Résultats de votre recherche

PANTHERE : animal Totem

Posté par othoharmonie le 14 août 2015

 

 Blackleopard

 

Notre animal totem est, en chamanisme, l’esprit animal qui représente notre nature profonde. Il ne s’agit pas d’un être individuel précis, comme dans le cas de notre ange gardien, mais d’une vibration : l’esprit de l’animal dans son aspect global et universel, qui se manifeste par exemple dans l’animal physique.

Contrairement à certaines idées répandues, on ne choisit pas son animal totem (parce qu’on le trouve sympathique, fascinant…) mais c’est lui qui nous choisit. De tous les esprits animaux qui peuvent aider le pratiquant sur son chemin, le totem est souvent celui qu’il rencontre en dernier. Rappelons-nous par exemple les épreuves initiatiques demandées aux Amérindiens pour qu’ils obtiennent, après plusieurs jours de jeun et de méditation, la vision de leur totem. La connaissance de son animal totem est une découverte qui se mérite et qui ne se produit que lorsque nous sommes prêts à nous voir et nous accepter tels que nous sommes, sans orgueil ni dévalorisation.

Votre totem pourra se manifester à vous de diverses manières, que ce soit dans des rêves, des visions, des méditations… Pour le connaître, je vous conseille de lui demander ardemment de se manifester à vous, que ce soit en rêve ou dans des états de conscience modifiés. Parallèlement à cet appel que vous lui adressez, il est important d’apprendre à vous connaître de mieux en mieux par l’introspection et de travailler sur vous-même pour apprendre à développer vos qualités et maîtriser vos défauts.

Dans cet article, je vous fais part de ma rencontre avec mon animal totem. Elle s’insère dans tout un processus de découverte de moi-même et d’alchimie intérieure, que j’ai entamé depuis plusieurs années, ainsi que dans le cadre de pratiques de méditation et d’identification aux esprits de la nature et en particulier aux esprits animaux. La rencontre avec mon animal totem a été l’aboutissement de plusieurs années de pratiques et de travail sur moi, et le début d’une plus grande intégration de mon être véritable dans ma vie et mon occultisme.

A cette époque, je connaissais déjà les esprits animaux qui sont mon ombre et mon gardien. Tous deux s’étaient imposés à moi de manière très manifeste. Je pressentais que mon totem était un félin. Je savais que, bien que je sois très proche des chats, mon totem n’était pas un chat mais un grand félin. J’avais pensé à la panthère sans y croire, cet animal me paraissant trop fascinant pour m’être relié. J’avais conclu, dans mes réflexions, qu’il devait s’agir du tigre.

J’ai donc évoqué cet animal, persuadée qu’il s’agissait de mon totem. L’évocation fut très agréable, le tigre étant un animal empli d’amour qui m’accueillit très bien dans sa sphère. Néanmoins, malgré la chaleur de son accueil, je perçus que quelque chose clochait car je n’avais pas ressenti dans la sphère de cet esprit animal l’intensité émotionnelle que j’avais éprouvée à la rencontre de mon ombre et de mon gardien. L’appel du tigre était pour moi une belle pratique sur un esprit animal mais qui ne se distinguait pas d’autres pratiques intéressantes que j’avais pu faire avec des esprits animaux en tous genres. Alors que le contact avec mon ombre et mon gardien avaient été marquants : j’avais ressenti dans leur sphère l’intimité qui existait entre nous.

L’animal totem est un guide choisi pour nous aider, dont les qualités correspondent à nos besoins en matière d’initiation chamanique. C’est un allié et c’est le premier pas sur la voie du chaman.

La panthère noire : transformation 

Le rêve affirme que cet instinct a été blessé: gêné dans son épanouissement par un manque de liberté, submergé par d’autres activités,  détourné de sa réalisation naturelle.
Elle est rapide, instinctive, discrète, calme et peut rapidement être féroce.
Les totémiques de la panthère sont des personnes à tendance « guerrière » très endurantes face aux épreuves et aux obstacles, leurs réactions sont très rapides et instinctives et leurs sens toujours en alerte. Ils perçoivent énormément de choses, comme s’ils avaient des antennes

 Issu du site Noël chez mathusa

Publié dans PANTHERE - LEOPARD | Pas de Commentaires »

Paon, animal totem

Posté par othoharmonie le 9 mars 2014

 

320px-F54_Paon-vitrail-Joseph-Janin_Villa-Bergeret-NancyLe paon est un symbole d’immortalité, on le rapproche parfois du Phénix.

Ce que je retiendrais pour ma part surtout, c’est l’aspect très spirituel du Paon, alors qu’on le dit par ailleurs vaniteux et « une aberration dans la théorie de l’évolution », puisqu’il est très voyant donc potentiellement très vulnérable aux prédateurs.

L’infinité de couleurs quand le paon fait la roue évoque la totalité, et tout ce qui concerne la lumière… évoque le passage complexe de la lumière en nous…

Il est question aussi de tous ces « yeux » qui apparaissent sur ses plumes déployées, symbole de vision multiple.

Et voici le serpent qui revient déjà…

« Il est aussi symbole de beauté et du pouvoir de transmutation car la beauté de son plumage est supposée produite par la transmutation spontanée des venins qu’il absorbe en détruisant les serpents. Ceci dans le cas de l’identification du serpent à l’élément eau, qui confirme l’apparentement du paon au soleil, à l’élément feu. »

Voici un autre lien qui explique mieux le mode de vie du paon :
http://www.vie-animale.com/2009/06/25/le-paon-bleu/

Dans ses pays d’origine, le paon chasse aussi le serpent qu’il tue en leur donnant un coup sur la tête avec son bec puissant.

Ainsi, il s’attaque même au plus venimeux des serpents, le cobra. Mais restant tout de même prudent, il ne s’en prend que rarement au cobra adulte. Par contre, il ne fait pas de pitié pour les jeunes ! Les Indiens lui en sont d’ailleurs très reconnaissants car, avec la présence des paons, on ne trouve presque plus de cobra en Inde. Sachant que Bouddha lui-même vécut l’une de ses existences sous la forme d’un paon, il n’est pas étonnant de voir que les hindous considèrent le paon comme un véritable dieu. En effet, le paon est aujourd’hui considéré comme l’oiseau national de l’Inde.

Le paon a étrangement peu de prédateurs en fait, il est dit dans l’article que seuls les tigres et les panthères osent vraiment s’attaquer au paon. Il vit donc le plus souvent au sol, assez tranquille finalement.

Il ne vole pas très bien. Mais en cas de danger il s’envole quand même, pour aller se poser dans un arbre.

De manière assez étrange pour un oiseau, il lui arrive aussi de grimper aux arbres plutôt que de voler pour rejoindre son perchoir…

Publié dans PAON | Pas de Commentaires »

Tigre totem

Posté par othoharmonie le 4 février 2012

Tigre totem dans TIGRELe tigre, c’est la puissance, l’indépendance, l’impulsivité, la méfiance, le changement, la fierté et l’indépendance.

 Le tigre est le symbole de l’obscurité et de la nouvelle lune.

Quand le totem du tigre entre dans nos vies, il faut s’attendre à de nouvelles aventures. Il va réveiller de nouvelles passions et de nouveaux pouvoirs.

Les personnes qui ont l’animal totem tigre font de leur mieux pour travailler la nuit. Elles sont très sensuelles, passionnées, et des parents dévoués.

 Vos meilleurs travaux seront effectués la nuit.

 Les tigres sont associés à l’eau et ont toutes les propriétés de l’élément de l’eau : guérison, énergie féminine etc.

 Tous les êtres incarnés ont tendance à vouloir se rapprocher physiquement de cet animal, bien souvent ils l’adoptent comme animal de compagnie, dans la mesure du possible. Il est évident que si votre animal totem est l’éléphant, vous allez avoir de grosses difficultés à en adopter un à la maison. Dans ce cas de figure, les humains se mettent alors à collectionner son effigie. Il n’est pas rare de rencontrer des personnes qui ont de très grandes collections de statuettes, hiboux, éléphant, cochons, dauphins….. , des posters ou bien d’autres choses sujettes à collection.

Si la personne ne se voue pas à amasser l’effigie de son animal préféré, elle le porte en haute estime dans son co490-Annee%20du%20tigre_mini dans TIGREeur, sans savoir que cet amour n’est pas le fruit du hasard.

Dans les moments difficiles de votre vie, faites appel à lui, il vous aidera à vous sortir da la mauvaise passe ; n’oubliez pas de le remercier. L’intrépidité du tigre, son intelligence, sa  force et j’en passe, tous ces attributs sont à définir.

 

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Tigre blanc de l’Ouest

Posté par othoharmonie le 4 février 2012

 

 

Tigre blanc de l'Ouest dans TIGRE 300px-Wadang-baihuLe tigre blanc de l’ouest (chinois : 西方白虎, pinyin : xī fāng bái hǔ) est l’un des quatre animaux totem des orients et du zodiaque chinois. Il est associé à l’Ouest et au métal. Le nom de ce tigre est généralement traduit en japonais par « Byakko » (白虎)

 

Maisons lunaires

 

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Ours en Asie

Posté par othoharmonie le 11 novembre 2011

  

 

gifs nounours   Les ours présents en Asie ont eux aussi donné naissance à diverses légendes ainsi qu’à des rites folkloriques. Il ne s’agit pas forcément des mêmes espèces qu’en Europe, puisqu’on trouve aux côtés de l’ours brun et de ses sous-espèces (ours bleu du Tibet, ours brun de Syrie et ours Isabelle) d’autres espèces telles que l’ours à collier, l’ours lippu et l’ours malais

 

L’Ours chez les Aïnous 

 

AinuGroup.JPGLes Aïnous qui signifie « humain »,  ancêtres des japonais actuels, sont établis au Nord du Japon et sur l’île de Sakhaline ont toujours gardé à l’ours une place prépondérante dans leur culture, l’animal étant non seulement ancêtre totémique mais aussi dieu suprême. Au centre des initiations, objet de tabous, l’ours est une divinité des plus révérées, tout particulièrement en décembre lors de la Kamui omante, ou « fête de l’ours ». L’animal y est réputé descendre sur terre et donner ses cadeaux aux humains qui l’accueillent, avant de retourner dans son univers divin. 

 

L’ours est aussi au centre de chasses rituelles. Lorsqu’une femme aïnoue perd un enfant, il arrive qu’un ourson soit capturé bébé et nourri au sein. Il est ainsi élevé durant trois ou quatre ans où il devient un membre à part entière du clan, puis sacrifié, avant que sa chair ne soit consommée lors d’un banquet. Traditionnellement, les tribus aïnous s’approprient ainsi la force et toutes les qualités de l’animal, particulièrement en mangeant sa patte antérieure gauche, mais aussi sa langue, son museau, ses oreilles, son cœur ou son foie. Le crâne de l’ours est généralement conservé comme talisman. Les vertus médicinales attribuées à l’animal sont très nombreuses, et incluent le frottement du ventre des parturientes avec un morceau de matrice d’ours.  

 

L’Ours en Chine 

 

Ours en Asie dans OURS 240px-China_1 

Bien que les Chinois ne semblent jamais avoir considéré l’ours comme une divinité ni pratiqué la chasse rituelle, leurs pratiques culinaires et médicales tout comme les légendes de l’ours attestent d’un respect tout particulier ; dès lors, il n’est pas interdit de penser que l’ours a pu être célébré à l’instar de ce qui s’observe en Sibérie, en Laponie et chez les Amérindiens. Dès l’Antiquité, l’ours a pu être associé au chamanisme puisqu’une inscription de l’époque Shang et une autre du début de la dynastie Zhou ont été vues comme représentant un chaman qui danse, revêtu d’un masque et d’une peau d’ours. Les chamans de la dynastie Shang se revêtaient probablement de la peau de cet animal, et des danses de l’ours sont attestées, mettant en scène un exorciste masqué (d’une figure d’ours à quatre yeux d’or, censée ainsi voir tout et partout) vêtu de rouge et de noir, qui « expulsait les pestilences de l’année morte ». L’ours fut également un symbole de protection des clans parmi les plus utilisés, avec le tigre. 

 

Les Chinois ont plusieurs fois remarqué les qualités de l’ours, sa force, mais aussi et surtout son agilité et sa rapidité étonnantes pour une bête d’une telle masse. Imiter la respiration de l’ours pour obtenir la maîtrise du souffle est devenu un exercice taoïste, probablement lié à l’hivernation qui était vue comme une résurrection. Les mouvements de l’ours servent d’inspiration à un art martial. Les peaux d’ours avaient une fonction de tribut au Shaanxi. Les Chinois organisaient aussi des combats avec ces animaux. 

Viande de l’Ours 

 

La viande de l’ours – en particulier de ses pattes – a très longtemps été considérée comme un mets raffiné, ainsi, les récits mythiques chinois attestent de ce statut dès le VIIe siècle av. J.‑C., où le duc Ling de Jin tua son cuisinier à coups de cuiller 192px-Brown_Bear_Cubs dans OURSpour n’avoir pas su faire cuire des paumes d’ours correctement. 

 

Ce mets semble mentionné et apprécié durant toute l’Antiquité chinoise, où il faisait partie des « huit plats succulents », jusqu’au XIXe siècle à l’époque Qing, où les seigneurs réclamaient encore vingt paires de pattes d’ours aux paysans. Le commerce de ces pattes demeura florissant au moins jusqu’au début du XXe siècle.

 

 

Publié dans OURS | Pas de Commentaires »

Symbolique de l’ours

Posté par othoharmonie le 11 novembre 2011

The Three Bears - Project Gutenberg eText 17034.jpg

 L’ours se voit attribuer une profonde symbolique depuis l’époque préhistorique et occupe une place de premier plan dans l’imaginaire occidental. Sa réputation de grande force est issue en partie de sa morphologie, et du fait qu’il n’ait quasiment aucun prédateur dans les régions où il fut longtemps présent.

 

Article connexe : Roi des animaux.  (prendre la belle image) 

 

Michel Pastoureau défend une thèse selon laquelle l’ours fut considéré comme le roi des animaux partout en Europe jusqu’au XIIe siècle, notamment chez les Celtes, Germains, Slaves, Scandinaves et Baltes, avant sa diabolisation par les autorités chrétiennes qui installèrent le lion sur le trône animal à sa place, dans le but de lutter contre les pratiques païennes associées à l’ours, mais aussi pour effacer un animal qui « se posait en rival du Christ »

 

Il semble que l’ésotérisme islamique ait attribué à l’ours une image d’animal « vil et répugnant ». Dans la symbolique chinoise, il vient des montagnes, s’oppose au serpent, et est considéré comme yang, c’est surtout un animal viril, courageux, puissant et fort, capable de rivaliser avec le tigre. 

 

Il existe bon nombre de croyances, partagées en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, pour évoquer le fait que l’ours se dévorerait lui-même ou sucerait l’une de ses pattes antérieures afin de passer l’hiver. Elles pourraient avoir un rapport immédiat avec toutes les propriétés attribuées aux différentes parties du corps et à la bile. Ainsi, la consommation de pattes d’ours revêt une dimension chamanique en transmettant les qualités de la bête. La tête de l’ours fut réputée être son point faible durant l’Antiquité et le Moyen Âge occidental, par opposition au reste de son corps, ce qui en fait de facto un animal vu symboliquement comme stupide. Son mode de vie le fait plutôt voir comme un animal misanthrope et de manière générale, il semble culturellement s’opposer au loup. L’œil de l’ours se voit prêter des facultés magiques, et devient capable de tout pénétrer et tout transpercer. 

 

D’une manière générale, « par delà les écarts culturels énormes entre Celtes, Sibériens, Algonquins ou Chinois, les images voisines que ces peuples se forgèrent de l’ours montrent l’extraordinaire unité de l’imaginaire humain »

 

Régularisation du temps 

 

Symbolique de l'ours dans OURS 220px-Thor_%281907%29_by_Lorenz_Fr%C3%B8lichLe cycle de vie de l’ours, qui comprend l’hivernation, le met en lien étroit avec une symbolique de la régulation du temps selon les ethnologues. Les multiples fêtes qui lui sont consacrées mettent cet aspect en avant comme Arnold Van Gennep l’a constaté, l’ours « maître du temps puissant à venir » y régule le jour et la nuit, mais aussi et surtout le passage des saisons dans leur succession et leur opposition, introduisant un rythme vital et une périodisation. De même, en Sibérie et en Alaska, l’ours semble assimilé à la lune parce qu’il disparaît en hiver et réapparaît au printemps, ce qui le rapproche du cycle végétal, également soumis aux influences lunaires. 

 

L’Ours : un symbole, un emblème culturel 


Certaines capitales européennes ont encore aujourd’hui l’ours pour emblème. Ce phénomène trouve sont origine dans le langage même, à travers ce que l’on appelle des « figures parlantes ».

En Suisse, la ville de Berne arbore fièrement un ours sur sa bannière depuis le XIIIe siècle; elle voue au plantigrade un culte, comme à un animal totem. Un jeu de mots associe Bern, le nom de la ville, et le mot Bär, qui désigne l’ours en allemand. 


« Berlin » signifie « petit ours », en allemand. 

« Madrid » viendrait de « maderno », « madrono », qui signifie « ours » en espagnol.

220px-Allegories-animaux dans OURS

 

 

Publié dans OURS | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello