• Accueil
  • > Recherche : leopards normands

Résultats de votre recherche

L’histoire bizarre des léopards normands

Posté par othoharmonie le 25 août 2015

 

Haute-Normandie blason-logoLe drapeau normand est hissé, avec ses deux léopards d’or, gueules ouvertes et griffes sorties, sur fond rouge!

Mais pourquoi donc La Normandie a-t-elle hérité de ces animaux et de ces couleurs? Pour répondre, nous voilà amenés à feuilleter quelques pages d’histoire.

D’abord, il faut se souvenir que les Vikings avaient placés d’impressionnants dragons à la proue de leurs drakkars et que cet animal fabuleux venu du froid, mais dont la respiration est comme des flammes de feu, a été longtemps l’un des symboles de la Normandie. C’est lui qui orne les navires des conquérants de l’Angleterre et c’est lui que portait Robert Bertrand de Bricquebec, compagnon fidèle de Guillaume, comme emblême dans les batailles. Il était déjà d’or, il était déjà effrayant sur son fond rouge, comme le sang.

Et voilà que d’autres animaux, souvent exotiques (comme le serpent, le lion, le léopard) furent associés aux dragons. Le « dragon-léopard » figure ainsi sur les colonnes romanes de l’église Saint-Gervais de Falaise (ville natale de Guillaume), sur un châpiteau de l’abbaye aux Dames de Caen et sur un autre de la cathédrale de Bayeux. Le chroniqueur Geoffroy Vinsalf rapporte qu’à la Croisade, Richard Coeur de Lion portait parfois des armes avec dragons, mais plus souvent avec léopards. Ecu de gueules (c’est à dire rouge) avec léopards d’or pour le Duc de Normandie, roi d’Angleterre. 

Mais en ce temps là, les léopards étaient TROIS de l’autre côté  de la Manche, puisque Jean Sans-Terre reprit à son compte les armes de son frères et qu’il les garda même quand la France s’empara de la Normandie en 1204, après la chute de Château-Gaillard. Pendant plus d’un demi siècle, le blason du roi d’Angleterre qui continuait à se proclamer duc de Normandie, restera d’ailleurs le même et en 1729, Édouard 1er d’Angleterre accordera aux Iles deJersey et Guernesey, un sceau à trois léopards, sceau que les deux iles, constituées en baillage en 1304, ont conservé aujourd’hui encore.

Mais la Normandie, elle, se retrouva avec les fleurs de lys d’or sur fond d’azur (armes de France) et il fallut attendre la guerre de Cent ans et l’invasion anglaise sous la conduite d’Henri V de Lancastre, pour revoir des léopards. Devenu maître d’une partie de la France et notamment de la Normandie par le traité de Troyes, ce souverain anglais opta pour un compromis dans les nouvelles armes normandes : les léopards n’étaient plus que deux, mais ils étaient surmontés d’une fleur de lys.

Le retour de la Normandie à la France fit disparaître une seconde fois les léopards, qui réapparurent en septembre 1465, quand Louis XI nomma son frère Charles, duc de Normandie. Un nouveau blason de gueules à deux léopards d’or qui, en dépit de la suppression du titre de duc de Normandie, quatre ans plus tard par le même Louis XI, devait cette fois survivre et traverser les siècles.

  

 

SOURCE http://www.lerondcauchois.com

 

 

Publié dans PANTHERE - LEOPARD | 1 Commentaire »

Les DRAPEAUX LEOPARD

Posté par othoharmonie le 23 août 2015

Le drapeau normand est un emblème non officiel de la Normandie, province historique française.

N’étant pas une collectivité territoriale dotée de symboles officiels, elle n’a donc pas de drapeau légal mais seulement des drapeaux officieux. La Normandie possédant en revanche une identité historique et culturelle certaine, le recours à un drapeau pour la représenter s’est progressivement généralisé au cours du xxe siècle.

Le litige sur le drapeau est un objet de débat. En général, les armoiries et le drapeau sont distincts et il y a peu d’exceptions (on peut citer la Corse ou l’Albanie pour lesquelles le drapeau et le blason sont identiques). Les vexillologues et les héraldistes affirment en général qu’un blason n’est pas un pavillon et qu’un drapeau n’est pas la simple reproduction sur tissu du blason. Cependant, tout blason peut être décliné sous forme de drapeau, en particulier d’étendard ou de bannière.

Plusieurs drapeaux sont actuellement en usage et coexistent donc en Normandie. Ils suivent deux modèles : le drapeau héraldique et le drapeau à croix de saint Olaf. Les Îles Anglo-Normandes usent en revanche de drapeaux officiels.

 

Drapeau aux deux léopards

Le drapeau héraldique reprend le blason de gueules à deux léopards d’or (surnommé en normand les p’tits cats), que hissent la plupart des mairies et autres collectivités territoriales normandes, dont les deux conseils régionaux. Il est très majoritairement reconnu comme emblème de la Normandie depuis longtemps et se voit partout en Normandie. Sa popularité et son importante diffusion sur tout support tient à ce qu’il est identique aux 

Flag_of_Normandie.svg

armoiries de la Normandie continentale, blasonné « de gueules à deux lions d’or », qui a donné au fil du temps la bannière carrée puis le drapeau et le pavillon actuels. C’est, en tant que blason, l’emblème séculaire de la Normandie.

Le léopard héraldique est parfois confondu avec le lion dans la mesure où il est représenté comme lui avec une crinière et sans aucune caractéristique de pelage tacheté ; il se distingue du lion en ce qu’il est représenté « passant », c’est-à-dire marchant sur trois pattes, la quatrième dressée, corps de profil et tête de face, et queue redressée vers l’extérieur. Le léopard peut être « lionné », ou « rampant » (la position héraldique du léopard), s’il est dressé sur ses pattes arrières. Il ne se distingue plus alors que par la queue et la tête.

Le drapeau normand est souvent l’objet d’un questionnement puisque beaucoup de gens confondent les Lions avec des Léopards.

Drapeau aux trois léopards

Les DRAPEAUX LEOPARD dans PANTHERE - LEOPARD 220px-Royal_Banner_of_England.svgLe drapeau héraldique normand existe avec une variante : au lieu de deux, il est parfois arboré avec trois léopards d’or (surnommé en normand les treis cats). Le nombre de léopards du blason héraldique est peut-être dû à un quiproquo linguistique, car le cauchois Two : « trois », mal franco-patoisé Touo, ressemble à l’anglais Two : « deux ».

Cet usage est très minoritaire. Il se retrouve chez les partisans de la thèse selon laquelle le blason originel de la Normandie comportait trois lions, conservé sur le blason de l’Angleterre et partant, des îles Anglo-Normandes. Son usage, réhabilité sous l’influence du poète Louis Beuve (décédé en 1949), notamment lors des festivités du millénaire du rattachement du Cotentin à la Normandie, puis de l’abbé Marcel Lelégard (décédé en 1994), reste limité, mais on le trouve parfois sur des bâtiments officiels comme sur l’hôtel de ville de Coutances et au-dessus de la porte du château de Pirou.

Une autre hypothèse fait de ce drapeau à trois lions le résultat de la réunion de la Normandie avec l’Aquitaine sous le sceptre unique des Plantagenêts, héritiers par Aliénor d’Aquitaine de cette province dont le blason est formé d’un léopard les mêmes émaux que celui de Normandie. Pour cette raison, ce drapeau serait resté en Angleterre et dans les îles Anglo-Normandes, qui sont restées sous la domination des Plantagenêts après la conquête de Philippe Auguste.

Drapeaux à croix de saint Olaf

Le drapeau à croix de saint Olaf est un drapeau rouge orné d’une croix dite de Saint-Olaf, à croix rouge bordée d’or, allongée au battant à la manière des drapeaux des nations scandinaves, c’est-à-dire suivant le modèle des drapeaux des pays et régions nordiques. Ce drapeau a été créé par Jean Adigard des Gautries en 1937. Il serait issu, selon les historiographes, de l’étendard à la croix papale donnée à Guillaume le Conquérant par Alexandre II et qui brûla en 1932 dans l’abbaye de Battle. Bien que cet archétype soit l’un des plus vieux drapeaux du monde, la ressemblance avec la croix de saint Olaf est tout de même ténue.

220px-Drapeau_de_Falaise dans PANTHERE - LEOPARDCe drapeau est notamment promu par des associations régionalistes normandes revendiquant l’héritage des Vikings ou Normands. Il a été repris par les éditions et la revue normande Heimdal (de B. Mabille et G. Bernage), les revues Sleipnir et Haro (de D. Patte), mais aussi par diverses associations normandes dont : le Cercle culturel Norrois Asgard de Bayeux, l’Association culturelle Henri Beauclerc de B. Marie, la H.H.N.K. (Hin Heilöga Normanniska Kirkja : « La Sainte église normande » de M. Guignard), l’Association Phosphénia dans l’Oise normande de R. Skotarec, l’Amicale normande des Vosges, via la revue Viking (de J. Rivière). Depuis le début des années 2000, il est employé par de nombreux intervenants sur Internet.

Il est également devenu le drapeau du Mouvement normand, mouvement politique régionaliste dans les années 1970 afin selon lui « de représenter la Normandie puisqu’il aurait l’avantage de reproduire à la fois les couleurs normandes et l’héritage historique de la province ». Malgré ses efforts, le Mouvement normand n’a pas réussi à l’imposer ou à en généraliser l’usage.

Ce drapeau à croix éclatée de saint Olaf a été déposé en 1974 auprès de l’Association française d’études internationales de vexillologie.

Pour l’histoire, saint Olaf, évangélisateur de la Scandinavie, n’est pas étranger à la Normandie : il fut baptisé à Rouen en 1014 par l’archevêque de Rouen Robert le Danois, avant de connaître le martyre des mains de ses compatriotes hostiles à la religion des « Papars ». Olaf est « l’inventeur » du Danebrog, qu’il présente comme tombé du ciel, lequel est peut-être une récupération chrétienne de la roue solaire dite « païenne », regardée par les Northmenn et Normands comme le symbole vengeur du marteau de Þór.

Ce drapeau à croix de saint Olaf éclatée existe lui aussi avec une variante héraldique : en raison de son manque de notoriété à ses débuts, il est parfois apparu dans une version insérant les deux léopards d’or dans le quartier carré en haut à gauche, afin de le rendre plus facilement identifiable comme emblème normand. On le voit sur différents supports bien que la grande majorité des Normands fasse usage du drapeau aux deux léopards. Ce drapeau constitue un compromis entre le drapeau héraldique et celui à croix de saint Olaf. Comme le drapeau breton Gwenn ha Du, cette version intègre les éléments du blason tout en s’en distinguant.

Publié dans PANTHERE - LEOPARD | 1 Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello