Les 4 ANIMAUX qui nous instruisent pour la vie

Posté par othoharmonie le 10 septembre 2016

 

 

Le deuxième livre de la Révélation divine, après la Bible, est assurément celui de la nature. Notre terre ne cesse de nous émerveiller, de nous fasciner et de nous instruire. Quelle que soit la façon dont nous l’abordons, notre belle planète bleue est interpellante. Elle fait l’objet de tant de recherches… Est-ce que notre condition humaine échappe aux lois qui régissent ce monde de la vie ? Depuis peu, une prise de conscience s’est faite autour du concept du développement durable qui prend en compte le nécessaire respect des équilibres de notre proche univers. Cette bonne volonté doit être dépassée par une observation plus attentive de notre environnement. N’y a-t-il pas matière à réflexion dans cette observation de la nature ?  N’y lit-on pas l’énoncé de valeurs importantes qui y sont inscrites ? Plus simplement est-ce que cette nature est un puits  d’éducation ?

La Parole du Créateur nous invite à tirer le meilleur profit pour nos vies de toutes ces simples  leçons de chose contenues dans ce grand livre. 

Développement : 

Salomon, dont la sagesse demeure proverbiale, nous parle de quatre petits animaux :

«  Il y a sur la terre quatre animaux petits et cependant des plus sages… » Bible L.Segond version 1975

« Il existe sur terre quatre êtres tout petits, et qui sont sages par excellence… » La Bible du Rabbinat français 1966

« Il y en a quatre qui sont tout petits sur la terre, et suprêmement sages… » Nouvelle Bible Segond 2002

«  Quatre sont des petits de la terre, mais experts en sagesse… » La Bible Chouraqui 1985.

«  Il existe sur terre quatre êtres tout petits et pourtant sages parmi les sages… » T.O.B. 1977 

Si la Bible insiste à ce point sur ces quatre tout petits animaux en nous disant qu’ils sont grands en sagesse, n’est-ce pas pour nous inviter à regarder vers le sol, à prendre le temps de nous pencher sur notre bonne terre et à chercher à comprendre ce que ces tout petits veulent nous dire ?  Ne sont-ils pas experts en sagesse, suprêmement sages, sages par excellence, sages parmi les sages ?  Voyons donc ce que nous dit la Bible à leur sujet.

 chez francesca

La Fourmi :

 

 «  Peuple sans force, elles préparent en été leur nourriture »

 v. 25 

Ailleurs, dans le même livre, Salomon reprend la même idée : « Va vers la fourmi, paresseux;  elle n’a ni capitaine, ni secrétaire, ni maître, elle prépare en été sa nourriture, elle amasse pendant la moisson de quoi manger. »Proverbes 6 : 6-8 

La fourmi apparemment sans force et d’une grande fragilité, a réussi à subsister à travers les temps grâce à sa prodigieuse capacité de communication. En effet, la fourmi utilise de nombreux et complexes moyens de communication. Ces systèmes complexes sonttactiles, chimiques, auditifs. Pour éviter que l’espèce commette des erreurs qui mettraient sa survie en danger, la fourmi développe un complexe d’interférences très perfectionné. Quelques signaux d’alarme par production de substances chimiques ont pu être décryptés, mais les chercheurs ne peuvent toujours pas prédire où une ouvrière va se diriger dans les dix minutes à venir face à de la nourriture diversifiée. Par contre, quand une fourmi a trouvé une nourriture qui lui convient, en dix minutes elle informe une foule de congénères.

Effectivement il n’y a ni capitaine, ni secrétaire, ni maître, mais elles le sont toutes les unes pour les autresAucune ne garde les informations pour elle-même. Tout est restitué pour le bien du groupe.

La transmission de la nourriture est aussi intéressante, la fourmi stocke toute sa nourriture dans un jabot social, une sorte de sac à dos, séparé de son estomac. Cette nourriture est dégurgitée en actionnant des muscles particuliers. Cela se passe sous terre entre deux ouvrières. La solliciteuse tambourine la tête de sa congénère donneuse et celle-ci place ses antennes en arrière en signe d’acceptation. Ainsi on transfert la nourriture pour le temps où on ne pourra plus sortir. Cette prudence a fait dire à La Fontaine que la fourmi n’est pas prêteuse… 

Quand la fourmi doit se défendre, elle projette le contenu de sa glande à poison, mandibules bien ouvertes, et antennes agressives… Gare au jet d’acide formique, concentré à plus de 50% ! Mêlée à d’autres substances, l’émission déclenche aussitôt un état d’alerte générale dans la fourmilière. Quand la fourmi est en danger, elle martèle le sol avec sa tête pour prévenir les copines. (3 coups selon les observations) Ainsi tout le monde est prévenu rapidement et on se passe le mot.

Comment font-elle pour se reconnaître ?

Quand deux fourmis se rencontrent, on sait qu’elles peuvent se reconnaître et « parler » à toute vitesse, grâce à leurs antennes, chacune disposant d’un potentiel de plus de cent mille récepteurs. Une nouvelle clé de lecture est apparue aux chercheurs: un individu peut dire: «Attention, je cherche de la nourriture» ou encore «je suis jeune, j’ai besoin d’informations» par des substances chimiques à la surface de son corps, qui seraient liées à l’âge ou à l’activité. Certaines espèces reconnaissent les différents stades des individus simplement à l’ ‘habit’, comme nous le pourrions, nous êtres humains. Nous aurions pu poursuivre encore longtemps sur le cas des fourmis, mais que  pouvons-nous tirer comme instruction ?  

Ne pensez-vous pas que ce peuple de fourmis est une parabole du peuple de Dieu ? Sur un plan humain et ecclésial, nous non plus, nous n’avons ou devrions avoir aucun capitaine, secrétaire ou maître, car nous avons tous reçus  les mêmes informations avec nécessité de les transmettre suivant les dons distribués par le Saint-Esprit au sein de la communauté chrétienne ? «  Dieu… Nous a marqués d’un sceau et a mis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit » «  Dieu nous a donné les arrhes de l’Esprit » 2 Corinthiens 1 :22 et 2 Corinthiens 5 : 5

Dans le sens d’une responsabilité commune le Christ a même précisé : «  Ne vous faites pas appeler Rabbi (Maître) ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler chef ; car un seul est votre Chef, le Christ » Matthieu 23 : 8-10

Ayant reçu les mêmes informations, nous devrions tous être les uns pour les autres des veilleurs, des veillants. Attention à ne pas être surveillants! (Cf. Hébreux 10 : 24)

La joie du peuple de Dieu, ne doit-elle pas passer par la transmission de ce qu’il a reçu ? La solidarité devient la force du groupe ; c’est ainsi que l’on s’entraide en étant les uns pour les autres des compagnons de route, des aides de camp, des soutiens dans l’adversité. «  Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres ; par honneur, usez de prévenance réciproque. Soyez fervents d’esprit. Servez le Seigneur. »  Romains 12 : 10, 11

Qu’adviendrait-il si les fourmis avaient des rivalités entre elles ?

Peut-être faut-il apprendre, comme les fourmis, à nous reconnaître pour mieux nous connaître ? Ainsi nous pourrions mieux nous apprécier et nous réjouir dans la diversité de nos dons et talents. Quand l’esprit de Dieu anime un groupe sa force rayonnante est manifeste !

 

Le Daman : 

« Les damans, peuple sans puissance, placent leur demeure dans les rochers » Proverbes 30 : 26  Le livre du Deutéronome  associe le daman au lièvre parmi les animaux impurs… (Deutéronome 14 : 7) 

 Le daman à l’âge adulte ressemble à une grosse marmotte. Il semblerait que ce soit l’animal qui soit génétiquement la créature la plus proche de l’éléphant : Ce n’est pas évident à vue de nez ! Ce plantigrade possède des coussinets plantaires particuliers qui lui permettent de faire ventouse. Il a quatre doigts à l’avant (plantigrade) et trois à l’arrière (digitigrade), protégés par des sabots sauf un doigt sur les pattes arrières qui montre une griffe. Sur le dos, ils présentent une zone glandulaire, étroite et nue, entourée de poils érectiles dont ils se servent pour marquer leur territoire. 

Comportement : Le daman des rochers est un animal très sociable, vivant dans des colonies, pouvant dépasser les 60 individus. Il passe la plupart de son temps à se prélasser au soleil et jouer avec ses congénères. 

Ayant eu l’occasion d’en voir, lors d’un voyage en Israël, j’atteste qu’ils sont mignons, craintifs, agiles et rapides. Cet animal sans défense est aussi la proie de nombreux prédateurs.

Peut-on dire que cet animal a des caractéristiques symboliques du chrétien ?

Il est sans puissance et sans défense. N’est-ce pas là aussi notre condition ? Reconnaissons que la force et la protection nous ont été communiquées, elles ne nous sont pas propres. Par contre, l’intelligence de cet animal est de se placer sur un terrain propice à sa vie, à sa sécurité, à son bien-être. Le rocher est son univers, il évolue à son aise grâce aux coussinets ventouses de ses pattes avant. Sur un autre revêtement il a plus de difficulté.

Dans la Bible le rocher sur lequel nous devrions nous positionner est Dieu, puis Christ. Le psalmiste écrit « Dieu sera toujours le rocher de mon cœur et mon partage. » Psaume 73 : 26 « Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu’ils sont tous passés au travers de la mer, qu’ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer,  qu’ils ont tous mangé le même aliment spirituel, et qu’ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. » 1 Corinthiens 10 1- 4

De plus la symbolique du rocher nous enseigne à bien construire notre vie sur le solide et non sur du sable. L’homme prudent bâtit sur le roc dit Jésus. (Cf.Matthieu 7 : 24) Le rocher est aussi symbole de solidité et de stabilité. Alors, nous avons à notre tour tout intérêt à bien développer les ventouses de notre foi, pour adhérer au rocher des siècles : Jésus-Christ. C’est sur lui que repose notre bien-être, mais aussi notre sécurité face aux nombreux prédateurs des temps modernes.

Comme le dit si bien l’apôtre Paul : « Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité. »Colossiens 2 : 9  D’autres versions disent « Nous sommes comblés en lui… »

Notre sécurité, notre joie d’être dépendent de notre choix de demeurer sur le rocher. Voire même de construire notre maison sur le rocher qui brisent les tempêtes de la vie. Pourquoi ?  Notre bonheur présent et futur vient de Jésus-Christ. Comme le dira l’apôtre Pierre en s’adressant aux membres du sanhédrin : « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. »Actes 4 : 12

 

La  Sauterelle : 

« Les sauterelles n’ont point de roi, et elles sortent toutes par divisions. »

Proverbe 30 : 27 

Cet insecte ne jouit pas dans le bassin méditerranéen d’une bonne réputation. Ces invasions destructrices sèment la désolation parmi les cultures des paysans.  Mais là, le texte met en avant une qualité, apparemment incompréhensible : leur cohésion dans le nombre. Quel cerveau programme cette organisation ?

Les sauterelles sont apparentées aux grillons, et les mâles produisent les mêmes sons stridents que ces derniers, grâce à un organe situé sur les ailes antérieures. Les femelles de plusieurs espèces, elles aussi, peuvent produire des sons. L’organe auditif des sauterelles est situé sur leurs pattes avant.

Quand la sauterelle est isolée, elle est facilement la proie des prédateurs, car elle reste souvent immobile. La sauterelle a donc tout intérêt à opter pour ces marches forcées et ces vols en formation serrée.

Les observations des scientifiques ont démontré que les mouvements migratoires sont conditionnés par la recherche de protéines et d’éléments riches en sels. La fuite en avant est aussi dictée par l’instinct de survie car en état de privation, elles se dévorent entre elles. Il faut échapper au cannibalisme qui vient de l’arrière.

Pour sourire, toute comparaison avec une situation ayant réellement existée dans la condition humaine est nulle et non avenue. Quoique !…

La sauterelle nous enseigne qu’il est important de s’assumer sans attendre de directive d’un roi ou d’un gouvernement. Le moteur de notre propulsion doit être la recherche d’une nourriture qui peut vraiment nous être profitable. C’est l’apôtre Pierre qui disait : « Désirez, comme des enfants nouveau-nés, le lait spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut, si vous avez goûté que le Seigneur est bon. » 1 Pierre 2 : 2,3

Nous avons quelque part à dévorer avec avidité une nourriture spirituelle :

«  Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le  Fils de l’homme vous donnera. » Jean 6 : 27

La sauterelle indirectement nous dit aussi que l’immobilisme est source de danger. Mieux vaut avancer, prendre certainement des risques, que de se conforter dans une position d’attente. L’ange de l’Eternel dit à Gédéon «  Va avec cette force que tu as »Juges 6 : 14  Nous devons aller et partager ce que Dieu a mis dans nos cœurs et nos vies. En déployant ses ailes, la sauterelle se propulse vers l’avant. Elle le fait instinctivement. Ne devrions-nous pas avoir la même démarche de foi ?  « Sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. » 1 Pierre 3 : 15

 

Le lézard : 

«  Le lézard saisit avec les mains, et se trouve dans le palais des rois»Proverbes 30 : 28

Le lézard a la particularité d’être à l’aise dans bien des milieux. Il constitue le plus grand groupe vivant de reptiles. Leur couleur est adaptée au milieu dans lequel ils vivent. Les lézards ne peuvent pas, comme les serpents, avaler des proies énormes, car les os de leur mâchoire sont réunis par une articulation qui limite les possibilités d’ouverture de leur gueule. Les lézards ont la faculté de percevoir la lumière même les yeux fermés, grâce à la présence d’écailles transparentes sur la paupière inférieure. Ils prélèvent avec leur langue les particules odorantes présentes dans l’atmosphère et cela leur permet d’identifier leur proie mais aussi leur partenaire. Leurs pattes adhésives ont fait l’objet d’études sérieuses car leur étonnante adhérence défie les lois de la pesanteur. Des chercheurs américains ont découvert que l’extrémité des pattes est dotée de millions de poils microscopiques élastiques, disposés selon un certain ordre. En reproduisant cette disposition, ils ont réussi à mettre au point un adhésif sec qui surpasse l’efficacité des pattes du lézard. (Geckos)

Dans notre texte les pattes du lézard fonctionnent comme des mains capables de saisir. Le créateur a placé dans nos mains, mais aussi dans nos cœurs, cette capacité de saisir les éléments essentiels à notre subsistance. L’apôtre Paul conseille à son enfant spirituel Timothée : «  Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé... »1 Timothée 6 : 12

Le lézard entre dans le palais des rois,aucun espace ne peut lui être interdit. Cela me rappelle le discours de Paul à l’aréopage d’Athènes : « Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils ont à se repentir… » Actes 17 :30 A l’instar de la renommée de Jésus en Galilée, la bonne nouvelle du salut doit être proclamée en tous lieux. Il n’y a aucun espace interdit qui ne puisse entendre l’évangile de libération.

Cet espace de liberté, propre au lézard, est encore plus important quand dépassant les lieux et le temps, on vit la glorieuse liberté spirituelle en Christ. Et de même que le lézard  recharge son énergie aux rayons du soleil, peut-être aussi devrions-nous nous recharger auprès de Celui qui produit lumière et chaleur. Nous aussi nous pouvons voir cette lumière même les yeux fermés.

« Lève-toi, sois éclairé, car ta lumière arrive, et la gloire de L’Eternel se lève sur toi… » Esaïe 60 : 1  Zacharie dans son cantique, en parlant de la naissance de Jésus déclare : « Le soleil levant nous a visité d’en haut, pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, pour diriger nos pas dans le chemin de paix.  » Luc 1 : 78,79 

134-etoiles-bleues

Conclusion :

Ces quatre petits animaux sans défense nous parlent de fragilité. Ils sont à l’image de notre nature humaine. Malgré toutes nos prétentions, il importe d’identifier les notres, car la conscience de nos manques renforce la qualité de notre vie. L’apôtre Paul  met en avant ce paradoxe : « Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. » 2 Corinthiens 12 : 10 Mais cette fragilité peut aussi être signe de longévité. Ces quatre animaux ont traversé le temps et l’histoire des hommes, alors ne craignons rien, notre longévité dépend aussi de la gestion de nos faiblesses.

Ces quatre petits animaux nous invitent à la sagesse. Ils ont su tirer le meilleur parti de leur condition. Leur capacité d’adaptation est devenue pérenne. Ils sont toujours présents parmi nous. Donc à nous de les imiter : « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toutes choses faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâce. » Philippiens 4 : 6

Cela nous force quelque part à mieux prendre en compte notre condition humaine. Malgré tous les avatars de la vie, la position de l’humain est loin d’être désespérée. Nous avons à chaque instant l’occasion de faire un choix déterminant pour notre présent et notre avenir. Embrasser la foi, c’est peut-être avoir cette capacité d’adaptation pour traverser le temps. C’est aussi répondre à cette soif d’absolu qui transcende le temps, c’est désirez vivre éternellement. La Bible répond à notre angoisse existentielle en disant : c’est possible ! A toi de faire le bon choix !    

Merci à nos quatre petits animaux de nous avoir instruit par leur vie !

                     par  Jacques Eychenne        

 

Publié dans FOURMI, LEZARD, SAUTERELLE - CIGALE, XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaire »

Message urgent des Mantes Religieuses

Posté par othoharmonie le 13 novembre 2015

Hezodo Kol Hté

Amis Humains que Nous fréquentons peu mais qui nous intéressent tant, voici une occasion de perpétrer notre propre considération, critique et enthousiaste tout à la fois, à propos de votre Passage en nouvelle Dimension qui vous occupe tant et si peu..!

( Ah Nous aimons jouer des formules paradoxales n’est-ce pas : ne le prenez pas pour incohérence, non non!).

mante religieuse

Voilà donc que Nous Mantes « Religieuses » observons et savons que votre souci primordial reste et demeure la faim mentale (une fois satisfaite peu ou prou la faim physiologique – car pour celle-ci nous savons nous comprendre, comme tout le règne animal).

Vous êtes à notre avis la seule espèce sur Terre -et même sur Lune et autres- à vivre aigûment cette faim lancinante et frénétique : vous grignotez tant et tant en cela que votre Qualité d’Essence s’y trouve n’est-ce pas emprisonnée, encagée… Les méditants parmi vous savent oui tempérer cette avidité permanente avec un certain succès et profit, mais votre espèce plus généralement reste accrochée à ce boulottage institué en coutumes complexes et savantes, ou du moins savamment orchestrées.

Aha laissez nous pourfendre cela de notre intelligence simple car ainsi, très Chers, vous vous mangez Vous aussi les uns les autres – en ne laissant que la chair certes, car vous n’êtes pas cannibales de celle-ci comme nous le sommes Nous parfois, à nos heures d’Extases-Conceptions…

Sachez très chers Humains que toutefois notre Peuple est bienveillant et aimant avant tout. Et observez avec attention nos quelques remarques, car ainsi distraits sans cesse par votre faim incessante il semble que vous oubliez bien fréquemment l’Essentiel intérieur qui est Joie Pure et Vivante de tout instant – même dans celui qui se nomme « le dernier » et que vous redoutez mentalement, car sans doute il vous affamerait définitivement de vos gloutonneries…

Bon appétit toutefois – car nous ne saurions vous convaincre aussi simplement de jeûner davantage !…

Mais n’oubliez pas notre Voix et soyez à l’écoute de vos vrais besoins…
Alléluia

.
via Christine Anne K. le 8 octobre 2015
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Peuple Sauterelle de Chteh’R L Dag’n Iss

Posté par othoharmonie le 9 juillet 2014

 

 

Amis Humains, voici que vient le temps de transformation pour vous et nous – Hish ‘sh. Nous partageons un code de mutation génétique (si surprenant que cela vous paraisse), dont nous ressentons le commencement ou les prémices de mise en route – Izz’i.

Voici les recommandations ancestrales qui Nous guident dans ce processus, et que nous vous offrons : Elevez vos élytres / bras 5 fois par journée pour chanter votre Joie de muter ainsi – Ishe Il Ili Ishshsh, en votre coeur. Lâchez toute préoccupation de construction car vous devez rentrer en vous – Ahizzz .  Laissez-vous devenir autre, en toute confiance dans la Création qui nous guide avec tant d’Amour et de Connaissance – Hujju . Remerciez, remerciez le Tout Un qui vit en chaque être que nous sommes – Hiy ‘nni

Que d’Amour dans cette mutation : quel bonheur vous est ainsi offert, autant qu’à nous – Inniya.   Nous sommes près de vous, aidez-nous à vivre cela… sans insecticides ! Merci, merci – Ezzzi-It ‘sh – Love!

Nous sommes le Peuple Sauterelle / Insectes à élytres, de Chteh’R L Dag’n Iss, et Nous Vous saluons, Frères-Soeurs !

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 images (2)

Le Maître du Haut Château

La Sauterelle est un roman dans le roman, une uchronie dans l’uchronie : Hawthorne Abendsen a écrit une histoire où les Alliés sont vainqueurs de l’Axe. Les héros japonais et allemands s’intéressent de près à ce livre, et les nazis veulent en éliminer l’auteur. Les deux Américains qui le découvrent en tirent des impressions et des conclusions différentes. L’auteur ne nous livre pas tous les détails de ce roman. Mais le monde qui y est décrit n’est pas tout à fait semblable au nôtre. La Sauterelle parle bien du président Roosevelt (assassiné dans le monde du Maître du haut château) et de la bataille de Stalingrad. Cependant, il est aussi évoqué une domination anglo-saxonne sur la Russie et même une possible guerre entre le Royaume-Uni et les États-Unis.

Dans le roman, le livre La Sauterelle est interdit dans toute la partie sous domination nazie. Juliana va découvrir que celui qu’elle croyait être un routard italien est en fait un officier nazi chargé d’éliminer l’auteur du roman. Horrifiée, elle le tuera avant d’aller en avertir l’auteur de science-fiction.

Un second livre anime les personnages. Le Livre des transformations ou (Yi King) est un ouvrage chinois qui permet d’avoir des oracles à l’aide de tirages au sort. C’est d’ailleurs grâce à lui que Juliana et Abendsen comprennent l’incroyable vérité : en se servant du Livre des transformations pour écrire La sauterelle, ils découvrent que les Alliés ont vraiment gagné la guerre.

Le Maître du Haut Château est un roman de Philip K. Dick. Il a été écrit en 1962 et a reçu le prix Hugo du meilleur roman l’année suivante. Il s’agit d’une uchronie : c’est l’Allemagne, l’Italie et le Japon qui ont remporté la Deuxième Guerre mondiale, et l’auteur imagine les conséquences qu’aurait eues cette victoire.

L’histoire se déroule aux États-Unis occupés pour moitié par les Allemands et pour moitié par les Japonais, et met en scène un écrivain qui imagine comment les Alliés auraient pu gagner la guerre.

Le titre fait référence à la maison où vit ce personnage, Hawthorne Abendsen.

RESUME : En 1947 avait eu lieu la capitulation des alliés devant les forces de l’axe. Cependant que Hitler avait imposé la tyrannie nazie à l’est des Etats-Unis, l’ouest avait été attribué aux japonais. Quelques années plus tard la vie avait repris son cours normal dans la zone occupée par les nippons. Ils avaient apporté avec eux l’usage du Yi-King, le livre des transformations du célèbre oracle chinoisa dont l’origine se perd dans la nuit des temps. Pourtant, dans cette nouvelle civilisation une rumeur étrange vint à circuler. Un homme vivant dans un haut château, un écrivain de science-fiction, aurait écrit un ouvrage racontant la victoire des alliés en 1945… 

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

L’invasion de sauterelles

Posté par othoharmonie le 9 juillet 2014

 

 

 

L’invasion

images (1)Le soleil de l’automne finit de faire mûrir les récoltes qui, cette année, seront bonnes. C‘est avec optimisme que les paroissiens de la municipalité de Saint-Zéphirin de Courval se préparent au long cycle de l’hiver, vu l’abondance qui s’annonce. La clémence de l’été a favorisé les cultures, mais l’automne peut capricieusement tout démolir et faire mentir les plus belles promesses de l’été.

Sans qu’il soit possible de dire comment, du jour au lendemain, les champs furent envahis par des millions de sauterelles dont la voracité constitue une grande menace pour les cultures. En quelques jours pouvait être ruiné l’effort de toute une saison de durs labeurs.

Comment détruire ces nuées d’insectes indésirables sans, du même coup, détruire les récoltes? Il n’y a jamais assez d’oiseaux dans tout le pays pour manger toutes ces sauterelles; la situation est inextricable.

Certains cultivateurs désespérés se rendent auprès du curé Ricard pour lui demander conseil. Aussitôt avisé de la nature de l’événement, ce dernier se rend sur les lieux et, après quelques prières, conjure les sauterelles.

À la fin de la journée les ravages cesseront; les sauterelles meurent comme frappées par un mal mystérieux et disparaissent aussi rapidement qu’on les a vues apparaître. Les récoltes sont, pour la plus grande partie, sauvées.

Tiré du Contes, légendes et faits vécus, site Web : www.saint-zephirin.ca/contes-legendes-faits-vecus.asp

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

L’Oracle de Faringhia et la légende des sauterelles mangeuses d’hommes

Posté par othoharmonie le 6 juillet 2014

C’est un livre de jeunesse. Il est « pondu » par un éducateur-instructeur. Ce n’est pas aussi un ovni en littérature. Après une carrière de nouvelliste, Boubacar Diallo plonge sa plume dans la galaxie romanesque avec « L’Oracle de Faringhia ». Plongeons dans le livre non un oracle devrais-je dire qui à l’envie de baliser le futur…

l-oracle-de-faringhia

Les vagues abreuvent le rivage

Ouvrez ce livre. Il vous accueille par : « Doll baldwin, alias Ahmed Abdallah, alias le Mégatonne Noir, était né il y a de cela 22 Ans, à Charleston, en Caroline du Sud… ». A partir de là, on est saisi par le virus humino faringhiatique de son œuvre. Cet Ahmed Abdallah est un jeune black issu des quartiers miséreux des États-Unis. Il est aussi en tant que Noir donc issu de l’Afrique. De surcroit, il est esclave d’origine.

Par la manie des dieux de Faringhia, il était prévu depuis belle lurette que « tous ceux qui sont partis du fait d’une femme ( l’ancienne reine de Faringhia) reviendront un jour d’un fait d’une femme  » et parmi ces revenants se trouvera «  le sauveur du peuple noir.  » Ahmed Abdallah devait donner un combat avec Barry Steelgolv l’étoile filante du boxe. Ce dernier était très redoutable. Résultat ? Ahmed Abdallah était très anxieux face à l’issu de ce combat. C’est dans ce spleen qu’une lettre de l’Association des Femmes Volontaires pour le Développement de Faringhia lui parviendra. Dans cette missive, il y a un oracle, celui de Faringhia, qui prédit sa victoire à Faringhia et sa participation au développement de sa « localité » d’origine en y retournant. Ne dit-on pas qu’il n’est de vague qui n’abreuve le rivage ? Diantre ! l’Africain-américain retournera boire à sa source comme les Samaritains.

Mais c’est quoi Faringhia ?

Situé sur un lopin de terre en Guinée, Faringhia a vécu l’histoire. Bref certes. Mais lisons la présentation faite par l’Association des Femmes invitant notre Afro-américain : «  Faringhia est un grand centre historique, un site touristique dont on parle beaucoup depuis trois décennies mais dont le niveau de développement est toujours en deçà des espérances… Faringhia, c’était la capitale du Rio Pongo, l’un des hauts lieux de la traite négrière au XIXème siècle. Faringhia surtout était le fief de la célèbre reine esclavagiste… »

Quoi encore ?

« Faringhia, ce n’est pas une secte apocalyptique qui prône un retour mystique et religieux sur la terre des ancêtres. Faringhia, c’est un mouvement de renaissance culturelle et économique de la mère-patrie. Il s’agit de se donner la main pour reconstruire la maison paternelle ravagée par tant de siècles d’esclavagisme, de pillages effrénés, d’escroquerie et d’obscurantisme. Faringhia, c’est un oracle, c’est un cri de guerre, un cri de victoire contre l’oppression, le carnage et la déportation ; un cri contre la pauvreté et la division. » Le décor est bien planté par ces « mères-poules » comme disait l’autre.

téléchargement (8)La légende des sauterelles mangeuses d’hommes

Dans L’oracle de Faringhia, ce n’est seulement Faringhia la très historique mais pauvrette qui y est scotché. Il y a aussi d’autres choses. C’est un livre où foisonne assez de proverbes barbouillés de mythes mais aussi de légende. Parlons-en d’ailleurs ! Boubacar Diallo nous parle d’une de ces légendes avec brio. Son titre, c’est La légende des sauterelles mangeuses d’hommes. Écoutons magistralement notre professeur : « Il y a longtemps, très longtemps, à l’époque où nous étions en Guinée, vivait dans un pays lointain, un roi très sage et fort aimé de ses sujets. Ce roi s’appelait Hadi. Il était aussi puissant qu’humain. Un jour, il reçut la visite d’un couple de sauterelles. Le mâle lui dit : « - Noble roi, nous venons d’un pays situé au-delà de la mer de sable. Cette année, nous avons été frappés par une sécheresse terrible. Les cours donc ont tari, la végétation a été calcinée, le cheptel décimé et le peuple contraint à l’exil. Nous voulons rester ici cette saison, cultiver pour nous nourrir. Dès que nous apprendrons le retour des pluies dans notre pays, nous rendront congé de toi. » Le roi compatissant au malheur qui frappait le peuple de sauterelles accorda l’hospitalité au couple. Il offrit à ses hôtes à manger, à boire et mit une case à leur disposition pour la nuit. Cependant, Hadi Ba, le grand Baldé, dans son humanisme sans borne, ignorait qu’il avait donné l’asile au démon, à des sauterelles mangeuses d’hommes. La nuit se passa sans problème. Ce fut une belle nuit étoilée avec une brise fraiche. Aux premières heures de l’aube toutefois, un chien poussa un hurlement à la mort lancinant, aussitôt repris par ses congénères et se répercutant de village en village. Le roi qui avait le sommeil léger murmura superstitieux : – Encore la mort qui frappe à nos portes. Mais à qui le prochain tour ? Le lendemain, le village se réveilla paisiblement. Les femmes faisaient bouillir les tubercules pour le petit déjeuner, le forgeron attisait les braises dans son foyer, les jeunes filles allaient puiser de l’eau au marigot. Le soleil était haut dans le ciel. Personne n’avait encore vu le couple de sauterelles. Inquiet, le roi ordonna : – Allez voir ce qui se passe ! Deux sentinelles s’élancèrent au pas de course. Quelques instants plus tard, l’une d’elle revint, l’air effaré : – Roi, venez voir. C’est extraordinaire ! Effrayé par l’air bouleversé de la sentinelle, le roi et sa suite coururent vers la case des hôtes. Hadi Ba ou Baldé le grand dut se frotter plusieurs fois les yeux pour s’en convaincre qu’il ne rêvait pas. Des milliers et des milliers de sauterelles grouillaient sur les murs de la case, su le sol et sur la charpente du toit comme des abeilles dans une ruche. Paniqué, le roi hurla : – Eloignez-vous. Ces sauterelles sont l’incarnation du démon. Elles ont le pouvoir de se multiplier à vu d’œil. Comme si les créatures infernales n’avaient attendu que ce signal, elles se ruèrent dans un vrombissement dantesque vers la sortie. »

Conséquences ?

« Ces sauterelles dévorèrent tout sur leur passage. Après la végétation, les sauterelles insatiables s’attaquaient maintenant aux êtres humains et aux animaux qu’elles rongeaient jusqu’aux os …  » Y a basta (ça suffit !) comme disent les espagnols. Ne distillons pas toute cette légende mielleuse en vrac. Quelle est la leçon ? Le symbolisme comme disent les spécialistes. Il est clair pourtant. Dans cette légende, nous avons : « le pigeon en captivité, les africains américains ; les populations du village, les africains en Guinée ; les sauterelles, les invasions et autres fléaux dont souffrent ces populations. » Quelle source de savoir ! L’Oracle de Faringhia est aussi rempli d’enseignement sur l’origine de certaines localités en guinée. En historien, Boubacar Diallo nous parle de fil en aiguille de Balandougou, lieu de domptage des esclaves, de Konyeya, du Rio Pongo, du site touristique Nienguissa, de Popodara, haut lieu de la guerre sainte, de Labé et que sais-je encore.

Les brassages communautaires en Guinée

téléchargement (17)Écrit dans un style très simple et captivant, Boubacar Diallo laisse apparaître aussi le fil de brassage communautaire en Guinée, et ce, grâce aux cloisons entre les différentes régions du pays. Comment interpréter l’utilisation de l’écriture Lomaghory de la Guinée forestière sur des tablettes sacrées en basse coté ? N’est-il pas un élément probant de l’unicité des ethnies dans cette portion de terre, la Guinée ? La réponse est connue d’avance. Un peu plus loin, Boubacar Diallo parle aussi du désenclavement des localités de l’intérieur pour amener ces couches paysannes à participer au développement du pays, du sida qui continuent de rayé des villages entiers de la certes, de la mauvaise gouvernance – Le métier de chef d’ État est le plus lucratif en Afrique – , des coups d’ États – le pouvoir ici c’est comme la drogue, ça procure de la jouissance mais abrège la vie – , des arrestations arbitraires et tutti quanti. Malgré l’appel à la diaspora africaine de venir participer à l’essor du continent, Boubacar Diallo met les points sur les « i » : « Le peuple ferait mieux de se lever et de chercher lui-même à construire son bonheur. Personne ne viendra d’ailleurs pour développer notre pays. ;, » “L’Oracle de Faringhia” est comme on le voit un bouquin où pullulent moult informations sur le passé de notre pays mais aussi sur les défis à surmonter pour un avenir radieux. Comme il est excitant pour l’archéologue découvrir une tombe de pharaon, lire “L’Oracle de Faringhia,” ce livre de jeunesse, réveillera en vous la fierté d’être un guinéen tout court et de s’investir à saisir son pays.

N.B : L’Oracle de Faringhia est édité par les Éditions L’Harmattan-Guinée. Allez-y et vous l’aurez…

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Yaotl transformé en sauterelle

Posté par othoharmonie le 6 juillet 2014

 

images (21)Yappan était un homme très pieux et il voulut devenir le favori des dieux ; alors il abandonna sa famille et tous ses biens, pour se retirer dans le désert et y mener la dure vie d’ermite. Il s’installa un rocher très élevé appelé Tehuehuetl où il demeura jour et nuit. Sans se laisser distraire par ses amis et par sa femme qui étaient venus pour tenter de le faire revenir à une vie moins austère, il se livra à force dévotions et prières destinées aux dieux qu’il vénérait. Alors les dieux, voulurent éprouver sa vertu et ils ordonnèrent à Yaotl (l’ennemi) d’aller vérifier s’il menait vraiment une vie d’ascète et de le punir s’il succombait. Yaotl est aussi connu sous le nom du terrible Tezcatlipoca, « Le miroir qui fume », qui disait-on apparaissait la nuit aux carrefours pour défier les passants attardés.

Au début, Yaotl ne put constater que la grande pureté d’âme de Yappan ; il alla même jusqu’à faire défiler devant lui les plus belles personnes, qui l’invitèrent en vain à descendre et les mets les plus délicieux qui embaumèrent l’air ambiant : rien n’y fit. Yappan restait imperturbable sur son rocher.

La nouvelle parvint aux oreilles de la déesse Tlazolteotl, qui piquée au jeu, alla elle aussi, rendre visite à Yappan toujours étroitement surveillé par Yaotl. Tlazolteotl, « La mangeuse d’immondices » est la déesse de la purification, mais c’est elle aussi qui provoque la luxure, le péché de chair et les entorses à la morale sexuelle. La grande beauté  de la déesse des amours sulfureuses causa un trouble certain sur l’ascète.

« Frère Yappan, lui dit-elle de sa voix charmeuse, je suis Tlazolteotl et je suis vraiment émerveillée par ta vertu. Je veux te réconforter des souffrances que tu endures depuis si longtemps. Comment puis-je parvenir jusqu’à toi pour te parler plus aisément et te féliciter ? » L’ermite hésita quelque temps et ne devinant pas la ruse de la déesse, descendit de son rocher. Alors la vertu de Yappan ne résista plus bien longtemps.

Aussitôt accourut Yaotl, et il lui coupa la tête malgré ses prières et ses supplications. Le dieu le changea en scorpion et, de honte, il alla se cacher sous la pierre, théâtre de sa défaite. Puis Yaotl alla chercher sa femme, Tlahuitzin (l’enflammée), qui avait tout fait pour dissuader son mari, l’amena près de la pierre où se cachait le scorpion. Il lui raconta toute l’histoire, et finalement lui coupa sauvagement la tête. Les dieux la transformèrent en une autre espèce de scorpion (couleur de feu). Elle alla rejoindre son mari sous la pierre et ils eurent de petits scorpions de différentes couleurs.

Mais les dieux trouvèrent que Yaotl avait excédé ses pouvoirs, le punirent en le transformant en sauterelle. C’est sans doute pour assouvir une ultime vengeance que même de nos jours les scorpions pourchassent les sauterelles….

texte issu de Mythologica.fr – Les mythologies du monde.

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Esope et la cigale

Posté par othoharmonie le 6 juillet 2014

 

Notice sur Esope et les fables qui lui ont été attribuées.

téléchargement (6)La vie et la patrie d’Ésope sont entourées d’obscurité. D’après !es conjectures les plus vraisemblables, ce fabuliste, Phrygien d’origine , contemporain de solon et des Pisistratides, esclave du Samien Iadmon et de Xanthus qui l’affranchit, fut précipité du haut d’un rocher dans la mer par les habitants de Delphes, qui se croyaient offensés par lui, 650 av. J.C.
Les fables connues sous le nom de fables d’Ésope sont-elles toutes de cet auteur, ont-elles été composées par lui, en est-il même l’inventeur?

La fable ne doit son origine ni à un peuple ni à un poëte en particulier. On la retrouve chez tous les peuples, aux premières époques de leur civilisation : la fable est pour l’homme encore enfant son premier livre de morale; elle est originaire de l’Orient ; et longtemps avant Ésope, les Grecs la connaissaient par Hésiode, Archiloque, Stésichore, etc. Maïs c’est surtout au fabuliste phrygien qu’elle doit son perfectionnement.

Il ne paraît pas toutefois qu’il ait composé ses fables comme une oeuvre d’imagination : il ne s’en servait que comme d’un moyen de persuasion. Aussi, pour ces deux motifs,est-il raisonnable de penser qu’elles étaient racontées en prose. Quoique rien ne l’indique positivement, il n’est pas moins raisonnable de croire qu’Ésope n’a pas écrit ses fables. Elles se sont propagées et transmises par la tradition orale.

On conçoit alors que toute fable dont on ne put nommer l’auteur fut attribuée à Esope. Aussi la critique est-elle dans l’impossibilité de déterminer celles qui lui appartiennent. Une chose certaine seulement, c’est qu’un certain Babrius, Babrias ou Gabrias, qu’à l’élégance et à la pureté de sa diction on croit avoir vécu vers le siècle d’Auguste, mit les fables Ésopiennes en vers Chonambiques.

On en aperçoit encore aujourd’hui des traces malgré les mutilations et les métamorphoses que ces ïambes ont subies. Car les vers de Babrius ont été remis en prose, augmentés de courtes affabulations par divers aulteurs, accrus de nouvelles additions faites par le rhéteur Aphthonius, 350 ap. J.C , recueillis et probablement encore arrangés par Planude, moine de Nicomédie, 1350 ap. J.C.

Quoi qu’il en soit de tous ces changements ou altérations, le recueil des fables d’Ésope n’en est pas moins un des livres les plus propres à initier les élèves à la connaissance de la langue grecque. Cet avantage, il le doit à sa brièveté, à la pureté et à la simplicité du style, à la clarté et à l’intérêt des petits drames qui y sont représentés, et qui, sans avoir positivement une signification directe et personnelle, n’en sont pas moins autant de miroirs où chacun peut se voir agir et penser, et une téléchargement (7)succession du tableaux remplis de préceptes et d’exemples bien propres à donner pour ainsi dire une expérience anticipée.

 
exemple De la Fourmi et de la Cigale.

 La Fourmi faisait sécher son froment qui avait contracté quelque humidité pendant l’hiver. La Cigale mourant de faim, lui demanda quelques grains pour subvenir à sa nécessité dans la disette où elle se trouvait. La Fourmi lui répondit durement qu’elle devait songer à amasser pendant l’été pour avoir de quoi vivre pendant l’hiver.  » Je ne suis point oisive durant l’été, répliqua la Cigale, je passe tout ce temps-là à chanter. – Oh bien, repartit la Fourmi, puisque cela est ainsi, je vous conseille de danser maintenant ; vous méritez bien de mourir de faim. « 

A lire sur http://www.shanaweb.net/

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Rêver de Sauterelles

Posté par othoharmonie le 5 juillet 2014

 

 

588Malgré leur belle couleur verte, les sauterelles ne sont pas un beau symbole.

Elles sont associées à la notion de calamités naturelles, de châtiment divin. Elles sont révélatrices d’un sentiment de culpabilité relatif à de trop gros appétits, qu’ils soient alimentaires ou professionnels. Ces derniers vous rendent incapable de discernement.

Culpabilité, boulimie, arrivisme, insatisfactions.

 

REVER DE sauterelle

Interprétation du rêve n° 1 pour le mot sauterelle 

Contrariétés
Dommages financiers

 

Interprétation du rêve n° 2 pour le mot sauterelle

       Rêver de sauterelle : vos ambitions sont irréalistes

Une invasion de sauterelles dans votre maison ou votre jardin : votre situation matérielle empirera
En tuer : une maladie bénigne

d’après http://www.dictionnaire-reve.com/

Déchiffrer son rêve n’est pas aussi simple qu’on le croit:

Il faut dissocier chaque élément du reste du rêve et l’étudier séparément pour lui donner un sens.

Une fois qu’on a donné un sens à chaque élément et qu’on l’a associé à des évènements vécus plus ou moins récemment, il deviendra plus facile de comprendre nos rêves…bien qu’ils garderont toujours un peu de mystères.

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Sauterelles natures

Posté par othoharmonie le 5 juillet 2014

images (7)

A partir de 9.50 euros.

Les sauterelles sont notre produit phare. Celui ci impressionnera vos invités ! Pour un plus grand confort, nous vous conseillons de retirer les ailles ainsi que les pattes.

À l’intérieur de ce sachet, il y a entre 7 et 10 sauterelles. Chaque pièce fait entre 6 et 10 cm. Les sauterelles sont lavés, cuisinés et déshydratés en France.

Vous pouvez les déguster tel que, en snack ou en apéritif ou les incorporer dans vos préparations culinaires pour réaliser des recettes originales (voir nos recettes).

La journaliste belge Christelle Gilquin a interrogé Bruno Comby pour le magazine Le Vif/L’Express (équivalent de l’Express français) le 25 juillet 1999.

extrait de l’interview :

Quels sont les avantages de manger des insectes (le prix, l’apport en protéines…) ?

Il y a de nombreux avantages à manger des insectes. Tout d’abord, sur le plan nutritif, les insectes comestibles contiennent des protéines abondantes et de très grande qualité nutritionnelle, ainsi que des vitamines parfois introuvables ailleurs. Par exemple, certaines larves, telles que les larves d’abeille, peuvent apporter jusqu’à 10 fois plus de vitamine D que l’huile de foie de morue.

Sur le plan gastronomique, de nombreuses espèces d’insectes comestibles sont vraiment délicieuses, consommées soient crues sous leur forme naturelle (pour les spécialistes et les plus courageux) ou alors cuites : il existe de nombreuses et délicieuses recettes expliquant la manière de les apprêter pour les gastronomes. Personnellement j’ai goûté plus de 400 espèces d’insectes, et environ 95% d’entre elles sont vraiment délicieuses ! Ce n’est pas un canular, c’est vraiment authentiquement bon, comme vous pouvez d’ailleurs facilement le vérifier par vous-mêmes !

Enfin, il s’agit d’une source de protéines très abondantes qui pourrait contribuer à résoudre le problème de la malnutrition à l’échelle de la planète. Il est possible de récolter des insectes sauvages (très abondants dans certains pays dont les habitants souffrent de malnutrition), ou de produire des insectes de qualité à bas prix dans des élevages appropriés (en évitant évidemment les farines animales et autres granulés chimiques…). Par exemple, le criquet migrateur Schistocerca Gregaria se nourrit presque exclusivement d’herbe (réputée incomestible pour l’homme), qu’il transforme très efficacement avec un excellent rendement (trois fois meilleur que les vaches) en protéines d’une grande valeur nutritionnelle. Un seul nuage de ces criquets migrateurs peut contenir jusqu’à 400 000 tonnes de criquets (soit l’équivalent de la consommation de viande européenne pendant plusieurs mois). Et ils se reproduisent à grande vitesse en captivité aussi, il suffit de leur donner de l’herbe comme nourriture.

lire la suite (http://www.comby.org/insect/interview_insectes.html )

Mais vous, qu’en pensez-vous ??

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Les sauterelles, friandises préférées des Ougandais

Posté par othoharmonie le 5 juillet 2014

 

téléchargement (3)On a les joies qu’on peut. Et, le moins que l’on puisse dire, c’est que les Ougandais se contentent de plaisirs simples: la chasse aux sauterelles. C’est ce que décrit un reportage de l’AFP tv dans les rues de Kampala. En cette période de Noël, les sauterelles sont particulièrement prisées par les populations, qui en font une friandise pour toute heure de la journée.

Seulement voilà. Ces dernières semaines, la frustration est à son comble. Presque pas de sauterelle à se mettre sous la dent. Et pour cause, apprend-on dans le reportage, les coupures intempestives d’électricité dans la capitale de l’Ouganda et même dans le reste du pays empêchent les chasseurs de sauterelles de s’approvisionner.

Hilary, chasseur de sauterelles, vit essentiellement de ce métier. Il attire les sauterelles avec des bidons d’huile usagés grâce à des projecteurs, il les enfume pour les désorienter. Les sauterelles se retrouvent alors prises au piège. Les insectes vont ensuite être grillés pour le plus grand bonheur des papilles. Il raconte que l’activité est lucrative. Mais cette année, il n’a pas pu attraper beaucoup de ces insectes sauteurs.

«Le problème, c’est l’électricité. Ca va et ça vient. Les coupures peuvent durer toute la nuit. Et dans ce cas, il est impossible d’attraper la moindre sauterelle», explique-t-il.

Ainsi donc, plus il fait noir dans les rues et les ménages de Kampala, moins les populations peuvent goûter à leur friandise favorite. Le reportage de l’AFPtv explique que la pénurie de sauterelles a fait doubler leur prix sur le marché par rapport à 2010. Un petit sac coûte désormais 1.000 shillings (environ 0,30 euro).

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

SAUTERELLES et les Hébreux

Posté par othoharmonie le 1 juillet 2014

 

 

images (22)Les Hébreux ont plusieurs noms pour signifier les sauterelles, et ils en reconnaissent de plusieurs sortes, qui sont inconnues parmi nous. Dieu frappa l’Egypte de la plaie des sauterelles, qui ravagèrent tout ce qui était resté à la campagne dans ce pays-là. Les anciens historiens et les nouveaux voyageurs remarquent que dans l’Afrique et dans plusieurs endroits de l’Asie, les sauterelles sont en très-grand nombre ; que quelquefois elles viennent s’abattre dans un pays comme une nuée, et rongent tout ce qu’elles rencontrent; que leur quantité est même quelquefois si grande, qu’elles obscurcissent le soleil, et que les peuples les voyant en l’air sont saisis, dans l’incertitude si elles ne tomberont pas sur leur pays. Le prophète Joel rapportant une stérilité arrivée dans la Judée ensuite d’une multitude de sauterelles qui l’avaient désolée, en parle comme d’une armée ennemie qui y aurait commis toutes sortes de dégâts. Isaïe (Esa 33 :4,5) remarque que quand les sauterelles sont emportées par le vent dans la mer, et qu’ensuite elles sont rejetées par monceaux sur le sable, on fait de grands trous dans la terre pour les enterrer, ou bien on les brûle, pour empêcher l’infection qu’elles pourraient produire dans l’air. Et en effet, il est quelquefois arrivé qu’elles ont causé de grandes pestes.

 

Alvarez, Histoire d’Ethiopie, dit ceci : Généralement, par tout le domaine de Prêtre-Jan, le pays est affligé d’une grande plaie de locustes sans nombre, qui mangent et consument tous les blés et arbres ; la quantité de ces animaux étant si grande qu’elle excède le croire raisonnable ; tellement que leur infinie multitude couvre la terre et remplit l’air; si bien qu’il est difficile que les rayons du soleil puissent pénétrer jusqu’en bas et transmettre leur lumière accoutumée… Et je ne veux passer outre sans vous donner à entendre ce que j’ai vu par trois fois, l’une desquelles et la première fut en Barva (Débaroa), où nous avions déjà demeuré l’espace de trois ans, pendant lesquels il nous fut dit souventes fois : Un tel pays ou royaume a été détruit cette année par les locustes…

 

Aucher-Eloi, voyageant, le 1° mai 1835, de Bagdad à Mossoul (Relations de voyages en Orient, pag. 197), fut témoin des ravages causés par les sauterelles. « Je trouvai sur la route, dit-il, une énorme quantité de sauterelles qui n’étaient encore qu’à l’état de larve, et qui se dirigeaient toutes du même côté : La terre en était couverte et semblait brûlée sur leur passage. C’est ainsi que, favorisées par le vent, elles ont quelquefois dévasté l’Asie et l’Europe. »]

 

Moïse (Le 11 :22) déclare impurs tous les animaux qui volent et qui marchent à quatre pattes ; mais il excepte ceux qui, ayant les pieds de derrière plus grands, sautent et ne rampent pas sur la terre. Ensuite il désigne quatre sortes de sauterelles nommées en hébreu arbd, salah, chargal et sauterelles; que saint Jérôme a rendues par bruchus, attacus, ophiomachus et locusta. On peut voir sur le sujet des sauterelles Bochart, dans son grand ouvrage de Animalibus sacris, partie II, l. IV, c. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8.

 

Après la défense (lire permission) que Moïse fait d’user de sauterelles, on ne peut douter que l’on ne mangeât communément de ces animaux dans la Palestine et dans les pays voisins ; ainsi il n’y a nulle difficulté que le terme acrides, dont se sert saint Matthieu (Mt 3 :4) en parlant de ce qui servait à la nourriture de saint Jean, ne puisse signifier des sauterelles. Les anciens font foi que dans l’Afrique, dans la Syrie, dans la Perse et presque dans toute l’Asie, les peuples mangent communément de ces animaux. Il y a même des peuples entiers à qui l’on donne le nom d’Acridophages ou mangeurs de sauterelles, parce que c’est là leur principale nourriture. Plusieurs auteurs nouveaux témoignent que l’usage en est encore commun aujourd’hui dans l’Afrique et dans l’Orient. Clénard, dans une lettre écrite de Fez l’an 1541, assure qu’il a vu apporter dans cette ville des chariots chargés de sauterelles que le peuple achète pour se nourrir. Kirsténius, dans ses Notes sur saint Matthieu, dit qu’il a appris de son maître arabe qu’il en avait souvent vu sur le Jourdain ; qu’elles sont de même forme, mais plus grosses que les nôtres ; qu’on leur arrache les ailes et les pattes, et qu’on pend le reste à son cou jusqu’à ce qu’elles viennent à s’échauffer et à se fermenter, et qu’alors on les mange, et que c’est un fort bon manger. Un religieux qui a voyagé en Egypte, assure qu’il a mangé de ces sauterelles, et qu’on s’en nourrit à la campagne pendant quatre mois de l’année. Voyez les commentateurs sur saint Matthieu,. chap. III, 4., et Bochart, de Animal. sacr. p. 2, 1. 4.

 

Un savant orientaliste, M. Ludolf, dans son Histoire d’Ethiopie, a Prétendu montrer Que ce que la Vulgate et le commun des interprètes de l’Ecriture explique des cailles (Ex 16 :1 Nu 10 :11) que Dieu envoya à son peuple dans le désert pour le nourrir, doit s’entendre des sauterelles. Il rapporte pour son opinion diverses preuves dont nous avons donné le précis ci-devant sous le mot CAILLES.

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

La Plaie des Sauterelles

Posté par othoharmonie le 1 juillet 2014

locuste1Le soir du Seder, nous lirons la Haggadah.

Le thème de celle-ci est l’esclavage subi par nos ancêtres en Egypte et leur miraculeuse Libération de la servitude, après que sur le pays se furent abattues les Dix Plaies. La huitième de ces Plaies était celle des Sauterelles.

Elle frappa le pays après que Moïse eut averti Pharaon :  » Elles couvriront la surface de la terre, et l’on ne pourra plus voir la terre ; elles dévoreront tous les arbres qui croissent dans vos champs ; elles rempliront tes maisons, les maisons de tous tes serviteurs et les maisons de tous les Egyptiens (Exode, 10:6). Bientôt, il ne restera aucune verdure aux arbres, ni à l’herbe dès champs, dans tout le pays d’Egypte  » (Exode, 10:15).

Rien d’étonnant que l’orgueil de Pharaon ait été brisé. Il envoya chercher sur le champ Moïse et Aaron et leur dit :
 » J’ai péché contre l’Eternel, votre D.ieu., et contre vous. Mais pardonnez mon péché pour cette fois seulement : et priez l’Eternel, votre D.ieu, afin qu’Il éloigne de moi encore cette plaie  » (Exode, 10:16) .

Une seule sauterelle est un insecte inoffensif et sans défense; elle peut être écrasée dans la paume de la main. Mais qu’elles envahissent massivement un pays, par millions et par milliards, et cela devient un fléau contre lequel les humains ne peuvent rien. Elles arrivent par nuées, d’immenses nuées qui éclipsent le soleil et recouvrent la terre, s’insinuant, comme l’eau, dans les maisons et les granges, passant par la plus petite fente.

Essayons de faire connaissance avec cette créature et de voir aussi si nous pouvons lui trouver quelque utilité.

L’espèce de sauterelle dont nous nous occuperons ici possède des cornes courtes et robustes, ou antennes. Il en existe aussi qui ont de longues cornes. La plupart des sauterelles à cornes courtes (de la famille des locustidés) ont des ailes, mais il est des espèces qui en sont totalement dépourvues ; il en est d’autres encore dont les ailes sont si rudimentaires qu’elles ne leur permettent pas de voler. Les pattes postérieures de la plupart sont grandes et bien développées, ce qui leur donne la possibilité de sauter.

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

D’IMMENSES NUÉES de sauterelles

Posté par othoharmonie le 1 juillet 2014

 

images (20)La sauterelle femelle dépose des masses d’œufs dans le sol ; les conditions climatiques défavorables en détruisent un grand nombre.

Néanmoins, d’énormes quantités de certaines espèces se développent. Une fois dévorée leur provision de nourriture, elles partent. C’est ainsi que commence une migration de sauterelles. Partout où a lieu une invasion massive de ces insectes, on peut être assuré qu’on est en présence d’un fléau aux conséquences les plus graves.

Les sauterelles préfèrent les régions sèches et chaudes ; mais presque toute vaste étendue de terre voit de temps à autre s’abattre sur elle ces visiteurs importuns. Seuls les pays extrêmement froids sont épargnés.

Par contre, les sauterelles se trouvent en abondance, au point de constituer un véritable fléau, dans les régions s’étendant de l’Afrique orientale à l’Inde. Là, les sauterelles du désert peuvent soudainement entreprendre une migration dévastatrice ; sous forme d’immenses nuées, elles partent emportées par le vent et leurs doubles ailes, dévorant tout à travers les deux continents. Elles occasionnent des pertes de récoltes telles qu’elles menacent de famine presque le quart de la population du globe.

Ces nuées peuvent atteindre des dimensions impressionnantes. On estime qu’une seule d’entre elles, dans les régions de la Mer Rouge, peut couvrir une superficie de 2000 miles carrés. Les sauterelles ne connaissaient pas d’obstacles, elles peuvent voler haut et loin, couvrant jusqu’à environ 1500 kilomètres en deux semaines.

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Nuage de Sauterelles

Posté par othoharmonie le 29 juin 2014

 

Les INSECTES sauteurs de l’ordre des orthoptères, dont il existe de très nombreuses espèces, sont communément désignés sous le nom de sauterelles. La plus connue en Europe est la sauterelle verte, qui atteint 6 cm de longueur. Grâce à ses pattes postérieures très longues, aux cuisses fortes, elle fait des bonds étonnants. La femelle porte sur le dos une sorte de tarière, l’oviscapte, qui lui sert à creuser la terre pour y déposer ses oeufs. Seul le mâle chante. C’est sa puissante stridulation, produite par le frottement de ses ailes, que l’on entend les soirs d’ÉTÉ. Les sauterelles se nourrissent surtout d’insectes, mais causent aussi d’importants dégâts dans les vergers et les JARDINS.

Dans les régions chaudes, les « NUAGES de sauterelles » sont en réalité composés de nuées de milliards de criquets. Ceux-ci s’abattent sur des régions entières, dévastant tout, dévorant les végétaux et les feuilles des arbres qu’ils abandonnent après les avoir complètement dénudés. Pour lutter contre ce fléau, on a recours à de petits avions qui déversent des insecticides puissants sur de vastes étendues. On appelle « sauterelle » un appareil élévateur mobile, constitué par un châssis équipé d’une courroie transporteuse actionnée par un moteur ÉLECTRIQUE. Cette machine permet de déplacer des caisses, des sacs et des colis d’un point à un autre.

images (4)

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Oracle de la Sauterelle

Posté par othoharmonie le 29 juin 2014

 

images (3)Insecte au symbolisme riche et varié, la sauterelle est considérée à la fois comme un fléau et une bénédiction céleste, mais également comme un symbole de gaieté et de réincarnation. il existe de nombreux types de sauterelle, cependant toutes avancent en volant et en sautant d’un lieu à l’autre. L’apparition de la sauterelle signale une période qui sera marquée par des accès de gaieté, où nous assisterons peut-être à la concrétisation de certains rêves et vœux secrets, en particulier ceux se rapportant au foyer et à la famille. Avec ses pattes développées, la sauterelle nous rappel le que nous devons nous bouger si nous voulons que nos rêves et nos aspirations se concrétisent. C’est le moment idéal pour tenter notre chance, pour saisir la balle au bond. C’est parfois difficile, mais son apparition nous assure de réussir, même lorsque nous n’avons pas la moindre idée de la tournure que prendront les événements. Elle promet un dénouement heureux et souvent rapide.

Les sauterelles savent d’instinct découvrir les endroits ensoleillés, ayant un don pour s’envelopper de chaleur et  de  lumière. Or notre existence est guidée par un instinct semblable. C’est le moment de faire confiance à notre voix intérieur, à notre connaissance instinctive de ce qui nous est bénéfique, de ce qui ensoleille notre existence. Elle nous enseigne à croire en notre voix intérieure et à lui obéir. Eux qui agissent de la sorte constateront qu’ils ont un instinct peu commun pour saisir les occasions gagnantes. Les sauterelles bondissent toujours vers le haut ou l’avant, mais vers l’arrière, elles nous rappellent que la vie ne devient difficile que lorsque nous refusons d’aller de l’avant. Elle nous promet que si nous agissons, nous verrons nos rêves et nos espoirs commencer à prendre forme.

De façon négative : Lorsqu’elle apparaît de façon négative, elle nous indique que nous ne devrions pas chercher à imiter les manières de faire d’autrui, sinon nous serons constamment habités par un sentiment de frustration. Elle reflète habituellement le découragement éprouvé devant la lenteur de notre progression, alors que les autres semblent   avancer rapidement. Il en résulte certaines difficultés qui peuvent même nuire à notre santé. Il est possible que nous acceptions d’être blessés dans notre amour-propre ou que nous acceptions que d’autres personnes autour de nous le soient, ce qui nous empêche de poser les actions qui s’imposent.

Avons-nous posé des actions irréfléchies ? Sommes-nous au découragement lorsque nous comparons notre profession avec celle d’autrui, oubliant que chacun de nous dit découvrir son propre rythme ? Fermons-nous l’oreille à notre voix intérieure? Avons-nous peur d’effectuer les démarches que nous désirons ou qui sont nécessaires pour nous ?

 

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

L’invasion des sauterelles (Bible)

Posté par othoharmonie le 29 juin 2014

CHAPITRE 1  —  L’avant-garde du jour de l’Éternel  

images (2)Tandis que la prophétie d’Osée (*) est entièrement liée aux circonstances du règne des rois d’Israël et de Juda, circonstances que le prophète a traversées et dont il fait souvent mention, la prophétie de Joël est absolument indépendante de tous ces faits historiques. Un événement mémorable, dans l’ordre des calamités naturelles, s’abattant sur le pays de Juda, a eu lieu sous les yeux du prophète. Joël le considère comme un jugement sur son peuple, mais aussi comme un avertissement solennel à la repentance.

Le chap. 24 d’Ésaïe a beaucoup d’analogie avec ce premier chapitre. Dans les deux cas il s’agit de la désolation du pays et de l’anéantissement de sa prospérité, à cause du péché de ses habitants. Il en est ainsi, en tout temps, de toutes les calamités qui frappent le monde, dans l’ordre des phénomènes naturels: éruptions volcaniques, tremblements de terre, inondations, ouragans, épidémies, dévastations par des parasites végétaux ou animaux, et avec quelle fréquence et quelle intensité ne se sont-ils pas répétés dans les années où nous vivons! Dieu agit par ces plaies pour atteindre la conscience des hommes; et, quand ils refusent d’écouter, il agit par des calamités plus terribles, par les guerres, les dévastations et le pillage dont nous trouvons l’exemple au chapitre 2 de notre prophète. Dieu a donc parlé d’abord à son peuple terrestre, puis à son Église, puis au monde par ces moyens, et si les hommes n’écoutent pas et ne reviennent pas à Lui, ils scellent eux-mêmes, par leur incrédulité, leur jugement définitif. Il est très important d’ouvrir les yeux sur le but de ces calamités providentielles. Si Juda et Jérusalem s’étaient repentis devant l’invasion des sauterelles, Dieu n’aurait pas eu besoin d’envoyer encore l’ennemi dans ses confins. De même, si les nations chrétiennes avaient écouté les avertissements que Dieu leur donnait par les convulsions sans précédent qui les ont ravagées dans ces dernières années, peut-être «sa colère se serait-elle détournée et sa main ne serait-elle plus étendue». Au lieu de cela le monde a continué dans l’incrédulité au milieu de tant de désastres, refusant d’y voir la main de Dieu, et nous assistons aujourd’hui aux envahissements de l’ennemi, aux guerres, aux massacres, qui ne sont, hélas! que le prélude des jours d’angoisse où les hommes diront aux montagnes et aux rochers: «Tombez sur nous!» (Apoc. 6 : 16).

(*) Voyez le livre du prophète Osée, par H. R.

La calamité dont parle le premier chapitre consiste en invasions successives — inouïes dans un pays accoutumé cependant à ces plaies — de diverses espèces de sauterelles. «Ce qu’a laissé la chenille* , la sauterelle** l’a mangé; et ce qu’a laissé la sauterelle, l’yélek*** l’a mangé, et ce qu’a laissé l’yélek, la locuste**** l’a mangé» (v. 4).

* Gazam, autrement dit criquet, jeune sauterelle sans ailes. ** Arbèh, sauterelle ailée arrivée à son entier développement. *** Yélek, autre espèce de sauterelle. **** Chasil, une troisième espèce de sauterelle, les deux premières, comme nous l’avons dit, étant le même insecte à deux degrés de développement.

lire la suite de cet article sur : http://www.bibliquest.org/HR/HR-ETUDES-at29-JOEL.htm

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Sauterelles en histoire et littérature

Posté par othoharmonie le 27 juin 2014

 

Dans l’exode, un de Pestes de l’Egypte était un essaim des sauterelles.

Grec

Dans Platon’s Phaedrus, Socrates dit que les sauterelles étaient par le passé humaines. Quand Muses le premier a introduit la chanson dans le monde, la beauté ainsi a captivé certains qu’elles ont oublié de manger et de boire jusqu’à ce qu’elles soient mortes. Les muses ont transformé ces âmes malheureuses en sauterelles – chant de leurs vies entières.

Récent

images (3)En son roman Sur les banques de la crique de prune, Laura Ingalls plus sauvage écrit « d’un nuage de scintillement » des sauterelles si grand il a bloqué dehors le soleil pendant qu’il s’approchait. L’essaim est descendu sur la ferme de sa famille près Plantation de noix, Minnesota, détruisant la récolte du blé d’une année et dépouillant la prairie nue de toute la végétation.

Doris Lessing, l’auteur britannique qui a gagné Prix Nobel pour la littérature pendant l’année 2007, vividly décrit une attaque de sauterelle dans son histoire courte a intitulé « une attaque douce des sauterelles ». L’histoire, éditée dans 26 février, 1956 question de Le nouveau Yorker, est placé dans Sud-africain la campagne et décrit comment une famille des fermiers essaye de résister à l’attaque, d’empêcher et réduire au minimum les dommages et de venir aux limites avec la perte de récoltes.

Dans Colombe seule par Larry McMurtry, les expériences de troupeau de vache étant dans le chemin d’un essaim des sauterelles dont le passage dure plusieurs heures et qui dépouille l’herbe de prairie autour de elles vers le bas à la pointe, et mâche même sur l’habillement des cowboys.

Dans l’histoire récente, la bande punk de roche le Chiltons a libéré une chanson intitulée « le brouillard ». Dans la chanson il y a un certain nombre d’images horribles, et le Chiltons font leur espace libre de point. Le monde sera bientôt nettoyé par l’essaim ou le « brouillard » de sauterelle comme ils le mettent.

Le film 1978 Jours de ciel dépeint un essaim des sauterelles ravageant des champs de blé de Poignée de poile du Texas, et les efforts des farmhands pour supprimer l’infestation.

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Les orthoptères (sauterelles, criquets et grillons)

Posté par othoharmonie le 27 juin 2014

 

220px-Snodgrass_Melanoplus_atlanusL’état des connaissances en Champagne-Ardenne pour ce groupe peut être jugé comme très bon, en comparaison des autres Ordres d’Insectes. Les données anciennes sur les Orthoptères de notre région proviennent des régions de Troyes et de Reims. 

On connaît actuellement 61 espèces d’Orthoptères dans notre région (sur environ 600 en Europe,  présents en grande majorité dans le Sud).  Les larves habitent les mêmes milieux que les adultes. Les Orthoptères, toujours terrestres, sont le plus souvent phytophages. Ils habitent surtout les milieux ouverts, notamment prairies, pelouses, marais acides comme alcalins, landes et tourbières acides, lisières forestières. L’écologie est souvent moins stricte que celle des Insectes aquatiques, mais plusieurs espèces ont des exigences assez marquées. 

Le peuplement des Orthoptères en Champagne-Ardenne est assez diversifié en raison de la diversité des habitats présents du nord au sud de cette vaste région. Un certain nombre d’espèces possède ainsi une distribution particulière, liée à leurs habitats spécifiques. En particulier les pelouses calcicoles,  notamment les pelouses thermophiles et xérophiles, hébergent une vingtaine d’espèces spéciales, souvent rares et menacées. Quatre espèces sont inféodées aux sols dénudés à végétation éparse. Quatre autres espèces préfèrent les prairies humides, de façon non exhaustive cependant et trois autres les marais. Une enfin se rencontre sur les vases exondées des rivières et des plans d’eau.

On peut considérer que le peuplement des Orthoptères de la Champagne-Ardenne est assez représentatif du peuplement de la plaine et des collines françaises. On remarquera cependant la présence de plusieurs espèces thermophiles en limite d’aire dans notre région.

Les menaces relatives aux espèces d’Orthoptères sont nombreuses. Ce sont avant tout les  destructions et les modifications de leurs milieux de vie qui sont à l’origine de leur régression. Citons par exemple :

-  l’intensification des pratiques agricoles (avec les engrais), 

-  la fauche précoce et la mise en culture des prairies, 

-  l’abandon agricole des pelouses et landes, 

-  le mise en culture ou la plantation en résineux des pelouses et des landes.

-  le remblaiement des fossés et dépressions marécageuses des prairies humides, 

-  l’assèchement, le drainage, la plantation en peupliers et la transformation en champ de maïs des grandes tourbières alcalines de la Champagne crayeuse ..etc. 

-  L’utilisation des pesticides a aussi pour conséquence la diminution des effectifs de la plupart des espèces. 

 

La majorité des espèces menacées ou vulnérables a pour habitat, soit les pelouses thermophiles soit les landes acidiclines ou les prairies oligotrophes. 

Quelques sites hébergeant des Orthoptères vulnérables ou intéressants sont protégés en Champagne Ardenne. Les réserves de Givet et de Chalmessin sont concernées par plusieurs espèces vulnérables. 

Certains sites loués ou achetés par le Conservatoire du Patrimoine Naturel de Champagne-Ardenne sont riches en Orthoptères comme la pelouse de la butte de Taloison et la pelouse de Bugnières. D’autres sites à Orthoptères sont protégés par un arrêté préfectoral de biotope, ainsi les pelouses des sources de la Suize en Haute-Marne et plusieurs marais du plateau de Langres. Enfin de nombreux sites riches en Criquets et Sauterelles sont retenus dans le cadre de Natura 2000, essentiellement des pelouses calcaires, mais aussi des landes acides, des marais et des prairies humides.

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

QUELQUES LECONS des Sauterelles

Posté par othoharmonie le 27 juin 2014

 

290px-AD2009Aug07_Tettigonia_cantansLa Torah mentionne, en les nommant, quatre espèces de sauterelles Cachère, et spécifie les caractéristiques d’après lesquelles on peut les reconnaître.

Ces caractéristiques sont quatre, elles aussi, et toutes indispensables pour que l’espèce soit Cachère : il faut que la sauterelle ait quatre pattes, quatre ailes, des pattes articulées permettant le saut, enfin les ailes doivent couvrir la plus grande partie du corps.

Nos Sages du Talmud ont mentionné quelques autres caractéristiques supplémentaires qui aident à distinguer la sauterelle Cachère de celle non Cachère : la dimension de la tête, la présence ou l’absence de queue, etc. Toutefois, comme l’explique Rachi, nous ne pouvons plus être certains quant à la distinction précise des variétés Cachère de celles non Cachère ; aussi n’en utilisons-nous aucun comme aliment

Il est intéressant de noter que nos Sages du Talmud avaient des connaissances étendues sur une grande variété de sauterelles. Ils en avaient dénombré pas moins de huit cents espèces (‘Houline, 8b) ; mais dix seulement sont nommées dans la Bible. Incidemment, nos Sages ont aussi déclaré que le fléau d’une certaine espèce de sauterelles (en hébreu Gov, et dans le Talmud Govaï) est le châtiment de la malhonnêteté dans les rapports humains.

L’une des leçons les plus évidentes que nous donnent les sauterelles est la force redoutable du nombre.

Une sauterelle toute seule ne peut faire aucun mal; collectivement, elle peut compter parmi les forces les plus destructrices.

La pensée de l’impuissance de l’homme qui affronte un fléau de sauterelles devrait le remplir d’humilité. Nous avons vu comment le Pharaon puissant et arrogant a dû reconnaître son impuissance devant cette minuscule créature.

Si les sauterelles n’avaient été créées que pour la seule raison d’enseigner à l’humanité l’humilité et la soumission au Créateur, cela suffirait déjà à justifier leur existence.

 

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

Un diplômé de l’université gère une affaire d’élevage de sauterelles

Posté par othoharmonie le 25 juin 2014

290px-Greenarmorednamib


Cao Guanghui, un diplôme de l’université de 27 ans qui vit à Sunshou, dans la ville de Laixi (province de Shandong), gère une affaire insolite d’élevage de sauterelles.

Il a expliqué aux journalistes comment son entreprise, Qingdao Yizhan Grasshopper Breeding Company, a commencé ses activités ainsi que ses projets pour satisfaire le demande croissantes des consommateurs sur les sauterelles.

« Bien que le prix des sauterelles atteigne aujourd’hui 20 yuans la livre, les consommateurs se ruent toujours pour en acheter. L’année prochaine, j’envisage de louer plus de terres, couvrant une surface de 20 mu, et d’augmenter le nombre de mes serres de sauterelles à 100, de manière à répondre à la demande des consommateurs », a déclaré M. Cao. Il a affirmé aux journalistes qu’après son diplôme de l’Université de Liaoning, il avait obtenu un emploi payé 150.000 yuans par an. Durant ses voyages d’affaires, il a mangé dans un restaurant qui servait des sauterelles frites pour 60 yuans l’assiette. Il s’était demandé pourquoi les sauterelles étaient si chères dans la ville, alors qu’il y en avait beaucoup à la campagne.

Il a fait des recherches et a trouvé que le marché des sauterelles avait des perspectives prometteuses. Ila alors décidé de monter sa propre affaire. Il a démissionné et est allé à Sunshou pour élever des sauterelles. Il a loué un terrain et a dépensé 260.000 yuans pour construire 41 serres. Aujourd’hui, l’entreprise de M. Cao rapporte un revenu annuel de plus de 300.000 yuans, le double de ce qu’il gagnait avant sa démission.

Selon M. Cao, les acheteurs de sauterelles n’achètent pas seulement à sa compagnie à Laixi, Qingdao et Yantai directement, mais les commandent en ligne à Hebei et Tianjin. Ces sauterelles sont pour l’essentiel vendues aux hôtels, aux restaurants et aux magasins de barbecue, mais l’échelle actuelle de la production de l’entreprise est très loin de répondre à la demande de ses clients.

M. Cao envisage de construire un grand congélateur d’une capacité de 30 tonnes. « Lorsque le congélateur sera achevé, mon entreprise pourra non seulement vendre des sauterelles vivantes aux clients proches mais aussi s’étendre vers les marchés du sud pour vendre des sauterelles congelées », a déclaré M. Cao à la fin de l’interview.

Source : Konaxis

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaire »

123
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello