• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

Le chat et les enfants

Posté par othoharmonie le 31 janvier 2013

 

Ne laissez pas les enfants jouer avec le chat…

 

Le chat et les enfants dans CHAT chat6Chaque année en France 6 000 personnes, des enfants en majorité, sont affectées par la maladie des griffes du chat (MGC) provoquée par Bartonella henselae. Décrite par le Français Robert Debré en 1950 cette maladie – connue par les spécialistes sous son appellation de lymphoréticulose bénigne d’inoculation- est une zoonose transmise par griffure ou morsure. Par un chat donc, mais aussi par un chien, un lapin ou un singe porteurs de la bactérie.

 D’après les Drs Jeffrey Kravetz et Daniel Friedman, de l’Université Yale aux Etats-Unis, la maladie survient dans plus de huit cas sur dix chez des sujets de moins de 21 ans. Les plus touchés sont les enfants et adolescents de 2 à 14 ans. Chaque année, un pic d’incidence est généralement observé à la saison hivernale, lorsque les chats sortent moins. Et lorsque les enfants jouent avec eux, les manipulant parfois sans douceur excessive : pratiquement 90% des cas sont en effet occasionnés par des chats qui ont été « provoqués », selon l’expression des auteurs.

 La maladie se caractérise par l’apparition de papules rouges dans les jours suivant la griffure. Une fièvre légère, et surtout un gonflement des ganglions lymphatiques, doivent faire évoquer le diagnostic. Mais il sera ensuite confirmé par une prise de sang. Les signes disparaissent généralement en deux ou trois semaines, le plus souvent avec un traitement symptomatique. Dans 10% à 15% des cas, des complications plus ou moins graves (conjonctivite, purpura, encéphalite…) peuvent survenir.

 Pour prévenir l’infection, taillez régulièrement les griffes de votre chat. Et faites-le suivre régulièrement par un vétérinaire. Et en cas de griffure accidentelle, désinfectez bien la plaie. Vous éviterez ainsi la prolifération de la bactérie.

 

Source : Archives of Internal Medicine, Vol. 162, pp 1945-52

Publié dans CHAT | Pas de Commentaire »

Des jouets maison pour mon chat

Posté par othoharmonie le 31 janvier 2013

Vous êtes sur le point d’accueillir un chaton à la maison ? Aménagez-lui un refuge, c’est-à-dire un coin tranquille, à l’abri des courants d’air. Sachez par ailleurs qu’un chat a besoin d’être stimulé pour se sentir bien dans son nouveau foyer. Et si vous lui prépariez quelques jouets et autres accessoires que vous aurez confectionnés ?

Des jouets maison pour mon chat dans CHAT chat13 Pour ses griffes et… votre canapé. Collez une chute de moquette à un angle de mur. Voilà un arbre à chat très pratique ! Vous verrez, votre nouveau compagnon adorera y grimper. Et c’est ici qu’il fera ses griffes, épargnant au passage le canapé ou les rideaux.

Très économique. Pour les jouets, piochez dans les « classiques » comme le papier froissé, la boulette d’aluminium qui va rouler dans tous les coins de la maison. Sinon, prenez un simple bouchon de liège, percez-le. Mettez une ficelle et suspendez-le. Une autre idée : faites quelques ouvertures dans un carton ramené du supermarché. Votre chat va apprécier s’y cacher.

 Jouez avec lui. Mais ce qu’il aime par-dessus  tout, c’est jouer avec vous. Prenez une branche souple d’arbuste, sur laquelle vous aurez laissé quelques feuilles. Collez-y au bout une plume. Faites-la glisser sous une porte avant de la faire disparaître… puis réapparaître après une courte pause. C’est sûr, il va adorer. Et pour cause, ce style de jeu va réveiller ses instincts de chasseur.

L’important est surtout de ne pas le laisser jouer avec une ficelle fine. Il pourrait l’ingérer et s’exposer à un risque d’occlusion intestinale. Un dernier point : prévoyez-lui un endroit accessible en hauteur. Les chats aiment surveiller ce qui se passe dans la maison. Il s’y réfugiera aussi en cas de stress.

Source : Fondation 30 millions d’amis, site consulté le 22 novembre 2012 – Société de défense des Animaux (Nice), site consulté le 22 novembre 2012

 

Publié dans CHAT | Pas de Commentaire »

Le chat…moine

Posté par othoharmonie le 31 janvier 2013

  – Conte de Mongolie !

Il était une fois, un chat qui avait volé un vénérable moine à maintes reprises. Un jour qu’il s’enfuyait avec un chapelet entre les dents, le moine le poursuivit, l’attrapa par la queue et la lui arracha. Ainsi troussé, le chat n’osa plus se montrer ni chasser; il perdit toutes ses forces et faillit mourir de faim. Mais il eut une idée : il pendit le chapelet à son cou et se posta près d’un passage très fréquenté. Une souris l’y aperçut, s’effraya et voulut se sauver, mais le chat lui adressa la parole : 
«Mon enfant, sois sans crainte. Je suis un chat-moine, j’ai fait mes voeux et ne tuerai point. Dieu veuille que vous autres souris suiviez, comme moi, les chemins de la religion!».

Le chat...moine dans CHAT chat14La petite souris, très impressionnée par ces douces paroles, devint pieuse. Elle réunit un grand nombre de ses compagnes et leur transmit le message. Toutes venaient entourer le chat dévôt pour l’écouter. Alors, il leur dit:
«Maintenant, après avoir entendu le saint enseignement, faites cercle autour de moi et défilez l’une derrière l’autre, afin de me faire votre profession de foi, avant de rentrer chez vous.»

Ainsi, après chaque sermon, les souris s’en allaient en marchant à la queue leu-leu . Et le chat mangeait la dernière. Voyant diminuer leur nombre, un doute vint aux souris et elles délibérèrent. Le président de l’assemblée conclut : 
«Allons examiner les crottes du chat!» 
En y trouvant des os et des poils, les souris furent fixées : le chat les trompait. Au sermon suivant, on posa la question au chat : «Maître, de quoi vous nourrissez-vous?» 
Le chat : 
«Je me contente, mes frères et mes soeurs, de feuilles et d’herbes sèches.»
Le président réunit encore l’assemblée et décida : 
«Procurez-vous une clochette avec un ruban, que vous trouverez dans la maison du voisin. Nous l’attacherons au cou du chat. Si, en le quittant, vous entendez le son de cette clochette, retournez-vous toutes pour voir ce qu’il fait!».

Au sermon suivant, le président dit au chat, en attachant la sonnette à son cou : 
«Veuillez accepter, oh Maître, ce modeste bijou!» 
Et quand les souris s’en allèrent à la queue leu-leu, comme d’habitude, elles entendirent soudain tinter la clochette, se retournèrent et virent le chat dévorer la dernière de la procession. Alors, le président s’écria :
«Le ventre du saint chat augmente au fur et à mesure que le nombre des souris diminue. Maître, comment se fait-il qu’on trouve des os et des poils dans vos crottes, si vous ne consommez que des feuilles et des herbes?» 
Ainsi parla-t-il, et toutes les souris se sauvèrent chez elles pour ne plus jamais revenir. Le chat reconnut : 
«J’ai été pris pour ne pas avoir recouvert mes crottes.»
À partir de ce jour, il ne manqua plus jamais de le faire, et voilà pourquoi tous les chats en font autant. Du moins, c’est ce que l’on dit.

Auteur inconnu

Publié dans CHAT | Pas de Commentaire »

Citations du mot « Héron »

Posté par othoharmonie le 30 janvier 2013

 

 DANS LA LITTÉRATURE FRANÇAISE :

 

Citations du mot XII e siècle, hairon, heiron. Issu du francique *haigro, de même sens. Oiseau migrateur échassier de la famille des Ardéidés, généralement de grande taille, au long bec droit et aux longues pattes. Le héron cendré, le héron pourpré. Le héron vit au bord des lacs, dans les marais, et se nourrit principalement de poissons. Masse de héron, bouquet de plumes garnissant la queue du héron. Expr. Être comme le héron de la fable, par allusion à la fable de La Fontaine « Le Héron », manquer une occasion en faisant le difficile. 

Source de cette définition (ptidico.com): héron

Citation n°1 de Jules MICHELET (L’Oiseau)

…par tant de témoins, formaient entre ce monde et nous des liens sympathiques que la légèreté humaine n’aurait pas dû briser barbarement. les héronnières d’Amérique. Wilson. la décadence du héron est moins sensible en Amérique. Il est moins poursuivi. Les solitudes sont plus vastes. Il trouve encore, sur ses marais chéris, des forêts sombres et presque impénétrables. Dans ces ténèbres il…

Citation n°2 de Jules MICHELET (L’Oiseau)

…partout dans son ancien empire. Elle a perdu pourtant deux royaumes : la France, qui ne la voit plus qu’au passage ; l’Angleterre, où maintenant elle hasarde rarement de déposer ses oeufs. Le héron, au temps d’Aristote, était plein d’industrie et de sagacité. L’antiquité le consultait sur le beau temps, l’orage, comme un des plus graves augures. Déchu au moyen âge, mais gardant sa beauté, son…

Citation n°3 de Jules MICHELET (L’Oiseau)

…vol, le pauvre hère ne montre que deux ailes ; pour peu qu’il s’éloigne en hauteur, du corps il n’est plus question ; il devient invisible. Animal vraiment aérien, pour porter ce corps si léger, le héron a assez, il a trop d’une patte ; il replie l’autre ; presque toujours sa silhouette boiteuse se dessine ainsi sur le ciel dans un bizarre hiéroglyphe. Quiconque a vécu dans l’histoire, dans l’étude…

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Une héronnière

Posté par othoharmonie le 30 janvier 2013


La gravière de Sograp, située dans la plaine d’Aiguilly, prouve que l’activité industrielle et le respect de l’environnement peuvent cohabiter.

Une héronnière dans HERON heron-cendre3Une héronnière est une zone boisée qui regroupe tous les critères indispensables de l’habitat du héron. Afin de ne pas solutionner un problème en en créant un autre, l’entreprise a décidé de tout faire pour cohabiter avec le milieu dans lequel elle s’est installée. C’est grâce à une collaboration étroite avec la FRAPNA ainsi que de nombreuses concessions de la part de l’entreprise, que résultent aujourd’hui un épanouissement économique et écologique flagrant. Cette harmonie entre deux domaines que tout semble opposer, est un message d’espoir pour les changements nécessaires de demain.

Le contexte économique et social d’aujourd’hui, pousse à croire que la cohabitation en toute harmonie de l’industrie avec la nature est impossible. L’incompatibilité récurrente des mondes industriel et environnemental est un problème à résoudre aujourd’hui, pour des raisons écologiques. La gravière de Sograp, prouve que chaque problème a sa solution. En effet, auparavant, les gravières du Roannais puisaient leurs matériaux sur les berges de la Loire. Ceci modifiait la profondeur et la forme de son lit, ce qui occasionnait un bouleversement écologique considérable pour les espèces inféodées à ce milieu. Ainsi, une loi a été votée, imposant un éloignement significatif des gravières par rapport aux fleuves. Résultant de ce déplacement, la gravière de Sograp s’est installée sur la plaine d’Aiguilly, où se situe depuis de nombreuses années, une importante héronnière qui regroupe plus de 80 individus de 3 espèces différentes.

 

Lire la suite de l’article ici …

Publié dans HERON | 1 Commentaire »

Héron garde-boeufs

Posté par othoharmonie le 30 janvier 2013

 

Héron garde-boeufs dans HERON heron_garde-boeufsLe Héron garde-bœufs est une espèce d’échassier, de la famille des ardéidés, qui compte les hérons, les aigrettes, les butors et apparentés. On le trouve dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes. Il est monotypique du genre Bubulcus bien que certaines autorités considèrent ses deux sous-espèces comme des espèces à part entière, le Héron garde-boeufs d’Asie et le Héron garde-boeufs d’Afrique. Malgré des similitudes au niveau du plumage avec les aigrettes du genre Egretta, il est plus étroitement apparenté aux hérons du genre Ardea. Originaire d’Asie, d’Afrique et d’Europe, il a connu une expansion rapide dans sa répartition et a colonisé avec succès une grande partie du reste du monde.

C’est un oiseau trapu blanc, orné de plumes de couleur chamois pendant la saison de reproduction, qui niche en colonies, habituellement à proximité des plans d’eau et souvent avec d’autres échassiers. Le nid est une plate-forme de branches placée dans les arbres ou les arbustes. Contrairement à la plupart des autres hérons, il se nourrit dans les habitats herbeux relativement secs, accompagnant souvent le bétail ou d’autres grands mammifères, se nourrissant des insectes et des petits vertébrés perturbés par ces animaux. Certaines populations sont migratrices et d’autres se dispersent aussitôt après la période de reproduction.

Le Héron garde-bœufs a peu de prédateurs, mais des oiseaux ou des mammifères peuvent piller son nid, les poussins peuvent mourir de faim, de carence en calcium ou de perturbation par d’autres grands oiseaux. Cette espèce supprime les tiques et les mouches provenant de bovins, mais elle peut être un danger pour la sécurité des aérodromes et a été impliquée dans la propagation de maladies animales transmises par les tiques.

Le Héron garde-bœufs est un oiseau trapu de 88 à 96 cm d’envergure, de 46 à 56 cm de longueur et pesant entre 270 et 512 g. Il a un cou relativement court et épais, un bec robuste et une posture voûtée car il rentre son cou dans les épaules. L’adulte, hors période de reproduction, a un plumage principalement blanc, le bec jaune et les pattes d’un gris-jaunâtre. Au cours de la saison de reproduction, les adultes de la sous-espèce nominale développement un plumage orange chamois sur le dos, la poitrine et la couronne, alors que le bec, les pattes et les iris deviennent rouge vif pour une brève période avant l’accouplement2. Les deux sexes sont semblables mais le mâle est légèrement plus grand et a un plumage nuptial un peu plus étendu que la femelle. Les juvéniles n’ont pas plumes colorées et ont un bec noir1,3. Il a une espérance de vie d’une quinzaine d’années.

L’adulte en plumage internuptial et le juvénile se distinguent aisément de l’Aigrette garzette par le bec jaune (toutefois certains juvéniles peuvent présenter un bec foncé), l’absence de contraste existant chez cette espèce entre les doigts jaune pâle et les pattes noirâtres, et l’allure nettement plus massive.

B. i. coromandus (parfois élevé au rang d’espèce sous le nom de Garde bœuf d’Asie) diffère de la sous-espèce nominale par le plumage nuptial, lorsque la couleur chamois s’étend de la tête sur les joues et la gorge et que les plumes sont plus de couleur dorée. Le bec et le tarse de cette sous-espèce sont en moyenne plus longs que chez B. i. ibisB. i. seychellarum est plus petit et a les ailes plus courtes que les autres sous-espèces. Il a les joues et la gorge blanches, comme B. i. ibis, mais les plumes nuptiales sont dorées, comme chez B. i. coromandus.

Le positionnement des yeux lui permet d’avoir une vision binoculaire pendant qu’il mange et des études physiologiques suggèrent que cette espèce peut être en mesure d’avoir une activité crépusculaire ou nocturne. Adaptée à la recherche de nourriture sur le sol, elle a perdu la capacité possédée par ses parents des zones humides de corriger avec précision la réfraction de la lumière sur l’eau.

Cette espèce lance un calme, rauque « rick-rack » en période de reproduction, mais sinon est le plus souvent silencieuse.

heron1 dans HERONCertaines populations de hérons garde-bœufs sont migratrices, tandis que d’autres sont dispersives et la distinction entre les deux peut être difficile pour cette espèce. Les populations de nombreuses régions, peuvent contenir des individus sédentaires et migrateurs. Dan l’hémisphère nord, la migration se fait des régions les plus froides vers les zones les plus chaudes, alors que les Hérons garde-bœufs qui nichent en Australie en zone chaude migrent vers la Tasmanie et la Nouvelle-Zélande plus froides en hiver et reviennent au printemps. La migration en Afrique de l’Ouest est adaptée à la pluie et certains oiseaux migrateurs d’Amérique du Sud se rendent au sud de leur aire de reproduction en dehors de la saison de reproduction. Les populations du sud de l’Inde semblent effectuer les migrations locales en fonction de la mousson. Elles se déplacent au nord de Kerala après septembre. Pendant l’hiver, de nombreux oiseaux ont été vus volant la nuit avec des troupeaux de Crabiers de Gray (Ardeola grayii) sur la côte sud-est de l’Inde et on a noté également un afflux hivernal de cet oiseau au Sri Lanka.

Les jeunes oiseaux sont connus pour pouvoir s’éloigner de 5 000 km de leur zone de reproduction. Les groupes peuvent voler sur de grandes distances et on en a vu sur les mers et les océans, y compris au milieu de l’océan Atlantique.

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Le héron et l’homme

Posté par othoharmonie le 30 janvier 2013

 Le héron et l'homme dans HERON 220px-Bubulcus_ibis_Victoria_2

Le Héron garde-bœufs est un oiseau populaire chez les éleveurs de bétail pour son rôle bénéfique sur les gros animaux. Il est perçu comme un agent de lutte biologique contre les parasites du bétail tels que les tiques et les mouches. Une étude menée en Australie a constaté que le Héron garde-bœufs réduit le nombre de mouches qui gêne les bovins en les picorant directement sur la peau. C’est ce bénéfice qui a incité les éleveurs et le Ministère hawaïen de l’Agriculture et des Forêts à libérer l’espèce à Hawaii.

Toutes les interactions entre humains et hérons garde-bœufs ne sont pas bénéfiques. Ce dernier peut être un danger pour les avions à cause de son habitude à se nourrir en grands groupes sur les accotements herbeux des aéroports et il a été impliqué dans la propagation de maladies infectieuses d’origine animale tels que la cowdriose, la bursite infectieuse et éventuellement la maladie de Newcastle

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Un chien pour rendre le sourire

Posté par othoharmonie le 27 janvier 2013

 

 « Les pensionnaires de la maison de retraite m’attendent toujours avec impatience » explique Georgette Terrien, une retraitée active passionnée de chiens. Et pour cause, Georgette se déplace dans l’Anjou soit avec Brandy, une femelle berger belge malinois, soit avec Voss, un dobermann. Deux compagnons qui ont obtenu le diplôme de « chien visiteur », délivré par la Société centrale canine.

Un chien pour rendre le sourire dans CHIEN 180px-my_dog « J’agis en tant que bénévole et j’interviens en maison de retraite, en salle devant une vingtaine de personnes ou dans les chambres pour les résidants alités, éventuellement à domicile ou dans les centres accueillant des enfants handicapés », précise Georgette.

 Quand elle entre dans la pièce, les sourires s’affichent. « Pendant une heure, les retraités peuvent caresser le chien, le brosser. Je propose également des animations où le chien doit leur ramener un objet ». Détente, joie, bien-être…

Et pour certains, c’est aussi l’occasion de surmonter leur peur. « Dans la maison de retraite, une femme ne voulait absolument pas toucher le chien. Mais nous avons progressivement réussi à lui faire changer d’avis. Désormais, elle attend avec impatience notre venue avec un des animaux ».

 Avec Brandy qui a son « brevet d’obéissance », Georgette conduit une séance de dressage avec différents exercices. « Les enfants handicapés adorent ce moment-là » s’enthousiasme-t-elle. Quant aux personnes âgées, elles apprécient donner des ordres au chien : assis, debout, couché. Succès garanti. « C’est très enrichissant, pour le public comme pour moi », prend-elle soin d’ajouter. Finalement, Georgette n’a qu’un regret : « ne pas pouvoir entrer dans les hôpitaux ». Pour des raisons principalement liées à la sécurité mais aussi à l’hygiène.  ».

 

Source : Interview Georgette Terrien, 6 mars 2011

 

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

Histoire des chiots en vente

Posté par othoharmonie le 27 janvier 2013

 

Histoire des chiots en vente dans CHIEN chien11Un gérant d’une boutique clouait une pancarte au-dessus de sa porte où l’on pouvait lire  » Chiots à vendre « .

Bientôt un petit garçon fut attiré par l’annonce, et demanda  » À quel prix vendez-vous ces chiots ». Le propriétaire du magasin répondit,  » Autour de $30-$50 « . Le petit garçon chercha dans sa poche et sortit de la monnaie…  » J’ai $2.37, est-ce que je peux les regarder « ?

Le propriétaire du magasin sourit, et siffla. Sa chienne, nommée Lady, courut hors du chenil, vers l’allée de son magasin, suivie par cinq petits chiots. Mais un des chiots restait loin derrière… Immédiatement, le petit garçon choisit le chiot boiteux resté en arrière. Il demanda  » De quoi souffre ce petit chien » ? L’homme expliqua qu’à sa naissance, le vétérinaire lui avait annoncé que le chiot avait une malformation de la hanche qui le ferait boiter pour le restant de sa vie. Le petit garçon devint vraiment enthousiasmé et dit  » C’est le chiot que je veux acheter « !

L’homme répondit  » Non, tu ne peux pas acheter ce petit chien, si tu le veux vraiment, je te le donne !  » Le petit garçon devint bouleversé. Il regarda l’homme droit dans les yeux et dit  » Je ne veux pas que vous me le donniez. Il vaut tout autant que les autres chiens, et je vous paierai le plein prix. En fait je vous donnerai $2.37 maintenant et 50 cents chaque mois jusqu’à ce que j’aie fini de le payer. « 

L’homme contrecarra.  » Tu ne peux pas acheter ce chiot, vraiment ! Il ne sera jamais capable de courir, de sauter et de jouer. Aime d’autres chiots.  » Alors, le petit garçon se pencha vers le bas, puis il enroula la manche de son pantalon, et montra une jambe malade, tordue, estropiée, supportée par une grande tige de métal. Il regarda l’homme et dit,  » Je ne cours pas très bien et le petit chiot aura besoin de quelqu’un qui le comprenne ».

À ce moment, l’homme mordit sa lèvre inférieure. Des larmes lui piquaient les yeux… Il sourit et dit,  » Mon garçon, j’espère et prie pour que chacun de ces chiots ait un propriétaire tel que toi « .

Auteur inconnu

DANS LA VIE, PEU IMPORTE QUI VOUS ÊTES, SI QUELQU’UN VOUS APPRÉCIE POUR CE QUE VOUS ÊTES, VOUS ACCEPTE, ET VOUS AIME INCONDITIONNELLEMENT.

L’AMI VÉRITABLE EST CELUI QUI SE RAPPROCHE DE VOUS QUAND LE RESTE DU MONDE S’ÉLOIGNE…

ENVOYEZ CECI À TOUS LES GENS QUE VOUS CONSIDÉREZ COMME SPÉCIAL DANS VOTRE VIE…

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

Contre le froid pour mon chien

Posté par othoharmonie le 27 janvier 2013

 

 

Contre le froid pour mon chien dans CHIEN chienchaudSi les chiens sont plus résistants que nous face aux basses températures, ils n’y sont pas, pour autant, insensibles. Cette année, l’hiver est en avance sur le calendrier. Quelques précautions sont donc indispensables.

Les chiens ont une température corporelle supérieure à la nôtre (38,5°C). De façon générale, ils résistent mieux au froid. Mais ce qui est valable pour une race, ne l’est pas obligatoirement pour une autre. Tout dépend de :

 l’épaisseur de sa fourrure. C’est logique, les races à poils longs sont mieux protégées que celles à poils ras. D’ailleurs, plus un chien sera habitué à vivre en extérieur, et plus son poil sera épais ; En outre, les chiens les plus vulnérables seront les petits gabarits (teckels, chihuahua…), contrairement aux saint-bernards ou aux terre-neuve, vraiment taillés pour affronter les basses températures. Ceux à poils ras ou habitués à vivre en intérieur mériteront également votre attention… Si votre compagnon ressent le besoin du grand air, n’hésitez pas à le vêtir d’un pull… même si d’aucuns le trouvent ridicule ;

 L’âge et le poids. Comme c’est le cas pour l’homme, les chiens les plus jeunes et les plus âgés seront les plus sensibles au froid et au courants d’air. Autre point commun, le poids. Un chien trop maigre ne possèdera pas les réserves corporelles suffisantes pour l’aider à lutter contre le froid. Mais attention, un chien trop gros ne sera pas davantage protégé qu’un autre, de poids normal.

Dernier conseil, si vous faites profiter votre compagnon à quatre pattes de la neige, n’oubliez pas ensuite de vérifier l’état de ses coussinets. Veillez à ôter les particules de neige qui peuvent s’accumuler dans les poils. Sinon, gare aux irritations ou aux gerçures.

Source : Ordre national des Vétérinaires, 3 décembre 2010

 

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

Héron – Animal totem

Posté par othoharmonie le 26 janvier 2013

Héron - Animal totem dans HERON heronS’il est votre animal de pouvoir, les autres vous surprennent souvent seul , immobile, plongé dans vos pensées. Ils admirent votre indépendance et votre équilibre émotionnel. Quoi qu’il se passe autour de vous, vous respectez toujours votre rythme personnel. Votre nature émotionnelle est forte. Au travail, vous combinez vos sentiments cachés et votre passion avec votre considérable ambition visant l’atteinte de vos buts. Bien qu’altruiste, vous savez profiter des situations. Solitaire et indépendant, vous appréciez votre propre compagnie. Vous évitez le travail régulier et préférez essayer toutes sortes d’emplois. Vous rayonnez le pouvoir silencieux et la grâce élégante et incarnez l’équilibre émotionnel et physique. Cet équilibre exquis est le cadeau que vous offrez au monde. 

DEMANDEZ LUI DE VOUS AIDER A : 
– apprendre à vous concentrer et à méditer.
– éliminer tout apitoiement sur vous-même. 
– saisir l’occasion qui se présente. 
Great%20Blue%20Heron dans HERON
ACCEDEZ A SON POUVOIR EN : 
– pataugeant dans une marre ou un lac peu profond.
– faisant quelque chose d’inédit pour vous. 

EN TANT QUE GUERISSEUR : 
– soigne l’équilibre physique.
– favorise la tranquillité et la quiétude. 

EN TANT QUE GARDIEN OU PROTECTEUR : 
– protège contre l’insécurité.
– met en garde contre l’égocentrisme. 

Publié dans HERON | 1 Commentaire »

Héron carrément cendré

Posté par othoharmonie le 26 janvier 2013

 

Héron carrément cendré dans HERON heron-cendre2Le héron cendré  est un échassier pêcheur très timide. Il se laisse observer de loin dans les marais et au bord des rivières d’Europe. Protégé depuis 1975, ce grand héron majestueux est le héron le plus commun d’Europe.

Haut de près d’un mètre pour un poids de 2 kilos adulte, le héron cendré est le plus grand héron d’Europe. Cet oiseau échassier se reconnaît entre tous par sa taille mais aussi par son plumage gris cendré (d’où son nom), son cou blanc et son poitrail tacheté de noir. Sa tête blanche est soulignée de lignes noires partant de l’arrière du cou pour s’étirer jusqu’à l’œil. Les juvéniles présentent les mêmes caractéristiques physiques que les adultes mais en plus terne.

Le héron cendré est pourvu d’un long bec d’un jaune soutenu qui s’avère être une arme redoutable pour ses proies. Chasseur et pêcheur hors pair, le héron cendré se nourrit essentiellement du produit de sa pêche en rivière mais aussi de grenouilles, de reptiles et d’insectes aquatiques et de petits mammifères comme des souris, des campagnols, des mulots ou encore des taupes. Cet échassier qui est très commun en Europe est un migrateur partiel. Seuls les grands froids l’incitent à déménager provisoirement.

Dans certaines contrées clémentes où la nourriture est abondante, le héron cendré est un sédentaire. Son vol lourd est gracieux mais lent (40 km/heure au maximum). On le trouve dans certains pays d’Europe comme les Pays-Bas, la Scandinavie, l’Angleterre, l’Allemagne, mais aussi plus au Sud au Portugal, dans le Nord de l’Italie et en Grèce. En France, il niche essentiellement dans le Nord-Est ainsi que dans les vastes étendues marécageuses de l’Ouest (Poitou-Charente et Vendée).

Le héron cendré est un animal timide qui ne se laisse pas facilement observer de près. A l’arrivée d’un intrus, il s’envole pour rejoindre un coin plus tranquille. Si cet oiseau est généralement un grand solitaire, à l’époque des amours, il rejoint ses congénères au sein de grandes colonies, les héronnières, perchées au sommet des arbres. La nidification débute tôt dans la saison à partir de février et jusqu’en juillet. C’est le mâle qui choisit l’endroit où seront pondus les œufs. La couvée compte de 4 à 5 œufs bleus clairs. Les deux parents se relaient pendant les 25 jours d’incubation. Le premier envol des juvéniles intervient environ 50 jours après l’éclosion. L’émancipation des petits est rapide puisqu’en 3 semaines après l’envol, ils doivent être capables de se débrouiller seuls.

Statue pétrifiée posée au bord de l’eau, exhibitionniste se chauffant au soleil, dague redoutable lorsque passe un poisson ou magnifique volatile au vol lent et tranquille, le Héron cendré étonne toujours. Et si la brise joue dans son habit aux douces nuances ardoisées ou bleutées, soulevant les longues plumes claires de son dos ou la fine aigrette noire qui orne sa nuque, c’est l’oiseau entier qui semble se mouvoir au gré du vent. Indissociable des zones humides, le Héron cendré est un personnage qui suscite un grand intérêt.  

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Héron ou cendré

Posté par othoharmonie le 26 janvier 2013

 

Le Héron cendré  est une espèce d’oiseaux appartenant à la famille des Ardeidae

Héron ou cendré dans HERON 220px-Blauwe_Reigerle Héron cendré se caractérise par un long cou, un bec long et pointu et de hautes pattes. Il possède une excellente vue panoramique latérale et une très bonne vision binoculaire frontale. Son ouïe, également très développée, le fait réagir aux moindres bruits suspects. Il atteint en général 95 cm de hauteur et une envergure de 1,85 m pour un poids de 1,5 à 2 kg.

Le Héron cendré présente un plumage à dominante grise. Les jeunes ont un plumage plus terne : leur dos est gris-brunâtre, leur cou est gris et leur ventre est blanc rayé noir. Ils n’ont pas de « huppe ». Les jeunes hérons acquièrent leur plumage d’adulte à l’âge de deux ans. Le Héron cendré peut vivre 25 ans mais des individus n’atteignent même pas un an.

Chez le héron cendré, il est très difficile de distinguer les sexes : la femelle a simplement un plumet un peu plus court.

Grand échassier solitaire (en dehors de la période de nidification), le héron cendré se perche communément dans de grands arbres le long des étangs. Il fréquente tous les milieux humides et peu profonds.

Le vol du héron cendré est lent, avec le cou replié (lové en S). Ceci est caractéristique des hérons, à l’opposé des cigognes, des grues et des spatules qui étendent leur cou en volant. Leur cri est un fort croassement : « fraaank ». Le héron n’a guère d’ennemis, d’autant qu’il est protégé depuis 1974. Il est même capable de vivre dans les plans d’eau des grandes étendues urbaines et peut ainsi être vu en plein Paris ou à Nantes sur les bords de l’Erdre. Il n’est pas rare de le voir déambuler parmi les automobiles.

heron-cendre1-196x300 dans HERONApparemment lent, il va tout de même à 45 kilomètres à l’heure. C’est un migrateur partiel qui ne se déplace généralement pas au-delà de 500 kilomètres; le héron a un territoire peu étendu. Certains sujets demeurent même sédentaires.

Quand il chasse, le héron cendré peut demeurer longtemps immobile, le cou dressé, en attendant le passage de sa proie. Lorsqu’elle passe à portée de son bec, il s’en saisit rapidement en projetant vers l’avant la partie supérieure de son cou.

Le héron cendré se nourrit le plus souvent de poissons, mais il n’est pas exclusivement ichtyophage. En effet, son régime alimentaire est également composé de batraciens, de reptiles, de crustacés, de petits mammifères (musaraignes d’eau, campagnols, mulots, rats), d’oiseaux et même de végétaux (bourgeons). Le héron cendré ne néglige pas non plus les insectes et les mollusques terrestres et aquatiques. Il peut digérer les arêtes mais il n’en est pas de même pour les poils de rongeurs qu’il rejette sous forme de pelotes.

Les hérons cendrés se reproduisent de février à juillet. Ils nichent généralement en colonies, appelées héronnières, au sommet des arbres, aux bords des lacs et des rivières.

Les hérons y construisent un nid plat, en forme de plate-forme, où la femelle viendra pondre de 3 à 6 œufs bien clairs. Ces œufs vont être couvés alternativement par les deux parents pendant 25 à 28 jours. A mesure que les petits grandissent, leur appétit devient tyrannique et les deux parents doivent pêcher sans relâche, chacun de son côté. Les jeunes prennent leur envol vers 50 jours et quittent le territoire des parents au bout de 8 à 9 semaines.

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Le héron philatélie

Posté par othoharmonie le 26 janvier 2013

Ardea cinerea figure sur un timbre émis par la République du Cap-Vert en 2003.

 

Le héron philatélie dans HERON 1h           2h dans HERON                    3h

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Le Héron des bassins

Posté par othoharmonie le 25 janvier 2013

 

Des astuces pour dissuader les hérons d’anéantir les poissons des bassins ont été données à l’émission de samedi « Silence, ça pousse ! » de Stéphane Marie et Noëlle Bréham.

Allez-vite les lire et même regarder la vidéo complète de l’émission.

C’est un souci que nous avions évoqué l’aprés-midi même (lors de la visite du beau jardin qu’Armelle nous a très gentiment ouvert ce même samedi sous des couleurs automales et un soleil radieux, un bon moment.

En effet, même en plein ville, au milieu de maisons et immeubles, l’oeil perçant du héron repère le moindre point d’eau miroitant, petit bassin constitué d’un demi tonneau (n’est-ce pas Dominique ?), ou mini bassin amoureusement aménagé (n’est-ce pas Carmel ?) et fonce la nuit tombée sur vos pauvres petits amis en costume d’écailles.

Si vous voulez les protéger, il est peut-être temps de prendre des mesures…

Le Héron des bassins dans HERON heron-vert1-258x300Le héron et les feuilles mortes n’ont pas leur place dans le bassin. Le miroir d’eau est installé depuis plusieurs semaines, des poissons y ont été introduits car les moustiques étaient venus y pondre et cela allait devenir une véritable unité de production de bébêtes qui piquent. Il y a là trois carpes koï et une dame guppy, plus grande mais moins extravagante que le mâle du même nom. En trois jours, les quatre poissons avaient éliminé toutes les larves, donc, fini les moustiques. A présent, la question du héron qui vient lorgner sur les poissons pourrait se poser. 

Petit rappel : le héron est un animal protégé depuis 1974. Cette année-là, on en avait recensé 2 400 couples sur le territoire français. Quinze ans plus tard, grâce à cette sauvegarde, ils étaient 19 600. La population s’est depuis stabilisée, mais les hérons sont accusés de dévorer les poissons en pisciculture. C’est vrai, mais ils dévorent en premier les poissons malades, ils font par anticipation un travail de fossoyeur, empêchant les bêtes de pourrir dans la vase ou d’être dévorées par leurs congénères, propageant ainsi les maladies dont ils souffraient. De plus, le héron au long bec, emmanché d’un long cou, mange aussi des campagnols. Sa période de pêche est plutôt le printemps, lorsqu’il niche et doit nourrir ses petits.

Dans un bassin, si les bords sont abruptes et la profondeur supérieure à 40 cm, les poissons n’ont rien à craindre. Sinon, afin de les protéger, vous pouvez commencer par prendre une large dalle de pierre ou de béton, qui, lorsqu’elle sera posée sur quatre pots renversés au fond du bassin (à la façon d’une table basse), servira de refuge aux poissons effarouchés.

Si le volatile persiste à hanter le bassin, munissez-vous d’un fil de pêche de bonne résistance, maintenu par des sardines. Encadrez la pièce d’eau de 20 cm à l’intérieur de ses bords, puis traversez et quadrillez la surface de plusieurs longueur de fil. Ainsi, si la bestiole se prend les pieds dedans, sa frayeur sera telle que vous ne la reverrez pas.

La saison avance et déjà les premières feuilles commencent à tomber, ramassez régulièrement à l’aide de l’épuisette celles qui sont tombées au fond du bassin. Avant les chutes massives de l’automne, mieux vaut être prévoyant et tendre un filet au-dessus de la surface de l’eau, les feuilles n’iront pas pourrir au fond et ainsi ne feront pas tourner l’eau au printemps prochain. Chaque semaine, ramassez les feuilles, car leur poids finirait pas avoir raison du filet, qui de plus, ce dernier couvert, plongerait bientôt les poissons dans une semi pénombre.

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Le Héron de La Fontaine

Posté par othoharmonie le 25 janvier 2013

 Le Héron de La Fontaine dans HERON le-heron-113x150

Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où,

Le héron au long bec emmanché d’un long cou.

Il côtoyait une rivière.

L’onde était transparente ainsi qu’aux plus beaux jours ;

Ma commère la carpe y faisait mille tours,

Avec le brochet son compère.

Le héron en eût fait aisément son profit :

Tous approchaient du bord ; l’oiseau n’avait qu’à prendre.

Mais il crut mieux faire d’attendre

Qu’il eût un peu plus d’appétit :

Il vivait de régime et mangeait à ses heures.

Après quelques moments, l’appétit vint : l’oiseau,

S’approchant du bord, vit sur l’eau

Des tanches qui sortaient du fond de ces demeures.

Le mets ne lui plut pas ; il s’attendait à mieux,

Et montrait un goût dédaigneux,

Comme le rat du bon Horace.

Moi des tanches ! dit-il ; moi, héron, que je fasse

Une si pauvre chère ? Et pour qui me prend-on ?

La tanche rebutée, il trouva du goujon.

« Du goujon ! c’est bien là le dîner d’un héron !

J’ouvrirais pour si peu le bec ! aux dieux ne plaise ! »

Il l’ouvrit pour bien moins : tout alla de façon

Qu’il ne vit plus aucun poisson.

La faim le prit : il fut tout heureux et tout aise

De rencontrer un limaçon.

Ne soyons pas si difficiles ;

Les plus accommodants, ce sont les plus habiles ;

On hasarde de perdre en voulant trop gagner.

Gardez-vous de rien dédaigner.

Jean de LA FONTAINE

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

La voix du héron

Posté par othoharmonie le 25 janvier 2013

 

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La voix du héron cendré  est assez désagréable. En général, c’est un coassement dur et haut-perché « fraark », lancé en plein vol. Ce même cri peut être entendu au nid, de jour comme de nuit, auquel se rajoutent d’autres sons gutturaux « frauk-jauk-jauk-ak-ak ». Egalement, un coassement « kraoj » entendu de loin.

La voix du héron dans HERON heron-voixHABITAT :
Le Héron cendré peut vivre dans plusieurs sortes d’habitats où il trouve de l’eau peu profonde douce, saumâtre ou salée. On le trouve dans des zones découvertes, mais il a besoin de quelques arbres pour nidifier. A l’intérieur des terres, on le voit souvent près des fleuves, lacs, marais et rizières. Le long de la côte, il fréquente les estuaires, les mangroves et les vasières laissées par les marées. 
Il est en général présent depuis le niveau de la mer jusqu’à 500-1000 mètres d’altitude, mais selon les pays, on peut le trouver jusqu’à 2000 et même 3500-4000 mètres d’altitude.  

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE
Le héron cendré est un résident assez commun et largement répandu dans la majeure partie de l’Europe. On le trouve aussi en Asie et dans certaines parties de l’Afrique. On note des déplacements des oiseaux vivant au nord vers le sud au cours des hivers froids.

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Héron Aquatique

Posté par othoharmonie le 25 janvier 2013

 

Héron Aquatique dans HERON heron8-184x300Le Grand Héron est un oiseau tout en longueur. Long bec, long cou, longues ailes et longues pattes.

Le mâle et la femelle ont le même plumage comportant un bon nombre de couleurs. Sa tête est blanche et a une bande noire qui va de l’oeil jusqu’au bas du cou.

Son corps est d’un bleu fade et de longues plumes ornent son dos et le bas du cou. Le ventre porte des raies blanches et noires. Ses pattes sont d’un vert tirant sur le brun.

Le héron vit en Amérique du Nord principalement, mais il y en a d’autres espèces ailleurs dans le monde. Vers la mi octobre il s’en va vers la chaleur du Sud et revient en février mars, au moment où les cours d’eau dégèlent.

Cet oiseau est lent en vol aussi bien que pour pêcher sa nourriture. Il se tient debout sans bouger pendant longtemps en attendant d’attraper un poisson qui constitue sa principale nourriture. S’il n’attrape rien il changera lentement de place.

Le héron ne dédaignera pas les petites grenouilles, les salamandres et les serpents d’eau. Quoiqu’il vive en colonies, il aime bien être seul pour se nourrir.

L’accouplement du héron a lieu au printemps et le mâle est fidèle à la femelle pour cette année là. La femelle pond 4-5 oeufs que les deux parents couvent pendant un mois.

Ils prendront bien soin des petits pendant encore 3-4 mois. Les petits hérons pourront voler vers l’âge de 10 semaines. Ils seront indépendants à 18 mois et deviendront matures à 2 ans. Il n’y a qu’une seule couvée par année.

La durée de vie du héron est d’au plus 17 ans.

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Le Grand Héron

Posté par othoharmonie le 21 janvier 2013

 

Le Grand Héron est une espèce d’oiseau de la famille des ardéidés (hérons et butors).

C’est un oiseau commun dans la plus grande partie de l’Amérique centrale et du nord ainsi que dans les îles des Caraïbes et Galápagos, à l’exception du grand nord américain ou des régions désertiques ou montagneuses dans lesquelles il ne pourrait pas trouver d’étendues d’eau pour se nourrir.

Le Grand Héron dans HERON grand_heronC’est le plus grand des hérons américains. Il mesure environ 1,20 m de haut et entre 1,08 et 1,32 m de long. Son poids oscille autour de 2,6 kg, la femelle étant légèrement moins lourde. Son envergure totale atteint entre 1,83 et 2,13 m.

Les nids sont de larges plates-formes de branches sèches.  Ils sont placés assez haut dans de grands arbres, non loin les uns des autres.  Le héron niche en Amérique du Nord.  Il part au chaud vers la mi-octobre et revient à Montréal, vers la fin de mars ou le début d’avril  dès que la fonte des neiges dégage les rives du Saint-Laurent.  Il ne vit pas sur l’île de Montréal, mais fréquente toutes ses rives et  ses eaux intérieures.  Il y a plus de 60 espèces de héron au monde dont 12 au  sud du Canada.  Parlons moeurs maintenant!  Notre grand échassiers, aime être solitaire pour pêcher et manger, mais il est quand même sociable car il vit en colonie.  Sa durée de vie est de 17 ans au maximum. 

- la femelle héron n’a qu’une seule couvée par année?

- le héron est de la même famille que la cigogne, l’ibis, l’aigrette et la spatule?

- le cri du grand héron est semblable à celui des oies?

- les héronneaux sont les proies des goélands, des corneilles, des corbeaux, des rapaces et des ratons laveurs?

- que les hérons muent pendant la fin de l’été?

- que les adultes sont environ grands comme un humain de 8 ans ?

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Héron Sauvage

Posté par othoharmonie le 21 janvier 2013

 

Héron Sauvage dans HERON heron_egret-140x300Le Héron cendré, comme beaucoup d’Ardéidés, peut rester immobile pendant de longs moments sur la rive, en attendant le passage d’une proie. C’est un chasseur passif, perché sur une patte, avec le cou enfoncé dans les épaules. 

S’il perçoit une menace, il étire son cou tout en restant immobile et vigilant, et peut s’envoler dans l’instant. 

Le Héron cendré peut aussi chasser en posture basse, accroupi, le corps et le cou parallèles au sol ou à la surface de l’eau. Quand la proie est assez proche, il la transperce de son bec acéré. 

Il marche aussi lentement dans l’eau peu profonde, surveillant le passage des proies potentielles. 
Il peut utiliser ses ailes pour effrayer la proie, en alternant ouverture et fermeture des ailes, ou bien les utiliser comme une ombrelle afin d’attirer la proie dans l’ombre ainsi créée, mais aussi peut-être pour réduire la lumière pour une meilleure visibilité. 

Il lui arrive aussi d’utiliser ses pattes, enfonçant l’une d’elles dans l’eau ou la vase afin de faire sortir les proies, ou encore en faisant vibrer une patte dans le même but. 

Habituellement, le Héron cendré avale ses proies entières la tête en premier, et le temps est déterminé par la taille de la proie.

En général, il se nourrit en solitaire et défend sa zone de chasse, mais parfois, on peut voir des groupes se nourrissant ensemble là où les sources de nourriture sont abondantes.  
Lorsqu’ils sont en groupes, les hérons cendrés cheminent alignés, surtout au crépuscule, picorant ici et là. Dans ces moments-là, en particulier à l’automne, ils chassent les insectes, mais aussi les petits rongeurs et les grenouilles.

220px-Cattle_Egret_I2m_IMG_5478 dans HERON

La parade nuptiale du héron cendré est une cérémonie très compliquée. Le héron qui arrive au nid hérisse sa crête, tout en lançant un cri aigu et dur. Celui qui occupe déjà le nid répond en étirant le cou au maximum vers le haut, le faisant aller d’avant en arrière, pointant le bec vers le ciel, et fléchissant les pattes afin que le corps se trouve au niveau du nid. Ensuite, il abaisse le cou, mettant sa tête au niveau de ses pattes, et claque du bec bruyamment.

En réalité, cette cérémonie consiste à appeler le mâle de manière insistante depuis le vieux nid, en utilisant les mêmes gestes et en prenant fréquemment un rameau de bois dans le bec. Si une femelle s’approche et entre brusquement dans le petit territoire du nid, elle peut être immédiatement expulsée par le mâle. Les femelles ne gagnent la confiance des mâles qu’en adoptant une attitude souvent douce et timide. Quand l’une d’elles est acceptée, le mâle claque du bec entre 20 et 40 fois. Le couple ne dure que le temps d’une saison de reproduction.

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

1234
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello