• Accueil
  • > Recherche : tigres celebres

Résultats de votre recherche

Tigre et l’homme

Posté par othoharmonie le 9 février 2012

 

Fichier:Chasse au tigre du roi Georges V.jpegLe tigre est le félin ayant la plus forte réputation de mangeur d’hommes, notamment en Inde.

Cela ne signifie pas que l’être humain fait partie intégrante de son régime alimentaire, mais il arrive que certains individus s’attaquent à l’homme, surtout en Inde.

 Les cas célèbres de tigres mangeurs d’homme ne manquent pas. La tigresse surnommée « la mangeuse d’homme de Champawat » qui fut abattue par le chasseur Jim Corbett en 1907 avait tué pas moins de 438 personnes en huit ans Depuis le début du XXe siècle, les victimes sont beaucoup moins nombreuses, mais dans les années 1950, on compte près de 5 000 morts par an.

 

Les principaux accidents mortels se produisent lors d’une mise en contact fortuite entre l’homme et l’animal, ce qui a poussé le tigre surpris à attaquer. Néanmoins, la perte des canines, essentielles lors de la mise à mort, est un facteur déterminant : le tigre, incapable de se nourrir de grosses proies, se rabat sur des proies plus faibles, et notamment l’homme. Ce fait, noté par Jim Corbett, est corroboré par un témoignage de Pierre Pfeffer : un tigre blessé à la mâchoire par un coup de crosse revint par la suite se nourrir de chair humaine. Les tigresses peuvent transmettre le goût de la chair humaine à leurs petits et perpétuer ainsi une lignée de mangeurs d’homme.

 

Tigre et l'homme dans TIGRE 320px-Mosaic_museum_Istanbul_2007_011Les Sundarbans, essentiellement composées de forêts de mangroves situées à l’embouchure du Brahmapoutre, abritent les derniers tigres mangeurs d’homme : de 1948 à 1986, plus de 800 personnes ont été tuées, et on compte chaque année une cinquantaine de victimes. Le comportement de ces tigres reste inexpliqué. Plusieurs méthodes dissuasives ont été testées afin de préserver les habitants de la région. Le port d’un masque à l’arrière du crâne semble être efficace car les tigres ont l’habitude d’attaquer dans le dos.

 Le tigre a peu d’ennemis naturels. Toutefois, les meutes de dholes peuvent attaquer et tuer un tigre. Il arrive aussi que des ours ou des tigres mâles tuent les jeunes tigres.

 La chasse aux trophées a été une cause importante de régression du tigre au cours du XIXe siècle et du début du XXe siècle. La chasse au tigre était en effet un sport apprécié des colons et des maharadjahs. Des battues étaient organisées durant lesquelles les tigres avaient bien peu de chance de survivre. Le tigre, animal craint pour sa force et sa cruauté présumée, était le prédateur à tuer pour sa gloire personnelle. Le félin était également un mangeur d’homme, et cette chasse intensive visait aussi à réduire sa population.

 Le commerce des peaux a également accéléré cette chasse. Au début du XXe siècle, une peau valait 200 roupies, et un tapis avec tête montée 300. Les fourrures étaient négociées par les marchands locaux puis vendues comme souvenirs dans les grandes villes indiennes aux touristes européens. Durant les années 1950 à 1960, on estime que plus de trois mille tigres ont été tués comme trophées.

 La chasse au tigre est à présent interdite dans tous les pays où vit ce félin. Le braconnage et la perte de son habitat et de ses proies sont à présent les principales causes du déclin des populations.

 

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Tigres célèbres

Posté par othoharmonie le 5 février 2012

 

Tigres célèbres dans TIGRE 220px-Mosaic_museum_Istanbul_2007_011Les tigres célèbres sont moins nombreux que les tigres de fiction. On compte toutefois la tristement connue « tigresse de Champawat » : mangeuse d’homme, elle terrorisa toute une région pendant huit ans avant d’être abattue par le chasseur Jim Corbett. Parmi les tigres du cirque, on peut également citer Montecore, le tigre blanc ayant attaqué le dompteur Roy Horn du tandem Siegfried & Roy. Enfin, Satin est un tigre qui a reçu en 1955 un Patsy award pour son interprétation dans le film Les Gladiateurs (Demetrius and The Gladiators) sorti en 1954.

 En musique, le groupe Le Tigre est un groupe punk féministe américain. La chanson Eye of the Tiger composée par le groupe américain Survivor pour le film Rocky III a été réutilisée de nombreuses fois. Le Taking Tiger Mountain by Strategy est un opéra de Pékin, l’un des huit autorisés lors de la Révolution culturelle.

 Fichier:Illustrations de Icones animalium quadrupedum viviparorum et oviparorum-Tigre.jpegDe nombreux tigres apparaissent dans la littérature, à commencer par Shere Khan du Livre de la Jungle. Parmi les tigres de fictions, on compte également le tigre de l’Histoire de Pi, Tigrou dans Winnie l’Ourson de Alan Alexander Milne, Louison le tigre du capitaine Corcoran dans Les Aventures du capitaine Corcoran de Alfred Assollant. Dans le domaine de la bande dessinée, c’est Hobbes de Calvin et Hobbes qui retiendra l’attention, mais on peut citer également Moloch dans Corentin Feldoë ou encore Joé le Tigre dans La jungle en folie.

 

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Biographie du Tigre

Posté par othoharmonie le 4 février 2012

  1. Biographie du Tigre dans TIGRE 7ytq6v5qRéférence UICN : espèce Panthera tigris (Mazak, 1968)  Associated Press, « World tiger population shrinking fast, WWF warns  » sur http://catkingdom.tribe.net/ . Consulté le 16 mars 2010
  2. Reuters, « Il reste moins de 3.500 tigres sauvages en Asie, selon une étude  » sur http://fr.news.yahoo.com/ . Consulté le 16 septembre 2010
  3.  Peter Jackson et Adrienne Farrell Jackson (trad. Danièle Devitre), Les félins : toutes les espèces du monde, Delachaux et Niestlé, coll. « La bibliothèque du naturaliste », octobre 1996, 272 p. (ISBN 2-603-01019-0)  , p.105
  4.  Rémy Marion (dir.), Cécile Callou, Julie Delfour, Andy Jennings, Catherine Marion et Géraldine Véron, Larousse des félins, Paris, Larousse, septembre 2005, 224 p. (ISBN 2-03-560453-2 et 978-2035604538), p.66
  5.  Vratislav Mazak, « Panthera tigris », dans Mammalian species, no 152, 8 mai 1981, p. 1-8 [texte intégral  (page consultée le 13 avril 2009)] 
  6. Cat Specialist group, « Tiger Panthera tigris (Linnaeus, 1758) : Description and Behavior Part Two  » sur http://www.catsg.org , 1996. Consulté le 1er mars 2009
  7. no 1, 11 décembre 1968, p. 198-200 [texte intégral (page consultée le 19 août 2009)] 
  8. Maxine Annabell, « Albino Tigers  » sur http://www.lairweb.org.nz/tiger/ , Tiger Territory. Consulté le 19 août 2009
  9.  Maxine Annabell, « Golden Tabbies » sur http://www.lairweb.org.nz/tiger/ , Tiger Territory. Consulté le 19 août 2009
  10. Kailash Sankhala (trad. Florent Jouty), Le tigre : ses mœurs – son histoire – son avenir, MLP Editions, 1998,  p. p.72
  11.  D’autres tigres plus ou moins célèbres  sur http://www.le-tigre.net/ , Le Tigre, lundi 17 septembre 2007. Mis en ligne le mercredi 14 février 2007, consulté le 6 août 2009
  12. 7xuo4rrs dans TIGREApparitions incongrues de tigres  sur http://www.le-tigre.net/ , Le Tigre, 13 octobre 2007. Mis en ligne le 15 février 2007, consulté le 6 août 2009
  13.  Franny Syufy, « Roy Horn and the White Tiger [archive] » sur http://cats.about.com/, About.com. Consulté
  14. Pascal Picq et François Savigny, Les tigres, Évreux, Odile Jacob, octobre 2004,  p.
  15.  John Seidensticker, Peter Jackson, Sarah Christie, Riding the tiger: tiger conservation in human-dominated landscapes, Cambridge University Press, 1999,  p. [lire en ligne

 

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Secret de femme-girafe

Posté par othoharmonie le 7 janvier 2012

 

Secret de femme-girafe dans GIRAFE 200px-Kayan_woman_with_neck_ringsLes célèbres femmes girafes appartiennent à plusieurs ethnies africaines. Contrairement à une idée faussement répandue, ce n’est pas le cou qui s’allonge, mais le maxillaire inférieur et la fosse claviculaire qui se déforment sous la pression de la spirale. La première spirale est posée à l’âge de 5 ans sous l’autorité du chaman (qui peut être indifféremment un homme ou une femme), puis remplacée par une plus grande tout les deux ou trois ans jusqu’à atteindre une dimension maximale de 25 cm. 

Ces cultures justifient cette déformation par leur double désir d’embellir leurs femmes et de les protéger contre les morsures des tigres (c’est en effet au coup qu’attaquent, dit-on, ces félins). Sous l’influence des missionnaires chrétiens, une autre explication, assez ridicule, a vu le jour : la spirale, selon eux, constituerait un gage de fidélité. En cas d’adultère, l’homme outragé retirerait la parure, et le coup, sans soutien, s’effondrerait, tuant la coupable ! Outre que cette hypothèse est peu pertinente, car la spirale est changée régulièrement et le coup ne cède jamais, elle est totalement invraisemblable dans une société à forte tradition matrilinéaire !

Si la femme-girafe enlève ses anneaux… elle meure !

Le secret :

 200px-Karen_Padaung_Girl_Portrait dans GIRAFECes conclusions sont le résultat d’une recherche intensive, qui a été faite durant un séjour de  6 mois avec les tribus des « longs cous ». Comme le chercheur parle la langue, nécessaire pour converser avec les femmes girafes, les innombrables conversations, qu’il a tenues avec elles, ont conduit à la compréhension correcte de l’effet que le port du collier a sur leur cou. Toutes les autres informations existantes, dont les origines sont douteuses, ont été ignorées, pour permettre une bonne compréhension du phénomène. Des radios ont été réalisées sur une femme-girafe de 43 ans qui  porte un collier depuis 38 ans. Les radios ont été prises à l’hôpital de Mae Hong Son en la présence du chercheur. Elles ont été étudiées par un chirurgien orthopédique en Belgique pour garantir que la description soit correcte.

 Les images montrent comment les vertèbres et les côtes sont formées chez une femme qui ne porte pas de collier. Puis leur évolution chez une femme-girafe après avoir passé toutes les étapes de croissance. Il est clair que la position des vertèbres reste intacte. De nombreuses personnes disent qu’elles tirent sur les vertèbres pour allonger leur cou, mais c’est impossible. Ceci conduirait à la paralysie  !! La façon de faire paraître le cou plus long est simplement de pousser les côtes vers le bas. Les côtes d’une personne normale croissent généralement presque horizontalement alors que les côtes de la femme girafe penchent vers le bas à presque 45 degrés. La spirale qu’elles portent ne repose pas tant sur les os du cou, comme on le pense souvent,  mais sur les côtes. Leurs côtes sont constamment sous pression, causée par le poids du collier et la tension entre la tête et les épaules. Comme les côtes sont connectées aux vertèbres, elles se développent vers le bas, si bien que la spirale glisse plus bas le long des côtes. A chaque fois que la spirale tombe plus bas sur les épaules, elle devient trop courte et trop large. Donc elle est remplacée par une nouvelle spirale qui est plus lourde et compte plus d’anneaux, pour pousser les côtes vers le bas avec une force renouvelée. C’est la seule déformation qui a lieu et cela ne cause aucun dommage au squelette. Ce n’est pas seulement la pression sur les côtes qui donne l’apparence au cou d’être plus long! 

 La place disponible qui est gagnée en poussant les côtes vers le bas fait qu’il est possible de presser les muscles dans les épaules avec l’aide de la spirale, ce qui donne l’impression que le cou a été allongé.

Quand une femme-girafe enlève sa spirale, les muscles remontent doucement à leur position normale. Il est clair que la longueur supposée disparaît après un certain temps. Par conséquent la longueur de leur cou est seulement une ILLUSION !!!

 Voilà une Vidéo  » Femmes girafes et aux longues oreilles » , ça me semble très étrange , la vie si loin de nous , Tellement étrange , comme ordinaire à la fois !!!

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans GIRAFE | Pas de Commentaires »

Capture de Lions

Posté par othoharmonie le 26 novembre 2011

 

Capture de Lions dans LION 220px-Tsavo_maneatersLes monarques assyriens élevaient des lions au IXe siècle av. J.‑C. et Alexandre le Grand, selon la légende, vivait avec des lions apprivoisés par les Malhi du nord-ouest de l’Inde. Plus tard, les Romains organisateurs des jeux en conservaient. Ainsi des Romains célèbres comme Sylla, Pompée, Jules César, ont ordonné la capture de centaines de lions à la fois[]. Marco Polo rapporte que les princes indiens continuaient à en apprivoiser et que Kublai Khan gardait même des lions à l’intérieur de ses habitations. 

 

William de Malmesbury rapporte lui que des lions ont été conservés en Angleterre, à Woodstock par la volonté d’Henri Ier, le lion étant présent sur les héraldiques anglaises. 

 

Les zoos 

 dans LIONL’espèce est considérée, comme les tigres ou les requins, comme attracteur du public, ils sont donc très présents dans les parcs zoologiques. Aussi les 2000 zoos actuellement existants détiennent environ 1000 lions africains et 100 lions asiatiques dans les années 2000. Ils permettent de sensibiliser le public à l’environnement et à la conservation de ces espèces.

 

 Des programmes d’échange existent depuis longtemps pour diversifier le patrimoine génétique des lions en captivité, cependant ils ne tenaient pas compte des sous-espèces, créant une pollution génétique au sein des populations de diverses origines. Les programmes actuels commencent à en tenir compte et essaient de ne plus reproduire ensemble des lions de sous-espèces différentes. Le Species Survival Plan est une coordination des efforts en ce sens par l’Association américaine des Zoos et des Aquariums. En 1982, des procédures ont été mises en place en Amérique du Nord pour préserver le patrimoine génétique du lion asiatique. Le volet pour les lions africains a débuté lui en 1993, plus particulièrement pour la sous-espèce sud-africaine. La plupart des individus détenus sont cependant d’origine incertaine, ce qui rend leur réintroduction impossible. 

 

La sous-espèce du lion de l’Atlas, la plus spectaculaire car la plus grande, n’est existante qu’à travers d’animaux détenus par des zoos. On peut en apercevoir douze au zoo de Port Lympne dans le Kent, au Royaume-Uni. Ceux-ci descendent tous d’animaux ayant appartenu au roi du Maroc. Onze spécimens, considérés comme des lions de l’Atlas, sont également détenus par le zoo d’Addis-Abeba, un spécimen est identifié au Neuwied Zoo, quelques spécimens au zoo d’Amnéville. La WildLink International, en collaboration avec l’Université d’Oxford, ont lancé un programme international ambitieux d’élevage conservatoire appelé Barbary Lion Project et qui vise à identifier et à reproduire ces lions afin de les réintroduire dans un parc national du Maroc.

s16582

Publié dans LION | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello