• Accueil
  • > Recherche : ombre chat noir

Résultats de votre recherche

Chat et superstitions

Posté par othoharmonie le 25 septembre 2011

 

Vous devinez que de très nombreuses superstitions sont reliées aux animaux. Leurs agissements, leurs rencontres et leurs morts ont été la source de mainte et mainte superstitions et ce, partout à travers le monde. Dès le début, certains se sont vus attribuer des rôles de protecteurs ou d’ennemis pour diverses raisons. Généralement, les animaux nocturnes ont davantage été perçus comme des créations diaboliques alors que ceux qui étaient diurnes et gracieux étaient vénérés comme étant des protecteurs. 

 

En ce qui concerne le chat

 

GIFS CHATIl n’existe probablement pas d’animaux ayant inspirés plus de superstitions que le chat. Il a été adoré et détesté. Les gens les vénéraient ou encore essayait de les faire brûler. 

 

Un chat acheté n’est jamais bon pour chasser les souris. 

 

Si une fille marche sur la queue d’un chat, elle ne pourra pas se marier de l’année. 

Si votre chat éternue une fois c’est un bon présage, s’il éternue trois fois cela présage la maladie. 

 

Lorsqu’un chat abandonne une demeure, c’est que de grands malheurs vont s’y abattre. 

 

Voir la figure d’un chat noir porte chance, voir son postérieur est signe de malchance. 

 

Si vous traversez une route immédiatement après un chat noir, un souhait se réalisera. 

 

Les chats portent chance en mer. 

 

Si un chat errant s’établit dans votre demeure, il vous apportera la chance. 

 

Lorsqu’un chat s’assied dos au feu, c’est le signe d’un orage prochain. 

 

Enfermer un chat dans une armoire est présage de discorde familiale. 

 

Lorsqu’un chat se passe la patte derrière l’oreille, c’est qu’il pleuvra bientôt. 

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Superstitions du chat noir

Posté par othoharmonie le 25 septembre 2011

En mystique, il désigne l’être, protégé par la Mère divine, doté de vision subtile, d’intuition et de facultés télépathiques, qui peut s’aventurer en toute quiétude dans l’entonnoir le ramenant au lieu de ses origines cosmiques.  

GIFS CHAT Au Moyen Âge, on devait s’empresser de saluer un chat noir qui entrait dans sa chambre la nuit pour échapper à ses sortilèges. On recommandait de jeter un chat noir vivant dans le feu pour arrêter un incendie. La consommation de la viande d’un chat noir évitait, pensait-on, le retour d’un lumbago. Il ne fallait jamais regarder un chat de cette couleur dans les yeux.  

Au Japon, le chat est un porte-bonheur au travers des Maneki-Neko, ces talismans représentants un chat avec la patte derrière l’oreille. Diverses légendes attribuent aux chats le pouvoir de prédire le temps qu’il fera : en Thaïlande, la bienveillance du dieu Indra est demandée au travers d’un rituel consistant à asperger d’eau un chat dans une cage, promenée autour du village. Les chats pourraient aussi prévoir les séismes. On lui associe aussi le chiffre neuf : les sorcières pouvaient se changer en chat neuf fois, le chat aurait neuf vies et pourrait avoir neuf propriétaires différents, le dernier étant emporté en enfer.

 
 Maneki-Neko 

En Europe, le chat est le représentant du diable au Moyen Âge, ou est offert par celui-ci pour enrichir son propriétaire, comme la légende provençale des matagots qui ramènent une pièce d’or chaque matin. Le chat amène aussi les sorcières au sabbat sur leur dos ; celles-ci peuvent aussi se jucher sur des chars tirés par des chats, de la même manière que la déesse Freya. De nombreux sorciers prennent la forme de chat durant leur réunion : c’est ce que reconnurent les sorciers du Vernon lors de leur procès en 1566.

Le CHAT NOIR est particulièrement sujet aux superstitions et croyances. En France, le noir et le rouge représentent les couleurs du diable ; aussi les chats noirs étaient-ils souvent rejetés de peur qu’ils n’attirent le malheur. Au contraire, au Royaume-Uni, croiser un chat noir porte bonheur.

Superstitions du chat noir dans CHAT 220px-Cabaret_du_Chat_Noir_par_Robida    

La sorcière traditionnelle est accompagnée d’un chat noir. 

Le chat noir, dans nombre de cultures, identifie le démon, les influences sataniques ou les effets de la Magie noire, les mauvais présages, mais bien à tort.  

Croiser un chat en Perse, dans le monde arabe ou en France annonçait un grand malheur. En Turquie, il présageait une dispute. 

Les Américains n’aiment pas voir un chat le matin, signe d’une mauvaise journée. 

En Chine, il préservait des mauvais esprits; au Cambodge, sa venue signifiait le retour de la pluie après la sécheresse. Les Africains estiment qu’il est le seul animal refusant une alliance avec le mal. 

En Angleterre, avoir un chat en motifs imprimés sur ses vêtements favoriserait la chance. Les Bretons font très attention à l’attitude de leur chat, car annonçant un grand nombre d’événements. 

Si le chat se met à jouer, c’est que son maître va revenir, s’il se nettoie le museau cela annonce l’approche d’une tempête ou d’un coup de vent, lorsqu’il tourne le dos au feu c’est qu’un naufrage se produit et s’il se brûle le poil, c’est qu’il y a des noyés lors de ce naufrage. 

Par contre son ronronnement annonce la fin du mauvais temps. 

Le chat, est surtout lorsqu’il est noir, est apparenté au diable et les sorciers en prennent très souvent l’apparence. De ce fait, en Provence lorsque l’on donne du pain béni à un chat, celui-ci devient très souvent enragé. Au Pyrénées on dit que les chats ont tous un cheveu du diable dans la queue (Morvan) et aussi que si on ne voit pas leurs cornes, c’est qu’ils les ont vendues pour avoir du poisson. 

A Paris : Abandonne tout espoir de se marier dans l’année, une jeune fille qui marche sur la queue d’un chat. Il est aussi de très mauvais présage de rencontrer un chat, le matin, lorsque l’on part en voyage. 

En Egypte, tous les habitants de la maison se rasent les sourcils lorsque le chat meurt. 

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Le chat à travers l’histoire

Posté par othoharmonie le 25 septembre 2011

Egyptian mau - Horus 2.jpgOn a longtemps pensé que les premiers à s’intéresser aux chats étaient les Égyptiens vers 2000 av. J.-C, mais la découverte en 2004 par une équipe d’archéo-zoologiste des restes d’un chat proche de ceux d’humains dans une sépulture à Chypre nous ramène vers 7500 et 9500 av. J.-C. 

 Avant de devenir un animal de compagnie pour les Égyptiens, le chat s’est vu confier l’immense tâche de surveiller et protéger les récoltes dans les silos à grains (blé). En chassant les rats et les souris, il veille à la non-propagation de maladies graves comme la peste, et en tuant les serpents il assure également la protection de la maison. De nombreux temples possédaient leurs propres chats. Il était interdit de tuer ou même de maltraiter un chat sous peine de mort. Pour les Égyptiens, la déesse Bastet à tête-de-chat symbolisait la fécondité et l’amour maternel. Des milliers de momies de chats retrouvées dans les cimetières ou près de leurs maîtres montrent à quel point les Égyptiens vénéraient les chats. 

La Grèce, ne connaissait pas les chats à cette époque. Ce sont les Phéniciens qui volèrent aux Égyptiens quelques couples de cet animal sacré pour les revendre aux Grecs. 

Les Romains, par contre, adoraient le félidé et lui vouaient une véritable passion. D’abord utilisé comme coussin auto-chauffant dans la haute société, l’usage de posséder un chat se répandit dans tout l’Empire et dans toutes les couches de la population, assurant la dispersion de l’animal dans toute l’Europe.

Durant la majeure partie du moyen âge, l’Europe chrétienne, le chat fut satanisé. Le chat était associé à la malchance et au mal, s’il était noir c’était encore pire. On le considérait comme un animal de la sorcellerie et du diable. Persécuté, torturé, massacré, il faillit disparaître d’Europe. Pas de chance, en son absence, les rongeurs colportèrent une charmante maladie prénommée Peste, qui tua une bonne partie de l’humanité. Pour une fois que le chat se montrait nécessaire, ils s’en sont débarrassés. 

La renaissance marque un certain retour en grâce du chat, surtout en raison de son action préventive contre les rongeurs, mangeurs de récoltes. Mais il faudra attendre le XIXe siècle avant que le chat soit vraiment réhabilité à la faveur des écrivains et Le chat à travers l’histoire dans CHAT 180px-Egyptian-mau-Facepoètes. 

A l’Antiquité 

Les Égyptiens de l’Antiquité divinisèrent le chat sous les traits de la déesse protectrice Bastet, symbole de la fécondité et de l’amour maternel, dont le culte se situait principalement dans la ville de Bubastis. Les archéologues ont découvert de très nombreuses momies de chats qui montrent à quel point les Égyptiens les vénéraient ; on peut voir ces momies, entre autres, à Paris (musée du Louvre), à Londres (British Museum) ou au Caire (Musée égyptien du Caire).

220px-Mauegyptien dans CHATEn guise d’animaux chasseurs de rongeurs, la Grèce antique ne connaît longtemps que les mustélidés (furets et belettes). Ce sont les Phéniciens qui volèrent aux Égyptiens quelques couples de leur animal sacré pour les revendre aux Grecs. Aristophane cite même la présence d’un marché aux chats à Athènes.

Les Romains, en revanche, vouaient une passion au chat : d’abord réservé aux classes aisées, l’usage de posséder un chat se répandit dans tout l’Empire et dans toutes les couches de la population, assurant la dispersion de l’animal dans toute l’Europe.

Au Moyen Âge et Renaissance 

En principe, l’image du chat est positive dans l’islam en raison de l’affection qu’éprouvait Mahomet, sauvé de la morsure d’un serpent par un chat. À l’inverse, le chat fut satanisé dans l’Europe chrétienne durant la majeure partie du Moyen Âge, manifestement en raison de son adoration passée de la part des païens et surtout de la réflexion de la lumière dans ses yeux, qui 220px-Egy_maupassait pour être les flammes de l’Enfer. Dans la symbolique médiévale, le chat était associé à la malchance et au mal, d’autant plus quand il était noir, ainsi qu’à la sournoiserie et à la féminité. C’était un animal du diable et des sorcières. On lui attribuait des pouvoirs surnaturels, dont la faculté de posséder neuf vies. Les différentes vagues de peste, dues à la prolifération des rats, pourraient être une conséquence de la diminution du nombre de chats.

Cependant, la Renaissance marqua un certain retour en grâce du chat, principalement en raison de son action préventive contre les rongeurs, dévoreurs de récolte. Les Grandes découvertes et la mise au jour d’espèces exotiques jouèrent également un rôle certain. L’empereur Charles-Quint emporta ainsi avec lui lors de sa retraite au monastère de Yuste deux petits chats brésiliens qui lui avaient été offerts par sa sœur Catherine de Portugal.

La Périodes moderne et contemporaine 220px-Egyptian_Mau_at_Fif%C3%A9_Worldshow_Sankt_Gallen_2009

Une première tentative de réhabilitation fut la célèbre Histoire des Chats : dissertation sur la prééminence des chats dans la société, sur les autres animaux d’Égypte, sur les distinctions et privilèges dont ils ont joui personnellement (1727) de François-Augustin de Paradis de Moncrif. L’auteur y prend la défense du chat à travers des références historiques, notamment à l’ancienne Égypte, qui se veulent érudites et constituent en réalité un pastiche de la pédanterie.

Malgré de nobles exceptions comme les chartreux de Richelieu ou le persan blanc de Louis XV, le chat ne connut son véritable retour en grâce qu’à la faveur du romantisme : il devint l’animal romantique par excellence, mystérieux et indépendant. Toujours au XIXe siècle, il se retrouva également symbole du mouvement anarchiste (France), à travers son image poétique, autonome et gracieuse. Le XXe siècle, quant à lui, a gardé cette vision romantique tout en s’intéressant au chat d’une manière plus scientifique.

 

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Proverbes sur le Chat

Posté par othoharmonie le 25 septembre 2011

Proverbes sur le Chat dans CHAT 220px-Mau_egyptien_bronzeLes proverbes et idiotismes liés au chat se comptent par dizaines en langue française, soit qu’ils mettent en scène l’animal lui-même (qui court vite, dort beaucoup et chasse les souris) ou mette en avant une de ces caractéristiques (« Avoir des yeux de chat », par exemple), soit que le terme de « chat » désigne l’homme, qui s’identifie alors au félin. La plupart de ces dictons datent de plusieurs siècles ; certains remontent même au Moyen Âge.

  • « À bon chat, bon rat » : se dit de deux ennemis également pugnaces. Un bon chasseur peut trouver un adversaire à sa mesure. Cette formule apparaît déjà chez Regnard.

  • « À mauvais chat, mauvais rat » : on ne peut qu’être méchant envers les méchants. L’expression existe déjà au Moyen Âge, sous une forme très proche : « À mau chat, mau rat ».

  • « Chat échaudé craint l’eau froide » : après une expérience malheureuse, on en arrive à craindre des choses inoffensives.
  • « Les chiens ne font pas des chats » : on garde toujours les caractéristiques de ses parents.
  • « Quand le chat n’est pas là, les souris dansent » : le supérieur absent, les subordonnés en profitent pour ne plus travailler.
  • « La nuit, tous les chats sont gris » : dans l’obscurité, les détails s’estompent et l’on peut confondre des objets différents. Autre sens : on peut se conduire comme on veut tant qu’on ne se fait pas prendre. Cette phrase est notamment employée par Scarron (Le Roman comique, I, 13) et par Beaumarchais (Le Barbier de Séville, III, 5).
  • « Il ne faut pas réveiller le chat qui dort » : il faut éviter de réactiver une source de danger lorsqu’elle s’est mise en sommeil.
  • « Ne faites pas confiance au chat quand il y a du poisson au menu » proverbe malgache.
  • « Ne faites pas comme un chat qui cache ses ongles » proverbe malgache
  • « Il est difficile d’attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout quand il n’y est pas » (proverbe chinois).
  • « Peu importe que le chat soit gris ou noir pourvu qu’il attrape les souris » : proverbe chinois et devise de Deng Xiaoping.
  • « Qui est né chat pourchasse les souris » (proverbe italien) : on ne peut pas lutter contre sa propre nature.
  • « Le chat aime manger le poisson, mais pas le pêcher » : se dit d’une personne profiteuse.

GIFS CHAT

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Le CHAT domestique

Posté par othoharmonie le 25 septembre 2011

 

Le chat domestique (Felis silvestris catus) est un mammifère carnivore de la famille des félidés. Il est l’un des principaux animaux de compagnie et compte aujourd’hui une cinquantaine de races différentes reconnues par les instances de certification. Le CHAT domestique dans CHAT chat-1Dans de nombreux pays, le chat entre dans le cadre de la législation sur les carnivores domestiques à l’instar du chien et du furet.

Essentiellement territorial, le chat est un prédateur de petites proies comme les rongeurs ou les oiseaux. Les chats ont diverses vocalisations dont les ronronnements, les miaulements, ou les grognements, bien qu’ils communiquent principalement par des positions faciales et corporelles et des phéromones.

Selon les résultats de travaux menés en 2006 et 2007, le chat domestique est une sous-espèce du chat sauvage (Felis silvestris) dont il a vraisemblablement divergé il y a 130 000 ans. Les premières domestications auraient eu lieu il y a 8 000 à 10 000 ans au Néolithique dans le Croissant fertile, époque correspondant aux débuts de la culture de céréales et à l’engrangement de réserves susceptibles d’être attaquées par des rongeurs, le chat devenant alors pour l’homme un auxiliaire utile se prêtant à la domestication.

Tout d’abord vénéré par les Égyptiens, il fut diabolisé en Europe au Moyen Âge et ne retrouva ses lettres de noblesse qu’au XVIIIe siècle. En Asie, le chat reste synonyme de chance, de richesse ou de longévité.

Ce félin a laissé son empreinte dans la culture populaire et artistique, tant au travers d’expressions populaires que de représentations diverses au sein de la littérature, de la peinture ou encore de la musique.

Le chat domestique mâle est couramment appelé un « chat » tandis que la femelle est une « chatte » et le jeune un « chaton ». Le mot chat vient du bas latin cattus qui d’après le Littré dans son édition de 1878, provient du verbe cattare, qui signifie guetter, ce félin étant alors considéré comme un chasseur qui guette sa proie. Cette dernière interprétation porte à controverse, au vu des termes utilisés dans les langues afro-asiatiques. En latin classique, « chat » se disait felis (d’où, en français, félin, félidés, etc.), mais désignait uniquement le chat sauvage d’Europe, tandis que cattus s’appliquait au chat domestique.

gribouille dans CHATOn désigne aussi plus familièrement le chat par minet et la chatte par minette. Ce terme, attesté dès 1560, provient de mine, nom populaire du chat en gallo-roman. Ce mot est à l’origine de l’expression dès potron-minet, qui signifie « de bon matin ». D’après le Littré, il s’agirait d’une déformation de paître au minet, c’est-à-dire du moment où le chat, qui se lève tôt, va chercher son paître : sa pâture, sa nourriture… Cette explication doit sans doute à la pudeur de cet auteur du XIXe siècle : selon Claude Duneton, cette expression provient de poitron-jacquet, jacquet désignant un écureuil (animal matinal marchant la queue levée) et poitron désignant le postérieur. Dès potron-minet signifie donc : « à l’heure où l’on voit le derrière du chat ». Quant au « minet » ou à la « minette » qui « fait des mines », lorsque ce terme est appliqué à l’être humain, c’est un jeune homme ou une jeune fille qui s’efforce de plaire et se préoccupe beaucoup de son apparence.

Un chat mâle non castré est un « matou », terme à l’origine incertaine qui viendrait peut-être d’une dérivation de mite comme dans chattemite. Le chat est aussi nommé familièrement « mistigri », mot-valise composé du préfixe miste, signifiant adroit, et de gris, la couleur.

En argot, un chat s’appelle un « greffier ». Deux explications s’opposent, qui peut-être n’en font qu’une : d’une part, le jeu de mot sur griffe est évident ; d’autre part, la fourrure de certains chats noirs comporte une sorte de plastron blanc sur le poitrail, et celui-ci évoque le rabat blanc que l’on voyait sur la robe noire des greffiers jusqu’au XIXe siècle.

Source wikipédia. 

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Les Sens du Chat

Posté par othoharmonie le 24 septembre 2011

 

Prédateur crépusculaire (coucher et lever du soleil) à l’origine, le chat possède des sens très développés. Il perçoit son univers différemment des humains, et on lui a même prêté des pouvoirs surnaturels. Il existe ainsi de nombreuses légendes de chats ayant prédit des tremblements de terre ou autres catastrophes. L’explication la plus probable est que son oreille est apte à percevoir des vibrations inaudibles pour les humains.

L’ouïe

Les Sens du Chat  dans CHAT 220px-WhiteCatSon ouïe est particulièrement sensible dans les hautes fréquences : il perçoit des ultrasons jusqu’à 50 000 Hz alors que l’oreille humaine est limitée à 20 000 Hz. Son pavillon en cornet peut être orienté grâce à vingt-sept muscles, ce qui lui permet de pivoter chaque oreille indépendamment pour localiser avec précision la source d’un bruit et sa distance.

La surdité des chats blancs est liée au gène « W », qui est responsable de l’absence de pigment dans le poil, qui paraît blanc. Il est en effet démontré que l’allèle W est directement responsable d’une dégénérescence de l’oreille interne, occasionnant la surdité. La surdité ne s’exprime pas systématiquement chez tous les chats : elle peut être la surdité bilatérale, unilatérale ou absente. Le chaton naît normal mais vers l’âge d’une semaine, son oreille interne, au lieu de continuer à se développer subit des altérations progressives. La dégénérescence est généralement complète à trois semaines.

La vue est son sens primordial. Son champ de vision est plus étendu que celui des humains : l’angle de vision binoculaire est de 130°, pour un champ de vision total de 287°, contre seulement 180° chez l’homme, ce qui reste cependant loin du record absolu du monde animal.

220px-Catpupil03042006 dans CHATL’intensité lumineuse influence la forme de la pupille : allongée en fente étroite en pleine lumière, elle se dilate en un cercle parfait à la pénombre. Contrairement à une idée répandue, il est incapable de voir dans le noir complet. Il est toutefois beaucoup plus performant que l’œil humain dans la pénombre. La nuit, l’aspect brillant des yeux est dû à une couche de cellules de la rétine, appelée tapetum lucidum, qui agit comme un miroir et renvoie la lumière perçue, ce qui la fait passer une seconde fois dans la rétine et multiplie son acuité visuelle dans l’obscurité.

En revanche, il semblerait (cela est encore discuté) que le chat ne perçoive pas la couleur rouge et que, d’une manière générale, il distingue très mal les détails. Sa vision est granuleuse sur les images fixes tandis qu’un objet en mouvement lui apparaît plus net (par exemple une proie en mouvement).

Une particularité de l’œil du chat est qu’outre les paupières inférieure et supérieure, il est protégé par une troisième paupière, la membrane nictitante. Celle-ci se ferme à partir du bord inférieur du coin interne de l’œil vers l’extérieur. Quand elle ne se referme pas complètement, c’est souvent le signe d’un problème de santé chez le chat. Les chats peuvent avoir les yeux de différentes couleurs comme bleus, verts, jaunes, marrons…

L’odorat

 

130px-Detalhe_nariz_OskL’odorat a une grande importance dans la vie sociale du félin pour délimiter son territoire. Par ailleurs, c’est son odorat développé qui lui permet de détecter la nourriture avariée et empoisonnée. Il possède deux cents millions de terminaux olfactifs, contre cinq millions pour l’homme.

Le goût

Le sens du goût est développé chez le chat, moins que chez l’homme cependant : chez le chat adulte, on compte 250 papilles comptant 2 000 bourgeons gustatifs. Contrairement au chien, le sens gustatif du chat est localisé à l’extrémité de la langue, ce qui lui permet de goûter sans avaler. Il est sensible à l’amer, à l’acide et au salé, mais non au sucré.

Lapement

Black and white cat drinks from a puddle.oggLe chat, à l’instar des félidés, a une technique de lapement différente des autres animaux. On pensait que les papilles cornifiées de sa langue lui servaient à retenir l’eau mais il en est tout autre. Alors que l’homme boit par la technique de succion et que le chien, comme beaucoup d’autres vertébrés, plonge le museau et plie sa langue comme une cuillère, ce qui amène le liquide vers sa gueule, le chat plie la pointe de la langue vers le bas et vers sa face dorsale pour effleurer le liquide, puis la retire aussitôt, ce qui crée une colonne de liquide. Le chat, au moment où la gravité reprend le pas sur la force d’inertie et va faire retomber la colonne, referme sa mâchoire et aspire alors une partie de cette colonne. Cette technique de lapement (en moyenne 4 lapées par seconde pour le chat, moins pour les félidés plus gros) a été modélisée mathématiquement et reproduite par un robot (disque de verre rond remontant par un piston à la même vitesse que la langue féline, soit 1 m/s). Une hypothèse expliquant cette technique sophistiquée met en cause la région extrêmement sensible du nez et des moustaches du chat, ce dernier lapant en cherchant à maintenir cette région la plus sèche possible.

 

Le toucher

230px-Chatte-arbre5Son sens du toucher est également bien développé. Ses vibrisses (moustaches, mais il y en a aussi aux pattes, sous le menton, les sourcils) lui indiquent la proximité d’obstacles, même dans l’obscurité totale, en lui permettant de détecter les variations de pression de l’air. Celles-ci lui permettent aussi de mesurer la largeur d’un passage. Il ne faut surtout pas les couper car le chat serait déstabilisé. Les coussinets garnissant ses pattes sont très sensibles aux vibrations et sa peau est constellée de cellules tactiles extrêmement sensibles.

 

 

l’organe vestibulaire 

Article détaillé wikipédia : Réflexe de redressement du chat

Son organe vestibulaire est également particulièrement développé, lui conférant un bon sens de l’équilibre. Ceci explique l’étonnante faculté qu’ont les chats de se retourner rapidement pour retomber sur leurs pattes lors d’une chute.

Si un chat fait une chute de deux mètres et plus (si tel n’est pas le cas, sa technique ne marche pas) alors qu’il est sur le dos, il peut se retourner afin d’amortir cette chute. En effet, il tourne d’abord sa tête en direction du sol, entraînant les pattes avant puis les pattes arrières. Le chat se retrouve alors le ventre en direction du sol et prend une position qui ressemble à celle d’un écureuil volant. Il ne lui reste qu’à courber le dos et dès qu’il se rapproche du sol, il rassemble ses pattes, comme s’il était sur terre. Cependant cela ne le sauve pas forcément mais rend juste la chute moins grave.

 

Source wikipédia. 

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Le chat dans la littérature

Posté par othoharmonie le 24 septembre 2011

Historique

L’apparition du chat dans la littérature fut d’abord discrète. Peu aimé au Moyen Âge, où on ne lui confère guère que l’utilité de GIFS CHATchasser les souris, les écrits le concernant reflètent les idées de l’époque. Au IXe siècle, Hildegarde de Bingen, dans son Livre des subtilités des créatures divines lui consacre un paragraphe bref et peu élogieux : « Au plus fort des mois d’été, […] le chat demeure sec et froid. Le chat ne reste pas volontiers avec l’homme, excepté celui qui le nourrit. » Le célèbre Roman de Renart a laissé l’image de Tibert le chat, tout aussi rusé et hypocrite que Renart, mais aimé par Noble, le lion.

Le chat est peu à peu « réhabilité » durant la Renaissance et de nombreux écrivains et poètes tels Pétrarque, mort la tête posée sur son chat, ou encore Joachim du Bellay améliorent la réputation du chasseur de souris. Au XIXe siècle, les auteurs romantiques portent une grande affection au félin : en 1869 paraît Les Chats de Jules Champfleury réunissant la somme des connaissances de l’époque sur le chat, et qui révéle la place privilégiée du chat dans les milieux intellectuels. Depuis le début du XXe siècle, les œuvres littéraires ayant pour héros principal ou secondaire le chat se sont multipliées. De nombreux auteurs, notamment Colette, ont mis en exergue leur(s) chat(s).

Les chats dans les nouvelles et romans

Dans les romans et nouvelles, le chat garde souvent son aspect mystérieux, inspirant des écrits fantastiques comme Le Chat noir d’Edgar Allan Poe où deux chats noirs précipitent la folie du personnage principal. Le chat peut aussi être le témoin de la vie des hommes : dans le classique japonais Je suis un chat de Sōseki Natsume, un chat dépeint la société japonaise de l’ère Meiji. D’une autre manière, des sociétés félines, uniquement composées de chats, apparaissent comme La Cité des chats de Lao She ou la série de romans pour la jeunesse La Guerre des clans.

Le chat peut aussi être détective comme Kao K’o Kung et Yom-Yom, deux chats siamois mis en scène dans une série de romans de Lilian Jackson Braun ou encore Francis, le chat détective de Akif Pirinçci, dont la série de roman Félidés, Chien méchant, Francis et les chats sauvages aborde des problèmes philosophiques ou éthiques.

Dans les univers médiévaux-fantastiques, on trouve parfois des races hybrides dont les caractéristiques sont à la fois humaines et félines. Ce phénomène est particulièrement marqué dans les mangas, animes et autres jeux vidéo japonais, qui comportent assez souvent un personnage de jeune fille-chat, la nekomimi ou nekomusume.

Source wikipédia 

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Chat Sauvage

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2011

Chat sauvage : espèce de félin dont est issu le chat domestique

Felis silvestris silvestris

Article détaillé : Felis silvestris silvestris

Chat sauvage d’Europe (Felis silvestris silvestris).

 Felis silvestrisLe chat sauvage d’Europe habite dans les forêts d’Europe de l’Est, d’Europe centrale et d’Europe de l’Ouest, aussi bien en Écosse qu’en Turquie. Il n’est cependant pas présent, ni en Scandinavie, ni en Islande, ni en Angleterre, ni au Pays de Galles, ni en Irlande. Il est plus grand que le chat d’Afrique ou le chat domestique. Sa fourrure épaisse et sa taille permettent de le distinguer, il ne devrait normalement pas être confondu avec un chat domestique.

Les chats sauvages étaient nombreux en Europe au Pléistocène ; quand la glace a disparu, ils se sont révélés adaptés à une vie dans les forêts denses. Contrairement aux chats domestiques, ils sont en activité pendant la journée.

Les chats sauvages sont extrêmement timides. Ils évitent de s’approcher des humains. Ils vivent en solitaire et tiennent un territoire d’environ 3 km² chacun. Ils sont devenus très rares dans les pays européens. Bien qu’étant des animaux protégés, ils sont encore pris pour cibles par des chasseurs qui les prennent pour des chats domestiques. En Écosse, le croisement avec des chats domestiques est également une menace pour la population de chats sauvages.

Chat Sauvage dans CHAT 220px-AfricanWildCatLe chat sauvage a l’habitude de marquer son territoire à l’aide de ses griffes sur des troncs d’arbres ou d’arbustes debout ou couchés. Il choisit généralement des arbres à l’écorce fibreuse. Si le sureau noir a souvent sa préférence, il ne dédaigne pas les jeunes résineux et les lilas. L’écorce est dilacérée sur une hauteur de 30 à 40 cm et s’effiloche au fil du temps car le chat revient régulièrement au même endroit. Il est important que ses griffes restent aiguës et tranchantes, c’est pourquoi la partie externe de l’enveloppe cornée s’exfolie. En observant bien au pied de l’arbre lacéré, on peut trouver des morceaux de griffes.

Le chat forestier est considéré comme menacé au niveau européen et, depuis les années 1970, c’est une espèce protégée sur l’ensemble de son aire de répartition. Pour conserver le chat sauvage, il faut protéger l’ensemble de son habitat : forêts, bosquets, haies et prairies.

L’animal n’est pas facile à observer car il évite de s’approcher des humains.

Source wikipédia

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Le Chat et ses dérives

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2011

 

Chat oeil

Greffier  sur http://argot.abaabaa.com , Dictionnaire en ligne Argot-français. Consulté le 25 novembre 2008. « Les faubouriens, qui n’aiment pas les gens à robe noire, et emploient à dessein ce mot à double compartiment où l’on sent la griffe. »

 

 La TICA (The International Cat Association), l’ACFA (American Cat Fanciers Association ) et la CFA (Cat Fanciers’ Association) admettent la polydactylie chez le Maine Coon par exemple. 

 

Le nombre de races reconnues varient selon les associations félines : 42 pour la FIFé, 63 pour le LOOF, 54 pour la TICA et 39 pour le CFA par exemple. 

 Selon le Littré de 1878, le verbe miauler vient de l’onomatopée miaou et a connu diverses formes selon les régions et les époques : midler dans le Berry ou mialer à Genève, par exemple. 

 Chats noirs, notamment utilisés dans le logo de la Confédération nationale du travail

 Le pastel de la Fillette au chat se trouve à la National Gallery de Londres. La Petite Fille au chat, pastel également connu sous le nom de Portrait de Mlle Huquier, est à Paris, au musée du Louvre. Enfin, le Portrait de Magdaleine Pinceloup de La Grange appartient au Getty Center, à Los Angeles. Dans ces trois œuvres, Perronneau place le chat en bas à gauche du tableau, mais au premier plan. 

 Le Vieux Chat et la Jeune Souris sur Wikisources

 Le Chat et un vieux Rat, Conseil tenu par les rats sur Wikisources

 Le Singe et le Chat, Le Chat et le Renard sur Wikisources

 Le Maître chat ou le Chat botté sur Wikisources

 La Communauté justifie donc en pratique son action par les distorsions de concurrence générées par les interdictions déjà existantes dans certains pays européens à l’encontre du commerce des fourrures de chats et de chiens. 

 Animal sitting, comme on dit baby sitting. Dans le cas des animaux de compagnie, ceci comprend non seulement la surveillance et les soins à l’animal en l’absence de ses propriétaires, mais aussi la promenade de l’animal. 

Source wikipédia

chat v couche

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

12345
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello