• Accueil
  • > Recherche : signification panda chine

Résultats de votre recherche

Rhinocéros et médecine chinoise

Posté par othoharmonie le 4 décembre 2014

 

 

1024px-Rauhohr-Nashorn-drawingRéduite en poudre, la corne du rhinocéros sert à traiter les convulsions, la fièvre et le délire. Elle est également considérée comme un puissant aphrodisiaque. Sa grande popularité a contribué à faire diminuer drastiquement les populations de ces pachydermes dans le monde. Selon le Fond Mondial pour la Nature (WWF), il ne resterait qu’environ 3 100 rhinocéros noirs et 2 800 rhinocéros des 3 espèces asiatiques (de l’Inde, de Java et de Sumatra).

bsolument tout ce qui provient d’un animal est susceptible de se retrouver en médecine traditionnelle asiatique. L’élément est consommé cru, cuit, bouilli, en comprimés ou en infusion, mais il peut aussi être appliqué sous forme de crème ou de gel. Voici quelques exemples d’espèces animales utilisées en médecine traditionnelle :

Une enquête a démontré qu’à eux seuls, 13 des plus gros manufacturiers de produits médicinaux de Chine ont utilisé annuellement plus de 6 000 tonnes d’excréments d’écureuil volant, 25 tonnes d’os de léopard, 1 600 tonnes de serpent ratier, 200 tonnes d’écailles de pangolin, 500 tonnes de scorpion et 6 millions de geckos. L’ennuie, c’est que plusieurs espèces visées par ce commerce sont menacées d’extinction. Par exemple, les braconniers ont réduit les populations d’antilopes Saïga en Asie centrale de plus de 1 million d’individus à moins de 50 000 en seulement 10 ans!

Les os de tigre sont une part importante de la médecine traditionnelle asiatique depuis plusieurs centaines d’années. La liste des différents maux qu’on propose de soulager est impressionnante : à ceux-ci s’ajoute le traitement contre la nervosité, l’anxiété et la possession par le diable! La demande pour ce type de produits est énorme, autant en Chine que dans les communautés asiatiques partout dans le monde. Une enquête de l’organisme TRAFFIC en 1997 a démontré que 43 % des boutiques médicinales des communautés chinoises en Amérique du Nord vendaient des produits à base d’os de tigre. Les tigres étaient plus de 100 000 il y a un siècle, il n’en reste plus qu’environ 6 000 en nature. Malgré l’implantation de fermes d’élevage en Chine (qui abritent près de 5 000 tigres), le rugissement du grand félin rayé pourrait bientôt ne plus être qu’un lointain murmure au cœur des forêts d’Asie.

Bien sûr, certains effets soi disant bénéfiques de ces produits à base d’espèces animales relèvent essentiellement de la croyance et du folklore : il n’y a pas de fondement scientifique à croire que l’on s’approprie la force d’un tigre en consommant sa chair ou que l’on aura plus de succès dans les jeux de la séduction en prenant des comprimés de corne de rhinocéros. Par contre, la science parvient à démontrer l’efficacité thérapeutique de certains de ces « produits miracles ». Il ne faut pas oublier que 25 % des médicaments modernes sont issus de plantes initialement utilisées en médecine traditionnelle. Les compagnies pharmaceutiques parviennent à synthétiser un nombre surprenant d’ingrédients actifs de la médecine traditionnelle asiatique. Par exemple, les Chinois traitent les calculs biliaires avec de la bile d’ours. La médecine occidentale a réussi à synthétiser ce qui semble être l’ingrédient actif, l’acide tauro-ursodésoxycholique, qui a pour effet de dissoudre les calculs biliaires. Fait intéressant, le panda géant ne possède pas cet acide dans sa bile. Il n’est donc pas visé par le commerce de la vésicule biliaire.

Pour plusieurs communautés, en Asie ou ailleurs dans le monde, l’utilisation d’animaux ou de plantes pour des fins médicinales fait partie intégrante de leur culture et de leurs croyances; dès lors, les notions de conservation et de sauvegarde n’ont pas la même signification. Il est important de respecter ces différences culturelles, tout en insistant sur la nécessité de préserver notre biodiversité. Une autre raison poussant les individus à employer des médicaments traditionnels est la difficulté à se procurer des produits synthétisés par la médecine occidentale moderne. Les coûts parfois exorbitants de certains médicaments ont vite fait de décourager ceux qui ont désespérément besoin de se soigner.

Publié dans RHINOCEROS | Pas de Commentaires »

le Panda Roux

Posté par othoharmonie le 27 décembre 2013

220px-Ailurus_fulgens_RoterPanda_LesserPandale petit pandapanda rouxpanda fuligineux ou panda éclatant , est un mammifère originaire de l’Himalaya et de la Chine méridionale.

Le Panda Roux est le seul représentant du genre Ailurus.

Le petit panda est de la taille d’un grand chat : le corps et la queue mesurent de 50 à 65 cm, la queue mesure de 30 à 60 cm. Les mâles pèsent de 3,5 à 6,2 kg et les femelles de 3 à 6 kg.

Le bout des oreilles, les sourcils et les joues sont blancs tandis que le museau et la gueule sont noirs ; une bande brune raye le museau et les joues ; les courtes pattes sont noires et le reste du corps est roux. Sa queue, d’une quarantaine de centimètres, s’orne de neuf bandes blanches et jaunes et finit par une touffe noire. Leurs griffes puissantes leur permettent de descendre des arbres la tête en bas.

À l’instar des pandas géants avec lesquels ils partagent de nombreux territoires, le petit panda a un régime alimentaire principalement végétarien. Ils mangent de grandes quantités de bambous, mais leur régime alimentaire comprend également des fruits, des racines, des glands et du lichen. Au printemps, ils se nourrissent aussi d’œufs et d’oisillons. En captivité, ils consomment aisément de la viande, mais un régime trop carné peut entraîner leur mort.

Leur aire de répartition est vaste : elle couvre à l’ouest certaines parties de l’Himalaya (Népal, Sikkim indien, Bhoutan) et, à l’est, le nord de la Birmanie et les provinces chinoises du Tibet, Sichuan et du Yunnan.

Les petits pandas sont principalement nocturnes. Ils vivent la plupart du temps dans les arbres où ils trouvent leur alimentation. L’espèce a pour prédateur la panthère des neiges.

Vivant en solitaires, les mâles s’aventurent sur le territoire des femelles de mi-mai à mi-juillet pour s’accoupler. Pour attirer la femelle, le mâle pousse des cris puissants.

La gestation dure en moyenne 135 jours et la femelle met en général deux petits au monde mais il peut y en avoir trois ou quatre. À la naissance, les petits ont déjà une fourrure, ne mesurent que 6 cm et ne pèsent que 100 grammes. Ils sont d’abord aveugles et n’ouvrent les yeux qu’au bout de 18 jours. Dépendants, ils ne sortent de la tanière qu’après 90 jours et vivent avec leur mère jusqu’à la période de reproduction suivante. Ils sont sevrés après 5 mois. Ils atteignent leur maturité sexuelle entre 18 et 20 mois.

Son nom occidental provient probablement d’une langue de l’Himalaya, peut-être le népalais, mais sa signification reste incertaine. Selon une théorie, le mot « panda » serait une anglicisation de poonya qui signifie le « mangeur du bambou ». Son nom chinois s’analyse morphologiquement comme « petit ours-chat».

Ce petit animal est parfois appelé firefox en anglais, une traduction de son surnom chinois moins utilisé, littéralement « renard de feu » eu égard à sa couleur.

Le nom scientifique Ailurus est une latinisation du grec ancien ailuros, désignant le chat et signifiant littéralement « balance-queue » (aiol + ouros). Quant à fulgens, il signifie éclatantbrillant (comme un éclair).

Description de cette image, également commentée ci-aprèsL’espèce est désignée en français par divers noms vulgaires : Petit panda, panda éclatant, panda fuligineux, panda rouge, panda roux, etc.

Les sous-espèces sont nommées Petit panda de l’Inde ou Panda fuligineux (Ailurus fulgens fulgens) et Petit panda de Styan (Ailurus fulgens styani), etc.

En anglais : lesser pandared pandacat-bearsmall pandafirefox, etc.

En suédois : liten pandakattbjörnröd panda, etc.

 

Publié dans PANDA | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello