L’agriculture durable

Posté par othoharmonie le 29 juin 2015

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

6e Rencontres de l’agriculture Durable (IAD, 29 janvier 2014). Extrait de la présentation de Marcel Bouché sur la contribution des vers de terre au bon fonctionnement des agrosystèmes.
« Des vers de terre et des hommes » (Actes Sud, avril 2014) 

Fabienne Chauvière reçoit Marcel Bouché .

Je vous présente un expert en vers de terre…  ne souriez pas, les vers de terre sont indispensables aux écosystèmes. Ils digèrent et aèrent les sols et se révèlent en matière de labours, infiniment plus efficaces que les tracteurs.

Les vers de terre sont  par ailleurs la plus grosse masse animale du monde ! Ils représentent, en poids, 20 fois plus que les hommes. Oui, ils sont moches et gluants, mais ils méritaient bien qu’un chercheur y consacre sa vie. 

Charles Darwin avait bien écrit un livre sur les vers de terre mais… jusqu’aux années 70, on en savait bien peu sur leur activité en sous-sol.

220px-Megascolecidae_IndiaJusqu’aux recherches de Marcel Bouché.

Les vers de terre n’ont pas été au départ un choix délibéré pour ce chercheur aujourd’hui à la retraite. Marcel Bouché, titulaire  du certificat d’études, aide de laboratoire, élève studieux de cours du soir, a pris ce qui restait lorsqu’il est entré à l’INRA sur concours… et il s’est passionné pour ce sujet en friche.

Il a sillonné la France, a observé les vers de terre, les a nommés… Il sait aujourd’hui tout ou presque de l’intimité de ces animaux capables de remuer 300t de terre à l’hectare chaque année.

Je vous présente Marcel Bouché. Sa carrière est atypique. Il  a commencé sa carrière comme jardinier.

 

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

Des vers de terre et des hommes

Posté par othoharmonie le 29 juin 2015

 

9782330028893charles Darwin a décrit, sa vie durant, les phénomènes majeurs qui régissent la nature, notre cadre de vie, et, parmi ceux-ci, l’activité des vers de terre dans nos milieux. Bien qu’il n’ait pu qu’en observer les conséquences à la surface du sol, il en pressentit toute l’importance et y consacra un livre prémonitoire qui fut négligé car leur activité souterraine restait à décrire et à mesurer.

C’est en utilisant les vers de terre, à la manière de sondes explorant non pas l’espace mais le sol, que l’auteur est parvenu, pour la première fois, à évaluer l’ampleur surprenante de cette activité. Les sols, constituant la majeure partie des écosystèmes, sont en permanence ingérés, digérés et remodelés : ainsi, ce sont des centaines de tonnes de terre à l’hectare qui passent chaque année par le tube digestif de ces animaux. Ce travail assidu du sol permet de l’aérer, d’en améliorer la structure par le mélange intime des minéraux et de la matière organique, et de recycler des quantités considérables de carbone, d’azote, etc., pour féconder des sols ainsi naturellement dotés de fertilité.

L’importance des vers de terre s’explique par leur origine très ancienne et leur établissement en cohérence avec les autres constituants majeurs de nos écosystèmes, tels les sols et les plantes. L’évolution des milieux, incluant celle des vers de terre, explique leurs rôles fondamentaux et éclaire, a contrario, les effets souvent dévastateurs de nos pratiques, notamment agronomiques.

Cet ouvrage novateur propose une synthèse des connaissances relatives aux vers de terre et aux écosystèmes. Soulignant la perception très limitée que nous avons de notre environnement et les carences des technosciences actuelles, il nous montre comment ces animaux rustiques mais si sophistiqués pourraient nous aider à mieux évaluer et valoriser tout ce que la nature met à notre disposition.

Première masse animale des terres émergées, les vers de terre jouent un rôle fondamental dans les écosystèmes, mais le plus souvent ignoré. L’auteur, qui leur a consacré toute sa vie de chercheur, décrit leur étonnante diversité, leurs fonctions, ainsi que des “lombritechniques” qui permettront aux hommes de poursuivre leurs progrès tout en étant “environnementalement responsables” (restauration de la fertilité des sols ou de milieux dégradés, élimination et valorisation de déchets, par exemple).

 

On connaît bien, aujourd’hui, l’importance essentielle à la vie du rôle des insectes pollinisateurs. On sait peu que Charles Darwin a décrit, l’activité des vers de terre dans nos milieux. Les vers de terre ou lombriciens connaissent 7 000 espèces dont 400 en France. Ils rendent, eux aussi, dans l’intimité des sols, d’inestimables services à la Terre. Et cela au sens propre du terme.

Ainsi, ce sont des centaines de tonnes de terre à l’hectare qui, chaque année passent par le tube digestif de ces animaux. Ce travail assidu du sol permet de l’aérer, d’en améliorer la structure par le mélange intime des minéraux et de la matière organique, et de recycler des quantités considérables de carbone, d’azote, pour féconder des sols ainsi naturellement dotés de fertilité. Connaître et comprendre les lombriciens, ces animaux rustiques mais si sophistiqués, peut nous aider à mieux évaluer et valoriser tout ce que la nature met à notre disposition. 

Charles Darwin publie à la fin de sa vie, en 1881, une étude sur les vers de terre intitulée La Formation de la terre végétale par l’action des vers de terre. Aujourd’hui nous sommes à table dans le sillage de l’auguste naturaliste. Notre invité, Marcel Bouché est jardinier et agronome, mais il est d’abord et avant tout géodrilogogue, c’est-à-dire spécialiste des vers de terre. Nous partons avec lui sur les traces de ces petites bêtes qui constituent la première masse animale de France, qui ont régalé les amérindiens et les aborigènes et qui cultivent nos sols. 

 

Document(s)Actes Sud, 2014

Des vers de terre et des hommes

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

L’ORIGINE DU VER DE TERRE

Posté par othoharmonie le 28 juin 2015

 

 

 FFVDT4

Quelle est son origine ? Comment apparaît-il ? Que fait-il exactement dans la terre ? Questions qui ont tout naturellement placé, dans l’Antiquité notamment, le ver de terre au cœur de légendes et de mythes sur l’origine de la vie ! D’une certaine façon, les hommes avaient compris avant que la science ne le démontre, que le ver de terre avait une fonction essentielle au sein de l’éco système.

Un peu d’histoire pour mieux comprendre

En INDE, Krishna, comme la plupart des enfants met dans sa bouche une poignée de terre avec un ver. Aussitôt, sa mère Dévahi se précipite pour lui ouvrir la bouche, on dit alors qu’en l’entrouvrant elle y a vu l’Univers.

 

En GRECE, dans l’Antiquité (1ère période de l’histoire connue d’une civilisation qui coïncide avec le début de l’écriture), les vers sont appelés « les intestins de la terre », formule imagée, ô combien juste si l’on considère la réalité et les découvertes à venir ! 

En EGYPTE, toujours durant l’Antiquité, les vers sont bien connus dans la vallée particulièrement fertile du Nil. Ils y jouissent d’une grande considération. CLEOPATRE désigne à cette époque le ver de terre « animal sacré », c’est la plus haute distinction jamais accordée au ver de terre dans l’histoire ! Il était même demandé aux agriculteurs de ne pas déranger les vers pendant leurs travaux ! 

En Haute Bretagne, le corps de l’Homme était selon les croyances habité par trois vers, si un homme se noyait, chacun de ces 3 vers s’incarnait en un ossement. En se séparant de l’homme noyé, ces 3 ossements se transformaient 3 mois plus tard en coquillages, eux aussi au nombre de 3 (chiffre sacré chez les Celtes). 

Les exemples très nombreux, ne pouvant tous être cités, montrent combien le ver de terre hante l’imaginaire de l’Homme depuis toujours. Instinctivement, il l’associe à la fertilité, au thème de la transformation, au cycle de la vie et par-dessus tout à l’équilibre de la terre. Entre la période antique et le début du 19ème siècle (DARWIN 1809/1882), on semble moins s’intéresser au ver de terre, peu d’écrits ou d’informations paraissent  à ce sujet. 

Au 19ème et début 20ème, le ver de terre est plutôt considéré comme malfaisant. Dans les cours d’agriculture de l’abbé François ROZIER (botaniste et agronome français 1737/1793), un chapitre traite des aspects nuisibles de l’animal. L’agronome  préconise même la destruction des vers, allant jusqu’à décrire les moyens d’y parvenir comme : les collecter la nuit en silence à l’aide d’une lanterne ! De rares naturalistes de cette période ont néanmoins compris l’importance des vers, dont l’anglais Gilbert WHITE (également ornithologue) considéré comme l’un des pionniers de l’écologie. 

Mais c’est Charles Robert DARWIN, naturaliste anglais (1809/1882) qui redonnera au ver ses « lettres de noblesse » ! Et on peut parler de la popularité des vers de terre avant et après DARWIN. En 1881, 20 ans après « De l’origine des espèces » qui a révolutionné la biologie, DARWIN publie son dernier ouvrage : « La formation de la terre végétale par l’action des vers de terre avec des observations sur leurs habitudes ». C’est un ensemble de textes qui remet totalement en cause les idées que l’homme a de la nature et de sa vie souterraine.

L’utilité des vers de terre mise au jour par DARWIN s’est vite imposée en agriculture mais aussi bien au-delà, en dehors des milieux spécialisés. Ce savoir n’a depuis cessé de s’enrichir.

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

140 espèces de vers de terre

Posté par othoharmonie le 28 juin 2015

 

ver_de_terre 

 

140 espèces de vers de terre sont présentes en France. Ils sont indispensables à la vie du sol et participent à la qualité de sa structure. Les vers de terre constituent la première biomasse animale terrestre. On en trouve en moyenne 1 tonne par hectare mais jusqu’à quatre fois plus selon les conditions du milieu, soit de 100 à 400 individus par mètre carré. Leur nombre peut chuter de manière importante si le sol est très piétiné (compacté).

RECONNAITRE

Les différents vers de terre se différencient par leur taille (de 10 à 30 cm), leur couleur (rosé à marron), leur mobilité et leur longévité (de 2 à 15 ans) mais aussi par leur alimentation. Selon leur nourriture, les vers se retrouvent à différents endroits dans le sol. En réalité l’appellation ver de terre comprend également des vers de surface, comme le ver du fumier (Eisenia foetida) qui est rouge tigré de gris ou de jaune. Ces vers, appelés « épigés », sont petits et fins (5 à 10 cm) et vivent dans la litière à la surface du sol. Les vers anéciques (de grande taille), comme le lombric terrestre (Lumbricus terrestris), sortent quant à eux de la terre pour chercher de la nourriture et l’enfouir dans le sol laissant derrière eux des tortillons caractéristiques. Dépourvus de pattes, les vers de terre sont composés d’anneaux successifs leur permettant de se déplacer.

BIOLOGIE

Les vers de terre sont hermaphrodites (à la fois mâle et femelle) et se reproduisent durant l’hiver en pondant leurs œufs dans les galeries qu’ils creusent ou à la surface du sol. La plupart d’entre eux a besoin de s’accoupler avec un individu de la même espèce.

Ils se nourrissent de matières organiques en décomposition ou de terre mélangée à de la matière organiqueMélange de matières carbonées d’origine végétale et animale qui se dégrade dans le sol pour former l’humus. du printemps à l’automne. Les matières ingurgitées sont broyées en particules fines grâce à leur système digestif. Les vers de terre remplissent plusieurs fonctions : ils améliorent l’aération, la structure et la stabilité du sol et permettent une meilleure disponibilité des nutriments répartis dans les différentes couches du sol.

Ils sont la proie de nombreux animaux comme les carabes, les hérissons, les merles ou encore les taupes mais aussi les poules.

ACCUEIL DANS LE JARDIN

  • Évitez d’utiliser des produits chimiques et adoptez des méthodes respectueuses de l’environnement.
  • Préférez travailler votre sol avec une fourche-bêche ou une grelinette afin d’éviter de broyer les vers de terre. Le labour et le bêchage sont en effet à l’origine de la réduction du nombre de vers de terre et de la destruction des œufs et des jeunes.
  • Paillez pour apporter de la matière organique ou laissez les feuilles mortes en surface car un couvert végétal hivernal permet de maintenir l’activité des vers à cette période de l’année.
  • Installez un compost dans lequel les vers de surface se développeront.

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

LE VER DE TERRE AU JARDIN

Posté par othoharmonie le 27 juin 2015

 

 

images (5)Le lombric creuse des galeries dans le sol et participe ainsi à son aération et à son drainage. Ces petits tunnels facilitent l’installation des racines de nos plantes et leur alimentation en eau.

En se déplaçant de bas en haut et de haut en bas, il peut descendre jusqu’à deux mètres de profondeur, le ver de terre mélange le sol. Il réduit et apporte au sol en profondeur des éléments présent en surface comme les végétaux morts, d’autre part il remonte du sous-sol des oligo-éléments comme le fer, le souffre, etc… Ils ne touchent pas aux racines et aux plantes saines.

Faites donc l’expérience suivante: (cela intéressera tout particulièrement vos enfants !) déposez une couche de terreau bien horizontale, une couche de sable, une de terre, et recommencez jusqu’à la moitié de la hauteur de l’aquarium. Déposez sur la surface des feuilles mortes, puis mettez-y une dizaine de vers de terre. Au bout d’un mois vous constaterez que votre sol est creusé de nombreuses galeries et que les couches bien horizontales ne sont plus ! Vous remarquerez aussi que les galeries se concentrent dans la couche de terreau.

Son système digestif est riche d’une faune bactérienne qui enrichit le sol et agglomère les éléments du sol. Le résultat de sa digestion est le tortillon que l’on observe à la surface du sol. Il participe à la neutralisation du sol. Il déplace l’équivalent de son poids par jour.

Pour finir, en ingérant des micro-organismes et en les rejetant plus loin, il participe à leur dissémination.

Préservez donc ces petites bêtes souvent mal aimées et qui pourtant sont des alliés indispensables du bon jardinier. C’est d’ailleurs un bon indicateur de la richesse de votre sol.

Lorsque vous retournez votre terrain, préférez la fourche-bêche à la bêche qui tronçonne nos petits amis.

Les autres vers de terre

Il existe plus de 200 espèces de vers de terre qui vivent dans des niches écologiques différentes et participent ainsi de manière complémentaire à la décomposition et à l’aération des sols.

On distingue généralement parmi les vers de terre, les lombrics qui participent au labourage du sol et les vers du fumier qui participent à la dégradation du compost.

  • Lombricus territris est le ver de terre ou lombric commun, il peut atteindre une quinzaine de centimètres
  • Eisenia fetida est le ver du compost appelé aussi ver rouge, ver rayé, ver du fumier, … Il plus petit, environ 8cm et vit moins longtemps que son cousin mais se reproduit plus rapidement. Il est rosé avec des anneaux plus clairs.
  • Eisenia andreï est le ver rouge de Californie qui est aussi un ver utilisé pour le compostage
  • Lumbricus rubellus est un ver de moins de 10cm qui vit à la surface des sols caché sous les feuilles

En savoir plus sur http://www.aujardin.info/fiches/lombric.php#ddVi41Bpa7gv5E14.99

 

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

Rôle écologique du ver de Terre

Posté par othoharmonie le 27 juin 2015

 

Rôle écologique du ver de Terre dans VER DE TERRE 220px-Soil_profileLes vers de terre jouent un rôle fondamental dans la production, la structuration l’entretien et la productivité des sols, forestiers, prairiaux et agricoles notamment, avec des fonctions différentes selon le compartiment occupés et leurs déplacements quotidiens ou saisonniers. Ils sont considérés comme des espèces-clé.

Leurs capacités de colonisation de nouveaux habitats et de dispersion dans le paysage et les « pédopaysages », les font présenter comme particulièrement important en matière de résilience écologique des sols et l’écologie du paysage mais celles-ci sont encore mal connues. Elles font l’objet d’études en mésocosme, utilisant des vers marqués , ou s’appuyant (depuis peu) sur des analyses génétiques notamment , avec des travaux qui ont permis de mieux comprendre les besoins des vers de terre en termes de connectivité écologique et qui ont confirmé des facilitations conspécifiques et que si certains axes (canaux) sont très fragmentant pour ces espèces, les déplacements de sols sont aussi devenus des sources de dispersion passive, avec possibilité que certaines espèces deviennent invasives hors de leur écosystème originel

Les vers de terre dispersent des métaux, des bactéries et de nombreux autres microorganismes et propagules ou réputés indésirables pour le compostage ou l’agriculture neutres ou utiles (dont des nématodes comme Steinernema spp.  et spores de champignons mycorhizateurs ). En cela et grâce à leur aération et travail du sol, ils interfèrent positivement aussi avec l’activité et la compétition souterraine des plantes pour les nutriments. Ils jouent un rôle écologique majeur en termes d’aération et de micro-drainage du sol. Dans la restauration de sols dégradés ou contaminés, ils jouent un rôle important de pionniers, avec des effets de bioturbation qui peuvent modifier la cinétique environnementale de certains polluants.

Toutes choses égales par ailleurs, ils influenceraient peu la diversité des espèces présentes mais ils influencent différemment la productivité de certains types ou communautés de plantes. En prairie de zone tempérée, ils favorisent nettement les Fabacées (légumineuses) qui gagnent (+ 35 %) en productivité en leur présence.

Le philosophe grec Aristote reconnaît déjà aux vers de terre une activité biologique essentielle, les appelant les « intestins de la terre ».

Charles Darwin s’est beaucoup intéressé au sol comme support de vie et produit de la vie. Il a été l’un des premiers à réhabiliter le ver de terre, alors considéré comme nuisible à l’agriculture. Darwin avait observé que les vestiges archéologiques étaient souvent protégés par leur enfouissement assez rapide sous la terre produite à partir de la végétation morte et par les organismes du sol. Il a contribué à faire connaître l’importance des organismes fouisseurs comme le ver de terre pour les sols.

Dans un ouvrage publié le 10 octobre 1881 et intitulé «  »The formation of vegetable mould through the action of worms with observations on their habits«  », traduit en Français en 1882 (son dernier livre scientifique, vendu à 2000 exemplaires immédiatement puis en quelques mois à 3 500 exemplaires puis à 8500 exemplaires en moins de trois ans, soit plus rapidement et en plus grand nombre que son œuvre principale, « L’Origine des espèces »), il a traité de l’importance du travail de bioturbation des vers terre sur la genèse, l’érosion et la fertilité du sol. Un critique en fait le commentaire suivant : « Au regard de la plupart des gens… le ver de terre est simplement un annélide aveugle, sourd, dépourvu de sensations, désagréablement gluant. M. Darwin entreprend de réhabiliter son caractère, et le ver s’avance tout à coup comme un personnage intelligent et bienfaisant, qui opère de vastes changements géologiques, un niveleur de montagnes… un ami de l’homme… et un allié de la Société pour la conservation des monuments anciens ». La réédition en 1945 de ce livre, avec une Introduction par Sir Albert Howard aura un succès encore plus important, confirmant le rôle de Darwin en tant que précurseur dans l’histoire de la pédologie. Il a démontré l’importance globale de l’activité des vers de terre dans la fertilité des sols ; « La charrue est une des inventions les plus anciennes et les plus précieuses de l’homme, mais longtemps avant qu’elle existât, le sol était de fait labouré par les vers de terre et il ne cessera jamais de l’être encore. Il est permis de douter qu’il y ait beaucoup d’autres animaux qui aient joué dans l’histoire du globe un rôle aussi important que ces créatures d’une organisation si inférieure » tout comme le climat, la nature de la roche mère sur laquelle se développe le sol en question, et le type de litière apporté au sol.

Ces animaux modifient le sol via des processus physiques, chimiques et biologiques, ce pourquoi on les dit parfois ingénieurs du sol, tout comme les termites, les fourmis, certaines bactéries, etc. Peut être appelé ingénieur du sol tout organisme qui par son activité modifie son habitat dans un sens qui lui est favorable mais également favorable aux autres organismes inféodés à cet habitat (en l’occurrence les bactéries ou les champignons du sol, etc.).

Les vers de terre influencent la structure et la fertilité du sol à travers leurs activités d’excavation, d’excrétion de macro-agrégats, d’ingestion de matière organique, etc. mais aussi par leurs réseaux de galeries dont la forme, taille et profondeur diffère selon la saison, le milieu et les espèces considérées. Ces vers, selon qu’ils sont anéciques, endogés ou épiendogés agissent sur la structuration des sols et leur capacité à absorber l’eau, grâce à leurs galeries qui sont des chemins préférentiels favorisant l’infiltration, l’épuration et le cycle de l’eau. La circulation des solutés et des gaz s’en trouve facilitée. Du mucus, de l’urine et des fèces sont déposés sur les parois des galeries et leur confèrent des propriétés bio-géochimiques particulières (enrichissement en sucres, etc.). Certaines espèces de vers de terre produisent également des déjections (« turricules ») qui constituent des macro-agrégats de sol de propriétés organo-minérales modifiées par rapport au sol environnant (pH neutralisé, plus grande stabilité des agrégats, etc.).

En agissant sur leur habitat, ces animaux réguleraient indirectement l’activité, la diversité et la distribution spatiale des communautés de micro-organismes du sol. Cette influence est capitale puisque les micro-organismes du sol sont responsables, en dernier ressort,

  1. de la minéralisation de la matière organique en nutriments remis à la disposition des racines des plantes bouclant le cycle de la vie (voir cycles biogéochimiques)
  2. de la formation de l’humus (forme de séquestration du carbone dans les sols).

Les vers de terre n’influenceraient cependant pas tous de la même manière les propriétés du sol et les processus qui en découlent. En effet, certains se nourriraient exclusivement de la litière à la surface du sol et y vivent en permanence (les épigés, du grec epi sur et  terre), d’autres se nourriraient de la litière de surface qu’ils enfouissent dans des galeries généralement verticales (les anéciques, du grec anesis élasticité), d’autres enfin se nourriraient exclusivement de l’humus du sol qu’ils ingèrent sur leur passage, créant de vaste réseaux de galeries sans jamais remonter à la surface du sol (les endogés, du grec endo à l’intérieur).

Ces trois types écologiques constitueraient autant de stratégies d’exploitation des ressources sélectionnées durant l’évolution des vers de terre. Les limites entre ces types ne semblent cependant pas très franches et il reste à expliquer leurs déterminismes. Dans tous les cas, cette hétérogénéité de comportement induit sans doute des influences distinctes dans leur contribution à la fertilité du sol. Dans l’idéal, les épigés, les endogés et les anéciques agiraient de concert dans la formation et le maintien de la fertilité des sols.

La prise de conscience récente de l’impact croissant des activités humaines sur les systèmes écologiques est à l’origine de nombreux travaux étudiant la relation entre la diversité du vivant et le fonctionnement global de ces systèmes (voir écologie). Pour les sols agricoles, certaines pratiques culturales comme le labour, l’utilisation de produits phytosanitaires (voir engrais,pesticides), etc. ont pour conséquence une diminution de la diversité des vers de terre et pourraient induire une altération du fonctionnement des sols des agro-écosystèmes. Dans la perspective de la conservation et de la réhabilitation des sols, l’identification d’espèces jouant un rôle majeur (« espèces clés ») dans le sol apparaît comme un thème de recherche incontournable en écologie du sol.

220px-Estructura-sueloIls contribuent positivement à la bioturbation qui enrichit l’humus, mais qui – dans les sols pollués - contribue au transfert vertical et horizontal de certains polluants (de manière différentiée selon les polluants et les espèces considérées).

Malgré de nombreux travaux de recherche sur l’écologie des vers de terre et sur de leurs comportements, des informations quantitatives sur des aspects clés telle que la formation des galeries et les activités associées, ou la manière dont ils s’orientent dans le sol manquent encore. Il est généralement supposé que le rôle fonctionnel des différentes espèces lombriciennes peut être induit à partir des caractéristiques des types écologiques auxquelles elles sont rattachées (anécique, épigée, endogée). Cependant, cette hypothèse n’a que très peu été testée expérimentalement.
Les recherches sur les activités des vers de terre sont difficiles à mener du fait de la nature opaque du sol où ils vivent. Cependant, des avancés méthodologiques récentes utilisant des techniques telles que la tomographie aux rayons X (voir tomodensitométrie), le radio-marquage des individus et la modélisation des activités constituent de nouvelles techniques puissantes pour appréhender les vers de terre et les réseaux de galeries qu’ils creusent sous la surface du sol.

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

VER DE TERRE ET CROYANCES

Posté par othoharmonie le 27 juin 2015

 

 

Selon une croyance populaire, un ver de terre coupé en trois donnerait naissance à trois vers de terre. En réalité, coupé en deux, une seule partie peut éventuellement survivre selon la position de la coupure par rapport aux organes vitaux qui sont la tête et les organes sexuels, dans ce cas il reconstitue en partie les anneaux manquants : ce phénomène d’autotomie suivi derégénération, limité chez le ver de terre, est en effet souvent confondu avec celui de vers marins au pouvoir de régénération plus important (planaires, Nereis).

 images (4)

On entend parfois dire que si l’on découpe un ver de terre en deux, les deux moitiés vont repousser et donner, à terme, deux vers de terre en bonne santé. Certains disent même que l’on peut découper un ver en trois, quatre, … et obtenir autant de petits vers vivants. Tout cela est malheureusement faux ! 

Cette idée reçue très répandue s’explique probablement en partie par le fait que, quand un ver de terre est coupé en deux, ses deux moitiés continuent à se tortiller pendant un certain temps. Cela ne signifie malheureusement pas pour autant qu’elles vont survivre très longtemps… 

Même si cela n’est pas forcément évident à l’oeil nu, les deux extrémités d’un ver de terre ne sont en effet pas équivalentes : il a, comme nous, une « tête » et un « derrière » ! Son extrémité avant contient les organes vitaux essentiels à sa survie : sa bouche, son cerveau et ses coeurs (car il en a plusieurs !), pour ne citer qu’eux. Le reste du corps est moins important et contient principalement un long intestin qui se prolonge jusqu’à l’extrémité arrière. 

« Heureusement », les vers de terre possèdent réellement des propriétés de régénération exceptionnelle : si le découpage ne les a pas endommagés, il est possible (mais pas garanti !) que le morceau qui contient les organes vitaux d’un ver de terre coupé en deux parvienne à survivre et que le reste de son corps repousse lentement. C’est probablement à cause de cette propriété (bien réelle) qu’est née l’idée (complètement fausse) qu’un ver de terre peut être découpé à volonté en autant de morceaux viable qu’on le souhaite. 

Une idée fausse supplémentaire circule également : certains prétendent que c’est le morceau le plus long du ver de terre qui survit, tandis que l’autre meurt. En réalité, cela dépend évidemment de la façon dont le ver de terre est découpé : un long morceau dépourvu de bouche, de cerveau et de coeur ne peut pas survivre ! 

En bref, si un ver de terre se fait couper en deux, il est possible que sa moitié « avant » parvienne à repousser. La moitié « arrière », par contre, va inévitablement mourir. Pas la peine, donc, de découper des vers de terre pour le plaisir : c’est inutilement cruel et pas particulièrement amusant à regarder.

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

La perte d’un animal de compagnie

Posté par othoharmonie le 24 juin 2015

 

Le-pont-de-l'arc-en-ciel-Votre animal de compagnie est un membre de votre famille. Alors, un peu comme la mort d’un parent, d’un frère, d’un conjoint ou d’un ami cher, le chagrin de la perte d’un animal de compagnie peut être écrasant et même débilitant. Malheureusement, la société a été lente à reconnaître les rituels formels pour la mort des animaux. Les entreprises n’incluent pas dans leur politique de congés un jour de deuil pour un compagnon non humain.

Vos amis, votre famille et vos collègues peuvent sembler indifférents et antipathiques. Avec apparemment nulle part où aller pour un soutien, les gardiens des animaux se sentent parfois honteux et tentent de cacher leur douleur. Face à la perte, garder ses sentiments pour soi-même ou les refuser peut être malsain. Heureusement, il existe des moyens pour y faire face.

Différents types de perte

La mort peut arriver lorsqu’on s’y attend, après une maladie de longue durée ou lors de la vieillesse. Egalement douloureuses, sont les morts inattendues pour accident de la route ou blessures mortelles. Lorsque l’erreur humaine ou la malveillance sont à blâmer pour la mort de l’animal, des sentiments de culpabilité ou de colère peuvent compliquer un moment déjà dévastateur. Si la mort est suspecte, n’excluez pas des poursuites judiciaires.

Les lois de l’Etat sont en constante amélioration en matière d’abus et de compensation pour la perte des animaux de compagnie. Visitez les sites web au niveau législatif pour plus d’informations. Peut-être que votre chien ou votre chat été volé, ou que vous l’avez accidentellement laissé sortir et qu’il a disparu, sans vous laisser la possibilité de dire au revoir ou d’obtenir des informations sur ses allées et venues et sa sécurité. Le divorce, un déménagement ou un autre type de séparation forcée peut également inciter des sentiments de tristesse.

Quand la mort est une décision

Si la qualité de vie de votre animal de compagnie a diminué au point que la thérapie ou la médecine n’est plus en mesure de l’aider, l’euthanasie est le seul choix humain. Discutez de cette option à fond avec votre vétérinaire. Une fois que vous avez décidé de mettre fin à la souffrance de votre ami, insistez pour être avec lui au cours de la procédure. Renseignez-vous sur les options sédatives afin de rendre le décès de votre compagnon le plus paisible possible. Aussi dévastatrice qu’elle  puisse paraître, l’euthanasie elle n’est jamais une erreur. Retarder cet acte, dans l’espoir qu’un jour de plus pourrait faire une différence, peut en fait simplement signifier un jour de plus de détresse. Votre ami peut sentir votre douleur, et essayer de tenir à cause de vous. Faire face à ces émotions, et en particulier celle de la culpabilité après le décès, est un voyage ne soi.

Etapes du deuil animalier

Les psychologues et les philosophes ont étudié le processus de deuil pendant des siècles, mais n’ont que récemment commencé à vraiment explorer les effets de la mort dans les relations entre les humains et les animaux de compagnie. Les étudiants en médecine sont encore attendus pour lire Elisabeth Kubler-Ross « On death and Dying ». Son travail historique des années 1960 définit cinq étapes du deuil : le refus et l’isolement, la colère, le marchandage, la dépression et l’acceptation.

La plupart des médecins contemporains s’accordent à dire que la progression linéaire des étapes doit seulement être utilisée que comme un guide pour comprendre la douleur et la mort, car le processus de deuil est unique à chaque personne. Il ne devrait pas y avoir de calendrier our guérir votre chagrin, vous ne devriez pas vous sentir comme si quelque chose allait mal si vous sautiez une étape ou vous déplacez dans ces stades du deuil.

La culpabilité est une émotion commune tout au long du processus – la culpabilité sur la décision d’euthanasie, la culpabilité de ne pas avoir fermé la porte correctement ou d’avoir permis à votre chien de courir sans laisse, et même de la culpabilité de se sentir mieux, comme si le lâcher prise et la joie de vivre retrouvée étaient une trahison. Un deuil sain signifie traverser votre douleur, ne pas vous laisser envahir par lui, et finalement vous souvenir de votre compagnon avec tendresse.

Où trouver le réconfort ?

N’hésitez pas à demander de l’aide face à votre chagrin. Les groupes de soutien naissent un peut partout, certains sont parrainés par des professionnels et peuvent vous donner l’occasion de partager vos sentiments avec des gens qui comprennent votre doleur. Il y a des lignes d’aide que vous pouvez appeler et de nombreux livres pour adultes et enfants qui traitent de la perte d’un animal de compagnie.

Certaines écoles vétérinaires intensifient leurs efforts pour aider à soulager la douleur des gardiens d’animaux et des travailleurs sociaux ont des consultations. L’Internet est une merveilleuse ressource pour vous aider à trouver des groupes, des conseillers individuels, et même des salons de discussion. La famille et les amis peuvent être une grande source de réconfort, aussi. Ils ont probablement connu votre compagnon non humain aussi longtemps que vous, et vous pouvez partager de bons souvenirs.

Dire au revoir

Un service funéraire peut fournir un excellent service. Il y a des centaines de cimetières pour animaux à travers le monde ainsi que plusieurs entreprises qui fabriquent des cercueils, des urnes et des stèles funéraires pour animaux de compagnie.

Si vous optez pour un enterrement de la maison, cependant vous devriez d’abord vérifier avec la ville pour déterminer la légalité de l’inhumation. Votre vétérinaire peut également disposer du corps, mais vous voudrez peut-être poser des questions sur la politique de la clinique. Votre vétérinaire peut vous recommander un centre d’incinération, vous permettant de garder les restes dans une urne pour une cérémonie privée au parc ou à la plage préférée de votre compagnon.

Vous n’êtes pas le seul blessé

images (4)Il y a une tendance naturelle pour les parents de tenter de protéger leurs enfants de la douleur de l’expérience de la mort. Les parents inventent des histoires sur les animaux, « la fugue » ou « le départ dans une ferme », l’euthanasie ne doit pas être expliquée comme une « mise en sommeil », car les enfants pourraient commencer à craindre l’heure du coucher. L’absence de l’animal, pour une raison quelconque, pourrait amener l’enfant à croire que c’est de sa faute, et il pourrait ressentir de la culpabilité, de la colère, de la tristesse ou de la confusion.

L’âge déterminera la capacité d’un enfant à saisir le concept de la mort, mais des explications simples et pratiques, une volonté de répondre aux questions et une écoute attentive aideront un enfant à traverser une situation difficile. Consultez votre vétérinaire ou un pédiatre pour des ressources et des explications lors de la perte d’un animal pour un enfant. N’oubliez pas vos autres animaux de compagnie. Ils ne comprendront pas nécessairement ce qui est arrivé à leur ami, donc envisagez de permettre à vos animaux de compagnie survivants à voir le corps du défunt afin qu’eux aussi puissent faire le deuil.

Il n’est pas rare que les animaux qui ont perdu un ami de montre des signes de dépression tels que la perte d’appétit ou des habitudes de sommeil étrange, ou la recherche de leur ami défunt. Essayez de maintenir leur routine et encouragez les activités physiques. Ne vous précipitez pas à adopter un autre animal pour l’amour de votre compagnon animal survivant. Certains ont besoin de temps pour pleurer aussi et l’introduction précoce d’un nouveau membre de la famille peut causer plus de stresse que de bien.

Si vous connaissez quelqu’un qui a perdu un animal de compagnie.

Les choses les plus importantes que vous puissiez faire est l’écoute et la sympathie. S’abstenir de demander quand il ou elle va adopter un autre animal. Encouragez votre ami ou votre parent à raconter ses souvenirs et notez les dates importantes de son compagnon non humain. Envoyez une carte de condoléance s ; il en existe beaucoup spécialement conçues pour cette situation. Vous pouvez également faire un don à une organisation d’animaux au nom de ce compagnon.

SITES WEB

Publié dans ANIMAUX DANS L'AU-DELA | Pas de Commentaire »

L’euthanasie : une option de compassion

Posté par othoharmonie le 24 juin 2015

 

chatEnviron 6 à 8 millions d’animaux sont manipulés par les refuges aux Etats-Unis chaque année. Même si certains sont récupérés ou adoptés, près de 4 millions de chiens et de chats indésirables n’ont nulle part où aller. Les refuges ne peuvent pas humainement abriter et soutenir tous ces animaux jusqu’à leur mort, ils seraient contraints de vivre dans des cages ou des chenils exigus pendant des années, solitaires et stressés, et d’autres devraient être détournés, car il n’y aurait pas de place pour eux.

Laisser errer des animaux indésirables dans les rues n’est pas une option humaine. S’ils ne meurent pas de faim, de gel, d’un accident de voilure, ou de maladies, ils peuvent être tourmentés et peut-être tués par des mineurs cruels ou ramassés par des commerçants qui achètent des animaux pour les vendre à des laboratoires.

Bonnes et mauvaises solutions

En raison du nombre élevé d’animaux non désirés et le manque de bonnes maisons, parfois la chose la plus humaine qu’un travailleur de refuge puisse faire est de donner à un animal une libération pacifique d’un monde dans lequel les chiens et les chats sont souvent considérés comme « excédentaires » et « indésirables ».

PETA, l’American Vétérinaire Medical Association, et la Humane society des Etats-Unis s’accorde à dire que l’injection intraveineuse de pentobarbital de sodium, administré par un professionnel qualifié est la méthode la plus gentille, la plus compatissante pour euthanasier les animaux. L’American Humane Association estime que cela est la seule méthode d’euthanasie acceptable pour les achats et les chiens dans les refuges pour animaux.

Les injections dans le cœur des animaux conscients ne sont pas acceptables. Les substances inhalées, la décompression, la noyade, l’électrocution, le tir, et d’autres méthodes sont également inacceptables, car elles fournissent rarement une mort instantanée et causent la souffrance avant que la mort survienne.

Certains médicaments peuvent causer de l’inconfort s’ils sont injectés trop rapidement ou à une dose trop élevée, et certains comme la strychnine, peuvent causer de violentes convulsions, des contractions musculaires, ou un arrêt cardiaque. Le protoxyde d’azote, l’halothane, et le monoxyde de carbone sont des gaz coûteux et peu fiables et peuvent provoquer une irritation ou de l’excitabilité chez les animaux. L’intoxication au monoxyde de carbone provoque d’horribles souffrances parce que les animaux sont lentement étouffés. Ils crient souvent et ont des convulsions tout en luttant pour l’air. L’intoxication au monoxyde de carbone a été interdite en Californie, dans le Tennessee, le Maryland et le Rhode Island, mais est encore utilisée dans de nombreux refuges pour animaux à travers les Etats-Unis.

Les méthodes physiques utilisées pour tuer des animaux dans les refuges comprennent le tir, l’électrocution, et la décompression. Le problème évident avec le tir est le potentiel pour une douleur extrême si la personne qui manipule le pistolet n’est pas compétente, si l’animal est en difficulté, ou si la balle est déviée et survit à l’animal. L’électrocution peut être extrêmement douloureuse et traumatisante et ne fonctionne pas toujours.

Les caissons de décompression simulent une ascension à des millions de pieds au-dessus du niveau de la mer dans une affaire de quelques minutes. Dans de nombreux refuges qui utilisent cette méthode, la décompression se produit à des vitesses jusqu’à 15 fois plus rapides que le taux recommandé. A cette vitesse, les gaz dans les sinus, l’oreille moyenne et les intestins des animaux provoquent une gêne considérable ou une douleur intense. La décompression accidentelle peut se produire en cas de dysfonctionnement du matériel, quand il y a une erreur de personnel, ou quand les petits animaux sont piégés dans les proches d’air. Ils doivent ensuite passer encore une fois de plus par la procédure.

Jusqu’à ce que la surpopulation des chiens et des chats soit maîtrisée grâce à la stérilisation, il faut éviter la souffrance des animaux indésirables et la manière la plus responsable et la plus humaine possible. Une euthanasie, effectuée correctement, est souvent l’option la plus compatissante.

Un au revoir compassionné

Lorsque les compagnons animaux deviennent très malades et souffrent sans espoir de guérison, et qu’ils semblent incapables de profiter vraiment de la vie, il peut être temps de leur donner une mort paisible par l’euthanasie. Demandez à votre vétérinaire de vous parler franchement, et envisagez d’obtenir un deuxième avis si vous êtes dans le doute. Assurez-vous que vous ne prolongiez pas la souffrance de votre ami animal en raison de votre propre peur de lâcher prise. La tendance est à attendre trop longtemps, au détriment de l’animal que vous aimez.

images (3)Si votre animal de compagnie est très nerveux, vous voudrez peut-être obtenir une dose de tranquillisant de votre vétérinaire et l’administrer deux heures avant l’heure fixée pour l’euthanasie. Le vétérinaire sera en mesure de donner l’injection plus facilement à un patient détendu. Vous serez également plus clame lorsque votre animal de compagnie sera à l’aise. Il est important d’essayer d’être joyeux et apaisant avec votre ami animal après qu’il ou elle ait perdu connaissance.

Certains vétérinaires vont venir à votre domicile pour administrer l’injection, ce qui peut réduire le stress des animaux qui sont dans la douleur ou la peur de la voiture ou du cabinet du vétérinaire. Sinon, aller à l’hôpital des animaux, et vous faire accompagner par un membre de votre famille ou un ami qui vous offrira son soutien et vous reconduira à la maison est une bonne option. Si vous prévoyez d’enterrer le corps, plutôt que de la laisser à l’hôpital, ou is votre animal de compagnie est dans une grande douleur ou a très peur, vous voudrez peut-être prendre des dispositions pour que le médecin vienne jusqu’à la voiture pour faire l’injection.

Restez avec votre animal de compagnie pendant qu’il ou elle est légèrement « mis en sommeil » avec une injection de pentobarbital de sodium dans une veine de la jambe peut être un excellent confort à l’animal. Is vous êtes très en colère ou nerveux, cependant, vous pouvez transmettre ces sentiments à votre ami animal : il est important de rester calme et de parler d’une vois apaisante.

Alors que le cerveau de votre animal de compagnie s’endormira immédiatement, son cœur peut battre quelques minutes d pelus, car la circulation peut être ralentie par le tranquillisant et/ou la vieillesse. Un vétérinaire attentif surveille le cœur jusqu’à son dernier battement. Vous devriez vous assurer que votre ami ait eu un départ pacifique de cette vie et que vous soyez présent pour dire au revoir jusqu’à la fin. Enfin, rappelez-vous qu’il est normal de ressentir une profonde douleur et un grand sens de la perte lors de la mort de votre ami animal. Certains hôpitaux et services de deuil privés reconnaissent désormais la nécessité d’aider les gens à s’adapter à la perte. Consolez-vous en sachant que vous avez fait tout ce que vous pouviez faire pour votre animal de compagnie et que son décès soit aussi indolore et paisible que possible.

Si vous avez d’autres animaux de compagnie, tenez compte de leurs sentiments aussi. S’ils ont été étroitement liés avec l’animal qui est mort, il peut être très utile pour eux d’avoir l’occasion de dire au revoir et de sentir le corps du compagnon décédé, afin qu’ils sachent ce qui s’est passé et ne pas attendre indéfiniment à la porte que leur compagnon manquant revienne. Les animaux ont souvent de profonds sentiments de deuil et de parte, aussi quand leurs ais chiens ou chats meurent. Soyez sensible à leurs sentiments et essayez de les aider à travers leur deuil en leur donnant de l’attention et des activités extraordinaires, même pendant que vous travaillez à travers votre propre deuil.

Qu’est-ce que vous pouvez faire ?

Si votre vétérinaire ou un refuge local pour animaux utilise une méthode d’euthanasie autre qu’une injection intraveineuse de pentobarbital de sodium, protestez auprès des autorités locales et demandez que des méthodes humaines mises en œuvre. Vérifiez les lois nationale et locales pour des méthodes d’euthanasie prescrites et insistez pour que les autorités se conforment à ces exigences. L’euthanasie doit toujours être effectuée par un personnel bien formé, et on devrait prendre soin des membres du personnel, et les animaux ne devraient jamais être euthanasiés en raison d’autres animaux.

SOURCE : Sylvie Kramer http://www.communicationanimaleinfo.com

Publié dans ANIMAUX DANS L'AU-DELA | Pas de Commentaire »

Lorsque le ver de terre sort de l’ombre

Posté par othoharmonie le 23 juin 2015

 

 

290px-Tubifex02Commun mais pourtant méconnu, le lombric est l’animal choisi cette année comme emblème par Pro Natura. Travailleur de l’ombre, il est à l’honneur pour service rendu aux sols. «On cherchait un porte-parole pour parler de la surexploitation et de la diminution du sol en Suisse, explique Nicolas Wütrich, responsable de l’information pour Pro Natura. Le choix du ver de terre s’est vite imposé, même si l’on prenait un risque au niveau de l’image.» Au-delà du dégoût qu’ils peuvent susciter chez certains, les vers de terre méritent attention et respect. D’autant plus qu’ils représentent 80% du poids total des animaux, êtres humains compris, vivant sur la planète.

Il améliore la structure…

«Les vers de terre sont les intestins de la terre», disait déjà le philosophe grec Aristote. Le célèbre Darwin y a aussi consacré plus de quarante ans d’observation et un ouvrage Rôle des vers de terre dans la formation de la terre végétale (1881) dont les ventes en librairies dépassèrent, à l’époque, celles de L’origine des espèces. C’est dire! Aux côtés des fourmis, thermites, scarabées, taupes ou campagnols, les vers de terre contribuent au brassage du sol. Ce qui en améliore la structure. Ils ramènent à l’air libre des matières minérales profondes et enfouissent litière et fumiers qui se trouvent en surface. Cette action est principalement réalisée par les vers de terre appartenant à la catégorie des anéciques qui creusent des galeries verticales jusqu’à trois mètres de profondeur. Leur plus célèbre représentant est le Lumbricus terrestris qui dépose ses excréments en surface sous la forme de turricules. La formation de galeries favorise l’aération et le drainage du sol: deux conditions indispensables au bon développement des espèces végétales, mais également de tous les micro-organismes actifs du sol.

L’action des anéciques est complétée par celle des vers dits endogés. Plus pâles et plus petits, ils n’en restent pas moins très efficaces pour ameublir la couche arable en creusant des galeries horizontales. «On estime que les vers de terre creusent de 400 à 500 mètres de galeries sous un mètre carré de prairie. Dans les quarante premiers centimètres, où elles sont plus denses, ces galeries représentent 3% du volume total. Dans ces conditions, la capacité hydrique peut augmenter de 80% et la pénétration de l’eau être quatre à dix fois plus rapide», ont constaté les auteurs du livre Le sol vivant. L’action des lombrics est donc particulièrement positive dans les sols tassés ou lorsque les labours successifs forment une semelle étanche, car elle limite le ruissellement et l’érosion.

… et la fertilité du sol

On le sait désormais, les lombrics se nourrissent essentiellement de terre et de débris végétaux. Combattus jusqu’au XIXe siècle parce que la croyance populaire les accusait de grignoter les racines des plantes, les vers de terre sont désormais lavés de tout soupçon. Au contraire, leur travail est salué, notamment leur rôle de digesteurs. L’espèce Eisenia fetida appartient à la catégorie des épigés. Elle se plaît dans les matières organiques de surface: feuilles mortes, fumier ou compost (voir page suivante). Agnès Gerber pratique la lombriculture depuis plus de trente ans à Ollon (VD). Elle parle avec enthousiasme du travail de ses protégés. «Comme tous les autres lombrics, l’Isenia mange jour et nuit. Il ingurgite quotidiennement la moitié de son poids. Ses excréments composent un engrais naturel concentré de grande valeur, facilement assimilable par les plantes.» Dans la nature, ces déjections participent à la fertilisation des sols. On estime en effet que les lombrics produisent entre 40 et 100 tonnes d’humus par hectare chaque année, en mélangeant dans leur tube digestif matière organique, fines particules minérales et micro-organismes. Cette opération favorise aussi la multiplication des bactéries et des champignons utiles, améliorant ainsi l’état sanitaire du sol. Le laboratoire sols et substrats de la Haute Ecole du paysage, de l’ingénierie et de l’architecture de Genève (HEPIA) a étudié comment les sols participent à l’épuration des eaux de chaussée, fortement gorgées de polluants routiers. Le long de l’autoroute A9, en Valais, une prairie reconstituée épure ces eaux grâce à l’action conjointe d’une végétation appropriée et d’une forte densité de… vers de terre.

Le sol est menacé

Description de cette image, également commentée ci-aprèsBrasseur de sol, producteur d’humus, le lombric, même s’il ne fait pas partie des espèces menacées, voit constamment son espace vital se réduire. «Il n’y a qu’à voir le nombre de vers de terre qui meurent sur les routes après un épisode de pluie. Une fois à l’extérieur, ils ne trouvent plus de sol libre dans lequel pénétrer, relève Nicolas Wütrich. Depuis de nombreuses années, Pro Natura œuvre contre le mitage du territoire, notamment au sein du Comité de l’initiative pour le paysage. La pression est toujours plus forte sur le sol forestier et agricole, aux dépens de la biodiversité et des paysages. En Suisse, un mètre carré de sol naturel disparaît chaque seconde et avec lui en moyenne cent lombrics.» Hormis la destruction de la couche arable, les principaux dangers qui nuisent au travail des vers de terre sont l’usage de pesticides et le compactage de la terre par les machines agricoles, forestières ou de chantier.

Dans l’agriculture, selon une étude de l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL), le taux de mortalité des vers de terre peut atteindre 25% après un labour et 70% après le passage d’une herse rotative. Il s’agit donc de minimiser le travail du sol et d’adapter la mécanisation. Au jardin aussi, tout un chacun peut favoriser la bonne santé des lombrics en évitant l’usage de pesticides et en laissant en surface suffisamment de déchets de matières organiques pour qu’ils puissent se nourrir et proliférer. La légende qui dit qu’un ver de terre coupé donne deux individus une fois sectionné est absurde et trompeuse. Seule la partie antérieure peut éventuellement survivre. Mieux vaut donc laisser les vers en paix et apprécier leurs nombreux bienfaits.

Marjorie Siegrist

SOURCE Terre&Nature, le 16 juin 2011

 

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

QUI EST LE VER DE TERRE

Posté par othoharmonie le 23 juin 2015

 

Pontoscolex_corethrurusLe ver de terre est un animal fouisseur qui contribue au mélange permanent des couches du sol.

Sa diversité spécifique et génétique, son activité et son écologie en font un acteur majeur dans la structuration et l’entretien des propriétés physiques des sols, dont leur capacité à retenir et épurer l’eau et dans la qualité du fonctionnement des agroécosystèmes.

La géodrilologie est la branche de la zoologie dont l’objet est l’étude des vers de terre.

 

Les vers de terre sont omniprésents dans les sols tropicaux ou tempérés (sauf quand ils sont très acides). Au sein de la diversité d’organismes peuplant le sol, ils représentent le groupe dont la biomasse est la plus importante. Leur diversité taxonomique est très importante (3 627 espèces lombriciennes recensées en 1994 ; estimées à 7 000, voire beaucoup plus, au total).

Leur présence varie selon les milieux. Ainsi on peut trouver 10 individus/m² dans une forêt d’épicéas tempérée, 30 individus/m² dans une prairie maigre, 250 individus/m² dans une forêt de feuillus ou un champ et jusqu’à 500 individus/m² dans un pâturage. L’épandage de fumier solide de bovin, dans une proportion de 50 tonnes à l’hectare par année, augmente le nombre de Lumbricus terrestris (anéciques) de près de 250 %, leur nombre dépassant 1000 individus/m², ce qui représente 5 tonnes de vers de terre à l’hectare4.

Des recensements montrent généralement que cette abondance est beaucoup plus réduite au sein des parcelles agricoles labourées et monoculturales ou en présence de pesticides. En effet, depuis un siècle, certains terrains sont passés de 2 tonnes de vers de terre à l’hectare à 50 kg ou moins.

Selon les sols, le climat et les espèces de lombrics, on estime entre 40 et 120 tonnes de turricules qui sont excrétés par an et par hectare, autrement dit toute la terre d’un jardin ou d’un champ passe dans le tube digestif des lombrics en une cinquantaine d’années.

Les vers de terre appartiennent au groupe cœlomate, tripoblastique protostomien, à la sous-classe des Oligochètes (littéralement : qui ont peu de poils), à l’ordre des Haplotaxida et au sous-ordre des Lumbricina.

Les caractéristiques de morphologie sont utilisées par les systématiciens pour classer les vers de terre. Ces caractéristiques sont : la position segmentale du clitellum sur le corps, la longueur du corps, sa forme (cylindrique ou aplatie), le nombre de segments corporels, le type et la position des soies, la description du prostomium, le péristomium, la position externe et la morphologie des orifices génitaux, le type de renflements glandulaires sur le clitellum.

Chaque segment est généralement garni de quatre paires de courtes soies sur la face ventrale (vers tempérés) ou d’une rangée de soies tout autour (nombreuses espèces tropicales). Ces soies ont des tailles et formes variées selon le mode de vie et de locomotion.
Les deux premiers segments et le dernier n’ont pas de soies et ont un rôle particulier : pointe pour le premier, bouche pour le deuxième et anus pour le dernier. Le premier segment est appelé prostomium  (tête réduite par évolution régressive), le second peristomium , et le dernier pygidium.

Du fait d’une respiration cutanée (les vers de terre ne possèdent pas de poumons), le corps doit rester humide pour permettre la respiration et éviter la déshydratation.
Certains vers de terre d’Amérique centrale et du Sud peuvent atteindre les 3 mètres.

Le ver de terre possède une chaîne nerveuse ventrale (hyponeurien), et un système circulatoire fermé.

Le système circulatoire comprend un gros vaisseau dorsal contractile où le sang est propulsé vers l’avant. Cinq à sept paires de cœurs latéraux reprennent le sang et l’envoient vers l’arrière dans un vaisseau ventral.

Le tube digestif est assez élaboré et comprend une bouche, un pharynx qui peut servir de ventouse pour tirer les aliments dans les galeries et de broyeur pour les triturer. Les aliments passent ensuite dans le jabot, reçoivent un apport de carbonate de calcium des glandes de Morren, passent dans le gésier qui continue le broyage et atteignent enfin l’intestin. C’est là qu’est produit le complexe argilo-humique. La forte activité microbienne de son tube digestif permet au lombric de consommer 20 à 30 fois son volume de terre quotidiennement.

La couleur du corps est le plus souvent du rose au marron, parfois irisé avec des reflets violets. Quelques espèces sont très colorées (orange ou turquoise, notamment chez certains Trigasterd’Amérique centrale).

Le ver de terre se déplace dans un mouvement péristaltique, par contractions asynchrones des muscles longitudinaux et circulaires des segments qui prennent appui sur les cavités cœlomiques. Ces déformations des segments de l’hydrosquelette permettent la mobilité de l’animal.

Il existe de très nombreuses espèces de lombrics réparties sur toute la surface du globe, les plus grands, tels que Megascolides australis ou Driloleirus macelfreshi vivent pour la plupart en zone tropicale.

En France, les espèces Lumbricus terrestris (ver de terre commun), Lumbricus rubellus ou Eisenia fetida (ver du fumier) sont les plus fréquentes.

Certaines espèces vivent dans le bois mort et la matière en décomposition. D’autres circulent dans le sol essentiellement horizontalement, et d’autres encore verticalement (ce sont celles qui laissent des turricules caractéristiques en surface).

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

Formation de la terre végétale par les vers de terre

Posté par othoharmonie le 21 juin 2015

Darwin,_Earthworm,_Fig._2 

La Formation de la terre végétale par l’action des vers de terre, avec des observations sur leurs habitudes (titre original anglais : The Formation of Vegetable Mould through the Action of Worms, with Observations on their Habits, abréviation parfois utilisée : Worms) est le titre d’un ouvrage de Charles Darwin, dont la première édition est parue le 10 octobre 1881. Une année avant sa mort, Darwin concluait avec ce livre ses décennies d’études sur les interactions entre les vers de terre et la structure des sols, ainsi que sur le comportement de ces animaux.

Au début du xixe siècle, les vers de terre étaient considérés comme nuisibles, en particulier en dehors des sciences agraires. Les observations précises de Darwin sur leur mode de vie, ainsi que ses expériences sur leurs capacités auditives, visuelles et thermosensibles, ainsi que sur l’action de leurs réflexes conduisirent à la rapide diffusion de ses observations. Le savoir sur l’utilité des vers de terre dans l’agriculture s’imposa vite, même en-dehors des milieux spécialisés.

Sur la base de preuves de divers continents, Darwin avec l’exemple de l’écologie des vers de terre a démontré pour la première fois l’importance de la vie souterraine pour la formation des sols. 

De décembre 1831 à octobre 1836, Charles Darwin prend part à une expédition scientifique sur le HMS Beagle, qui le conduit autour du monde. Immédiatement après son retour, il commence à classer les éléments, les manuscrits et les notes qu’il a rapportés de ces cinq années, et à préparer les publications envisagées. La première paraît dès février 1838 sous le titre The Zoology of the Voyage of H.M.S. Beagle. Les suites du long voyage en mer et le travail intensif sur les manuscrits endommagent la santé de Darwin au point que ses médecins lui recommandent en 1837 d’arrêter ses travaux pendant quelques semaines, et d’aller passer l’été à la campagne. Darwin passe ces semaines de vacances chez son oncle Josiah Wedgwood II à Maer Hall dans le Staffordshire.

Pendant ce séjour dans la fraîcheur de l’été, son oncle lui raconte une observation qu’il a faite peu auparavant sur plusieurs de ses prairies. Francis Darwin, le troisième fils de Darwin rappelait en 1887 que son père n’avait jamais nié par qui il avait été incité à étudier les vers de terre : « Il était reconnaissant à son oncle Josiah Wedgwood de lui avoir fait observer que les vers, quand ils ramènent de la terre à la surface dans leurs excrétions, recouvrent tous les objets posés par terre » (repris de Graff). Peu de semaines après son départ de Maer Hall, le 1er novembre 1837, Darwin présenta devant la Geological Society of London une petite contribution : On the formation of mould (« Sur la formation des sols végétaux ») …

« […] dans lequel il est montré que les petits fragments de marne, de cendres, etc. répandus en couche épaisse sur plusieurs prairies se retrouvent au bout de quelques années à la profondeur de quelques pouces de profondeur, mais tout en gardant le profil de la couche initiale. Ce plongement apparent d’objets superficiels, résulte, comme Mr. Wedgwood de Maer Hall dans le Staffordshire m’en a suggéré au début l’hypothèse, de l’accumulation d’une grande quantité d’une terre très fine, qui est apportée constamment à la surface par les vers sous la forme de leurs excréments cylindriques. Ces excréments sont tôt ou tard étalés à la surface, et recouvrent tout objet resté à la surface du sol. J’ai donc été amené à la déduction que toute la terre végétale du pays est déjà passée de nombreuses fois par les voies digestives des vers, et y passera encore beaucoup. »

L’exposé de Darwin est publié tout d’abord en 1838, rédigé par un auteur inconnu, dans les Proceedings of the Geological Society of London, puis en 1840 par Darwin lui-même, dans une version retravaillée et complétée, dans les Transactions of the Geological Society. Une faute d’impression dans cette deuxième publication conduit Darwin à faire une petite communication en 1844 dans laGardeners’ Chronicle and Agricultural Gazette, sous le titre On the Origin of Mould

Ce n’est que dix ans après la publication de son ouvrage majeur L’Origine des espèces et qu’il a commencé son travail sur La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe qu’il recommence, en 1869, à s’occuper de l’importance des vers de terre pour la formation de la terre végétale. Le déclencheur en est une critique de son article de 1844 dans la Gardener’s Chronicle :

« En 1869, M. Fish a rejeté mes déductions concernant le rôle que les vers jouent dans la formation de la terre végétale, et ce pour l’unique raison de leur supposée incapacité à accomplir ce travail. Il remarque : « eu égard à leur faiblesse et à leur petite dimension, le travail qu’ils auraient accompli selon cette conception serait étonnant ». […] Bien que ces objections ne m’apparaissent avoir que peu de poids, je me suis décidé à entreprendre une série d’observations supplémentaires de la même nature que celles déjà publiées[…] »

Image illustrative de l'article La Formation de la terre végétale par l'action des vers de terreDe trois lettres de la nièce de Darwin, Lucy Wedgwood, il ressort que celle-ci a dès mai 1870 fait des observations sur les activités de vers de terre qu’elle gardait apparemment dans des récipients ; cependant, ce n’est qu’à partir de l’hiver 1870/71 que l’on peut avoir la preuve d’un tas de dessins de Darwin sur ce thème. Ce n’est qu’en 1983 que Graff a attiré l’attention sur ce point, après un réexamen des documents originaux laissés par Darwin.

Pendant les dix années suivantes, Darwin rassemble tous les écrits possibles sur les vers de terre, demande en des lieux éloignés dans le monde des collections d’échantillons, ou tout au moins des descriptions précises des excréments, et conduit de son côté de nombreuses expériences. Le manuscrit est terminé enfin à la fin de mai 1881 ; l’édition du livre est retardée jusqu’à octobre 1881, parce que l’éditeur anglais de Darwin s’attache à le faire paraître simultanément en Angleterre et aux États-Unis.

 

 

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

LA LOMBRICULTURE

Posté par othoharmonie le 21 juin 2015

 

 

La lombriculture est une culture qui consiste en un élevage intensif de vers de terre du genre Eisenia Foetida ou vers de fumier et Dendrobena Veneta.

empresa03Ces vers sont spécifiques. Ce sont des épigés : ils vivent à la surface du sol et sont dévoreurs de matières organiques en décomposition. Ils mangent jusqu’à leur poids de nourriture par jour.

Les températures situées entre 15°C et 25°C sont idéales pour rendre les vers efficaces dans leur travail.

Ces mêmes vers sont d’excellents appâts pour la pêche en rivière.

 

Le lombric n’a ni poumons ni branchies. Seule sa peau, toujours humide, lui permet de respirer : l’air traverse l’épiderme, approvisionnant le système sanguin en oxygène. Le lombric se couvre de mucus pour permettre à l’oxygène dissous de pénétrer dans leur circulation sanguine.

Ces vers sont hermaphrodites : chaque individu est à la fois mâle et femelle ; mais il faut qu’ils soient deux pour échanger leurs cellules mâles et ainsi féconder leurs ovules. Ils s’accouplent au niveau du Clitellum (zone gonflée située au tiers antérieur du corps) l’un contre l’autre tête-bêche.

 

Après cet échange réciproque de semence, le clitellum va fabriquer des cocons qui enfermeront les ovules et les spermatozoïdes : c’est à ce moment-là qu’a lieu la fécondation. Après leur libération, l’incubation dure entre 15 à 20 jours, selon la température et l’humidité ambiantes.

Des cocons sortent un à quatre jeunes vers de couleur translucides qui se muent en rose rapidement, avant qu’ils ne prennent leur couleur définitive au bout d’une vingtaine de jours. 

Ces jeunes lombrics mettront 30 à 90 jours pour devenir adultes.

Les lombrics régulent leur population en fonction de la nourriture. Peu nourris, ils se reproduisent moins. Ils peuvent rester jusqu’à 6 semaines sans apport de nourriture,

SOURCE  / http://www.lombriculture.net/

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

Comment attraper un ver de terre

Posté par othoharmonie le 19 juin 2015

 

 Au jardin avec une fourche bêche, on trouvera des vers de terre clairs (lombrics), en mars avril en bêchant un emplacement où sont visibles les tortillons, on recueillera des vers à tête noire et de gros lombrics orangés.

 Au printemps, lorsque la terre est humide, placez-vous dans un pré  ou les tortillons sont nombreux et piétinez un emplacement. Au bout de cinq minutes les vers vont sortir de terre sur un périmètre pouvant aller jusqu’à cinq mètres de votre place. C’est ainsi que je faisais ma provision annuelle de vers dans un pré qui me donnait jusqu’à deux litres de têtes noires en un quart d’heure.

 erEarthwormsPlatanusLeaves

Une technique ludique est de les chercher à la lampe électrique. Les nuits humides de printemps, les vers à tête noire sortent de leurs trous mais laissent une partie de leur corps dans ces trous. Il faut trouver un endroit ou la terre est nue et tassée, s’il y a des tortillons c’est idéal. Venir discrètement la nuit avec une veille lampe électrique qui n’éclaire que faiblement (les vers n’ont pas d’yeux mais sont sensibles à la lumière et s’enfoncent au trou s’ils sont trop éclairés). Ne pas taper du pied et se saisir ferment du ver qui bataillera pour retourner au trou, il suffit de le maintenir fermement sans tirer, il lâchera prise.

Les vers à tête noire ont la queue qui se termine en feuille de saule, c’est ainsi qu’ils s’ancrent dans leur galerie.  

En été, chercher un coin bien tallé et avec des tortillons puis ouvrez le jet d’eau et faites tomber en pluie, vous récolterez des vers qui viendront au bout de cinq minutes en croyant à une bonne averse.

 Pour les conserver, un gros seau se fermant avec un bon couvercle que vous percerez avec une pointe pour aérer. Ce sceau  contiendra un peu de terre et des  feuilles mortes, on peut rajouter du café ou n’importe quoi qui sent assez fort, le vers absorbe les odeurs comme une éponge. Une petite rasade de Ricard donnera un petit goût anisé à vos vers, faites l’essai.

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

Un sol tout plein de vie

Posté par othoharmonie le 19 juin 2015

 

 1280px-Amynthas_fuscatus_01

Les vers de terre sont de précieux alliés pour le jardinier. Ils digèrent les débris végétaux et enrichissent le sol en humus, et, grâce à leurs galeries, ils aèrent la terre et limitent le ruissellement de l’eau. Découvrez ces travailleurs de l’ombre…

Les vers de terre sont des animaux invertébrés (Annélides) présents dans presque tous les sols de la planète, à l’exception des plus acides ou des plus arides. On en compte environ 150 espèces en France, et au moins 10.000 dans le monde. Ils représentent la première biomasse animale terrestre : en moyenne, le sol en contient une tonne par hectare (jusqu’à 4 tonnes dans les prairies), ce qui correspond à 1 à 4 millions d’individus / ha, tout de même!

Selon les espèces, leur longueur est variable ; elle peut atteindre 30 ou 40 cm pour les plus longs. Certaines vivent exclusivement à la surface du sol (enchytréïdes), d’autres creusent de profondes galeries (lombrics), mais tous se nourrissent de matière organique (débris végétaux en décomposition à la surface du sol, organismes vivants comme les nématodes -dont certains sont des auxiliaires intéressants-, protozoaires, bactéries, champignons…), plus ou moins mélangée à de la terre. En période active, un ver de terre peut absorber chaque jour (et rejeter, sous forme d’excréments) 1,5 fois son poids en terre : sur un hectare, c’est donc 1,5 tonne de terre qui est « brassée » chaque jour par les vers de terre.

Des vers de terre pour un sol fertile

Les vers de terre sont considérés comme des indicateurs d’un sol en bonne santé. En effet, ils jouent un rôle primordial dans la fertilité et la structure des sols :

 

  • Ils assurent, avec certains microorganismes, le recyclage de la matière organique, qu’ils contribuent à décomposer, grâce à la digestion des débris végétaux, et à répartir dans le sol, par leurs déplacements (absorbée en surface, la matière organique est enfouie en profondeur, le long des galeries). C’est d’ailleurs cette capacité des vers de terre à transformer les déchets végétaux en humus qui est utilisée en lombricompostage.
  • Ils favorisent l’alimentation et la croissance des plantes, en recyclant la matière organique dont ils enrichissent le sol, mais aussi en facilitant le développement des racines des végétaux (terre ameublie, croissance racinaire plus aisée le long des galeries).
  • Ils améliorent la perméabilité et l’aération des sols : leurs galeries permettent une meilleure pénétration de l’eau de pluie ou d’arrosage (qui ruisselle moins : les sols s’en trouvent stabilisés et moins sensibles à l’érosion) et facilitent les déplacements gazeux.
  • Ils modifient la structure granulaire et les caractéristiques physico-chimiques de la terre (formation de micro-agrégats plus stables, équilibration du pH…).

Les turricules

Les turricules sont les excréments des vers de terre : on en voit souvent à la surface du sol, sous forme de petits tortillons ou d’agrégats. Peu appréciés sur un gazon impeccable (qu’ils rendent boueux par temps de pluie), ils n’en sont pas moins intéressants : la terre ainsi digérée est très fine et elle est enrichie en azote (sous forme d’humus), mais aussi en minéraux (calcium, magnésium, phosphore, potassium). C’est une source de fertilisants précieuse et gratuite : utilisez donc les turricules pour vos rempotages !

Description de cette image, également commentée ci-aprèsFavoriser les vers de terre dans le sol du jardin

Les populations de vers de terre sont plus nombreuses dans certaines circonstances ; à l’inverse, certains sols ou certaines pratiques culturales leur sont défavorables. Apprenez à favoriser la présence de ces auxiliaires discrets mais efficaces !

Ils aiment

  • La présence de débris végétaux laissés au sol, qui leur fournit de la nourriture, un abri (pour les espèces épigées, c’est-à-dire de surface), et qui entretient l’humidité du sol, essentielle aux vers de terre qui « respirent » par la peau (laquelle doit rester humide pour assurer les échanges gazeux) ;
  • Une couverture végétale des sols ;
  • La rotation des cultures (ne plantez pas toujours la même chose au même endroit, ce qui est d’ailleurs un principe de base du jardinier) ;
  • Les épandages de fumier (dont les vers de terre se régalent !) ;
  • Les sols limoneux, argileux, frais.

Ils n’aiment pas

  • Les sol trop travaillés : le travail du sol, et en particulier le retournement de la terre, peut détruire les oeufs (déposés généralement en surface) et les galeries ; les outils blessent les vers ;
  • Les sols nus (peu de débris végétaux donc peu de nourriture) ;
  • Les sols compactés (par le piétinement ou le passage de véhicules par exemple) ;
  • Les sols sableux, et/ou demeurant longtemps secs en été ;
  • Les sols très acides.

Les vers de terre ne semblent guère sensibles aux pesticides ; ce n’est cependant pas une raison pour ne pas les bannir de votre jardin !

Source : http://www.gerbeaud.com/

 

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

BIBLIOGRAPHIE DU LOMBRIC

Posté par othoharmonie le 19 juin 2015

 

  1. Darwin 1881
  2.   Pédofaune ou faune du sol 
  3.  Bustos-Obregon, E. and R. I. Goicochea (2002). « Pesticide soil contamination mainly affects earthworm male reproductive parameters. » Asian Journal of Andrology 4(3): 195-199.
  4.  Classification 
  5. Patrick Lavelle, « Les vers de terre, acteurs majeurs de la vie   » émission Continent sciences sur France Culture, 22 octobre 2012
  6.  L’incroyable histoire des vers de terre   INRA

800px-Lumbricus_terrestris
  UPMC Biologie, Programme du Séminaire de clôture du Projet ANR Jeune Chercheur « Edisp » ; Capacité de dispersion des vers de terre   14 & 15 juin 2012 ; avec ANR, campus de Jussieu

 

 

 

DES LIENSDescription de cette image, également commentée ci-après

 

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

Un regard holistique sur le décès animal

Posté par othoharmonie le 17 juin 2015

 

animauxTémoignage du Docteur Vétérinaire Shawn

Il y a plusieurs années, j’ai pris la décision de devenir un vétérinaire holistique  nous dit le Docteur Shawn :

Avant cette décision, j’étais simplement un vétérinaire classique. Une partie de la pratique conventionnelle comprenait la tâche difficile d’euthanasier, à l’occasion, des animaux de compagnie. L’euthanasie, qui signifie mort paisible, est une partie importante de la pratique vétérinaire. Elle nous permet de mettre fin à la souffrance des animaux et d’empêcher une mort douloureuse, prolongée et l’agonie.

Au début de ma carrière vétérinaire, j’ai effectué l’euthanasie sur de nombreux animaux. Malheureusement, un jour, j’ai euthanasié 3 chiens totalement sains, appartenant à quelqu’un qui n’était pas un client régulier. Il était venu un samedi matin avec la plainte que tous les trois chiens avaient des « problèmes de comportement » et il voulait les « mettre en sommeil » (un terme que je n’ai jamais aimé parce que les animaux de compagnie euthanasiés ne sont pas mis en sommeil, mais plutôt mis à mort).

Je l’ai questionné au sujet d’une adoption de ses animaux afin qu’ls soient heureux, mais il ne voulait pas le faire. Etant relativement un « nouveau » vétérinaire, j’ai fait confiance à cet homme, et ses animaux de compagnie ont été euthanasiés. Le reste de la semaine, j’ai regretté cette décision et j’ai probablement eu le pire week-end de ma vie. J’ai pris la décision que je n’euthanasierais plus les animaux de compagnie que lorsque je sentirais la nécessité de cette procédure.

Avance rapide de quelques années de ma décision de commencer mon voyage merveilleux dans les soins holistiques. En tant que vétérinaire classique, vaincre la maladie était mon objectif. L’euthanasie est souvent considérée comme une « échappatoire » et aveu d’échec. Ce point de vue est toujours détenu par de nombreux vétérinaires classiques, comparativement aux vétérinaires holistiques dont le but est très différent, et qui, je crois, offrent une vue plus pacifique.

Du point de vue holistique, nous acceptons que toutes les créatures meurent. Nous ne pouvons pas éviter la mort, mais la considérer comme un passage de cette vie à quelque chose d’autre. La mort est une simple continuation du grand « cercle de la vie ». L’euthanasie devient alors un moyen de mettre fin à la souffrance, plutôt qu’une défaite, une perte, ou un aveu d’échec. Fait intéressant, en qualité de vétérinaire holistique, je trouve que je suis souvent celui qui traite de la mort, la fin de vie et l’euthanasie avant que le propriétaire de l’animal ne m’interroge sur ces sujets.

J’avoue honnêtement aux propriétaires, en particulier à ceux dont les animaux ont des conditions terminales, que la mort viendra à un moment donné. Nous ne conservons pas cet animal, mais nous donnons plutôt à l’animal et au propriétaire davantage de temps de qualité ensemble, grâce à notre approche holistique de la guérison.

Le point de vue holistique offre « un espoir aux désespérés », l’espoir est un espoir réaliste, pas un faux espoir. Dans une pratique médicale conventionnelle, si aucun traitement n’est disponible, alors rien ne peut être fait pour le patient. Dans la pratique médicale holistique, l’approche est différente bien sûr.

De nombreux traitements sont disponibles pour des conditions qui sont considérées comme «incurables » par les normes conventionnelles. Dans les rares cas où aucun traitement n’est disponible, nous avons encore de nombreuses thérapies pour « gérer les questions de fin de vie », prolonger le confort et le bien-être du patient, et préparer à la fois animal et propriétaire à l’inévitable.

On me demande souvent : « Comment vais-je savoir quand il est temps d’envisager l’euthanasie » ? Certes, il y a des signes que l s propriétaires peuvent rechercher, comme le manque d’appétit, le manque d’intérêt pour l’environnement, l’incapacité de contrôler les fonctions corporelles, et l’incapacité de se déplacer. Ma meilleure réponse, cependant, remonte à l’approche holistique. Voici ma règle d’or pour savoir « quand il est temps ». Chaque fois qu’un animal de compagnie et le propriétaire ne sont pas en mesure de profiter l’un de l’autre, il est temps de dire au revoir. Lorsque l’animal a clairement renoncé, malgré tous nos efforts, il est temps pour le propriétaire de prendre cette décision très généreuse de permettre à l’animal de se déplacer et de mettre fin à la souffrance de l’animal.

images (1)Les propriétaires qui partagent mon point de vue holistique sont très en contact avec leurs animaux de compagnie, et disent souvent qu’ils communiquent eux. Je crois que c’est possible, et de nombreux propriétaires me disent que les animaux leur ont dit qu’il était temps de dire « good bye ».

En utilisant cette approche très globale, les propriétaires peuvent prendre la difficile décision d’euthanasier leur animal de compagnie sans culpabilité. Ils savent que l’animal est prêt à passer, et le lien spécial entre animal et propriétaire ne sera jamais brisé. Examiner les questions de fin de vie de cette manière très saine et holistique permet, à un processus difficile, d’être un peu plus rassurant pour tous les participants.

Docteur Vétérinaire Shawn http://www.petcarenaturally.com/articles/holistic-look-at-death.php

Publié dans ANIMAUX DANS L'AU-DELA | Pas de Commentaire »

L’ANIMAL ET LE MONDE DE L’AU-DELÀ

Posté par othoharmonie le 17 juin 2015

monies animalesDe l’Ancien au Nouvel Empire s’opère un glissement sensible du domaine royal au domaine divin. Dès lors, l’animal, « image vivante du dieu », est perçu comme le support matériel en lequel se manifeste la divinité selon sa spécificité. L’animal, représentant unique de son espèce, choisi en fonction de critères précis pour incarner le dieu durant son existence, est entouré de soins particuliers, élevé dans l’enceinte du temple et reçoit à sa mort les honneurs divins : en tant que nouvel Osiris, son corps est embaumé et il rejoint ses prédécesseurs dans la nécropole dévolue aux manifestations animales du dieu, tandis que son successeur est intronisé. Il en va ainsi, au moins dès le Nouvel Empire, des taureaux Apis, manifestation de Ptah à Memphis, Mnévis, manifestation de Rê à Héliopolis, et Boukhis, manifestation de Montou-Rê à Armant.

A la Basse Époque, les clergés locaux, exacerbant ou se faisant seulement l’écho d’une tendance accrue à un nationalisme régional qui s’appuie sur les cultes tutélaires et la piété populaire, étendent cette pratique à tous les représentants d’une espèce, selon une tradition inaugurée autour des falconidés d’Horus – principe royal par excellence – au moins dès la XXXe dynastie à Edfou, Philae et Athribis . Désormais, tout être vivant en qui la divinité peut trouver un support pour se manifester devient l’emblème de son action à tous les stades de l’existence. Les théologiens développent le système imagé de l’expression du divin habituel à l’Égyptien en ayant recours à la figuration d’un animal ou de l’une de ses parties significatives pour rappeler ou décrire une situation précise de l’activité créatrice. De la sorte, les mœurs amphibies du crocodile évoquent la conjonction des éléments aquatiques et terrestres, lesquels sont à la base de la création et source de toute vie qui se concrétise par le surgissement de la lumière.

Ainsi le crocodile devient-il, sous le vocable de Sobek-Rê, l’une des manifestations du démiurge en son activité créatrice et organisatrice de l’univers. Selon ce principe, d’innombrables nécropoles sont ouvertes à proximité des temples, dans lesquelles s’entassent les momies des représentants d’une espèce dont chacune constitue le réceptacle d’une parcelle de la divinité.

La momie de l’animal consacré à un dieu local devient ainsi l’expression tangible de l’immanence du principe divin, notion qui jusqu’alors ne dépassait guère le cercle des théologiens et autour de laquelle se cristallise dorénavant une grande part de la piété populaire. Cette pratique atteint sa pleine expansion à l’époque ptolémaïque. En dépit du manque de critères de datation dans la plupart des cas, certaines études ont permis de poser quelques jalons chronologiques. Notamment, l’étude des momies de crocodiles du Muséum tendrait à montrer que les plus anciennes ne seraient pas antérieures au IIIe siècle avant notre ère et qu’un grand nombre d’entre elles aurait été confectionné dans le courant du Ier siècle avant notre ère, autrement dit à la fin de l’époque ptolémaïque.

imagesLa quantité et la qualité des momies animales auraient décru au cours de l’époque romaine et cette forme de culte aurait disparu dans les premiers siècles de notre ère, parallèlement à l’affirmation du christianisme  . Beaucoup reste à faire cependant en ce qui concerne la compréhension du phénomène religieux que constitue, à la Basse Epoque, la momification de tous les représentants d’une même espèce associée à la manifestation d’une divinité. La présence de momies de tel animal dans tel lieu s’explique parfois difficilement si l’on considère les cultes principaux de la localité. Il faut peut-être alors se tourner vers l’essor, à l’époque tardive, de cultes secondaires méconnus et réexaminer la théologie locale. Le problème de l’approvisionnement en animaux destinés à la momification serait en outre à reconsidérer. La forte proportion de jeunes et de bébés observée dans certaines populations d’animaux momifiés comme les chiens, les chats ou les crocodiles impliquerait l’existence d’élevages.

Ces élevages devaient toutefois être réservés à quelques espèces – dont les crocodiles – et l’on est amené à supposer que, pour la plupart des animaux, les Égyptiens pré- levaient des spécimens vivants dans leur cheptel ou bien organisaient des collectes à grande échelle afin de récupérer les animaux morts naturellement. En ce qui concerne les oiseaux – à l’exception des faucons pour lesquels les textes anciens mentionnent des fauconneries -, on peut également suggérer la tenue de grandes chasses au filet en vue d’approvisionner les officines des embaumeurs. Les représentants d’espèces sauvages, dangereuses et difficiles à observer, ont probablement été offerts après avoir été tués au cours d’une chasse à moins qu’ils n’aient été trouvés morts au détour d’une promenade dans les franges désertiques de la vallée et soustraits à l’action des charognards et des nécrophages : ceci expliquerait le fait que l’on rencontre parfois simplement des fragments momifiés, tels les griffes et dents de hyènes ou de lions.

La pratique cultuelle qui a abouti à la momification de nombreux animaux offre la possibilité de connaître les espèces qu’ont côtoyées les anciens Egyptiens. Beaucoup d’entre elles ont disparu du sol de l’Egypte, en grande partie à cause de l’action de l’homme. Il faut aujourd’hui les rechercher plus à l’ouest, dans les réserves du Sahara, et au sud, au cœur de l’Afrique orientale. A leur tour, elles se trouvent menacées par l’homme en raison du développement démographique et de l’instabilité politique de nombreux pays et leurs aires de répartition ne cessent de se restreindre. A plus ou moins court terme, certaines d’entre elles risquent de s’éteindre, tel l’oryx dont le dernier spécimen a été vu en Egypte en 1906 et qui survit aujourd’hui en petit nombre dans le Sahara.

 

Extrait de : L’ANIMAL ET LE MONDE DE L’AU-DELÀ LES MOMIES DU MUSÉUM D’HISTOIRE NATURELLE DE LYON Muriel NICOLOTTI & Lilian POSTEL Institut d’Égyptologie Victor-Loret Université Lumière-Lyon 2

 

Publié dans ANIMAUX DANS L'AU-DELA | Pas de Commentaire »

La réincarnation des animaux

Posté par othoharmonie le 15 juin 2015

 

CHATSUne médium très connue, raconte l’histoire suivante. Son mari qui était aveugle avait eu plusieurs chiens d’aveugle pour le guider dans ses déplacements. Après la mort de son mari et du dernier chien d‘aveugle, Michèle a reçu en cadeau un jeune chien qui n’avait pas et qui n’aura pas, par la suite, de formation pour être chien d’aveugle. A l’âge adulte, ce chien développera des capacités de guidage identiques à celles d’un chien d’aveugle ! Pour Michèle, ce chien était la réincarnation d’un des précédents chiens de son mari. Cette histoire peut apporter une réponse à la deuxième question : les animaux se réincarnent ils. Pour cette question, comme pour la précédente, il ne peut y avoir de preuve absolue !  

Depuis quelques années, nous voyons publier des livres parlant de communication avec les animaux. Les communications avec les animaux vivants permettent de mieux les soigner, car ils disent ce qui les fait souffrir. Mais il existe également des communications avec des animaux décédés. Le dernier livre de Kim Shéridan est très instructif, il raconte, entre autre, l’histoire d’une colonie de rats, dont certains se réincarnent plusieurs fois dans la même famille.  

Dans le chapitre 19 de son livre, Kim Sheridan, s’insurge contre la théorie de l’âme-groupe. 

« Une autre théorie courante que j’ai entendue est que les animaux n’ont pas d’âme individuelle, qu’ils sont simplement une partie d’une « âme de groupe» au mieux, et rien de plus. Une fois qu’ils meurent, ils fusionnent avec une conscience de groupe animale et leur individualité, leur personnalité unique s’en va pour toujours. D’innombrables personnes sont venues vers moi en larmes après qu’elles aient entendu cette « théorie» par quelqu’un vers qui elles s’étaient tournées pour avoir du soutien pendant qu’elles pleuraient la perte d’un compagnon bien-aimé, un compagnon qui n’existe plus vraiment, leur a-t-on dit. » 

Mais dans toute son existence, Kim Sheridan a adopté et vécu avec des centaines d’animaux et elle nous confie seulement le destin exceptionnel d’une dizaine de rats, dont quatre qui se sont réincarnés dans sa maison. Et les autres? N’avaient-ils pas le même rapport de sociabilité avec elle et avec les humains, n’avaient-ils pas la même aura ? Voyons donc cette théorie de l’âme-groupe décrite par Raoul Montandon

« Imaginons une chambre divisée en deux par un rideau, dont un côté représente le monde Astral et l’autre le monde physique. Supposons que de chaque côté se trouve un homme. Ces deux êtres ne peuvent ni se voir ni se rencontrer. Dix ouvertures sont pratiquées dans le rideau; l’homme placé dans la division représentant le monde astral peut, à travers ces ouvertures, faire passer ses dix doigts dans la division représentant le monde matériel. Cet homme donne une excellente image de l’âme-groupe. Les doigts représentent les corps des animaux appartenant à une même espèce. Il peut les mouvoir comme il l’entend; Il ne peut cependant pas les utiliser aussi intelligemment, ni aussi librement que le peut l’homme, qui arpente la division physique, lequel peut se servir de son corps. Ce dernier voit bien les doigts en mouvement, mais il ne se rend pas compte du rapport existant entre eux. Ils lui paraissent être tous distincts, les uns des autres. Il ne peut deviner que ces doigts sont ceux de l’homme caché derrière le rideau et que leurs mouvements sont dirigés par son intelligence. S’il blesse un de ces doigts, ce n’est pas seulement lui qu’il meurtrit, mais surtout l’homme qu’il ne voit pas. Un animal blessé souffre, mais pas au même degré que son âme-propre. Le doigt n’a pas de conscience individuelle, il se meut au gré de l’homme qui le dirige. Les animaux en font de même suivant les impulsions de l’âme-groupe. Nous parlons «d’instinct animal», «d’instinct aveugle», et cependant il n’y a rien d’aveugle dans la manière dont l’âme-groupe guide ses membres. Il n’y a là que de la sagesse… »  

« Ainsi, tandis qu’il y a dans chaque homme un Ego distinct et conscient de lui même, qui domine ses actions, le fragment divin de chaque animal n’est pas encore individualisé et conscient de lui-même, mais fait partie du véhicule d’une entité consciente, l’âme-groupe, qui appartient à une évolution différente. Ce que nous venons de dire, conduit à considérer l’âme-groupe comme une sorte de réservoir commun d’instinct et d’intelligence, dans lequel viennent puiser un certain nombre d’individus incarnés dans des corps de chair. Moins le groupe, ou l’espèce, sera évolué, plus le nombre d’individus mus par une âme-groupe sera élevé… »  

« Il résulte de ceci que les animaux qui sont en contact direct avec l’homme et qui vivent dans son intimité, trouvent ainsi l’opportunité de faire certaines expériences, d’acquérir certaines qualités qui auront une répercussion sur l’âme-groupe, la modifiant insensiblement dans le sens de ce qui distingue l’humanité de l’animalité. En sorte que le commerce humain représente, pour les animaux domestiqués ou asservis, le gage d’un progrès à venir, dans la longue lignée de l’évolution… »  

Cette conception de l’âme groupe est contestée par certains dont Jean Prieur (3) qui la réserve uniquement aux animaux à sang froid.  

L’individualisation.  

« Les animaux sont mis en contact avec l’homme pour que leurs instincts sauvages soient extirpés et que leurs attributs  « humains » se développent en eux.. ». Après de nombreuses réincarnations, ils finissent par avoir une âme individuelle et progressent pour eux même et non pour l’âme groupe tout entière. 

réincarnation
« Ces considérations préliminaires nous permettent maintenant d’examiner par quel processus l’animal évolué quitte le règne animal (l’âme-groupe) pour pénétrer dans le règne humain, autrement-dit: comment il devient une individualité consciente et responsable… »  

« Soyez bons pour les animaux. N’oubliez jamais qu’ils ont une âme, plus développée que celle des végétaux et qu’ils souffrent comme nous physiquement et moralement ». Cette phrase de Georges Morrannier, est citée au début des textes  concernant l’âme des animaux.  Celle-ci : « Quelques questions sont encore sans réponse, telle que les raisons de la souffrance des animaux… », si elle était appliquée à l’animal comme elle est applicable à l’homme, justifierait l’évolution de l’âme animale par la réincarnation ! Georges Morrannier semble totalement opposé à cette idée ! Mais alors pourquoi les animaux doivent ils donc souffrir ? 

Georges Morrannier nous a expliqué, en détail, le fonctionnement de l’Au-delà pour les humains. Ne lui en demandons pas plus. Un de ses prédécesseurs, Pierre Monnier, jeune officier français de 23 ans mort au combat en Argonne en janvier 1915, a communiqué avec sa mère, Cécile dès 1918 et jusqu’à la veille de la deuxième guerre mondiale.   

Dans son message  du 11 septembre 1919, il disait déjà que « les chiens se réincarnent volontiers et cherchent à revenir sur terre, quand ils ont été heureux.. »  

Tous les textes des pages ENSEIGNEMENTS ont fait l’objet d’un dépot de copyright 44825 et 48052.

Publié dans ANIMAUX DANS L'AU-DELA | Pas de Commentaire »

Les caméléons attirent l’homme

Posté par othoharmonie le 15 juin 2015

 

images (3)Fragile et mal aimé

Les rapports entre l’homme et le caméléon sont rarement agréables pour ce dernier ; et les légendes selon lesquelles le caméléon porte malheur ne suffisent pas à décourager certains de le capturer, provoquant ainsi la mort de cet animal inoffensif.

Menacé par les hommes

La pire menace que l’homme fasse peser sur le caméléon est la destruction de son biotope, notamment à cause de la déforestation. Le problème est particulièrement patent à Madagascar. Les deux autres causes principales de raréfaction des caméléons sont l’extermination de ses proies par des produits chimiques (pesticides) et le trafic pour le marché des animaux de compagnie. Pourtant, conserver un caméléon captif en bonne santé tient de l’exploit, et sa mise en terrarium est souvent suivie d’une mort rapide. Un trafic des espèces les plus rares, même protégées par la Cites (Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction), persiste. Le caméléon commun, capturé et vendu aux touristes sur les marchés en Afrique du Nord, meurt le plus souvent rapidement, parfois après quelques jours seulement, faute d’insectes à se mettre sur la langue ou d’un environnement adapté.

Un animal sacré au rôle purificateur

Chez les Dogons du Mali, le caméléon figure dans les sanctuaires et apparaît dans les rituels comme l’animal purificateur, protecteur de la Terre et des hommes.

Pour les Pygmées Mbuti, le caméléon Aruméi aurait aidé le dieu Aribati dans sa création du monde. Cet animal sacré est aussi pour eux un objet de crainte, car ils le croient capable de manipuler l’éclair et lui attribuent la responsabilité du déluge : au temps où la Terre était vide de toute eau, Aruméi était grimpé sur le grand arbre Tii, qu’il avait fait pousser pour se rapprocher d’Aribati. Entendant des murmures à l’intérieur du tronc, il fendit l’arbre. Aussitôt, un fleuve d’eau en sortit et submergea la Terre.

Porte-malheur ou porte-bonheur

À Madagascar, le caméléon n’est pas vraiment fâdy (tabou), mais, chez certaines ethnies, rencontrer l’animal annonce un malheur à venir dans la famille, surtout si le promeneur marche dessus (le premier malheur est donc pour le caméléon !). Les auteurs anciens racontent que, sur la côte orientale de la Grande Île (aujourd’hui Madagascar), le caméléon était autrefois redouté des femmes célibataires, qui l’accusaient de pouvoir leur crever les yeux d’un coup de langue et de les empêcher ainsi de trouver un mari. En République centrafricaine aussi, on prétend qu’il peut attaquer en crachant dans les yeux une salive qui rend aveugle. Afin de se protéger contre ces dangers imaginaires, l’homme a tué l’animal pour lui prélever un fragment de peau ensuite porté au cou, séché dans un sachet, comme gri-gri.

En Afrique du Nord et en Espagne, au contraire, le caméléon est perçu comme un porte-bonheur. Mais, là encore, il s’est trouvé transformé en gri-gri .Dans certaines régions cependant, sa présence près de la maison est considérée comme bénéfique.

Proverbes et légendes de Madagascar

Le caméléon, avec sa maigreur, ses étranges excroissances, ses curieuses réactions de défense, ses yeux qui peuvent regarder dans des directions différentes, sa marche lente et ses possibilités de changement de couleur, a toujours frappé les imaginations et inspiré de nombreux proverbes tels que ceux cités par Raymond Decary dans son ouvrage Faune malgache (1950) : « N’imite pas le caméléon qui se gonfle d’autant plus que les amis qu’il rencontre sont faibles et malheureux » ; « Le destin est comme le caméléon sur un arbre, il suffit quelquefois qu’on siffle pour qu’il change de couleur » ; « Fais comme le caméléon en marche : regarde en avant et, en même temps, observe ce qui est derrière »…

L’origine des caméléons fait également l’objet de récits fabuleux. Ainsi, des légendes malgaches veulent que les caméléons soient le résultat de la transformation d’escargots de la forêt, ou encore qu’ils naissent de certains œufs de crocodiles.

 

Publié dans CAMELEON | Pas de Commentaire »

123
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello