• Accueil
  • > Recherche : train animalier

Résultats de votre recherche

Communiquer avec les dauphins

Posté par othoharmonie le 4 juillet 2016

 

Bimini (Bahamas), 19-25 juin 2004.

Penelope Smith, interprète animalière bien connue, a organisé une nouvelle fois cette année une session de communication avec les dauphins dans les eaux bleu turquoise des îles Bahamas. Parce que plusieurs d’entre vous me l’ont demandé, voici un bref compte rendu de cette formation à laquelle j’ai eu l’honneur de participer avec 24 autres personnes de différentes nationalités. Le catamaran de la société Bottom Time avait été loué pour l’occasion avec à son bord 7 membres d’équipage, dont un chien de 10 mois, Carolina.

francesforum1

La journée-type débute dès 7:30 par une séance de yoga-réveil sur le pont n° 2 pour ceux qui le souhaitent. Elle se poursuit par un magnifique petit-déjeuner à 8:00 avant que le bateau ne fasse route vers l’univers des dauphins. Dans la plupart des cas, les premières rencontres s’effectuent à une dizaine de kilomètres du rivage.

Dès que retentit le mot « Dolphins! » dans les hauts-parleurs du bord, chacun s’équipe. Puis tout le monde se met à l’eau avec palmes et tuba et se tient aussi calme que possible à l’approche de nos hôtes. La rencontre est toujours « féérique ». Les « clics, clics, clics » et sifflements qu’émettent ces seigneurs des mers permettent souvent de les entendre avant de les voir. Le contact visuel est émouvant. Ici, les dauphins – bien que sauvages – s’approchent librement seuls ou en bande jusqu’à 50 cm des inconnus que nous sommes.

Ils nous évaluent, vont et viennent au gré de leurs fantaisies et parfois nous incluent dans leurs jeux. Leur présence, la douceur de leurs déplacements et de leurs échanges, ont quelque chose d’irréel, de magique presque, tant chacun se sent inclus dans leur cercle, accepté dans leur monde. Nous sommes tous convenus de ne chercher ni à les toucher ni à les contraindre de quelque manière que ce soit.

Nos ébats durent donc jusqu’à ce que les poissons décident d’y mettre un terme. Le déjeuner est servi à 12:00 autorisant une pause aux uns et aux autres. Les apnées reprennent l’après-midi et se terminent à l’heure du dîner. Quand la météo le permet, l’équipage organise aussi de fabuleuses séances de nuit sous les projecteurs du Bottom Time II. Dans le cas contraire des soirées à thèmes animent le vaisseau. Il est généralement autour de minuit lorsque les plus hardis finissent par céder aux invites du sommeil.

Les dialogues avec les dauphins ont lieu soit spontanément dans l’eau, soit durant des méditations aménagées à cet effet sur le bateau, suivant les capacités de chacun. La mise en commun du résultat de ces dialogues est une source d’émerveillement supplémentaire. Pénélope conseille, soutient et veille discrètement « au grain ». Pour ce qui me concerne, ces entretiens interespèces ont tous été plutôt brefs, mais incroyablement vivifiants et cordiaux.

  »Pourrions-nous devenir amis ? » ai-je donc demandé un jour à un dauphin sur le point de prendre congé. « Nous sommes déjà tellement plus que des amis… » m’a répondu ce merveilleux interlocuteur avant de se laisser engloutir par les profondeurs bleutées de l’océan. Durant six jours et six nuits, j’eus l’impression que le paradis débutait à Bimini et que certains anges gardiens visitaient les humains sous la forme de dauphins.

En définitive, je recommande vivement ce type d’expérience à toutes celles et ceux qui en ont rêvé : on y donne à la coexistence pacifique un sens magnifique. 

Animal-com n’organise pas pour le moment des croisières de ce type.
Ceux que cela intéresse peuvent donc prendre contact directement avec Pénélope Smith :
www.animaltalk.net/dolphin.htm

Publié dans DAUPHIN | Pas de Commentaires »

Pas de discordance mental-corps pour l’animal

Posté par othoharmonie le 2 mai 2015

Cat sleeping under fern in Crete, GreeceL’aurez-vous remarqué… l’Homme, avec tous ses aspects beaux et sensibles, est le champion de la réflexion ininterrompue !! De sa tête peuvent sortir tous azimuts un flot de questionnements, parfois les idées se surenchérissent, donnant naissance à de nouvelles idées, au point que ce vacarme ambiant mette en péril la quiétude de notre esprit. 

Tout ceci nous empêchera alors parfois d’entendre, voire de reconnaître, notre Intuition intérieure. Ce concert de paroles intérieures peut nous empêcher de nous poser en tant qu’Enfant chéri de la Terre, qui reçoit abondance, sans même qu’il n’y ait de doute à poser, sans avoir besoin absolu de poser contrôle sur toute situation. Et tout ce remue-ménage, même si en apparence il veut servir l’évolution spirituelle ou personnelle… peut même nous faire carrément divaguer car nous perdons nos sens et sommes désorientés… 

Et quel est donc le rapport entre l’Animal et cette discordance mental-corps, plus ou moins typiquement humaine ?

L’Animal, lui, globalement, a tendance à vivre en parfaite inclusion corps-esprit et voit Un là où l’Homme voit des choix multiples grâce à sa réflexion et ne sait plus, car il ne sent plus dans son corps quel est le « bon » choix. Le corps apporte un discernement non pas construit par une analyse mentale, mais qui provient de son potentiel à CHOISIR LA VIE, au-delà des apparences et des croyances même sociétales. Notre corps recontacte son intelligence innée qui sait toucher directement la source de toute idée ou notion, qui sait ressentir le bien-fondé d’une suggestion et les effets d’une décision sur sa vie.

Aider à porter notre regard au-delà des voilages et limites apparentes, qui peuvent inconsciemment susciter nos interactions au quotidien et nous retiennent dans des rouages réactionnels, voilà ce en quoi peut nous aider la Communication Animale.

Les Animaux peuvent nous accompagner dans cette démarche, en proximité, en communication consciente, pour nous réapprendre à sentir nos Sens et notre Cœur.

 

Dans cette conférence de Florence Emmeline Lombardini

Le retour au corps permet de se sentir neuf par rapport à la vie, par rapport bien entendu à la rencontre avec l’animal et facilite notre échange à tous deux.

Nous partagerons en direct des expériences pratiques corporelles et de contact sensible en communication avec des animaux. Nous nous focaliserons donc essentiellement sur nos perceptions corporelles. Ainsi, outre le plaisir des sens, nous repartirons avec de nouvelles clés de compréhension et de sensations pour notre propre corps, qui progressivement se ré-ouvrira peu à peu à son senti, puis clair-senti, pour une ouverture d’esprit toute bénéfique qui sera conjointe à ce phénomène.

Des contacts plus sincères, en communication animale, sur photo, puis chez vous en direct, s’offriront alors. Plus nous cultivons le langage intérieur du corps, expression de qui l’on est sur l’instant (émotion) mais aussi dans notre nature (vibratoire), plus nous serons nous-mêmes et donc plus les animaux sauront nous accueillir et nous voir. Ne vous étonnez alors pas si les animaux, et domestiques et sauvages, peuvent venir ensuite plus facilement à vous.

En posant une vraie écoute corporelle, peu à peu, vos communications se feront plus précises, posées et révélatrices non pas de vos projections mentales, mais bien de l’échange vivant qui a lieu entre vous et l’animal avec lequel vous entrez en communication. Tout cela est facilité au départ sans le contact physique cutané, qui vous remet dans des habitudes tactiles et ne vous permet pas de sentir autrement. Ainsi, sur photo, ou en se tenant à distance physique de l’animal au départ, vous retrouverez vous aussi la capacité de communiquer avec votre senti corporel et donc serez plus à l’écoute des Animaux. Vous entrez dans une véritable communication vécue et non interprétée, au cours de laquelle chacun, homme et animal, recevant de l’autre le cadeau qui lui était destiné, son essentiel.

Au fur et à mesure des prochaines conférences, je proposerai une progression pour aller toucher toujours plus loin et plus savoureusement l’écoute, pour la communication animale mais aussi pour redonner vie et sens à nos corps d’humains, qu’ils nous portent au quotidien et révèlent notre intuition et nos mouvements de vie. Donc, des pratiques en écoute corporelle, pour glisser vers du senti de plus en plus fin, pour ouvrir grand son esprit, et ainsi Rencontrer la Nature, et l’Homme. Nous élargirons cela donc non seulement à l’Animal mais aussi au Minéral, Végétal et tout Vivant qui nous entoure. Entre les moments partagés de pratique, nous aurons des échanges autour de la communication consciente avec les Animaux, avec le Vivant, car ces exercices d’écoute Corporelle susciteront des messages et des ouvertures à faire partager.

 

Article complémentaire

Entretien avec l’animal – Comment réunifier corps-émotion-esprit pour accueillir la Vie à lire : http://francoise1.unblog.fr/category/xxx-articles-de-presse/

 

Prochaines Rencontres-Conférences

Je vous proposerai alors lors des prochaines conférences, mensuelles, des thèmes précis autour de la communication animale avec toujours des temps de pratiques collectifs.

Il s’agira par exemple de s’entraîner à ouvrir son corps et son cœur à la communication animale par des échanges autour de différentes voies possibles pour aider en cela, puis de recueillir des informations directement des animaux sur des sujets comme la vie et l’après-vie :

• la vie et l’aprés-vie : entendre leur rapport à la mort et donc à la vie ;

• les rapports à l’autre dans la notion d’abandon et de séparation, ou encore dans les conflits ;

• porter soin ou soigner, qu’est-ce pour eux ?

• la grâce de vivre toute animale ou l’acceptation de l’instant présent, versus le refus de vie avec ses maladies ;

• le rapport de l’Animal à la Nature et ses dimensions visibles et invisibles ;

• le discernement ou la voie du cœur vu par les Animaux avec leur toute relativité pleine de bonté et d’humour ;

• et bien d’autres thèmes qui nous touchent tant…

L’objectif de cette série de conférences est de vous offrir l’accès aux différents règnes : Animal, puis Minéral et Végétal, et bien sûr … Humain !
Ceci, grâce à une faculté dont nous disposons toutes et tous, mais dont nous avons oublié l’usage : la communication dite « intuitive ».

Florence Emmeline Lombardini a eu une formation de vétérinaire mais exerce exclusivement en ostéopathie animale.

Elle est avant tout communicante intuitive, notamment animalière. Medium et claire-sentante, elle a développé une communication aisée avec les Animaux, ses bénéfacteurs, qui lui sont extrêmement proches depuis son enfance et à qui elle doit grandement d’avoir accepté et accueilli la Vie. Elle leur dédie des soins et communications pour poser une reliance plus consciente entre les humains et les animaux et ainsi se laisser aimer et enseigner par leurs Paroles. Elle offre les séances en Ariège ou sous forme de tournées en France.

Florence Emmeline vous propose un accompagnement pour une ouverture relationnelle subtile avec le Monde et ses vivants, dont les Animaux, et donc aussi avec Soi. Sous forme de stages, elle vous accompagne dans le retour à une communication plus consciente et intuitive, sensitive en cœur et en esprit, avec la Nature et ses habitants, tant visibles qu’invisibles. Le sentiment d’appartenance à une même Création, se fait plus évident, pour sentir à nouveau la joie couler dans vos corps et explorer les liens merveilleux qui nous unissent tous.

Au cours de ces stages, l’Homme réhabilite ses perceptions sensorielles et pose ses intuitions ce qui lui offre la possibilité d’entrer plus consciemment en relation avec la Nature et avec lui-même et ainsi de (se) porter Soin.

« C’est grâce à un cheminement intense et parce que j’ai bien conscience que, à chaque instant, tout est encore tellement à l’œuvre chez moi, que je peux proposer en toute humanité ces stages, ateliers et soins où le retour à la simplicité naturelle et enfantine est au cœur de ma pratique. »

Florence Emmeline Lombardini

Ostéopathe animalière de formation vétérinaire, communicante animale, claire-sentante

Courriel : contact@terres-d-emeraude.euFacebook : Florence Lombardini

Association Wakama Nagi – Esprit Animal : www.wakama-nagi.org

Publié dans XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

La juste place des Animaux

Posté par othoharmonie le 25 avril 2015

DSC_0048-2Ainsi, dans certaines traditions, notamment dites occidentales, on complaît l’animal ou dans un rôle de bourreau (comme les requins…) ou comme la victime des Hommes (comme le font penser parfois les défenseurs de la protection animale) ou comme l’ami qui seul peut nous comprendre face au monde insensible des humains. Qu’en est-il LUI de l’ANIMAL ? Peut-on lui accorder simplement sa juste place, son juste droit à vivre, en toute simplicité, en étant à la fois, pourquoi pas, tout cela, mais aussi bien PLUS ? Un peu à notre image… Nous souffrons ainsi de notre rigueur à vouloir à tout prix nous définir, donc visiblement nous définir par rapport à l’autre, puisque notre être est impalpable, donc indéfinissable au sens « humain » du terme. Et ainsi, jugement bien évidemment oblige, et distanciation par rapport à ce que l’on croit être visiblement différent, et cela implique ordre et hiérarchie.

Les Animaux, eux, dans toute leur individualité et leurs sensibilités émotionnelles mosaïques, parlent d’une seule VOIX. Ils ne nient pas leur apparence singulière, qui réclame attention personnalisée, notamment sur leurs besoins spécifiques de nature (d’espèces), sur leurs échanges émotionnels, sociaux et spirituels, qui se tissent différemment en fonction de leur espèce, de leur lieu de vie, de leur mémoire et histoires de vie. Ils apportent aussi à travers ce prisme de lecture, et en prenant complètement en acceptation et respect leur diversité, une voix à l’unité et à la conscience d’être simplement identiques. Ils osent nous dire : la trame de toute vie peut être Une, et il est donc sans importance véritable de défendre tel ou tel positionnement. Point de dualité, de lutte dans la rencontre entre individus, entre espèces, car celle-ci est mue par un profond respect du Sacré de chacun.

La Rencontre et le JEU de la Vie

Et il n’a plus à avoir peur des réactions de l’autre, et surtout de ses motivations, car au fond il porte les mêmes motivations, propres au vivant : vivre, éprouver le maximum de bonheur et de saveur propre à alimenter l’âme, à travers le corps, et l’individu dans toutes ses dimensions, et faire vivre l’Âme de lumière à travers l’expérience de la matière grâce à la Rencontre et le JEU de la Vie.

Revenons au sujet stricto sensu de la maltraitance animale et voyons en quoi il peut nous toucher aussi gravement et fondamentalement. Si de notre méconnaissance profonde de l’Autre surgit un acte de maltraitance, par ignorance, par peur d’ouverture à l’Autre, à Soi, au Conscient Suprême en toute simplicité présent dans chacun, alors nous pouvons entendre la voix de notre plus grand inconfort dans nos rapports conflictuels qui se montrent irrespectueux, la voix de notre souffrance et de notre handicap à ne pas savoir vivre : comment vivre, qui suis-je ? comment me nomme-je ? Si je ne cherche pas à m’identifier pour me poser structure et ainsi m’édifier autour de cet axe…toujours par rapport à un concept, une idée, voire un autre, donc en réaction, si j’ai réussi à dépasser cela, alors j’EXISTE et ne me pose plus la question du positionnement donc du rapport à l’autre en terme de quantité : plus ou moins gentil, plus ou moins agréable, etc. Ainsi, chaque rencontre est vécue non de l’extérieur et par le conflit mais de l’intérieur : Un TERRE rieur. Je sens, je vois, je touche, je vibre et rayonne, je pose des choix mais toujours je sens l’autre pas par son aspect de personnalité mais dans une note globale qui se veut état, auquel je suis libre de me laisser en lui.

Et chaque être qui m’accompagne est… libre de le faire, en toute conscience, animal, humain, mari, femme. Ainsi, je ne le regarde plus dans sa posture de positionnement et d’identification, donc sous forme utilitaire (le « faire ») mais je perçois et sens l’autre comme un UN unique et entier, qui évolue en totale liberté sur sa route, sur sa Terre, et qui se construit à travers ses idées et concepts. Ainsi, je lui porte respect comme je peux me porter respect et me laisser apprendre à m’aimer. Ainsi, tout est vécu et vie et non réaction face à l’autre. Et par cette aventure, envers un ami animal ou humain, je gère mon cœur et je pose écoute au Cœur de l’autre qui saura me dire et me faire comprendre où commencent mes interactions et où se pose une limite à ma co-intervention pour laisser le champ libre à l’autre dans ses choix.

Le respect des besoins de l’Animal

Oui, au quotidien, cela engendre respect mutuel et donc attention auprès des besoins de « nos » animaux à la différence est que les besoins sont envoyés par l’animal lui-même et non par projection de son gardien ou allié humain. C’est une différence fondamentale, qui crée un espace qui inclue la liberté consciente de chacun, qui pose en fondement la reconnaissance de la souveraineté ÉGALE entre chaque être peu importe sa race, son espèce. C’est un champ d’action des libres qui reconnaissent le Sacré en tout vivant, c’est pour la science et les habitudes de peur occidentales, une redéfinition même de la vie et de ses vivants la sillonnant. Où cela mène ? cela appartient à chacun de s’en faire une idée puis de la suivre et de l’expérimenter, de la savourer. Une chose est sûre, cela mène au Confort de Vie, corporel, mental, émotionnel et spirituel, dans une globalité qui se veut simple et sans complexe tortueux. Et quoi a-t-on peur ? de s’ennuyer à ne pas se compliquer le quotidien ? c’est fort possible, nous offrent les Animaux en souriant !!

En attendant cet état d’être qui nous permet de poser de véritables actes de rencontre, nous pouvons nous faire aider, guider de la Parole des Animaux et de la Nature tout entière, de notre Nature et nous pouvons tendre la main, nous offrir confort de l’accueil. Peut-être serons-nous surpris d’être amenés à revisiter le lien de subordination que nous offrions inconsciemment et par habitude aux animaux qui peuplent notre entourage tout autant qu’aux animaux sauvages du monde entier. Certes, pour beaucoup, ce n’est pas maltraitance que de ne pas écouter les besoins fondamentaux et sacrés de chacun, mais c’est peut-être à partir de là que découlent ensuite des actes totalement fous inconscients de cruauté, de non-respect et d’abandon des besoins même les plus physiques comme l’alimentation ou le repos.

Et si, par notre vie nous offrions exemple et entraînions ensuite la Terre entière à entendre le chant de la Vie ? Nous y trouverions peut-être enfin notre Identité, bien loin de ce que nous essayons de (re)construire à chaque pas, en recherche et errance parfois. Nous serions bercés par les rythmes de la vie présente en chaque parcelle de Nature et enfin nous serions tout simplement prêts à écouter et prendre soin de Nous.

Autour de ce sujet qu’est la maltraitance animale, puissions-nous poser un regard plein d’amour pour entendre l’Animal, les Animaux nous exprimer une partie de leurs émotions et sensations face à la souffrance reçue tout autant qu’à l’espoir qu’ils mettent en la Vie et en NOUS.


images (4)
Puissent-ils nous offrir de voir clair, afin d’être des écoutants et des aidants pour la bienveillance et non pour la maltraitance.
Merci

Florence Emmeline Lombardini

Ostéopathe animalière de formation vétérinaire, communicante animale, claire-sentante

Courriel : contact@terres-d-emeraude.eu

Association Wakama Nagi – Esprit Animal : www.wakama-nagi.org

Publié dans XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

Ouverture du sens, ouverture du devoir

Posté par othoharmonie le 25 avril 2015

« Laisse-toi absorber par la tâche apparente des obligations de ta vie, et tu y verras la Beauté des Mondes.
Un monde immatériel, berceau aussi de l’illusion (ce que nous appelons monde matériel et corps physique aussi du coup) et de toutes les illusions créées par le reste de ta tribu, tribu qui y croit si fermement et donc qui croît en elle, cette illusion.

téléchargement (2)


L’illusion apparente n’est pas un leurre, un piège pour tous ceux qui Voient en elle. En elle, séjourne tout un Arbre et ses réseaux. L’Arbre de Vie circule aussi dedans. Ne te méprends pas sur cela et ne jette pas pierre à l’illusion car elle est aussi le passage à offrir à ton regard et donc à ta tête, pour cueillir un Monde tout entier. Sans passage, tu nages et c’est le flou qui déroute et t’empêche d’aller toucher les étoiles à l’origine de ta vie et qui rassemble chaque vivant et constitue chaque parcelle de vie. Apprends à aimer ce passage, même s’il peut pour certains représenter faussement un leurre illusoire, car c’est grâce à cet état imparfait de matérialisation que tu peux COMPRENDRE tes fondements de vie. C’est ton verre pour le remplir d’eau. Le visible, l’illusion, est donc aussi parfait dans son imperfection apparente. C’est là un drame tout évident que l’Homme ne sache toucher, à travers le purement concret, le superbement immatériel, pour se libérer de ce qu’il conçoit être contrainte, qui pour lui le freinerait et le forcerait à devoir toujours se modifier, s’améliorer et entrer en lutte avec ce qu’il voit, pour poursuivre une quête, de victoire, mais sur quoi, sur qui ?


La Grâce est là. Déjà là, à portée de mains, lorsque d’un seul contact ta main touche et s’affranchit de la distance mue par les croyances apparentes, et qu’elle conçoit, parce qu’elle le sent, le simple contact qui unit et libère, sans pourtant y apposer de mots, trop souvent pris pour des maux.


La Grâce est là, toute pleine de sensibilité, de vie, si simple qu’elle arrive à se faire oublier à tes yeux parfois si malvoyants. Les ailes d’un papillon qui frôlent la peau de ton visage, ta main, qui ne cherche rien, posée amoureusement dans les poils d’un chien, et c’est tout un Monde Plein qui se crée. Abondance et Amour qui se vit mais ne se parle pas autrement qu’avec des mots, qui appartiennent à l’illusion…C’est incomplet mais suffisant pour suggérer le ton de cet état de grâce, et c’est déjà bien fabuleux ainsi. Aime, aime-toi, aime-nous, tous ici qui nous donnons à la vie infinie et indéfinissable.


Alors, cueillons l’essentiel à travers le concret, les yeux dans le fond du cœur, qui réunifient tout. Et remercions la Nature visible aussi pour toutes les portes qu’elle nous donne, notre Corps compris, voie possible de communication et d’échanges sur l’Infini.

Et aimons la fourmi tout autant que le ciel, le petit tout autant que l’immense, le visible matérialisé tout autant que l’invisible non encore manifesté.. » 

 

Florence Emmeline Lombardini Ostéopathe animalière de formation vétérinaire, communicante animale, claire-sentante Courriel : contact@terres-d-emeraude.eu

Association Wakama Nagi – Esprit Animal : www.wakama-nagi.org

Publié dans XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

SE BATTRE POUR LES ANIMAUX

Posté par othoharmonie le 16 novembre 2014

 

images (15)Combats, hommages et controverses (1993-2005)

Elle est admirée et critiquée pour ses combats pour la protection des animaux. Déjà, en 1990, Marlene Dietrich avait déclaré à Paris Match :

« Brigitte Bardot est encore une légende vivante mais elle est devenue tellement bizarre qu’il est impossible de lui garder intacte son aura d’autrefois. L’admiration qu’elle voue aux chiens est effarante, quand on pense à l’horreur dans laquelle se bat le monde, face à la mort, la douleur, la misère et au désespoir des enfants malades et affamés. »

En 1993 est créé à Hollywood le Brigitte Bardot International Award, récompensant chaque année le meilleur reportage animalier. Très touchée du geste des Américains, elle n’assistera toutefois jamais à la cérémonie.

À Saint-Tropez, en 1994, elle organise une manifestation sur la place des Lices à laquelle se joignent 300 personnes pour protester contre le comité de la mairie où se trouvent des chasseurs du Var. Elle menace également de partir de La Madrague pour s’installer à Paris.

La même année, elle demande à Jean-Paul Gaultier de ne plus utiliser de fourrure dans ses créations prétextant qu’il a fallu deux renards pour un des manteaux qu’il a créé. Le créateur lui répond : « Il n’en a pas fallu deux mais trois. » Elle fait la même demande à Sophia Loren qui pose en fourrure pour Annabella pour la somme d’un million de dollars américains, et déclare, lorsque Catherine Deneuve parraine le concours Orylag : « Parrainer une peau de lapin pour une ancienne Peau d’âne, quelle tristesse ! » La plupart lui répondent qu’elle en a déjà porté. « J’ai porté de la fourrure à une époque où je n’avais pas conscience de ce qu’elle représentait. La fourrure est aujourd’hui le symbole de la vulgarité. »

Elle parvient à convaincre Philippe Vasseur, ministre de l’Agriculture de la France, de faire interdire la caudectomie (coupe de la queue) des chevaux en 1996, l’année où elle publie ses mémoires Initiales B.B., retraçant son enfance et toute sa période de star. Ce livre est traduit en 23 langues, vendu à plus d’un million d’exemplaires dans le monde et classé sept semaines en tête des ventes au palmarès de L’Express. Pourtant, la sortie du livre provoque un nouveau scandale. Son ex-époux, Jacques Charrier, lui intente un procès pour « violation de la vie privée », suivi par son fils Nicolas qui s’insurge à son tour contre sa mère pour « atteinte à l’intimité intra-utérine ». Elle est condamnée à payer150 000 francs au premier et 100 000 francs au second. Jacques Charrier répond à Initiales B.B. dans son livre Ma réponse à Brigitte Bardot, pour lequel il est condamné à payer à Bardot 50 000 francs. Il écrit : « Pour elle, l’humanité se divise en trois : les êtres humains (race inférieure et méprisable), les animaux (dignes d’être aimés) et elle-même (digne d’être adulée). »

Elle revient sur cet épisode dans le documentaire Et Brigitte créa Bardot :

« C’est très triste, parce que j’en ai qu’un. Adulte, nous nous sommes bien retrouvés. Mais c’est à la sortie de mes mémoires, alors que je lui avais fait lire le manuscrit avant… Son père a fait un scandale et a entraîné Nicolas. Et depuis, je n’ai plus aucune nouvelle. Et je ne veux pas en parler. »

Madonna lui propose trois millions de francs pour adapter Initiales B.B. au cinéma et l’interpréter sur grand écran. Bardot refuse, la chanteuse portant de la fourrure.

Cette année-là, elle est, pour la première fois, poursuivie pour « provocation à la discrimination raciale » par le MRAP, la LICRA et la Ligue des droits de l’homme qui lui reprochent les termes qu’elle a employés dans un article publié dans Le Figaro pour dénoncer les conditions d’abattage des moutons par les musulmans à l’occasion de l’Aïd el-Kebir. Elle est de nouveau condamnée pour des faits similaires en 1997, 2000, 2004 et 2008.

Le Carré de Pluton, le tome 2 de ses mémoires, parait en 1999. Il débute en 1973, date de sa décision d’arrêter sa carrière cinématographique, et se termine en 1996. Dans ce livre, qu’elle présente comme étant son testament, sont recensées toutes ses luttes en faveur de la cause animale.

En 2001, PETA lui décerne un prix, le Peta Humanitarian Award, afin de la récompenser pour son combat mené pour les animaux, et notamment contre la chasse aux phoques.

 

220px-BrigitteBardotBrigitte Bardot lors d’un passage à Nice en 2002

En 2002, à l’occasion de la coupe du monde de football, elle appelle à un boycott des produits sud-coréens afin de protester contre la consommation de viande de chien et de chat en Corée du Sud. À la suite de cet appel, elle reçoit plusieurs milliers de lettres de menace de mort : « J’ai reçu 7 000 menaces de mort. Ils sont furieux de mes critiques et m’ont répondu que cette pratique faisait partie de leur culture. [...] Manger du chien ne fait pas partie de la culture, c’est grotesque. La culture, c’est composer de la musique, comme le faisaitMozart, ou construire des bâtiments ».

Respectivement en 2003 et en 2006, à la suite de ses interventions auprès des parlementaires, la France fait interdire l’importation, puis le commerce des peaux de chiens et de chats.

« Nos interventions incessantes auprès de nos ministres et des instances européennes n’auront pas été vaines, je tiens à remercier de tout cœur Messieurs Bussereau et Breton qui ont signé un arrêté remarquable qui permettra à la France de ne plus être complice d’un commerce scandaleux, d’une cruauté inimaginable, inhumaine. »

En 2007, sa fondation remporte une nouvelle victoire. En effet, les 27 pays membres de l’Union européenne interdisent l’importation, l’exportation, la vente et la production des peaux de chiens et de chats. Néanmoins, les gouvernements asiatiques rejettent ses nombreuses sollicitations, et ces animaux y sont encore tués.

En 2003, Marc-Olivier Fogiel lui rend hommage dans son émission On ne peut pas plaire à tout le monde. Brigitte Bardot y évoque sa gloire passée, reprenant par exemple avecAlain Delon une scène du Mépris, ainsi que de son combat pour les animaux. Elle vient d’écrire un livre qui doit sortir après l’émission, Un cri dans le silence. L’animateur lui en demande un exemplaire et accepte la demande de Bardot de ne pas parler du livre pendant l’émission. Néanmoins, il ne tient pas sa promesse et l’affronte violemment en citant des extraits du livre, ce à quoi elle répond : « Je dénonce la dégradation d’une société décadente. Je déteste l’humanité, mais j’aime les gens qui me touchent, quelle que soit leur race, je m’en fous de la couleur, ce qui compte est à l’intérieur ». Le public la soutient contre l’animateur « à 300 %. Fogiel avait été d’une hypocrisie et d’une malhonnêteté redoutables ».

220px-Blanchon-idlm2006En décembre 2005, elle lance à Genève avec l’écologiste Franz Weber une nouvelle campagne pour interdire la chasse aux phoques sur la banquise canadienne.

En cette même année 2005, à l’occasion d’une campagne contre le port de fourrure, elle s’insurge :

« Tout se vend : du lynx, du vison, de la loutre, de la martre, du castor, du renard, de l’écureuil mais aussi du chien et du chat ! On retrouve dans toutes les collections des « grands » couturiers, notamment français, des lambeaux de peaux sur les cols, les poignets, en revers ou en ourlets. Derrière ces étalages provocants de mannequins parées de manteaux de tous poils se cache un commerce juteux et surtout des conditions de capture, de détention et d’abattages ignobles pour les animaux. Il y a longtemps, j’ai porté de la fourrure parce que je ne connaissais rien des coulisses de ce marché. Aujourd’hui, nul ne peut invoquer l’ignorance sinon pour justifier son hypocrisie. Nous sommes à l’heure des prises de conscience et de décision. Décision de refuser d’entrer dans un circuit qui veut se blanchir à grands renforts d’arguments bidons : NON la fourrure n’est pas écologique! NON la fourrure n’est pas plus propre et moins douloureuse parce que d’élevage ! »

Elle tient, en 2009, à féliciter Carla Bruni-Sarkozy qui, en ne portant pas de fourrure, rejoint le combat qu’elle mène depuis des années, et par la même occasion, demande à Sophia Loren, sa « magnifique jumelle », de ne plus en porter.

 

 

Publié dans XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

Belle histoire de pingouin

Posté par othoharmonie le 2 novembre 2014

 

téléchargement (6)
Les pingouins sont des animaux bien sympathiques. Ils adorent se lancer des boules de neige dessus et glisser sur la glace. D’ailleurs, leurs jeux favoris c’est de faire glisser leurs petits camarades ou de les bombarder de boules de neiges jusqu’à plus soif. C’est le jeu des pingouins. Ils ne peuvent s’épanouir qu’en milieu glacial et au milieu de la neige.

Un jour, un petit pingouin qui découvrait la banquise réalisa brusquement que ces jeux ne lui plaisaient pas. Il avait beau être petit, ce pingouin écoutait le silence, et à force d’écouter les histoires du silence, très jeune il savait pleins de choses que les vieux pingouins ne savent pas. Et il se sentait vieux ce pingouin. Déjà tout petit il trouvait les très vieux pingouins pourtant réputés très sages et savants, jeunes et ignorants.

Le petit pingouin se demandait vraiment ce qui clochait chez lui. Parce que ce n’est pas normal pour un petit pingouin de trouver les vieux sages, jeunes et immatures. L’âge avançant il réalisa que ça clochait vraiment. Ses parents ne comprenaient pas pourquoi il n’aimait pas bombarder les autres de boules de neige et faire glisser les autres pingouins sur la glace, comme tout bon pingouin doit faire. Que va t-on faire de lui?

Un jour petit pingouin, décida de se réfugier dans le silence pour trouver la réponse. Il attendit longtemps dans le silence et un jour apparût la lumière. Et le pingouin compris que depuis tout ce temps il avait été enseigné et éduqué par le même silence. Et que chacun de ces actes l’avait mené jusque là.

Il apprir donc beaucoup de choses ce pingouin là. Et il comprit que ce corps de pingouin n’était qu’un déguisement. Il entreprit de s’en débarrasser progressivement, ce qui dura très longtemps et l’emmena sur des voies bien étranges. Un jour sous ce déguisement de pingouin il vit même un déguisement d’écureuil.

Les écureuils sont des animaux différents. Ils aiment s’épanouir dans la chaleur et les forêts. Le froid désertique des glaciers ne leur plait pas. Et ils n’aiment pas les pingouins, les accusant d’apporter l’hiver qui détruit la forêt avec eux. Les pingouins quant à eux méprisent les écureuils. Qui ne comprennent rien à la vie et ne pensent pas à amasser tout le temps de la neige pour faire de belles boules et qui ne savent pas faire glisser leurs camarades comme il faut.

A cette époque un drame est en cours : le glacier fond. C’est la faute aux pingouins disent les écureuils, c’est à force d’amasser de la neige pour la lancer sur leurs camarades.
A cette même période se passe un autre phénomène étrange. Dans les nids des pingouins apparaissent de plus en plus d’écureuils. Les pingouins sont bien embêtés devant cette progéniture qui ne comprend pas pourquoi il faut amasser de la neige pour lancer sur ses voisins. Les petit écureuils sont un peu perdus dans ce monde de pingouins alors ils tournent un peu en rond…

Le petit pingouin sait ce que la plupart des écureuils et même certain pingouins commencent à comprendre. L’hiver est simplement en train de finir et le printemps arrive.

Mais le petit pingouin n’a pas plus envie d’être un écureuil car il sait aussi qu’après l’été et l’automne reviendra l’hiver et le jeu des pingouins.. Il continue à gratter son déguisement et s’aperçoit avec ravissement que dessous il y a … rien. Quand moi aussi je serai rien, alors peu importent les déguisements et les saisons se dit le jeune/vieux petit pingouin.

Les périodes d’obscurantisme sont comme l’hiver. La lumière semble partie mais elle est en nous.. et ces périodes servent à nous retourner vers l’intérieur et à briller. La lumière reviendra aussi sûrement que le printemps.. Les écureuils peuvent dire que l’hiver est là à cause des pingouins.. ils se leurrent.. les pingouins sont là à cause de l’hiver.
Et leur rôle est parfait et adapté. Les pingouins peuvent croire que l’hiver durera indéfiniment.. en fin de compte le printemps sera là, même si’l reste des gels tardifs..
ainsi fonctionne le monde en cycles infinis.. en résumé lâche tous ces blas blas new age.. le printemps viendra que tu luttes ou non.. petit écureuil.. cesse donc de maudire les pingouins et l’hiver.. Peut etre qu’un jour en été tu maudiras la chaleur excessive en disant que ta propre lumière ne s’y voit plus.. et en attendant l’hiver..

L’obscurité est comme la neige.. si on oublie la fraicheur et qu’on regarde mieux on voit une sublime construction de lumière..

J’ai proposé ce texte à des forums animaliers, mais ils disent que je suis stupide et que je ne comprends rien aux pingouins et aux écureuils. Étrange pourtant je les observe depuis plus de 35 ans.. peut être que j’ai mal observé. Alors je post ici à tout hasard…

Bon je retourne bosser.. il faut bien amasser de la neige tant que c’est encore la saison… 

Dieu à le sens de l’humour se dit petit pingouin en se regardant dans un miroir .. non ! le sens de l’amour répliqua le miroir !

 
Un petit pingouin.

Publié dans PINGOIN et MANCHOT | Pas de Commentaires »

La MARCHE de l’EMPEREUR

Posté par othoharmonie le 5 octobre 2014

 

La Marche de l’empereur est un film documentaire français réalisé en 2004 par Luc Jacquet et sorti en 2005.

Premier long métrage cinématographique de Luc Jacquet, ce film a connu un grand succès mondial et obtenu de nombreuses distinctions dont l’Oscar du meilleur film documentaire en 2006. Tourné en Antarctique, La Marche de l’empereur traite des manchots empereurs et de leur mode de reproduction.

La narration originale utilise la méthode du récit à la première personne, qui imagine le point de vue interne d’un couple de manchots et de leur petit, lesquels racontent les obstacles de leur vie dans la région la plus rude et isolée du monde. Les trois voix sont interprétées par Romane Bohringer, Charles Berling et Jules Sitruk. Les versions internationales n’ont pas toujours respecté ce principe, telle la narration américaine, réécrite pour un seul narrateur, Morgan Freeman. Les distributeurs américains ont également remplacé la bande originale, créée par Émilie Simon, par une autre composition signée Alex Wurman.

Aptenodytes_forsteri_-Snow_Hill_Island,_Antarctica_-adults_and_juvenile-8En 1992, lors de ses études dans une faculté de Lyon, Luc Jacquet répond à une annonce cherchant quelqu’un pour aller en Antarctique étudier des manchots empereurs. Ce sont alors ses premiers contacts avec ce continent et ces animaux. Il officie alors comme caméraman auprès du réalisateur suisse Hans-Ulrich Schlumpf pour le film documentaire Le Congrès des pingouins  Luc Jacquet décide alors de se consacrer aux films documentaires; il passe ainsi plusieurs années en Antarctique ou dans les îles australes comme chef opérateur ou comme réalisateur.

Luc Jacquet commence à écrire le scénario de La Marche de l’empereur quatre ans avant sa sortie. Il se base notamment sur sa collaboration avec le chercheur Christophe Barbaud, avec qui il travaille sur les manchots empereurs en 2000 pour faire le point sur les connaissances à propos de cet animal. Il discute très tôt avec Jérôme Maison, biologiste marin, de son projet de documentaire animalier puis, au fil des discussions, le projet évolue et prend des aspects fictionnels : « Tout d’un coup, on ne parlait plus seulement d’oiseaux, mais de personnages qui s’expriment », selon Jérôme Maison. Trois ans sont ensuite nécessaires à Jacquet pour trouver une société de production intéressée, Bonne Pioche, chez qui le projet suscite un « intérêt immédiat et sans réserve ». La production du film commence ainsi en août 2002 et tout s’accélère. D’abord prévu pour la télévision, le projet prend progressivement de l’ampleur grâce à ce que Luc Jacquet appelle « un engouement général hyper motivant » et « une gigantesque conjonction d’envies concordantes avec à la clé une détermination et une énergie similaire à une opération commando ». Le projet convainc aussi Jean-François Camilleri, alors à la tête de Walt Disney Studios Motion Pictures France, qui s’associe à la production.

Les préparatifs du tournage commencent en novembre 2002 et durent deux mois. Les caméras sont équipées spécialement par Aaton (modèle XTRprod) pour résister à une température qui pouvait descendre jusqu’à -30 °C. Laurent Chalet et Jérôme Maison passent des tests médicaux auprès de l’Institut polaire Paul Émile Victor. Le découpage et le scénario sont alors très précis et, selon Luc Jacquet, il fallait désormais « parier sur les acteurs ».

Luc Jacquet, Laurent Chalet et Jérôme Maison partent pour la Terre Adélie le 29 janvier 2003 et commencent par une période d’acclimatation. Jacquet les laisse en mars avec une consigne majeure :« Prenez le risque de faire des images étonnantes ». Le 7 février, ils obtiennent l’autorisation de l’administrateur supérieur des TAAF d’accéder à la zone spécialement protégée de Pointe-Géologie. Lors du tournage, 60kg de matériel sont portés sur un traîneau et l’équipe ne se déplace qu’à pied dans des conditions physiquement très dures. Laurent Chalet et Jérôme Maison, qui ont ainsi tourné la majorité des images (et qui n’ont pas quitté l’Antarctique durant le tournage), ont évité le pire lorsqu’ils ont été piégés par un blanc dehors et une température chutant à -60 °C ; ils ont eu besoin de six heures pour parcourir les 3km qui les séparaient alors de la base Dumont d’Urville, se repérant grâce à un GPS et à leur radio qui a permis à cinq hommes de la station, avec qui ils avaient pu établir un contact, de venir les récupérer en cordée. Le tournage a été interrompu pendant un mois pour qu’ils se remettent de leurs importantes gelures et Jérôme Maison a gardé des problèmes d’insensibilité à une oreille et plusieurs doigts. Malgré tout, la météo n’était pas forcément la plus grande difficulté selon Laurent Chalet : « il s’agissait d’une histoire . Sauf qu’au fil des jours et des semaines, il a fallu qu’on se rappelle tout ce qu’on tournait, comment on l’avait tourné : les entrées de champ, les sorties de champ, etc ». En l’absence de scripte et de possibilité de visionner les images tournées, Laurent Chalet et Jérôme Maison se sont essentiellement appuyés sur le séquencier fourni par Luc Jacquet pour assurer la continuité. Durant l’hivernage, ils envoient également des photographies au réalisateur pour que celui-ci suive l’avancée du projet. Jérôme Maison raconte que la scène où la femelle passe les œufs au mâle a été l’une des plus compliquées à filmer car il s’agit d’un acte discret que les animaux effectuent au sein d’un groupe d’environ 7 000 manchots.

Pour sa part, Luc Jacquet est resté cinq mois sur place tout en supervisant l’ensemble du tournage et du montage. En octobre 2003, il revient en Antarctique pour filmer les images sous-marines avec le plongeur Patrick Marchand. En décembre, le tournage est interrompu par manque de pellicule, le stock ne pouvant être acheminé à cause de la glace.

220px-Manchot-frPour filmer l’entièreté du cycle de reproduction des manchots, le tournage a duré 13 mois pour 120 heures de rushes. 200 bobines de film ont été utilisées et seule une a posé des problèmes malgré les conditions extrêmes auxquelles le matériel a été soumis. L’ensemble des rushes arrivent en France en février 2004 et la postproduction se termine en décembre de la même année.

 

SYNOPSIS : Les manchots empereurs vivent en colonie en Antarctique. Au milieu de leurs congénères, chaque couple de manchots lutte contre les conditions extrêmes pour perpétuer l’espèce et protéger leur petit des nombreux obstacles et dangers qui les guettent. Chaque année est un cycle qui voit la naissance d’un seul petit manchot par couple, dont beaucoup n’atteindront pas l’âge adulte, voire n’auront pas la chance de naître. Outre le grand froid, le vent et les tempêtes, ils affrontent des prédateurs tels que le léopard de mer et le pétrel géant. Les parents alternent entre protection de l’œuf puis du petit dans l’intérieur des terres (plus stable et protégé que la banquise) et pêche sur le littoral. Des kilomètres de marche sont alors nécessaires pour utiliser les avantages de ces deux territoires alors que le manchot, bien plus à l’aise dans l’eau, est incapable de voler et se déplace avec difficulté sur le continent.

La narration de l’histoire en version originale fait appel à un récit à la première personne en point de vue interne, interprété par trois acteurs :

Publié dans PINGOIN et MANCHOT | Pas de Commentaires »

S’intéresser aux sens des animaux

Posté par othoharmonie le 18 mai 2014

Marc Giraud : «  c’est être en pleine science-fiction »

Passionné de la nature et des animaux, Marc Giraud est à la fois naturaliste de terrain, animateur télé, illustrateur animalier, écoguide, écrivain, journaliste spécialisé en zoologie. Dans cet entretien, il revient sur le sixième sens chez les animaux, une notion mal comprise, et très peu étudiée.

images (19)

Peut-on à votre avis parler d’un sixième sens chez les animaux ? 
Le sixième sens, ça n’a pas forcément de sens ! Nous-mêmes, nous avons beaucoup plus de cinq sens, environ une trentaine. C’est pareil pour les animaux. Qui plus est, ils en ont que nous n’avons pas, ce qui nous paraît très mystérieux. Les requins par exemple, ont comme tous les poissons une ligne latérale, c’est-à-dire des capteurs sensitifs qui permettent une espèce de toucher à distance. Leurs organes sont sensibles à l’électricité ; comme tout être vivant émet de l’électricité, ils peuvent détecter leurs proies même sans les voir. Une mouche, ça goûte avec les pieds, un papillon, ça sent avec les antennes ! Commencer à s’intéresser aux sens des animaux, c’est déjà être en pleine science-fiction. Chacun vit dans un univers très différent. 

Y a-t-il beaucoup de comportements inexpliqués? 
Il y a des comportements qu’on explique seulement à moitié, comme les migrations par exemple. Au printemps, une hirondelle arrive toujours au même endroit chez nous. Et quand elle va en Afrique, elle va toujours dans le même marigot près du même village. Les oiseaux ont donc une boussole extrêmement précise, un GPS dont on n’a pas élucidé tous les secrets. On sait que les oiseaux ont de la magnétite dans le cerveau, qu’ils se repèrent aux étoiles parce qu’on fait des tests en laboratoire avec des ciels étoilés, qu’ils se repèrent au soleil le jour, et probablement aussi avec la mémoire, car pour pas mal d’animaux, à l’instar des cigognes, il y a un apprentissage de la migration… On a découvert beaucoup d’éléments d’explication mais de là à tout expliquer ! Il y a toujours une part de mystère. Les pigeons voyageurs sont capables d’exploits. Quant aux chats et aux chiens qui retrouvent leur maison, les esprits rationnels disent que c’est du hasard, compte tenu du nombre de chiens et de chats qui se perdent. Tout de même, certains font des choses difficilement explicables. Personnellement, j’ai deux chevaux que je laisse dans un pré l’été, et d’après les gardes, la veille du jour où notre arrivée est prévue, ils commencent à attendre. 

Jugez-vous que la science arrive à faire globalement le tour de ces comportements ? 
La science fait le tour de ce qu’elle veut. Les migrations sont des phénomènes observables auxquels on est obligé de croire, donc la science s’y penche. C’est sa force et sa faiblesse : elle n’étudie que ce qui peut se mettre en statistiques, en chiffres. Elle ignore par exemple tout ce qui est du domaine de la prémonition. Ce n’est pas qu’elle n’a pas les réponses, c’est qu’elle ne se pose pas les questions ! A part quelques scientifiques qui sont assez ouvert et prennent le risque du ridicule, sans oser forcément le faire en public, la science officielle est indifférente à ce genre de phénomène. C’est là où le bât blesse et où il y a une grosse différence entre les particuliers, les éleveurs, les professionnels de l’animal, ceux qui les côtoient tous les jours, et ceux qui les étudient en laboratoire. 

Tout un pan des capacités animales serait donc ignoré ? 
Totalement. Ça se joue au niveau des individus : certains veulent bien y croire tout en préférant ne pas y penser, d’autres rejettent tout en bloc en disant que ce sont des sornettes. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a une grosse faiblesse de la science à ce niveau. Je reconnais à des gens comme Rupert Sheldrake le mérite de se pencher sur des phénomènes qui sautent aux yeux des propriétaires d’animaux mais ne sont pas étudiés par la science. Ce qu’on appelle mystère, en l’occurrence, ce serait plutôt l’absence de recherche. 

Pensez-vous que certains animaux soient plus « doués » que d’autres, ces compétences individuelles expliquant certaines performances ? 
C’est le cas. On n’étudie plus uniquement les animaux en tant qu’espèces – le chimpanzé, le pigeon etc – mais les individus qui sont très différents les uns des autres. Tous les gens qui ont des animaux domestiques se rendent bien compte de la différence de compétence entre les uns et les autres. S’il y a chez les humains des gens très intuitifs, pourquoi n’y en aurait-il pas chez les chats et les chiens ? C’est une évolution assez récente dans l’éthologie. Grâce à des chercheurs comme Diane Fossey (spécialiste des gorilles des montagnes, assassinée au Rwanda en 1985, NDLR), on a commencé à considérer les animaux comme des individus. La science avait perdu cette notion d’individu animal, connue depuis des millénaires. Des éthologistes de l’école actuelle, comme le primatologue Frans de Waal, auteur de L’âge de l’Empathie, sont en train de la redécouvrir. 

téléchargement (4)Vous pensez que c’est une évolution importante pour combler les lacunes que nous venons d’évoquer ? 
Absolument. L’évolution de la science est très lente. Elle a commencé avec Darwin qui nous a choqués en disant que nous étions des animaux. Nous commençons à digérer que nous avons 99% de gènes en commun avec le chimpanzé. Mais si on dit qu’il y a de l’humanité dans les animaux, ça ne passe toujours pas. Alors que pourtant, nous sommes de la même famille ! Darwin disait : « s’il y a une différence entre l’homme et l’animal, elle n’est pas de nature, elle est de degré. » Les éthologistes estiment aujourd’hui qu’il faut arrêter de considérer l’intelligence animale comme une espèce de forme inférieure à la nôtre. En fait, ils ont une intelligence très différente. Temple Grandin est une ancienne autiste qui vivait dans un monde sensoriel très différent de celui du commun des mortel, mais était très proche des animaux. Elle a dit que les animaux fonctionnent en images et qu’ils sont capables, comme certains autistes, de photographier des lieux à la perfection. On commence à arrêter de regarder tout cela de haut et à faire des progrès. Au fond, ce sont des différences de monde. 

Découvrir le Blog de Marc Giraud : http://lesanimauxdemarcgiraud.blogspot.com »

Publié dans XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

Journée mondiale de la Tortue

Posté par othoharmonie le 8 février 2014

 ce siècle sera-t-il le dernier pour les tortues ?

 Magdelaine / notre-planete.info

220px-Astrochelys_radiata_-_Zoo_Frankfurt_1À l’instar de nombreux animaux en contact avec l’homme, la tortue est présente dans toutes les cultures, pour s’en convaincre il suffit de regarder les dessins animés : Tortues Ninja et Franklin, les contes comme l’atteste la célèbre fable Le Lièvre et la Tortue, … En Inde, la tortue joue un rôle important dans les mythes ou dans la religion. La tortue Kûrma est le second avatar, incarnation, de Vishnu, descendu sur terre pour montrer la voie aux hommes, pour sauver l’humanité. En Chine, la tortue est la symbolique du monde. Toutefois, en association avec le PARC, des scientifiques du comité directeur de l’Amphibian and Reptile Conservation ont décidé que l’année 2011 a été l’année de la Tortue. Les tortues sont effectivement en train de disparaitre peu à peu de la planète.

Un constat alarmant

Il existe une grande variété d’espèces de tortues possédant des caractéristiques diverses. En fait, à ce jour, ce sont 310 espèces de tortues réparties traditionnellement en trois groupes : les tortues terrestres, les tortues aquatiques et les tortues marines. Si elles occupent une bonne partie du globe et peuvent vivre dans des habitats très divers, selon le rapport, rédigé par Deanna H. Olson du service des forêts des Etats-Unis et A. Ross Kiester de l’association Turtle Conservancy50% d’entre elles sont menacées de disparition. Les causes sont diverses mais les deux principales sont liées à l’homme : la destruction de leurs habitats et une prédation trop importante.

Prédation ? En effet, la chair de tortue est considérée comme un met délicat dans de nombreuses cultures. La soupe de tortue a longtemps été un plat noble dans la gastronomie anglo-américaine La tortue est également un aliment traditionnel de l’île de Grand Cayman où des élevages de tortues marines pour la consommation se sont développés.

La tortue est également utilisée en médecine traditionnelle. Au Cambodge, pour les soins post-nataux. La carapace de la tortue d’Hermann est utilisée dans la médecine traditionnelle en Serbie.

La carapace et les écailles de tortue peuvent également servir de matériaux pour l’artisanat ou l’art, notamment pour la fabrication de bijoux. Hors selon la CITES(1), les bijoux, épingles de cravate, lunettes de soleil, etc. fabriqués à partir de tortues de mer ainsi que les tortues naturalisées, souvent proposées sur les plages des Caraïbes et autres régions tropicales, ne sont pas autorisés.

Mais les changements climatiques ont également des effets terribles sur le développement de certaines populations. En effet, c’est la température du nid qui détermine le sexe des tortues. Ce qui signifie qu’un changement climatique permanent, chaud ou froid, pourrait entrainer une disparition des mâles ou des femelles des zones de nidification !

Tortues et protections

Les espèces dont le commerce est interdit sont spécifiées dans la convention CITES ou « convention de Washington ». Enfreindre cette réglementation ou tuer des tortues appartenant à des espèces protégées expose le responsable à de lourdes sanctions financières ou sous forme de peine de prison. De nombreuses espèces de tortues y sont citées, ce qui implique que la possession, l’achat ou la vente des tortues sont interdits.

Les personnes souhaitant être en contact avec les tortues peuvent contribuer à leur protection en travaillant avec les centres de protection. Divers programmes de protection, gestion, élevage conservatoire, surveillance et protection de quelques plages et sites de pontes ou réintroduction existent, s’appuyant sur la constitution de réserves naturelles, la restauration et protection de réseaux écologiques (réseau écologique paneuropéen en Europe et trame verte et trame bleue en France) avec des corridors écologiques et  tortuducs, ainsi parfois que des zones-tampon autour des zones protégées ou de nidification.

Le Village des Tortues, notamment, dans le Var (France), est un parc animalier de 2 hectares qui fait appel à des volontaires pour prendre soin de ses chéloniens et animer les visites guidées. Ce parc permet de sensibiliser et de découvrir des écloseries et des nurseries, de nombreuses espèces de tortues exotiques, … Les objectifs de ce centre sont les suivants : accueillir, soigner et élever les tortues redonnées par les particuliers / recevoir et informer le public / mener des élevages conservatoires / financer les études et la conservation des tortues.

Le saviez-vous ?

  • L’espérance de vie des tortues varient suivant les espèces. En moyenne, les tortues terrestres vivent une cinquantaine d’années. La majorité des tortues dépassant l’âge de cent ans sont des tortues géantes des Seychelles ou des Galapagos.
  • Les tortues sont des animaux à sang froid qui s’exposent au soleil pour augmenter leur température.
  • Pendant l’hiver, certaines tortues terrestres hibernent pour survivre au froid. Pour cela, elles s’enterrent sous terre et se retirent dans leur carapace. Leur métabolisme est ralenti durant cette phase d’adaptation afin de consommer moins d’énergie. L’entrée en hibernation est progressive, la tortue s’alimentant de moins en moins, jusqu’à arrêter complètement pour vider complètement son tube digestif.
  • Les tortues ont une mâchoire sans dents mais qui est couverte d’une surface cornée tranchante. Les tortues sont donc munies d’un bec !
  • Chez les tortues terrestres, la carapace est particulièrement massive et peut représenter deux tiers du poids total de l’animal.
  • Chez les tortues de petite taille, les femelles sont généralement plus grandes que les mâles. Chez les tortues de grande taille, au contraire, les mâles sont généralement plus grands.
  • Enfin, les tortues possèdent une queue, certes généralement réduite ! Si cette queue n’a pas de véritable utilité pour l’animal, sa taille permet souvent chez l’adulte d’identifier le sexe des individus.

Tortue rayonnée Ile aux Serpents 191108.jpgMalgré ce constat malheureux, j’espère qu’il n’est pas utopique de penser que les populations, les associations de défense des animaux, les scientifiques, les citoyens lambda et les sociétés qui « utilisent » des tortues à des fins alimentaires puissent trouver conjointement des solutions à long terme pour éliminer le risque de disparation des tortues. La préservation des tortues passe par la non destruction ou pollution de leur habitat naturel, ainsi que l’arrêt ou la limitation de la capture des œufs de tortues au moment des pontes. Les tortues sont apparues il y a 220 millions d’années et jouent un rôle prépondérant dans l’équilibre des écosystèmes. Ce serait dommage que nos petits enfants ne puissent les admirer.

Notes

  1. LA CITES, Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, est un accord international signé en 1973 pour protéger de la surexploitation des animaux et des plantes sauvages.)

Auteur

Gaelle Naze : site à visiter pour suivre les nouvelles : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2826_journee_mondiale_tortues.php

Publié dans TORTUE | Pas de Commentaires »

Les tortues d’eau douce

Posté par othoharmonie le 21 janvier 2014

 

250px-Tortue_floride_franceLes tortues aquatiques sont des tortues qui passent leur vie dans ou à proximité immédiate de l’eau douce. Elles possèdent une carapace généralement beaucoup moins bombée que les tortues terrestres et des pattes plus ou moins palmées. Leurs pattes sont des palettes natatoires, contrairement aux tortues terrestres qui ont des pattes massives munies de griffes. Elles sont carnivores alors que les tortues terrestres sont herbivores.

On parle aussi de tortue dulçaquicole (d’eau douce) ou palustre pour la distinguer de la tortue marine (chélonioidé) vivant en pleine mer et contrairement à celle-ci elles ne constituent pas du tout un groupe monophylétique.

Il n’existe qu’une seule tortue non chélonioidé et qui vit naturellement aussi dans l’eau de mer : Chelodina siebenrocki vit dans l’eau douce et s’aventure dans les mangroves.

Il existe une multitude d’espèces de tortues d’eau, mais toutes ne sont pas adaptées à l’élevage en aquaterrariums.

Votre décision doit se baser sur plusieurs critères :

La taille de l’animal adulte. Certaines tortues peuvent en effet atteindre 30 cm.
C’est l’une des principales raisons pour lesquelles leurs propriétaires s’en séparent en les confiant à un refuge animalier ou, pire, en les relâchant dans un étang ou un lac – une pratique interdite en raison de son impact potentiel sur l’écosystème local.

La durée de vie de la tortue. Sachez que les tortues d’eau vivent parfois jusqu’à 50 ans ! La législation en matière d’espèces protégées. Certaines espèces sont menacées d’extinction. Pour votre achat, privilégiez les magasins spécialisés, qui sont à même de vous fournir tous les conseils utiles sur les lois nationales et internationales relatives à la protection des espèces et de la nature. Vous serez ainsi assurés d’acquérir un animal en parfaite santé et de respecter les réglementations en vigueur.

Quelle que soit l’espèce choisie, vos tortues vous entraîneront dans un monde fascinant.

 

Publié dans TORTUE | 2 Commentaires »

Conversation animalière avec S.Ward

Posté par othoharmonie le 1 janvier 2014

« Conversations with Animals » de Suzanne Ward

 

                                                                               Suzy Ward

Dans ce livre qui vient d’être édité, Suzanne Ward, qui depuis de nombreuses années reçoit télépathiquement les messages de son fils Matthew, a eu la surprise, il y a 7 ans environ, d’entendre un des nombreux chiens abandonnés, dont elle s’occupe, lui adresser la parole…et depuis, elle a le plaisir de converser télépathiquement avec la plupart d’entre eux. Nous découvrons dans ce témoignage combien ces fidèles compagnons sont sensibles à l’attention que les humains leurs prêtent. Nous apprenons que tout chien, avant de venir au monde, est instruit par l’Ange de leur espèce, « Le Grand Chien », qui les prépare à l’aventure qui les attend sur Terre et à leur rôle auprès des humains. 

Suzy après avoir conversé avec ses chiens, a étendu son répertoire pour communiquer avec d’autres animaux dont elle livre le contenu dans son livre. Elle souligne que les animaux ont une gamme d’intelligence et d’émotions plus large que la plupart des hommes leurs attribuent et particulièrement chez les espèces les plus évoluées. Ces dernières sont très réceptives et reconnaissent, par exemple, lorsque les esprits des « défunts » animaux et humains sont présents. Comme êtres multidimensionnels, ils vont et viennent entre les mondes de l’esprit et la matière, de telle sorte ils savent qu’il n’y a pas de mort.
Les animaux sont honnêtes et loyaux et leur amour est inconditionnel. Les animaux qui étaient particulièrement liés à des humains peuvent retourner plus tard à eux, sous la même forme physique ou une espèce différente, mais ayant gardé la même personnalité et les mêmes dispositions.
Tout comme les âmes humaines évoluent à travers de nombreuses vies et apprennent par des expériences, il en est de même pour les animaux et il n’est pas inhabituel pour l’énergie de l’âme humaine de s’incarner dans un animal pour expérimenter ce genre de vie. 

Voici un extrait significatif d’une rencontre peu commune :  » L’été dernier, alors que j’arrosais les pétunias de la banquette de fleurs située le long de la barrière, j’aperçus ce qui avait l’air d’un minuscule criquet jaunâtre, posé sur une feuille. Un « criquet » me vint à l’esprit, bien que j’en avais jamais vu de pareil ! Pourquoi n’a-t-il pas fui, lorsque j’ai arrosé juste à ses côtés ?

« Il a commencé à me parler. Après qu’il m’ait dit que ce qu’il allait me confier était destiné au livre que j’étais en train d’écrire, il s’embarqua dans un monologue. A ce moment-là mon livre n’était qu’une ébauche, mais j’écoutai plein d’étonnement et tout ce que je pus dire après-coup, c’est que je serais incapable de me souvenir de tout ce qu’il avait raconté. Le criquet me dit qu’il n’y avait pas besoin que je m’en souvienne, qu’il me rappellerait cela au moment opportun. Je levai les yeux un instant, puis regardai à nouveau la feuille où le criquet se trouvait précédemment, il avait disparu…

« Oui, je suis ici, juste comme je te l’avais dit que je serai. Les gens n’ont pas de respect pour les insectes, ne reconnaissent pas l’importance que nous jouons dans vos vies. Il est vrai que certains parmi nous sont juste une plaie, comme les mouches, mais la plupart d’entre nous, jouons une part significative dans la chaîne de la vie, dont vous pensez être au sommet. Ce n’est pas vrai, en ce qui concerne l’intelligence et la connaissance spirituelle, ce sont les baleines et les dauphins qui détiennent cette place, mais il y a une part d’intelligence que vous nommez instinct, que vous ne pouvez même pas concevoir ou que vous ne prenez pas la peine de considérer dans la vie des insectes sur cette planète. 

« Vous ne nous remarquez même pas, à moins que ce soit avec un sentiment de répugnance, comme envers les cafards et les fourmis dans vos cuisines, puis c’est avec dégout que vous nous exterminez. J’ai choisi cette forme, afin de porter attention et honneur aux insectes, qui sont de loin les formes de vie les plus répandues sur la planète. Nous sommes interconnectés avec toute autre vie ici, y compris celle des humains et une part de votre éveil est la reconnaissance que nous avons tous, tout comme vous, part à ce drame. Vous avez besoin de nous honorer comme êtres interconnectés que nous sommes et respecter nos vies comme nous respectons les vôtres. Vous êtes à un moment où vous devez choisir entre vous élever, ou chuter, et nous voyons que nombreux parmi vous ne s’élèveront pas, parce que vous fermez vos yeux à notre importance, tout comme vous fermez vos yeux à l’importance de toute vie humaine. 

« Je pense que ça suffit, Madame Suzy. Je crois avoir été clair que les humains tomberont, à moins qu’ils élèvent leurs yeux et leurs cœurs et ressentent l’unité en chaque vie dans ce monde, que chaque fourmi et escargot a sa place dans cette conscience une, ainsi le sont chaque arbre, la fleur la plus petite, ainsi l’est chaque enfant affamé et chaque homme riche. Il n’y a pas de séparations. Les humains doivent commencer à comprendre cela et agir avec respect et honneur et aider chacun, chaque âme vivant sur Terre, car nous TOUS sommes des âmes, tout comme vous.

« Merci de bien vouloir transmettre mon message. Je n’ai plus besoin du corps que vous aviez vu, puis vu disparaître. Je l’ai fait afin que vous puissiez me voir et me prêter attention. » 

SOURCE / GalacticChannelings.com January 1 2014

Publié dans XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

Ski avec votre chien

Posté par othoharmonie le 17 février 2013

Tout schuss… à 4 pattes !

C’est la dernière ligne droite avant les vacances d’hiver, et toute la petite famille s’apprête à partir à la montagne. Et « toute la famille », cela implique… le chien ! Après tout, pourquoi ne pas lui offrir à lui aussi, les bienfaits d’un séjour en altitude ? Pour qu’il s’amuse autant que vous… en toute quiétude, retenez tout de même ces quelques conseils.

Ski avec votre chien dans CHIEN telechargement-4Question de bon sens – et de sécurité – les pistes balisées sont interdites aux chiens. Même en laisse, vous ne pourrez pas l’emmener. Assurez-vous aussi – là également c’est de base… – que le propriétaire auquel vous louez votre logement accepte les animaux. Sinon, prenez le temps de vous renseigner sur les pensions animalières implantées à proximité de la station. Rassurez-vous, les contraintes s’arrêtent là. Vous pourrez profitez avec votre toutou des plaisirs de la randonnée en montagne, et la plupart des stations acceptent la présence canine dans les « œufs » et les télécabines.

 

Avant la balade.

Chacune de vos sorties demandera une petite préparation. Appliquez quotidiennement une crème tannante sous ses pattes afin de renforcer ses coussinets. Ainsi résisteront-ils mieux au froid. Vous pouvez même commencer ce « rituel » 15 jours avant votre départ en vacances. Les coussinets s’en trouveront épaissis, tout en conservant leur souplesse.

Le jour J

 Ca y est ! Les vacances commencent enfin pour votre compagnon à quatre pattes ! Même si en théorie, il supporte assez bien le froid, vous pouvez le vêtir d’un manteau. Avant chaque sortie, la Fondation 30 millions d’amis conseille même « d’appliquer de la Biafine® ou de la vaseline sur les parties sensibles de l’animal : coussinets, truffe, extrémités des oreilles…. Ces produits serviront d’isolant thermique ». Et de continuer, « pour les plus inquiets, les vétérinaires vendent des bottines spécifiques ». Pendant la promenade, empêchez-le de manger la neige, qui risque d’irriter l’estomac et l’intestin. C’est le plus court chemin… vers des vomissements et des diarrhées bien liquides ! Un conseil « emportez un jouet pour le distraire » poursuit la Fondation.

images-10 dans CHIENLes hommes et les chiens ne sont pas si différents. Et comme pour nous, il est un danger invisible pour votre animal : le soleil. Si sa truffe est dépigmentée, enduisez-là d’une protection solaire. De même, la réverbération sur la neige peut entraîner chez le chien, comme chez nous, une forte inflammation ophtalmique appelée « uvéite ». Alors que faire ? Vous pouvez toujours essayer de lui faire porter des lunettes de soleil. Après vous être fatigués quelques heures, vous prendrez peut être la sage décision de sortir à des heures où le rayonnement solaire n’est pas trop intense. Ou plus simplement, en forêt.

 

Après la promenade

De retour de l’excursion, prenez le temps d’inspecter les quatre pattes de votre compagnon. Séchez-les soigneusement et retirez les morceaux de glace ou les pierres qui auraient pu s’insérer entre les coussinets. Et pour éviter le moindre pépin, n’oubliez pas son carnet de santé.

Source : Fondation 30 millions d’amis, site consulté le 10 février 2011

Venez rejoindre le forum de Francesca : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaires »

Coccinelle – parc animalier

Posté par othoharmonie le 25 août 2012

 

Coccinelle - parc animalier dans COCCINELLEParc animalier et d’attractions, la Coccinelle ravira petits et grands qui découvriront des animaux domestiques parfois insolites.

Nous avons découvert aujourd’hui un « parc animalier et d’attractions » vraiment sympa : La Coccinelle à Gujan-Mestras (à 10 minutes d’Arcachon et 55 km de Bordeaux). Nous y sommes restés de 11h30 à 17h00 et les enfants ont adoré !

Malgré les bouchons sur l’autoroute en partant de Bordeaux, la bonne idée si vous y allez pendant la période estivale, c’est d’y aller un samedi. C’est le jour des arrivées et des départs en vacances : le parc est beaucoup moins bondé que les autres jours.

La Coccinelle, c’est le mix d’un zoo, d’une ferme et d’un parc d’attractions. Dès l’entrée du parc, vos enfants y découvrent les animaux de la ferme et peuvent même enjamber la barrière de la plupart des enclos pour les caresser. Trois fois par jour ils peuvent aussi donner le biberon aux porcelets, aux veaux, aux agneaux et aux chevreaux. Pensez à acheter un ou deux sachets de graines à l’entrée : les chèvres, les moutons et les ânes en raffolent !  La seconde partie du parc propose une grande aire de pique-nique accolée aux nombreuses aires de jeux et attractions diverses. Un spectacle de magie est aussi programmé trois fois par jour de fin juin à fin août

train-300x96 dans COCCINELLE

Un vrai PARADIS POUR LES ENFANTS DE 0 à 12 ans et plus.
Le premier parc européen basé sur l’animal domestique et l’enfance.
Visite inoubliable ! Dans la Mini-Ferme, les caresses, les biberons donnés par les enfants aux bébés animaux! sur l’aire de jeux les manèges et attractions à volontés. Le tout dans un décor verdoyant et ombragé.

l’intérieur de la Mini-Ferme, univers coloré et enchanteur conçu à l’échelle des enfants, petits et grands sont invités à enjamber les barrières des enclos pour approcher, toucher, caresser, câliner les bébés animaux !!!

Le Parc de la Coccinelle  c’est aussi un Parc d’Attractions. Manèges, petit train, multitude de jeux et d’attractions aire de pique nique viennent compléter agréablement la visite en famille.

Situé dans le département de la Gironde, à quelques minutes des plages du Bassin d’Arcachon, le Parc de la Coccinelle  premier Zoo d’animaux domestiques en Europe abrite de nombreux animaux insolites

La coccinelle ®
LA HUME – Parc de loisirs
33 470 GUJAN MESTRAS
Tel : 05 56 66 30 41
Fax : 05 56 66 79 46
contact@la-coccinelle.fr

Tel : +33 (0)5.56.66.30.41
Email : contact(arobase)la-coccinelle.fr
http://www.la-coccinelle.fr/

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

L’Ours 10

Posté par othoharmonie le 18 novembre 2011

Par Jules Vallès

L'Ours 10  dans OURS 230px-Spectacled_Bear_-_Houston_ZooL’Ours devait fournir le bonnet à poil de la Garde nationale bourgeoise. Il ressemble par plus d’un côté au garde national classique, tel que les caricatures l’ont dessiné dans l’histoire : il fait le beau et le malin. Mais au moment où il s’y attend le moins et quand il est en train de se frotter les pattes, il reçoit des atouts sur le museau ou dans l’arrière-train comme les compagnies d’élite reçoivent, dans le derrière, des émeutes ou des révolutions.

L’Ours cassant le nez de son bienfaiteur, en voulant tuer une mouche sur son front, est tout à fait le représentant de sa race, comme le Bonnet à poil de 1848 était le représentant de la sienne. Ce pavé de Lafontaine a été ramassé par Jérôme Paturot, qui le porta aux barricades sur laquelle la République planta son drapeau ; cette République dont il ne voulait pas, mais qui était entrée dans la peau de la Réforme dont il voulait ! Je ne fais pas de politique, mais je constate la ressemblance. Je proteste aussi contre ceux qui appellent Ours l’homme grossier et dur, solitaire et farouche, dont l’Alceste du Misanthrope peut fournir le type. – Type laid et brutal, tandis que l’Ours que je connais est gai, musard et bêta.

Regardez les dessins de Lançon ! Voyez avec quels airs de sérénité ces petits oursins s’étirent et se pelotonnent cherchant une bonne place pour dormir ou rêver ; énormes bébés souriant de leur gueule entr’ouverte et de leurs yeux clignotants au sommeil qui vient ou au gâteau qui va venir.

Mais qui donc a pris l’Ours pour symbole du redresseur de torts, de l’indomptable, – du tribun ?

Danton, l’Ours montagnard, se laisse museler.

Ours brun, Parc animalier des Pyrénées, 2005Ce vers d’Hégésippe Moreau  rapetisse Danton et ne fait pas de bien à l’Ours. « De l’audace, encore de l’audace, » criait le montagnard. L’Ours, s’il pouvait parler, dirait : « Du miel, encore du miel ! Des petits pains, toujours des petits pains ! »

Ou bien, derrière le tzigane pauvre et qu’il aime comme un vieux chien son maître, il dirait : « Un sou, encore un sou ! » pour avoir de quoi manger la veille de la fête et bien travailler le jour de la foire.

Mais, je vous le dis, s’il ressemble à quelqu’un, c’est à Bobèche ou à Paturot, à un Bobèche en veste de grosse laine et en chaussons fourrés – ou à un Paturot, faiseur de farces où il s’englue, dodelinant de la tête, barytonnant de la gueule, avec des mines de penseur et des mouvements de cou d’avocat – comique au fond, méchant seulement quand on touche à son miel gagné ou volé. L’Ours aussi devient cruel quand il a faim ; alors, il fond sur n’importe qui, le mutile et le tue. Je me figure qu’il doit encore être un assassin grotesque, et perdre l’équilibre en secouant sa victime, comme les bourgeois perdent la raison les soirs de victoire, et achèvent les blessés à coups de parapluie. Ces mêmes gens savent mourir grandement à certaines heures, mourir debout, bien droits, bien fiers au nom de la patrie ! Ce bourgeois d’Ours fait de même. On dit que quelquefois, quand il se sent perdu, ne luttant plus, ne grognant pas, il se dresse sur ses pattes, géant muet, et regarde en face et sans bouger la mort qui va lui arriver par un coup de fusil ou un coup de couteau dans le coeur.  (FIN).

 

VALLÈS, Jules (1832-1885) : L’Ours (1882). 



Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (04.II.2009) Texte relu par : A. Guézou
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Mél : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] 100346.471@compuserve.com

http://www.bmlisieux.com/ 



Diffusion libre et gratuite (freeware) 



Texte établi sur un exemplaire (BmLx : nc) de l’ouvrage Les Animaux chez eux illustré par Auguste Lançon (1836-1887) paru chez L. Baschet à Paris en 1882

498 dans OURS

Publié dans OURS | Pas de Commentaires »

l’Ours et la Vierge

Posté par othoharmonie le 13 novembre 2011

l’Ours et la Vierge dans OURSLe symbole animal de l’Ours est le sixième esprit totem de la roue de la vie des chamans amérindiens. Il correspond à la fin de l’été et à notre signe astrologique occidental de la Vierge à laquelle il peut apporter un éclairage nouveau et exotique. 

Voyons les analogies de ce symbole à travers les différentes cultures qui lui ont rendu hommage, les mots-clefs caractérisant les natifs dont il est l’esprit protecteur et le conseil du chaman à son sujet, conseil destiné à exploiter au mieux son potentiel vital. 

I.  Le contrôle des instincts 

          

Représentant par excellence des symboles très contradictoires, l’ours est tantôt vu comme une bête féroce, tantôt comme le doux compagnon des enfants. Alors, ours sauvage ou ours aimant ? 
Les amérindiens le voyaient comme un être de pondération, de juste milieu précisément car l’ourse a une faculté rare qui n’avait pas échappé aux observations chamaniques : Si la saison était mauvaise, si les conditions extérieures n’étaient pas réunies (abondance, possibilité de faire des réserves), Maman ourse, très raisonnablement, diffère la gestation de ses petits et attend des jours meilleurs. 


Car l’ours est avant tout un pragmatique sachant faire preuve de patience s’il le faut, sachant aussi profiter au mieux des richesses à sa disposition, sans les gâcher ni les sous-estimer. 

Dans beaucoup de peuples chamaniques, l’Ours joue un rôle dans les cérémonies d’initiation. Chez les Indiens Pomo par exemple (Californie), c’est lui qui « tue » les candidats à l’initiation afin de les faire s’éveiller à un nouveau stade de conscience. L’ours doit donc aussi être considéré comme celui qui initie. 


Les gaulois l’associèrent non sans raison à Artio, déesse de la prospérité terrienne car non seulement l’ours possède une physiologie lui permettant de faire des réserves (caractère prudent et prévoyant) mais l’ours ne daigne mettre le nez dehors qu’au retour des beaux jours, quand la nature est riche et florissante (La vierge en analogie représente quant à elle le temps des moissons), le reste du temps, il hiberne…(économie de ses forces et ressources). 

Les celtes comme les chinois voient en lui un guerrier farouche doué d’une redoutable intelligence stratégique : volonté, maîtrise nerveuse et esprit méthodique. C’est un animal violent, symbole de la force primitive et de la sauvagerie. Mais il peut être apprivoisé, et, en cela, il symbolise les forces élémentaires capables d’évoluer progressivement. Notons que le mot Ours en celte, Ours brun, Parc animalier des Pyrénées, 2005Artos,  se retrouve dans le nom d’Arthur (Artoris), le souverain de  légende représentant si bien « la maîtrise et la juste utilisation de la force ». 


Dans la mythologie grecque il accompagne Artémis et représente le passage d’un état à un autre puisque Artemis se présente sous cette forme quand elle assiste aux rites initiatiques. 

L’ours est donc surtout le symbole de la transition entre la pulsion animale et la maîtrise humaine. 


Une légende venue d’Egypte se répandit à travers toute l’Europe : l’ourson est une créature naissant informe et inachevée et c’est les coups de langue de sa mère qui finissent de le façonner, qui lui donnent forme. Métaphore de la volonté et de l’amour transformant l’informe et la matière brute en un être à part entière. 

L’expression « Être un ours mal léché » (désignant une personne rude et brutale) n’a pas d’autre origine. D’ailleurs, les alchimistes, en rapport avec cette croyance, firent de l’Ours le symbole de l’œuvre au noir, premier stade où tout est encore chaos appelé pourtant à se sublimer. 
Toujours en droite lignée de ce qui précède, Jung attribue aux rêves d’Ours une valeur d’inconscient qui doit être travaillé : on doit dépasser la primarité bourrue du stade de l’ours. 


On notera également la fascination de l’ours sur l’homme du fait qu’il est un animal capable de se tenir debout. 

D’ailleurs, avant le XIIème siècle (et sous l’influence chrétienne), l’ours est considéré un peu partout (Celtes, germains, slaves) comme le roi des animaux (Il y a peu de lions en Europe…) et le lointain ancêtre de l’homme avec qui il partage la verticalité, l’usage de ses « mains », le goût immodéré pour le miel. Pline raconte que certaines femmes s’accouplent à des ours et au-delà du mythe, il faut bien y voir la profonde hominisation de l’animal. C’est d’ailleurs parce que l’Eglise redoute cette assimilation du plantigrade à un stade sauvage de l’homme (qu’elle nie) qu’elle fera tout pour détrôner ce dernier au profit du lion. 


Bref, l’ours est le symbole par excellence de la maîtrise des instincts et de la bestialité. Il est donc celui qui prépare la paix en corrigeant en premier lieu ses propres excès, ce qui est aussi le cas de la Vierge. 

II – Personnalité traditionnelle et conseil 

      

 Ours brun (ici sous-espèce Ursus arctos arctos)Discret, pragmatique, intelligent, méticuleux, patient, sachant ménager ses forces, bon parent, modeste malgré sa force, solitaire, nerveux, irascible, reclus, routinier, taciturne, territorial. 

Partenaires conseillés Oie et Castor. 

Conseil du Chaman 

Votre besoin de stabilité et de repères pourrait bien entraîner votre perte : sachez partir à l’aventure et libérez vos émotions, la création d’une famille pourra vous y aider car vous avez toutes les qualités requises, c’est en mettant vos qualités au service d’autrui que vous vous libérerez de votre peur et cesserez d’être un solitaire. 

Source : http://www.autourdelalune.com/animal-totem/l-ours-et-la-vierge.html#ixzz1bCPVOJ3r

 

gif-ours-015 dans OURS

Publié dans OURS | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello