• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 4 avril 2015

Le Perroquet en Noir et Blanc

Posté par othoharmonie le 4 avril 2015

290px-Black_parrot-2_31l07 

Le Perroquet noir ou Coracopsis noir (Coracopsis nigra (Linnaeus, 1758)) est avec le Perroquet vasa Coracopsis vasa une des deux espèces du genre Coracopsis.

Trois sous-espèces sont reconnues :

– Coracopsis nigra nigra (Shaw, 1812) de l’est de Madagascar ;
– Coracopsis nigra sibilans Milne-Edwards & Oustalet, 1885 des Comores ;
– Coracopsis nigra libs Bangs, 1927 de l’ouest et du sud de Madagascar.

Ce perroquet peuple Madagascar et les Comores. Il a peut-être été introduit aux Seychelles (sous-espèce C. n. sibilans) à partir desquelles il a conquis naturellement l’île Curieuse. Il a été également introduit à Maurice (sous-espèce C. n. nigra).

Il mesure 35 à 40 cm pour une masse de 315 g (C. n. nigra) ou de 132 à 153 g (C. n. sibilans aux Seychelles). Son plumage est brun sombre avec les sous-caudales grisâtres.

Le Perroquet noir peuple les forêts humides denses, y compris les mangroves, mais également les savanes, les forêts secondaires sèches.

Il consomme des fruits, des baies, des fleurs et des graines. Il est plus frugivore que son proche parent, le Perroquet vasa.

Elle se déroule de novembre à janvier.

Cet oiseau est sédentaire mais des mouvements diurnes, liés à la recherche de nourriture, existent.


 

Le Perroquet Blanc est appelé Cacatoès blanc

Il niche dans les cavités des arbres. Le Cacatoès à huppe blanche est principalement originaire d’Indonésie et plus précisément de l’archipel des Moluques où il vit aux abords des forêts tout en haut des arbres et aux alentours des terres agricoles. Le Cacatoès à huppe blanche est un perroquet de grande taille, très proche du Cacatoès des Moluques par l’aspect mais beaucoup plus petit par la taille, à ceci près que son plumage ainsi que sa grande huppe sont intégralement blancs sauf 290px-Cockatoo.1.arp.500pixl’intérieur de la huppe, le dessous de la queue et l’intérieur des ailes qui sont jaunes.

Cet oiseau mesure entre 45 à 50 cm et pèse en moyenne 900 g.

Ses pattes et son bec sont grisâtres entrant en contraste avec son plumage et sa huppe entièrement blancs.

La femelle est plus petite que le mâle et a les yeux rouges contrairement au mâle qui les a marron.

Les deux sexes possèdent une grosse crête érectile blanche.

Les cacatoès blancs sont relativement plus calmes que leurs congénères plus petits (comme les Cacatoès de Goffin), mais cela n’en fait pas des compagnons de tout repos pour autant.

Les cacatoès ont besoin d’espaces de jeux qui leur sont clairement désignés un parc de jeux garni sera un minimum afin de l’empêcher de déprimer et de faire du picage.

Si le perroquet n’a pas ses propres installations pour jouer, c’est le mobilier qui va y passer.

Pour bien faire, le perroquet devrait avoir plusieurs installations dans la maison, car il voudra suivre son humain chouchou un peu partout.

Le cacatoès est un perroquet très destructeur il faudra donc changer ses jouets le plus souvent possible car aucun matériel ne lui résistera bien longtemps.

En revanche l’amener à chercher sa nourriture est une bonne façon de l’occuper. Ce Cacatoès a besoin d’un régime varié, car il lui est facile de devenir obèse, ce qui nuirait à sa santé. Le cacatoès ne devrait pas se nourrir que de graines car celles-ci ne feraient qu’engorger son foie, ce qui provoquerait une pousse anormale du bec de l’oiseau. Le cacatoès ne mange pas beaucoup. Il a ses préférences et choisit les graines, légumes et fruits avec attention en laissant dans le fond de l’auget les autres graines.

Une volière de 4 m de longueur, 1,50 m de largeur et 2 m de hauteur devrait correspondre à ses besoins.

Des nichoirs de type « tonneau » renforcé avec du fer et haut d’environ 70 cm seront nécessaire à leur reproduction.

Les cacatoès demandent une bonne éducation impliquant l’apprentissage de l’autonomie facilitant les choses, mais cela n’enlèvera rien au fait que le cacatoès demande de l’attention humaine plusieurs heures par jour.

Il faut absolument être conscient qu’un cacatoès mal éduqué (surtout un mâle) peut devenir un animal dangereux, par sa taille, par sa force, et par son attitude combative.

Malgré tout, ce cacatoès est certainement le plus affectueux de tous les perroquets.

Leur capacité à parler n’est pas très grande, mais ils peuvent néanmoins dire quelques mots, voire quelques phrases.

Le Cacatoès à huppe blanche aime se baigner en été comme tous les autres oiseaux.

Publié dans PERROQUET | Pas de Commentaire »

L’instinct et la socialisation du Perroquet

Posté par othoharmonie le 4 avril 2015

 

 290px-Poicephalus_flavifrons_1

Les perruches et perroquets sont des animaux grégaires. C’est-à-dire que ce sont des espèces qui vivent en groupe, et à travers le groupe. Les membres qui le compose doivent impérativement se conformer, pour la cohésion du groupe (la cohérence, l’entente). Le groupe se compose de dizaines voir de centaines d’individus, afin d’être plus efficaces lors de la recherche alimentaire, lors de la reproduction et pour se protéger des prédateurs. C’est donc un groupe social où les individus ont une part d’instincts communs (chacun possède les mêmes) et une part de socialisation (apprentissage propre à chacun).

L’instinct (les comportement conditionnés)

Les perruches et perroquets sont des animaux-proie. Vivre en groupe comme ils le font leur permettent de satisfaire leurs besoins alimentaires, de garantir la survie du groupe avec la reproduction, de se procurer un sentiment de sécurité et de répondre à leurs besoins sociaux et affectifs (jeux, toilettage, activités, affections, vocalisations et contacts visuels). Les stimulations internes et physiologiques comme les variations hormonales et la faim que subissent ces oiseaux sont des réponses instinctives. Le caractère et la personnalité des individus n’ont aucun effet sur ces types de comportements instinctifs. Ces comportements instinctifs sont présents dès le plus jeune âge et leur permettent de remplir certaines fonctions sans avoir recours à l’apprentissage. Il est ainsi important que chaque individu se conforme aux codes du groupe, afin d’être intégré et de survivre. Tout comportement anormal fera que l’oiseau sera rejeté par le groupe ; c’est pourquoi un oiseau malade cache si bien ses pathologies, c’est une réponse instinctive de survie pour éviter d’être mis à l’écart. Egalement, perruches et perroquets sont programmés génétiquement pour apprendre les codes (surveillance du danger, vocalisations/cris de contact, solution à un problème, etc.) et les appliquer. Ils copient ce qu’ils observent et se les réapproprient.

En outre, une partie des informations instinctives sont appuyées par une très grande capacité à apprendre, ce qui les rend adaptables aux situations particulières, comme la vie en captivité.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsL’apprentissage et les acquis personnels

Les acquis personnels proviennent des stimulations externes, c’est-à-dire de l’environnement spécifique de votre oiseau, ses congénères, vous, sa cage, son parc, vos échanges et interactions, donc, son cadre de vie. Les acquis de vote oiseau seront présents grâce aux apprentissages et aux expériences qu’il va vivre tout au long de sa vie. C’est dans ces moments de compréhension, d’apprentissage et de réappropriation que vous observerez que votre oiseau a des comportements intelligents et raisonnés. Ce sont ses aptitudes à apprendre de son environnement et à s’adapter qui permettront une relation saine et de confiance avec vous. Votre oiseau va donc apprendre à travers son environnement, vos échanges, vos jeux, mais également avec les autres compagnons qu’il aura, et à travers ses propres expérimentations (échecs ou réussites).

 

Je conseille de lire le site : http://www.perruche-perroquet.com

 

Publié dans PERROQUET | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello