• Accueil
  • > Archives pour février 2013

Histoire de lézard

Posté par othoharmonie le 28 février 2013

 

Histoire d’un lézard – Souvenirs de Naples

Année de publication 1867

Histoire de lézard dans LEZARD mountain_dragon_on_hand

RésuméAprès avoir aidé Garibaldi à chasser les Bourbons de Naples, Alexandre Dumas réside dans cette ville au palais Chiatamone avec Adolphe Goujon, son collaborateur au journal «L’Independente».

Un lézard qui vient les observer régulièrement se laisse apprivoiser par Goujon et devient leur familier. Sa disparition soudaine est occultée par les menaces de mort que Dumas reçoit de la part de royalistes et de la camorra, ainsi que par l’arrestation de son facchino (domestique des domestiques) qui s’avère être à la solde de brigands.

Le lézard apparemment honteux réapparaît quelques temps plus tard avec… deux petits lézards. Celui qu’ils avaient baptisé Joseph était en fait une lézarde… Durant trois ans, la lézarde recherche et partage le quotidien de nos deux amis. Obligés de déménager, ils quittent donc le palais et cette étrange amie.

Six mois plus tard, lorsqu’ils reviennent pour assister de la terrasse à la revue navale donnée en l’honneur du roi Victor Emmanuel, la lézarde répond au premier appel. Mais sa joie de revoir Goujon est telle qu’elle lui est fatale. En effet, effrayée par le bruit des canons, elle manque l’ultime saut qui la séparait de la main aimée et s’écrase sur les rochers.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsAnalyse Histoire d’un lézard – Souvenirs de Naples a été imprimé dans La gazette du grand monde, journal auquel Dumas a collaboré pour les numéros de novembre et décembre 1867 et janvier 1868.

Ce texte d’une vingtaine de pages est paru pour la première fois en volume en 1996 aux éditions Mercure grâce à Claude Schopp qui l’a retrouvé à la Bibliothèque Nationale. Ce petit volume contient en plus une causerie portant sur Naples et la suspicion de la police à l’égard de l’auteur (parue dans Le Monte-Cristo en 1862).

Cette histoire est écrite par Dumas quatre ans après son retour de Naples, dans une période où il essaye de reconquérir Paris. Sa situation n’est pas des meilleures: ses entreprises journalistiques tournent mal, son amoindrissement physique et sa vieillesse le font douter, mais il arrive néanmoins à sortir de tout cela quelques bonheurs d’écriture dont ce texte est un exemple.

Il est singulier qu’après tout ce qu’il a vécu durant son épopée garibaldienne, il se souvienne avec émotion de cet étrange amour d’une humble et faible créature pour un homme. Peut-être est-ce l’approche de la mort qui lui fait mettre en avant les choses essentielles de la vie comme l’amour, l’amitié et la fidélité.

article de Nicole Vougny

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Lézard de l’histoire

Posté par othoharmonie le 28 février 2013

 

Parmi nos nombreux sauriens, il en est un facilement reconnaissable. Il séjourne dans le mur et je l’ai croisé à plusieurs reprises dans la prairie. Je ne sais s’il y un ou plusieurs couples. Je n’ai vu qu’un seul et unique individu à chaque fois. Sa couleur lui permet de se dissimuler aisément dans les grandes herbes. Nous ne sommes pas encore assez familiers pour qu’il me permette d’approcher à moins d’un mètre. Le lézard vert est répandu, mais souffre d’une mauvaise réputation qui lui vaut d’être souvent victime de cruauté fatale. Sa taille imposante et sa hargne au combat ont fait dire qu’il est dangereux. FAUX. Tout comme de nombreux animaux, lorsqu’il est acculé et sans possibilité de fuite, il lui arrive de « mordre », mais il n’inocule aucun venin.

  »Symbole de vivacité chez les Aztèques qui lui donnaient le nom de « cuetzpalin », il représentait l’habileté à la chasse, la résistance physique et l’aisance à franchir les obstacles. Tous les natifs de ce signe étaient sensés détenir ces qualités. »

 

Lézard de l'histoire dans LEZARD psammophilusblanfordanus       Description de cette image, également commentée ci-après         Description de cette image, également commentée ci-après

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Dragon barbu ou lézard

Posté par othoharmonie le 28 février 2013

 

Dragon barbu ou lézard dans LEZARD leiolepisLes Agamidés n’ont pas de spécificité particulière notable. Ce sont des lézards en général plutôt massifs, avec une tête en général bien marquée, et ils présentent des membres bien développés, pourvus de griffes. Ils ont cinq doigts à chaque membre (à part Sitana ponticeriana) et sont pour une grande majorité muets.
Cette famille comprend des lézards de taille variée : les plus petites atteignent en général 20 cm avec la queue, et les plus grandes espèces dépassent rarement 1 mètre.

Ils sont assez proches des iguanidés, et diffèrent surtout par leur répartition géographique ainsi que par la structure de leur dentition : leurs dents sont de type acrodonte, c’est-à-dire qu’elles sont fixées au sommet des maxillaires (alors que chez les iguanidés, elles sont fixées sur la face interne de celles-ci).

Chez certaines espèces, il existe un dimorphisme sexuel marqué. Les mâles présentent en général des spécificités par rapport aux femelles : crêtes (Hydrosaurus par exemple), coloration plus vive, épines plus développées, corps ou tête plus massifs, …

On rencontre ces reptiles dans de nombreux pays et dans des conditions climatiques différentes.

On rencontre de nombreuses espèces dans des milieux arides ou semi-arides, mais aussi en plein désert comme Moloch horridus ou Pogona vitticeps, dont certaines populations vivent dans le grand désert australien.
D’autres vivent dans les bushs et savanes africaines, comme Agama agama, aussi appelé agame des colons.
De nombreuses espèces vivent également dans des milieux humides (forêts pluviales), ou tropicaux humides. Certaines espèces sont même semi-aquatiques comme certaines espèces de Physignathus ou de Hydrosaurus.
Enfin quelques espèces sont adaptées à des climats plus froids, vivant à haute altitude, par exemple à près de 6 000 mètres dans les montagnes de l’Himalaya où la température peut descendre largement en dessous de 0°C.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsCe sont dans l’ensemble des animaux diurnes et terrestres, mais ceux habitant les forêts sont fréquemment arboricoles ou semi-arboricoles.

Il faut également noter la spécificité du genre Draco, qui comprend les lézards « volants » : ce sont des reptiles pourvus d’une membrane entre les membres antérieurs et postérieurs qui leur permet de planer. Ils s’en servent pour s’élancer des arbres, par exemple pour échapper à des prédateurs.

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Lézard ou dragon

Posté par othoharmonie le 28 février 2013

 

Lézard ou dragon dans LEZARD chlamydosaurus_kingiiLe lézard à collerette ou dragon d’Australie (Chlamydosaurus kingii) est une espèce de lézards de la famille des Agamidés que l’on rencontre en Australie et en Nouvelle-Guinée.

Il est appelé ainsi à cause du large repli de peau qu’en temps normal il tient appliqué sur son cou. La collerette (ou chlamyde) est pourvue de « baleines » cartilagineuses et lorsque l’animal se sent en danger, il ouvre sa gueule en grand et déploie sa collerette, formant une vaste tache menaçante jaune et rosée. Il semblerait que cette collerette, richement vascularisée, intervienne aussi dans la thermorégulation de l’animal.

Le lézard à collerette se nourrit d’insectes trouvés dans les arbres : chenilles, cigales, scarabées ou sur le sol : fourmis, sauterelles, termites auxquels il faut ajouter des araignées et de petits lézards. Avec sa vue perçante, il peut repérer sa future proie sur le sol, attendre son passage et se laisser tomber sur elle pour s’en saisir et regrimper dans l’arbre pour la dévorer calmement.

Le lézard à collerette est un animal surtout arboricole que l’on trouve dans les régions chaudes du sud de la Nouvelle-Guinée et du nord et de l’est de l’Australie. Il vit surtout dans les arbres des savanes boisées, les forêts tropicales et tempérées chaudes.

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Lézard et rêverie

Posté par othoharmonie le 28 février 2013

 

Il symbolise le monde des rêves, au-delà du temps et de l’espace.
Il voit en rêve le futur.

Lézard et rêverie dans LEZARD 230px-mperuvianus1Le lézard enseigne comment créer des réalités futures avec l’aide du rêve.
Dans la mesure où il peut voir dans le futur, il sait toujours d’avance ce qui va se passer. Cela englobe aussi les prophéties à la réalisation desquelles nous contribuons nous-mêmes.

Une fois qu’une situation a été imaginée en rêve, c’est de la responsabilité du « rêveur » de continuer à la nourrir en énergie et de la faire advenir réellement.

Le lézard vous exhorte à examiner soigneusement vos rêves et à vous confronter à votre part d’ombre.

Avez-vous déjà vu en rêve votre avenir, vos espoirs, vos peurs?
L’enseignement de cet animal dit que vous êtes responsables de tous les événements de votre vie, de manière consciente ou inconsciente, dans la mesure où ils proviennent précisément de vos désirs et de vos peurs…

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Le Lézard et le Maïs

Posté par othoharmonie le 26 février 2013

 

(adapté d’un conte des Indiens de l’Ouest de l’Amazonie)

Le Lézard et le Maïs dans LEZARD 230px-mperuvianusIl était une fois un homme très avare. On l’appelait  » l’Avaricieux « . Il possédait dans son jardin toutes sortes de plantes, mais surtout le maïs. Il le faisait garder nuit et jour par des myriades de frelons et autres serpents venimeux. Personne d’autre ne possédait le maïs. Parfois, après s’être fait supplier, flatter, il donnait un peu. Un tout petit peu. Mais il était malin ! Les grains de maïs qu’il donnait étaient déjà grillés, les jeunes pousses pelées ou privées de leurs racines. Si bien que rien de ce qu’on réussissait à obtenir de l’Avaricieux ne poussait une fois planté ou semé dans les jardins.

En ce temps-là, Shabon le Lézard avait une petite bouche, des doigts et des orteils semblables aux nôtres. Il décida un jour d’aller voler du maïs à l’Avaricieux.

- Ce n’est pas dans son jardin qu’il faut aller lui voler le maïs, c’est trop bien gardé… J’irai au cœur même de son domaine, dans sa maison.

Et voilà Shabon arrivant chez l’Avaricieux. Sa femme triait justement le maïs. Tout doux tout miel, le Lézard s’annonça et proposa de l’aider.

La femme de l’Avaricieux se montra d’abord méfiante… Mais elle n’était pas très vaillante à la tâche.

- Ma foi, finit-elle par dire, si tu m’aides réellement, pourquoi pas ? Mais attention ! Ne t’avise pas de me voler un seul grain !
– Moi ? Voler ? répondit Shabon, je suis juste venu pour bavarder et te donner un coup de main.

Et il commença à trier le maïs, sous l’œil soupçonneux de son hôtesse.

Mais ce qui devait arriver arriva : la femme de l’Avaricieux eut soudain une envie pressante, très pressante… Elle compta, un par un, les grains du tas déjà égrené, puis ceux qui restaient sur l’épi de Shabon, tous…

- Et ne t’avise pas, sacripant, de m’en voler un seul ! dit-elle avant de sortir faire ses besoins.
Dès qu’il fut seul, Shabon le Lézard attrapa un grain de maïs et le fourra dans sa bouche, tout au fond, caché derrière la dernière dent… et il se remit consciencieusement à l’ouvrage.
La femme de l’Avaricieux revint. Elle compta un à un les grains de maïs, ceux du tas égrené, puis ceux qui restaient à trier. Il en manquait un ! La colère montait. Elle compta et recompta. Plus de doute possible ! Elle laissa éclater sa fureur :

- Il manque un grain de maïs, tu nous l’as volé !

Elle saisit Shabon et lui fit ouvrir les doigts et les orteils. Rien. De rage, elle lui ouvrit la bouche si fort qu’elle la déchira quasiment jusqu’aux oreilles. Mais le grain de maïs était bien caché, tout au fond, derrière la dernière dent. La femme de l’Avaricieux ne le vit pas.
Et quand l’Avaricieux revint de son jardin, ce fut le même spectacle. Il chercha encore et encore. Il lui ouvrit les mains et pour mieux regarder entre les doigts les lui écarta si brutalement qu’il les déchira jusqu’aux poignets. Il fit de même avec les orteils qu’il lui écarta jusqu’aux talons.

eastern_fence_lizard-27527-1 dans LEZARDMais le grain de maïs restait introuvable.

- Peut-être qu’il a roulé sous quelque chose, suggéra le pauvre Shabon, le maïs toujours caché derrière la dent.

Sans attendre, l’Avaricieux et sa femme se mirent à quatre pattes pour chercher. C’est alors que Shabon bondit hors de la maison et déguerpit sans demander son reste. Une fois hors d’atteinte, le Lézard planta le grain de maïs au milieu de son jardin. Il le soigna comme si c’était son fils, et le grain germa…

Et depuis cet exploit courageux de Shabon le Lézard, nous avons le maïs… Et pour que nul n’oublie son exploit courageux, les Lézards ont toujours la bouche fendue jusqu’aux oreilles et des doigts immenses et frêles déchirés jusqu’aux poignets et aux talons.

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Lézard Totem

Posté par othoharmonie le 26 février 2013

 

Lézard Totem dans LEZARD 230px-m_zauneidechse1_edit1Un sens aigu de lézard des vibrations du sol, une excellente ouïe et une vue perçante leur permet de détecter le moindre mouvement. Un lézards a la capacité fascinante, d’être capable de rompre leur queue pour échapper aux prédateurs. Comme sa queue se tord, il détourne le prédateur de sorte que le lézard peut faire son évasion. Malheureusement, un lézard ne peut le faire qu’une seule fois car la queue repousse qu’en cartilage au lieu des vertèbres.

Dans les mythes et les traditions, Lézard est associée à rêver comme tu le soulignes. Rêves éveiller notre inconscient fait  prendre conscience des problèmes que nous n’avons pas été prêt à faire face dans notre vie consciente.

Le  Lézard apparaît lorsque nous avons besoin d’analyser notre réalité présente et apporte le message de changement immédiat dans certains domaines de notre vie. Ce changement peut représenter une façon de lâcher de vieilles idées ou des comportements négatifs qui mettent en danger notre croissance.

Il  protège nos rêverie qui est l’ombre de la réalité, nous révèle ce que nous voulons ignorer. Souvent nos rêves veulent nous faire passé un message et nous devons rester a leur écoute.

Lézard peuvent aussi vous apprendre à devenir plus indépendante dans la vie. 
Parfois, il est nécessaire de se séparer des autres pour accomplir ce qui est nécessaire. 
Lézard vous aide à éveiller la capacité de détachement objectif. 
Il peut vous montrer comment rompre avec le passé.

 Il pousse à se tenir au courant des événements qui se passent autour de nous. Le lézard, par ce fait, amène à se surpasser en améliorant toujours ce que l’on sait.

Les lézards sont des petits reptiles ayant besoin du soleil. Il en existe de nombreuses espèces. Ils se nourrissent d’insectes.

lezard_en_italie1 dans LEZARDSon attitude, immobile sous les rayons solaires, illustre la contemplation et la réceptivité. Quelques-uns prétendent que le Lézard est l’ami de l’homme, et qu’il l’éveille lorsqu’il dort, à l’approche du serpent : le Lézard est donc l’emblème du zèle et de la fidélité. C’est pourquoi il est considéré comme un premier degré menant à la sagesse.
Un ou plusieurs Lézards symboliseraient une amitié fidèle et protectrice.

Il a une mauvaise réputation. si on le voit dans la vie c’est que l’on va recevoir une mauvaise nouvelle. en fait, dans la culture sahraouis il est lié à la malédiction. on dirait même s’il demeure chez toi, c’est qu’un malheur surviendra tôt ou tard (superstition).

On les retrouve notamment sur de nombreuses poteries, un ancien peuple du Pérou qui aimait les décorations animalières et a souvent peint des lézards.

En Inde, selon la légende du Maharashtra, un varan indien a été utilisé afin de fortifier les murs du fort de Sinhagad avec ses écailles durant la bataille du même nom.

DEMANDEZ LUI DE VOUS AIDER A :
– vous détacher des opinions d’autrui.
– vous guider d’après vos rêves.
– entrer davantage en contact avec votre intuition.iguana_iguana_close_up_small

ACCÉDEZ A SON POUVOIR EN :
– commençant un journal des rêves.
– vous frottant les mains, puis en les écartant de 2,5 cm environ pour percevoir l’énergie générée.

EN TANT QUE GUÉRISSEUR :
– soigne grâce à l’énergie.
– guérit à travers les rêves.

EN TANT QUE GARDIEN OU PROTECTEUR :
– défend contre la manipulation psychologique.
– protège à travers le détachement émotionnel

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Femme lézard Maya

Posté par othoharmonie le 26 février 2013

 

 Du 13 décembre au 9 janvier: la femme Lézard 

 

Caractère

Femme lézard Maya dans LEZARD 180px-iguana_iguana_portoviejo_04C’est l’une des meilleures administratrices du foyer que compte le zodiaque. Elle gère la maison avec une précision parfaite. Elle connaît les meilleures offres des supermarchés et peut parcourir des kilomètres pour obtenir un prix plus avantageux. Fanatique du rangement et de la propreté, il lui faut une maison qui brille de mille feux.

Franche et directe, elle place la sincérité au-dessus de tout. Il est quasiment impossible qu’elle renouvelle sa confiance à un homme qui l’a trahie une fois: elle pardonnera, mais rien ne sera plus comme avant.

La femme lézard adore le soleil et passe des heures à se dorer la peau. Ses vacances préférées sont au bord de la mer sur une plage de sable blanc. Elle enseigne la responsabilité à ses enfants et cherche à faire en sorte qu’ils soient indépendants: c’est un des plus beaux cadeaux qu’elle puisse leur faire.

Affinités amoureuses

 

LE SCORPION (23 août – 19 septembre) avec qui elle s’entend sans avoir besoin de parler
LE JAGUAR (7 mars – 3 avril) dont elle admire la force et le courage
LA TORTUE (27 juin – 25 juillet) avec qui elle vit en paix et a de longues conversations philosophiques

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Le Lézard astèque

Posté par othoharmonie le 25 février 2013

 

Le Lézard astèque dans LEZARD leguan-200x300C’est la personnalité du lézard qui détermine ici les qualités du signe. Mais, alors qu’aujourd’hui le lézard, adepte de la somnolence au soleil, passerait plutôt pour un symbole de  » farniente « ,les Aztèques en ont fait au contraire une image de vivacité ! Les anciens Mexicains admirent la rapidité de ses déplacements, son habileté à chasser les mouches et autres vermisseaux qui composent son ordinaire; ils sont également fascinés par sa résistance physique, son aisance à grimper les parois verticales et son indifférence aux chutes : le lézard ne paraît jamais se blesser lorsqu’il tombe. Les natifs du signe vont hériter de toutes ces qualités. En premier lieu ils bénéficieront d’une santé à toute épreuve : les hommes seront robustes et bien musclés, les femmes, de bonne constitution.

Leur trait commun sera la minceur: les  » lézards » sont toujours sveltes et longilignes. En cas d’accident, ils manifesteront des qualités de récupération exceptionnelles et se montreront durs au mal.

Les individus nés sous le signe du lézard sont, nous disent les textes, « forts et solides de corps et d’esprit ». c’est probablement cette dernière qualité, la force morale, qui leur permet de prendre l’ascendant sur leurs frères et sœurs ; car quel que soit son rang numérique, aîné, puîné ou cadet, le garçon aztèque qui portait le signe du lézard était tenu pour le chef du lignage.

Du lézard on dit encore qu’il n’a pas besoin de chercher ses proies, mais que ses proies viennent à lui; il les capture alors avec facilité. Les natifs du signe sont ainsi crédités d’une grande efficacité de comportement et d’une aptitude naturelle à obtenir l’abondance, la richesse et le succès. Parce qu’ils possèdent une grande puissance de travail, ils peuvent même se dispenser de travailler beaucoup, l’intensité et la qualité compensant la quantité.

Évidemment tant de bonnes dispositions peuvent avoir leur revers : la vivacité peut devenir nervosité, l’habileté, opportunisme. La force de caractère peut aller de pair avec l’indifférence de sentiment et l’autorité naturelle peut se muer en autoritarisme intempestif et désagréable pour les proches. Le lézard n’en reste pas moins un excellent signe qui peut appeler les plus hautes destinées.

lié au dieu de la danse Huehuecoyotl

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Du signe du Lézard

Posté par othoharmonie le 25 février 2013

Le signe astrologique MAYA : L’HOMME LEZARD

 

Du signe du Lézard dans LEZARD mayaLe signe Lézard dans l’astrologie Maya désigne les personnes nées entre le 13 décembre et le 9 janvier. Son nom MAYA est KIBRAY. Il est assez difficile de comprendre les hommes Lézard, car ils sont peu loquaces et agissent parfois sans sens logique. Il s’agit de personnes très mystérieuses, qui n’aiment pas dévoiler leur jardin secret. Ce sont des personnes qui ont besoin de moments de solitude pour se ressourcer et pratiquer une activité qu’ils affectionnent.

Pour eux, les moments passés à lire ou à écouter les informations sont indispensables. Leur partenaire devra donc respecter ces petits instants en solitaire, sans chercher à vouloir les partager à tout prix, au risque d’étouffer notre ami Lézard.

Les Lézards sont aussi des personnes méthodiques et ordonnées, qui possèdent leurs petites manies. Parfois, ces habitudes peuvent prendre la forme de travers (maniaquerie), mais vous devrez vous rendre à l’évidence que vous ne le changerez pas ! En ce qui concerne les tâches de bricolage, ne comptez pas trop sur les Lézards : ce sont des fainéants par nature, assez peu doués pour les travaux manuels !

Article rédigé par Alicia 

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Manger du lézard !!

Posté par othoharmonie le 25 février 2013

 

Manger du lézard !! dans LEZARD mangerRéputé pour les qualités nutritives et curatives de sa viande, le lézard est aussi chassé pour cette chair. Celle-ci est reconnue pour son goût, même si elle est un peu dure. Son prix peut grimper, ce qui attise la convoitise des trafiquants d’animaux. En Guyane française par exemple, cet animal continue d’être chassé malgré l’interdiction pour alimenter les marchés en viande et en œufs. On pouvait lire dans un livre de recettes local des années 1990 que « Vous pourrez vous régaler avec l’iguane femelle, au ventre généreusement pourvu d’œufs succulents… », et qu’« [en] mars, à Pâques, à l’époque du renouveau, des aouaras (fruits de palmiers) mûrs, des feuilles gorgées de sève, c’est le lézard de carême qui est recherché des gourmets. Pour le tuer, faites sauter la tête d’un coup de sabre ou de machette. Laissez le corps frétiller pendant quelques instants et ensuite trempez-le dans une grande bassine d’eau froide ». Sa viande est également fortement appréciée dans la plupart des pays d’Amérique centrale et d’Amérique du sud où il est présent, et même dans les Antilles.

Outre sa viande, ses œufs sont très appréciés dans l’ensemble de son aire de répartition. Parfois les femelles gravides sont ouvertes afin que l’on extraie les œufs de leur ventre.

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Lézard, animal de compagnie

Posté par othoharmonie le 25 février 2013

Lézard, animal de compagnie dans LEZARD lezard-compagnie-300x169Le lézard est apprécié par les terrariophiles pour ses couleurs vives, son aspect intéressant, sa taille adulte, et sa disposition plus ou moins docile (par rapport à sa taille). Sa maintenance est considérée comme assez facile bien que sa reproduction en captivité soit assez peu fréquente. Cette réputation et la grande popularité de cet animal en font un des animaux de compagnie les plus courants aux États-Unis, qui importent annuellement 800 000 à 1 million d’iguanes verts pour approvisionner le marché des animaux de compagnie.

Toutefois, il peut devenir plus ou moins agressif arrivé à l’âge adulte, et sa taille est alors trop importante pour qu’il puisse être gardé dans un terrarium de taille standard, ce qui complique sa maintenance. Tout ceci explique le grand nombre d’abandons dans la nature ou d’animaux laissés à des centres spécialisés

En janvier 2008, un grand nombre d’iguanes sauvages de Floride sont tombées subitement des arbres dans lesquels ils vivaient, à la suite de nuits exceptionnellement froides qui les ont fait sombré en dormance et chuté. Bien qu’aucun chiffre précis n’ait été communiqué par les autorités, les médias locaux ont décrits la chute de douzaines d’iguanes qui jonchaient les pistes cyclables. Au retour de la chaleur du jour, certains d’entre eux se sont réveillés et sont retournés à leurs activités normales. Ce phénomène est s’est à nouveau produit en Floride en janvier 2010.

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Le Lézard et le Maori

Posté par othoharmonie le 25 février 2013

 

Le Lézard et le Maori dans LEZARD maoriSelon les croyances traditionnelles Māories, les âmes des morts voyagent jusqu’à l’arbre indigène « Pohutukawa » qui se trouve à la pointe du Cap Reinga, à l’extrême nord de l’île du Nord. (Reinga en Māori veut dire : saut, lieu d’où l’on saut ; lieu où résident les esprits des morts) L’âme glisse le long d’une racine du Pohutukawa, jusque tout en bas, dans la mer.

L’âme émerge à Ohaua, qui est la pointe la plus élevée des Iles des Trois Rois, pour un dernier voyage avant de retourner à Hawaiiki, rejoindre les ancêtres.

Autrefois, la tête d’un chef aimé ou d’un guerrier important était coupée et conservée, de façon à rester pour toujours avec la famille et la tribu en deuil.

Religion et spiritualité

A l’origine, on croyait que le dieu Tane avait offert au genre humain trois paniers de connaissance – « Nga Kete-o-te-Wananga ». Ces paniers contenaient les récits de la création, des instructions concernant la magie etc.

Les Māoris croient que toute chose vient des dieux. Toutes les choses sont incarnées dans certaines montagnes, rivières ou lacs, et toutes ont un certain type d’âme, le wainua. C’est pourquoi les Māoris ont des liens spirituels forts avec la terre. Certains sites géographiques de Nouvelle-Zélande sont des points d’ancrage importants pour l’identité Māori. Par exemple, le fleuve Wanganui a une signification culturelle et spirituelle toute spéciale pour les Māoris.

Le Mont Ngaruahoe et le Mont Ruapehu, tous les deux situés dans l’Ile Nord, sont sacrés pour les Māoris. La plupart des choses contiennent « mana », l’essence spirituelle. Mana est en l’homme lui-même, dans la terre, la nature, et aussi dans certains objets fabriqués par l’homme.

Si des personnes non autorisées sont en contact avec le « mana » contenu dans certains objets ou certains êtres, cela peut en faire sortir le mana. Des règles de « tapu » extrêmement strictes protègent les objets liés aux cérémonies, qui sont particulièrement remplis de « mana ».

Description de cette image, également commentée ci-aprèsLe lézard a une signification particulière dans l’ancienne mythologie Māori. Ce reptile était considéré comme l’émissaire du dieu Whiro. Whiro représentait tout ce qui est mauvais sur terre, et apportait l’infortune aux malheureuses tribus. Si les dieux étaient en colère et voulaient tuer un homme, ils invoquaient le lézard qui entrait dans le corps de l’homme, et dévorait ses organes vitaux.

Le lézard est aussi présent dans les motifs artistiques. Dans ce cas, le pouvoir maléfique du lézard était transformé en une sorte de protection. La tradition orale raconte qu’une maison destinée à l’enseignement de connaissances supérieures – un Whare Wananga – avait parfois un lézard enterré en-dessous des pieux de soutènement. Et alors, l’esprit protégeait le Whare-Wananga. 

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Signes de présence du Lézard

Posté par othoharmonie le 23 février 2013

 

Signes de présence du Lézard dans LEZARD 270px-timon_lepidus_holedComme les autres lézards, cette espèce se repère souvent à l’ ouïe: un frou-frou signale la présence possible d’ un individu. Souvent aussi, on peut observer une simple « fuite ». Ce lézard étant peu craintif et assez curieux, il est en général aisé de voir ou d’ entendre l’ individu, car il ressort en général rapidement de sa cachette.

L’ observation d’ un lézard dans une fente d’ un mur n’indique pas, a priori, que l’on a affaire à un lézard des murailles, les deux autres espèces, le lézard des souches et le lézard vivipare, pouvant aussi s’ y abriter. Toutefois, le lézard des murailles est bien meilleur grimpeur que les deux autres espèces.

Les lézards subissent des mues régulières: il peut arriver de découvrir des lambeaux d’ exuvie. Cette peau est fragmentée et non d’une seule pièce comme chez les serpents.

Nourriture:

Le Lézard des murailles se nourrit surtout d’ insectes, mais aussi d’ araignées, de petits mollusques, de cloportes, de lombrics,… L’ eau indispensable provient non seulement de la rosée, mais aussi de certaines feuilles ou fruits charnus.

Habitat:

Vue d'un lézard de SchreiberOn rencontre cette espèce dans les milieux pierreux bien ensoleillés, naturels ou artificiels: affleurements rocheux, carrières, murs de pierres sèches ou cimentés, ballast de voies ferrées, terrils, talus de route,… Dans certaines régions, elle semble uniquement liée à des éléments pierreux d’origine anthropique. C’ est le cas notamment en Lorraine belge où elle n’ a été observée que sur des murs (murs de cimetières, de maisons, de jardins, ruines de château,…) et sur le ballast de voies ferrées désaffectées. En montagne on peut l’ observer jusqu’ 2000 m d’ altitude.

Le territoire d’ un individu est situé dans un endroit pierreux bien ensoleillé. Il doit lui fournir des ressources alimentaires en quantité suffisante, ce qui implique la présence d’une couverture végétale suffisante pour héberger de nombreuses proies et des abris utilisés en cas de danger ou en cas de trop forte chaleur pendant la journée. Il s’ agit principalement de fissures et cavités entre des pierres, mais aussi de cavités entre des blocs de béton, des trous de micromammifères ou des fentes dans le sol servant comme abris pour la nuit, les périodes de mauvais temps, d’ hivernage et de sites de ponte adéquats. 

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Protection du Lézard

Posté par othoharmonie le 23 février 2013

Protection du lézard

 

Protection du Lézard dans LEZARD 21

En Europe, l’ espèce est protégée par Annexe 4 de la Directive 92/43/CEE sur la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages.

Les travaux de restauration des vieux murs et des ruines, par exemple celles des châteaux, devraient tenir compte de la présence de cette espèce protégée, comme cela a été fait à Maastricht dans le cadre des récents travaux de restauration et consolidation d’une partie des fortifications (Prick & Kruyntjens, 1992). Des actions d’information et de sensibilisation au patrimoine que représente l’ « écosystème murs » sont indispensables, tant au niveau des propriétaires privés que des communes (cimetières notamment).

Des actions d’ information à l’intention des propriétaires et gestionnaires de sites occupés sont nécessaires, ainsi qu’ auprès de certaines catégories de touristes (grimpeurs en particulier).

Sources:

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

L’île du Roi Lézard

Posté par othoharmonie le 23 février 2013

L’Ile du Roi Lézard

Résumés

(première édition)

L'île du Roi Lézard dans LEZARD images-16Enlevés par de redoutables hommes-lézards venus de l’Île de Feu, des jeunes gens du village de la Baie de l’Huître sont promis à l’esclavage. C’est un sombre avenir de famine et de mort lente qui les attend, sous la tyrannie de leur nouveau maître, le Roi Lézard, un monstre fou et dangereux, qui règne sur un peuple de mutants grâce à ses terribles pouvoirs de sorcier vaudou. Or, un seul homme peut espérer arracher ces malheureux prisonniers à leur sort, et cet homme, c’est VOUS. Mais aurez-vous assez de courage pour vous lancer dans une aussi périlleuse mission ?

Deux dés, un crayon et une gomme sont les seuls accessoires dont vous aurez besoin pour vivre cette aventure. VOUS seul déciderez de la route à suivre, des risques à courir et des créatures à combattre. Alors, Bonne chance…

————————————————–

(troisième édition)

Enlevés par de redoutables hommes-lézards, des jeunes gens du village de la Baie de l’Huître sont promis à l’esclavage. Un sombre avenir de famine et de mort lente les attend, sous la tyrannie du Roi Lézard, un monstre fou dangereux, qui règne sur un peuple de mutants grâce à ses terribles pouvoirs de sorcier vaudou. Or, un seul homme peut espérer arracher ces malheureux prisonniers à leur sort, c’est VOUS. Mais aurez-vous assez de courage pour vous lancer dans une aussi périlleuse mission ?

Deux dés, un crayon et une gomme sont les seuls accessoires dont vous aurez besoin pour vivre cette aventure. VOUS seul déciderez de la route à suivre, des risques à courir et des créatures à combattre. Bonne chance…

 


Informations

- Ce livre n’est jamais ressorti dans la deuxième édition sans le logo Défis Fantastiques mais par contre il est ressorti dans la deuxième édition avec le logo Fighting Fantasy.


Critiques

————————————————–

Mon tout premier LIVRE DONT VOUS ÊTES LE HEROS ! Rien que pour ça, je ne peux pas lui mettre au-dessous de 70 %  

images-17 dans LEZARDY’a beaucoup de polémiques sur ce livre, notamment des gens qui le trouve pas super et qui disent que Ian Livingstone était en passe d’inspiration… moi je ne trouve pas. Bon, comme d’habitude, l’histoire est on ne peu plus simple mais j’ai vraiment aimé le fait d’évoluer sur une île, ça fait vacances… c’est con mais c’est ce que j’ai ressenti. Le tout est très bien écrit et on se plonge vite dans l’atmosphère et le livre peut être fait plusieurs fois, car il y a plusieurs chemins possibles. Par contre, là où je dois avouer que l’auteur s’est planté (et pour pas changer vous allez me dire) c’est la difficulté des ennemis. Ils sont assez balèzes, vaut mieux commencer avec le maximum des statistiques si vous souhaitez le finir. Et même avec ça vous rencontrerez des problèmes. Les ennemis de fin sont difficiles, et même avant, hormis vos repas, il n’y aura pas beaucoup d’occasion de faire le plein d’endurance (et les seuls fois, vous regagnerez un à deux points d’endurance seulement) Et parlons du boss de fin, trop facile si l’on trouve les objets nécessaires pour l’affronter (ceci dit, il faut les trouver mais en principe ça ne devrait pas être très dur vu que c’est sûr le chemin). Ce que j’ai aussi fort apprécié c’est d’avoir caché plusieurs objets (pas utiles pour la réussite de la mission mais qui peuvent aider) à travers l’île. Objets qui, à première vue, présentent des malus mais deviennent vite importants et utiles par la suite. Concernant les passages intéressants, je retiendrai le début, les mines, la rencontre avec le sorcier et le face à face avec le Roi-Lézard… Mais toute la visite de l’ìle est un pur plaisir car c’est vraiment bien écrit, et les illustrations ne sont pas en restes, elles contribuent également à l’atmosphère globale du livre. Au niveau des combats, vous allez être servis, il y en a passablement, et c’est surtout ça la grande difficulté du livre (même avec les statistiques élevés, il y a des changes que vous mourriez, voilà pourquoi la note de difficulté est assez élevée) sinon l’histoire en elle-même, elle, est assez facile.

En résumé, un livre difficile par ses combats mais très bien décrit et qui n’est pas linéaire, dont l’ambiance est bien retranscrite. Cette fois-ci, contrairement à ses habitudes, Ian Livingstone nous offre plusieurs choix pour atteindre notre but, ce qui est fort appréciable. En plus de ça, quelques bons passages viennent renforcer le background.

Intérêt : 82%
Difficulté : 80%
Sombrecoeur 

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Rêver de lézard

Posté par othoharmonie le 23 février 2013

 Rêver de lézard dans LEZARD lezard3-112x150

Le lézard est un des rares reptiles dont l’apparence n’est pas repoussante pour les hommes. Ensemble, ils cohabitent souvent sur le même territoire. Comme l’homme, le lézard recherche la lumière et la chaleur du soleil. C’est une quête de la connaissance et de l’amour.

En tant que reptile, le lézard symbolise un aspect archaïque de notre personnalité, mais il jouit d’une étrange propriété, celle de se séparer de sa queue si sa vie en dépend. Il symbolise aussi l’évolution de la vie, l’animal qui tend vers l’humain en se débarrassant de sa queue, vestige du passé, pour continuer son évolution et tendre vers la lumière.

Le lézard nous reconnecte avec une partie archaïque de notre psychisme tout en suggérant une perspective d’évolution. C’est la transformation que nous vivons au plus profond de nous pour aboutir à une plus grande humanité en nous débarrassant des traces du passé, les névroses.

Evolution/involution, recherche de la lumière, sacrifice, humanisation.

 

Le site de Tristan-Frédéric Moir : http://tristan.moir.free.fr/Nouveausite/index.html

Psychanalyste – Psychothérapeute – Onirologue – Analyse et interprétation de rêves

En direct chaque mercredi de 23h à 1h30 sur
« Radio Ici & Maintenant ! » 95.2 FM

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Le mythe de Tirésias (lézard)

Posté par othoharmonie le 22 février 2013

 

Dans la mythologie grecque, on raconte que Tirésias, devin aveugle, avait vécu dans sa jeunesse une expérience singulière : il avait changé de sexe… deux fois. Ayant un jour rencontré sur le Mont Cyllène deux serpents enlacés, il les frappa de son bâton et fut transformé en femme. Sept ans plus tard, retrouvant le même couple de reptiles au même endroit, il les frappa de nouveau et sa condition d’homme lui fut rendue.

Le mythe de Tirésias (lézard) dans LEZARD terasusBien que peu connues, les deux versions grecques du mythe d’Arachné, l’une rapportée dans une scholie des Thériaques de Nicandre, l’autre dans un poème alexandrin consacré à Tirésias que résume Eustathe de Thessalonique, révèlent, si on les confronte aux données ethnologiques recueillies dans le bassin méditerranéen, la proximité fantasmatique entre l’araignée, le lézard et la belette dans l’imaginaire gréco-latin. Ayant pour point commun de ramper sur le sol, ces animaux interviennent dans des récits de métamorphose sanctionnant une transgression liée à la sexualité et impliquant à ce titre les trois déesses rivales Athéna, Héra et Aphrodite.

« Avouez-le, l’amour a pour vous des transports qui nous sont inconnus ! » soutient Zeus à Héra lors d’une dispute. Celle-ci affirme le contraire. Tirésias est alors convoqué pour trancher le débat, lui qui a connu « l’une et l’autre Vénus » sous les deux sexes : qui de l’homme ou de la femme éprouve le plus de plaisir ? Verdict… Tirésias donne raison à Zeus : si l’on comptait le plaisir sur une échelle de 10, la femme serait notée 3 fois 3, et l’homme seulement 1. Héra, furieuse de voir le secret de son sexe révélé, le frappe de cécité, mais Zeus lui offre en compensation une exceptionnelle clairvoyance et une vie de sept générations.

Dans la mythologie grecque, Tirésias  est un devin aveugle de Thèbes. Fils d’Évérès, lui-même fils du Sparte Udée, et de la nymphe Chariclo, Tirésias a trois filles : Manto, Historis et Daphné. Il est, avec Calchas, l’un des deux devins les plus célèbres de la mythologie grecque.

Tirésias ne naquit pas devin et aveugle. Son pouvoir et sa cécité résultent de sa rencontre avec les dieux. Il existe différentes versions de ce mythe

L’araignée, le lézard et la belette : versions grecques du mythe d’Arachné

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Le Varan

Posté par othoharmonie le 22 février 2013

 

Le Varan dans LEZARD 180px-green.tree_.monitor.lizard.arp_Ce sont des lézards, en général de grande taille. Ils se distinguent des autres lézards par leur long cou, leur crâne triangulaire et leur langue bifide – comme celle d’un serpent. Toutes les espèces de varans sont carnivores (à part une espèce qui se nourrit aussi de fruits). Ils ont des mâchoires puissantes et des membres armés de 5 griffes acérées. Les varans sont ovipares, ils ont des oreilles externes et des paupières. Ils ne peuvent pas se séparer de leur queue comme certains lézards (Autotomie). Les espèces les plus proches des varans sont les hélodermes et les faux varans (qui n’ont pas d’oreilles externes). Les varans sont trouvés dans les régions tropicales et sous-tropicales de l’Afrique, de l’Asie et de l’Australie (Dans ce dernier cas, ils sont appelés goanna localement). La majorité des espèces viennent d’Océanie, partiellement par manque de compétition mammalienne.

  • Les plus connus sont : Varanus komodoensis : le varan de Komodo, l’un des plus grands lézards actuels,
  • Varanus niloticus : le varan du Nil,
  • Varanus gouldii : le varan de Gould.

Il existe une soixantaine d’espèces de varans, un nombre exact étant difficile à préciser dû au flux de la taxonomie de ce genre. Certaines espèces peuvent être considérées comme sous-espèces et vice-versa. Par exemple, le varan orné (V. ornatus) peut être une sous-espèce du varan du Nil (V. niloticus) ce qui donne Varanus niloticus ornatus. Idem pour V. flavirufus, qui selon certaines sources est V. gouldii flavirufus, ou V. gouldii ; V. gouldii lui-même étant parfois V. panoptes. Des analyses biochimiques sur certains groupes sont donc considérées comme nécessaires pour aider à résoudre ce problème

Comme la plupart des sauriens, les varans sont ovipares. Ils pondent leurs oeufs dans un nid ou dans un trou. Le temps d’incubation est souvent inversement proportionnel à la température du nid. Certaines espèces pondent dans une termitière, ce qui assure protection et chaleur à l’œuf, nourriture au nouveau-né. À la différence des lézards, leurs membres ou leurs queues ne peuvent pas repousser en cas de perte.

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Lézard de Gauld

Posté par othoharmonie le 22 février 2013

 

Le varan de Gould (Varanus gouldii) est une espèce de varan qui se rencontre en Australie et au sud de la Nouvelle-Guinée. Il peut mesurer 1,60 m de long pour une masse de 6 kg.

Lézard de Gauld dans LEZARD 140px-eucalyptus_leucoxylon1Surnommé varan des sables ou varan-cheval de course, il peut, d’où son nom, se déplacer à vive allure sur ses pattes postérieures. Un des caractères du varan de Gould est sa position bipède, en appui sur sa queue, ce qui lui permet d’observer ses proies ou ses prédateurs. Le varan de Gould se défend avec agressivité lorsqu’on l’attaque. Gonflant son cou pour effrayer l’adversaire, il peut lancer de violents coups de queue et se sert aussi de ses griffes. Comme bon nombre de varans, cette espèce habite des terriers. Son biotope idéal est le bush aride mais aussi les forêts d’eucalyptus et les montagnes comme la Cordillère australienne, mais malgré cela il s’est adapté à tous les biotopes australiens.

 180px-monitor1 dans LEZARDLe varan de Gould est un chasseur agile et habile, qui se nourrit de petits reptiles (lézards, serpents), de mammifères plus ou moins petits (lapins, etc.), d’oiseaux et de leurs œufs. Il peut même consommer des charognes. Il tue ses proies grâce à ses griffes et ses dents (qui déchiquettent les proies volumineuses).

Cette espèce se rencontre dans toute l’Australie, même dans certaines zones très arides, ainsi qu’au sud de la Nouvelle-Guinée. C’est l’espèce de varan la plus fréquente en Australie. On la rencontre au Queensland, dans le Territoire du Nord, l’Australie-Méridionale, l’Australie-Occidentale ainsi que dans une partie de la Nouvelle-Galles du Sud et de l’état de Victoria.

Les mâles varans caressent avec le museau les zone érogènes des femelles avant de leur soulever la queue et d’introduire l’un de leurs hémipénis au niveau du cloaque. Le varan de Gould creuse son nid dans le sable ou dans la terre. C’est là que la femelle dépose une douzaine œufs environ. 

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

1234
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello