Les origines du hérisson

Posté par othoharmonie le 7 septembre 2013


Les origines du hérisson dans HERISSON glis_glis_edible_dormouse_in_winter_sleepLa famille du hérisson aurait vu le jour il y a environ 60 millions d’années avant notre ère. On a découvert il y a 35 ans le fossile du Zalambdalates en Asie. Cet ancêtre serait à l’origine du hérisson. On a retrouvé des fossiles sur presque tous les continents et même en Amérique d’où les hérissons ont disparu par la suite.

On considère que les différentes espèces de hérissons n’ont que très peu changé depuis plus de 15 millions d’années.

Les Anglais l’appellent « hedgehog » ce qui signifie « cochon de haie ». Le mot français « hérisson » à donné « hérissé ». Il désigne des outils à pointes metalliques, comme la brosse à ramoner les cheminées.

C’est un opportuniste qui chasse tout ce qui lui tombe sous le museau : scarabées, araignées, larves, coléoptères, serpents, scorpions …

Avec l’expansion des villes, on trouve de plus en plus de hérissons dans les décharges publiques. Ils sont très friands des restes de poissons.
Le hérisson peut être également charognard et se délecter d’oiseaux morts qu’il peut avaler en moins d’une heure.

Ces animaux sont appréciés car ils sont intelligents et propres. De plus, en captivité, ils n’hibernent pas, sauf s’ils sont placés dans une pièce froide. Cependant, souhaitons que nos hérissons continuent à vivre dans la nature en résistant à la pollution et aux changements climatiques.

Seuls les hérissons africains à ventre blanc sont reconnus comme nouveaux animaux domestiques, et ce uniquement aux Etats-Unis et au Canada. Des élevages locaux ont fait place aux importations.

Toutes les autres espèces de hérissons sont protégées dans le monde entier : si l’on peut attirer un hérisson au jardin et s’en faire un copain, il est interdit de capturer, détenir en captivité, transporter, tuer ou faire le commerce des hérissons, quels qu’ils soient. Seuls les animaux malades ou blessés disposent d’une dérogation pour être amenés dans un centre de soins spécialisé.

Infatigable vagabond nocturne, le hérisson est un véritable petit athlète. Son aspect de jouet mécanique ne doit pas nous faire oublier que le hérisson est issu d’une des plus vieilles lignées de mammifères : les insectivores.
Cet animal populaire ne craint aucun prédateur et est doué d’une remarquable faculté d’adaptation. Malheureusement, le hérisson est victime de la modernité et on assiste à une véritable hécatombe sur les routes.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Histoire du Hérisson

Posté par othoharmonie le 7 septembre 2013


Histoire du Hérisson dans HERISSON heriLes hérissons seraient apparus sous leur forme actuelle il y a 15 millions d’années environ, au cours du miocène, bien avant des mammifères plus impressionnants, comme le rhinocéros laineux, les tigres à  dents de sabre ou les mammouths, à  la plupart desquels ils ont survécu. Pendant les grandes périodes glaciaires, les hérissons ont migré, délaissant le nord des continents pour se réfugier plus au sud. Puis, avec le radoucissement, ils ont recolonisé les zones tempérées.

   Comme la plupart des insectivores, considérés comme les plus primitifs de tous les mammifères, les hérissons actuels ont assez peu évolué par rapport à  leurs ancêtres, dont ils ont conservé les piquants et la denture peu spécialisée. Leur évolution a été plutôt écologique, s’adaptant au milieu dans lequel ils vivaient. Les oreilles des hérissons du désert, par exemple, se sont allongées pour servir d’organes de thermorégulation. Les hérissons européens, quant à  eux, ont acquis la faculté d’hiberner pour survivre aux hivers des zones tempérées froides. Leur capacité à  se mettre en boule leur permet d’échapper à  de nombreux prédateurs.

   Aujourd’hui, les hérissons européens, qui peuplent largement le « Vieux Continent », sont souvent sacrifiés par bêtise ou par inattention. Ils ont plus à  craindre des hommes et de leurs automobiles que de prédateurs naturels, qui se méfient de leur armure de piquants.

Les jeunes font leur première sortie à  trois semaines, accompagnant leur mère en promenade nocturne, la suivant de près en file indienne et apprenant à  connaître les invertébrés terrestres comestibles. Pendant une ou deux semaines, ils retournent tous les matins vers le nid pour se nourrir du lait maternel, car la mère ne les allaite jamais au dehors. Il leur faudra encore attendre une dizaine de jours avant de pouvoir sortir seuls. A l’âge de deux mois, ils deviennent véritablement indépendants et la famille se disperse. Les jeunes pèsent alors 250 g environ, soit dix fois leur poids de naissance. S’ils sont nés au début de l’été,  il leur reste plusieurs mois pour engraisser avant l’arrivée de l’hiver et atteindre 450 g, poids minimal pour survivre à  la période d’hibernation.

   Mais certaines femelles peuvent avoir une seconde portée en octobre ou en novembre. Elles aménagent alors un autre nid de mise-bas et attendent le sevrage de cette nouvelle portée pour hiberner. Ces petits ne sortiront du nid que vers le mois de décembre pour trouver une nourriture de plus en plus rare. Peu d’entre eux survivront.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Hérissons sauvage

Posté par othoharmonie le 7 septembre 2013


Hérissons sauvage dans HERISSON images-8Un hérisson en général est identifié le plus généralement comme un petit mammifère avec un manteau des canettes raides et pointues qui couvre leurs dos. Ils ont les nez pointus, et les yeux légèrement en renflement place des côtés du visage. Leurs oreilles sont typiquement arrondies, cependant dans quelques espèces, elles sont haute aux côtés de la tête. Elles ont des queues, mais elles sont petites et tronquées, et ne sont pas très fonctionnelles. Ils peuvent s’enrouler dans une boule quand il y a un menace.

Au contraire à une certaine croyance, hérissons ne sont pas des rongeurs. Ils appartiennent à une groupe d’animaux qui s’appellent les insectivores, avec des animaux tels que des taupes, des musaraignes, et des campagnols. Ils ne sont pas connexes aux porcs-épics, quoique les traits quelque peu semblables mènent beaucoup de personnes confondre des hérissons avec des porcs-épics de bébé. Il y a beaucoup de types d’hérissons, mais ceux le plus généralement gardés comme animaux domestiques sont du groupe de  » Atelerix « . 

Il y a beaucoup de différents types des hérissons, partout de l’Europe dispersée, de l’Asie, et d’Afrique. Presque tous les hérissons maintenus comme animaux familiers dans l’Amérique du Nord sont du même type.

Tandis qu’il est vrai que les hérissons soient des espèces tout à fait récemment domestiquées, les hérissons que nous avons ne sont techniquement pas les animaux sauvages. Nos hérissons  animal familier sont un mélange de deux types différents de hérissons, et ne sont pas une variété naturelle.

Où habitent les hérissons dans le sauvage ? -

Essentiellement, à travers un pourcentage large de l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique, et de l’Australie. Il n’y a aucune espèce de hérisson qui sont indigène en Amérique du Nord ou en Amérique du Sud. Les hérissons qui le plus généralement sont gardés pendant que les animaux familiers sont typiquement d’Afrique. Nos hérissons vivent typiquement dans les régions de plaines, dans les secteurs qui sont souvent chauds et secs.

Des hérissons sont considérés les insectivores, ainsi il signifie que leur régime principal est les insectes de divers types. Aussi bien, les hérissons semblent être quelque peu opportunistes, et sont disposés à manger de petits rongeurs, reptiles, oeufs et débutants moulus d’oiseau d’emboîtement, et le peu occasionnel des matières végétales telles que des légumes et des fruits.


Les hérissons sauvages sont typiquement les animaux solitaires, autre que des mères avec la progéniture, et les paires pendant l’accouplement. Ils ont souvent un territoire à la maison où ils basent leurs maisons Les femelles partageront souvent le territoire, restant cependant dans leurs propres habitudes et comportements séparés. Les mâles peuvent être plus territoriaux, et moins tolérants d’autres mâles qui veut habiter le même territoire. Les hérissons ne se creusent pas, mais ils semblent avoir plaisir à tirer profit des terriers pré-creusés qui ont été créés par d’autres animaux tels que des lapins, des lièvres, des blaireaux, et d’autres animaux creusant. Ils rayent souvent ces terriers avec des herbes et des feuilles, créant une espèce confortable où ils dorment pendant le jour. Les hérissons sont principalement nocturnes, faisant leur chasse et errant entre les heures du crépuscule et l’aube. Ils sont les animaux relativement lents, cependant ils sont capables des éclats courts de vitesse, mais ils ont été connus pour voyager deux ou trois milles dans une seule nuit tout en recherchant la nourriture. Leur mouvement lent typique, et leur tendance à rouler dans une boule quand ils ont peur causes soucis à leur « prédateur » primaire dans beaucoup d’habitats.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Le hérisson

Posté par othoharmonie le 7 septembre 2013

 

On prétend que cet animal remonterait à l’époque des dinosaures et que son apparence physique n’aurait pas beaucoup changé. En Egypte, des peintures murales le représentent car selon la croyance, le hérisson protégeait les morts.

Au fur et à mesure de mes recherches, j’ai souvent trouvé une relation entre le porc épic et le hérisson. Il faut savoir que si aujourd’hui le hérisson est devenu le nom de l’animal que l’on connaît tous, la définition du hérisson est, et je cite : « Le terme **hérisson** désigne divers animaux disposant de piquants. Ce nom dérive du latin *ericius*. »

Voilà la raison pour laquelle porc épic et hérisson seront souvent associé au Moyen-âge.

Le hérisson dans HERISSON igel

•••••••••◊ Durée de vie ◊•••••••••

Vous l’aurez peut-être remarqué, du moins si vous habitez la campagne, que le hérisson se fait de plus en plus rare.
Indépendamment du fait qu’il a le don de se faire écraser sur les routes, les utilisations de pesticides tuent également bon nombre de hérissons mais les débroussailleuses ou encore les feux de branchages ou de tas de feuilles où il aime se cacher.

Sachez que d’après les statistiques, 50% des hérissons disparaissent chaque année. Ce sont principalement des mâles itinérants à la recherche de femelles ou les petits de l’année à la recherche de nourriture.
Seuls 9% des hérissons seront tués par leurs prédateurs naturels, à savoir les renards, les fouines, les chouettes, le blaireaux, …

Et si avant le hérisson peuplait les villages c’est que son espérance de vie était d’environ 9 ans. Pas étonnant que nos ancêtres l’aient côtoyé alors qu’aujourd’hui un hérisson qui survit à tous ces pièges ne vivra que 2 ans !
Sur 100 hérissons né dans l’année, seuls 4 ont une chance de survivre.
Et c’est pour rendre hommage à cette petite bébête que j’écris cet article :)

•••••••••◊ Au Moyen-âge ◊•••••••••

Mais ne faisons pas de généralités trop hâtives !
L’homme d’hier ne prenait pas toujours soin de « monsieur piquant ». Car s’il était fréquent d’en trouver, l’homme l’utilisa pour diverses raisons. Ainsi le hérisson servait tantôt de mets, tantôt de concoctions médicinales.

*The Hague, Bestiary. And other texts France 1450*a1308 dans HERISSON

**SOURCES**
http://www.recettes-de-cuisine-autrefois.com/viandes/herisson.html
http://vivre-au-moyen-age.over-blog.com/categorie-10139631.html
http://www.moyenageenlumiere.com/image/index.cfm?id=114
http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9risson
http://www.herissons.be/accueil.htm
http://jlfornain.free.fr/page11.html
http://www.blason-armoiries.org/heraldique/h/herisson.htm
http://mediaephile.com/forum/cgi-bin/yabb2/YaBB.pl?num=1213775336

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

le Hérisson à table

Posté par othoharmonie le 5 septembre 2013

le Hérisson à table dans HERISSON herisson-664722-21f9bb5

On le retrouvait fréquemment lors des repas de Carême car on pensait qu’il ne s’alimentait que de racines et de graminées.

On aimait à farcir l’animal avant de le manger ou de le transformer en pâté.

J’ai d’ailleurs trouvé un petite recette proposée par un bourgeois parisien en 1393.
Je vous la laisse telle que découverte, vu que c’est en vieux français, si je ne me trompe pas.

« Heriçon soit coupé par la gorge, escorché et effondré, puis refait comme poucin, puis pressié en une touaille et illec très bien essuié; et après ce rosti et mengé à la cameline, ou en pasté à la sauce de halebran. Nota que se le heriçon ne se veult destortillier, l’en le doit mettre en l’eau chaude, et lors il s’estendra.

Pour faire cameline, l’on broye gingembre, canelle et saffren et demye noix muguette : destrempé de vin, puis osté du mortier; puis aiez mie de pain blanc, sans bruler, trempé en eaue froide et broyez au mortier, destrempez de vin et coulez, puis boulez tout, et mettez au derrain du succre roux : et ce est cameline d’yver. Et en esté la font autelle, mais elle n’est point boulie.»

Si manger du hérisson peut en dégoûter certains, il ne faut pas se dire que c’est un plat de fous médiévaux. Car le hérisson est peut-être encore mangé aujourd’hui et cela ne m’étonnerais pas quand on sait que l’on dispose de sources datant de la seconde guerre mondiale nous prouvant que le hérisson faisait partie des plats quotidiens des tziganes. Mais aussi qu’il était connu dans les assiettes de nos grands-parents.

Mais n’ayant plus mes grands-parents, je ne peux confirmer cette histoire.

•■en  Onguents

A défaut d’être mangé, notre bonhomme à piques était aussi utilisé dans des onguents pour les cheveux. Certains remèdes à base de son sang, d’autres de les cendres de sa peau, soit disant bénéfiques contre la calvitie ou, une fois associé à d’autres ingrédients, le sang pouvait blondir les cheveuxLe plus irréaliste était de manger l’œil droit (préalablement frit dans l’huile de lin) de la bête en pensant obtenir sa faculté de vision nocturne !

Tout ça pourrait presque être perçu comme de la sorcellerie : sang, œil et autres bizarreries.

**SOURCES**
http://www.recettes-de-cuisine-autrefois.com/viandes/herisson.html
http://vivre-au-moyen-age.over-blog.com/categorie-10139631.html
http://www.moyenageenlumiere.com/image/index.cfm?id=114
http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9risson
http://www.herissons.be/accueil.htm
http://jlfornain.free.fr/page11.html
http://www.blason-armoiries.org/heraldique/h/herisson.htm
http://mediaephile.com/forum/cgi-bin/yabb2/YaBB.pl?num=1213775336

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Le hérisson vu par l’Eglise

Posté par othoharmonie le 5 septembre 2013

Le hérisson vu par l’Eglise dans HERISSON a1303-300x237

Et pour ne rien arranger à l’affaire, l’Eglise s’en mêla et donna son humble avis sur la question. Enfin, plutôt sur l’animal qu’elle qualifiait de « vile bestiole ».

Pour comprendre son avis, il faut surtout se dire que l’on pensait que le hérisson se roulait, dos au sol, pour embrocher pommes, des raisins et autres fruits afin de les manger, une fois rapportés dans son abri.

Cette méthode, complètement fausse mais souvent représentée a permit à l’Eglise de qualifier le hérisson de maraudeur, de sournois. On va même jusqu’à dire qu’il est le démon qui saccage la Vigne du Seigneur et qu’il est un pécheur selon le passage d’un psaume racontant que « Dieu est comme le rocher où le hérisson trouve asile ».
L’iconographie fera donc du hérisson un symbole d’avarice et de gourmandise.

* Latin 14429 Faune : hérisson XIII*

a1301 dans HERISSON

 
 

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Hérisson Héraldique

Posté par othoharmonie le 4 septembre 2013

Hérisson Héraldique dans HERISSON vilaka_gerbSeul l’héraldique redora un peu l’image du hérisson et du porc épic.

Une fois de plus, une erreur fera sa réputation. L’homme médiéval pensait que le hérisson pouvait projeter au loin ses multiples piquants. Et le fait qu’il se mette en boule pour se défendre fait de lui un symbole de prudence. Ne pouvant fuir son ennemi, il se défend du mieux qu’il peut.
Le hérisson sera donc un symbole solaire, il est l’intouchable, l’inaccessible.

En héraldique, vous ne rencontrerez le hérisson que de profil, le dos hérissé de piquants

*Blason de la ville de Hérisson, en Auvergne*

En héraldique, le hérisson est souvent présent comme emblème sur des blasons.

Par exemple les blasons de certaines villes comme :

  • Coudekerque-Branche : « De sable à un hérisson d’argent couronné d’or »
  • Hérisson : « D’azur à un hérisson d’or »
  • La Petite-Raon : « De sinople, au hérisson contourné d’argent, mantelé d’or, à deux saumons aussi d’argent, adossés et mis en pal, cantonnés de trois croisettes du champ disposées 1 – 2 »
  • Sainte-Marie-sur-Mer : le hérisson (ou porc-épic selon d’autres sources) rappelle les moines de Saint Philibert arrivés au VIIIe siècle et sachant défendre leur territoire (prieuré de Sainte-Marie – Brevet d’Hozier, 1704). Il pourrait aussi évoquer l’animal emblème de Louis XII, époux de la reine et duchesse Anne de Bretagne.
  • etc.

ou les armoiries des familles nobles, comme celles de la famille nobles française Miorcec de Kerdanet : « d’azur un hérisson d’or, au chef d’argent chargé de trois mouchetures de sable. »

Istrice (le Hérisson) est le nom de l’une des dix-sept contrades de Sienne en Italie. Des regroupements culturels de quartiers médiévaux de la ville.

Forme moderne du blason, le logo de la fédération France nature environnement représente un hérisson.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Hérisson en boule

Posté par othoharmonie le 4 septembre 2013


Hérisson en boule dans HERISSON jpg_28herissons2-_5_-300x204Inoffensif, le hérisson ne se mettra en boule et sortira ses piques seulement pour se protéger ; si vous ne l’embêtez pas, vous ne courez aucuns risque. Le hérisson est un petit mammifère insectivore disposant de poils agglomérés, durs, hérissés, et piquants. Plusieurs espèces comme les hérissons de Madagascar ou « tangues » sont encore consommés dans l’océan Indien, y compris à la Réunion, d’autres sont au contraire protégés. La femelle du hérisson est appelée la hérissonne. On dit le hérisson et non pas l’hérisson. Le terme « hérisson » peut désigner d’autres animaux pourvus de piquants ou à poils raides comme le Grand Aucalode, un gros rongeur au oint très fur, appelé improprement « hérisson » en Afrique Centrale. Mais aussi des espèces très éloignées comme certaines chenilles très poilues appelées « hérissonne », les Oursins, appelés parfois « hérissons de mer », les diodons appelés « poissons hérisson » etc…

Il ne faut pas confondre non plus les hérissons avec les porcs-épics.

Les hérissons sont très présents dans la culture, le folklore et les croyances populaires ; en héraldique, le hérisson est souvent présent comme emblème sur des blasons. Le hérisson consomme surtout des invertébrés terrestres tels que les lombrics, les chenilles, les araignées, les limaces, parfois des grenouilles, des lézards, de jeunes Rongeurs, des oisillons, des œufs, des cadavres (poissons inclus) aussi des fruits et champignons. Sa ration nocturne est d’environ 70 gr. Les aliments sont saisis avec les mâchoires.

Le hérisson a été également utilisé comme personnage principal pour jeu vidéo ; Sonic the HedgeHog.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Le chacal et le hérisson

Posté par othoharmonie le 4 septembre 2013

 Le chacal et le hérisson dans HERISSON telechargement-3

Le hérisson s’était associé avec le chacal pour cultiver. Des nomades s’installèrent un jour sur leurs terres. Quand le chacal et le hérisson s’en furent visiter leurs champs, ils y trouvèrent des chèvres broutant leur grain en herbe.
« Amis, dirent-ils aux étrangers, vous nous portez tort ! Si Dieu vous guide dans la bonne voie, décampez de nos champs !
— Nous n’en partirons pas ! » répondirent-ils.
Et grande fut alors l’inquiétude de nos deux compères.
Le chacal dit un jour au hérisson : « Tirons au sort : celui de nous deux qu’il désignera montera sur l’autre et nous irons razzier les chèvres des nomades ! »
Le hérisson répondit : « Mets ta confiance en Dieu ! » Et ils tirèrent à la courte paille.
Le sort désigna le hérisson qui fut ainsi choisi comme monture. Le chacal lui jeta la selle sur le dos, mais ne sut comment s’y prendre pour monter car elle arrivait jusqu’à terre.
Le hérisson l’interpella : « Qu’as-tu à vouloir monter sur moi, lui dit-il, je suis si petit, si court. C’est sur toi que la selle ira : tu es grand et long !
— Si c’est là ton désir, mets-la-moi. »
La selle était à la taille du chacal, le hérisson mit le pied dans l’étrier et s’écria : « Je sais me servir de l’éperon ! »
Et prenant la bride en main, le hérisson monté sur le chacal s’en fut chasser les chèvres de leurs champs.

Levant la tête, les nomades virent le hérisson à califourchon sur le chacal. Ils appelèrent les lévriers qui les prirent en chasse.
Le chacal, effrayé, dit au hérisson : « Oncle Mhand ! Je t’en prie, lâche la bride, que je me sauve plus vite ; je sens les lévriers sur moi ! »
Le hérisson, serrant plus fortement la bride, lui répondit : « Tranquillise-toi ; cette journée ne se passera pas sans toi ! »
Ils allaient ainsi quand ils atteignirent une rivière ; le chacal la franchit mais le hérisson tomba sur place. Il alla alors se cacher sous une bouse de vache, tandis que le chacal disparaissait au loin.
Pendant ce temps, les gens du douar célébraient un mariage. Les femmes qui étaient allées chercher du combustible trouvèrent l’oncle Mhand caché sous une bouse. Une vieille le ramassa : « Ô notre ennemi, lui dit-elle, c’est Dieu qui t’a fait prendre ! »

Elle le porta aux gens du douar.
« Nous sommes occupés, lui dirent-ils ; il n’y a que toi pour le garder ! »
Elle lui passa un collier et l’attacha au poteau de la tente, puis alla s’asseoir devant lui. Le hérisson fit semblant de pleurer.
« Qu’as-tu, Mhand, lui dit-elle, quelle peine t’ai-je faite ?
— Ce qui m’attriste, c’est que tu restes là à surveiller un paquet d’épines pendant que les hommes et les femmes du douar sont à la noce, en train de manger et de boire ! »

Là-dessus, la vieille se leva et s’en fut, elle aussi, prendre sa part du festin, laissant le lévrier pour surveiller le hérisson jusqu’à son retour. Le lévrier, accroupi devant le hérisson, l’écoutait parler : « Dieu t’a frappé, toi aussi, de sa malédiction, misérable. Tes frères se rassasient d’os et de couscous pendant que tu es là à me garder ! Me prends-tu pour une saucisse de l’Aïd-el-Kebir ? Vois donc ce que tu surveilles : des épines ! »
Et ce disant, il lui montrait ses piquants. Le lévrier se dressa et alla dire à la vieille : « Viens et cherche un autre pour te garder la pelote d’épines ; moi aussi, je veux manger ma part de la fête ! »

La vieille revint vers le hérisson. En la voyant, il se remit à pleurer.
« Qu’as-tu, Mhand ? » lui dit-elle. —J’ai peur que tu me mettes dans le cruchon au bendaq et que, suspendu là-haut, tu me tues pour être débarrassée de moi.
— Par ta mère, vaurien, c’est bien ce qui va t’arriver ! »
Elle le plaça dans le cruchon qu’elle suspendit à la tente. Le hérisson se mit alors à manger jusqu’à satiété et, quand la vieille vint pour le voir, elle le trouva les pattes en l’air. Croyant qu’il était mort, elle étendit une nippe à terre, s’y allongea et s’endormit.

Alors le hérisson se leva, coupa sa corde et s’enfuit. 

C’était  l’hiver le plus froid jamais vu. De nombreux  animaux étaient morts en raison du froid. Les  porcs épics (je crois qu’en Europe vous dites hérissons), se rendant compte de la situation avaient décidé de se regrouper.  De  cette façon ils se couvraient et se réchauffaient les uns les autres. Mais, leurs piquants blessaient leurs compagnons les plus proches, même s’ils se  donnaient beaucoup de chaleur les uns aux autres. Après un certain temps, ils ont décidé de  prendre leur distance l’un de l’autre et ils ont  commencé à mourir, seuls et congelés.  Alors,  ils devaient faire un choix : accepter les  piquants de leurs compagnons ou disparaître de  la terre. Sagement, ils ont  décidé de revenir en arrière pour vivre ensemble. De  cette façon, ils ont appris à vivre avec les  petites blessures causées par l’étroite proximité avec leurs compagnons, mais la partie la plus importante était la chaleur des autres dont ils bénéficiaient tous. De  cette façon, ils ont pu survivre. La  meilleure relation n’est pas celle qui rassemble des gens parfaits, mais lorsque chacun apprend à vivre avec les imperfections de l’autre et y découvrir et admirer ses qualités. 

Ecrit par Aiglebleu 

Venez rejoindre le forum de Francesca : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Le sanctuaire des hérissons

Posté par othoharmonie le 3 septembre 2013

 

Situé dans la Somme à Fouencamps, le Sanctuaire des hérissons vient en aide aux « boules d’épines » victimes de toutes les agressions. C’est donc tout naturellement que la Fondation 30 Millions d’Amis débloque chaque année une aide de 1 000 € pour soutenir son combat au quotidien.

 Le sanctuaire des hérissons dans HERISSON herisson

Présentation du sanctuaire

Le Sanctuaire des hérissons est une association loi 1901 créée en 1998. Unique hôpital refuge de France exclusivement consacré au hérisson, la structure est ouverte toute l’année pour préserver cette espèce en grande difficulté. L’association compte à ce jour environ 400 membres.

Sa principale activité est de recueillir, soigner et sauvegarder les hérissons blessés ou orphelins afin de les aider à réintégrer leur milieu naturel. Le sanctuaire dispose d’une infirmerie moderne qui permet de pratiquer des soins d’urgence avant d’acheminer les animaux nécessitant des actes chirurgicaux chez le vétérinaire. Depuis 2001, la Fondation aide chaque année le Sanctuaire des hérissons, ce qui a notamment permis de financer la réalisation d’une nurserie et la réfection de la toiture.

Le sanctuaire est accessible 365 jours par an pour conseiller toute personne sur l’hexagone ayant trouvé un hérisson en détresse. 970 hérissons ont été accueillis et 667 ont pu être réinsérés en milieu naturel. D’autres, trop handicapés pour être rendus à la vie sauvage, ont été placés dans les jardins d’accueil chez des particuliers bienveillants leur offrant le gîte et le couvert en milieu protégé.

Les missions du sanctuaire

 

1 – Faire connaître le hérisson par le biais du site Internet www.herisson.nom.fr ou par de la documentation afin d’enseigner les rudiments et les erreurs à éviter afin de permette sa sauvegarde et sa protection au sein des jardins.

 

2 – Mobiliser et impliquer les jeunes enfants sur les causes directes du dépeuplement du hérisson en Europe, dispersion massive des fourrés et des haies, déforestation, urbanisation, pesticides, trafic routier et comment y remédier par le biais de documentations ludiques et instructives destinées aux tout-petits.

 

3 – Sensibiliser les automobilistes afin qu’ils deviennent les acteurs de la protection du petit insectivore. Dans ce but, l’association tient gratuitement à disposition de chaque mairie, écoles ou collectivités qui en fait la demande une affiche de sensibilisation.

 

4 – Permettre aux hérissons blessés qui ne peuvent nous être acheminés (car trop éloignés géographiquement et en l’absence de centres de soins agréés) d’être secourus par un vétérinaire de la région en acquittant des frais occasionnés par cette prise en charge.

 

site Internet www.herisson.nom.fr

Publié dans HERISSON | 1 Commentaire »

Le Hérisson en Egypte

Posté par othoharmonie le 3 septembre 2013


Le Hérisson en Egypte dans HERISSON kleiner-igeltanrek-aLe Hérisson fut certainement divinisé en raison de sa forme qui représente symboliquement le disque solaire lorsque le hérisson se met en boule, ses pics représentant les rayons du soleil.

De plus les mœurs des hérissons sont de chasser la nuit, et leurs yeux peuvent voir dans l’obscurité.

Liste des divinités dont l’aspect est celui du hérisson.

      Âbâset la grande déesse hérisson maitresse du ciel régente des dieux

La Déesse Âbâset ou Âb’Âset

La déesse Âbâset ou Âb-Âset est la déesse hérisson « grande déesse maitresse du ciel régente des dieux », elle représente le culte du disque solaire dans les croyances de l’ancienne Égypte.

La déesse Âbâset est généralement représentée sous la forme d’une femme debout, coiffée d’une dépouille de vautour surmonté d’un modius sur lequel est représenté un hérisson.

Sa main droite repose le long de son corps, et sa main gauche est appuyée sur l’épaule du dieu qui la précède Rê-Horakhty ou d’un autre dieu non identifié, dieu que l’on à pris longtemps à tort pour le Dieu Banebdjedet.

On retrouve la représentation de la déesse Âbâset uniquement dans la tombe de Benaty, notable local pendant la XXVIème dynastie, Basse Epoque dans l’Oasis de Bahariyya. Cette unique représentation est de plus doublée dans cette tombe.

Les mœurs du hérisson qui ne sort pour chasser qu’à la tombée de la nuit, peux voir dans l’obscurité et lorsqu’il se met en boule représente un disque solaire avec ses rayons, ce qui peux expliquer sa relation étroite avec l’astre solaire. Il faut bien noter que les égyptiens prenaient en forte considération tout ce qui se rapprochait de près ou de loin avec le soleil, une grande majorité de divinités égyptiennes sont représentées avec un disque solaire sur la tête.

Compléments: Déesse Abaset, Abaset, Divinité Abaset, Âbâset, Déesse Âbâset, Divinité Âbâset, Âb-Âset, Déesse Âb-Âset, Divinité Âb-Âset, La Grande Maîtresse di ciel Régente des Dieux, déesse Hérisson.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Légende du hérisson

Posté par othoharmonie le 3 septembre 2013

Légende du hérisson dans HERISSON greater_hedgehog_tenrec_setifer_setosus

Les nouvelles voyagent vite dans la forêt, tout le monde sut bientôt que le châtaignier produisait des fruits exquis, mais blottis dans une pelure piquante.

Accourut le petit hérisson, qui, à cette époque, était une chétive bestiole chauve comme la main.

Il y a bien longtemps de cela, dans une forêt d’Auvergne, poussa le premier châtaignier ; comme il ressemblait aux autres arbres, on n’y prêta guère attention, jusqu’au jour où l’écureuil et les bêtes qui font réserves d’hiver découvrirent, en cherchant la noisette, une grosse bogue.

« Aïe ! » fit l’écureuil en y portant la patte.

« Attendez ! » dit la coque s’ouvrant en deux pour offrir ses fruits.

La légende du hérisson

C’est depuis ce temps-là que le hérisson est couvert d’aiguilles acérées.

« Je t’aurai », gronda le Renard, ouvrant une grande gueule qu’il referma sur les piquants.

« Aïe ! Ma mère ! A l’assassin !

- Cours toujours, lui lança le hérisson qui se tordait de rire dans sa coquille. Quant à toi, bogue ou pelure, je ne te quitte plus, tu es plus douce que le velours pour moi, et tout piquant pour les autres !

- A ton choix », dit la coque, qui préférait vivre sur le dos d’autrui que pourrir dans quelque coin.

Par un autre chemin, Messire Renard arrivait au trot, se disant qu’un rendez-vous d’animaux profiterait à son cher estomac… et le renard se prit à ricaner.

« Au secours ! » s’écria le hérisson en entendant le rire terrible. Une coque piquante et vide sautant sur le hérisson l’habilla et le coiffa, hop ! d’un coup !

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Symbolique du hérisson

Posté par othoharmonie le 1 septembre 2013

 

Symbolique du hérisson dans HERISSON hedgehog1Dans l’Égypte antique, on croyait que le hérisson protégeait les morts. De nombreuses représentations de cet animal ont été trouvées dans plusieurs tombes.

Deux de leurs dieux, Âbâset et Temet sont associés au hérisson.

Pour les Romains de l’Antiquité, le hérisson était un animal d’une grande importance lors d’une coutume qui est encore familière aujourd’hui. En effet, le 2 février de chaque année, les anciens Romains tentaient de prévoir l’arrivée du printemps en observant le hérisson sortir de son terrier. Si le hérisson voyait son ombre (et avait peur), cela signifiait que l’hiver allait durer encore six semaines. Dans le cas contraire, cela signalait l’arrivée du printemps.

Aujourd’hui, cette coutume est célébrée avec le jour de la marmotte, mais c’est le hérisson qui en était à l’origine.

Au Moyen Âge le hérisson apparaît dans de nombreux Bestiaires : vers 1210 le chapitre 13 du Bestiaire divin composé en vers par Guillaume le Clerc de Normandie est consacré au « Heriçon », ainsi que le chapitre 19 intitulé « Heriçun » du Bestiaire de Philippe de Thaon, un moine et poète anglo-normand du début du XIIe siècle. Vers la même époque, le chapitre 15 du Bestiaire de Gervaise traite du « Eriçon ». Au cours du second quart du XIIIe siècle, Le Bestiaire d’Amour par Richard de Fournival comprend « Li hyreçons ». Le Bestiaire de Pierre de Beauvais parle du hérisson au chapitre 13, etc.

Dans la mythologie kabyle, la grande Settut, « Première Mère du Monde » (Yemma-t n dunnit) laisse la marque de sa méchanceté sur le hérisson qui n’a pu se débarrasser des épines d’une carde avec laquelle elle l’a battu.

Le Hérisson oriental (Erinaceus concolor) ou Hérisson d’Europe orientale ou encore Hérisson de l’Europe de l’Est[1], est un petit mammifère omnivore, un hérisson de la famille des Erinaceidae.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Hérisson à longues oreilles

Posté par othoharmonie le 1 septembre 2013

 

Deux hérissons à oreilles dressées et au pelage très clairDoté d’un système de défense imparable et de remarquables capacités d’adaptation, le hérisson a su traverser les âges avec une étonnante vitalité. Sa faculté de se transformer en pelote d’échardes le protège de beaucoup de dangers naturels, mais pas de la civilisation moderne et de ses automobiles.

Deux espèces vivent dans les zones désertiques, du Sahara à l’Asie centrale, et se distinguent des autres hérissons par la longueur des oreilles, qui dépassent largement du pelage et des piquants. Cette particularité est une adaptation à la vie en milieu chaud et sec, la déperdition de chaleur pouvant s’effectuer par les pavillons. Les deux espèces se ressemblent beaucoup.

 – HEMIECHINUS AURITUS

Identification : corps mesurant entre 15 et 28 cm, et queue entre 0,20 et 0,50 cm ; poids adulte souvent inférieur à 600 g ; piquants bicolores, à rayures, bruns foncés et

 HEMIECHINUS COLLARIS

Identification : corps mesurant en moyenne 17 cm ; poids inférieur à 500 g. Avec ses grandes oreilles, ressemble à Hemiechinus auritus, mais ses piquants sont plus sombres. 

Répartition : Inde, Pakistan.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Hérisson victime des routes

Posté par othoharmonie le 1 septembre 2013

Apprécié et respecté du grand public, officiellement protégé en Europe, ce petit mammifère à piquants, auquel on prêtait au Moyen Âge toutes sortes de vertus médicinales, est aujourd’hui victime du trafic routier et de l’agriculture intensive.

 

Hérisson  victime des routes dans HERISSON 250px-heubach_erinaceidaeLes dangers de la route et de l’agriculture

Souvent, l’été, surtout après une pluie d’orage, les hérissons fourragent et s’attardent au bord des routes. Ils sont sûrs d’y trouver de nombreuses proies (insectes, escargots, vers de terre) attirées par l’asphalte chaud. La nuit, ils peuvent aussi être amenés à traverser routes et chemins, si ceux-ci se trouvent sur leur territoire de chasse. Ces incursions leur sont souvent fatales. Qu’ils traversent en courant ou se mettent en boule dès qu’une voiture arrive, ils ont peu de chance de se retrouver sains et saufs après son passage. À la fin de l’hiver, ce sont surtout les mâles, qui n’hésitent pas à traverser les routes pour rechercher une femelle, qui succombent ; en été, les jeunes, aventureux et inexpérimentés, comptent de nombreuses victimes ; au début de l’automne, ce seraient plutôt les femelles, à la recherche de grandes quantités de nourriture entre le moment de l’émancipation des jeunes et celui de l’entrée en hibernation, qui se feraient écraser.

 

   Il est difficile d’estimer le nombre de hérissons victimes du trafic automobile, mais, selon certaines estimations, ce seraient, au niveau européen, 700 000 de ces petits mammifères qui succomberaient chaque année sur les routes. La mortalité par accidents de la route dépasserait 20 %, selon certaines estimations.

 

   L’utilisation des engrais, des herbicides et des pesticides par les agriculteurs et les jardiniers est l’autre grande cause de mortalité chez les hérissons. Les empoisonnements par ces produits entraîneraient une mortalité de 26 %. La mort par intoxication aiguë touche surtout les jeunes entre 6 et 12 mois : curieux et peu expérimentés, ils s’aventurent volontiers dans les jardins d’agrément entretenus, là où la nourriture est facile à trouver, mais aussi là où les plantes sont fertilisées et traitées contre les insectes et les parasites. Par ailleurs, l’épandage généralisé de pesticides, notamment d’insecticides, entraîne la diminution des ressources alimentaires des hérissons.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Lois de Protection du Hérisson

Posté par othoharmonie le 1 septembre 2013

 

Le Hérisson est un animal protégé en France, il est soumis à des autorisations spéciales pour sa détention et sa sauvegarde par l’obtention d’un certificat de capacité délivré par la préfecture.

* Loi N° 76-629 du 10 juillet 1976

*Décret n° 77-1296 du 25 novembre 1977 concernant l’autorisation de certaines activités portant sur les animaux des espèces non domestiques.

*Arrêté du 17 avril 1981 donnant la liste des mammifères protégés en France.

*Arrêté du 11 septembre 1992, relatif aux règles de fonctionnement et aux caractéristiques des installations des établissements qui pratiquent des soins sur les animaux de la faune sauvage.

Protection au niveau européen:
* Par la ratification de la convention de berne le 26 avril 1990 Le but de cette convention est d’assurer la conservation de la flore et de la faune sauvage et de leurs habitats naturels, 51 pays ont souscrits cette convention.

Sont donc interdis sur le territoire national et en tout temps : destruction ou enlèvement des nids, mutilation, capture, perturbation intentionnelle ou enlèvement d’animaux vivants ou morts, naturalisation, transport, colportage, utilisation, détention, mise en vente, vente ou achat.
les contrevenants risquent 6 mois d’emprisonnement et 9000 euros d’amende.

Cependant, en cas d’urgence, (si la survie de l’animal est menacée et s’il est impossible de le réinsérer immédiatement dans la nature) la circulaire du 14 mai 1993 autorise, sous certaines conditions, aux particuliers à transporter un animal sauvage protégé dans les centres de sauvegardes les plus proches En cas d’absence de structure d’accueil adaptée, les vétérinaires peuvent procéder aux soins de première urgence.

Source : http://valleech.club.fr/herisson/loiprotection.html 

Le hérisson Albinos

Lois de Protection du Hérisson dans HERISSON 8f5125fdda3d8d58aba319bd3acf0

  Un Hérisson tout blanc, ce n’est pas très discret ! Mais c’est très rare : les scientifiques pensent que cela n’arrive qu’une fois sur dix mille. Il s’agit d’une particularité génétique appelée  »albinisme » : les pigments de la peau n’existent pas, alors le hérisson albinos est tout pâle, de la pointe des piquants jusqu’au bout du museau !

 

 

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Le hérisson de Roujan

Posté par othoharmonie le 31 août 2013

Le hérisson de Roujan dans HERISSON 220px-2008_hedgehog_1020932L’origine du hérisson de Roujan semble assez confuse et confond deux légendes. La première légende fait référence à sainte Marthe et à la Tarasque de Tarascon. Sainte Marthe, partie chasser la Tarasque, aurait amené avec elle une armée de hérissons. La Tarasque n’étant pas venue, les hérissons retournèrent chez eux, sauf un. Ce dernier resta au village où il fut nourri et devint l’animal fétiche des Roujanais. La deuxième légende se situe chronologiquement autour de l’An Mille. Le seigneur de Roujan invite un étranger à sa table. Mais cet étranger n’est qu’un espion venu se rendre compte des moyens défensifs du village en cas d’attaque. Il avait passé son après-midi à questionner moult villageois sur la défense des lieux. Une fois qu’il eut rassemblé tous les renseignements qu’il jugeait nécessaires, il quitta le village pour livrer ses informations à ses complices. Quittant Roujan, l’homme posa malencontreusement son pied sur un hérisson. L’espion se mit donc à râler et crier (en occitan, râler se dit romegar). Les cris réveillent alors le seigneur de Roujan et celui-ci alerte la garde. Ainsi, quand les assaillants se présentent le lendemain matin devant les murs du village, tous les habitants de Roujan sont déjà prêts à se défendre, armés jusqu’aux dents. Les assaillants renoncent alors à leur assaut et préfèrent fuir. Plus tard, le seigneur de Roujan narrait cette histoire en occitan. Et disait « A romegat e me soi levat ! ». Ce que les Roujanais interprétèrent comme étant une référence au hérisson, qui avait crié quand l’homme l’avait écrasé. . Depuis, l’animal totémique de Roujan porte le nom de « Romegaire » ).

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Hérisson de Madagascar

Posté par othoharmonie le 31 août 2013


Hérisson de Madagascar dans HERISSON 220px-tenrec_family_2Seule espèce du genre Tenrec, le Tangue (Tenrec ecaudatus) est un petit mammifère terrestre qui appartient au groupe polyphylétique des « insectivores ». Originaire de Madagascar, il ressemble au hérisson commun. Il a été introduit dans certaines des îles de l’Océan Indien comme La Réunion, Maurice, les Comores ou encore les Seychelles comme source de nourriture.

Il est appelé aussi Tanrec, Hérisson de Madagascar, Hérisson malgache ou encore Trandraka.

Il ne faut pas confondre cette espèce avec les tenrecs.

C’est un animal principalement nocturne et solitaire qui ne s’apparie que brièvement lors de la saison de reproduction, et parfois pendant l’hibernation.

C’est le plus gros représentant de sa famille (poids 1 à 2kg). Il est également considéré comme un des mammifères les plus prolifiques du monde avec des portées d’une trentaine de jeunes observées en captivité.

 À Madagascar, on le trouve dans un large éventail d’habitats.

À la Réunion et à Maurice, le tangue est un mets très apprécié. Il est consommé en carri ou en civet. Comoriens et Malgaches le consomment également.

Les chasseurs de tangue sont souvent accompagnés d’un chien qui leur permet de repérer plus facilement le terrier des tangues.

Les périodes d’ouverture et de fermeture de la chasse sont fixées par Arrêté préfectoral.

À la Réunion, pour la saison cynégétique 2007-2008 l’AP n°07-1411-SG/DRCTCV ouvre la chasse au Tangue (Tenrec ecaudatus) du 16 février 2008 à 7 heures du matin au dimanche 13 avril 2008 au soir.

À Mayotte, sa capture est autorisée du 20 février au 30 mars de chaque année par l’AP n°041/DAF/2006 qui fixe la liste des espèces animales dont la capture est autorisée à Mayotte.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Hérisson à grandes oreilles

Posté par othoharmonie le 31 août 2013

 

Il comprend plusieurs espèces appelées « hérissons oreillards », facilement reconnaissables à leurs pavillons auditifs plus développés que chez le hérisson commun. Ils sont appelés aussi pour cette raison hérissons à longues oreilles ou encore hérissons à grandes oreilles.

Il ne faut pas confondre ces espèces avec le Hérisson oreillard d’Éthiopie , classé par la suite dans un genre distinct.

Hemiechinus auritus est une espèce de hérissons de la famille Erinaceidae reconnaissable, comme l’autre espèce du même genre, à des pavillons auditifs plus développés que chez le hérisson commun. On les appelle en français « Hérisson à grandes oreilles » comme toutes les espèces de ce genre ou « Hérisson oreillard »

Hérisson à grandes oreilles dans HERISSON long_eared_hedgehog1

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Tangue ressemble au hérisson

Posté par othoharmonie le 31 août 2013

Tangue ressemble au hérisson dans HERISSON tanrekSeule espèce du genre Tenrec, le Tangue (Tenrec ecaudatus) est un petit mammifère terrestre qui appartient au groupe polyphylétique des « insectivores ». Originaire de Madagascar, il ressemble au hérisson commun. Il a été introduit dans certaines des îles de l’Océan Indien comme La Réunion, Maurice, les Comores ou encore les Seychelles comme source de nourriture.

Il est appelé aussi Tanrec, Hérisson de Madagascar, Hérisson malgache ou encore Trandraka.

Il ne faut pas confondre cette espèce avec les tenrecs.

Nomenclature et systématique

Il appartient à la famille des Tenrecidae qui comprend 10 genres regroupés en plusieurs sous-familles dans lesquelles se répartissent 29 espèces différentes. Tenrec ecaudatus (sous-famille des Tenrecinae) appartient au genre Tenrec dont il est le seul représentant.

Il est appelé aussi tanrec (ou « tenrec »), du malgache tandraka, ou encore hérisson de Madagascar.

À la Réunion et à Maurice, on le nomme « tangue » ou encore « landra » à Mayotte.Description de l’espèce

C’est un animal principalement nocturne et solitaire qui ne s’apparie que brièvement lors de la saison de reproduction, et parfois pendant l’hibernation.

C’est le plus gros représentant de sa famille (poids 1 à 2kg). Il est également considéré comme un des mammifères les plus prolifiques du monde avec des portées d’une trentaine de jeunes observées en captivité.

À Madagascar, on le trouve dans un large éventail d’habitats.

Le tangue est très probablement porteur de la leptospirose, des anticorps anti-leptospire ayant été retrouvés dans leur sang lors d’une étude à la Réunion (Sigaud et al, 2008) et son rôle en tant que réservoir est donc suspecté. Mais aucune étude à l’heure actuelle ne l’a démontré.

À la Réunion et à Maurice, le tangue est un mets très apprécié. Il est consommé en carri ou en civet. Comoriens et Malgaches le consomment également.
Les chasseurs de tangue sont souvent accompagnés d’un chien qui leur permet de repérer plus facilement le terrier des tangues.
Les périodes d’ouverture et de fermeture de la chasse sont fixées par Arrêté préfectoral.

À la Réunion, pour la saison cynégétique 2007-2008 l’AP n°07-1411-SG/DRCTCV ouvre la chasse au Tangue (Tenrec ecaudatus) du 16 février 2008 à 7 heures du matin au dimanche 13 avril 2008 au soir.

À Mayotte, sa capture est autorisée du 20 février au 30 mars de chaque année par l’AP n°041/DAF/2006 qui fixe la liste des espèces animales dont la capture est autorisée à Mayotte.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

123
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello