• Accueil
  • > Recherche : méditation vision animaux

Résultats de votre recherche

LE RENNE, animal Totem

Posté par othoharmonie le 12 février 2017

 

Renne (caribou) : Egalité, Equilibre, Frugalité
Selon la tradition chamanique, les animaux de pouvoir peuvent être appelés par les rêves ou la méditation pour nous apporter guidance et protection.
 Leur enseignement nous conduit vers la connaissance et la force. 
Nous pouvons apprendre de chaque animal et utiliser ses qualités dans notre vie.
 

Ses attributs : endurance, douceur, bonté, estime de soi, errance, nomadisme, sens de l’orientation, protection durant les déplacements, sociabilité, transition à travers la noirceur, adaptation au froid, habileté à voir ce qui est dissimulé, secret

Le renne

La Sagesse de Caribou / renne Comprend:

* Connexion à la maison sur de longues distances 
* Puissance d’errance 
* Protection tout en voyageant 
* compétences sociales 
* Maintien de celles pouvoir dans les situations de groupe 
* Possibilité de parcourir de longues périodes dans l’obscurité Le renne est un totem familial, habile en communication et les activités sociales. Ce totem est un leader né et se félicite de toute possibilité de guider les autres dans son troupeau dans de nouvelles directions 

« Tous pour un et un pour tous» pourrait facilement être la devise de ce totem.   

L’orientation est un rôle clé pour ce totem. Soyez un genre et enseignant utiles, pas un autoritaire. Il ne est pas étonnant que Rudolph (qui seraient classées avec d’autres totems mystiques) avec sa balise nez rouge-lumière a été choisi par le Père Noël pour guider son équipe de rennes dans le brouillard la nuit du réveillon de Noël. Regardez autour de vous, votre aide est nécessaire.

Le renne (Caribou) évoque toujours des images de Santa Claus et son équipe mythique qui volent et tirent son traîneau dans l’air dans la saison des vacances. ( écrit de RavenDreamer) 

Le renne ou caribou vit dans le grand Nord. Il ne craint pas le froid, son pelage très épais est une vraie couverture. Même ses larges pieds et son museau sont protégés. En hiver, il se nourrit de lichens et de mousses. Le petit renne n’est pas tacheté. Une demi-heure après sa naissance, il peut se dresser sur ses pattes. Et dès le lendemain, il suit le troupeau.

Le Renne ou Caribou - endurance, force, constance. Le Caribou enseigne qu’il est possible de s’adapter lorsque l’on fait face à une situation difficile. Il prône la prudence face à son entourage et la tenacité afin d’obtenir une réussite. Le mouvement vers son but et malgré tous les obstacles est quelque chose d’important à ses yeux.

Réver de renne est un symbole de reconnaissance et de fécondité. C’est aussi un présage de bonheur et de chance. 

hommecerf

Citation:

Pour beaucoup d’entre nous, les fêtes de fin d’année apportent des moments de surprise, d’émerveillement et de magie. Et de fait, plusieurs histoires emblématiques de Noël revêtent une dimension féérique. Pensons au voyage du père Noël et à ses neufs rennes magiques qui le transportent tout autour du monde. À l’origine, on comptait huit rennes (Tornade, Danseur, Furie, Fringant, Comète, Cupidon, Tonnerre et Éclair). Cette légende s’inspirait du poème intitulé Une visite de Saint-Nicolas ou La nuit avant Noël composé par l’Américain Clement C. Moore en 1823.

Rodolphe, le renne au nez rouge, n’a fait son apparition qu’en 1939 dans un conte pour enfants publié par la chaîne de magasins Montgomery Ward à des fins de publicité. Mise en chanson en 1949 et interprétée par la chanteuse américaine Gene Autry, l’histoire du petit renne au nez rouge a connu une renommée mondiale.

Nous entendons chaque année les histoires et les chansons des rennes du père Noël, mais savons-nous ce qui se cache derrière la fiction? Que connaissons-nous des rennes? Dans la réalité, ils n’ont peut-être pas la capacité de voler, mais ils n’en demeurent pas moins de fascinantes créatures. Selon la légende, le père Noël réside au pôle Nord et c’est là qu’il fabrique tous les jouets pour les enfants. Ainsi donc, ses rennes seraient vraisemblablement des caribous de Peary, puisqu’il s’agit de la sous-espèce la plus nordique. On la rencontre dans les îles de la Reine-Élisabeth, Prince of Wales et Somerset, très proches du pôle Nord. Mais ce ne sont là que des suppositions : qui sait en effet où le père Noël est allé chercher ses rennes!  Ecrit de Sarah McPherson 

La légende du paradis des caribous  

Une très vieille légende, transmise de génération en génération dans les familles naskapies, prétend qu’il existe un lieu sacré où se dirigent les âmes des caribous après leur mort. Dans la langue naskapie, on désigne ce lieu par : atiuk weej, ce qui signifie « maison des caribous ». Selon cette croyance, l’animal serait prêt à retourner sur terre dans un nouveau corps après avoir séjourné dans ce paradis, qui se trouverait au milieu de la vallée de la rivière Koroc. Seuls les chamans y auraient accès grâce à leur pouvoir visionnaire. 

La légende du caribou enchanté   

On raconte qu’une femme Inuite nommée Tyya se promenait loin de sa maison. C’est alors qu’un épais brouillard apparut et elle perdit son chemin. C’est un jeune chasseur de caribous qui la recueillit et la conduisit chez lui. Le lendemain, le jeune homme partit pour la chasse tout en prévenant Tyya de ne laisser entrer personne dans la tente. Pourtant, un esprit diabolique métamorphosa Tyya en caribou blanc. À ce moment-là, le jeune chasseur vit en songe l’esprit de son aïeule, une shaman très puissante, qui lui révéla un procédé magique pour rompre le mauvais sort. Le jeune homme gagna la toundra et repéra un caribou blanc, dissimulé dans une harde. Il prononça la formule magique et Tyya retrouva sa forme humaine.

Publié dans CERF-CHEVREUIL-RENNE | Pas de Commentaires »

LE CRABE ET SES COULEURS

Posté par othoharmonie le 30 mars 2016

 

Non pas une, mais quatre nouvelles espèces de crabes d’eau douce, d’un violet lumineux, ont été découverts parmi la grande diversité biologique, mais écologiquement menacée des Philippines.

Insulamon-palawense_thumb

 un crabe mâle Insulamon palawanense, qui se différencie de la femelle et des jeunes par ses pattes et pinces rougeoyantes.

Le crustacé se niche sous des rochers et les racines dans les ruisseaux, se nourrissant de plantes mortes, de fruits, de charognes et de petits animaux dans l’eau pendant la nuit, selon Hendrik Freitag du musée Allemand Senckenberg.

Les couleurs vibrantes, sur les coquilles de ces crabes, peuvent différencier les mâles des femelles, les jeunes des adultes. Trouvés seulement dans les petits écosystèmes forestiers dans le groupe d’île de Palawan, la plupart ont des coquilles pourpres avec des pinces et des pattes virant au rouge. Les crabes peuvent distinguer les couleurs. Par conséquent, il semble probable que la coloration a une fonction de signal pour le comportement social, l’accouplement, par exemple.

Tous de la famille des Potamidae, la carapace du plus grand, Insulamon magnum, est de 53 millimètres par 41,8 millimètres, tandis que le plus petit, l’Insulamon porculum, mesurent 33,1 sur 25,1 millimètres. Les deux autres nouvelles espèces ont été appelées Insulamon palawense et Insulamon johannchristiani. Les quatre diffèrent légèrement les uns des autres, dans la forme de leurs coques, leurs pattes et les organes sexuels.

Aux États-Unis, le Conservation International répertorie les Philippines comme l’un des 17 pays qui abritent la plupart des plantes et la vie animale de la Terre. Les principales menaces pour ces crabes sont les constructions agricoles, minières ou d’habitations, pouvant entrainer le tarissement de leurs petits habitats et la pollution des eaux.

A partir, et pour plus de détails et d’images, du musée Senckenberg : Colourful river crabs: newly discovered and already threatened. L’étude au format PDF : Revision of the genus insulamon NG & TAKEDA, 1992 with desriptions of four new species.

Il y a aussi sur GuruMeditation 

 

Publié dans CRABE | Pas de Commentaires »

PANTHERE : animal Totem

Posté par othoharmonie le 14 août 2015

 

 Blackleopard

 

Notre animal totem est, en chamanisme, l’esprit animal qui représente notre nature profonde. Il ne s’agit pas d’un être individuel précis, comme dans le cas de notre ange gardien, mais d’une vibration : l’esprit de l’animal dans son aspect global et universel, qui se manifeste par exemple dans l’animal physique.

Contrairement à certaines idées répandues, on ne choisit pas son animal totem (parce qu’on le trouve sympathique, fascinant…) mais c’est lui qui nous choisit. De tous les esprits animaux qui peuvent aider le pratiquant sur son chemin, le totem est souvent celui qu’il rencontre en dernier. Rappelons-nous par exemple les épreuves initiatiques demandées aux Amérindiens pour qu’ils obtiennent, après plusieurs jours de jeun et de méditation, la vision de leur totem. La connaissance de son animal totem est une découverte qui se mérite et qui ne se produit que lorsque nous sommes prêts à nous voir et nous accepter tels que nous sommes, sans orgueil ni dévalorisation.

Votre totem pourra se manifester à vous de diverses manières, que ce soit dans des rêves, des visions, des méditations… Pour le connaître, je vous conseille de lui demander ardemment de se manifester à vous, que ce soit en rêve ou dans des états de conscience modifiés. Parallèlement à cet appel que vous lui adressez, il est important d’apprendre à vous connaître de mieux en mieux par l’introspection et de travailler sur vous-même pour apprendre à développer vos qualités et maîtriser vos défauts.

Dans cet article, je vous fais part de ma rencontre avec mon animal totem. Elle s’insère dans tout un processus de découverte de moi-même et d’alchimie intérieure, que j’ai entamé depuis plusieurs années, ainsi que dans le cadre de pratiques de méditation et d’identification aux esprits de la nature et en particulier aux esprits animaux. La rencontre avec mon animal totem a été l’aboutissement de plusieurs années de pratiques et de travail sur moi, et le début d’une plus grande intégration de mon être véritable dans ma vie et mon occultisme.

A cette époque, je connaissais déjà les esprits animaux qui sont mon ombre et mon gardien. Tous deux s’étaient imposés à moi de manière très manifeste. Je pressentais que mon totem était un félin. Je savais que, bien que je sois très proche des chats, mon totem n’était pas un chat mais un grand félin. J’avais pensé à la panthère sans y croire, cet animal me paraissant trop fascinant pour m’être relié. J’avais conclu, dans mes réflexions, qu’il devait s’agir du tigre.

J’ai donc évoqué cet animal, persuadée qu’il s’agissait de mon totem. L’évocation fut très agréable, le tigre étant un animal empli d’amour qui m’accueillit très bien dans sa sphère. Néanmoins, malgré la chaleur de son accueil, je perçus que quelque chose clochait car je n’avais pas ressenti dans la sphère de cet esprit animal l’intensité émotionnelle que j’avais éprouvée à la rencontre de mon ombre et de mon gardien. L’appel du tigre était pour moi une belle pratique sur un esprit animal mais qui ne se distinguait pas d’autres pratiques intéressantes que j’avais pu faire avec des esprits animaux en tous genres. Alors que le contact avec mon ombre et mon gardien avaient été marquants : j’avais ressenti dans leur sphère l’intimité qui existait entre nous.

L’animal totem est un guide choisi pour nous aider, dont les qualités correspondent à nos besoins en matière d’initiation chamanique. C’est un allié et c’est le premier pas sur la voie du chaman.

La panthère noire : transformation 

Le rêve affirme que cet instinct a été blessé: gêné dans son épanouissement par un manque de liberté, submergé par d’autres activités,  détourné de sa réalisation naturelle.
Elle est rapide, instinctive, discrète, calme et peut rapidement être féroce.
Les totémiques de la panthère sont des personnes à tendance « guerrière » très endurantes face aux épreuves et aux obstacles, leurs réactions sont très rapides et instinctives et leurs sens toujours en alerte. Ils perçoivent énormément de choses, comme s’ils avaient des antennes

 Issu du site Noël chez mathusa

Publié dans PANTHERE - LEOPARD | Pas de Commentaires »

LE HIBOU, ANIMAL TOTEM

Posté par othoharmonie le 26 février 2015

 

 220px-Uhu-3

 

Le hibou est souvent associé au côté obscur puisque c’est un oiseau nocturne et un oiseau de proie. De par sa particularité de voler sans bruit, et du fait qu’il se déplace de nuit, ses proies ne sont conscientes de sa présence que lorsqu’elles sont déjà prises. Il mange beaucoup de souris, de gerboises, de petits animaux. Il a une vision perçante, et sa tête peut presque tourner à 360°; c’est là une capacité fascinante, il est très impressionnant de voit un hibou tourner la tête sans que son corps ne bouge.

Parmi les Premières Nations, très peu vont utiliser les plumes de hibou, hormis ceux qui ont la médecine de cet animal. Et même ceux-ci doivent faire des cérémonies pendant plusieurs jours afin d’annuler l’énergie obscure associée au hibou. Je connais cependant la nation mohawk qui semble n’avoir aucune difficulté à travailler avec ces plumes. 

Les qualités positives du hibou sont les suivantes: il est celui qui, dans le silence de la méditation, sait accéder à toute l’information, toute la connaissance qui est dans l’Univers. Dans la mythologie grecque, l’image est fréquente d’une déesse avec sur l’épaule une chouette qui lui chuchote l’information dont elle a besoin. Le hibou est donc associé à la sagesse et à la connaissance. La Personne qui en a la médecine doit fréquenter les lieux sombres où l’on peut pratiquer la méditation et y accéder. Quant à celui qui possède la médecine du hibou, il arrive souvent qu’il puisse travailler avec la mort, accompagner les mourants ou dans les soins palliatifs.  Une personne qui possède la médecine du hibou a souvent la capacité de pratiquer la guérison à distance. 

Par ailleurs, il est très intéressant d’avoir une telle personne dans une association, car elle voit tout, on ne peut pas la décevoir, elle sait distinguer ce qui n’est pas net.

Le hibou est couramment associé à la sorcellerie, à la magie noire, à la pratique d’envoyer de mauvaises énergies à d’autres personnes. 

Lorsque l’on voit un hibou: il est bon de revenir à l’observation de notre situation de vie et d’utiliser notre intuition: en effet, il peut y avoir un danger à maintenir la situation dans laquelle on se trouve. Dans certaines nations, il était dit que lorsqu’on entendait le hibou chanter son nom, on savait que l’on allait mourir dans la semaine qui suivait. 

Voilà la médecine du hibou.

 

ARTICLE du blog de http://www.aiglebleu.net/

Publié dans CHOUETTE ET HIBOU | Pas de Commentaires »

ENTRER EN CONTACT AVEC SON ANIMAL TOTEM

Posté par othoharmonie le 14 août 2014

5 petitIl existe différentes façons de découvrir votre totem. La plus facile consiste à observer les signes qui se répètent autour de vous, dans la réalité quotidienne. Il s’agit d’abord de demander à l’Esprit de vous donner un signe. Vous pourriez dire : « Créateur, donnez-moi un signe pour que je connaisse mon totem ». Puis commencez à remarquer les animaux qui se manifestent souvent autour de vous. 

Si le même apparaît très souvent de façon inhabituelle ou sur une courte période (soit l’animal lui-même, sa représentation, comme une statue ou une figurine, ou sa mention dans un livre, sur une photo ou dans une chanson), alors il y a de fortes chances qu’il s’agisse de votre totem. Si cet animal vous apparaît souvent, cela peut aussi vouloir dire qu’il cherche à communiquer avec vous et à vous transmettre un message. Autrement dit, votre esprit animal utilise sa contrepartie physique pour projeter sur vous des renseignements importants. 

Portez une attention particulière lorsqu’un animal vous apparaît, surtout s’il se présente à votre conscience au moins trois fois de suite. Prenez alors le temps de rester immobile et demandez-vous quel est le message ; Par exemple, si vous ouvrez la radio et que le présentateur parle de la migration des ours, puisque vous passez devant une affiche représentant un ours qui sourit, cela peut être un signe. Mais si dans une allée de l’épicerie, vous apercevez une rangée de pots de miel dont l’étiquette porte un ours qui vous sourit, puis que vous rêvez à des ours la nuit suivante, alors il est vraiment temps de commencer à écouter les signes. Et si les ours continuent à se manifester souvent par la suite, surtout après que vous ayez demandé un signe pour connaître votre totem, alors l’ours est fort probablement votre esprit animal. Lorsque cela se produit, il est important de méditer sur ces manifestations afin d’essayer d’en comprendre le sens. 

Les esprits animaux peuvent également apparaître en rêve, dans des visions ou au cours d’une méditation. Pour trouver cotre allié animal, il faut vous détendre, fermer les yeux et imaginer que vous vous rendez dans un lieu spécial dans la nature – un pré, une grotte ou le sommet d’une montagne – afin de le rencontrer. Quand vous serez complètement détendu, posez-vous la question suivante : Si je connaissais mon totem, quel serait-il ? 

Puis servez-vous de votre imagination pour visualiser l’animal s’approchant de vous. Bien que cette technique puisse sembler simpliste, elle est en fait très profonde. 

Quand vous aurez découvert votre totem au moyen de cette technique, les qualités positives de l’animal se manifesteront et commenceront à se révéler. Par exemple, si vous découvrez que le vôtre est un aigle, vous verrez que la force, la clarté et la capacité de voir une situation de loin commenceront à se développer en vous. Découvrir votre totem est communiquer avec lui vous permettra de vivre une connexion plus intense avec la nature et enrichira votre vie. 

Dorénavant, puisque vous avez découvert votre animal totem,

et bien vous pouvez venir consulter sa représentation et son message c’est…

                                                    ici : http://devantsoi.forumgratuit.org/t458-animal-totem#3265

 

Belles découvertes à vous !

 

Publié dans OURS, XXX - ARTICLES DE PRESSE | 2 Commentaires »

Expériences éléphant

Posté par othoharmonie le 18 juin 2013

Les animaux ont-ils conscience d’eux mêmes?

On a montré pour l’instant que la capacité de distinguer soi-même des autres est très rare dans le genre animal : seuls les humains, les chimpanzés et, dans une moindre mesure, les dauphins en étaient capables jusqu’à présent. 

Image de prévisualisation YouTube

L’expérience : éléphant devant le miroir

La connaissance de soi de l’éléphant relève peut-être de la complexité sociale des groupes de ces animaux géants. Cela pourrait être lié à l’empathie et à l’altruisme que l’on connaît chez l’éléphant.

L’expérience réalisée en 2005 consistait à mettre l’éléphant femelle nommé « Happy » en face d’un grand miroir après avoir peint un grand X au dessus d’un des yeux (voir la vidéo). Il était impossible à l’éléphant de remarquer ce X sans l’aide du miroir. Or, l’éléphant a bien souvent touché le X avec sa trompe et de manière répétée. L’éléphant a ignoré un deuxième dessin en croix qui était de couleur invisible sauf à sous l’ultraviolet.

Image de prévisualisation YouTube

Cette expérience s’est avérée convaincante avec « Happy » mais deux autres éléphants femelles ont échoué au test. Cependant, le comportement des trois éléphants face au miroir semblait montrer une véritable conscience de soi. Ainsi, un des deux autres éléphants s’est consciemment servi du miroir pour explorer sa bouche avec sa trompe.

Image de prévisualisation YouTube

Le célèbre psychologue Gordon Gallup, qui avait conçu ce test de la marque sur le front et appliqué pour la première fois sur des chimpanzés, a trouvé les résultats très solides et convaincants.

Les éléphants n’ont pas montré de signaux de type social devant le miroir : ils ne confondaient donc pas leur image avec un congénère, comme le font la grande majorité des mammifères testés. Il est cependant nécessaire de poursuivre les tests afin de déterminer le niveau de conscience de soi.

Comme les espèces divergentes que sont les éléphants et les dauphins partagent cette capacité de se reconnaître dans le miroir, on peut conclure que cette caractéristique a évolué indépendamment.

Les éléphants et mammouths sont originaires d’un même animal nommés mastodonte qui s’est éteint il y a 24 millions d’années. Une actualité récente vient d’ailleurs de trouver le lien manquant entre les éléphants et ses lointains ancêtres.

Source :Livescience , .imaginascience.com  et vivantinfo.com)

Fabienne Delfour & Pascal Carlier  

Les animaux ont-ils une conscience ?

Question éminemment difficile que l’on peut aborder en étudiant si des animaux manifestent des comportements de reconnaissance d’eux-mêmes. Dès les années 1970, on a pu montrer que les chimpanzés sont capables d’utiliser un miroir pour explorer leur corps. Plus surprenant peut-être, les dauphins et les orques sont eux aussi capables de comportements cognitifs aussi élaborés. 

Poser la question de l’existence de la conscience de soi chez les animaux nécessite de considérer l’animal comme un (vrai) sujet. Or la culture occidentale porte l’héritage de la pensée dualiste de René Descartes (1596-1650) qui opposait le corps, parfait automate dénué de pensée, à l’âme, émanation du divin et siège de la vie psychique.

De tous les êtres vivants, seul l’homme possédait une âme et se trouvait donc placé, intouchable, au sommet de la pyramide de l’évolution. La question de la conscience chez un « animal-machine » ne se posait donc pas. Cette vision mécaniste de l’animalité, en faisant l’économie des phénomènes non observables, a facilité l’établissement des bases de la biologie moderne sur des faits d’observation et d’expérimentation. L’éthologie n’est devenue véritablement cognitive que dans les années 1970-1980 en s’intéressant notamment à la question de la conscience (voir l’encadré 1).

L’analyse de la conscience de soi, question particulièrement complexe, concerne principalement les grands singes anthropoïdes, mais aussi les mammifères marins, qui ont des cerveaux bien développés, une vie sociale complexe et des capacités cognitives proches de celles des grands primates. Cependant, démontrer l’existence d’une conscience chez un individu est très difficile : le concept de la conscience est fondamentalement réflexif ; on ne peut en effet être sûr d’être conscient d’un moment ou d’une action que lorsque l’on est, à l’instant présent, « conscient d’être conscient ». Autrement dit, nous sommes ici dans un processus de « second ordre », une« métaconscience » qui n’a pas besoin d’être démontrée car elle fait l’objet d’un consensus intersubjectif au sein de l’espèce humaine. L’existence de la simple conscience est, elle, difficilement démontrable ; on peut même penser que c’est cette conscience de « premier ordre » qui est recherchée dans certains types de méditation traditionnelle. Dans le bouddhisme zen, par exemple, on prescrit à l’individu de ne pas« s’accrocher » à ses pensées, et il lui est préconisé d’atteindre un état « d’intense présence ».La question qui nous préoccupe se rapporte donc plutôt à un « Soi », entité unifiée, qui se reconnaît. Notre question, que l’on soumettra plus aisément à l’épreuve des faits que celle de la conscience, devient : « que signifie être capable de se reconnaître ? ».

VOIR la suite de cet article …

Publié dans ELEPHANT, VIDEOS A PARTAGER, XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello