• Accueil
  • > Recherche : rever singes

Résultats de votre recherche

Le Roi des singes

Posté par othoharmonie le 17 mai 2015

Le roi des singes s’est empare d’une arme magique, « la règle a dompter les flots ». Un complot s’ourdit contre lui et il est fait prisonnier. Seulement, il est immortel et personne ne peut rien contre lui. Ce dessin anime fut interdit en Chine pendant la révolution culturelle car l’empereur céleste et despote ressemblait, d’après les gardes rouges, par trop au président Mao.

La Montagne des Fleurs et des Fruits est depuis longtemps régie par Sun Wu-Kong, le célèbre Roi des Singes. Alors qu’il assiste à l’entraînement intensif de ses soldats, il se prend à rêver de posséder l’arme la plus terrifiante qui puisse exister, lui conférant ainsi un pouvoir absolu, bien au-delà de son royaume. Mais ne trouvant pas cet instrument de combat sur ses terres, Sun Wu-Kong décide de se rendre chez le Roi Dragon. Commence alors pour le monarque audacieux un périple semé d’embûches mais aussi de surprenantes rencontres…

Image de prévisualisation YouTube

LE ROI SINGE est une figure héroïque chinoise issue de la littérature. A la base, c’est l’histoire vraie d’un moine qui part chercher des écrits religieux et auquel la légende aura ajouté un grand nombre de péripéties fantaisistes, jusqu’à aboutir au seizième siècle à l’écriture du VOYAGE EN OCCIDENT. L’ouvrage fait la part belle au merveilleux puisqu’il ajoute des compagnons de route au moine, dont un singe condamné à le suivre pour réparer ses fautes. Bien vite, c’est le personnage du Roi Singe qui devient le plus populaire et il finit par devenir un héros d’opéra ou de dessin animé. Il existe même des séries télévisées, dont une japonaise, avec de véritables acteurs contant les aventures du Roi Singe. Dernièrement, Hallmark s’est même approprié la légende pour l’occidentaliser à sa façon dans une mini-série américaine du nom de MONKEY KING.

roi1Déjà bien déformée par rapport à la réalité historique, par l’ajout successif d’éléments fantastiques, LE ROI SINGE version cinéma réalisé par Jeff Lau va encore plus loin ! Film en deux parties diffusé dans les salles chinoises à quelques semaines d’intervalle, il est impossible de voir l’un sans regarder l’autre. Et pour cause, le premier film se termine de façon abrupte, laissant son personnage principal dans une situation non résolue alors qu’une poignée d’images du second film nous sont proposées. Heureusement, HK Vidéo n’a pas commercialisé les films à l’unité comme c’est le cas en Chine. Ils ont été ainsi tous les deux regroupés sous un titre commun : LE ROI SINGE. Un choix évident et salutaire !

Pas vraiment fidèle au livre d’origine, LE ROI SINGE est avant tout un véhicule pour Stephen Chow qui peut incarner un personnage mythique en Asie et déjà bien moins connu dans nos contrées. HK Vidéo exagère d’ailleurs un peu en exprimant l’idée que LE ROI SINGE a été créé par l’équipe de SHAOLIN SOCCER. En dehors du casting,Stephen Chow et Ng Man Tat, il n’y a pas de lien avéré avec ce dernier film. Une mention assez étonnante qui s’expliquera par des considérations marketing.

Publié dans SINGE | Pas de Commentaires »

REVER DE SINGES

Posté par othoharmonie le 9 mai 2015

 

Primates_-_some_familiesLe singe symbolise les comportements caricaturaux des humains. Le singe, c’est celui qui imite. Un rêve où des singes sont présents est révélateur d’une immaturité, de comportements enfantins voulant imiter ceux des adultes. Mais bien souvent, ces comportements peuvent être négatifs parce qu’ils sont inadaptés à la personnalité.

Le singe représente un stade infantile, voire primitif de la conscience, celle qui reste sujette à la distraction, à l’insatiété, sans capacité réelle de concentration.

Les rêves de singes sont souvent des avertissements. Ils montrent que nos comportements sont parfois assez éloignés d’une évolution que nous revendiquons, celle d’hommes conscients. Le singe symbolise une partie de la personnalité qui manque de discipline. Voir gorille.

D’une façon plus positive, l’imitation peut-être le signe d’une précocité, surtout si elle est parfaite. On peut être malin comme un singe. La phase d’imitation est importante dans la construction du psychisme de l’enfant.

EN POSITIF : malignité, capacité de reproduction.

EN NEGATIF :  Manque de réflexion, envie, évolution inachevée, imitation primaire, comportements caricaturaux et infantiles, indiscipline. 

REVER DE GORILLE

Primate, ancêtre ou cousin de l’homme, puissant et sauvage, le gorille pourrait symboliser un aspect sauvage de la personnalité, une force terrible et dangereuse. Ce serait un aspect archaïque, non soumis à la raison, une nature masculine impulsive et agressive.

Les rêves de gorilles sont l’expression de cette nature qui remonte à la surface quand elle est refoulée. Un garçon au comportement trop doux, trop policé peut être sujet à ce type de rêve.

Le gorille est l’expression d’une force virile latente et naturelle qu’il faut apprendre à reconnaître, qui ne doit pas être perçue comme une tendance négative. Cette nature et cette force sont dangereuses quand elles sont acculées, menacées.

Contrairement à l’idée que l’on peut s’en faire, le gorille n’est pas sauvage, ni obsédé sexuellement ; si la structure du clan est encore celle du mâle dominant, c’est la vie en société qui est privilégiée plutôt que les échanges anarchiques et pulsionnels.

Le gorille est une des rares représentations animalières de l’homme.

Instinct, sexualité et virilité refoulées, absence de désir.

 

Description de cette image, également commentée ci-aprèsREVER DE SINGE GEANT 

Ce singe géant est une représentation du désir gigantesque de l’enfant, de sa toute-puissance ou de l’impuissance de l’adulte. Ici, le désir est tellement énorme qu’il ne peut trouver de support à son expression. Il y a une disproportion entre les sexes (image de la femme poupée entre les mains géantes du désirant). C’est pourtant le contraire en réalité. La taille fantasmagorique que se donne le rêveur est inversement proportionnelle à la taille de son pénis ou plutôt, à l’idée qu’il se fait de sa puissance au travers de son phallus.

 

Publié dans SINGE | Pas de Commentaires »

UNE VIE DE SINGE

Posté par othoharmonie le 26 avril 2015

 

 220px-Pongo_pygmaeus_(orangutang)

 

« Au premier coup d’œil, on pourrait penser que les singes ont à peu près tous les mêmes habitudes, les mêmes occupations : manger, dormir, s’épouiller, se quereller à tout propos. Mais à y regarder de plus près, on découvre de subtiles différences entre les espèces, fussent-elles a priori très proches. Différences de mode de vie, différences de relations sociales, différences dans les habitudes alimentaires aussi bien que dans la vie sexuelle. C’est le propos de  ce documentaire qui suit, dans leurs activités ordinaires, quatre familles de primates : les babouins du Kenya, les magots au Maroc, les macaques du Japon et les orangs-outans de Bornéo. Il se propose de nous raconter leurs vies par le truchements de petites histoires enchâssées dans la grande histoire des singes. » ( SOURCE ARTE)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Documentaire animaux sauvages en entier

Dans les mythologies et les cosmogonies, le Singe occupe une place toute particulière et nombre de ses aspects symboliques sont récurrents d’une culture à l’autre. Dans la Roue de l’existence tibétaine, il symbolise la Conscience versatile, celle qui, liée au monde sensible, se disperse d’un objet à l’autre. Réputé être l’ancêtre des Tibétains, qui le considèrent comme un Bodhisattva, il est selon Si-Yeou-Ki, le fils du Ciel et de la Terre. Il accompagne donc Hiun-Tsang dans son voyage à la recherche des Livres saints du Bouddhisme. Il y apparaît comme le compagnon facétieux, magicien taoïste de grande envergure. Le Roi-Singe dans l’art extrême oriental évoque la sagesse, le détachement. C’est pourquoi les célèbres Singes du Jingoro, au temple de Nikko, sont représentés l’un se bouchant les oreilles, le second se cachant les yeux, le troisième se fermant la bouche. Une interprétation occulte plus ancienne tend à lire dans les trois sages de Jingoro la représentation d’un Singe créateur de toutes choses ici bas, conscient de l’illusion et de l’impermanence de la réalité. Singulièrement, cette croyance se retrouve dans le panthéon égyptien où le singe est le scribe savant, celui qui possède la connaissance de la réalité.

Il note la parole de Ptah, le dieu créateur, comme celle d’Anubis, qui pèse l’âme des morts. Il apparaît en Égypte comme la magicien suprême, artiste, ami des fleurs, des jardins, des fêtes, prestidigitateur puissant capable de lire les plus mystérieux hiéroglyphes. Il est donc l’animal psychopompe par excellence, reliant la Terre et le Ciel. Il y est représenté comme celui qui gouverne les heures, le maître du temps privilégié. Lors du voyage des morts de vie en vie, Champollion mentionne un singe vert accompagnant le Dieu Pooh, dans une portion de l’espace située entre la Terre et la Lune, lieu du séjour des âmes. Pooh y est représenté « accompagné du cynocéphale dont la posture indique le lever de la lune » (Champollion, Panthéon égyptien). Chez Fali du Nord Cameroun, le singe noir est un avatar du forgeron voleur de feu, devant ainsi par extension le magicien et maître de la technique. Indéniablement, le Singe est un initié. Chez les indiens Bororo, Levi-Strauss rapporte qu’il est le héros civilisateur, l’inventeur de la technique, le malin magicien qui masque ses pouvoirs et son intelligence rusée. Il convient de ne pas rire de lui car le Singe aura le dessus. Dionysiaque et priapique cache sa science et mesure son empire sur lui-même en permanence. Pour les Égyptiens de nouveau, le singe est un grand initié qui doit être évité dans l’autre monde où il pêche les âmes dans le réseau de ses filets. Un singulier singe vert apparaît dans de nombreux contes traditionnels africains, du Sénégal jusqu’en Afrique du Sud, et recueille les caractéristiques symboliques du magicien rusé : celui qui vit en lisière des forêts et connaît les secrets de la création du monde. Dans la mythologie hindoue, l’épopée de Râmayana fait du singe le sauveur de Dieu au moment du passage du « grand pont ». Rêver d’un singe est un appel en faveur d’un développement de la personne lié au mystère de la création à la puissance de la Nature.

UNE VIE DE SINGE dans SINGELe singe est un des 12 animaux illustrant les cycles du zodiaque chinois lié au calendrier chinois. On associe chacun des animaux de ce zodiaque à certains traits de personnalité.

L’art martial du singe prend exemple sur l’animal comme incarnant les qualités suivantes : adresse, agilité, ruse, souplesse. Ses techniques sont imprévisibles. Ses parades sont acrobatiques. Ses frappes sont très courtes et très rapides, dans les points vitaux. Les grimaces du singe y sont imitées. Aussi, il est utilisé pour stimuler le cœur, en travaillant sur l’amplitude et la vitesse.

Deux singes sont particulièrement importants dans la littérature asiatique :
Hanuman, l’allié de Rama dans le Ramayana, épopée indienne qui a de nombreuses variantes en Asie du Sud-Est ;
Sun Wukong, qui accompagne le moine chinois Xuanzang dans Le Voyage en Occident (Xiyouji) et a pu être influencé par le précédent. Le secret de la matière

Publié dans SINGE, VIDEOS A PARTAGER | 1 Commentaire »

LE SINGE DANS LA MYTHOLOGIE

Posté par othoharmonie le 11 avril 2015

 

Baboon_LACMA_AC1992.152.63Dans les mythologies et les cosmogonies, le singe occupe une place toute particulière et nombre de ses aspects symboliques se retrouvent d’une culture à l’autre.

Dans la Roue de l’existence tibétaine, il symbolise la Conscience versatile, celle qui, liée au monde sensible, se disperse d’un objet à l’autre. Réputé être l’ancêtre des Tibétains, qui le considèrent comme un Bodhisattva, il est, selon Si Yeou Ki, le fils du Ciel et de la Terre. Il accompagne donc Xuanzang (Hiun-Tsang) dans son voyage à la recherche des Livres saints du Bouddhisme. Il y apparaît comme le compagnon facétieux, magicien taoïste de grande envergure. Le Roi-Singe, dans l’art extrême oriental, évoque la sagesse, le détachement. C’est pourquoi les célèbres Singes du Jingoro, au temple de Nikko, sont représentés l’un se bouchant les oreilles, le second se cachant les yeux, le troisième se fermant la bouche. Une interprétation occulte plus ancienne tend à voir dans les trois sages de Jingoro la représentation d’un Singe créateur de toutes choses ici-bas, conscient de l’illusion et de l’impermanence de la réalité.

Cette croyance se retrouve dans le panthéon égyptien, où le singe est le scribe savant, celui qui possède la connaissance de la réalité. Il note la parole de Ptah, le dieu créateur, comme celle d’Anubis, qui pèse l’âme des morts. Il apparaît en Égypte comme le magicien suprême, artiste, ami des fleurs, des jardins, des fêtes, prestidigitateur puissant capable de lire les plus mystérieux hiéroglyphes. Il est donc l’animal psychopompe par excellence, reliant la Terre et le Ciel. Il y est représenté comme celui qui gouverne les heures, le maître du temps privilégié. Lors du voyage des morts de vie en vie, Champollion mentionne un singe vert accompagnant le Dieu Pooh, dans une portion de l’espace située entre la Terre et la Lune, lieu du séjour des âmes. Pooh y est représenté « accompagné du cynocéphale dont la posture indique le lever de la lune (Champollion, Panthéon égyptien) ». Pour les Éyptiens, le singe est un grand initié qui doit être évité dans l’autre monde où il pêche les âmes dans le réseau de ses filets.

Chez les Fali du Nord Cameroun, le singe noir est un avatar du forgeron voleur de feu, devenant ainsi, par extension, le magicien et maître de la technique. Indéniablement, le Singe est un initié.

Chez les indiens Bororo, Claude Levi-Strauss rapporte qu’il est le héros civilisateur, l’inventeur de la technique, le malin magicien qui masque ses pouvoirs et son intelligence rusée. Il convient de ne pas rire de lui car le Singe aura le dessus.

Un singulier singe vert apparaît dans de nombreux contes traditionnels africains, du Sénégal jusqu’en Afrique du Sud, et revêt les caractéristiques symboliques du magicien rusé : celui qui vit en lisière des forêts et connaît les secrets de la création du monde.

Dans la mythologie hindoue, l’épopée de Ramayana fait du singe le sauveur de Dieu au moment du passage du « grand pont ». Rêver d’un singe est un appel en faveur d’un développement de la personne lié au mystère de la création à la puissance de la Nature.

 

En Afrique, des gravures rupestres représentent déjà des singes, et le babouin était un dieu chez les Égyptiens de l’Antiquité. Mais il faut attendre le milieu du xviie siècle pour lire une description reconnaissable d’un chimpanzé. Elle a été faite par l’Anglais Tulp, en 1641 et ce n’est qu’à la fin du xviie siècle, en 1699 précisément, qu’est dessiné pour la première fois un chimpanzé. Il s’agit d’une gravure du chirurgien Tyson, faite en Angleterre, qui représente un jeune chimpanzé, debout, se tenant à l’aide d’une canne, et que le chirurgien a appelé orang-outan ! Le nom d’espèce du chimpanzé, « troglodyte », a été défini en 1799 par le naturaliste allemand Blumenbach. Ce nom fait référence au fait que, d’après les anciennes croyances, les grands singes avaient occupé les cavernes avant les hommes préhistoriques.

LE SINGE DANS LA MYTHOLOGIE dans SINGE 220px-Dog_african_mask-romanceorBeaucoup d’histoires circulent sur les chimpanzés en Afrique. L’une d’elles illustre la grande agilité du chimpanzé pour grimper : la tortue veut se venger de la grue, qui a tué sa mère pour la manger. Elle demande au chimpanzé de l’aider, en allant saccager son nid en haut de l’arbre. Il accepte de le faire, en échange d’un panier de noix, cent œufs et diverses autres broutilles. Comme il est le seul à pouvoir lui rendre ce service, la tortue est bien obligée d’accepter son prix exorbitant.

Plus près de nous, la compagne de Tarzan est un chimpanzé femelle, qui répond curieusement au nom de Cheetah (ce qui veut dire « guépard », en anglais).

Publié dans SINGE | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello