• Accueil
  • > Recherche : signes animaux maya

Résultats de votre recherche

Les Singes et leur symbolisme

Posté par othoharmonie le 3 mai 2015

 

290px-ColubusmonkeyLes singes sont des primates étonnants balançant notre chemin avec des messages de l’intelligence, de l’intensité et de la participation. Avant d’aller plus loin dans symbolique sens de singe, il peut être intéressant de noter à distinguer certaines différences entre les singes et les singes. En général, les singes sont plus petits et ont généralement queues, où singe habituellement leur défaut.  Bien que les deux groupes partagent une forte aptitude sociale et des collectivités fortes, les singes ont tendance à être plus sociaux. Jetez un œil à la signification symbolique de la page gorille pour plus de mieux comprendre le symbolisme des grands singes. 

Le sens Symbolique du singe est souvent traite de dessins animés, et les singes sont dépeints comme des figures malicieuses dans le mythe, la légende et les traditions. En réalité, cela est vrai lorsque l’on observe leur comportement. Pas étonnant que les philosophes et les chercheurs attentifs attribués enjouement et la chicane au singe.  Il est important de noter, cependant, leur hors ratant son coup n’est pas aléatoire. Les singes sont notamment au sujet de qui ils jouent avec. Si le singe est votre totem, vous avez un penchant pour les farces et la ruse de bon cœur. Il suffit de savoir qu’il serait sage de choisir les objets de vos tours à bon escient.  Il y a un temps et un lieu pour la bonne humeur, cela est vrai pour le destinataire de notre jovialité trop. Si le singe vous incitant, de tirer une bonne blague (et si le singe est votre guide, il sera absolument encouragé les manigances), assurez-vous que votre humour est bien conçu, et le poids de votre blague prendra votre sens car il est destiné.  Dans leurs habitats sociaux, les singes présentent des profondeurs incroyables de compassion, de compréhension et de collage. Le toilettage est une activité importante pour les singes et ils vont passer suffisamment de temps à nettoyer la fourrure et la peau des autres. C’est une façon de se rapprocher de membres de la famille, c’est aussi une forme de protection – une expression de compassion.

C’est une excellente imagerie pour la famille et le soutien. Si le singe se balançant dans votre conscience, il pourrait être un signe pour le toilettage de vos proches. Peut-être pas dans un sens physique, mais certainement regarder pour vos proches, offrant des signes tangibles d’encouragement pour eux, et laisser vos potes que vous les aimez et qui sont là pour donner votre appui.

Les singes peuvent être très forts et avoir des expressions faciales très intéressantes. En fait, le singe hurleur peut être entendu de miles de distance et est considéré comme l’un des animaux les plus forts. Leur communication est complexe et de nature sociale. Si votre animal totem comprendre l’interaction entre une troupe de singes, pensez à votre propre position au sein de votre structure sociale.  Le singe n’est pas timide et vous ne devriez pas l’être ! Le singe nous demande de contempler ce que nous disons, comment nous le dire. En d’autres termes, prendre un moment pour examiner objectivement la façon dont vous vous présentez aux autres et au monde.  En outre, le singe vous aidera à donner une présence de l’audace, de l’audace et de confiance. Ces créatures ne sont pas timides, et peuvent souvent être très agressif dans la transmission de leur position. Donc, si vous êtes mal, à l’aise, debout pour vous-même, de méditer sur le singe. Cela permettra au singe pour impressionner son audace sur vous.  En outre, quand il s’agit d’interactions avec d’autres animaux, le singe peut être erratique, menaçant, et provocateur. Cela démontre une attitude défensive et la réactivité. Les singes peuvent représenter à la fois le changement et la résistance au changement.

Ce sont des messages importants à récupérer à partir de singe énergie. Si le singe est votre totem, être au courant de ces penchants pour l’agressivité, manque de souplesse dans le comportement et la tendance à employer des mécanismes de défense lorsque votre autorité est contestée.

Les singes, leurs symbolismes

Les Singes et leur symbolisme dans SINGE 170px-Mantelaffe-mit-Baby-Zoo-MuensterHonorer
Instinct
Communauté
Dominion
Célérité
Distance
Mobilité
Protection
Bonne chance
Enjouement
Agression
Intelligence
Énergie / Action
Sérieux
La nature sauvage

La queue du singe est un facteur important dans singe symbolique signifiant aussi. Il peut être aussi long que 3 pieds, aide à équilibrer, balancer, et accroché sur les arbres. Lorsque les fluctuations de singe dans les branches de notre propre vie, c’est un bon moment pour jeter un œil à notre vie en termes d’équilibre.  Répondons-nous à nos besoins les plus primaires avec sérénité ? Physique, émotionnel, spirituel, mental – ces domaines de notre vie sont essentiels pour l’équilibre et le singe vont-nous aider à obtenir un meilleur contrôle de trouver l’équilibre dans ces domaines.  La queue du singe parle aussi de la connexion et la mobilité. Émotionnellement, ce totem animal nous encourage à embrasser les peurs et les doutes inconnus que nous avons tous. Ceux-ci peuvent être profondément épépiné et difficile à aborder, mais nous devons aider. Le singe aide à se connecter à notre propre authenticité, et cela nous donne la mobilité pour sortir des pièges de la peur et le doute.

Dans le zodiaque chinois :

Description de cette image, également commentée ci-aprèsLe singe représente polyvalence, le mouvement et l’activité. Si vous êtes un signe de singe dans le zodiaque chinois, vous êtes très probablement à l’esprit vif, et un faste penseur. Vous faites des évaluations rapides, et vous pouvez généralement obtenir des résultats à une vitesse remarquable. Vous êtes agile dans le mouvement et l’esprit, cela vous prend de l’avance dans la vie. L’indien dieu hindou Hanuman est associé avec le singe. Il est vénéré comme une divinité protectrice et une incarnation de la force. La simple mention de son nom est dite à dissiper et enlever la négativité.

Chez les Mayas :

Le singe a tenu une place de grand honneur. Il a été considéré comme une causeuse langue d’argent – ce qui signifie, un grand orateur – celui qui peut parler avec grâce et persuasion. Le Maya est aussi vénéré le singe en tant qu’artiste. Dans les deux cas, le singe dans l’idéologie maya renforce l’idée d’empressement dans l’expression et la productivité créative intense.

ISSU du SITE : http://eloviawp-live.nth.ch/le-singe-signification-symbolique-2/

Publié dans SINGE | Pas de Commentaires »

Le singe sacré et l’homme

Posté par othoharmonie le 1 mai 2015

 

290px-Trachypithecus-geei-croppedEn Inde, les singes sacrés bénéficient d’une situation privilégiée, puisqu’ils y sont vénérés. Mais d’autres colobinés sont chassés pour leur viande, pour leur fourrure ou pour approvisionner la pharmacopée traditionnelle. Tous souffrent de la disparition accélérée de leurs forêts tropicales.

Comme beaucoup d’espèces, le singe sacré possède de nombreux noms vernaculaires ou très savants, selon les sources. En hindi, il se nomme hanuman, ou langur. Ce dernier nom est, d’ailleurs, parfois attribué très largement à toutes les espèces asiatiques de la sous-famille des colobinés. Les scientifiques, quant à eux, appellent parfois semnopithèques (du grec semnos, vénérable, et pithecos, singe) l’entelle commun ainsi que tous les représentants des genres Semonopithecus, Presbytis et Trachypithecus. Chez les Anglais, ces mêmes espèces de singes portent le nom éloquent de « mangeurs de feuilles » ou « singes des feuilles » (leaf monkeys). Le terme d’entelle vient pour sa part du grec et signifie « celui qui commande » ; c’était le nom d’un héros de l’Antiquité, guerrier troyen que chanta Virgile dans le livre V de l’Enéide.

La mythologie indienne fait de l’entelle le descendant du dieu-singe Hanuman. La célèbre épopée indienne du Ramayana raconte l’intervention d’Hanuman et de son peuple singe pour aider le prince Rama (incarnation de Vishnou) à libérer sa femme Sita, prisonnière de Ravana, le roi des démons, qui la retient captive à Lanka, une ville au-delà des mers. Pour ce faire, les singes ramassent des arbres et des rochers et les transportent jusqu’à la grève. En cinq jours, ils réussissent ainsi à construire un gigantesque pont sur l’océan, qu’ils empruntent avec Rama pour aller affronter victorieusement le roi des démons à la terrible bataille de Lanka. Cette tradition se retrouve à travers toute l’Inde et dans le Sud-Est asiatique, même loin de l’aire de répartition actuelle du singe sacré. Le combat de Rama et des singes contre le démon figure sur des bas-reliefs de nombreux temples, sur celui d’Angkor Vat, au Cambodge, et sur celui de Prambanan, à Java, en Indonésie, par exemple, de même qu’il est repris à Bali comme thème de danses.

Une autre légende explique la coloration contrastée du singe sacré. On raconte que c’est lui qui introduisit la mangue en Inde, après l’avoir volée à Lanka. Condamné au bûcher pour ce larcin mais s’étant échappé, il en a gardé la face, les mains et les pieds tout noirs.

Dans la littérature contemporaine, Rudyard Kipling fait de ces singes des héros du Livre de la jungle. On raconte aussi que le meilleur confiseur de Simla, ayant préparé un magnifique gâteau de noces, l’avait enfermé, en attendant le repas, dans une pièce dont la fenêtre était restée ouverte, face à la montagne. Quand on vint chercher le gâteau, les entelles faisaient la chaîne pour le sortir, morceau par morceau. Les miettes blanchirent le flanc de la montagne.

On dit encore que, pour jouer un très mauvais tour à son voisin, il suffit de jeter une poignée de grains sur son toit à l’époque de la mousson. Dès que les entelles ont repéré les grains, ils viennent les ramasser, n’hésitant pas à retourner et à jeter les tuiles pour ne rien laisser perdre.

En Inde, les entelles bénéficient du respect de la population hindoue et vivent dans l’enceinte des temples, où ils sont protégés et nourris. Mais, parfois, ils deviennent si familiers avec les hommes qu’ils n’hésitent pas à s’approcher des maisons pour y voler quelque chose ou pour piller les jardins et les récoltes. On raconte qu’au début du xxesiècle, une bande de singes qui avaient été transportés par charrette loin de l’endroit où ils étaient devenus indésirables étaient revenus tranquillement, en suivant à pied la charrette tout le long du chemin de retour !

 Description de cette image, également commentée ci-après

Les colobes africains ont vécu une époque très difficile au début du xxe siècle, lorsque la fourrure de colobe guéréza fit fureur en Europe. En fait, cette mode avait commencé dès la fin du xixe siècle, et ce sont des dizaines de milliers de peaux de colobes noir et blanc qui ont été exportées tous les ans pendant cette trop longue période. La fourrure servait de doublure pour des pelisses ou était utilisée pour confectionner de petits tapis.

Aujourd’hui, la chasse commerciale pour la fourrure a pratiquement cessé en Afrique, et les colobes guérézas sont, heureusement, passés de mode. Mais il y existe toujours une chasse locale, qui semble avoir un effet non négligeable dans l’ouest de l’aire de répartition de l’espèce.

Mais le colobe guéréza, comme les autres colobes, souffre aujourd’hui essentiellement de la disparition de son habitat (déforestation pour l’exploitation du bois, expansion des terres cultivées…).

Dans la forêt de Kyasanur

Dans la région de Mysore, au sud de l’Inde, les entelles et le macaque bonnet jouent un rôle important dans le cycle d’une maladie qui a commencé à faire parler d’elle en 1957. Dans la forêt de Kyasanur, ces singes, ainsi que de nombreux autres vertébrés, sauvages ou non (le bétail est lui aussi touché), peuvent être atteints par le virus de la maladie de la forêt de Kyasanur (genre Flavivirus). Ce virus, un arbovirus (pour Arthropode Born Virus, virus transmis par des arthropodes piqueurs comme les moustiques et les tiques) transmis par des tiques Haemaphysalis, provoque une fièvre hémorragique potentiellement mortelle chez les singes.

L’homme peut être touché par la maladie de la forêt de Kyasanur, mais il est un hôte occasionnel. Cependant, il a provoqué de façon indirecte, par son activité, une augmentation considérable de la prévalence de la maladie chez les animaux. Dans les années précédant la reconnaissance de cette maladie chez l’homme, la population a pratiquement doublé autour de la forêt. Les villageois ont déboisé de grandes surfaces et ont mené leurs bovins pâturer dans le sous-bois. Les zones déboisées ont été rapidement envahies par une plante d’origine américaine, la corbeille d’or, Lantana sp., qui pousse en fourrés denses, favorables à la prolifération de petits mammifères (musaraignes, rongeurs, etc.). La population de tiques vivant dans la région sur les petits mammifères et les bovins s’est donc fortement accrue. Les entelles et les macaques, descendant volontiers à terre, sont piqués par les tiques et contractent la maladie. Les mêmes tiques piquent également les forestiers, les ramasseurs de bois, les bergers. L’infection chez l’homme s’accompagne rarement des signes cliniques qui permettent de la déceler : fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, perte d’appétit et de sommeil. La convalescence est longue et la mortalité atteint 5 % des cas cliniques. Les méthodes de prévention consistent à surveiller l’état de santé des populations d’entelles pour suivre le développement du virus et à encourager le port de vêtements protecteurs contre les piqûres de tiques par les personnes qui vont en forêt. Il existe un vaccin.

Mesures de protection

Les populations d’entelles sont toutes en déclin. L’entelle le plus menacé est Semnopithecus ajax, du nord-ouest de l’Inde ; ses effectifs sont estimés (2003) à moins de 500 individus, dont 250 adultes. Semnopithecus hypoleucos du sud-ouest de l’Inde est vulnérable, tandis que Semnopithecus priam, du sud de l’Inde et du Sri Lanka, et Semnopithecus hector, du nord de l’Inde, du Bhoutan et du Népal, sont quasi-menacés. Ces espèces souffrent de la déforestation intensive.

Le langur du Nilgiri, Trachypithecus johnii, dans l’ouest du massif des Ghats (sud-ouest de l’Inde), souffre de la fragmentation et de la disparition de son habitat, ainsi que de la chasse (sa peau est utilisée pour la fabrication de percussions, sa chair est consommée et sert en médecine traditionnelle – la pression exercée par celle-ci sur l’espèce diminue toutefois, résultat de campagnes de protection impliquant les communautés locales).

Plus à l’est, des pays tels que le Viêt Nam, aidés par des organismes internationaux comme l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), mettent en place des programmes de protection. Ce pays héberge plus de quinze espèces de primates, dont huit colobinés : un rhinopithèque ou singe doré, les trois espèces de doucs et quatre espèces du genre Trachypithecus. Mais les espèces sauvages du pays doivent faire face à une déforestation dramatique : en 1944, la forêt recouvrait encore 43 % du pays ; en 1993, elle ne représentait plus que 20 % de sa surface, voire moins. Parallèlement, la population humaine a considérablement augmenté. C’est dire la menace qui pèse sur les espèces sauvages en général, et les singes en particulier. Malgré cela, il existe au Viêt Nam une stratégie nationale de leur conservation.

En Chine, les projets de protection sont maintenant nombreux, et heureusement, car les singes y ont longtemps été chassés pour de prétendues propriétés médicinales, fort prisées dans la pharmacopée traditionnelle locale. Au sud du pays, la forêt tropicale humide de la province du Yunnan et la forêt subtropicale du Guangxi hébergent encore de nombreux primates, dont des entelles comme le langur de François,Trachypithecus francoisi (entre 1 400 et 1 650 individus sur son aire de répartition chinoise) et Trachypithecus phayrei. En-dehors de cette zones, les programmes les plus importants concernent les rhinopithèques ou singes dorés. La réserve de Fanjingshan abrite le rarissime et très menacé Rhinopithecus brelichi, dont ne subsistent qu’environ 750 individus (estimation 2005).

Rhinopithecus roxellana, le rhinopithèque de Roxellane, et Rhinopithecus bieti bénéficient de l’existence de plusieurs réserves sur leur aire de répartition. Parallèlement à la protection des habitats, indispensable pour la survie des écosystèmes, Rhinopithecus bieti fait l’objet d’un programme de reproduction en captivité.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsUn autre colobiné menacé est le nasique, Nasalis larvatus, endémique de l’île de Bornéo. Il est présent sur l’ensemble des entités politiques de l’île : le petit État de Brunei, les provinces malaises de Sabah et de Sarawak, les provinces indonésiennes de Kalimantan Timur, Kalimantan Tengah, Kalimantan Barat et Kalimantan Selatan. Dans la partie malaise, la quasi-totalité de la population de nasiques se trouve dans la province de Sarawak, et n’atteint pas 1 000 individus. Les nasiques sont plus nombreux dans la partie indonésienne. Sur toute l’île, les populations de nasiques décroissent et sont maintenant totalement isolées les unes des autres.

À l’échelle internationale, les colobinés sont protégés par la Convention de Washington (Cites) qui réglemente le commerce des espèces sauvages menacées ; ils y sont, selon les espèces, inscrits en Annexe I (toute chasse ou capture interdite) ou en Annexe II (prélèvements réglementés).

Publié dans SINGE | Pas de Commentaires »

Signe Écureuil

Posté par othoharmonie le 18 octobre 2011

Horoscope Maya

Signe Écureuil dans ECUREUILLes Écureuils sont les animaux qui privilégient le plus le dialogue. Ils n’ont pas la langue dans leur poche non plus. Donc, si vous voulez confier un secret, ne le faites pas auprès d’un Écureuil. Ce défaut ne les rend pas asociale pour autant. Ils adorent communiquer et échanger des idées dans tous les domaines. Ils savent convaincre aussi et ont une espèce de truc qui attire les gens. 

Ils sont polyvalents et n’aiment pas la routine. Ils veulent s’occuper le plus possible. C’est pour ça qu’on a du mal à les suivre. Cela ne veut pas dire qu’ils soient instables. Mais il n’ont guère le temps de se reposer.
L’écureuil se fait des amis facilement. En effet, il s’entendra très bien avec la Chouette et il affectionne aussi le Faucon

Du 30 mai au 26 juin: la femme Ecureuil  

 

Caractère 

Par dessus tout, la femme écureuil aime être une femme. C’est l’un des signes les plus féminins du zodiaque maya, avec tout ce que cela implique. C’est une maîtresse de maison accomplie, une femme-orchestre : elle s’occupe d’emmener les enfants à l’école, des vaccins du chien, de la teinturerie, de la liste mensuelle du supermarché, du courrier, des cartes de vœux, des anniversaires à fêter… Si on lui demande comment elle fait, elle-même ne saura pas répondre. Pendant que les autres y réfléchissent, elle le fait.

RTEmagicC_bebe_animaux dans ECUREUILC’est une sorte de femme bionique qui a le don d’ubiquité et connaît les dernières nouvelles avant tout le monde.

Elle a un très grand talent d’actrice et même si elle ne fait pas carrière devant les caméras, elle joue dans la vie quotidienne. Pour elle la vie est une grande comédie dont elle est le personnage principal: elle vit intensément son rôle et aura des milliers d’anecdotes à raconter à ses petits-enfants. 

Affinités amoureuses 

 

 LA CHOUETTE (18 octobre – 14 novembre) pour qui elle n’a pas de secrets
LE FAUCON (7 février – 6 mars) dont elle partage la façon bien spéciale de voir la vie

Barre oeil sourire

Publié dans ECUREUIL | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello