Résultats de votre recherche

Bénédiction du Cygne

Posté par othoharmonie le 27 novembre 2015

 

la cathédrale St John the Divine, située sur l’ile de Manhattan à New York, a fait salle comble ce dimanche 4 octobre pour la bénédiction des animaux  l’occasion de Saint François d’assise, leur saint patron.

Une fois n’est pas coutume, des chats, des chiens, mais aussi des cygnes, des oiseaux, des lapins et autres animaux en tout genre se sont rassemblés pour cet événement

Bénédiction du cygne

photo de Elizabeth Shafiroff/Reuters dans le Figaro.fr 

Publié dans CYGNE | Pas de Commentaires »

L’aigle royal et l’homme

Posté par othoharmonie le 22 novembre 2014

 

L’homme, depuis toujours, s’est comporté vis-à-vis de l’aigle royal d’une manière ambiguë. Dans l’histoire – et ce, dès l’Antiquité –, il l’a honoré comme le symbole guerrier de la puissance, de la gloire. Mais, si les emblèmes exaltent l’oiseau, celui-ci n’en a pas été pour autant sauvé des persécutions ; autrefois victime de la chasse, il l’a été également de certains pesticides utilisés de façon intensive.

images (15)L’aigle royal en fauconnerie

Le faucon pèlerin, autre rapace de haut vol, capable de « lier » un oiseau en plein ciel, a toujours été plus recherché en fauconnerie que l’aigle royal qui capture de préférence le gibier à terre.

La fauconnerie occidentale s’est développée à partir du Moyen Âge. Loisir des rois et des seigneurs, c’est en Asie qu’elle trouva son origine avant de gagner l’Europe. Au ive siècle avant J.-C., l’historien grec Ctesias mentionnait déjà l’utilisation d’aigles par des chasseurs au nord de l’Inde.

Aujourd’hui, la plupart des espèces de rapaces diurnes, menacées, sont protégées. Aussi les réglementations autour de la fauconnerie sont-elles très strictes dans la plupart des pays.

En France, quelques fauconniers utilisent encore l’aigle royal pour la chasse aux lapins et aux renards, mais cette pratique est devenue rare. La réglementation française concernant la détention, le transport et l’utilisation de rapaces à des fins cynégétiques, c’est-à-dire pour la chasse au vol, est très stricte. Une carte spéciale est délivrée par le préfet, seul habilité à l’autoriser. Chaque oiseau de fauconnerie est muni d’une bague spéciale d’identification. La plupart des oiseaux utilisés, des faucons et des autours, sont nés en captivité.

La vie d’un aigle en france aujourd’hui

Les aigles royaux sont devenus moins nombreux en France dès le xixe siècle, mais leur déclin a surtout été rapide entre les années 1950 et la fin des années 1970, pendant lesquelles on estime que leurs effectifs ont baissé de 60 à 70 %. En 1972, l’espèce est proche de l’extinction : il ne reste qu’une soixantaine de couples. Depuis 1976, l’aigle royal bénéficie d’une protection intégrale, comme tous les rapaces.

L’interdiction de l’emploi en agriculture des pesticides organochlorés comme le DDT, en 1972, est l’une des mesures essentielles adoptées pour la protection des aigles. Ces substances non dégradables s’accumulent dans les graisses des animaux, tout au long de la chaîne alimentaire. Les superprédateurs, comme l’aigle royal et d’autres rapaces, étant en bout de chaîne, étaient les plus touchés. Leurs œufs devenaient stériles, et, en cas d’intoxication massive, les adultes mouraient.

Les tirs, empoisonnements et dénichages ont aujourd’hui cessé, mais les zones tranquilles sont peu nombreuses. En vol rapide, les oiseaux jeunes ne voient pas toujours les câbles de remontées mécaniques lorsque la luminosité est médiocre, en début ou en fin de journée. Ils se fracturent les ailes dans ces heurts, heureusement assez rares.

L’électrocution est plus fréquente. Elle peut se produire lorsque l’oiseau se pose sur certains pylônes. Il arrive aussi, comme cela s’est produit récemment dans l’Isère, en France, que l’aigle soit foudroyé en passant à proximité d’une ligne à haute ou très haute tension : une « fuite » de courant entraîne un phénomène d’arc électrique qui atteint l’oiseau en plein vol.

Les loisirs « verts », comme l’escalade ou la chasse photographique abusive, provoquent parfois des perturbations dans la vie des aigles, surtout en période de reproduction.

Aujourd’hui, 200 à 250 couples d’aigles royaux vivent en France dans les Alpes, les Pyrénées, le Massif central, en Corse, ainsi que dans les Vosges et le Haut-Rhin.

Ces grands oiseaux, mieux connus grâce aux campagnes d’information et aux études des ornithologues modernes, ne passent plus comme autrefois pour des ravageurs de troupeaux et de gibier, des agresseurs de l’homme et des ravisseurs d’enfants.

Les études dans le monde

Tous les aspects de la vie de l’aigle royal, en matière de biologie, de comportement et de répartition, ont été étudiés en Europe et en Amérique du Nord. Mais les mouvements migratoires, la dispersion des jeunes, les causes et les taux de mortalité, le comportement social, les effectifs de quelques régions restent encore mal connus.

Pour suivre avec exactitude les déplacements et déterminer les limites des territoires des aigles, les chercheurs canadiens et, surtout, américains emploient très fréquemment la technique du radio tracking, ou radiopistage. Le procédé consiste à équiper l’aigle d’un minuscule émetteur en le fixant solidement à une plume de sa queue.

En Europe, les recherches et les études sur les déplacements des aigles n’utilisent pas les émetteurs, mais plutôt des techniques de comptage sur la base d’observations.

Ces dernières années, un programme d’études des déplacements des aigles a été mis en place en Écosse. Pour le réaliser, les ailes des oiseaux ont été munies de plaques en plastique coloré qui permettent de les identifier à distance et de connaître leurs mouvements.

Malgré la masse des données déjà acquises, il subsiste encore quelques zones d’ombre. Les progrès de la technique permettront sans doute enfin de faire toute la lumière.

 

Publié dans AIGLE | Pas de Commentaires »

Le kangourou du Morbihan

Posté par othoharmonie le 29 mai 2014

 

 

téléchargement (3)Dans le Morbihan, dans la région bretonne, la faune est particulièrement riche et développée. La nature accueillante a d’ailleurs adopté un pensionnaire originaire de l’autre bout du monde car c’est un jeune kangourou d’un an qui y a élu domicile.

La petite communauté de Sainte-Hélène est régulièrement visitée par un habitant des bois plutôt original pour la région. En effet, un jeune kangourou mâle échappé de son enclos depuis six mois sautille depuis dans les bois voisins.

Un kangourou ici ? C’est normal

Ce marsupial bondissant est un jeune mâle wallaby âgé d’environ un an. Il y a six mois, il saute le pas et prend le chemin de la liberté. Adieu enclos et bonjour les forêts verdoyantes du Morbihan. Mais comme il est civilisé, l’animal vient parfois se ravitailler au bourg de Sainte-Hélène.

Ouest France raconte cette histoire un peu farfelue. Les habitants de la région ne s’étonnent plus de voir un marsupial dans leurs jardins et rient de la surprise de touristes et passants. Oui, là-bas, un kangourou c’est normal. Ils en connaissent même les petites habitudes et connaissent son parcours par cœur.

 

Wanted : choisis ton destin

Les habitants l’ont d’ailleurs adopté. Ils l’ont baptisés Skippy, comme le héros de la série télévisée australienne du même nom datant de 1966. Cette série familiale met en scène les aventures de Sonny, fils du gardien du parc national de Waratha, et de son kangourou, Skippy, dans les décors somptueux du parc national. Série culte,Skippy a été mainte fois rediffusée en France ce qui fait qu’il est connu de tous.

Mais ce Skippy breton n’avait pas vocation à devenir une star du petit écran. Il devait plutôt servir de tondeuse à gazon écologique, selon son ex-propriétaire. Car les wallaby sont des herbivores qui mangent à longueur de temps, parfait donc pour avoir un gazon toujours rase sans aucun effort. Mais le marsupial s’est fait la malle en novembre 2011 en se glissant sous le grillage de son enclos. « J’étais allé l’acheter chez un particulier en Vendée. À mon retour, le soir, il a filé d’un coup« , explique Romuald Feigean, l’ancien propriétaire.

 

Une cohabitation pacifique et appréciée

« Quand les enfants m’ont dit qu’ils avaient vu un kangourou, je ne les ai pas crusmais il a bien fallu se rendre à l’évidence quand il est venu jusque sous nos fenêtres« , raconte un couple qui a eu la chance de le voir de près et suffisamment longtemps pour le filmer et le photographier.

Skippy raffole des salades et des glaïeuls que les Hélénois cultivent. Et pour lui, leurs jardins sont un peu comme des buffets à volonté. Mais il reste éco-responsable et privilégie le développement durable car il ne se sert qu’à de rares occasions. Et c’est aussi parce qu’il ne saccage pas les plantations que les habitants se sont pris d’affection pour lui.

Skippy est d’ailleurs inoffensif et plutôt craintif. « Les chasseurs ont tenté de le capturer à l’occasion d’une battue administrative au renard. Mais ils ont échoué. Ça détale comme un lapin« , plaisante le maire de la commune. Après le quartier de la Chine, « on a le quartier de l’Australie ! » renchérit un habitant.

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaires »

Choisir son rongeur

Posté par othoharmonie le 23 juillet 2013

Par le Dr Michaux

 

Choisir son rongeur dans HAMSTER - COBAYE photo_of_roborovski_hamsterQuel rongeur choisir parmi les 8 espèces que l’on trouve habituellement : hamster, cochon d’inde (ou cobaye), rat, souris, gerbille, chinchilla, octodon et lapin? On associe fréquemment le lapin au rongeur, bien qu’il s’agisse d’un lagomorphe.

 Bien entendu, la taille et la morphologie de l’animal sont des éléments importants du choix et chacun a ses préférences. Cependant, ces rongeurs ont des modes de vie très différents qu’il est utile de prendre en compte avant d’en acquérir un.

Nous allons passer en revue les principales spécificités à prendre en compte :

  • Ils sont plus ou moins gros : la souris pèse entre 20 et 50 g ; le hamster et la gerbille entre 80 et 120 g, l’octodon entre 190 et 300 g, le rat entre 300 et 500 g, le chinchilla entre 400 et 600 g, le cobaye est plus volumineux entre 700 et 1,2 kg et le lapin nain jusqu’à 1,8 kg.
  • La durée de vie est très variable entre les rongeurs : le hamster, le rat et la souris ont des durées de vie courtes (2 à 3 ans), la gerbille 3 à 5 ans, le cobaye ou l’octodon entre 4 et 8 ans, le lapin autour de 8 ans et le chinchilla plus de 10 ans. L’attachement d’un enfant à un rongeur évolue profondément avec l’âge. Doit-on prendre un animal qui vivra longtemps au risque qu’il soit un peu délaissé après quelques années? Ou préfère-t-on un animal dont la durée de vie est plus courte avec bien entendu, pour l’enfant, la confrontation inévitable avec la mort de son petit compagnon ? Chacun a sa réponse.
  • L’encombrement provoqué par la cage : Les souris se contentent d’une cage d’une petite taille (30 cm de longueur), les hamster, les rats, les gerbilles et les octodons ont besoin d’une cage de moyenne dimension (de l’ordre de 60 cm de longueur) et enfin les cobayes et surtout les lapins et les chinchillas nécessitent d’une cage plus grande (80 cm au moins pour les cobayes, mais celle-ci n’a pas besoin d’être très haute), 1 mètre chez les lapins et les chinchillas avec pour ces derniers une cage de bonne hauteur). Bien entendu, il s’agit de trouver des cages adaptées à l’espèce. La souris, qui passe dans des trous « de souris » et qui grimpe facilement, arrive à s’échapper facilement si on la place dans une cage non adaptée.
  • Le rythme de vie : certains rongeurs comme les hamsters et les chinchillas sont nocturnes (les enfants peuvent difficilement en « profiter » car ils dorment la journée, de plus, ils font du bruit quand tout le monde dort), les autres rongeurs sont diurnes avec quelques particularités :

- le rat qui peut être aussi bien diurne que nocturne et s’adapter au mode de vie de son possesseur,

- le lapin et l’octodon ont des pics d’activités le matin et le soir aux heures où les enfants sont disponibles.

220px-Whitefacedrobo dans HAMSTER - COBAYELa sociabilité des rongeurs est elle-aussi très variable : les hamsters préfèrent vivre seuls, ils sont agressifs entre eux, le chinchilla est peu sociable. Difficile de faire vivre ensemble 2 animaux du même sexe, mais il est possible d’avoir un couple. Attention alors à ne pas vous faire déborder par les naissances (que fait-on des petits) ? Le lapin peut vivre sans compagnon. Le cobaye et le rat peuvent rester seuls si on s’occupe beaucoup d’eux. Par contre si notre temps est compté mieux vaut en avoir deux du même sexe. Enfin la souris, la gerbille et l’octodon ont besoin de vivre à plusieurs (au moins 2). 

  • Faut-il laisser sortir ces animaux de leur cage sachant que le risque est double ? Les rongeurs ont tendance à s’attaquer aux plinthes, aux meubles et aux fils électriques. Parfois, ils « oublient » de rentrer dans leur cage. Il n’est pas utile de faire sortir de leur cage les hamsters, les gerbilles et les octodons. La souris éventuellement, mais il faut la placer sur une table dont elle ne pourra pas descendre sinon elle va s’échapper. Par contre cobaye, lapin et chinchilla doivent pouvoir sortir, mais sous surveillance sinon gare aux dégâts. Le rat est le plus facile. Il entraine peu de dégâts et ne cherche pas à s’échapper.
  • Certains rongeurs sont plus fragiles que d’autres. Globalement, les rongeurs aiment peu les températures élevées et les courants airs. C’est particulièrement vrai pour les hamsters, les souris, les gerbilles, les chinchillas et surtout les octodons. Ces derniers meurent fréquemment lorsque la température dépasse 32 °C. Le chinchilla a besoin chaque jour d’un bain de sable et ne supporte pas les manipulations incessantes. Le cobaye a besoin chaque jour de légume et de fruit frais. Autant de contrainte à prendre en compte.
  • Quelles activités peut-on avoir avec un rongeur ? Le hamster et la gerbille aiment peu les câlins, leur apprivoisement prendra du temps), par contre ils nous épatent avec les différents exercices qu’ils réalisent. Les octodons les apprécient modérément, la souris est fragile et il ne faut pas trop la manipuler. Le cobaye, le lapin et le chinchilla sont plus demandeurs de câlins. Le cobaye et le rat sont très demandeurs que l’on s’occupe d’eux. Le rat peut établir avec l’être humain une relation très riche avec plein de complicité, parfois fusionnelle.
  • Les rongeurs sont des animaux de compagnie pour les grands enfants, les adolescents et éventuellement les adultes. Ils sont déconseillés pour les enfants trop jeunes. Lorsque l’on est enfant, on peut avoir un cobaye ou un lapin à partir de 6 ans, un hamster, une souris, une gerbille, ou un octodon à partir de 8 ans à la condition qu’on ne cherche pas trop à les manipuler. Le rat et le chinchilla sont des compagnons pour des adolescents.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaires »

SAUVER LES petits rongeurs de compagnie

Posté par othoharmonie le 13 juillet 2013

SAUVER LES petits rongeurs de compagnie dans HAMSTER - COBAYE hams3Des dizaines de cochons d’Inde, lapins nains ou gros lapins, rats, souris, hamsters et autres petits rongeurs en tous genres ont ainsi trouvé une nouvelle famille.

Fondée voilà seulement quelques mois par Sandrine Arnaud, cette association qui s’est fait connaître par le bouche à oreille, ne manque pas de travail.

 » Tous jours les jours nous recevons des appels de personnes qui veulent se séparer de leurs animaux, pour diverses raisons, explique la présidente. Suite un divorce, à l’arrivée d’un bébé dans la famille, par manque de temps pour s’en occuper et parfois l’enfant délaisse son animal. Une reproduction non maîtrisée et d’autres se retrouvent avec une cinquantaine de rongeurs à nourrir. Quelquefois une femelle gestante est achetée en animalerie sans que la personne ne le sache. Nous plaçons d’abord les animaux dans des familles d’accueil, en quarantaine, puis nous les proposons à l’adoption contre une adhésion à l’association de cinq euros minimum, les adoptants faisant en plus un don… « .

ABANDONS EN HAUSSE

Mi janvier l’association proposait à l’adoption une quarantaine de cochons d’Inde répartis dans différentes familles d’accueil du Limousin, une dizaine de rats qu’ils soient bicolores, Husky, Rex ou bleu, douze lapins nains et gros dont trois femelles et un hamster. Dix familles se sont ainsi mobilisées pour accueillir ces rongeurs, histoire de faire face à la montée en puissance des abandons depuis Noël. Un animal n’étant pas un cadeau, cet acte d’achat nécessite un minimum de réflexion pour éviter que le cadeau ne soit empoisonné…

 » L’idée de créer cette association qui n’existait pas en Limousin m’est venu en lisant un article sur Lydie Lebreton, une comportementaliste. Je voulais d’abord être famille d’accueil pour rongeurs puis j’ai franchi le pas. Ce genre d’association se multiplie depuis quatre ans en France pour les chiens et les chats, moins pour les NAC… « .

LA TÂCHE EST IMMENSE

Des opérations de sauvetage de grande ampleur ont même été menées. Trente-cinq cochons d’Inde ont été sauvés chez une famille qui avait acheté au départ un couple.

 » Nous avons laissé six mâles pour éviter un nouveau problème de reproduction non contrôlé. Il faut savoir qu’une femelle donne naissance à quatre à cinq petits par portée, douze heures après la naissance, elle peut être reprise par le mâle. Sa maturité sexuelle est de un mois, trois semaines pour un mâle. Un autre propriétaire nous a également demandés d’intervenir, nous avons récupéré quarante-cinq cochons d’Inde, deux ont été laissés. Il y a souvent un problème de consanguinité et ensuite une forte mortalité. Certains sont morts après leur sauvetage à cause du stress. Nous ne faisons pas de forcing, nous sommes en principe prévenus par les propriétaires qui demandent une prise en charge… « .

RONGEURS EN LIGNE

L’association compte soixante-dix adhérents sur la région et d’autres départements. Des animaux ont été acheminés jusqu’à Clermont-Ferrand, Toulouse et Bordeaux suite à une adoption. Les animaux sont proposés à l’adoption en ligne sur le site web de l’association avec leur photo. Le mois dernier il a été consulté par 1200 internautes, soit 200 de plus par mois. Le forum est fréquenté par 153 personnes, la moitié est adhérent.

Pour adopter l’un de ses rongeurs il faut adhérer à l’association. Les critères sont très précis : avoir un téléphone fixe, un domicile, aimer les animaux, ne pas faire de reproduction et verser au minimum cinq euros.

En contrepartie l’adhérent peut adopter un ou plusieurs rongeurs de même sexe pour lutter contre la prolifération. Ils doivent aussi garantir que le rongeur ne servira pas de goûter aux serpents ou ne sera pas mangé par la personne. Le cochon d’Inde est élevé au Pérou pour sa viande. L’association a déjà sauvé un cochon d’Inde de la casserole…

 » Nous demandons aux adoptants deux contacts téléphoniques pour vérifier leur motivation, ajoute-t-elle. Deux coups de fil sur un portable, cela rebute beaucoup de gens, constate-t-elle. Si le ressenti n’est pas bon, nous ne donnons pas suite. Les animaux sont confiés à des familles ayant ou non des NAC. Parfois nous plaçons deux rongeurs, mais toujours du même sexe pour éviter la reproduction « .

rejoindre le site de Corinne Mérigaud

http://chonchonspassionlimousin.unblog.fr/

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaires »

Le Lapin du Métro…

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2012

  Un symbole en proie aux détournements

Le Lapin du Métro... dans LAPIN - LIEVRE lapin-ratp-300x200Les usagers du métro parisien sont familiers de ce personnage qui fait partie de leur vie quotidienne tout en se démarquant du ton habituellement adopté par la signalétique. Il est en quelque sorte devenu une mascotte de la RATP, qui le qualifie elle-même de « référence » et de « symbole fort ».

De ce fait, il s’expose aux détournements et à des allusions souvent empreintes d’humour de connivence, c’est-à-dire avec peu ou pas de remise en contexte, de sorte que seules les personnes connaissant l’existence du lapin peuvent déceler le sous-entendu.

Brigades AntiPub

Les Brigades AntiPub ont ainsi exploité sa notoriété pour le parodier à des fins militantes. C’est la version miniature qu’elles ont imitée ; les portes du métro y sont remplacées par des affiches publicitaires hypnotisant le lapin. Le texte devient « Attention ! Ne mets pas tes yeux sur les pubs : tu risques de te faire manipuler très fort ».

Ces vignettes ont notamment été collées aux côtés des originaux.

Éric et Ramzy

Dans un sketch où Éric et Ramzy simulent une correspondance, alors que le premier qui est resté à Paris demande des nouvelles, le second qui est en voyage répond « ce matin un lapin… ». Le second continue « …a tué un chasseur, c’est d’ailleurs ce même lapin qui disait Attention à tes doigts : tu risques de te faire pincer très fort ».

Joe la Pompe

Le site web Joe la Pompe en a fait son logo : en référence à la chasse au plagiat qui est l’activité du site, c’est dans une photocopieuse que le lapin se coince la main. Quant au message, il devient « Attention ! Tu risques de te faire pincer », jouant sur la polysémie du mot « pincer » : alors qu’il est utilisé au sens propre dans l’avertissement de la RATP, c’est au figuré qu’il faut le comprendre ici, comme équivalent familier de « prendre sur le fait » (en l’occurrence en train de s’approprier les idées d’un autre).

Street art

Certaines vignettes grand format ont été recouvertes par des reproductions en tout point identiques aux originaux sauf que, sur l’image substituée, la partie de son anatomie que le lapin se coince dans la porte n’est pas sa main, mais son pénis. Le message est par ailleurs modifié en conséquence « Ne mets pas ta bite sur les portes : tu risques de te la faire pincer très fort ».

C’est un exemple de ce que l’on appelle le street art (« art des rues »).

Jackass

L’épisode 4 de la saison 3 de l’émission télévisée américaine Jackass, diffusé le 24 décembre 2001 sur MTV, a été en partie tourné à Paris.

L’un des sketchs, intitulé Metro bunny (bunny étant en anglais un terme familier pour désigner le lapin), montre Chris Pontius déguisé en lapin, qui descend dans la station Château d’Eau, attend sur le quai qu’un métro arrive, monte dans la rame, se coince volontairement la main entre les portes lors de leur fermeture, puis hurle de douleur en tentant de se dégager, reproduisant ainsi la scène représentée sur la vignette. La séquence se termine d’ailleurs par un gros plan sur sa version petit format.

Équivalents étrangers                                   Image illustrative de l'article Métro de Tokyo

Au Japon

  • Au Japon, le lapin qui assume ce rôle d’avertissement est blanc, et c’est son oreille gauche qui se coince dans les portes.
  • Sur les wagons de la ligne Keiō à Tōkyō, ce n’est pas un lapin mais Hello Kitty faisant office d’avertissement sur les portes.
  • Il existe également dans le métro de Tōkyō une mise en garde où c’est un chaton, blanc également, qui se coince la queue entre les portes. Le message, Doa ni gochuui ! se traduit par « Attention à la porte ! ».

 

320px-Keio8753 dans LAPIN - LIEVREÀ Londres

On rencontre un phénomène similaire dans l’Underground : l’inscription Mind the gap, qui met en garde les voyageurs qu’un vide sépare le bord du quai et le plancher de la rame, est devenu un mème de la culture populaire londonienne.

Publié dans LAPIN - LIEVRE | Pas de Commentaires »

La Poule nègre-Soie

Posté par othoharmonie le 28 juillet 2012

La Poule nègre-Soie dans POULE et COQ 220px-A_fuzzy_baby_chicken_and_its_momLa Poule-Soie, anciennement Nègre-soie est une race de poule domestique.

Le nom de Poule soie a été voté en 2009 par la commission des Standards (section de la SCAF des juges volailles), Jugeant le mot « nègre » péjoratif de nos jours, même si cela définissait parfaitement l’une des caractéristiques principales de la race, son mélanisme total. Le nom de Poule soie semble insuffisant, car il existe d’autres races avec un plumage « soyeux », comme la Chabo « soie ». Le Nom de Soyeuse ou poule soyeuse aurait été possible, car elle est appelée ainsi dans certains pays comme le Royaume-Uni ou les États-Unis où elle est appelée « Silkie », c’est-à-dire soyeuse.

Son nom fait référence à son plumage très duveteux, ressemblant à de la soie. Son ancienne appellation « nègre » fait référence à sa peau et sa chair noire, mais également son ossature.

Existant en plusieurs couleurs, la Poule-soie a également la particularité d’avoir cinq doigts à chaque patte. La race est très présente lors d’expositions de volailles et est relativement commune.

La Poule-soie est également connue pour son tempérament calme et amical. Très docile, elle est parfois considérée comme un animal de compagnie. La Poule soie est une très bonne couveuse et bonne mère et elle est communément utilisée comme couveuses d’œufs d’autres races ou espèces de volailles. Elle ne pond généralement que trois œufs par semaine.

  • Note: cet article traite de la Poule soie grande race mais également de la naine
  • La Poule-soie est l’une des races de poules les plus anciennes. Bien que l’endroit exact du développement de la race soit discutable, l’endroit le plus documenté reste la Chine, puis plus tard le Japon. D’autres hypothèses placent l’origine de la race en Indonésie, où il existe des races à peau noire (Sumatra et Java).

 

photo1-vends-poules-negre-soie-hollandaises-huppees-0x3xex2w945456-225x300 dans POULE et COQAu XIIIe siècle, Marco Polo dans ses écrits sur la Chine, parle déjà d’une « poule à peau noire et aux plumes ressemblant à de la soie ». En 1599, Ulisse Aldrovandi, écrivain et naturaliste de l’université de Bologne en Italie, publie un traité sur les poules où il parle de poules au plumage « similaire à de la laine » et d’autres « vêtues de cheveux comme ceux d’un chat noir ».

La Poule-soie est probablement arrivée en Europe par l’intermédiaire de la route de la soie et par le commerce maritime. La race est officiellement reconnue en Amérique du Nord en entrant dans le Standard of Perfection en 1874, dès la première année de publication. Dès que la nègre-soie devint commune, de nombreuses légendes furent colportées à leur propos : les éleveurs malhonnêtes déclaraient à leurs acheteurs qu’elles étaient le résultat d’un croisement avec le lapin, tandis que les cirques promouvaient leur « poule à fourrure ».

Il existe deux types de Poule soie, la grande (l’origine) et la naine créée en Europe.

Le plumage de la Poule-soie est rare dans le monde des poules : abondant, soyeux et mou. La Chabo est également reconnue en variété « soyeuse ». Le gêne « soyeux » provient d’une mutation récessive, donc disparaît en première génération lors de croisement avec des sujets au plumage normal. Le plumage a été comparé a de la soie et à de la fourrure. Ces plumes ne sont pas équipées de barbules et de hampe rigides et sont similaires au duvet des autres oiseaux. Le résultat est une apparence soyeuse et toute en volume. La Poule-soie, du fait de ce plumage, n’est pas adaptée pour résister aux temps exécrables. Elle possède également une légère huppe.

Il existe une variété de Poule soie barbue qui possède un manchon de plumes supplémentaire recouvrant les oreillons et les barbillons. La variété la plus fréquente est la blanche, mais en compétition, de nombreuses couleurs sont reconnues : noir, fauve, bleu, gris argenté, perdrix-doré et blanc. Des teintes alternatives comme le roux, le lavande, blanc sale « splash » et le coucou existent, mais ne sont pas « encore » homologuées. La Poule-soie possède une petite crête, une caroncule en forme de noix couleur mûre, et des oreillons bleu turquoise. De plus, elle possède cinq doigts à chaque patte. Les dorking, Faverolles française, Faverolles allemande, sultane, Javanaise et la poule de Houdan possèdent cette caractéristique

  • C’est une race au mélanisme total : la peau, la viande et les os sont noirs. En chinois, son nom est, ce qui signifie la poule aux os noirs.
  • Cette poule très sociable et calme est facilement manipulable et ne peut pas voler. Elles se comportent bien dans des situations de confinement et interagissent bien avec les enfants. Leur caractère doux peut cependant les exposer à des blessures lorsqu’elles sont en contact avec des races plus agressives.

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello