• Accueil
  • > Recherche : origine du mot kangourou

Résultats de votre recherche

Origine du mot Kangourou

Posté par othoharmonie le 10 juin 2014

 

181px-TravestiEn fait, je n’ai trouvé aucune origine particulière ni d’historique, mais par contre j’avais relevé une petite histoire sur le web  en 2007, qui m’avais beaucoup plu.  Si elle vous appartient alors dites-le moi, ce sera un plaisir de savoir qu’elle est à vous….

Au cours d’une expédition en Australie, le capitaine Cook désigne un kangourou qu’il voit pour la première fois et demande à un aborigène comment s’appelle cet étrange animal. L’aborigène lui répond dans sa langue « kang-aroo » ce qui signifierait en fait « je ne comprends pas » (ou « je ne sais pas »).

L’origine du mot kangourou viendrait donc d’un lamentable quiproquo ! Cette histoire fait rire et on peut y croire dur comme fer. On la trouve d’ailleurs rapportée dans de nombreux ouvrages et sur quantités de sites web. Je viens malheureusement de découvrir qu’elle est complètement fausse. La légende est sans doute bien postérieure à l’expédition de Cook.

Reprenons la chronologie des événements. Un des héros de cette histoire est le navigateur et explorateur anglais James Cook (1728-1779). Lors de sa première expédition (1768-1771), Cook explore l’océan Pacifique sud avec pour principale mission l’observation du transit de Vénus en 1769. Au cours de cette expédition, il découvre la Nouvelle-Zélande, puis complète les connaissances d’explorations précédentes sur l’Australie (alors appelée Nouvelle Hollande), depuis la Nouvelle Galles du Sud jusqu’à Grande Barrière de corail. Comme toutes les expéditions de ce temps, elle a pour mission de cartographier les terres découvertes et dresse un état des lieux de la faune et de la flore. Ainsi le nom kangourou (kangaroo en anglais) est rapporté pour la première fois en 1770 par le capitaine Cook et Joseph Banks, le botaniste de l’expédition, lors de leur description de l’animal.

Mais alors d’où vient la légende ?

Sans doute d’une série de confusions. Tout d’abord, on trouve peu de traces en langue aborigène d’un mot ressemblant à kangourou pour désigner cet animal. Au contraire plusieurs expéditions ultérieures notent des noms très différents comme patagorong par exemple. Et en 1820, le capitaine Phillip King relève distinctement le mot mee-nuah. Pour compliquer encore un peu plus la chose, on découvre en 1834 qu’un émeu (un cousin de l’autruche) est appelé Kóng-go-róng par les aborigènes. La ressemblance est trop belle. On pense aussitôt que Cook s’est trompé.

Depuis, les choses ont changé. De nombreux linguistes pensent maintenant que le mot dérive des noms aborigènes gangurru, ga-nurru ou gaurru désignant le grand kangourou noir en Guugu Yimidhirr, une langue aborigène du nord-est de l’Australie bien étudiée par les anthropologues.

L’ironie de l’histoire, c’est qu’il y a de fortes chances que le capitaine King, qui a longtemps fait autorité en déclarant notamment que le nom kangourou n’existait pas en langue aborigène et dont les écrits ont alimenté la légende, fût lui-même victime d’une grave confusion. En effet, le nom « mee-nuah » qu’il rapporte comme le véritable nom aborigène du kangourou pourrait bien être le mot « minha » qui signifie simplement « animal comestible » ! L’arroseur arrosé, en quelque sorte.

Quoiqu’il en soit, je trouve cette histoire savoureuse, avec le charme absurde de l’humour britannique. Les Anglais sont toujours très prompts à se moquer d’eux-mêmes et de leurs héros. C’est ce qui les rend si attachants.

Merci à l’auteur.

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaires »

Kangourou antilope

Posté par othoharmonie le 31 mai 2014

téléchargement (13)Le kangourou antilope ( en anglais : The Antilopine Kangaroo) est un macropus du Nord de l’Australie depuis la péninsule du cap York au Queensland, la partie Nord du Territoire du Nord et la région de Kimberley en Australie-Occidentale. C’est un animal commun, herbivore, grégaire.

C’est l’un des rares kangourous à afficher un dimorphisme sexuel : le mâle est de couleur rousse alors que la femelle est grise. Le kangourou antilope est plus petit que le kangourou roux et le kangourou géant. Il est considéré parfois comme un wallaroo par les anglophones, c’est-à-dire de taille intermédiaire par rapport aux wallabys.

Le kangourou est un marsupial de la famille des macropodidés.

Au sens strict, le nom kangourou désigne l’un des membres des quatre plus grandes espèces vivantes : le kangourou roux, le kangourou géant, le kangourou gris et le kangourou antilope.

Au sens large, on y rassemble les 63 plus grandes espèces vivantes de la famille des macropodidés. En plus des espèces précédentes, on y ajoute les wallaroos, les wallabys, les kangourous arboricoles, les pademelons et le quokka.

On les trouve exclusivement en Australie (sur le continent et en Tasmanie), ainsi qu’en Nouvelle-Guinée pour les kangourous arboricoles. On estime les kangourous d’Australie à quarante millions. Les kangourous sont nocturnes. La queue du kangourou lui sert de trépied au repos, et de balancier quand il saute : cette locomotion est appelée « crawl-walking » en anglais, littéralement « la marche rampante ».

Le mot kangourou dérive de gangurru, désignant le kangourou géant dans la langue aborigène Guugu Yimithirr. Selon une légende, le mot gangurru signifierait en fait Je ne te comprends pas: alors que le naturaliste Sir Joseph Banks du His Majesty’s Bark Endeavour commandé par le capitaine James Cook, désignait un kangourou gris à son interlocuteur autochtone, ce dernier lui répondit gangurru, transcrit en «kangooroo» ou «kanguru» en 1770. Cette origine fut démystifiée dans les années 1970 par le linguiste John B. Haviland au cours de ses recherches sur le peuple Guugu Yimidhirr.

 

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaires »

Wallaby

Posté par othoharmonie le 28 mai 2014

 

Whiptail_WallabyLe wallaby (mot d’origine aborigène Eora, une tribu originaire des environs de Sydney) est un nom vernaculaire donné à tout un ensemble de marsupiaux semblables à des kangourous de petite taille. Il n’y a pas de définition stricte du mot. On appelle wallaby tout macropodidé qui est considéré comme n’étant pas assez grand pour faire partie des kangourous au sens strict ou qui n’a pas reçu une autre dénomination. Il faut théoriquement en éliminer les wallaroos : Macropus robustus, intermédiaires entre kangourous et wallabies.

En France, depuis le début des années 1970, des wallaby de Bennett échappés du parc zoologique de Sauvage, situé à Émancé (78), colonisent le sud de la forêt de Rambouillet où ils se reproduisent. Il est présent dans de nombreux parcs zoologiques français et européens dans lesquels, il se reproduit sans problème. Grâce à son épaisse fourrure, il peut supporter des températures relativement basses. Le climat océanique de L’Est australien et de la Tasmanie est très proche du climat européen, ce qui explique en grande partie pourquoi le wallaby de Bennet est celui qui s’est le mieux adapté au continent européen.

On peut distinguer, au sein même des wallabies, les petrogales (ou wallabies des rochers), les lièvres-wallaby, et les thylogales (ou pademelons, wallabies nains et forestiers).

Le pluriel de wallaby est wallabys ou, si l’on choisit de suivre la graphie anglaise, wallabies.

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello