• Accueil
  • > Recherche : vertu colombe

Résultats de votre recherche

La Colombe de la Pentecôte

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2013

 

La Colombe de la Pentecôte dans PIGEON - COLOMBE telechargement-7

(D’après « Les fêtes légendaires », paru en 1866)

Si la fête de la Pentecôte, célébrant le retour de l’Esprit-Saint de Jésus 50 jours après Pâques, est personnifiée par une colombe, une légende nous enseigne que cet oiseau acquit ses lettres de noblesse en résistant au diable,lorsque Noé l’eût lâchée en reconnaissance afin de s’assurer que le Déluge touchait à sa fin, car ne voyant pas revenir le corbeau qui lui, avait succombé au charme de Satan…

Dans la Bible, c’est en effet une colombe qui annonce à Noé la fin du Déluge. La colombe blanche s’oppose par sa symbolique au corbeau noir qui s’abat sur les charognes flottant sur les eaux du Déluge :

« Et il arriva, au bout de quarante jours, que Noé ouvrit la fenêtre de l’arche qu’il avait faite ; et il lâcha le corbeau, qui sortit, allant et revenant jusqu’à ce que les eaux eussent séché de dessus la terre. Et il lâcha d’avec lui la colombe, pour voir si les eaux avaient baissé sur la face du sol ; mais la colombe ne trouva pas où poser la plante de son pied, et revint à lui dans l’arche, car les eaux étaient sur la face de toute la terre ; et il étendit sa main, et la prit, et la fit entrer auprès de lui dans l’arche. Et il attendit encore sept autres jours, et il lâcha de nouveau la colombe hors de l’arche. Et la colombe vint à lui au temps du soir, et voici, dans son bec, une feuille d’olivier arrachée. Et Noé sut que les eaux avaient baissé sur la terre. Et il attendit encore sept autres jours, et il lâcha la colombe, et elle ne revint plus de nouveau vers lui. » (Génèse, 8, 6-12)

Mais vous êtes-vous jamais demandé ce que faisait le diable pendant le Déluge ? Écoutez cette naïve histoire sortie du cloître, et qui raconte la vision d’un bon moine, vision si extraordinaire qu’elle fut consignée dans le registre de son monastère ; vous saurez ce que faisait le roi des maudits.

Pendant le Déluge, Satan, n’ayant plus rien à besogner sur la terre, se retira dans le coin d’un nuage très noir, le plus bas qu’il pût trouver, afin d’être proche de la terre et de s’élancer sur le premier être qui paraîtrait ; il avait avec lui comme compagnon un serpent, son ami intime (ce reptile qui ne meurt jamais symbolise l’éternité). Fatigué d’attendre, il sollicita une entrevue de Dieu et l’obtint. Le bon moine, ayant prêté l’oreille, entendit le malin esprit dire à Dieu ces paroles : « Pourquoi m’as-tu damné pour toujours, moi qui ne t’ai offensé qu’une fois, tandis que tu sauves des milliers d’êtres qui t’ont offensé si souvent ? Aujourd’hui tu les châties ; mais en même temps, tu sauves un couple de chaque espèce. Les hommes vont repeupler la terre et recommencer à t’offenser, et toi tu leur pardonneras encore. Tu pardonnes à tous, à moi jamais ! »

Dieu lui répondit : « M’as-tu demandé pardon une seule fois ? Incline-toi devant moi, repens-toi ! Ma bonté, qui est immense, te rendra le rang que tu avais parmi mes anges. » Satan refusa ; c’était un moment solennel. Si cette grande réconciliation se fût accomplie, le monde en renaissant avec Noé, le second père du genre humain, retrouvait le paradis terrestre. L’Esprit du mal retourna dans son nuage, et dès qu’il vit poindre la première aiguille d’un rocher, c’était le mont Ararat, il sauta dessus, c’est lui qui, le premier, mit le pied sur le monde ressuscité et lavé de toutes ses souillures par la colère divine.

Assis sur ce rocher, nu, la tête baissée, ses grandes ailes velues lui font comme une guérite sous laquelle il s’abrite ; à ses pieds rôde le serpent avec lequel il médite quelque machination infernale ; la nuit étend son voile noir autour d’eux ; dans les cavités des rochers résonne le clapotement lugubre des eaux vengeresses. Les yeux du roi des maudits et ceux du serpent brillent comme quatre étoiles sinistres échouées sur ce rocher, au milieu du cataclysme universel.

Soudain, un être vivant paraît. C’est le corbeau, lâché par Noé. Ce pilote sans expérience naviguait sur le monde englouti, conduit par la main de Dieu. Désirant savoir si bientôt enfin il toucherait terre, il hésita longtemps s’il devait prendre pour messager la colombe ou le corbeau ; il s’était enfin décidé pour ce dernier, et avait entr’ouvert la fenêtre de l’arche.

A sa vue, Satan sourit, il s’en empare, le caresse et lui dit probablement des paroles magiques ; ce qu’il y a de certain, c’est que l’oiseau mourant de faim s’acharna sur un amas des chairs pourries, tristes débris des humains réfugiés sur les plus hautes montagnes, et y demeura. Ici, la légende est d’accord avec la tradition biblique. Comme le corbeau est le premier être que vit Satan, les légendes en firent un oiseau du diable. Dans les vieux contes, nous le voyons toujours à côté de la sorcière ; il hante les carrefours maudits et les lieux de meurtre et de carnage. La sagesse des nations fit même sur lui le proverbe suivant : « Quand on prend un corbeau pour guide, on va droit au cimetière. »

telechargement-8 dans PIGEON - COLOMBELa superstition lui attribua des influences secrètes sur la destinée humaine : oiseau fatidique et de mauvais augure, il eut sa légende lugubre qui traversa le Moyen Age, qui subsiste encore dans les campagnes et qu’il partage avec la pie, qui est de la même race. Un voyageur qui voit traverser sa route par une pie ou un corbeau, ou qui les voit voler à sa gauche, prévoit un malheur avant la fin de son voyage. Si quelque chose de fâcheux lui arrive, c’est la pie qui lui a jeté un sort. J’ai connu un paysan qui, imbu de ces idées saugrenues, partit un jour pour le marché vendre sa vache ; déjà il avait fait quatre lieues quand, aux portes de la ville, il rencontra deux pies. Prévoyant que son marché serait mauvais ou qu’il serait volé, il s’en retourna ; il recommença ainsi trois semaines de suite, rebroussant chemin à la vue de cet oiseau de mauvais présage. Son aventure étant connue dans le village, on lui donna le sobriquet de père Lapie, et parmi ceux qui riaient, plus d’un aurait fait de même.

Noé, impatienté de ne pas voir revenir son corbeau, lâcha sa colombe. Si le corbeau personnifie le mal qui menace les humains, la colombe, à son tour, représente le bien. Elle arriva près du rocher douce et confiante, tournoya en cherchant un arbre, et vint se reposer sur un olivier. Le diable la guettait. Le serpent se glisse le long du tronc pour l’atteindre ; déjà elle sent son souffle, déjà même elle est fascinée par son regard maudit, quand, par un effort désespéré, elle s’arrache à cette fatale influence et s’envole en emportant dans son bec une branche d’olivier. Elle voleta encore autour de l’arbre, cherchant où reposer son aile fatiguée. C’est alors qu’elle vit le corbeau fouillant dans les cadavres, et en eut horreur. Elle retourna vers Noé, lui rapportant le rameau, gage de paix entre Dieu et les hommes. Depuis ce moment, l’olivier symbolisa la paix, et la colombe toutes les vertus, surtout celle de la fidélité.

Noé débarqua sa précieuse cargaison ; depuis, la terre se peupla, et cette tradition de la colombe continua chez tous les peuples. Fait bien remarquable ! On la voit même dans la mythologie païenne représenter Vénus. Son char est traîné par deux colombes, retenues par des liens de fleurs. Jupiter, le dieu terrible du tonnerre, fut nourri par deux colombes, les êtres les plus doux de la terre. La légende antique parle d’une colombe fameuse qui s’envola du côté de Dodone, sur un chêne auquel elle donna la vertu de rendre des oracles, et qui transmit le don de prophétie à ces arbres que nous voyons en Gaule vénérés par les Druides.

Les anciens entouraient les colombes d’une telle vénération qu’ils ne les tuaient jamais. On ne laissait approcher aucun oiseau du temple de Delphes, si ce n’est la colombe. Le respect des autres peuples était tel qu’ils n’osaient ni la tuer ni la manger. Les Russes encore aujourd’hui la regardent comme sacrée, et se font scrupule de se nourrir de sa chair. La loi de Moïse ordonnait aux femmes d’apporter au Temple, lors de leur purification, une paire de colombes.

Les chrétiens continuèrent pieusement cette touchants tradition des temps primitifs. Le Saint-Esprit, sous forme de colombe, vint visiter la Vierge prédestinée dans son humble demeure, lors de la conception. Le Saint-Esprit se montra encore, sous forme de colombe, sur la tête du Christ, quand saint Jean le baptisa dans les eaux du Jourdain, et on a continué depuis à représenter l’Esprit-Saint sous cette forme. Le symbolisme savant des grands siècles de foi s’en servit à son tour, et nous la montra gravée, sur les baptistères de nos vieilles basiliques, à côté du poisson qui présente l’eau lustrale.

On la sculpta aux chapiteaux des piliers qui entourent l’endroit le plus sacré des sanctuaires. Les vierges martyres, debout aux portiques sacrés comme une garde d’honneur faisant sentinelle à la porte de la maison de Dieu, étaient aussi représentées avec une colombe qui venait voltiger autour d’elles pour rappeler au populaire illettré que leur âme, comme une colombe sans tache, reprend son vol vers le séjour des bienheureux. Ou bien d’autres fois elle est sculptée près de la tête, à droite, comme soufflant les bonnes pensées, tandis qu’on voit à gauche un diable ailé qui souffle les mauvaises, pour exprimer la dualité de la nature humaine et la lutte que toute créature sortie de la main de Dieu doit soutenir sur la terre.

Publié dans PIGEON - COLOMBE | Pas de Commentaires »

Colombes de Zeus

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2013

Colombes de Zeus dans PIGEON - COLOMBE telechargement-6

 Cet oiseau fut, pour les Assyriens et les Babyloniens, la représentation de la reine Sémiramis, qui en avait pris la forme, disaient-ils, pour disparaître de la terre. Les femmes juives, quand elles allaient au Temple après leurs couches, devaient offrir à Dieu un agneau et une colombe. Des colombes nourrirent Zeus, selon la mythologie grecque; d’autres rendirent des oracles à Dodone et en Lybie. La colombe était l’oiseau favori d’Aphrodite. 

La constellation de la Colombe sera introduite par Bayer en 1603 sur les cartes célestes en référence à ce mythe. Les Grecs n’avaient pas pensé pour leur part à placer cet oiseau parmi les astres. Bien qu’ils aient placé l’aigle, oiseau de Zeus et le corbeau, celui d’Apollon, au rang des constellations. La colombe, qui était pourtant l’oiseau d’Aphrodite a dû laisser sa place à des… poissons.

Devenue symbole de pureté chez les Chrétiens qui l’identifient au saint-Esprit, c’était elle déjà qui, dans la Bible, apporte un rameau d’olivier à Noé à la fin du Déluge. Par ailleurs, les Chrétiens en ont choisi la forme pour représenter le St Esprit. Voilà pourquoi les Russes se sont longtemps fait scrupule de manger la chair des colombes, qu’ils regardaient comme sacrées. Autrefois, à la messe de canonisation, on offrait des colombes, comme une image de la pureté du saint. Dans l’iconographie chrétienne, deux colombes qui boivent dans un calice rappellent les vertus qu’il faut acquérir pour recevoir la Communion. La colombe est donnée comme attribut à St Ambroise, Grégoire le Grand, Hilaire d’Arles, St Remi, St Célestin, Ste Eulalie, Ste Scolastique, etc. Les Luthériens, tout iconoclastes qu’ils soient, ont admis la figure de la colombe dans leurs baptistères et au-dessus de la chaire de leurs prédicants.          

Autrefois on donnait le nom de colombe à un vase en métal qui avait la forme de cet oiseau, et où l’on renfermait la réserve eucharistique, pour la suspendre au-dessous et au milieu du ciborium. Le musée d’Amiens possède une de ces colombes du XIIe siècle, en cuivre émaillé. On plaçait des colombes de ce genre au-dessus des tombeaux et dans les baptistères; mais elles ne contenaient rien, et avaient seulement une signification symbolique. On fit aussi des reliquaires en forme de colombes.

Publié dans PIGEON - COLOMBE | Pas de Commentaires »

L’Escargot c’est de l’or en cosmétique

Posté par othoharmonie le 12 juillet 2012

Associée à un éleveur, une jeune femme inaugure Helixir, gamme de cosmétiques à base de bave de petits-gris. Une salive aux vertus, paraît-il, insoupçonnées.

Si la bave du malheureux crapaud n’atteint pas la blanche colombe, celle de l’escargot se tartinerait en revanche de la tête aux pieds. N’ayant jusqu’alors d’autre raison de vivre que celle de mourir noyé par douzaines dans l’ail et le beurre fondu, voilà, dit-on, le petit-gris promis à une trajectoire fulgurante dans les instituts de beauté.

Vertus

L'Escargot c'est de l'or en cosmétique dans ESCARGOT 220px-CornusalatAu Chili, des petits-gris sur le visage

Connue depuis l’Antiquité, la bave d’escargot possède pour la peau trois vertus naturelles. L’allantoïne régénère les cellules, l’élastine et le collagène favorisent l’élasticité de la peau, tandis que l’acide glycolique agit comme un exfoliant doux en éliminant les cellules mortes. Dans les Andes chiliennes, les femmes mapuches continuent ainsi de s’appliquer directement les petits-gris sur le visage – après les avoir rincés.

Et, tant qu’à faire, pourquoi pas de la sueur de grenouille, de la bile de criquet ou bien du pipi de chat ?, poufferont les sceptiques. Pourquoi pas, oui. Sauf qu’Emmanuelle Taulet n’a rien de Merlin l’Enchanteur. Expatriée outre-Manche pour LVMH, cette jeune Rochelaise en est revenue avec une révélation. « La moitié des crèmes sont achetées par les seniors sans qu’aucune marque leur soit consacrée. » Injustice potentiellement lucrative que mamie Jeanne transformera en véritable « business plan » aux dépens de Jane Fonda, la femme élastique. « C’est en effet à ma grand-mère de 88 ans que je dois l’idée. On déjeunait ensemble lorsqu’elle s’est agacée devant une pub où la comédienne vantait un antirides pour des femmes déjà ridées. » La Palice au pays de la peau lisse, la petite-fille consulte aussitôt les copines de l’aïeule. « Pas question pour elles de croire aux miracles de la cosmétique pour rajeunir. Non, ce qu’elles voulaient, c’est juste trouver enfin une vraie crème d’hydratation intense. »

Au pays de la cagouille reine, de bons conseils lui révèlent alors les vertus insoupçonnées de la bave d’escargot. « J’ai appelé un laboratoire, où l’on m’a aussitôt confirmé des qualités connues depuis la Grèce antique. Cicatrisation, exfoliation et bien sûr régénération, puisque c’est grâce à sa bave que le p’tit-gris se retape la coquille. Là-bas, d’ailleurs, l’escargot reste l’emblème des pharmacies. »

1 gramme par escargot

 Helix aspersaMais voici donc venue la délicieuse minute d’aller toquer à la porte d’un éleveur incrédule. « À Champagnolles, dans le sud de la Charente-Maritime. J’étais un peu inquiète à l’idée de lui demander de faire baver ses bêtes pour la cosmétique. » Certes plus habitué à les faire dégorger pour le bon plaisir des restaurateurs charentais, celui-ci en salive pourtant vite d’envie. À ceci près, prévient-il, que patience et longueur de temps feront bien entendu plus que force ni que rage. Déjà peu rapide au 110 mètres haie-de-laitue, la petite bête à cornes l’est encore moins lorsqu’il s’agit d’avoir l’eau à la bouche.

« Pas plus de 1 gramme par escargot à chaque récolte, et il m’en fallait 87 kilos pour lancer une production de 9 000 échantillons, frissonne encore Emmanuelle Taulet. Nous avons pour cela mis au point un procédé secret, en cours de brevetage, sans additif ni stress pour l’animal. » L’animal qui, heureuse nouvelle, peut ensuite repasser au pré et à la casserole après en avoir bien bavé. Bien que confidentiel, le cours de son kilo de bave reléguerait pourtant – selon nos savants calculs – le caviar au rang des produits de première nécessité.

Inodore et incolore

Destinés donc aux peaux ménopausées plutôt qu’à celles boursouflées d’acné, les cinq Helixir de la marque Jeanne M. affichent malgré tout un taux record de 10 % de bave fraîche. De 36 à 77 euros, selon que vous vous enduisez pieds, mains, corps, yeux ou visage.

 Helix lucorumFace à la moue bêtement dégoûtée que ne manqueront d’afficher certaines, précisons que l’insolite onguent made in Charente-Maritime ne fleure évidemment pas la persillade. Incolore autant qu’inodore, Helix aspersa saliva (le nom scientifique pour faire sérieux) ressemble ainsi à n’importe quelle autre crème de beauté une fois passée par la centrifugeuse du laboratoire de Fouras. Pour l’heure commercialisée dans quelques pharmacies et instituts rochelais, parisiens ou marseillais, Helixir pourrait bientôt s’exporter.

Une réussite que l’on souhaite à Emmanuelle Taulet, tant la trentenaire souffre d’une mystérieuse perte d’appétit depuis Noël dernier. « Je suis d’origine bourguignonne mais, pour la première fois, je n’ai pu avaler ma traditionnelle cassolette d’escargots ce jour-là. Heureusement, ma fille se rattrape pour moi. »

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaires »

Les Vertus de la colombe

Posté par othoharmonie le 28 octobre 2011

 

1] La colombe est un oiseau connu de tous. Il existe dans l’Inde un arbre appelé péridexion; son fruit est si doux et si bon que les colombes, après en avoir mangé restent dans l’arbre et y font leur nid. Le serpent craint cet arbre au point d’en Les Vertus de la colombe  dans OISEAUX 74d7uqelfuir même l’ombre. Si l’ombre de l’arbre s’étend vers l’orient le serpent fuit vers l’occident ; si l’ombre vient vers l’occident, le serpent court vers l’orient; et la puissance de l’arbre l’empêche d’attraper les colombes. Mais si quelqu’une des colombes s’éloigne de l’arbre, le serpent les attire par son souffle et les mange. Mais si elles s’envolent toutes ensembles, ni le serpent, ni les oiseaux au vol rapide n’osent les toucher. Les feuilles de l’arbre ou son écorce, en fumigations, chassent toute espèce de mal. 

 

2] Le sang chaud de la plume de la colombe, versé goutte à goutte, calme et guérit les troubles et les irritations purulentes des yeux. 

 

3] Sa fiente, mélangée à de la farine d’orge et d’iris, de la glu et de la graisse de porc, détruit tout à l’entour les gangrènes et fait sortir les écrouelles ; en pommade, avec du vinaigre, elle fait disparaître les boutons et les taches du visage et les marques. Avec de la racine de cèdre elle guérit merveilleusement, les dartres blanches, les lichens, la lèpre. Avec de la terre d’Egypte, de l’euphorbe et du safran, et frottée sur le front, elle guérit merveilleusement le mal de tête. Avec de l’huile, appliquée en onguent, elle dégage le ventre. 

 

4] Les testicules du mâle, donnés par les hommes aux femmes, sont un philtre d’amour; il en est de même de l’utérus de la femelle donné aux hommes. 

 

Issu du livre médical sommaire d’Hermès Trismégiste De la connaissance scientifique et de l’influence physique des animaux, Composé pour son élève Asclépios

jlhsw5zh dans OISEAUX

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaires »

Vertus des œufs d’oiseaux.

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2011

 

1] Le blanc d’œuf frais, étendu avec une plume, guérit les brûlures; mêlé au blanc de céruse, il fait blanchir les cicatrices noires. 

 

Vertus des œufs d'oiseaux.  dans OISEAUX 220px-Amselnest_lokilech2] L’œuf qui vient d’être pondu, en liniment, accélère l’accouchement. Il est très utile et nécessaire dans les maladies des yeux. 

 

3] Le jaune d’œuf, cuit avec de la myrrhe, guérit les écorchures causées par les chaussures : il arrête toute inflammation et tout écoulement. Il est utile en pessaire, ainsi que pour les affections du fondement; il guérit toute douleur, principalement les inflammations des érysipèles et des abcès. Avalé cru, il arrête les crachements de sang chez la femme et il fortifie les artères. II convient merveilleusement contre toute inflammation, crevasse, douleur de l’anus. 

 

4] La coquille d’œuf calcinée et broyée doit être respirée pour l’hémorragie nasale; frottée sur les dents, elle les fait briller. 

 

5] Sa pellicule est salutaire contre les crevasses des lèvres et les érosions de la langue. Elle agit efficacement pour la confection de l’or. Les œufs de l’oie et du paon produisent les mêmes effets. 

 

6] L’œuf de l’ibis, dur, chasse les bêtes sauvages. 

 

7] Les œufs de la corneille, en onguent, sur les parties génitales, portent à la volupté et produisent un philtre. Les œufs de l’hirondelle produisent les mêmes effets et de plus noircissent les cheveux blancs. 

 

220px-Anas_platyrhynchos_ducklings dans OISEAUX8] Les œufs de la colombe, quand on les mange, produisent l’érection.  

9] Les œufs de la perdrix, mélangés au miel, procurent une vue perçante et accélèrent l’accouchement. 

 

10] L’œuf d’autruche, en liniment, soulage les goutteux. 

 

11] Les œufs d’araignée, pris en breuvage, trois pour la fièvre tierce, quatre pour la fièvre quarte, chassent et la fièvre quotidienne et toute mauvaise fièvre. 

 

12] Fais cuire dans l’urine d’âne des œufs de poule non fécondés, donne-les à manger à ceux qui souffrent des reins ou de coliques, et tu les guériras d’une façon surprenante. 

 

13] Les œufs de tortue de mer, mangés, guérissent les lunatiques. 

 

Les coquilles d’œufs de poule, calcinées et broyées, avec de l’oxymel, en breuvage, guérissent l’hémorragie de la vessie. 

 

L’œuf entier, calciné jusqu’à sa réduction en cendre, mélangé avec de l’arsenic, insufflé dans les narines, arrête l’hémorragie nasale. 

 

Le blanc d’œuf avec de la céruse et de l’amidon, en liniment, calme l’inflammation.  

L’œuf cru, avalé à jeun, préserve les voyageurs de la soif.  

Les œufs, frits dans la poêle avec du nitre et de la cire, mangés à jeun, arrêtent le cours de ventre. 

 

Le liniment composé d’huile mêlée à des œufs, est excellent pour toutes les inflammations et les arrête comme pas un autre remède. 

 

Pour les contusions, prends des jaunes d’œufs sans les blancs, bats-les, mêles-y de la poix sèche et fais cuire au feu, donne à prendre : le remède est tout à fait efficace. 

 

A ceux qui éprouvent de violentes douleurs au fondement, les jaunes d’œufs, sans le blanc, mêlés à de la poix sèche, cuits au feu et avalés, procurent un grand soulagement.  

On dit que les œufs de perdrix mangés excitent les désirs vénériens.  

 

Issu du livre médical sommaire d’Hermès Trismégiste De la connaissance scientifique et de l’influence physique des animaux, Composé pour son élève Asclépios 

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaires »

Oiseaux et Religion

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2011

Oiseaux et Religion dans OISEAUXSi plusieurs religions ont directement utilisé certains oiseaux comme symbole religieux, la plupart ont utilisé l’œuf, les plumes ou les ailes. Certaines religions considèrent certains oiseaux comme porteurs d’une essence divine car symbole de leur(s) dieu(x). Par exemple, à l’instar de plusieurs autres types d’animaux, la religion égyptienne antique élevait avec un grand faste et respect les spécimens de faucon, d’Ibis, de Huppe fasciée dans leur temple.

Certaines populations dravidiennes considèrent les paons bleus comme divins, manifestation de la Terre mère

D’autres peuples, plus simplement, représentent leur(s) dieu(x) sous la forme d’oiseau, comme les yézédis qui représentent Melek Ta’us sous la forme un paon, comme les chrétiens utilisent la colombe comme manifestation d’une des essences de leur Sainte Trinité, le Saint-Esprit. La Bible se sert aussi de la colombe avec plusieurs significations associées, effroi, passivité, deuil et beauté. La couleur de la « blanche colombe » en fait un symbole de pureté qui était très commune au Moyen-Orient durant l’antiquité. 

Les interprétations humaines de ces messages ne sont pas uniformes puisque, la Huppe fasciée est sacrée en Égypte antique, elle est symbole de vertu en Perse et elle est signe de guerre dans les pays scandinaves. 

Certains cultes ou mythologies ont attribué des pouvoirs à certains oiseaux, sans en faire des dieux, comme le rôle de messager des dieux attribué à Hugin et Munin, deux grands corbeaux dans les mythologies nordiques. 

220px-Common_starling_in_london dans OISEAUXIls peuvent également être simplement instrument sans conscience d’un dieu. La Bible, qui reprend le récit de l’Épopée de Gilgamesh, raconte que Noé lache une colombe puis un corbeau pour trouver une terre après le déluge. Dans le Livre des Rois, des corbeaux sont envoyés par Dieu pour nourrir Élie. Dans le Coran, un corbeau envoyé par Allah apprend à Caïn comment enterrer son frère. 

Ils peuvent faire office de messagers des dieux pour les prêtres comme dans la mythologie Rapa NuiTangata manu, l’Homme-oiseau, le roi de l’Île de Pâques était désigné par une course à la découverte d’un œuf. Ceci était vraisemblablement le cas pour toutes les cultures méditerranéennes antiques. Philon d’Alexandrie, un philosophe juif hellénisé, reconnaît ce rôle de messager aux oiseaux. Dans la religion romaine par exemple, le vol des oiseaux ou leurs entrailles étaient interprétés par les haruspices et augures pour déterminer la volonté des dieux. 

Également, pour certains cultes, les oiseaux peuvent être offerts en sacrifice. Le Lévitique précise que la colombe et les pigeons sont les seuls oiseaux offrables en sacrifice, le riche, lui, pouvant sacrifier du bétail. 

Si les oiseaux adultes sont utilisés comme symbole religieux, il en est de même pour les œufs, symboles par excellence de la renaissance et de la pureté des formes, mais aussi pour certains de leurs comportements. La migration des oiseaux est considérée comme signe d’une perfection divine dans le Coran

Les oiseaux sont perçus plutôt comme des symboles bénéfiques, une illustration possible de ce fait est qu’en iconographie occidentale les ailes des anges, créatures bénéfiques, sont représentées sous forme d’ailes d’oiseaux, animaux diurnes, alors que celles des démons, créatures maléfiques sont représentées avec des ailes de chiroptères, animaux nocturnes.

 

 

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello