfant guérira si vous lui faites avaler un foie de jeune renard fraîchement arraché du corps ». Ne se résignant pas à tuer un pauvre animal, fut-ce un renard, Okyo fait venir un bûcheron dont il sait qu’il n’a pas les mêmes scrupules et lui propose de lui acheter le foie d’un jeune renard que le bûcheron aurait tué.

 Quelque temps après, Okyo voit venir vers lui un jeune garçon portant un foie dans un pot.

Le médecin, appelé en hâte, prépare le foie et le fait avaler à l’enfant. Ce dernier guérit.

Rencontrant le bûcheron, Okyo le remercie avec gratitude. « Je ne comprends rien à ce que vous me dites, dit le bûcheron. Personne n’a tué de renard depuis au moins quinze jours. »

Le soir du même jour, Okyo est étendu sur son lit, prêt à s’endormir. Tout a coup, il voit s’approcher un magnifique renard blanc. La bête prend la parole et lui dit:

 Reconnaissance du renard dans RENARD 220px-Fjellrev_pho- Je m’appelle Kitsune. Je suis le père du renardeau que vous avez sauvé en l’achetant et en lui rendant sa liberté. Ma femme et moi étions désormais vos obligés mais nous ne savions point comment vous témoigner notre gratitude. Nous avons appris que votre fils était très malade et que seul le foie d’un renardeau pouvait le sauver. Depuis le jour où vous aviez racheté notre enfant, sa vie vous appartenait. Il ne nous restait plus qu’à faire notre devoir: nous avons tué notre fils et c’est moi-même qui vous ai apporté son foie sous les traits d’un messager.

Sur ces paroles le renard disparait.

 Dans son jardin, Okyo fait élever un temple à la mémoire d’Inari. Chaque jour le fils d’Okyo vient brûler quelques baguettes d’encens en l’honneur du renard qui lui a sauvé la vie.

Un bienfait n’est jamais perdu dit-on.

 Extrait : Contes et légendes du Japon, F. Challaye, Collection des contes et légendes de tous les pays, Fernand Nathan 1963.

 

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Renard Amérindien

Posté par othoharmonie le 1 février 2012

Signe Amérindien Le Renard
du 12 novembre au 9 décembre

Couleur : Noir
Pierre : Obsidienne
Plante : Épinette
Qualités : Psychisme, sagesse et sensibilité   

 

  RENARD :
 Vulpes macrotisLe renard est un animal très futé,  qui sait être très discret. Il est très rapide et attentionné pour sa famille. Les personnes qui ont l’énergie du renard, sont très observateurs, ils se fondent dans leurs entourages. Ils savent très bien se dissimuler.  Les gens qui voyagent beaucoup,
peuvent se munir d’un talisman de renard.

Tout comme le renard, vous êtes rusé et fin stratège. Bref, on ne vous en passe pas! Allant même jusqu’à vouloir devenir un érudit pour ne jamais être pris de court. Vous possédez un esprit critique fortement aiguisé, donc vous pouvez avoir du mordant à vos heures. Votre comportement est résolument influencé par les sympathies ou les antipathies que vous ressentirez parce qu’il y a deux forces qui se bousculent en vous; la rudesse et la diplomatie. Celle qui l’emportera témoignera de votre humeur du moment. Donc, on peut difficilement prévoir votre réaction ni savoir d’avance qui où quoi vous fera sortir de vos gonds. En ce sens là, vous êtes très intimidant. Vous êtes capable d’abattre beaucoup de travail dans une même journée, et ce, même jusqu’à épuisement. Très polémiste, à vos heures, vous jugez les autres à la manière dont ils se débattent en eaux troubles. Inventif, vous avez toutes les aptitudes. Votre sexualité est instinctive et suit, elle aussi, vos humeurs du moment. D’ailleurs, vos passions amoureuses sont très puissantes. Lorsque vous arrivez à sublimer votre forte énergie sexuelle, vous êtes capable de grandes productions, de créations artistiques majeures, et de vous impliquer dans des recherches scientifiques de premières importances.   

 Cerdocyon thousL’homme Renard:
 Le Renard est très dépendant de son entourage pour réussir dans ce qu’il entreprend. Il a heureusement un bon flair      pour discerner ceux et celles qui pourront l’aider à réaliser ses projets. Il peut de plus compter sur une chance qui le quitte rarement.

 La femme Renard:

doit aussi compter sur son entourage pour bien s’exprimer. Elle adore être active et il faut que son partenaire amoureux partage son goût de l’action pour que ça fonctionne bien entre eux. Il devra accepter de se joindre à elle dans ses déplacements, ses voyages et même ses randonnées dans  la nature.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Les renardeaux

Posté par othoharmonie le 1 février 2012

 

Les renardeaux dans RENARD A22-Renardeaux-de-sylvie-dackoLes renardeaux naissent aveugles. Ils n’ouvrent les yeux qu’au bout d’une quinzaine de jours, peu avant de se tenir sur leurs pattes et de marcher. Leurs yeux sont bleus. Ils ne deviendront marron clair que plus tard. Au cours des trois premiers mois, la fourrure passe par trois colorations. A la naissance, le renardeau est gris chocolat. Seule la pointe de sa queue est blanche. Entre six et neuf semaines, le poil devient chamois, jaune clair. Enfin, les sujets les plus précoces portent leur fourrure rousse d’adulte peu après deux mois. Les autres l’acquièrent définitivement vers quatre mois. La première dentition peut apparaître dès la deuxième semaine pour s’achever au cours de la septième. La dentition définitive se met en place entre la onzième et la vingt-cinquième semaine. Le renardeau grandit très rapidement. Alors qu’il ne pèse que de 80 à 125 grammes à sa naissance, deux mois plus tard, son poids est passé à 1,5 kg. A trois mois, il atteint 2,5 kg. Dans le même temps, la physionomie de l’animal évolue aussi de façon spectaculaire. Au début, les oreilles occupent une position latérale, leur base étant implantée au niveau des yeux. Puis elles se redressent pour devenir bien droites et haut plantées, à deux mois.

 Durant les deux premières semaines de la vie des renardeaux, la femelle ne quitte pas le terrier et il est vraisemblable que le mâle, au moins certains d’entre eux, se charge alors d’apporter de la nourriture. Par la suite, la femelle laisse seuls ses petits mais revient les allaiter. Le sevrage est progressif. Il commence vers trois semaines, au moment de l’apparition des premières dents de lait et s’achève entre la sixième et la neuvième semaine. Une vive concurrence s’exerce entre les éléments de la portée et les moins vigoureux subissent un handicap qu’ils ne rattraperont parfois jamais.

1vpb1ixw dans RENARDLes renardeaux effectuent leurs premières sorties en gueule de terrier, vers l’âge de quatre ou cinq semaines. Au début, ils ne manifestent aucune crainte particulière mais avec l’âge, ils prennent davantage de précautions et ne se montrent que plus tard dans la journée. En grandissant, ils s’exercent à toutes sortes de jeux, notamment sur l’aire qui se trouve près de la gueule principale du terrier. Ils s’ébattent comme des petits chiens, se mordillent, se bousculent. Ils manipulent et se disputent les restes des proies apportées par leur mère. Celle-ci ne leur enseigne pas à proprement parler des techniques de chasse mais l’imitation de certains gestes, notamment la capture des lombrics, est de nature à favoriser l’acquisition d’un savoir-faire. Les jeunes renards apprennent d’eux-mêmes et spontanément à se saisir de petites proies comme les insectes. Des renardeaux peuvent être adoptés ou bien rassemblés au sein d’une même portée dans laquelle on trouvera des individus d’un âge différent.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Comportement du renard

Posté par othoharmonie le 1 février 2012

Un renard

Tous les auteurs anciens s’accordaient à considérer le renard comme un animal exclusivement solitaire. Cette conception a prévalu jusqu’à la fin des années 1970, époque où les chercheurs se sont rendu compte, grâce notamment à la technique du radiopistage, que le renard était au contraire capable de communiquer et d’avoir une vie sociale élaborée, en constituant des groupes spatiaux, permanents ou temporaires, au sein desquels le couple dominant accepte la présence de congénères de rang inférieur. En fait, selon les circonstances et les conditions de vie du milieu (dispersion des ressources alimentaires), le renard peut être tout aussi bien solitaire que « social ». De même, le statut d’un individu n’est pas figé, il peut évoluer au cours de son existence.

 

Dans les grandes zones de forêts ou d’alpages, les renards n’ont guère de relations entre eux. Ils vivent en solitaire la majeure partie de l’année, dispersé sur de très grands domaines de plusieurs milliers d’hectares. A la différence d’autres espèces comme le loup ou le dauphin, le renard n’a pas besoin de former des bandes pour chercher s Vulpes veloxa nourriture ; sauf exception, il chasse tout seul, sans l’aide de ses congénères.

 Dans d’autres milieux, un peu plus riche en nourriture, les renards vivent en couple pratiquement toute l’année. Cette structure semble constituer l’unité de base de la population, mais les relations entre les deux partenaires ainsi qu’avec la portée sont plus ou moins étroite et demeurent très mal connues.

 Lorsque les ressources alimentaires sont abondantes, en particulier dans les zones périurbaines, les renards adoptent un mode de vie communautaire. Ils forment des clans organisés sur d’étroits domaines vitaux de moins de 200 hectares défendus en commun. Le groupe se compose d’un couple dominant entouré de 1 à 5 individus de rang subalterne, presque toujours des femelles. Sa cohérence est entretenue par des rapports hiérarchiques amicaux entre ses membres. En revanche, les contacts avec les groupes voisins sont empreints d’hostilité, seules les femelles apparentées, mères et filles, peuvent avoir des relations de bon voisinage.

 La reproduction est assurée par les femelles dominantes. Les jeunes se dispersent rarement au-delà d’une trentaine de kilomètres. La quasi-totalité des mâles émigrent.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

La renard et l’homme

Posté par othoharmonie le 1 février 2012

La renard et l'homme dans RENARD 220px-Battu_aux_renardsJusqu’à une période récente, le renard a plutôt été considéré comme nuisible, surtout par les populations rurales, d’autant plus sensibles à ses méfaits que les conditions de vie pouvaient être précaires et difficiles.

 En tant qu’opportuniste, le renard ne s’est jamais gêné pour prélever sa nourriture à la table des humains. Le chapardage des volailles a été l’un des principaux griefs formulés à son encontre. Lorsque les oiseaux évoluaient en liberté autour des fermes, il était effectivement tentant pour le renard de chercher à se les approprier. Depuis, la plupart des élevages se sont industrialisés. Et si certaines volailles sont encore élevées en plein air, de solides clôtures grillagées les protègent désormais des convoitises du goupil.

 Si les chasseurs s’en prennent souvent au renard, nombreux aussi sont les éleveurs qui se plaignent, dans les régions d’élevage extensif du mouton, des dégâts occasionnés à leurs troupeaux. Le problème ne semble pas revêtir le même ampleur mais la déprise agricole pourrait favoriser un regain d’intérêt pour ce type d’élevage et entraîner également des difficultés. Jusqu’à présent, des dégâts ponctuels ont seulement été signalés dans les Vosges et sur la Causse du Larzac.

 Malgré tous les dégâts dont il est rendu responsable, le renard n’est pas uniquement considéré comme nuisible. Dans de nombreux endroits et pour de multiples raisons, il passe aussi pour un animal utile à l’espèce humaine.

 220px-Vulpes_vulpes_sitting dans RENARDLe chapitre « régime alimentaire » a montré sa place comme élément intervenant dans le contrôle des populations de rongeurs et suggéré son rôle comme agent de police sanitaire du gibier (myxomatose). Avec la raréfaction de certaines espèces de petit gibier, il est également devenu un animal particulièrement apprécié par les chasseurs et les déterreurs. En outre, il présente une valeur récréative certaine. Bien que de mœurs nocturnes, il n’est pas rare de le rencontrer et même de pouvoir l’observer en plein jour, à la campagne ou à proximité immédiate de zones habitées.

 Un autre critère économique, joue en faveur du renard. Dans certains pays, l’exploitation de sa fourrure représente une ressource extrêmement précieuse. Dans les années cinquante la pelleterie utilisait 40 000 peaux de renards tués en plaine et 20 000 en montagne. Le prix d’un renard de pays oscillait entre 500 et 1 500 Francs de l’époque. A titre de comparaison, une peau de renard argenté canadien valait entre 8 000 et 12 000 Francs.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

Femme renarde…

Posté par othoharmonie le 29 janvier 2012

Femme renarde... dans RENARD 190px-Fox0290Kitsune : Dans le folklore japonais, le kitsune (狐, kitsune, renard) est un esprit magique (yōkai) animal polymorphe, tout comme le tanuki (狸, tanuki?, chien viverrin).

 Le kitsune a souvent été associé à Inari, une divinité shintoïste, comme étant son messager. Ce rôle a renforcé la conception surnaturelle du renard.

 Dans le folklore japonais

Les noms qu’on leur donne sont souvent féminins, ce qui signifie que les kitsune sont perçues comme une notion féminine, on parle alors de femme-renarde (妖狐, yōko). Elles sont rusées, jouent des tours et sont douées de pouvoirs magiques.

 N’importe quel renard est censé devenir capable de changer de forme quand il atteint un âge avancé (souvent une centaine d’années), et ses pouvoirs ne cessent de croître avec le temps et parallèlement de nouvelles queues lui poussent.

 NineTailsFox.JPGLes kitsune sont souvent associées avec la divinité du riz Inari. Au départ les kitsune étaient les messagères d’Inari, mais les deux notions ont été assimilées au fil du temps l’une à l’autre. On trouve des kitsune à l’entrée des sanctuaires d’Inari. Les kitsune sont reliées tant aux rites shintos, taoïstes que bouddhistes.

 Il y a plusieurs type d’esprits kitsune, tels que les kitsune spectrales (les bakemono kitsune de trois types : reiko, kiko ou koryo), ou les kitsune célestes (tenko, les renards à neuf queues, âgés de 1000 ans). Les kitsune sont, selon leur type, diaboliques (comme genko le renard noir) ou de bon augure (comme kuko, le renard aérien).

 Les kitsune sont souvent dotés de pouvoirs magiques importants, comme la possession, la capacité de souffler du feu, ou d’ignition en frottant leurs queues les unes contre les autres.

Le plat japonais « kitsune udon » est une soupe udon qui contient du tofu cuit, dont les kitsune sont réputés friands.

 Dans la culture populaire moderne

Dans la culture populaire moderne ils peuvent aussi se manifester dans le monde onirique, créer des illusions, courber l’espace et le temps, rendre les gens fous, distinguer les illusions, contrôler l’âme et l’esprit des gens et se transformer.

Fichier:Amaterasu cave crop.jpgOn les retrouve, actuellement, dans les mangas et autres éléments de la culture japonaise.

 Manga et anime

  • Dans le manga Naruto, le personnage éponyme Naruto Uzumaki est habité par un démon renard à neuf queues nommé Kyûbi.
  • Dans le manga Nana, l’héroïne soupçonne deux personnages plus âgés (membres du personnel de sa maison de disques) d’être en réalité un renard (kitsune) et un tanuki transformés.
  • Dans le manga xxxHOLiC, Le Renard en Tube possède neuf queues, crache du feu, et adore le Tofu frit, il semblerait qu’il soit un kitsune.
  • Dans l’anime Digimon Tamers, Kyubimon est un Digimon renard à neuf queues. La version méga-ultime de Kyubimon, Sakuyamon, est une femme-renarde.

Etc…..

 

 

Publié dans RENARD | 1 Commentaire »

Enfant au renard

Posté par othoharmonie le 29 janvier 2012

Enfant au renard dans RENARD 21242L’enfant au renard est une anecdote rapportée par Plutarque (Vie de Lycurgue, XVIII, 1), qui devient très populaire dans l’Antiquité :

 « Les enfants [spartiates] prennent le vol tellement au sérieux que l’un d’entre eux, dit-on, qui avait dérobé un renardeau et le cachait dans son manteau, se laissa, pour ne pas être pris, déchirer le ventre par les griffes et les dents de l’animal sans broncher : il en mourut. »

 L’anecdote devient symbole des rigueurs de l’éducation spartiate. Sa popularité vient de l’attrait morbide, dans le monde hellénistique et romain, pour l’étrangeté de Sparte, laquelle à son tour met en exergue ses coutumes les plus étranges au reste du monde. Plutarque compare d’ailleurs cette anecdote avec le rituel de la diamastigosis, la flagellation des jeunes au sanctuaire d’Artémis Orthia, qui attire des foules de touristes.

 Victor Hugo y fait allusion dans son poème « Puisqu’il plut au Seigneur » dans son recueil les Voix intérieures.

 A NE PAS CONFONDRE AVEC :

 51A7qJpHPqL._SL500_AA300_ dans RENARDLe Renard et l’Enfant est un film dramatique réalisé par Luc Jacquet, sorti le 12 décembre 2007 en France, avec Bertille Noël-Bruneau dans le rôle principal de la petite fille.

 Synopsis

C’est un matin d’automne, lors d’une promenade, qu’une petite fille aperçoit un renard. Tout de suite elle est tant fascinée qu’elle oublie toute sa peur. Elle se risque à l’avoisiner, et, dès le premier instant, il ne persiste aucune barrière pouvant les séparer. La fillette et le renard se lient d’amitié étroite, malgré une nature mystérieuse et féroce qu’il dégage à l’égard de l’enfant. Alors, elle vivra une aventure qui modifiera sa vie, son attitude et la nôtre…

Publié dans RENARD | Pas de Commentaire »

123
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello