Histoire de la Blatte

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 

Histoire de la Blatte dans BLATTES - TERMITESLes blattes peuplent presque tous les habitats terrestres. Leurs adaptations morphologiques, physiologiques et comportementales leur permettent de survivre dans quasiment n’importe quelle condition extrême. Certaines creusent leur terrier sous le sable, en plein désert, pour y trouver de l’humidité. D’autres nagent, ou même plongent sous l’eau. D’autres, enfin, sont associées à des organismes symbiotiques qui digèrent la cellulose du bois qu’elles percent.

Les blattes vivant dans les appartements sont des insectes grégaires. Elles produisent une phéromone d’agrégation. Il s’agit d’une substance odorante incitant les individus d’une même espèce à se regrouper. Des abris où leurs excréments sont abondants apparaissent (en anglais un Fecal Focal Point). A cet endroit, les insectes sont en sécurité. L’abondance des excréments et de la phéromone indique aux blattes que leur cachette n’a pas encore été découverte par leurs ennemis (les habitants du logement). Expérimentalement, on observe que les blattes se développent moins vite lorsqu’elles sont isolées. De plus, les cafards se nourrissent davantage en présence de cette phéromone.

 Les blattes vivent en petits groupes de type familial. Ces groupes se composent d’individus du même âge et probablement nés de la même mère. Dans les habitations, ces groupes se rassemblent pour former des grandes communautés de plusieurs centaines ou même de milliers d’individus. Cependant, le concept de hiérarchie ou de spécialisation des tâches est inexistant. Chaque individu est autonome.

Les blattes sont très résistantes, y compris à des doses de radiations mortelles pour l’homme. En janvier 2008, L’émission MythBusters a effectué des tests d’irradiations sur des insectes et confirmé une survie à des doses d’une dizaine de fois la dose mortelle pour un humain, ce phénomène est général aux invertébrés (les mouches du vinaigre de l’expérience ont survécu à des doses beaucoup plus fortes).

Les blattes peuvent rester un mois sans manger ni boire, et retenir leur respiration pendant 45 minutes (sous l’eau).

 Une blatte décapitée peut survivre 7 à 9 jours (il est à rappeler que le système nerveux central des insectes est constitué d’une chaîne de ganglions le long du corps, et non centré autour d’un cerveau comme pour les vertébrés), la respiration s’effectuant par des trous disséminés dans son corps, les spiracles et son abdomen pouvant stocker de l’énergie pour cette durée.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

Channeling sur la blatte

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012



Chaque espèce a une fonction en ce qui vous concerne. Les blattes qui dérangent votre vie peuvent être en relation avec des questions que vous n’affrontez pas et qui tentent de monter à la surface.

 Channeling sur la blatte dans BLATTES - TERMITESVous ne regardez pas les blattes en disant : “Oh, belles petites blattes. Comme s’est beau de vous voir sur mon évier de cuisine, ce matin“. Souvent, vous les écrasez ou vous prenez l’insecticide en aérosol. Mais elles deviennent de plus en plus fortes, n’est-ce pas ?

 Elles constituent une espèce plutôt résistante et ont survécu à bien des changements d’énergie, apprenant à transmuter les toxines à maintes reprises. Elles sont là pour vous rappeler de regarder ce qui n’est pas nécessairement habillé de façon élégante – ce qui est en vous qui a besoin de sortir.

 Qu’est-ce qui est en vous et qui vous importune ?

 Et comment pouvez-vous devenir plus résistant en tant qu’espèce ?

 Si vous vous trouvez envahi par les créatures de la nature, dites tout simplement :

Comme c’est habile de ma part de me donner une leçon à ce propos. Je comprends, petites créatures, que vous essayez de me montrer quelque chose. Alors, je vais me faire une idée par moi-même et commencer à regarder en moi“.

 Vous aimez brandir des voiles et des écrans, et anéantir ce qui vous irrite, afin de ne pas avoir à affronter qui vous êtes. Si vous le faites, vous aurez besoin de changer, et ce changement pourrait impliquer trop de choses. Souvent, vous vous accrochez à ce qui vous garde malheureux, plutôt que d’affronter l’inconnu seul.

 Veuillez vous rendre compte que vous n’êtes jamais seul.

 Les créatures sont ici pour vous servir de compagnons. Rien, en ce monde, n’est à vos trousses. Comme vous avez été formés à croire que les choses le sont, vous émettez cette vibration. Alors, parce que vous créez votre réalité, vous faites de votre mieux pour obliger la réalité à se plier dans telle direction afin de vous blesser. 

 

Channeling de Barbara Marciniak avec les Pléiadiens

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

Les sortes de blattes

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 

Les sortes de blattes dans BLATTES - TERMITESLes blattes constituent le sous-ordre des blattoptères (Blattaria) qui constituent avec les mantes l’ordre des Dictyoptères.

 La blatte est aussi appelée cafard ou cancrelat en Europe, coquerelle au Québec, ravet aux Antilles et punaise morpin à l’Île Maurice bien qu’il ne s’agisse pas d’une punaise. Quelques espèces sont synanthropes, principalement dans les cuisines où elles se nourrissent de restes, déchets et provisions.

 Les quelque 4 000 espèces réparties autour de la planète varient en forme, couleur et taille. Elles sont apparues sur Terre il y a environ 400 millions d’années.

 En France, quatre espèces introduites en Europe au cours des derniers siècles existent :

D’autres espèces (une dizaine en tout) sont indigènes et vivent dans les buissons ou au sol.

En 2007, des études ont prouvé que les termites étaient des blattes sociales.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

La blatte astrologique

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

Le plus ancien horoscope du monde

Découvrez votre avenir préhistorique

sous le signe de la Blatte : vous êtes né entre 18 heures et 20 heures

Vous avez survécu à tout, vous durerez longtemps, miracle de la discrétion.

 

La blatte astrologique dans BLATTES - TERMITESPrudent et bourré de complexes, persuadé qu’on ne vous aime pas, loin de chercher à plaire vous préférez vous cacher. Quand vous n’êtes pas dans le retrait c’est noyé dans la foule que l’anonymat vous dissimule. Pas un mot plus haut que l’autre, aucun signe distinctif, cette propension à suivre le mouvement peut vous entraîner à des conséquences imprévues et parfois graveleuses : vous placez l’instinct grégaire au-dessus de la morale ! Il y entre un bon penchant pour l’anéantissement, la dilution… qui ne vous a jamais empêché de durer.

En amour, peu sûr de vous et de vos charmes, vous cherchez la sérénité et ne la trouvez qu’avec un compagnon d’infortune. Vous êtes menacé que votre vie de couple se résume à une traversée d’épreuves partagées. Attiré par le groupe, c’est souvent au sein de ce groupe que se nouent les affinités électives, entre membres d’une même communauté. Et il faut que le groupe vous unisse, sans quoi, prégnant, il vous désunira !

 

Professions : ouvrier du bâtiment, éboueur, décorateur, styliste, machiniste, vigile, militaire.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

Rêver de blattes, cafards

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

Rêver de blattes

 
Rêver de blattes, cafards dans BLATTES - TERMITESSi des blattes apparaissent dans votre rêve le message ne sera pas particulièrement positif pour vous. Cependant, l’apparition de blattes dans votre rêve vous incite tout de même à réagir et à ne pas vous laisser sombrer. Vous vivez actuellement une période assez délicate et vous ne savez plus trop comment agir pour bien faire. Vous pourriez même avoir envie de baisser les bras en vous disant que vos efforts ne servent à rien. Essayez donc de faire le point et de vous pencher sur vos véritables objectifs. Cela peut prendre un peu de temps mais est indispensable pour savoir si vous devez continuer sur le chemin que vous empruntez actuellement et qui vous cause bien des tracas. Cette mise au point pourra vous permettre d’aller de l’avant et de vous motiver pour que vos rêves deviennent des réalités. Ce n’est pas en se décourageant que l’on parvient à donner vie à ses projets, au contraire. Dites vous bien que les grands projets ne sont pas les plus faciles à obtenir et qu’il faut bien souvent se battre pour ses rêves. Ne vous laissez pas envahir par le doute, vous pouvez vous battre

Rêver de cafard

 Voici la représentation la plus parfaite de l’aspect négatif des insectes. Avoir le cafard, c’est avoir la tête empli d’idées noires. Faire un rêve de cafards qui envahissent la maison, c’est être la proie de pensées très négatives. Ces pensées induisent un sentiment profond de malaise, jusqu’au dégoût de soi-même.

 Idées noires, déprimes, pollution mentale.

 

Rêver de parasites 

Certains cauchemars sont peuplés de vers ou d’insectes d’aspect indifférencié qui grouillent. Ils symbolisent une forme de vie qui se nourrit aux dépens des autres, une vie psychique très élémentaire, sans conscience. Les vers sont des larves qui doivent se transformer pour atteindre une autre forme, celle de leur taille adulte, souvent celles d’insectes.

 Les parasites peuvent représenter des êtres qui n’ont pas atteint leur maturité et que leurs comportements infantiles rendent dépendants des autres et de leur énergie. Si les parasites nous envahissent, nous sommes dans un état d’angoisse inquiétant. Nous n’avons pas d’échange réel avec notre environnement. Nos proches nous parasitent, se nourrissent à nos dépens. Le sentiment de dégoût qui est éprouvé doit nous inciter à les rejeter, à nous débarrasser d’eux. Il manque la lumière de la conscience et de l’intelligence, une véritable communication.

 Angoisse sentiment morbide, environnement parasite.

 220px-Tropidacris_cristata_cristata_MHNT_flanc_dos_nymphe dans BLATTES - TERMITES

 

Le site de Tristan-Frédéric Moir : http://tristan.moir.free.fr/Nouveausite/index.html

Psychanalyste – Psychothérapeute – Onirologue – Analyse et interprétation de rêves

En direct chaque mercredi de 23h à 1h30 sur
« Radio Ici & Maintenant ! » 95.2 FM

Publié dans BLATTES - TERMITES | 5 Commentaires »

Les blattes américaines

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 

           Il y a toujours des blattes américaines dans les ruches. Tout comme les maisons des humains, les ruches sont des endroits chauds et confortables, bien approvisionnés en nourriture, et les blattes y élisent domicile si elles peuvent s’en tirer. Quand une colonie d’abeilles est active, saine et robuste, les abeilles ne tolèrent pas les blattes plus volontiers qu’une maîtresse de maison méticuleuse ne les tolère chez elle. J’ai souvent observé les abeilles en train de chasser les blattes de leur ruche, je les ai même vues porter au-dehors les paquets d’oeufs des blattes et les laisser tomber assez loin, trouvant incongrue la présence de ces objets dans une colonie bien organisée. Il y a une lutte constante entre les deux espèces.

  Periplaneta americanaLes abeilles se montrent vigilantes et agressives, mais les blattes sont toujours là et si le moral ou l’énergie de la ruche baisse le moins du monde, elles prennent le dessus. Ce sont des opportunistes.

          Depuis quelques années, j’ai renoncé à tuer les blattes lorsque j’ouvre une ruche. Je sais qu’une bonne colonie d’abeilles est mieux capable que moi de régler ce problème. Et si la qualité de la colonie laisse à désirer, mieux vaut découvrir ce qui cloche chez elle plutôt que de tuer ses parasites.

          A vrai dire, les blattes qui sortent de mon bois de chauffage ne ma gênent pas non plus. Leur système digestif et le mien diffèrent suffisamment pour que nous ne partagions pas la même niche écologique ; elles ne me font aucun mal, nous ne sommes pas en compétition, je prends donc mes distances vis-à-vis d’elles. Inutile de les harceler comme le ferait une abeille, ou de les écraser comme le ferait une bonne maîtresse de maison. Je me contente donc de m’accroupir pour les voir de plus près, les examinant avec soin. Après tout, avoir dans mon chalet un visiteur inoffensif dont la structure n’a pratiquement pas évolué depuis le carbonifère me frappe, moi qui incarne une forme expérimentale plus achevée de l’évolution, comme un événement hautement instructif. Deux cent cinquante millions d’années, ce n’est pas négligeable comme recul.

 Une année à la campagne, Traduit de l’anglais (États-Unis) par Janine Hérisson, 

Ed. Gallimard (coll. folio, n°2605), 1988. 

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

La blatte germanique

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 

 La blatte germanique (Blattella germanica) est une petite espèce de cafard, mesurant de 13 à 16 mm de long. Originaire d’Asie, elle se rencontre dans de très nombreux pays, en particulier près des habitations humaines.

 Sa couleur va de bronze à brun clair. Elle possède deux stries parallèles foncées qui partent de la tête et se rendent à la base des ailes. Bien qu’elle ait des ailes, elle est incapable d’effectuer un vol soutenu.

 La blatte germanique dans BLATTES - TERMITES 250px-Blatella_germanica_p1160206Cette blatte compte parmi les plus communs et les plus répandus des cafards domestiques dans le monde. On peut la rencontrer partout, notamment dans de nombreuses habitations humaines. Dans les climats plus froids, on ne la trouve d’ailleurs qu’à proximité des maisons, car elle résiste mal au froid. Ce cafard est originaire d’Asie et il est étroitement apparenté à la blatte asiatique. D’ailleurs les deux espèces semblent presque identiques à l’observateur inattentif.

 Très adroite à s’incruster dans les habitations, elle est très difficile à exterminer, du fait que chaque ponte produit un grand nombre de nymphes et que le délai est très court entre la naissance et la maturité sexuelle. De plus, la mère porte sa ponte avec elle pendant la période de développement, au lieu de la laisser quelque part comme d’autres espèces, pratique qui, dans un habitat humain, la rendrait plus vulnérable aux tentatives de désinfection. Plus petite que beaucoup d’autres espèces, cette blatte peut se cacher plus facilement et se faufiler dans de très petits orifices pour se mettre à l’abri des humains. Ainsi, à part la présence d’animaux de compagnie, elle a peu de prédateurs naturels à l’intérieur d’un habitat.

 La blatte germanique est omnivore. Elle apprécie particulièrement l’amidon, les aliments sucrés, les graisses et la viande. On peut en voir pendant la journée, surtout si elles sont nombreuses ou si elles ont été dérangées ; elles sont néanmoins nocturnes et donc actives surtout la nuit.

 La blatte germanique est également radiorésistante.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

La blatte rayée

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 

 Supella longipalpaLa blatte rayée (Supella longipalpa)

 

La métamorphose de Supella longipalpa / Supella supellectilum est incomplète.

La femelle porte ses œufs dans une oothèque qui contient en moyenne 16 œufs. La femelle pond au cours de sa vie entre 5 à 12 oothèques qu’elle cache, en les collant, sous les meubles, derrière des tiroirs, dans les fissures des meubles. L’oothèque est déposé 2 à 3 jours après son émission. La durée d’incubation des œufs est, selon la température, de 35 à 75 jours. La nymphe atteint sa maturité après 55 à 120 jours.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

La Blatte orientale

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 mâle et femelleLa blatte orientale (Blatta orientalis) est une grande espèce de cafard, qui mesure environ 2,5 cm de long à l’âge adulte. Elle est de couleur marron foncé à noir avec un corps brillant. La femelle a une apparence un peu différente de celle du mâle : à première vue on croit qu’elle n’a pas d’ailes, mais en fait elle en possède, d’ailleurs très courtes et inutiles, juste au-dessous de sa tête, et son corps est plus large que celui du mâle. Le mâle a un corps plus étroit et de longues ailes, qui couvrent la plus grande partie de son corps et sont de couleur marron. En fait il n’est pas non plus capable de voler. La blatte orientale femelle ressemble un peu au cafard des bois de Floride avec lequel il peut être confondu.

 

Les blattes orientales ont tendance à voyager un peu plus lentement que d’autres espèces. Les anglophones les appellent « waterbugs » car elles préfèrent les endroits sombres et moites. On les rencontre souvent à proximité des matières organiques en décomposition et dans les égouts, les canalisations, les caves humides, les vérandas et d’autres endroits humides. On peut les trouver à l’extérieur dans les buissons, sous les terreaux de feuilles, sous les paillis et autour d’autres lieux humides.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

La blatte sociale

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 

 File:First drawing of Archy.gifLes termites (nom masculin), parfois surnommés « Blatte Sociale » ou  fourmis blanches, sont les seuls représentants de l’ordre des isoptères qui compte environ 281 genres et 2 600 espèces. Ce sont des insectes sociaux, qui vivent au sein de colonies hiérarchisées et organisées en castes. Ils se rencontrent surtout dans les pays chauds, où certaines espèces construisent de grands nids en terre mâchée, les termitières, caractéristiques des plateaux tropicaux.

 Ils existent au moins depuis le Jurassique.

 Les termites appartiennent au règne animal, à l’embranchement des arthropodes, à la classe des insectes et à l’ordre des isoptères. Ils sont caractérisés par la présence de :

  • une tête orthognathe,
  • une paire d’antennes monoliformes,
  • un développement de type hémimétabole,
  • deux paires d’ailes de tailles égales (chez l’adulte sexué uniquement).

 Plusieurs études récentes (Inward et al., 2007 et Legendre et al., 2008) convergent vers le fait qu’Isoptera ne serait en fait qu’une famille au sein des Blattodea, sœur de Cryptocercidae dans la superfamille Blattoidea. Suite à sa découverte, Inward propose de renommer Isoptera en Termitidae. Cette solution, impliquant de trop nombreux problèmes (Isoptera compte déjà une famille Termitidae), sera rejetée par de nombreux scientifiques (Michael S. Engel, David Grimaldi…) dans un article collaboratif. Prenant en compte les arguments avancés, Inward propose alors la création de l’épifamille (un rang entre la famille et la superfamille) Termitoidea.

 Les termites ont une grande cohésion sociale, à l’image des fourmis. Ils font preuve d’une grande intelligence collective.

 Les « ouvriers » et les « soldats » sont aptères, les termites sexués sont ailés. Les ailes sont perdues après le vol nuptial. Ils sont lucifuges (fuient la lumière) à l’exception des imagos ailés, et souvent aveugles. Les sociétés de termites comportent des individus neutres ou stériles, et des sexués. Les premiers n’ont pas d’ailes, ils sont roussâtres ou blancs, mous, avec la tête rousse, cornée, très développée chez certains d’entre eux qu’on appelle soldats et dont le rôle est de défendre la colonie, tandis que les individus à tête normale sont des ouvriers, chargés des travaux d’aménagement du nid et d’approvisionnement.

 Les sexués sont ailés, mais ils perdent les ailes aussitôt après l’essaimage. Le mâle conserve ses dimensions normales, tandis que chez la femelle fécondée, l’abdomen rempli d’œufs devient énorme, acquérant cinquante ou soixante fois, quelquefois des centaines de fois, le volume du reste du corps.

 La termitière est composée de loges reliées par des galeries. Chez les espèces où cette caste est présente, les ouvriers creusent et nettoient les galeries, recueillent les œufs pondus par les femelles reproductrices (reine(s) et/ou femelles néoténiques). Certains termites soldats sont pourvus de mandibules hypertrophiées qui leur permettent de mordre leur adversaire (termites d’une autre espèce ou colonie, fourmis…), d’autres sont pourvus d’une trompe avec laquelle ils projettent sur l’ennemi de l’acide.

 Mis à part les adultes sexués ailés qui seront un jour amenés à sortir de la colonie pour rechercher un partenaire sexuel, toutes les autres castes sont aveugles. Les termites communiquent donc essentiellement par voie chimique et utilisent un grand nombre de signaux (phéromones de contact, de pistes, sexuelles).

 

En savoir plus ici…. http://fr.wikipedia.org/wiki/Isoptera

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

Blatte ou Cafard ou Cancrelat

Posté par othoharmonie le 25 mai 2012

Insecte au corps fortement aplati, adapté à la course rapide et se nourrissant de débris variés.

Classe : Hexapodes ; ordre : Dictyoptères ; sous-ordre : Blattides

 Blaberus giganteus - Muséum de ToulouseLes blattes, encore appelées cancrelats ou cafards, comptent parmi les insectes les plus anciennement connus : elles existent dès le Carbonifère, c’est-à-dire il y a près de 250 millions d’années. Elles sont représentées aujourd’hui par quelque 4 000 espèces parmi lesquelles moins de 1  p. 100 sont considérées comme nuisibles. La plus grande blatte du monde, Macropanesthia rhinocerus, se trouve en Australie et peut atteindre 18 centimètres de longueur pour un poids de 50 grammes. La plus petite, Attaphilla fungicola, n’a que 4 millimètres de longueur et vit dans les fourmilières d’Atta en Amérique du Nord. Parmi les blattes indigènes de la France on peut citer les espèces du genre Ectobius qui peuple généralement les bois, et Loboptera decipiens, typique du littoral méditerranéen.

Les blattes présentent un pronotum (région dorsale du premier segment thoracique) développé en bouclier qui masque la tête. Leurs antennes sont longues, filiformes et multiarticulées. Leurs pattes, toutes semblables et à hanches rapprochées, sont adaptées à la course rapide. Leurs deux paires d’ailes sont indépendantes : les ailes antérieures sont en partie sclérifiées mais leur nervation reste cependant très nette ; au repos, elles sont appliquées à plat sur le corps et recouvrent les ailes postérieures membraneuses. Elles sont souvent peu développées et non fonctionnelles. L’abdomen porte, sur le dixième et dernier segment, une paire d’appendices, les cerques, pourvus de soies sensitives qui auraient une fonction sensorielle complémentaire de celle des antennes. Omnivores, les blattes ont une alimentation très variée grâce à leurs pièces buccales broyeuses et à leur tube digestif pourvu d’un jabot volumineux et d’un gésier. Les espèces qui se nourrissent de bois possèdent des protozoaires flagellés vivant en symbiose dans leur intestin et capables de digérer la cellulose.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

Le Cafard

Posté par othoharmonie le 25 mai 2012

 

Agés de 400 millions d’années, les cafards font parti de l’ordre des Orthoptères.
Appelés aussi blattes ou cancrelats,ils s’installent là ou ils trouvent chaleur, nourriture, humidité et abri.
Les maisons, appartements, réstaurants, magasins, entrepôts, boulangeries, abattoirs, conserveries, laiteries, établissement de fabrication de produits alimentaires, édifices publics, hôpitaux, navires, et depotoirs, tout leur convient.
Leur mauvaise odeur, leur habitude à trainer sur la nourriture et de la souiller les rendent indesirables. Ils peuvent, de plus, transmettre des maladies.

De nombreux ouvrages font état de toute une série d’agents pathogènes présents dans leur organisme ou sur eux et dans leurs matières fécales. Il existe plusieurs études récentes sur les allergies aux blattes, en particulier aux blattes germaniques et américaines.

Plusieurs personnes, par exemple, ont la diarrhée, sans même se douter que c’est à cause des cafards.
En réalité, les blattes peuvent transporter 4 lignées du virus de la poliomyélite, en plus de 40 espèces de bactéries pathogènes (si elle les a rencontrés en chemin)…

Le Cafard dans BLATTES - TERMITES

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

Blattes en général

Posté par othoharmonie le 25 mai 2012

 

 

Blattes en général dans BLATTES - TERMITESDéfinition générale: (du latin, blatta) Insecte applati, de moeurs nocturnes, coureur rapide, appelé aussi cafard, cancrelat ou meunier, dont plusieurs espèces tropicales répandues dans le monde se nourrissent de déchets alimentaires.

Description: La blatte est un insecte de l’ordre des dictyoptères pourvu d’une carapace lisse. Bien que fréquemment dotées d’ailes, au demeurant peu adaptées à un vol soutenu, nos blattes se déplacent plus volontiers « à pattes », et très souvent avec une extrême vélocité. Elles possèdent une forme générale très profilée (en ovale allongé) et un corps fortement aplati doté de téguments à la fois lisses et souples, ce qui leur confère la propriété de rechercher le contact d’objets et donc de suivre le contour des obstacles, ou encore de s’insinuer dans les moindres fissures, fentes, ou interstices. La couleur des Blattes est le plus souvent brunâtre, plus ou moins foncé, quelques fois jaunâtre ou noir.

Deux puissants détecteurs de mouvement, les cerques, structures courtes en forme de cigare, sont situés à l’extrémité arrière de l’abdomen et font courir l’insecte dans la direction opposée à la moindre vibration suspecte. Il s’agit de poils tactiles qui sont sensibles aux sons ou plus généralement aux vibrations de l’air. De plus, ils ont une sensibilité directionnelle qui permet que cette première réaction motrice de fuite soit orientée dans le sens du mouvement d’air, et donc en sens opposé au prédateur. Les antennes se chargent quant à elles de l’odorat, un autre sens extrêmement développé chez la Blatte et dont l’utilité est indéniable en matière de reproduction. La Blatte utilise davantage ses antennes que ses yeux. Les antennes sont aussi longues que le corps et sont presque continuellement en mouvement, explorant le milieu environnant. Ses pattes velues dotent la Blatte d’un sens tactile à toute épreuve grâce à des poils minuscules les recouvrant. Ces soies sont donc souvent abondantes sur les pattes des insectes mais sont aussi particulièrement nombreuses sur les antennes qui sont également des appendices tactiles.

Certains animaux se sont adaptés au vent tel le pika qui crée un mur de cailloux pour stocker des plantes et herbes sèches à l’abri. Les cancrelats savent tirer parti des vents légers pour échapper à leurs prédateurs. Les animaux herbivores se positionnent en fonction du vent et de la topographie afin de bénéficier du transport des odeurs, comme des bruits, par le vent et ainsi percevoir l’approche d’un prédateur qui s’est lui-même adapté en approchant autant que possible sous le vent donc avec un vent soufflant de sa proie vers lui.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

Sexualité des punaises

Posté par othoharmonie le 25 mai 2012

L’encyclopédie du pouvoir relatif : Il contient des informations que vous ne trouverez pas ailleurs. Des informations dans des domaines aussi étranges ou complémentaires que : les grandes énigmes du passé, les casse-tête mathématiques, les recettes de cuisine étranges, les paradoxes de la physique quantique, des anecdotes inconnues de l’histoire de l’humanité, ou des blagues philosophiques. Ici l’hypnose, l’alchimie, le shamanisme ou la kabbale côtoient la sociologie, la biologie ou l’archéologie. Ici on découvre comment rêvent les dauphins et comment est né l’Univers. Comment les Chinois ont rencontré les Occidentaux et comment se prépare l’hydromel, boisson des fourmis et des dieux. Le seul point commun de tous ces petits textes est de faire  » pétiller l’esprit  » et d’éveiller la curiosité sur des territoires inconnus. Poursuivant la tradition des grands encyclopédistes du passé, Bernard Werber (romancier et journaliste scientifique) nous livre ici un cocktail détonnant où chaque information est étonnante mais vraie, où chaque ligne est source de méditation et d’humour

 Quatrième de couverture
Réunir tous les savoirs de son époque : telle a été l’ambition du professeur Edmond Wells. Mêlant science et spiritualité, physique quantique et recettes de cuisine, ce savant singulier et solitaire a accumulé tout au long de sa vie des informations étonnantes. Un seul point commun à tous ces textes : donner à réfléchir, « faire pétiller les neurones ».
Sexualité des punaises dans BLATTES - TERMITES 777954b2
Le site http://www.la-punaise-de-lit.com/punaise-de-lit-bernard-werber-encyclopedie-du-savoir-relatif-et-absolu nous en parle au sujet des Punaises de lit en ces termes :

Le professeur Edmond Wells était un homme plein d’humour qui accordait une grande importance à la notion de paradoxe. Mais de tous les paradoxes, le plus étonnant est certainement le statut même de ce personnage puisqu’il n’est, on le sait maintenant, que le fruit de l’imagination fertile de Bernard Werber. L’Encyclopédie du savoir relatif et absolu

 

 

51ATD5S5NCL._SL500_AA300_ dans BLATTES - TERMITESDans ce livre, recueil de nombreuses informations, il parle donc de notre insecte préféré et plus précisemment de la sexualité de la punaise de lit.

Dans l’édition que je possède, imprimée en 2003, le chapitre pages 30 à 33 y est consacré. L’auteur nous apprend les particularités de la sexualité, assez originale comme nous l’avons déjà vu dans cet article dédié au sujet.

L’auteur le dit bien :

De toutes les formes de sexualité animale, celle des punaises de lits est la plus stupéfiante. Nulle imagination humaine n’égale une telle perversion.

Une telle particularité méritait bien d’apparaître dans cet ouvrage : l’Encyclopédie du savoir relatif et absolu !

ici le Site à visiter : 

 

Quel peut être le lien entre Bernard Werber, écrivain, et la punaise de lit, insecte ? Découvrez-le dans cet article !

 

Qui est Bernard Werber ?

Bernard Werber est un écrivain français (lire sa fiche sur Wikipédia). C’est notamment l’auteur du livre de science-fiction « Les Fourmis » (une trilogie). Livres, BD, films et théâtre : il a produit beaucoup de choses ! Ce n’est pas un spécialiste de la puce de lit, non, mais c’est quelqu’un de curieux. Quel est donc le rapport ?

Pourquoi Werber parle t-il de la punaise de lit ?

 

Au fil du temps, Bernard Werber a pris l’habitude de noter de nombreuses anecdotes, faits et curiosités. Curieux et autodidacte, il a appris des choses sur beaucoup de sujets … y compris sur la punaise de lit !

Et il l’a écrit dans ce livre !

 pour mieux le connaître, entrez sur son site officiel  : http://www.bernardwerber.com/

 

 bernard-werber-10543

 

 

Publié dans BLATTES - TERMITES | 2 Commentaires »

Le cafard

Posté par othoharmonie le 25 mai 2012

      1 – Présentation des espèces

Les termes cafard, blatte et cancrelat sont synonymes.

Le cafard dans BLATTES - TERMITES cafardL’ordre des dictyoptères regroupe toutes les espèces de blattes et de mantes. On y distingue deux sous-ordres les blattoptères (ou blattoptéroides) et les mantoptères (on parle aussi de blattidés et mantidés). Ce sont des insectes à cycle incomplet de métamorphose dont on connaît plus de 3500 espèces.

la fécondation de la femelle se fait par les voies génitales où le mâle injecte un liquide spermatique. Elle pond des oeufs groupés dans des sacs appelés oothèques contenant de 10 à 40 oeufs selon l’espèce.

Les larves subiront, suivant l’espèce, 7 à 10 mues avant d’atteindre l’aâge adulte.

Les adultes possèdent deux paires d’ailes non fonctionnelles, qui peuvent leur servir à planer en cas de danger.

Dans les régions où vivent des espèces de taille importante (la blatte américaine) on peut observer des individus aptères mesurant 3 cm. Il s’agit de nymphes (dernier stade larvaire) de l’espèce, dont l’imago mesure lui 40 mm.

Les espèces les plus courantes en France sont:

· la blatte germanique

· la blatte orientale

· la blatte américaine

· la blatte australienne

On rencontre aussi la blatte rayée ou blatte à bandes brunes sous nos latitudes.

Blatte-3 dans BLATTES - TERMITES

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

La Blatte domestique

Posté par othoharmonie le 20 mai 2012

 

Les blattes dites domestiques sont fort heureusement bien moins nombreuses, et en France les espèces peuplant les habitations sont au nombre de quatre, ce qui ne les empêche pas d’être parfois fort nuisibles du fait de leur tendance à proliférer et de leur facilité d’adaptation. Les plus petites espèces, telles la blatte germanique (Blattella germanica) excèdent à peine les 10 mm à l’état adulte, tandis que la blatte orientale (Blatta orientalis) et la blatte américaine (Periplaneta americana) dépassent respectivement les 20 et 30 mm. La dernière à être arrivée sous nos latitudes est la « blatte des meubles » (Supella Longipalpa), il y a à peine un siècle. Toutes ces espèces sont plus ou moins cosmopolites et ont colonisé de nombreux pays, dont la France, à la faveur des transports et des échanges commerciaux internationaux. La blatte américaine notamment, est très répandue dans les villes portuaires. Celle qui représente 90% des infestations est de genre Blatella, d’espèce germanica qui ne viens d’ailleurs pas d’Allemagne mais, comme la plupart de ses congénères, d’Afrique de l’Ouest.
la propagation de ces insectes est grandement facilitée en milieu urbain du fait de la densité de l’habitat. On peut noter que les blattes ont plus ou moins tendance à se regrouper, mais ces sortes de « colonies » correspondent plus une opportunité d’alimentation qu’ à une véritable socialisation.

    > Blatella germanica: Cette espèce mesure 11 à 12 mm de long. A l’instar de ses consœurs, elle présente dès l’éclosion un régime alimentaire omnivore, s’accommodant de produits laitiers, de viande, d’aliments sucrés ou amidonnés…Ses élytres sont lancéolés et de couleur jaunâtres. La partie avant du corps porte deux bandes longitudinales brunes. La Blatte germanique est surtout fréquente en ville dans les cuisines, les boulangeries, les magasins d’alimentation, les hôtels, habitations et dans toutes sortes de locaux chauffés et humides. Elles se rencontrent donc dans les logements d’habitations collectives comportant vide- Blaberus giganteus - Muséum de Toulouseordures, gaines de ventilation ou encore passage de canalisation. Elle dégage une odeur caractéristique fort désagréable et court très vite.

    > Blatta orientalis: Cette blatte est communémet appelée cafard. Elle est de grande taille, supérieure à 20 mm, de couleur très sombre, elle présente un très grand dimorphisme sexuel: le mâle a des élytres et les ailes bien développés, la femelle a des élytres réduits à des lobes courts et pas d’ailes. Très commune en ville dans les caves, les boulangeries, les entrepôts, les cuisines, les hôtels, les douches et autres lieux chauds et humides. Cachée le jour dans les fentes des murs, les placards, cette Blatte manifeste une intense activité la nuit. Elle consomme principalement des produits alimentaires et se montre friande de la colle des reliures.

    > Supella Longipalpa: Cette Blatte à bandes brunes mesure environ 5 à 8 pouces de long. Les ailes ont deux bandes jaunâtres. Elle est nécrophage (se nourrit de cadavres) mais mange à peu près de tout. Cette Blatte a une activité nocturne, peut voler et se retrouve dans n’importe quelle structure, mais préfère les endroits chauds et secs, les hauteurs et l’intérieur du mobilier. Son bien être ne dépend pas autant de l’humidité que les autres espèces. Communément appelée coquerelle, il arrive qu’elle soit confondue avec la Blatte germanique.

 

La Blatte domestique dans BLATTES - TERMITESPar delà les espèces dites « domestiques », il existe en France plus d’une vingtaine d’espèces de blattes « sauvages », relevant pour la presque totalité du Genre Ectobius. Certaines d’entre-elles sont très fréquentes, notamment en milieu rural, où elles vivent par exemple dans les herbes, les feuilles mortes, ou encore sur les buissons Les incursions dans l’habitat ne sont pas rares, mais ces petites blattes n’y séjournent pas, et ne présentent donc pas de risques. Bien entendu elles s’y rencontrent en exemplaires isolés, ce qui permet de les différencier des blattes « domestiques » qui elles « colonisent » très vite les lieux !

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

L’histoire du cafard automate

Posté par othoharmonie le 20 mai 2012

                                                  

 

C’est une imposture peu banale que vient de mener à bien une équipe de biologistes et d’ingénieurs européens. Coordonné entre 2002 et 2005 par le Belge Jean-Louis Deneubourg, responsable du service d’écologie sociale de l’Université Libre de Bruxelles, et financé à hauteur de 1,5 million d’euros par le programme “Future & Emerging Technologies” de l’Union Européenne, le projet L'histoire du cafard automate dans BLATTES - TERMITES cafard-4Leurre a introduit un mini-robot dans une société de blattes et essayé d’influencer la prise de décision du groupe par l’intermédiaire du robot. Mission réussie ! Deux ou trois robots ont suffi pour entraîner une dizaine de cafards à leur suite, vers un abri clair au lieu d’un abri sombre, la préférence naturelle des insectes.

L’Insbot, l’insecte robot conçu par les chercheurs de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), ressemble à un gros morceau de sucre de 2 cm sur 3, bardé d’électronique, d’émetteurs récepteurs infrarouges, d’une caméra miniature d’une définition de 128 pixels et deux micromoteurs lui permettant d’imiter les déplacements des bestioles originales. Drapés dans la douzaine de molécules chimiques « odorantes » utilisée par les cafards pour identifier leurs congénères (ces phéromones dites « cuticulaires », découvertes en 2002 à l’Université de Rennes, se disposent sur la carapace de l’insecte), ces petits robots ont réussi à tromper leur monde. Autonomes, programmés à reproduire les comportements des membres de leur colonie d’accueil, les insbots ont pu ainsi interagir avec les autres cafards, répondre aux stimuli tactiles et modifier la dynamique du groupe. Composant à partir de quelques règles de collision et un zeste de fragrances la première « société mixte », un corps social à base d’insectes et de machines communicantes. 

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

Blattes fossiles

Posté par othoharmonie le 20 mai 2012

 

Ce sont de très « vieux » insectes en ce sens que les formes fossiles sont assez comparables aux actuelles. Plusieurs milliers d’ espèces de blattes sont connues de par le monde, mais la plupart d’entre-elles habitent les zones équatoriales et tropicales car ces insectes affectionnent tout particulièrement la chaleur et l’humidité.

Les blattes dites domestiques sont fort heureusement bien moins nombreuses et en France les espèces les plus représentatives se comptent sur les doigts de la main, ce qui ne les empêche pas d’être parfois fort nuisibles du fait de leur tendance à proliférer et de leur facilité d’adaptation. Les plus petites espèces, telles la « blatte germanique » (Blattella germanica), ou encore la « blatte des meubles » (Supella supellectilium) excèdent à peine les 10 mm à l’état adulte, tandis que la « blatte orientale  » (Blatta orientalis) et la « blatte américaine » (Periplaneta americana) dépassent respectivement les 20 et 30 mm. Toutes ces espèces sont plus ou moins cosmopolites et ont colonisé de nombreux pays, dont la France, à la faveur des transports et des échanges commerciaux internationaux. A titre d’exemple les transports maritimes sont à l’origine de l’infestation des grandes zones portuaires, et des villes avoisinantes, par la blatte américaine. De même la blatte orientale, bien connue du Maghreb, a très vite envahi tout le sud-est.

Blattes fossiles dans BLATTES - TERMITES cockroach_trilobite_fossil

Les blattes sont très polyphages et toute matière organique d’origine animale ou végétale (fraîche ou corrompue) fait l’affaire. Elles ont besoin de chaleur, d’humidité, et leur caractère lucifuge (fuite de la lumière) fait qu’elles recherchent l’obscurité et que leur activité est pour l’essentiel nocturne. Bien que fréquemment dotées d’ailes, au demeurant peu adaptées à un vol soutenu, nos blattes se déplacent plus volontiers « à pattes », et très souvent avec une extrême vélocité telle la petite blatte germanique ou encore l’américaine, véritable « blatte de course ».

Une autre caractéristique est la recherche du contact (phénomène qu’on appelle le thygmotactisme), d’où leur propension à suivre le contour des obstacles, ou encore a s’insinuer dans les moindres fissures, fentes, ou interstices. Cette faculté est en outre favorisée par une forme générale très profilée (en ovale allongé), et surtout par un corps fortement aplati doté de téguments à la fois lisses et souples.

Les blattes sont sexuées et selon le cas le dimorphisme sexuel (différence entre mâle et femelle) est plus ou moins prononcé, et peut par exemple porter sur la présence ou non d’ailes, ou encore sur leur longueur. Ces blattes sont ovipares et les oeufs sont regroupés, et parfaitement alignés, dans une capsule rigide et carénée appelée oothèque. De l’ordre du cm chez nos grosses blattes cette véritable boîte à oeufs est élaborée par la femelle et elle pointe plus ou moins à l’extérieur de l’extrémité abdominale. Chez certaines espèces l’oothèque est rapidement abandonnée au gré des déplacements de l’insecte , et chez d’autres elle est portée quasiment jusqu’à la naissance des larves. Dans tous les cas ces dernières ressemblent aux adultes, mais les ailes ne s’acquièrent qu’à la fin du développement larvaire, lors de la mue dite imaginale.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaire »

La Punaise de lit

Posté par othoharmonie le 20 mai 2012

La punaise de lit est un insecte parasite qui empoisonne la vie des animaux domestiques, des rongeurs, des volailles, des oiseaux et des hommes.

Elles font partie des insectes piqueurs-suceurs et elles préfèrent le sang humain. Elle est active la nuit, et laisse des traces de sang et d’excréments sur les draps et les matelas. Elle peut être porteuse de maladies. Son corps est aplati et permet à la punaise de lit de se glisser dans les coutures du matelas et de s’y cacher.

Cimex lectulariusLa femelle peut pondre 200 oeufs, au rythme de deux par jour. Elle les colle sur une surface, de manière à ce que lorsqu’ils écloront au bout de 3 semaines, ils soient près d’une source de nourriture.

La nymphe passe par trois stades de mues avant de devenir adulte, période qui dure de 15 à 30 jours. Elle peut vivre une dizaine de semaines comme elle peut aussi bien vivre une année. Une punaise adulte peut passer une année sans manger.

Elle s’infiltre dans les coussins, derrière la tapisserie, les rideaux, derrière les cadres, etc… Elle dégage une mauvaise odeur et est souvent résistante aux insecticides et autres produits anti punaises. Il faut donc répéter le traitement d’insecticide contre les punaises pour être bien sûr d’avoir délogée la punaise de lit complètement.

L’éradication des punaises de lit est réputée difficile et de nombreuses entreprises proposent leurs services à des prix particulièrement élevés, souvent plusieurs centaines d’euros, y compris pour de petites surfaces.

Néanmoins, il est possible de trouver dans des drogueries différents aérosols dédiés à l’éradication de ces insectes. Ils ne détruisent généralement pas les œufs, ce qui implique l’utilisation de plusieurs de ces aérosols dans le temps (tous les 10 ou 20 jours) multipliant ainsi le coût.

Une troisième solution, certainement la moins coûteuse (quelques dizaines d’euros seulement) et la plus efficace, consiste à se procurer en pharmacie des aérosols contre ces minuscules insectes, comme par exemple Acardust. Une seule diffusion par pièce suffit alors pour éradiquer les punaises de lit et leurs œufs.

Une autre solution consiste à empêcher le contact entre la punaise et sa victime, en entourant le matelas et en tapissant les murs de papier collant. Cette méthode possède l’avantage de ne pas présenter de risque grave pour la santé de l’homme.

Publié dans BLATTES - TERMITES | 4 Commentaires »

La Scutigère

Posté par othoharmonie le 20 mai 2012

 

 Scutigère véloce (Scutigera coleoptrata)La Scutigere, qu’on appelle aussi mille-pattes de maison, est un animal invertébré qui est répandu dans le monde entier. Ce n’est pas un insecte, car il a plus de trois paires de pattes et ne porte pas d’ailes.

Ce sont des animaux arthropodes, mais ce ne sont pas des mille-pattes, car ils n’ont qu’une seule paire de pattes par segment, et non deux.

Il mesure de 25 à 30 mm et son corps est composé de segments auxquels sont rattachées 15 paires de pattes, une paire par segment.

Les pattes arrières sont plus longues que les autres, comme des antennes, et il est difficile de faire la différence entre l’avant et l’arrière de l’animal.

Il est de couleur jaunâtre, son dos est traversé de 3 bandes foncées et son ventre est blanc.

La scutigère se déplace à grande vitesse, capture ses proies et les paralyse avec le venin contenu dans ses glandes fixées sous sa tête.

Souvent, les maisons sont envahies par les scutigères, ce qui est considéré comme un fléau. Par contre cet animal est très utile, car son alimentation est composée d’insectes qu’il élimine comme les moustiques, les punaises de lit, les fourmis, les blattes et les termites.

Les scutigères sont des animaux invertébrés qui sont inoffensifs pour l’homme.

Il se reproduit en déposant sa semence sur le sol, la femelle la récupère et elle sera ainsi fécondée.

Pour éliminer les scutigères de votre maison, il faut absolument éliminer l’humidité des lieux, et aussi éliminer les insectes de la maison dont ils se nourrissent.

Publié dans BLATTES - TERMITES | 1 Commentaire »

12
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello