• Accueil
  • > Recherche : sculpture fer escargot

Résultats de votre recherche

Hésiode de l’Escargot

Posté par othoharmonie le 7 juillet 2012


Nous n’allons pas dire grand chose sur Hésiode parce que personne n’en sait grand chose.

Pour preuve, ce qui en est dit dans l’Encyclopedie Encarta :

  »Hésiode (VIIIe-VIIe siècle av. J.-C.), poète grec qui occupe une place particulière dans la littérature grecque pour ses préceptes moraux et pour son éloge de la paix et du labeur. Le nom d’Hésiode est souvent associé à celui d’Homère, dont il avait été le contemporain. Les deux poètes s’opposent dans leur art, car, si Homère est le chantre des guerriers et des héros, Hésiode chante la paix et les paysans. Hésiode est né à Ascra, en Béotie. Après la mort de son père il s’installa à Naupaktos, où il gardait des moutons et menait une vie de paysan. À part ce que son œuvre révèle de sa vie, on connaît peu de chose sur Hésiode…. »

 Hésiode de l'Escargot dans ESCARGOT 220px-Cornusalat

et ce qui en est dit par Imago Mundi :

 « Hésiode : célèbre poète didactique grec, originaire de Cumes en Eolie, naquit ou du moins vécut dans le bourg d’Ascra en Béotie, d’où il est nommé Ascræus pœta. On croit, sur l’autorité d’Hérodote, qu’il était contemporain d’Homère, et vivait au commencement du IXe siècle av. J.-C.; les Alexandrins le placent plus d’un siècle après Homère; du reste on ne sait rien de certain sur sa vie.« 

 Pour preuve aussi le visage qu’on lui prête : une copie romaine qu’on trouve au musée national archéologique d’Athènes et, à droite, une sculpture de l’institut archéologique de l’université de Göttingen.

 Mais, ce qu’on sait, c’est qu’il est l’auteur de Les travaux et les jours et, peut-être, d’une Théogonie.

LES TRAVAUX ET LES JOURS (on peut consulter le texte complet ici)

 Nous allons nous intéresser essentiellement aux troisième et quatrième parties du texte d’Hésiode Les travaux et les jours qui donnent leur nom au poème. Ce dernier ayant certainement été écrit au VII ème av. J.-C., nous aurons ainsi une idée des calendriers de l’époque. Époque baptisée orientalisante ou haut archaïsme par les historiens.

 Si nous devions définir rapidement cette partie du poème, nous dirions qu’il s’agit d’un « agenda agricole » ou, plus précisément d’un parapegme dont voici la partie qui nous intéresse ici.

 

ANIMAUX ET PLANTES

Grue (448) Observe chaque année le temps où tu entendras les cris de la grue retentir du haut des nuages
Coucou (487) Dés que le coucou chante dans le feuillage du chêne…
Hirondelles (568) Bientôt après, la fille de Pandion, la plaintive hirondelle reparaît le matin aux yeux des hommes…
Escargots (572) …le limaçon, fuyant les Pléiades, grimpe de la terre sur les plantes…
Chardon (583) Lorsque le chardon fleurit, lorsque la cigale harmonieuse, assise au sommet d’un arbre, fait entendre sa douce voix en agitant ses ailes…
Figuier (678) lorsque l’homme voit bourgeonner à la cime du figuier des premières feuilles aussi peu sensibles…

 

Les ETOILES :

Pléiades
(lever et coucher héliaque)
(383-384) Commence la moisson quand les Pléiades, filles d’Atlas, se lèvent dans les cieux, et le labourage quand elles disparaissent ; elles demeurent cachées quarante jours et quarante nuits, et se montrent de nouveau lorsque l’année est révolue, à l’époque où s’aiguise le tranchant du fer.
Sirius (416) …l’astre du Sirius roule moins longtemps pendant le jour sur la tête des malheureux mortels et prolonge davantage sa course nocturne…
Arcturus (565) …, l’étoile Arcture, abandonnant les flots sacrés de l’Océan, se lève et brille la première à l’entrée de la nuit.
Orion
(lever héliaque)
(599) Dès que l’impétueux Orion commencera à paraître…
Orius, Sirius (au méridien)
Arcturus (lever héliaque)
(609) …Lorsque Orion et Sirius seront parvenus jusqu’au milieu du ciel, et que l’Aurore aux doigts de rose contemplera Arcture,
Pléiades, Hyades, Orion
(coucher héliaque)
(615) Quand les Pléiades, les Hyades et l’impétueux Orion auront disparu…
Pléiades, Orion
(coucher héliaque)
(618) Redoute l’époque où les Pléiades, fuyant l’impétueux Orion, se plongent dans le sombre Océan…

 

Consulter l’intégralité des textes ici http://www.louisg.net/E_calendrier_hesiode.htm

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaires »

Le Pape des escargots

Posté par othoharmonie le 30 juin 2012

Par Henri Vincenot

Le Pape des escargots dans ESCARGOTBon là j’étais un peu vendu d’avance à ce livre. D’abord parce que le recueil de romans dans lequel figure le pape des escargots m’a été offert par mes parents. Et aussi parce que ça faisait un moment que je m’étais promis de m’intéresser à Henri Vincenot, le chantre de la Bourgogne, ma région natale.

Gilbert vit comme un ermite dans sa ferme appelée la Rouéchotte. Négligeant les travaux de la ferme et oubliant de se nourrir, il passe son temps à sculpter alors que sa famille est toute entière tournée vers les travaux des vendanges. Son occupation est considérée comme une lubie par tous, sauf par la Gazette, un vieil original errant qui voit en Gilbert la réincarnation des bâtisseurs bourguignons d’antan qui ont œuvrés à la construction des plus belles églises romanes. Le talent de Gilbert est remarqué fortuitement par le propriétaire d’une galerie d’art parisienne qui, grâce à ses nombreux contacts dans le milieu de l’art moderne, lui propose de l’envoyer à Paris tous frais payés pour suivre des cours dans une école d’art. Gilbert le Bourguignon va donc prendre la route de Paris.

Le pape des escargots est un livre très riche. Les thèmes dont il est question sont très nombreux.

Commençons d’abord avec la Bourgogne. Il est évident que Henri Vincenot est un amoureux fou de sa région, la terre des Eduens et des Burgondes. Ça se sent à chaque ligne, à chaque description de ses personnages, des paysages et des bâtiments. La langue est joyeuse. J’ai pris plaisir à lire certains mots que je n’avais qu’entendu jusque-là. Des beaux mots comme revorcher, reveuiller, beuzenot, pangnat, traignas, treuffes etc. D’ailleurs je me suis dit que j’avais encore quelques progrès à faire pour comprendre vraiment le patois bourguignon. Le texte est en truffé et on peut buter dessus si on ne connaît pas ces mots. Mais ça m’avait fait la même chose avec le français d’Acadie dans Pélagie la charrette sans pour autant m’empêcher de l’apprécier. Toujours au rayon des mots, on notera le vocabulaire du domaine de l’architecture, de la sculpture, de l’artisanat et de la bonne nourriture.

Les personnages sont plutôt colorés, et c’est un euphémisme dans le cas de La Gazette, sorte de prédicateur errant, mémoire vivante de la vie bourguignonne, des traditions ancestrales, de l’architecture et des Compagnons du Devoir. Les exégètes d’Henri Vincenot pourraient facilement consacrer une longue étude à propos de ce personnage, qui est en fait le véritable héros du roman. Le pape des escargots c’est lui.

Je ne m’attendais pas du tout à ce que ce livre parle de religion. En fait ça parle beaucoup plus de spiritualité que de religion. La Gazette expose l’intégration des coutumes laïques et druidiques dans le christianisme. Henri Vincenot n’a pas attendu le Code Da Vinci pour mêler christianisme, panthéisme et paganisme.

 Escargot des bois (Cepaea nemoralis)Mais le thème central de ce livre est la vie en Bourgogne, le terroir diront certains. C’est un mode de vie et un monde que je n’ai pas connus, mes parents un peu et mes grands-parents sans doute un peu plus. C’est une culture qui disparaît petit à petit malheureusement. Vincenot a manifestement une dent contre la ville, lieu de perdition par opposition à la campagne où on respecte les vraies choses. On frôle parfois la caricature en ce qui concerne le contraste entre la vie dans la Bourgogne profonde et le mode de vie urbain mais ça reste crédible. Vincenot a lui-même expérimenté les deux modes de vie : né et élevé en Bourgogne, il a passé de nombreuses années à Paris. On peut donc lui accorder un certain crédit sur le sujet. Et puis comme tout écrivain, il force le trait pour passer son message. J’aime bien aussi la sensibilité écologique de l’auteur. Écrit dans les années 70, ce livre aborde déjà le sujet de la pollution des nappes phréatiques, du manque d’eau en été, de l’utilisation intensive des engrais dans l’agriculture… Ces sujets sont malheureusement toujours d’actualité.

Le pape des escargots, c’est aussi l’histoire des déracinés, comme Vincenot lui-même. C’est la description des individus qui quittent leur région pour la ville, que ce soit Dijon ou Paris. Avec la distance on a tendance à se couper de ses racines. C’est ce qui arrive à Gilbert de la Rouéchotte mais il finit par se retrouver. Il ressort grandi de son expérience d’expatrié.

En guise de conclusion, voilà une lecture très agréable, je garde les autres romans du recueil sous la main.

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaires »

Escargot Turc

Posté par othoharmonie le 17 juin 2012


Helix lucorum, dit aussi escargot turc, est une espèce d’escargots originaire des Balkans ou de Turquie.

 Helix lucorum Cette espèce vit principalement en altitudes moyennes et basses exceptionnellement à des endroits élevés (jusqu’à 1600 m). Est présente surtout en biotopes arborés d’arbustes à larges feuilles mûris ou de cèdres, et en berges, se retrouve communément même le long des haies en marges de lieux cultivés, dans les creux de murets et de murs rocheux.

 Elle est souvent vendue, à tort, comme escargot de Bourgogne mais on peut la différencier grâce à ses rayures dans le sens longitudinal de la coquille. L’escargot de Bourgogne a lui des rayures perpendiculaires à la coquille.

 L’escargot turc est un gastéropode pulmoné de grandes dimensions (35 à 40 mm), à coquille globuleuse et épaisse.

 La spire est brève et déprimée avec rapport hauteur/diamètre inférieur à 1.

 L’ombilic est généralement oblitéré ou presque entièrement couvert d’un épais et calleux revers columellaire du péristome. L’ouverture large a une forme d’ovale à ronde, en vision latérale elle apparaît oblique. Le péristome est interrompu, visiblement renforcé à l’intérieur et plus ou moins réfléchi. La superficie est souvent luisante. Des arrêts de croissance produisent des traits axiaux brun intense ; la sculpture est faite de stries d’axiales obliques et inégales. La coloration blanche de fond est généralement limitée à la bande suturale, à une manchette posée sur l’arrière de l’ultime tour et à une demi-lune péri-ombilicale ; les vastes bandes brunes contrastent nettement avec les parties claires. L’intensité très variable des bandes qui peuvent aller d’un marron orangé à un marron très sombre, presque noir. La coloration de la callosité du bord columellaire s’étend intérieurement en une vaste tache brun-châtain ou brun intense, une analogue coloration correspond à l’épaississement calleux de l’arc labial. Ils existent, de toute façon, des variantes aux caractéristiques typiques : coloration moins contrastée, double bande blanche sub-suturale, spire élevée, coquille légère.

 L’animal a un pied vaste de couleur gris-verdâtre à marron, parfois peuvent être présentes deux bandes plus sombres qui de la partie dorsale antérieure arrivent jusqu’à moitié de la longueur du corps.

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello