• Accueil
  • > Recherche : renard en amérindien

Résultats de votre recherche

Le Renard TOTEM : le Camouflage, la Ruse

Posté par othoharmonie le 18 mars 2017

.

Le Renard est un canidé plutôt petit. Le plus connu est le Renard roux. Il a des cousins en arctique (le Renard Arctique, Ysatis, est blanc rosé) et aussi dans le désert africain (le Fennec). Il a de grandes oreilles qui luis sont utiles pour chasser. Sa méthode de chasse préférée est de rester immobile, oreilles aux aguets dans un champs ou près de buissons, et de sauter sur sa proie en la clouant au sol. Il vit en petite famille nucléaire.

S’il semblait monogame, restant en couple pour la vie, de récentes recherches penchent plus vers une bigamie de la part de la femelle. Dans une île du grand nord, on a pu observer une composition intéressante de la « famille ». La femelle avait un mâle avec lequel elle s’accouplait et un autre mâle avec lequel elle partageait le terrier et qui l’aidait à ramener de la nourriture et protéger les petits. La mère reste dans le terrier jusqu’à ce que les petits commencent à ramper, pendant que le mâle ramène la nourriture. Celui-ci n’est pas autorisé à rentrer dans le terrier aussi longtemps que les petits ne rampent pas. Les deux parents s’occupent ensemble des petits.

le renard chez francesca

C’est un animal joueur. Il est carnivore de préférence, mais en cas de besoin mangera aussi des baies. S’il est associé à la ruse en Europe (il trouve toutes sortes de moyens pour pénétrer le poulailler), pour les Amérindiens il représente plutôt la discrétion. Il se montre rarement, il se déplace silencieusement, ses traces sont légères sur le sol. Son pelage le camoufle bien, il peut rester très immobile, attendant le bon moment pour sauter sur sa proie : il en devient presque invisible. Si votre totem est le Renard, alors vous êtes plutôt discret, à l’affût des occasions qui peuvent se présenter à vous. Vous êtes prêt à défendre votre territoire mais vous aimez mieux le marquer comme il faut (c’est à dire avoir de bonnes frontières) plutôt que d’avoir à vous battre.

Vous êtes possiblement timide et réservé et ne chercher pas à prendre les devants. Vous recherchez la sécurité du terrier, du nid familiale et de la relation d’entraide avec votre partenaire. Vous êtes adaptable, capable de subvenir à vos besoins, avec une alimentation variée. Vous aimez prendre soin des autres de toutes sortes de façons sans forcément chercher à être reconnu, ce faisant. Il y a en vous une humilité naturelle, un désir de jeu, un besoin de complicité.

L’habileté à se fondre dans le milieu qui l’entoure et d’y devenir invisible. Il représente la Diplomatie, la Ruse. Grâce à lui, vous saurez à quel moment sortir au grand jour et vous faire entendre, et à quel moment vous taire et garder vos idées secrètes. Il comprend aussi l’adaptabilité, l’astuce, la capacité d’observer, de s’intégrer ainsi que la rapidité dans la pensée et l’action. Renard est un animal très futé, qui sait être très discret.

Il est très rapide, efficace, et attentionné pour sa famille. Les personnes qui ont l’énergie de Renard sont d’excellents observateurs. Ils se fondent dans leurs entourages, et savent très bien se dissimuler. Les gens qui voyagent beaucoup, peuvent se munir d’un talisman de Renard. Renard est souvent associé à la figure du farceur ou de l’arnaqueur, mais, comme animal totem, il peut également se présenter comme un maitre rusé qui montre la voie pour dépasser les obstacles de votre quotidien. Si vous vous laissez inspirer par la sagesse de Renard, vous pouvez être appelé à utiliser ou développer une capacité de réflexion rapide et votre sens d’adaptation.

Sensible, parfois malin et rusé, cet animal est un excellent guide lorsque vous faites face à des situations délicates. Les significations symboliques associées au Renard sont : sensibilité développée physique ou mentale ; l’art de voir à travers la tromperie ; faire preuve de discernement ; aptitude à trouver votre chemin malgré les détours ; rapide à réagir dans les situations difficiles ; affinité avec les activités nocturnes et le travail sur les rêves.

Vos qualités principales : la rapidité, le sens de l’anticipation et de la débrouillardise. Vous trouvez toujours le moyen de retomber sur vos pattes, sans jamais paniquer ni broyer du noir. Confiant en vous-même, vous vous sentez à l’aise avec toutes sortes de gens ; jovial, enthousiaste et toujours partant pour vous lancer dans de nouveaux projets, personne ne peut vous arrêter. Mais vous n’avez aucun état d’âme à laisser les autres sur le bord du chemin et à continuer sans eux. Convaincu que « quand on veut, on peut », vous avez naturellement une âme de chef.

 Que ce soit au boulot ou parmi vos amis, vous êtes souvent celui qui organise, planifie, décide et qui fait accepter aux autres… encore faudra-t-il que vous preniez le temps de leur expliquer le pourquoi et le comment de vos décisions, sans quoi ils pourraient vous trouver un brin despotique ! Actif, parfois agité, vous vous épanouirez dans les métiers de contact, surtout ceux demandant de fréquents déplacements à l’étranger.

le renardVous pourrez aussi vous lancer dans une activité physique : sport, bien sûr, mais aussi théâtre ou secourisme, peuvent parfaitement vous convenir. Vos amours seront parfois chaotiques, mais vous finirez par vous stabiliser dans une relation probablement atypique (chacun son appart, chacun sa vie), qui vous conviendra à tous deux. Lorsque Renard apparaît dans votre vie comme animal totem, il encourage une prise d’action rapide. Vous pourriez être appelé à prendre des décisions d’une manière qui montre votre adaptabilité et votre capacité à vous déplacer rapidement malgré les obstacles et résistances que vous rencontrez.

Être inspiré par Renard, cela peut aussi signifier travailler à l’amélioration de vos aptitudes mentales et de leur finesse : intelligence analytique, pouvoir de déduction ou d’observation peuvent entrer en jeu avec plus de force dans la façon dont vous traitez les questions quotidiennes ou des projets importants. Ce totem peut également vous encourager à aiguiser votre vigilance attentionnelle et physique ainsi que votre temps de réaction. Renard est connu pour se faufiler dans les jardins, en particulier les poulaillers, et repartir avec son butin sans se faire attraper. Caractérisé par son esprit rusé, cet animal a acquis l’image d’un filou dans un bon nombre d’histoires et de cultures. Lorsque Renard apparaît dans votre vie, cela peut signifier que vous devez faire attention à des personnes ou circonstances qui pourraient être trompeuses et qui vous incitent à aller dans une voie qui n’est pas nécessairement la meilleure pour vous.

Cet animal totem vous invite à être plus exigeants dans la transparence de vos relations, que ce soit en affaires ou en amitié ou dans les choix que vous faites dans votre vie. En suivant la sagesse de Renard, vous êtes encouragé à observer les domaines de votre vie où vous être amené à faire des choses à votre insu ou contre votre plein gré. À vous d’utiliser davantage de discernement dans vos décisions et dans vos actions. Renard, comme guide spirituel, offre de bons enseignements sur la manière de contourner les obstacles au lieu de les affronter. Vous découvrirez que vous pouvez adopter une nouvelle perspective ou faire preuve de plus d’intelligence au sujet de la façon dont vous gérez les endroits de résistance dans votre vie ou vos projets.

Germaine Dieterlen nous dit du Renard : « Indépendant et satisfait de l’être ; actif, inventif mais en même temps destructeur ; audacieux mais craintif ; inquiet, rusé et pourtant désinvolte, il incarne les contradictions inhérentes à la nature humaine ». On peut considérer Renard comme un double de la conscience humaine. Les Chinois disent qu’il est le seul animal à saluer le lever du Soleil : il plie les pattes de derrière, allonge et joint les pattes de devant et se prosterne.

 Lorsqu’il a fait cela durant plusieurs années il est capable de se transformer et de vivre parmi les hommes sans que ces derniers s’en aperçoivent. Un peu partout dans le monde, on a fait du Renard un Don Juan. En Extrême Orient on croit qu’il est en possession de l’élixir de vie ou qu’il est à l’origine de possessions démoniaques. Dans certaines contrées, on lui confère un rôle de succube et d’incube. On dit que la nuit il se transforme en éphèbe pour tenter les femmes, et en femme pour attirer les hommes. Au Japon, le Goupil est symbole de fertilité et compagnon d’Inari, divinité de l’abondance. Des hommes d’affaires et commerçants ont chez eux un petit autel consacré au Renard, censé protéger leur commerce. Pour les Natifs de Californie Centrale, le Renard Argenté est considéré comme un héros créateur. En Sibérie, souvent représenté sous la forme de Renard Noir, il est messager des enfers et attire les héros de légende vers le monde d’en dessous. Dans la Chine Ancienne le Renard à Neuf Queues était un monstre anthropophage, mais qui pouvait protéger des maléfices. Le Renard est un animal futé, qui sait être discret.

Il est très rapide et attentionné pour sa famille. Les personnes qui ont l’énergie du Renard, sont de fins observateurs ; ils se fondent dans leur entourage. Ils savent très bien se dissimuler. Les gens qui voyagent beaucoup, peuvent se munir d’un talisman de Renard. Il représente la Diplomatie, la Ruse. Grâce à lui, vous saurez à quel moment sortir au grand jour et vous faire entendre, et à quel moment vous taire et garder vos idées secrètes.

Le symbolisme du Renard s’avère important et très varié selon les civilisations. Pour la sagesse africaine, le Renard incarne les contradictions inhérentes à la nature humaine : il est actif, inventif… et en même temps destructeur, audacieux ; on le sait craintif, inquiet et rusé… mais désinvolte. Réfléchissant, comme un miroir, les ambivalences de l’homme, Renard se présente comme un double de la conscience humaine ; il révèle à l’individu ses pensées les plus intimes, ses plus profonds désirs, et lui fait prendre conscience de la responsabilité de ses actes. L’aspect le plus important révélé par le Renard à l’être humain est lié à son comportement émotionnel. L’individu Renard se protège particulièrement dans le domaine relationnel en se repliant sur lui-même et en se coupant des autres par peur du rejet, du manque d’amour ou de l’abandon.

Le Renard peut se duper lui-même en se convainquant de son peu d’estime de lui qui, selon lui, dépend du fait qu’il est né ordinaire et qu’il continue de mener une vie ordinaire. Avec Renard comme animal totem, vous pouvez être guidé et recevoir des leçons d’une manière qui peut être ressentie comme un défi, ou même parfois par le biais d’une farce ou d’une tromperie.

Pour tirer le meilleur parti de la sagesse du Renard, il est important de garder un bon sens de l’humour et de prendre ses leçons avec un peu de recul. L’esprit de Renard est d’un grand soutien pour développer votre capacité à trouver des solutions plus claires et intelligentes à vos problèmes. Faites appel à ce totem lorsque vous vous sentez perdu et avez besoin d’aide RENARDpour trouver votre voie. Renard, comme animal totem, vous demande d’apprendre à rester vous-même et à exprimer ce que vous ressentez profondément, quel que soit l’environnement extérieur… à ne plus agir selon ce que vous dicte votre mental, mais à vous mettre à l’écoute de votre cœur et de votre intuition. La maîtrise émotionnelle s’avère une étape importante de votre évolution.

Après transformation, autocréation, votre énergie émotionnelle vous donne la faculté de percevoir la réalité au-delà de l’apparence, de relier l’invisible au visible, le monde spirituel au monde matériel. Si vous croisez le Renard, soyez attentif à son message… Prenez-vous trop de place? Votre Ego est-il en train d’enfler ? Avez-vous besoin de soins ? De sécurité ? Êtes-vous bien attentif aux occasions qui se présentent ? Vous livrez-vous à des commérages ? Essayez la discrétion, voire l’invisibilité pendant quelques temps.

Publié dans RENARD | 1 Commentaire »

LE CYGNE APPELE TROMPETTE

Posté par othoharmonie le 10 novembre 2015

 

 

Cygnus trompetteAux États-Unis, comme au Canada (en Ontario notamment), des expériences de réintroduction sont menées, avec difficultés comme l’illustre l’exemple du Centre canadien Wye Marsh, qui conduit sur la réserve provinciale de faune du marais Wye, des programmes pour la survie de la faune teste depuis 1986, en testant des stratégies de gestion et de recherche incluant des programmes de réintroduction du cygne trompette. Cette zone a été retenue en se basant notamment sur des données d’écologie rétrospective et d’écopotentialité ; par exemple, la vallée de Wye possède – dans l’Est du Canada – de riches données zoo-archéologiques sur l’espèce, grâce à l’analyse de dépotoirs du xviie siècle de la mission de Sainte Marie chez les amérindiens Hurons.

En 1993, le Centre Wye Marsh a élevé et relâché 6 cygnes sauvages qui sont a priori les premiers cygnes trompettes à vivre à nouveau à l’état sauvage dans le sud de l’Ontario depuis plus de 200 ans. De 1993 à 1995, 24 cygnes ont été mis en liberté, et 22 autres attendaient le d’être libérés. Le programme a dû être momentanément interrompu car plus de la moitié des oiseaux relâchés sont morts après avoir absorbé des grenailles de plomb de chasse qui reposaient sur les sédiments à environ 1 mètre de profondeur. La réserve avait été classée « zone de chasse non toxique » pour le gibier aquatique, conformément à la politique de « point chaud » du ministère des Ressources naturelles de l’Ontario et le SCF, car des millions de plombs toxiques tirés dans les décennies précédentes jonchent encore les fonds des zones humides autrefois chassées au plomb.

Avec l’aide financière d’un fonds créé par le Société Scott Paper Limited pour la survie des cygnes trompettes et du fonds d’assainissement des Grands Lacs, le Centre Wye Marsh conduit des recherches sur l’empoisonnement au plomb et sur des moyens de remédiation ou de rendre les grenailles de plomb non accessibles au gibier aquatique une fois que leur utilisation a été interdite.

Les populations restent fragiles, car la diversité génétique de l’espèce a été fortement réduite. Une seule femelle du Wye marsh a donné directement ou indirectement naissance à 70 descendants. L’université de Waterloo est associée au suivi de 191 cygnes de la réserve.
Au 31 décembre 2002, l’âge moyen des cygnes en vie était de 4,40 années pour les mâles et 4,77 pour les femelles. Pour ceux des cygnes morts qui ont été retrouvés, ils sont en moyenne morts à l’âge de 3,07 années pour les mâles et de 3,45 ans pour les femelles.

Le nombre total de couples nicheurs était de 29 (27 sauvages + 2 en captivité).
L’empoisonnement au plomb était encore au début des années 2000 la principale cause connue de décès avec 30 cas confirmés (33 cas ont pu être été traités, dont 14 sont morts malgré le traitement et 19 libérés après le traitement). Les jeunes cygnes semblent être la catégorie la plus touchée par le saturnisme, avec 16 des 30 décès.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsLes Cygnes trompette se nourrissent de plantes aquatiques et de quelques invertébrés qu’ils attrapent en nageant, basculant leur tête sous l’eau afin d’atteindre la végétation submergée. Pendant l’hiver, ils peuvent aussi se nourrir d’herbes et de graines dans les prés, et on commence à les voir dans certains champs picorer des pousses d’herbacées ou des graines tombées lors des récoltes précédentes.

Les jeunes sont d’abord nourris d’insectes et de petits crustacés, et changent pour un régime végétarien après quelques mois.

Prédateurs

Les adultes se défendent assez bien en fuyant leurs prédateurs, mais des œufs de cygne trompette peuvent parfois être mangés par le grand corbeau (Corvus corax), le raton laveur (Procyon lotor), le carcajou (Gulo gulo), l’ours noir (Ursus americanus), l’ours brun (Ursus arctos), le coyote (Canis latrans), le loup gris (Canis lupus) ou la loutre de rivière (Lontra canadensis). Ces mêmes espèces peuvent aussi s’emparer des poussins ou jeunes cygnes, de même que la tortue serpentine (Chelydra serpentina), le goéland de Californie (Larus californicus), le grand-duc d’Amérique (Bubo virginianus) ou le vison d’Amérique (Mustela vison).

Les grands cygnes et adultes nicheurs, notamment quand ils sont victimes de saturnisme aviaire, peuvent être la proie de l’aigle royal (Aquila chrysaetos), du lynx roux (Lynx rufus), du renard roux (Vulpes vulpes) ou du coyote. Peu de prédateurs (hormis éventuellement le lynx et l’aigle royal) sont capables d’attaquer et tuer des cygnes adultes quand ils ne sont pas en période de nidification ou de mue.

Cet oiseau a un plumage blanc, un long cou, un bec court et noir qui s’étend jusqu’aux yeux et de courtes pattes noires.
Son envergure peut atteindre 3 mètres. Les cygneaux ont un duvet gris qui devient plumage blanc après la première année.

Les adultes pèsent en général de 21 à 30 livres (les grands mâles dépassant 35 livres).

Ils muent en été et perdent temporairement leur plumes de vol (la femelle juste après l’éclosion des œufs, et le mâle un mois plus tard, quand la femelle a fini sa mue).

Ils peuvent vivre jusqu’à 20-30 ans. Les jeunes sont gris et ne deviennent blanc avec un bec noir jusqu’à environ un an.

Son habitat idéal comprend des zones humides peu profondes (1-3 pieds de profondeur) dans des régions isolées, protégées de toute perturbation humaine (dont chasse) avec un mélange varié de la végétation émergente et d’eau libre abritant une flore submergée riche variété.

Le Cygne trompette était autrefois présent dans l’Amérique du Nord tout entière mais il a été chassé jusqu’à sa presque extinction au début du xxe siècle.

C’est une espèce aujourd’hui presque exclusivement nordique ; son habitat de reproduction est principalement situé dans de grandes étendues d’eau peu profonde et les larges rivières du nord-ouest de l’Amérique, notamment en Alaska. L’espèce est concernée par plusieurs programmes de réintroduction, dont certains ont été des échecs partiels et sont difficiles, car les animaux réintroduits se nourrissent à une profondeur telle, et d’une manière telle, qu’ils s’empoisonnent fréquemment en LE CYGNE APPELE TROMPETTE dans CYGNE 250px-Trumpeter_Swan_broodavalant des grenailles de plomb de chasse, et meurent alors de saturnisme aviaire, même dans les zones où le plomb est interdit dans les cartouches depuis plus de 20 ans, ou transformées en réserve naturelle il y a plus de 40 ans. Il semble plus sensible au plomb encore que d’autres cygnes.

Le Cygne trompette est l’une des plus grandes espèces de cygnes originaires d’Amérique du Nord. C’est une espèce qui a failli disparaitre, qui reste menacée et qui fait l’objet deréintroductions, mais dont la première cause de mortalité semble encore être le saturnisme aviaire.

De loin, ou quand il est jeune, il est souvent confondu avec le Cygne siffleur (Cygnus columbianus). Il se reproduit dans de vastes étangs peu profonds ou sur de larges rivières lentes, dans le nord-ouest et le centre de l’Amérique du Nord, avec une meilleure survie des reproducteurs en Alaska

C’est un oiseau migrateur qui arrive habituellement dans son aire de reproduction au début du printemps peu après la fonte des glaces, et part en hivernage peu avant les gels. En hiver, il migre vers le sud du Canada et la partie orientale des États du Nord-Ouest des États-Unis. Certains individus ont même été observés assez loin au sud, au delà de Pagosa Springs (Colorado).

Dans ses habitats situés les plus au sud, cet oiseau peut rester sédentaire

Le nom de cygne trompette vient du cri que l’oiseau pousse et qui évoque le son d’une trompette.

Publié dans CYGNE | Pas de Commentaires »

Les Poules de fiction

Posté par othoharmonie le 20 juillet 2012

Les Poules de fiction dans POULE et COQ

Chaque troupe a besoin d’une prima donna. Ce rôle fut tenu dans les années 1930 par Clara Cluck. Dès le début, ce fut elle qui montra le plus d’aisance sous les feux de la rampe, ne ratant aucun des spectacles que pouvaient monter Mickey et ses amis comme dans Le Gala des orphelins (Orphan’s Benefit) en 1934.

Présentée comme une poule d’âge moyen et dotée comme toute bonne cantatrice d’une impressionnante paire de … poumons, son ramage est aussi généreux que son plumage est luisant et apprêté. Sa tenue se complète par un énorme chapeau, réhaussé d’une non-moins énorme plume.

Les Babibouchettes est une émission pour la jeunesse de la Télévision suisse romande (TSR) diffusée entre 1981 et 1999. Elle a été créée par Jean-Claude Issenmann et présentée par des marionnettes faites avec une chaussette et deux balles de tennis de table pour les yeux. Elle a été diffusée sous divers titres : 4, 5, 6, sept… babibouchettesLes Babibouchettes et le kangourouleBabibouchettes et Une petite place.
  • Ginger, l’héroïne du film d’animation Chicken Run
 dans POULE et COQ
À la mort de Maurice Cuvillier, Madame Cuvillier lègue ses droits à une association pour l’aide à des enfants infirmes. Aujourd’hui, Jean-Louis Pesch et son épouse sont les exploitants exclusifs de l’œuvre de M. Cuvillier. Ces récits pour la jeunesse relatent les aventures de Sylvain et Sylvette, deux enfants d’environ douze ans, le frère et la sœur, qui, s’étant un jour égarés, vivent dans une forêt en compagnie d’animaux domestiques dans une chaumière isolée. Ils mèneraient une vie paisible sans la présence des « Compères », une bande d’animaux sauvages composée d’un renard, d’un ours, d’un loup et d’un sanglier qui tentent régulièrement de s’approprier leur chaumière et leurs biens.
La chaîne de restauration rapide American Chicken Bunker a construit un de ses restaurants sur le site d’un vieux cimetière indien. Ainsi les contestataires alter-mondialistes du CLAM (College Lesbian Against Mega-conglomerates) manifestent. Arbie arrive sur les lieux de la manifestation et découvre que Wendy, son ex, est devenue lesbienne. Le jeune homme décide alors de se faire embaucher dans le restaurant pour s’opposer à cette dernière. Il va rencontrer des gens aux personnalités particulières : Carl Jr un grand garçon un peu bête, Paco Bell le jeune mexicain homosexuel, Humus la musulmane et le général Lee Roy, gérant de la chaîne de restauration rapide. Malheureusement la malédiction de l’ancienne tribu indienne va s’abattre sur le restaurant et ainsi transformer la viande qui fera muter les gens en poulets-zombis. Les personnes coincées à l’intérieur de ces lieux maudits vont découvrir qu’ils vont être contraints de s’unir pour survivre…
220px-Bielefelder-kennhuhn

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaires »

Renard Amérindien

Posté par othoharmonie le 1 février 2012

Signe Amérindien Le Renard
du 12 novembre au 9 décembre

Couleur : Noir
Pierre : Obsidienne
Plante : Épinette
Qualités : Psychisme, sagesse et sensibilité   

 

  RENARD :
 Vulpes macrotisLe renard est un animal très futé,  qui sait être très discret. Il est très rapide et attentionné pour sa famille. Les personnes qui ont l’énergie du renard, sont très observateurs, ils se fondent dans leurs entourages. Ils savent très bien se dissimuler.  Les gens qui voyagent beaucoup,
peuvent se munir d’un talisman de renard.

Tout comme le renard, vous êtes rusé et fin stratège. Bref, on ne vous en passe pas! Allant même jusqu’à vouloir devenir un érudit pour ne jamais être pris de court. Vous possédez un esprit critique fortement aiguisé, donc vous pouvez avoir du mordant à vos heures. Votre comportement est résolument influencé par les sympathies ou les antipathies que vous ressentirez parce qu’il y a deux forces qui se bousculent en vous; la rudesse et la diplomatie. Celle qui l’emportera témoignera de votre humeur du moment. Donc, on peut difficilement prévoir votre réaction ni savoir d’avance qui où quoi vous fera sortir de vos gonds. En ce sens là, vous êtes très intimidant. Vous êtes capable d’abattre beaucoup de travail dans une même journée, et ce, même jusqu’à épuisement. Très polémiste, à vos heures, vous jugez les autres à la manière dont ils se débattent en eaux troubles. Inventif, vous avez toutes les aptitudes. Votre sexualité est instinctive et suit, elle aussi, vos humeurs du moment. D’ailleurs, vos passions amoureuses sont très puissantes. Lorsque vous arrivez à sublimer votre forte énergie sexuelle, vous êtes capable de grandes productions, de créations artistiques majeures, et de vous impliquer dans des recherches scientifiques de premières importances.   

 Cerdocyon thousL’homme Renard:
 Le Renard est très dépendant de son entourage pour réussir dans ce qu’il entreprend. Il a heureusement un bon flair      pour discerner ceux et celles qui pourront l’aider à réaliser ses projets. Il peut de plus compter sur une chance qui le quitte rarement.

 La femme Renard:

doit aussi compter sur son entourage pour bien s’exprimer. Elle adore être active et il faut que son partenaire amoureux partage son goût de l’action pour que ça fonctionne bien entre eux. Il devra accepter de se joindre à elle dans ses déplacements, ses voyages et même ses randonnées dans  la nature.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaires »

Comment l’Ours perdit sa Queue

Posté par othoharmonie le 12 novembre 2011

  

 

 Melursus ursinusDans le bon vieux temps, Ours avait une queue dont il était très fier. Elle était longue, noire, brillante et Ours l’agitait juste pour que les gens la regardent.  

  

Renard le remarqua. 

Renard, comme tout le monde sait, est un filou qui aime plus que tout berner les autres. Ainsi il décida de jouer un tour à Ours. C’était la période de l’année pendant laquelle Hatho, l’Esprit du Gel, balayait le pays, recouvrant les lacs de glace et frappant les arbres avec son gros marteau. 

 

 Renard fit un trou dans la glace, tout près d’un endroit où Ours aimait marcher. Le temps qu’Ours arrive, des grosses truites et des perches grasses s’étaient rassemblées dans un grand cercle autour de Renard. Juste au moment où Ours allait demander à Renard ce qu’il faisait, Renard remua sa queue qu’il avait mis dans le trou et sortit une énorme truite.  

  

« Bonjour, mon frère » dit Renard. « Comment allez-vous aujourd’hui ? » 

 

« Bonjour », répondit Ours, regardant le grand cercle plein de gros poissons. « Je vais bien, mon frère. Mais que fais-tu ? » 

 

  »Je pêche », répondit Renard. « Veux-tu essayer ? »  

  

« Oh, oui », dit Ours, alors qu’il commençait à se pencher sur le trou de Renard 

  

Mais Renard l’arrêta. « Attend, mon frère », dit-il, « cet endroit ne sera pas idéal. Comme tu peux le voir, j’ai déjà attrapé tous les poissons. Faisons un nouveau trou où tu pourras attraper plein de grosses truites. » 

 

 Ours accepta et il suivit Renard à un nouvel endroit, un endroit où, comme Renard le savait bien, le lac n’était pas assez profond pour attraper des poissons l’hiver; les poissons restant toujours dans les eaux profondes lorsque Hatho recouvrait leurs points d’eau. Ours regarda Renard faire le trou dans la glace, savourant à l’avance le poisson qu’il allait attraper. 

 

 « Maintenant », dit Renard, « tu dois faire exactement ce que je te dis. Ne pense plus à aucun poisson. Ne pense même pas à une chanson ou les poissons t’entendront. Mets toi dos au trou et plonges y ta queue. Bientôt un poisson arrivera, agrippera ta queue et tu pourras alors le sortir de l’eau. » 

 

 « Mais comment vais-je savoir si un poisson a agrippé ma queue puisque j’ai le dos tourné ? » demanda Ours. 

 

 « Je vais me cacher là-bas où les poissons ne peuvent pas me voir. » dit Renard. « Dès qu’un poisson s’agrippera à ta queue, je crierais. Ensuite, tu tireras aussi fort que possible pour attraper ton poisson. Mais tu dois faire preuve de patience. Ne bouge pas jusqu’à ce que je te le dise. »  

 

 Helarctos malayanus Ours hocha la tête, « Je vais faire ce que tu dis ». Il s’assit près du trou, mit sa magnifique longue queue noire dans l’eau glacée et tourna le dos. 

 

 Renard regarda pendant un moment pour s’assurer qu’Ours faisait bien ce qu’il lui avait dit et puis, très doucement, retourna furtivement chez lui et se coucha. 

 

 Le lendemain matin il se réveilla et pensa à Ours. « Je me demande s’il est toujours là-bas » se dit Renard. « Je vais aller voir. » 

 

 Ainsi Renard retourna au lac gelé et que croyez-vous qu’il vit ?  

  

Il vit comme une petite colline blanche au milieu de la glace. Il avait neigé pendant la nuit et Ours, qui s’était endormi en attendant que Renard lui dise de tirer se queue pour attraper un poisson, avait été entièrement recouvert. Et Ours ronflait.  

 Il ronflait si fort que la glace tremblait. C’était si drôle que Renard éclata de rire.  Mais alors qu’il riait, il décida qu’il était temps de réveiller pauvre Ours. Il se glissa très près de l’oreille d’Ours, pris une profonde inspiration, et puis s’écria : « Maintenant, Ours!!! » 

 

 Ours se réveilla en sursaut et tira de toutes ses forces sur sa queue. Mais sa queue avait été prise dans la glace qui avait gelé pendant la nuit et alors qu’il la tirait, elle se cassa- »Crack »-juste comme çà.   Ours se retourna pour voir le poisson qu’il avait attrapé et à la place il vit sa jolie queue coincée dans la glace. 

 

 « Ohhh, » grogna Ours, « ohhh, Renard. Je vais t’attraper pour çà. » Mais Renard, bien que plié en deux de rire, était toujours plus rapide qu’Ours et il fit un bond et partit.  

 

C’est pourquoi même aujourd’hui les ours ont de petites queues et ils n’aiment pas les renards. Et si il vous arrive d’entendre un ours grogner, c’est probablement pour sa queue, parce qu’il se rappelle du tour que Renard lui a joué il y a longtemps.

ourson cabriole

 

 

Publié dans OURS | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello