• Accueil
  • > Recherche : lézard maison

Résultats de votre recherche

UNE HISTOIRE DE CHASSE ET DE SORCELLERIE

Posté par othoharmonie le 3 février 2017

M. le Commandant Henri de la Bassetière a bien voulu rédiger pour nous une curieuse histoire. « Jusqu’à quel point est-elle authentique – nous écrit-il – je l’ignore, car les faits remonteraient au milieu du siècle dernier ». Elle doit être, en tout cas, l’une des dernières du genre. Si elle peut paraître étonnante pour des étrangers, elle ne surprendra pas les Vendéens qui ont pu entendre, aux veillées d’hiver, raconter les histoires des garous, des chevaux-mallets et autres bêtes enchantées.

Buck Whitetail Deer (Odocoileus virginianus)

Voici l’histoire, telle qu’elle me fut racontée par mon vieil ami, M. de B. le dernier des gentilshommes chasseurs vendéens, un soir, pendant qu’il fumait sa pipe et dégustait à petites gorgées un excellent muscadet.

« Monsieur X, dont la propriété est à quelques lieues d’ici, était en train de lire dans son bureau quand il entendit la porte s’ouvrir et il vit entrer un ours debout sur ses pattes de derrière. L’ours fit le tour de la pièce en s’appuyant sur le mur et sortit par où il était entré. X en resta tout pantois. Cependant à la réflexion il finit par se persuader qu’il avait été le jouet d’un rêve ou d’une hallucination.

Mais quelques semaines plus tard comme il était dans la même pièce, la porte s’ouvrit à nouveau et un mouton entra, fit le tour de la pièce et sortit. Cette fois X s’écria : « Je saurai le fin mot du mystère », et il s’élança sur les traces de l’animal. Celui-ci, se voyant poursuivi, grimpa à toute allure l’escalier et, toujours suivi par X, atteignit le grenier où une fenêtre était ouverte, et sauta dans le vide. Quand X regarda par cette fenêtre,  il ne vit plus rien et ses recherches autour de la maison furent vaines.

Du coup, il ne se crut plus le jouet d’une hallucination et alla exposer l’affaire à son curé. Celui-ci ne prit pas la chose au sérieux et offrit à X d’aller passer une nuit dans la pièce hantée. Son offre fut acceptée. M. le curé s’installa donc muni d’un confortable en-cas qui lui permettrait de prendre des forces jusqu’à minuit. Mais le lendemain matin au grand scandale des dévots, il n’était pas encore arrivé à l’église une demi-heure après l’heure habituelle de la messe. Le sacristain finit par s’émouvoir et alla sonner au presbytère, puis chez M. X. Ce dernier entra dans son bureau et le trouva vide. Ils se mirent alors à la recherche de leur curé et le trouvèrent après maintes recherches, errant, hagard, dans la campagne. A toutes les questions qui lui furent posées, il répondit simplement : « Je ne veux rien dire, car ce que j’ai vu est trop épouvantable pour que je puisse le raconter.

Pendant plusieurs jours, aucun nouvel incident ne vint troubler la tranquillité de X, qui commençait à respirer. Mais, un soir qu’il était assis dehors sur sa terrasse, il aperçut un chevreuil qui traversait la prairie devant lui. Le fait en lui-même n’avait rien de très anormal, étant donné la proximité de la forêt voisine, si ce n’est que ce chevreuil était phosphorescent. Cette apparition s’étant produite à deux reprises, X prit un fusil et attendit le passage de l’animal. L’ayant aperçu à nouveau, il épaula vivement et tira. Mais, soit que le diable s’en mêlât, ou plutôt que la main du tireur eut tremblé, le chevreuil n’accusa pas le coup.

Alors X invita quelques amis à venir à son aide pour abattre cette bête extraordinaire. Après quelques essais infructueux, un soir, un tireur plus calme ou qui avait peut-être une queue de lézard dans sa poche, réussit à faire culbuter le chevreuil. Mais comme tous se précipitaient pour le ramasser, il se releva, et, d’un bond, disparut dans la nuit et le bois voisin cacha sa phosphorescence.

Le lendemain, X apprit qu’un de ses voisins s’était alité à la nuit, disait-il, d’un accident de chasse. Il avait plusieurs grains de plomb dans l’épaule ».

Depuis ce moment, toutes les bêtes fantastiques disparurent et M. X vécut en paix.

H. DE LA BASSETIERE
Revue du Bas-Poitou
1941 – 3e livraison

Publié dans CERF-CHEVREUIL-RENNE | Pas de Commentaires »

La Petite Souris ou la Fée des dents

Posté par othoharmonie le 7 octobre 2016

selon les cultures est une créature du folklore populaire occidental visant à rassurer les enfants lorsqu’ils perdent leurs dents de lait, en leur faisant croire qu’une souris va remplacer leur dent perdue par de l’argent s’ils la laissent sous l’oreiller avant de s’endormir. Subrepticement, les parents agissent comme « auxiliaires » de la Petite Souris et récompensent l’enfant en lui laissant une pièce de monnaie pendant la nuit, tel que promis.

Cette petite souris est connue sous le nom de Ratoncito Pérez dans les pays hispanophones (l’Espagne, l’Argentine…). Au Venezuela et au Mexique, les enfants l’appellent el Ratón (« la Souris »). En Catalogne (région d’Espagne), ce sont « les Petits Anges » qui passent (els Angelets).

Dans les cultures anglo-saxonnes et germaniques, ainsi que chez les francophones du Canada (Québec, Acadie), on rencontre plus souvent la « Fée des dents » (Tooth fairy en anglais, Zahnfee en allemand, Tannfe en norvégien).

la fée des dents

En Italie, la fée des dents prédomine largement bien que les deux personnages coexistent (Topino pour la Petite souris et Fatina pour la fée des dents).

Dans la plupart des pays francophones (la France, la Belgique, la Suisse, le Maroc, l’Algérie, le Luxembourg…), l’exception la plus notable étant le Canada, c’est la Petite Souris qui passe. En Irlande, c’est Annabogle.

Historique

L’origine la plus vraisemblable de la Petite Souris vient d’un conte français du xviie siècle de la baronne d’Aulnoy : La Bonne Petite Souris. On y parle d’une fée qui se transforme en souris pour aider une reine à vaincre un méchant roi, en se cachant sous l’oreiller du roi puis en lui faisant tomber toutes ses dents.

Par ailleurs, suivant une ancienne croyance, lorsqu’un animal mangeait une dent de lait, la dent permanente prenait les caractéristiques de l’animal ; on donnait parfois les dents de lait aux rongeurs dans l’espoir que les enfants obtiennent des dents plus dures et plus pointues. Par exemple, aux Philippines, quand un enfant perd une dent, il la jette au-dessus du toit de la maison. De cette manière, une souris lui en rendra une autre qui sera aussi solide et blanche que les dents de cette souris. Au Togo, on dit aux enfants de jeter leurs dents de lait au-dessus du toit de la maison, et surtout de ne pas ouvrir la bouche. En effet il ne faut pas qu’un lézard voie la partie vide sinon les dents risquent de ne plus pousser. En Tunisie, en Algérie et au Maroc, il y a une tradition qui coexiste avec le mythe de la Petite Souris : lorsqu’il perd sa première dent de lait, l’enfant se tourne vers le soleil et lui demande d’échanger celle-ci, nommée « dent d’âne », contre une « dent de gazelle »

Enfant, lorsque vous perdiez l’une de vos dents de lait, vos parents vous ont sans doute dit de mettre votre dent sous votre oreiller afin que la fée des dents puisse vous récompenser. Aujourd’hui, vous vous demandez peut-être si le passage de la fée des dents est une nécessité ou une simple excuse pour donner de l’argent ou un petit cadeau à votre enfant. En voici un peu plus sur le sujet.

QUI EST-ELLE?

Tout d’abord, la fée des dents est un personnage mythique, comme le Père Noël et le lapin de Pâques, servant à rassurer les enfants lorsqu’ils perdent leurs dents de lait. En effet, les parents laissent croire aux enfants que cette fée passera, une fois la nuit venue, afin de laisser de l’argent ou une gâterie quelconque à l’enfant pour saluer sa bravoure vis-à-vis cette perte. Le parent profitera donc du sommeil de l’enfant pour subtiliser la dent et la remplacer par autre chose. Dans d’autres pays, comme la France, la Belgique ou la Suisse, il s’agit plutôt d’une souris qui passera. En Espagne, on parlera de « petits anges » qui viendront récompenser les enfants. La perte de la première dent de lait surviendra autour de l’âge de six ans.

DOIT-ON INTRODUIRE LA FÉE DES DENTS À NOS TRADITIONS FAMILIALES?

Est-il nécessaire de mettre la fée des dents dans le coup, lorsque notre enfant perd une de ses dents de bébé? Puisqu’il s’agit d’un personnage imaginaire et mythique, tout porterait à croire que oui. Solène Bourque, psychoéducatrice, abonde dans ce sens. « Les personnages imaginaires aident les enfants à apprendre les notions de bien et de mal, à apprivoiser leurs peurs et à mieux exprimer leurs émotions. Et n’ayez crainte de la « désillusion » que l’enfant pourrait vivre en apprenant la vérité. Le plaisir qu’ils auront retiré de cette croyance restera toujours un souvenir précieux et heureux. » Lorsque nos enfants sont jeunes, nous leur parlons du Père Noël, et nous voyons dans leurs yeux toute la magie et le bonheur que peut leur apporter ce bonhomme jovial vêtu de rouge. Pour certains, il serait même impensable de ne pas en parler! Alors il est certain que la fée des dents joue le même genre de rôle dans la vie de l’enfant, qui a un besoin important d’imaginaire et de merveilleux dans sa vie.

 Petite souris

Mélissa, 30 ans, en garde d’ailleurs un bien beau souvenir. « Plus petites, ma sœur aujourd’hui âgée de 34 ans et moi essayions de rester éveillées le plus longtemps possible pour la voir arriver et voir à quoi elle ressemblait. Malheureusement, nous finissions toujours par nous endormir, épuisées, et nous avions la surprise le lendemain matin de voir notre dent disparue et remplacée par une pièce de monnaie! Cela nous a tellement fascinées. »

Ce n’est évidemment pas le cas de tous les enfants. Mathieu, 21 ans, mentionne : « Je n’ai pas vraiment de souvenir par rapport à la fée des dents. Ce n’est pas un personnage qui m’a réellement marqué ». Il est clair que quelques enfants ne seront pas intéressés par l’aspect merveilleux de la fée des dents. Vous pouvez quand même tenter de jouer le jeu.

QU’ADVIENT-IL DES DENTS RAMASSÉES?

Et la fée, elle fait quoi avec les dents qu’elle rapporte chez elle, vous questionnera peut-être votre enfant? Cela reste un mystère. En Algérie ou au Maroc, par exemple, l’enfant qui perd une dent doit se tourner vers le soleil et demander à Allah de l’échanger pour une « dent de gazelle », car dans ce pays, la gazelle est un synonyme de beauté. Il croit donc que la dent d’adulte qui poussera dans sa bouche en sera une de gazelle. Au Togo, on dit plutôt aux enfants de lancer leur dent par-dessus leur maison, et de garder leur bouche bien fermée pour qu’un lézard ne voit pas le trou laissé par la dent manquante en bouche. Les dents risqueraient alors de ne pas pousser.

La perte de la première dent de lait peut être, pour un enfant, un moment stressant ou au contraire très excitant. Soyez à l’affût de ses questions et de ses inquiétudes. Partagez avec lui sur votre propre expérience. Savourez ce moment : cela veut dire que votre enfant grandit!

COMBIEN DOIT-ON DONNER?

Traditionnellement au Canada, la fée des dents échange la dent de lait contre de l’argent ou une surprise, comme des autocollants ou un petit jouet et rapporte la dent dans son royaume. S’il s’agit d’argent, le montant donné est variable d’une famille à l’autre. Le but n’est pas d’en donner beaucoup à l’enfant, mais bien qu’il soit surpris de ne plus trouver sa dent sous son oreiller le matin. Cependant, un récent sondage réalisé par Visa démontre que les parents donnent en moyenne 3,44 $ par dent perdue.

Source : http://www.mamanpourlavie.com/

Publié dans RAT et SOURIS | Pas de Commentaires »

Les 4 ANIMAUX qui nous instruisent pour la vie

Posté par othoharmonie le 10 septembre 2016

 

 

Le deuxième livre de la Révélation divine, après la Bible, est assurément celui de la nature. Notre terre ne cesse de nous émerveiller, de nous fasciner et de nous instruire. Quelle que soit la façon dont nous l’abordons, notre belle planète bleue est interpellante. Elle fait l’objet de tant de recherches… Est-ce que notre condition humaine échappe aux lois qui régissent ce monde de la vie ? Depuis peu, une prise de conscience s’est faite autour du concept du développement durable qui prend en compte le nécessaire respect des équilibres de notre proche univers. Cette bonne volonté doit être dépassée par une observation plus attentive de notre environnement. N’y a-t-il pas matière à réflexion dans cette observation de la nature ?  N’y lit-on pas l’énoncé de valeurs importantes qui y sont inscrites ? Plus simplement est-ce que cette nature est un puits  d’éducation ?

La Parole du Créateur nous invite à tirer le meilleur profit pour nos vies de toutes ces simples  leçons de chose contenues dans ce grand livre. 

Développement : 

Salomon, dont la sagesse demeure proverbiale, nous parle de quatre petits animaux :

«  Il y a sur la terre quatre animaux petits et cependant des plus sages… » Bible L.Segond version 1975

« Il existe sur terre quatre êtres tout petits, et qui sont sages par excellence… » La Bible du Rabbinat français 1966

« Il y en a quatre qui sont tout petits sur la terre, et suprêmement sages… » Nouvelle Bible Segond 2002

«  Quatre sont des petits de la terre, mais experts en sagesse… » La Bible Chouraqui 1985.

«  Il existe sur terre quatre êtres tout petits et pourtant sages parmi les sages… » T.O.B. 1977 

Si la Bible insiste à ce point sur ces quatre tout petits animaux en nous disant qu’ils sont grands en sagesse, n’est-ce pas pour nous inviter à regarder vers le sol, à prendre le temps de nous pencher sur notre bonne terre et à chercher à comprendre ce que ces tout petits veulent nous dire ?  Ne sont-ils pas experts en sagesse, suprêmement sages, sages par excellence, sages parmi les sages ?  Voyons donc ce que nous dit la Bible à leur sujet.

 chez francesca

La Fourmi :

 

 «  Peuple sans force, elles préparent en été leur nourriture »

 v. 25 

Ailleurs, dans le même livre, Salomon reprend la même idée : « Va vers la fourmi, paresseux;  elle n’a ni capitaine, ni secrétaire, ni maître, elle prépare en été sa nourriture, elle amasse pendant la moisson de quoi manger. »Proverbes 6 : 6-8 

La fourmi apparemment sans force et d’une grande fragilité, a réussi à subsister à travers les temps grâce à sa prodigieuse capacité de communication. En effet, la fourmi utilise de nombreux et complexes moyens de communication. Ces systèmes complexes sonttactiles, chimiques, auditifs. Pour éviter que l’espèce commette des erreurs qui mettraient sa survie en danger, la fourmi développe un complexe d’interférences très perfectionné. Quelques signaux d’alarme par production de substances chimiques ont pu être décryptés, mais les chercheurs ne peuvent toujours pas prédire où une ouvrière va se diriger dans les dix minutes à venir face à de la nourriture diversifiée. Par contre, quand une fourmi a trouvé une nourriture qui lui convient, en dix minutes elle informe une foule de congénères.

Effectivement il n’y a ni capitaine, ni secrétaire, ni maître, mais elles le sont toutes les unes pour les autresAucune ne garde les informations pour elle-même. Tout est restitué pour le bien du groupe.

La transmission de la nourriture est aussi intéressante, la fourmi stocke toute sa nourriture dans un jabot social, une sorte de sac à dos, séparé de son estomac. Cette nourriture est dégurgitée en actionnant des muscles particuliers. Cela se passe sous terre entre deux ouvrières. La solliciteuse tambourine la tête de sa congénère donneuse et celle-ci place ses antennes en arrière en signe d’acceptation. Ainsi on transfert la nourriture pour le temps où on ne pourra plus sortir. Cette prudence a fait dire à La Fontaine que la fourmi n’est pas prêteuse… 

Quand la fourmi doit se défendre, elle projette le contenu de sa glande à poison, mandibules bien ouvertes, et antennes agressives… Gare au jet d’acide formique, concentré à plus de 50% ! Mêlée à d’autres substances, l’émission déclenche aussitôt un état d’alerte générale dans la fourmilière. Quand la fourmi est en danger, elle martèle le sol avec sa tête pour prévenir les copines. (3 coups selon les observations) Ainsi tout le monde est prévenu rapidement et on se passe le mot.

Comment font-elle pour se reconnaître ?

Quand deux fourmis se rencontrent, on sait qu’elles peuvent se reconnaître et « parler » à toute vitesse, grâce à leurs antennes, chacune disposant d’un potentiel de plus de cent mille récepteurs. Une nouvelle clé de lecture est apparue aux chercheurs: un individu peut dire: «Attention, je cherche de la nourriture» ou encore «je suis jeune, j’ai besoin d’informations» par des substances chimiques à la surface de son corps, qui seraient liées à l’âge ou à l’activité. Certaines espèces reconnaissent les différents stades des individus simplement à l’ ‘habit’, comme nous le pourrions, nous êtres humains. Nous aurions pu poursuivre encore longtemps sur le cas des fourmis, mais que  pouvons-nous tirer comme instruction ?  

Ne pensez-vous pas que ce peuple de fourmis est une parabole du peuple de Dieu ? Sur un plan humain et ecclésial, nous non plus, nous n’avons ou devrions avoir aucun capitaine, secrétaire ou maître, car nous avons tous reçus  les mêmes informations avec nécessité de les transmettre suivant les dons distribués par le Saint-Esprit au sein de la communauté chrétienne ? «  Dieu… Nous a marqués d’un sceau et a mis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit » «  Dieu nous a donné les arrhes de l’Esprit » 2 Corinthiens 1 :22 et 2 Corinthiens 5 : 5

Dans le sens d’une responsabilité commune le Christ a même précisé : «  Ne vous faites pas appeler Rabbi (Maître) ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler chef ; car un seul est votre Chef, le Christ » Matthieu 23 : 8-10

Ayant reçu les mêmes informations, nous devrions tous être les uns pour les autres des veilleurs, des veillants. Attention à ne pas être surveillants! (Cf. Hébreux 10 : 24)

La joie du peuple de Dieu, ne doit-elle pas passer par la transmission de ce qu’il a reçu ? La solidarité devient la force du groupe ; c’est ainsi que l’on s’entraide en étant les uns pour les autres des compagnons de route, des aides de camp, des soutiens dans l’adversité. «  Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres ; par honneur, usez de prévenance réciproque. Soyez fervents d’esprit. Servez le Seigneur. »  Romains 12 : 10, 11

Qu’adviendrait-il si les fourmis avaient des rivalités entre elles ?

Peut-être faut-il apprendre, comme les fourmis, à nous reconnaître pour mieux nous connaître ? Ainsi nous pourrions mieux nous apprécier et nous réjouir dans la diversité de nos dons et talents. Quand l’esprit de Dieu anime un groupe sa force rayonnante est manifeste !

 

Le Daman : 

« Les damans, peuple sans puissance, placent leur demeure dans les rochers » Proverbes 30 : 26  Le livre du Deutéronome  associe le daman au lièvre parmi les animaux impurs… (Deutéronome 14 : 7) 

 Le daman à l’âge adulte ressemble à une grosse marmotte. Il semblerait que ce soit l’animal qui soit génétiquement la créature la plus proche de l’éléphant : Ce n’est pas évident à vue de nez ! Ce plantigrade possède des coussinets plantaires particuliers qui lui permettent de faire ventouse. Il a quatre doigts à l’avant (plantigrade) et trois à l’arrière (digitigrade), protégés par des sabots sauf un doigt sur les pattes arrières qui montre une griffe. Sur le dos, ils présentent une zone glandulaire, étroite et nue, entourée de poils érectiles dont ils se servent pour marquer leur territoire. 

Comportement : Le daman des rochers est un animal très sociable, vivant dans des colonies, pouvant dépasser les 60 individus. Il passe la plupart de son temps à se prélasser au soleil et jouer avec ses congénères. 

Ayant eu l’occasion d’en voir, lors d’un voyage en Israël, j’atteste qu’ils sont mignons, craintifs, agiles et rapides. Cet animal sans défense est aussi la proie de nombreux prédateurs.

Peut-on dire que cet animal a des caractéristiques symboliques du chrétien ?

Il est sans puissance et sans défense. N’est-ce pas là aussi notre condition ? Reconnaissons que la force et la protection nous ont été communiquées, elles ne nous sont pas propres. Par contre, l’intelligence de cet animal est de se placer sur un terrain propice à sa vie, à sa sécurité, à son bien-être. Le rocher est son univers, il évolue à son aise grâce aux coussinets ventouses de ses pattes avant. Sur un autre revêtement il a plus de difficulté.

Dans la Bible le rocher sur lequel nous devrions nous positionner est Dieu, puis Christ. Le psalmiste écrit « Dieu sera toujours le rocher de mon cœur et mon partage. » Psaume 73 : 26 « Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu’ils sont tous passés au travers de la mer, qu’ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer,  qu’ils ont tous mangé le même aliment spirituel, et qu’ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. » 1 Corinthiens 10 1- 4

De plus la symbolique du rocher nous enseigne à bien construire notre vie sur le solide et non sur du sable. L’homme prudent bâtit sur le roc dit Jésus. (Cf.Matthieu 7 : 24) Le rocher est aussi symbole de solidité et de stabilité. Alors, nous avons à notre tour tout intérêt à bien développer les ventouses de notre foi, pour adhérer au rocher des siècles : Jésus-Christ. C’est sur lui que repose notre bien-être, mais aussi notre sécurité face aux nombreux prédateurs des temps modernes.

Comme le dit si bien l’apôtre Paul : « Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité. »Colossiens 2 : 9  D’autres versions disent « Nous sommes comblés en lui… »

Notre sécurité, notre joie d’être dépendent de notre choix de demeurer sur le rocher. Voire même de construire notre maison sur le rocher qui brisent les tempêtes de la vie. Pourquoi ?  Notre bonheur présent et futur vient de Jésus-Christ. Comme le dira l’apôtre Pierre en s’adressant aux membres du sanhédrin : « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. »Actes 4 : 12

 

La  Sauterelle : 

« Les sauterelles n’ont point de roi, et elles sortent toutes par divisions. »

Proverbe 30 : 27 

Cet insecte ne jouit pas dans le bassin méditerranéen d’une bonne réputation. Ces invasions destructrices sèment la désolation parmi les cultures des paysans.  Mais là, le texte met en avant une qualité, apparemment incompréhensible : leur cohésion dans le nombre. Quel cerveau programme cette organisation ?

Les sauterelles sont apparentées aux grillons, et les mâles produisent les mêmes sons stridents que ces derniers, grâce à un organe situé sur les ailes antérieures. Les femelles de plusieurs espèces, elles aussi, peuvent produire des sons. L’organe auditif des sauterelles est situé sur leurs pattes avant.

Quand la sauterelle est isolée, elle est facilement la proie des prédateurs, car elle reste souvent immobile. La sauterelle a donc tout intérêt à opter pour ces marches forcées et ces vols en formation serrée.

Les observations des scientifiques ont démontré que les mouvements migratoires sont conditionnés par la recherche de protéines et d’éléments riches en sels. La fuite en avant est aussi dictée par l’instinct de survie car en état de privation, elles se dévorent entre elles. Il faut échapper au cannibalisme qui vient de l’arrière.

Pour sourire, toute comparaison avec une situation ayant réellement existée dans la condition humaine est nulle et non avenue. Quoique !…

La sauterelle nous enseigne qu’il est important de s’assumer sans attendre de directive d’un roi ou d’un gouvernement. Le moteur de notre propulsion doit être la recherche d’une nourriture qui peut vraiment nous être profitable. C’est l’apôtre Pierre qui disait : « Désirez, comme des enfants nouveau-nés, le lait spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut, si vous avez goûté que le Seigneur est bon. » 1 Pierre 2 : 2,3

Nous avons quelque part à dévorer avec avidité une nourriture spirituelle :

«  Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le  Fils de l’homme vous donnera. » Jean 6 : 27

La sauterelle indirectement nous dit aussi que l’immobilisme est source de danger. Mieux vaut avancer, prendre certainement des risques, que de se conforter dans une position d’attente. L’ange de l’Eternel dit à Gédéon «  Va avec cette force que tu as »Juges 6 : 14  Nous devons aller et partager ce que Dieu a mis dans nos cœurs et nos vies. En déployant ses ailes, la sauterelle se propulse vers l’avant. Elle le fait instinctivement. Ne devrions-nous pas avoir la même démarche de foi ?  « Sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. » 1 Pierre 3 : 15

 

Le lézard : 

«  Le lézard saisit avec les mains, et se trouve dans le palais des rois»Proverbes 30 : 28

Le lézard a la particularité d’être à l’aise dans bien des milieux. Il constitue le plus grand groupe vivant de reptiles. Leur couleur est adaptée au milieu dans lequel ils vivent. Les lézards ne peuvent pas, comme les serpents, avaler des proies énormes, car les os de leur mâchoire sont réunis par une articulation qui limite les possibilités d’ouverture de leur gueule. Les lézards ont la faculté de percevoir la lumière même les yeux fermés, grâce à la présence d’écailles transparentes sur la paupière inférieure. Ils prélèvent avec leur langue les particules odorantes présentes dans l’atmosphère et cela leur permet d’identifier leur proie mais aussi leur partenaire. Leurs pattes adhésives ont fait l’objet d’études sérieuses car leur étonnante adhérence défie les lois de la pesanteur. Des chercheurs américains ont découvert que l’extrémité des pattes est dotée de millions de poils microscopiques élastiques, disposés selon un certain ordre. En reproduisant cette disposition, ils ont réussi à mettre au point un adhésif sec qui surpasse l’efficacité des pattes du lézard. (Geckos)

Dans notre texte les pattes du lézard fonctionnent comme des mains capables de saisir. Le créateur a placé dans nos mains, mais aussi dans nos cœurs, cette capacité de saisir les éléments essentiels à notre subsistance. L’apôtre Paul conseille à son enfant spirituel Timothée : «  Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé... »1 Timothée 6 : 12

Le lézard entre dans le palais des rois,aucun espace ne peut lui être interdit. Cela me rappelle le discours de Paul à l’aréopage d’Athènes : « Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils ont à se repentir… » Actes 17 :30 A l’instar de la renommée de Jésus en Galilée, la bonne nouvelle du salut doit être proclamée en tous lieux. Il n’y a aucun espace interdit qui ne puisse entendre l’évangile de libération.

Cet espace de liberté, propre au lézard, est encore plus important quand dépassant les lieux et le temps, on vit la glorieuse liberté spirituelle en Christ. Et de même que le lézard  recharge son énergie aux rayons du soleil, peut-être aussi devrions-nous nous recharger auprès de Celui qui produit lumière et chaleur. Nous aussi nous pouvons voir cette lumière même les yeux fermés.

« Lève-toi, sois éclairé, car ta lumière arrive, et la gloire de L’Eternel se lève sur toi… » Esaïe 60 : 1  Zacharie dans son cantique, en parlant de la naissance de Jésus déclare : « Le soleil levant nous a visité d’en haut, pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, pour diriger nos pas dans le chemin de paix.  » Luc 1 : 78,79 

134-etoiles-bleues

Conclusion :

Ces quatre petits animaux sans défense nous parlent de fragilité. Ils sont à l’image de notre nature humaine. Malgré toutes nos prétentions, il importe d’identifier les notres, car la conscience de nos manques renforce la qualité de notre vie. L’apôtre Paul  met en avant ce paradoxe : « Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. » 2 Corinthiens 12 : 10 Mais cette fragilité peut aussi être signe de longévité. Ces quatre animaux ont traversé le temps et l’histoire des hommes, alors ne craignons rien, notre longévité dépend aussi de la gestion de nos faiblesses.

Ces quatre petits animaux nous invitent à la sagesse. Ils ont su tirer le meilleur parti de leur condition. Leur capacité d’adaptation est devenue pérenne. Ils sont toujours présents parmi nous. Donc à nous de les imiter : « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toutes choses faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâce. » Philippiens 4 : 6

Cela nous force quelque part à mieux prendre en compte notre condition humaine. Malgré tous les avatars de la vie, la position de l’humain est loin d’être désespérée. Nous avons à chaque instant l’occasion de faire un choix déterminant pour notre présent et notre avenir. Embrasser la foi, c’est peut-être avoir cette capacité d’adaptation pour traverser le temps. C’est aussi répondre à cette soif d’absolu qui transcende le temps, c’est désirez vivre éternellement. La Bible répond à notre angoisse existentielle en disant : c’est possible ! A toi de faire le bon choix !    

Merci à nos quatre petits animaux de nous avoir instruit par leur vie !

                     par  Jacques Eychenne        

 

Publié dans FOURMI, LEZARD, SAUTERELLE - CIGALE, XXX - ARTICLES DE PRESSE | 1 Commentaire »

LA SOURIS vient du médiéval

Posté par othoharmonie le 5 août 2016

 

 Le plus souvent, en disant « souris » les francophones font référence à la souris grise (Mus musculus), espèce commune, élevée également comme animal de compagnie et de laboratoire. Par analogie, ce terme est repris aussi pour désigner d’autres petits rongeurs. En revanche, mis à part une vague similitude d’apparence, les chauves-souris forment un groupe d’animaux bien différents : l’ordre des Chiroptères. La souris chicote, elle émet un cri ressemblant à un petit crissement.

Souris vient du français médiéval : souriz (1175) puis souri (1200).

Souris médiévale

À partir du xvie siècle sont distinguées les « souris terrestres » (1562), des sortes de musaraignes, les « blanches souris » (1576), la « souris de terre » (1753-67) ou « petit mulot », la « souris de montagne » (1768) ou « lemming », les « souris d’eau » (1812), ainsi que divers autres animaux parfois très éloignés de la souris commune.

Le mot souris est mentionné dès la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694), qui n’évoque apparemment que la souris commune et en donne comme définition : « Petit animal à quatre pieds, qui se retire dans les trous des maisons, et qui ronge… ».

Pourtant, dans la seconde moitié du xviiie siècle, L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert définit le « rat » comme étant l’espèce Mus domesticus, c’est-à-dire l’actuelle souris domestique.

Le Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré, publié à partir de 1863, en donne une définition analogue. À partir de l’édition de 1832, la définition donnée par leDictionnaire de L’Académie française évolue, indique en plus qu’il s’agit d’un représentant de la famille des rongeurs et précise qu’il s’agit d’un animal « plus petit » que le rat.

Le Trésor de la Langue Française (1971-1994) en donne une définition beaucoup plus étendue, mentionnant les Muridés et plus spécialement la souris domestique (Mus musculus) et sa variante albinos, la souris blanche. Ce dictionnaire indique aussi que le terme s’étend à des espèces voisines de la souris domestique, présentes sur les cinq continents, mais également à certains marsupiaux ou à quelques chauve-souris.

Une jeune souris est appelée un souriceau. Un piège à souris, est appelé une souricière.

Les souris jouent un rôle important dans les écosystèmes :

  • en tant qu’animal fouillant le sol et l’aérant ;
  • en tant que disperseur de graines ;
  • en tant que proie pour de très nombreux prédateurs carnivores sur une grande partie de la planète. Ces prédateurs sont des reptiles (serpents, lézards), des oiseaux (rapaces diurnes et nocturnes), et nombreux mammifères (renards, mustélidés… jusqu’au loup qui ne les dédaigne pas quand il manque de proies plus grosses) ;
  • en tant que réservoir de certains pathogènes.

La souris est utilisée par l’homme comme animal de laboratoire, animal de compagnie ou comme nourriture pour d’autres animaux de compagnie et dans les zoos. Il s’agit dans ce cas le plus souvent de la Souris domestique (Mus musculus) et de sa variété d’élevage, la « souris blanche ».

En Egypte ancienne, la graisse de souris était utilisée en médecine et le rongeur lui-même pouvait être ingéré dans le cadre d’un rituel magique, par l’enfant et éventuellement sa mère ou nourrice, afin de le guérir d’une affection de la bouche. La finalité de ce rituel s’est perdue au cours du temps et l’ingestion de la souris a été interprétée par Dioscoride comme un médicament destiné à empêcher le nourrisson de trop baver. Les réminiscences de cette pratique se rencontraient au début du xxe siècle en Angleterre et au pays de Galles.

Les souris ont certainement été utilisées par l’homme comme source de protéines depuis la nuit des temps. Au xxie siècle l’habitude de consommer des souris subsiste encore chez certaines peuplades. Par exemple chez les peuples des provinces rurales de l’est de la Zambie. Pour eux, les souris sont un plat recherché et elles sont traditionnellement chassées par les enfants. Capturer les souris leur permet à la fois de limiter les dégâts qu’elles causent aux récoltes et d’obtenir une viande bon marché dans une région où l’élevage est rare et la viande chère à cause des ravages causés par la mouche tsé-tsé. Les Tumbuka consomment 14 sortes de « souris » après les avoir vidées, bouillies, salées puis séchées. Elles sont réservées aux invités, aux ancêtres ou aux fêtes familiales. Cependant la colonisation par les Européens et les influences modernes tendent à ravaler progressivement cette nourriture au rang de plat méprisé

Les souris, au sens large, et plus particulièrement la souris grise de maisons (Mus musculus), jouent un grand rôle dans l’imaginaire populaire ou enfantin et dans le domaine culturel : croyances, proverbes et citations, poèmes et chansons, livres de toutes natures, bandes dessinées, films, dessins animés en très grand nombre mais aussi dans les arts plastiques.

La souris est parfois source de musophobie (phobie des souris et des rats), probablement en raison du souvenir historique du rôle néfaste des Murinae propagateurs des maladies épidémiques.

Publié dans RAT et SOURIS | Pas de Commentaires »

Le Serpent et tous ses symboles

Posté par othoharmonie le 14 février 2015

 

 

800px-Bothriechis_schlegelii_La taille des serpents est très variable selon les espèces, de 10 cm à 10 m. Ils une croissance continue tout au long de leur vie, même si cette croissance ralentit avec l’âge. Contrairement à de nombreux autres animaux, ils ne renouvellent pas leur peau en continu. Lorsque cette peau devient trop exiguë, elle se déchire et se détache de l’animal, remplacée en dessous par une autre nouvellement formée. 

Le corps des serpents est recouvert d’écailles, qui peuvent avoir toutes sortes de tailles, de formes, de textures et de dispositions, y compris au sein d’une même espèce. Ils peuvent présenter à peu près toutes les couleurs existantes. La couleur des serpents peut varier au cours de la vie chez un même individu. Ainsi, certaines espèces peuvent changer de couleur au cours d’une même journée, à la manière des caméléons, mais d’autres changent de couleur sur le plus long terme[1]. Ainsi, la couleur des jeunes individus peut être très différente de la couleur des adultes[2]. La couleur des serpents joue un rôle important puisqu’elle leur permet de se camoufler aux yeux des prédateurs et des proies potentielles. 

La colonne vertébrale est constituée d’un grand nombre de vertèbres (160 à 400) très bien articulées les unes par rapport aux autres, permettant aux serpents de se déplacer par ondulation. La bouche peut se distendre au passage des proies qu’ils capturent. De ce fait, les serpents sont capables d’avaler des proies énormes : dans l’estomac d’un  python de cinq mètres on a trouvé un léopard (préalablement étouffé). Les serpents sont tous carnivores. Ils  peuvent avaler une grande quantité de nourriture en une seule fois et sont capables de jeûner pendant de nombreux jours suite à cela. 

Les serpents ont une très mauvaise vue. Ils se repèrent dans leur milieu en sentant les odeurs et les déplacements  d’air grâce à leur langue bifide. Certains serpents ont une image thermique de la  proie. Ils sont sensibles aux  radiations infrarouges et peuvent percevoir les plus infimes changements de température. Les serpents se  rencontrent dans la plupart des régions du globe excepté les plus froides.

 

SYMBOLISME

La symbolique des dragons est à rapprocher de celle des serpents.

 

Terre

Le serpent, dépourvu de pattes, le corps tout entier collé au sol, s’abritant sous terre, est considéré assez  universellement comme le symbole de la Terre-mère. C’est un symbole chtonien des forces de la nature, du territoire et des forces souterraines. Dans la tradition celtique, les énergies souterraines se manifestent parfois sous la forme de « femmes serpent », comme la Vouivre. 

Le serpent est relié aux divinités proche-orientales du monde souterrain : la déesse de l’amour et de la fertilité  assyrienne, Ishtar, ou Qadesh en Palestine. Quetzalcoatl, «Serpent à plumes» aztèque, serait allé dans le monde souterrain pour y créer le cinquième monde de l’humanité. 

Eau

Le serpent, créature parfois aquatique, peut représenter l’Esprit de l’Eau. La Vouivre est une femme-serpent  aquatique dans la mythologie celte. Mélusine est une femme dont le bas du corps se transforme en serpent tous les  samedis lorsqu’elle prend son bain. De nombreux dragons processionnels sont liés aux crues de fleuves. 

Feu

En Gaule, le serpent apparaît parfois associé au bélier. Cette combinaison pourrait être en rapport avec le culte du  foyer, car le bélier est souvent associé au feu.[3] 

Protection

Dans la Grèce mycénienne, Athéna était une déesse du foyer et des greniers, également protégés par le serpent qui  apparaît sur son bouclier, l’égide. Le serpent est donc gardien des lieux. Dans la mythologie nordique  Midgardsormr, le Grand Serpent qui vit dans la « Grande Mer » primordiale, entoure le monde du milieu  (Midgard), la terre des hommes au centre de laquelle se trouve la terre des dieux, Asgard. Au-delà de la Mer et des  anneaux protecteurs de Midgardsormr se trouve Utgard où sont les puissances mauvaises et destructrices, les  Géants et les Forces du Chaos ; en mordant sa queue il assure au monde humain sa cohésion et sa solidité. En  Egypte, l’Uréus, déesse féminine qui représente l’oeil de Ré, flamme devenue serpent, symbole de la vigilance en  éveil, protège le front du Pharaon. La Montagne de l’Occident est gardée par Oudjat, la déesse serpent, dame du  Silence ; elle remplit aussi les fonctions de protectrice du grenier. 

Guérison

Dans l’Antiquité grecque, le dieu de la médecine, Asclépios (Esculape pour les romains), avait le serpent pour attribut. Dans les temples qui lui étaient dédiés, à Epidaure notamment, l’oracle était rendu par l’intermédiaire de serpents, serpents que l’on retrouve d’ailleurs enroulés autour du caducée. Sa fille, la déesse de la santé Hygie est également représentée avec un serpent.

 

Snakes_DiversityImmortalité, mort et Renaissance

Comme d’autres animaux, qui entrent sous terre comme on enterre les morts, et en ressortent, les serpents sont symboles de renaissance et d’immortalité. Puisqu’ils sont carnivores et qu’ils tuent leurs proies en utilisant leur venin, on les a associés à la mort. 

Le serpent change de peau, ce qui donne l’impression qu’il quitte un vieux corps pour renaître. L’« Ouroboros », serpent qui se mord la queue, symbolise le cycle infini de la vie et de la mort. On retrouve ce symbole dans de nombreuses civilisations Méduse est une femme à la chevelure de serpents, pétrifiant les hommes de son regard. Le sang coulant de sa veine gauche est un poison, tandis que celui de sa veine droite est un remède capable de ressusciter un mort[4]. 

Quetzalcoatl, ou «Serpent à plumes», chez les Aztèques, était un dieu de la mort, mais aussi de la renaissance.

Les Romains associaient aux serpents les âmes des défunts : Virgile raconte, dans L’Enéide, comment Enée voit un serpent se glisser près de la sépulture de son père et goûter les mets sacrés qu’il y a déposés avant de regagner le fond du tombeau, augure d’un message des ancêtres signifiant qu’ils en acceptent l’offrande. 

Transe et divination

Delphes possédait, depuis des temps reculés, un oracle gardé par le Python, serpent dragon, génie serviteur de la déesse Gaïa. Vaincu par le dieu solaire Apollon, il resta sur place et transmit le pouvoir oraculaire. La figure serpentine est souvent présente dans les « hallucinations », chamaniques ou non, provoquées par des plantes psychotropes. 

Autres figures mythiques

Dans la Gaule orientale et dans le pays du Rhin le serpent apparaît sur un cheval galopant, renversant un monstre – que l’on appelle couramment l’anguipède – semi-zoomorphe, semi-anthropomorphe. Dans la cosmogonie nordique, Yggdrasil – l’Arbre du monde, a ses racines rongées en permanence par un serpent, Nidhögg. 

La Kundalini est représentée comme un serpent endormi, lové au niveau du premier chakra (l’éveil de cette énergie vitale permet à l’initié d’atteindre la Sagesse). Hermès, dieu de la sagesse et maître des chemins et des carrefours, trouva un jour deux serpents en train de se battre et, leur tapant sur la tête avec son bâton de pèlerin, parvint à les concilier ; tous deux s’enroulèrent autour de ce bâton qui deviendra le caducée, symbole de la capacité à relier les contraires – les énergies solaires et lunaires – autour d’un axe vertical. 

Rhéa aurait pris la forme d’une couleuvre pour échapper aux ardeurs amoureuses de Zeus. Mais celui-ci se changea en serpent. Hermès les réconcilia en plaçant le bâton entre les deux.[5] Chez les Romains, Juno Sospita, la « protectrice », est la patronne de Lanuvium, près de Rome, où l’on pratiquait un rite annuel pour savoir si l’année  serait fertile. Une jeune fille allait nourrir un serpent qui habitait au coeur d’une grotte. Si le serpent acceptait les gâteaux, l’année serait bonne ; dans le cas contraire, elle serait stérile. Dans la tradition babylonienne, le serpent dragon femelle, Tiamat, est vaincu par le dieu héros Marduk, et dépecée, faisant ainsi naître le Ciel, la Terre et tous les êtres vivants. 

En Egypte, dans certaines cosmogonies, le Noun, océan indifférencié des potentialités, est associé au dragon serpent Apap (Apophis pour les Grecs) qui, chaque nuit, menace de dissolution le soleil et toute la création. 

Chez les Mongols, inspirés par les Chinois, le serpent dragon est un des douze animaux célestes. Il tourne sur lui-même et autour de l’univers. Il passe l’hiver sous terre d’où il sort au printemps pour monter au ciel. Il est ambivalent et soutient l’arbre de vie. En Inde, les rois serpents Nagas sont des divinités protectrices des fleuves, porteurs de vie et de fécondité mais aussi de sagesse ancestrale. En tant que faiseur de pluie, tel le serpent arc-en-ciel de la mythologie des aborigènes d’Australie, il représente la fertilité et les ressources abondantes de la terre.

Le Serpent et tous ses symboles  dans SERPENT 289px-Ecc2PRATIQUES

En Egypte, lors de la fondation d’un temple, on doit clouer au sol le serpent des puissances de la terre pour pouvoir entreprendre la construction. Les mêmes rites magiques propitiatoires se retrouvent en Chine dans la science de la géomancie. 

En Bulgarie le 25 mars se tenait la fête appelée « Blagovetz » ou encore « Blagovechtenie ». Les garçons sautaient par-dessus un grand feu pour se préserver en été des piqûres et morsures des serpents et des lézards. Les femmes faisaient du bruit avec une pince à feu, un tisonnier ou d’autres objets de ferraille, en tournant dans tous les coins du jardin, pour que les serpents et les lézards qui, selon la croyance, sortaient ce jour de leur cachette d’hiver, se sauvent de la maison. Elles disaient : »Courez les serpents et les lézards, parce que les cigognes arrivent ».

Le culte romain de Bona Dea a pu impliquer des serpents. 

Sources

1. Chris Mattison, Tous les serpents du monde, Delachaux et Niestlé, 2008, p.30

2. Chris Mattison, Tous les serpents du monde, Delachaux et Niestlé, 2008, p.31

3. Dimitri Nikolai BOEKHOORN, Bestiaire mythique, légendaire et merveilleux dans la tradition celtique : de la

littérature orale à la littérature

4. Piere Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses universitaires de France, 1999

[1951], p.168

5. Belfiore, Jean-Claude, Croyances et symboles de l’Antiquité, Larousse, Paris, 2010. p.195.

Retrouvez l’encyclopédie collaborative Wiccapedia : http://www.wiccapedia.fr

 

Publié dans SERPENT | Pas de Commentaires »

Sauterelle protectrice

Posté par othoharmonie le 22 juin 2014

 

La sauterelle est également un animal protecteur, qui évoque le combat pour le bien. Elle fait partie des animaux bénéfiques représentés dans les marécages, et vivant hors de l’eau, en hauteur. Parfois elle orne les pots à cosmétiques, défendant ainsi les femmes contre les agressions du temps. La sauterelle est figurée se balançant sur la courbe d’une tige végétale: elle apparaît sur le décor de certains plafonds peints dans les chapelles funéraires. Elle est représentée sur les objets de toilette dans le mobilier des caveaux. Les textes nous la décrivent comme une évocation de la valeur, de la fougue, de l’impétuosité des soldats de Pharaon exterminant l’ennemi et sauvant l’honneur des armées. Sur la dague de la Reine Iah-Hotep ( Musée du Caire) l’armée de Pharaon est représentée par des sauterelles. Les 4 grosses sauterelles représentent 4 corps d’armée organisés par le libérateur pour chasser les envahisseurs du pays au début de la XVIIIème dynastie.

 

téléchargement (1)PAROLES DU PEINTRE DALI : 

« Je dirais en passant que, vers l’âge de sept ou huit ans, j’avais une grande prédilection pour la chasse aux sauterelles. Je n’ai pas le moindre indice qui puisse expliquer cette prédilection. Si je me rappelle avec clarté et de façon particulièrement vive le plaisir que j’avais à regarder les tons délicats de leurs ailes quand je les déployais avec mes doigts (il est, je pense, évident à mon esprit) que ce n’était pas la cause UNIQUE de mes chasses (et je dois dire que je remettais presque toujours en liberté ces insectes peu après leur capture). À la même époque, sur les rochers, devant notre maison de Cadaquès, j’ai attrapé avec la main un tout petit poisson, dont la vue me frappa si fortement et d’une manière si exceptionnelle, que j’ai dû le jeter, Horrifié (accompagnant mon action d’un grand cri). Il a le même visage qu’une sauterelle, – voici ce que je remarquai tout de suite à haute voix.

Depuis cet incident, j’ai toujours éprouvé, toute ma vie, une véritable horreur des sauterelles, horreur qui revient avec la même intensité, chaque fois qu’elles apparaissent devant moi. Leur souvenir me donne toujours une très pénible impression d’angoisse. »

Dali s’est fait analyste et rassemble en un seul texte (5) des notices biographiques, tressées autour de quelques objets-clefs de son bestiaire anatomique : outre la sauterelle, le baveux (un poisson), l’âne pourri, les mouches, le lézard, le phallus volant, le doigt détaché ou flottant, la larve, l’oiseau, la chrysalide, le pouce émergeant, isolé, de la palette pleine de couleurs.

Quelque soit l’effet plastique de la sauterelle dans les tableaux, nul ne peut vraiment ignorer cette chaîne d’« objets », clairement érigés en équivalents interchangeables et articulables, véritables signifiants iconiques, langue d’images. Dans une sorte de bulle-lacune peinte dans le panneau central des Plaisirs illuminés, la sauterelle, accrochée par ses pattes aux bords de l’alvéole, surplombe trois formes posées au-dessus du couple enlacé du bas du tableau… L’insecte apparaît dans une niche creusée en haut et à gauche d’un tableau épais, situé dans un plan relativement rapproché du spectateur, au deuxième degré scénique d’une évocation dont les premiers plans sont occupés par le couple en mouvement fluide, l’ombre oblique et rigide d’un autre couple (qui serait donc situé, virtuellement, en avant de l’œuvre) et une main fermée sur un couteau de boucher sanglant. Pour Harriet Janis, l’explication semble claire :

« Il est établi que dans d’autres peintures de Dali la sauterelle, symbole sous lequel l’artiste dissimule ici sa propre identité, représente le père ; mais parce qu’ici, Dali s’est projeté symboliquement dans la position de son père, il est devenu de ce fait père, et, donc, sauterelle. »

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaires »

Les hamsters dans la culture populaire

Posté par othoharmonie le 7 juillet 2013

Les hamsters dans la culture populaire dans HAMSTER - COBAYE amsDans les pays occidentaux et au Japon le hamster est l’un des animaux de compagnie bien connus des enfants et des adolescents. L’image du hamster courant dans sa roue, comme celle des abajoues remplies de graines, y est familière. Ces animaux sont souvent les héros involontaires de nombreux jeux et gags sur Internet.

es enfants sont fasciné par les animaux domestiques et de nombreux parents sont confus sur le choix de l’animal par le droit pour leurs enfants. La plupart des enfants n’ayant pas encore atteint l’âge de dix ans, aller mai pour les petites, velues, animaux en peluche, comme, hamsters ours en peluche comme animaux domestiques. C’est la raison pour laquelle la plupart des enfants harcèlent leurs parents pour un hamster comme animal de compagnie. Les hamsters sont très populaires comme animaux de compagnie et sont considérés comme les meilleurs animaux de compagnie pour les enfants. Mais, sont hamsters, bon animal de compagnie pour les petits enfants? Si la plupart des parents ont des spéculations sur les raisons de hamsters faire le meilleur animal pour les enfants, il y en a d’autres, qui a facilement succomber à la harceler de leurs enfants. Par conséquent, il est préférable d’avoir une juste idée en ce qui concerne les hamsters de compagnie pour les enfants.

Plus d’informations sur les hamsters; Nous savons tous que les hamsters sont de petites créatures poilues qui ressemblent à des rats et des souris. Ils sont les mammifères qui appartient à la classe des rongeurs. Le hamster mot est dérivé d’un mot allemand qui signifie «faire des provisions». Ils ont l’habitude de conserver la nourriture avec l’aide de leurs bajoues. Dans leur milieu naturel, ils courent dans la recherche de nourriture et une fois qu’ils le trouvent, ils le stocker dans leurs bajoues. Ces aliments seront stockés dans leurs terriers pour une utilisation ultérieure. Ces animaux nocturnes venir en différentes couleurs et marquages attrayants. Le hamster le plus populaire est les six pouces de hamster syrien, qui est autrement connu sous le nom de hamster doré. Il existe de nombreuses autres espèces, comme, Roborovsky Djoungarie’s, de hamster chinois, blanc de Russie (Sibérie) hamster nain, hamsters nains de Russie Campbell’s, etc Alors que les hamsters syriens sont plus grandes en taille par rapport aux autres, ils ont une bonne durée de vie aussi. La durée de vie des gammes de hamster syrien de deux à trois ans, alors que d’autres vivent jusqu’à 12 ou 18 mois. Or, vous avez un idée fondamentale sur les hamsters, alors, nous prendrons un regard sur les différents aspects de hamsters de compagnie. Pour en savoir plus sur les faits sur les hamsters nains.

Avantages des hamsters comme animaux de compagnie Il existe de nombreuses raisons derrière la popularité de hamsters de compagnie. Ils sont une parmi la catégorie des animaux de compagnie bon marché et sont souvent appelés comme «animaux de compagnie de poche» pour leur petite taille. Le hamster est un parfait comme animaux de compagnie pour les personnes qui éprouvent des difficultés à payer les animaux de compagnie coûteux et aussi pour tous ceux qui ont une pénurie d’espace pour les animaux de taille semblable. Ils sont sûrs de gagner les cœurs de vos enfants à faire leurs singeries, les hamsters aiment se rouler sur le sol, comme de petites balles molles, et ils montent les tunnels et faire drôle mouvements. Ils sont tout à fait divertissante et nécessitant peu d’entretien, qui comprend, la nourriture, l’eau, la literie, des jouets, des vitamines et des minéraux. La maison de hamster doit être régulièrement nettoyé et l’eau douce et d’alimentation devraient être fournis sur une base régulière.

Hamsters comme animaux de compagnie pour les enfants, en sélectionnant le droit des animaux comme animal de compagnie pour vos enfants est une tâche difficile. Enfants mai ont leurs propres priorités, mais avant de céder à leurs tracasseries, vous devez avoir une idée sur ces animaux. Si vous enfant veut un hamster, vous devez obtenir quelques informations sur ces animaux, leurs habitudes, les exigences, compatibilité avec les enfants, et vous devez également savoir pour prendre soin de votre hamster animal de compagnie. Vous êtes déjà au courant des avantages des hamsters comme animaux domestiques. Mais cet animal a beaucoup d’inconvénients, aussi. En général, les hamsters ont des durées de vie courte, ils sont nocturnes, peut mordre, peut s’échapper facilement, prenez le temps de socialiser, de mâcher sur tout, se reproduisent rapidement et les mâles ont l’urine qui a une forte odeur. J’en viens maintenant à des hamsters comme animaux domestiques pour les enfants, nous ferons deux catégories – les enfants de moins de cinq ans et ceux qui sont au-dessus de cet âge. Pour la deuxième catégorie, les hamsters peuvent être de bons animaux familiers, car ils sont divertissant, de petite taille, nécessitent moins de soins, etc… Mais comme ces animaux sont nocturnes, ils seront actifs pendant la nuit, quand vos enfants dorment. Vous aurez également à méfier de son mordant, surtout quand ils sont éveillés pendant la journée ou quand ils sont manipulés de manière incorrecte. Ces animaux sont si fragiles que les enfants doivent être douce pour manipuler ces créatures, de minuscules poils. Vous pouvez également opter pour le hamster comme animaux de compagnie en classe. Lire la suite sur la durée de hamsters la vie.

Pour un enfant, qui est sous l’âge de cinq ans, les hamsters ne sont pas un bon choix. Il est inutile d’adopter un animal comme animal de compagnie nocturne pour les petits. En dehors de cela, la tendance des hamsters mordre mai blesser vos enfants et petits enfants mai ne pas être en mesure de traiter ces petites créatures doucement et correctement. Par-dessus tout, comme certains autres animaux non traditionnels, comme des tortues, des hérissons, des lézards et des poussins bébé, hamsters pousser trop germes dangereux et mortel que peut causer des infections chez les petits enfants. Même si, d’autres sont aussi exposés à ces risques, les enfants moins de cinq ans sont davantage sujettes aux infections, à cause de leur mort – développement des systèmes immunitaire et leur habitude de mettre leurs mains dans leur bouche. Selon les experts de santé, les hamsters peuvent également transporter des germes nuisibles qui peuvent provoquer des diarrhées graves, la fièvre et des crampes d’estomac chez les jeunes enfants. Vous devez être extrêmement prudente de vos enfants quand ils manipulent le hamster et les hamsters doivent être nettoyées régulièrement et correctement, de même que leur abri. Précautions comme se laver les mains régulièrement sont également souhaitables. En savoir plus sur le hamster.

Maintenant, vous êtes conscient des avantages et des inconvénients des hamsters comme animaux de compagnie à des enfants. Animaux domestiques sont bénéfiques aux enfants, mais assurez-vous que vous gardez les nourrissons, les tout-petits et d’âge préscolaire loin des animaux domestiques, en particulier les non traditionnels, afin d’éviter le risque d’infections. Ou bien, vous pouvez consulter le vétérinaire propos des risques spécifiques liés à votre animal de compagnie et à adopter des mesures visant à minimiser ou éliminer les risques. Vous pouvez également attendre que votre enfant pour obtenir plus âgés et puis porter votre animal préféré dans votre maison.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaires »

Lézard noir et jaune

Posté par othoharmonie le 6 mars 2013

 

Lézard noir et jaune dans LEZARD salamandreSALAMANDRE : Salamandra salamandra est une espèce d’urodèles de la famille des salamandridae. En français elle est nommée salamandre terrestre, salamandre commune, salamandre tachetée ou salamandre de feu. Le nom vernaculaire « Salamandre tachetée » généralement attribué à l’espèce Salamandra salamandra peut également s’appliquer à d’autres espèces ou sous-espèces du genre Salamandra présentant un motif tacheté, comme la salamandre nord-africaine Salamandra algira.

La salamandre tachetée reste habituellement cachée dans la journée dans des cavités humides, sous des pierres ou des écorces, ou dans des troncs d’arbres pourris. Il est possible de trouver des salamandres dans les regards de compteur d’eau, du fait de l’humidité et de la chaleur. Elle peut exceptionnellement se montrer la journée lorsque le temps est humide et tiède, ou quand elle a été dérangée. Chez la salamandre tachetée, seule la larve est aquatique. Nombre de salamandres sont mortes dans des aquariums où on avait – à tort – cru pouvoir les faire vivre. Les individus adultes sont en effet dans une large mesure indépendants des eaux de surface et passent leur existence cachés dans des trous, des grottes, sous le bois mort, les pierres plates, entre les blocs de pierre et sous les racines des arbres, ou dans le système lacunaire du sol, par exemple dans les galeries de petits mammifères. Les résurgences de sources calmes en forêt offrent également de bonnes possibilités d’abri.

Essentiellement nocturne, on peut rencontrer la salamandre tachetée durant la journée, après ou durant de fortes précipitations. Parmi les amphibiens, cette espèce est la plus proche des milieux forestiers. Elle préfère les boisements mixtes, s’ils présentent une certaine humidité au sol. Les boisements purs de conifères sont en général évités, bien que soient parfois tolérées les forêts de sapin avec une couche herbacée et muscinale bien développée.

220px-Feuersalamander_rot1 dans LEZARDAccessoirement on peut trouver la salamandre tachetée dans les cimetières boisés avec de vieux arbres, à proximité de zones forestières. Ces habitats de substitution proposent de nombreux avantages aux salamandres : la proximité de zones boisées, un habitat varié avec de nombreuses caches, plusieurs points d’eau (bassines, robinets, coupes de fleurs, etc.), le calme durant la période d’activité nocturne des salamandres.

Ainsi, comme peut le comprendre le connaisseur d’amphibiens, il n’est pas anormal de voir émerger des salamandres, après de fortes pluies ou de violents orages, en pleine ville et dans les mares de jardin, les accès de cave ou les installations de canalisation, qui explorent leur nouvel environnement. À partir d’ici les animaux migrent contraints et forcés vers de nouveaux habitats plutôt atypiques, puisque leur retour est interdit par plusieurs obstacles insurmontables vers leur habitat naturel d’origine. On retrouve ainsi des salamandres tachetées dans des situations de très basses en altitude autour de Heidelberg, près des maisons, dans des jardins, des pépinières, des champs de vignes, etc.

Quelques stations de salamandre tachetée sont encore très certainement inconnues. Du fait de leur mode de vie caché et leur activité nocturne, particulièrement durant les épisodes de mauvais temps, ces amphibiens peuvent s’établir dans un habitat durant plusieurs décennies, sans qu’aucun humain ne les aperçoive jamais, en dépit de leurs couleurs remarquables.

Publié dans LEZARD | 3 Commentaires »

Le Lézard et le Maïs

Posté par othoharmonie le 26 février 2013

 

(adapté d’un conte des Indiens de l’Ouest de l’Amazonie)

Le Lézard et le Maïs dans LEZARD 230px-mperuvianusIl était une fois un homme très avare. On l’appelait  » l’Avaricieux « . Il possédait dans son jardin toutes sortes de plantes, mais surtout le maïs. Il le faisait garder nuit et jour par des myriades de frelons et autres serpents venimeux. Personne d’autre ne possédait le maïs. Parfois, après s’être fait supplier, flatter, il donnait un peu. Un tout petit peu. Mais il était malin ! Les grains de maïs qu’il donnait étaient déjà grillés, les jeunes pousses pelées ou privées de leurs racines. Si bien que rien de ce qu’on réussissait à obtenir de l’Avaricieux ne poussait une fois planté ou semé dans les jardins.

En ce temps-là, Shabon le Lézard avait une petite bouche, des doigts et des orteils semblables aux nôtres. Il décida un jour d’aller voler du maïs à l’Avaricieux.

- Ce n’est pas dans son jardin qu’il faut aller lui voler le maïs, c’est trop bien gardé… J’irai au cœur même de son domaine, dans sa maison.

Et voilà Shabon arrivant chez l’Avaricieux. Sa femme triait justement le maïs. Tout doux tout miel, le Lézard s’annonça et proposa de l’aider.

La femme de l’Avaricieux se montra d’abord méfiante… Mais elle n’était pas très vaillante à la tâche.

- Ma foi, finit-elle par dire, si tu m’aides réellement, pourquoi pas ? Mais attention ! Ne t’avise pas de me voler un seul grain !
– Moi ? Voler ? répondit Shabon, je suis juste venu pour bavarder et te donner un coup de main.

Et il commença à trier le maïs, sous l’œil soupçonneux de son hôtesse.

Mais ce qui devait arriver arriva : la femme de l’Avaricieux eut soudain une envie pressante, très pressante… Elle compta, un par un, les grains du tas déjà égrené, puis ceux qui restaient sur l’épi de Shabon, tous…

- Et ne t’avise pas, sacripant, de m’en voler un seul ! dit-elle avant de sortir faire ses besoins.
Dès qu’il fut seul, Shabon le Lézard attrapa un grain de maïs et le fourra dans sa bouche, tout au fond, caché derrière la dernière dent… et il se remit consciencieusement à l’ouvrage.
La femme de l’Avaricieux revint. Elle compta un à un les grains de maïs, ceux du tas égrené, puis ceux qui restaient à trier. Il en manquait un ! La colère montait. Elle compta et recompta. Plus de doute possible ! Elle laissa éclater sa fureur :

- Il manque un grain de maïs, tu nous l’as volé !

Elle saisit Shabon et lui fit ouvrir les doigts et les orteils. Rien. De rage, elle lui ouvrit la bouche si fort qu’elle la déchira quasiment jusqu’aux oreilles. Mais le grain de maïs était bien caché, tout au fond, derrière la dernière dent. La femme de l’Avaricieux ne le vit pas.
Et quand l’Avaricieux revint de son jardin, ce fut le même spectacle. Il chercha encore et encore. Il lui ouvrit les mains et pour mieux regarder entre les doigts les lui écarta si brutalement qu’il les déchira jusqu’aux poignets. Il fit de même avec les orteils qu’il lui écarta jusqu’aux talons.

eastern_fence_lizard-27527-1 dans LEZARDMais le grain de maïs restait introuvable.

- Peut-être qu’il a roulé sous quelque chose, suggéra le pauvre Shabon, le maïs toujours caché derrière la dent.

Sans attendre, l’Avaricieux et sa femme se mirent à quatre pattes pour chercher. C’est alors que Shabon bondit hors de la maison et déguerpit sans demander son reste. Une fois hors d’atteinte, le Lézard planta le grain de maïs au milieu de son jardin. Il le soigna comme si c’était son fils, et le grain germa…

Et depuis cet exploit courageux de Shabon le Lézard, nous avons le maïs… Et pour que nul n’oublie son exploit courageux, les Lézards ont toujours la bouche fendue jusqu’aux oreilles et des doigts immenses et frêles déchirés jusqu’aux poignets et aux talons.

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaires »

Femme lézard Maya

Posté par othoharmonie le 26 février 2013

 

 Du 13 décembre au 9 janvier: la femme Lézard 

 

Caractère

Femme lézard Maya dans LEZARD 180px-iguana_iguana_portoviejo_04C’est l’une des meilleures administratrices du foyer que compte le zodiaque. Elle gère la maison avec une précision parfaite. Elle connaît les meilleures offres des supermarchés et peut parcourir des kilomètres pour obtenir un prix plus avantageux. Fanatique du rangement et de la propreté, il lui faut une maison qui brille de mille feux.

Franche et directe, elle place la sincérité au-dessus de tout. Il est quasiment impossible qu’elle renouvelle sa confiance à un homme qui l’a trahie une fois: elle pardonnera, mais rien ne sera plus comme avant.

La femme lézard adore le soleil et passe des heures à se dorer la peau. Ses vacances préférées sont au bord de la mer sur une plage de sable blanc. Elle enseigne la responsabilité à ses enfants et cherche à faire en sorte qu’ils soient indépendants: c’est un des plus beaux cadeaux qu’elle puisse leur faire.

Affinités amoureuses

 

LE SCORPION (23 août – 19 septembre) avec qui elle s’entend sans avoir besoin de parler
LE JAGUAR (7 mars – 3 avril) dont elle admire la force et le courage
LA TORTUE (27 juin – 25 juillet) avec qui elle vit en paix et a de longues conversations philosophiques

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaires »

Le Lézard et le Maori

Posté par othoharmonie le 25 février 2013

 

Le Lézard et le Maori dans LEZARD maoriSelon les croyances traditionnelles Māories, les âmes des morts voyagent jusqu’à l’arbre indigène « Pohutukawa » qui se trouve à la pointe du Cap Reinga, à l’extrême nord de l’île du Nord. (Reinga en Māori veut dire : saut, lieu d’où l’on saut ; lieu où résident les esprits des morts) L’âme glisse le long d’une racine du Pohutukawa, jusque tout en bas, dans la mer.

L’âme émerge à Ohaua, qui est la pointe la plus élevée des Iles des Trois Rois, pour un dernier voyage avant de retourner à Hawaiiki, rejoindre les ancêtres.

Autrefois, la tête d’un chef aimé ou d’un guerrier important était coupée et conservée, de façon à rester pour toujours avec la famille et la tribu en deuil.

Religion et spiritualité

A l’origine, on croyait que le dieu Tane avait offert au genre humain trois paniers de connaissance – « Nga Kete-o-te-Wananga ». Ces paniers contenaient les récits de la création, des instructions concernant la magie etc.

Les Māoris croient que toute chose vient des dieux. Toutes les choses sont incarnées dans certaines montagnes, rivières ou lacs, et toutes ont un certain type d’âme, le wainua. C’est pourquoi les Māoris ont des liens spirituels forts avec la terre. Certains sites géographiques de Nouvelle-Zélande sont des points d’ancrage importants pour l’identité Māori. Par exemple, le fleuve Wanganui a une signification culturelle et spirituelle toute spéciale pour les Māoris.

Le Mont Ngaruahoe et le Mont Ruapehu, tous les deux situés dans l’Ile Nord, sont sacrés pour les Māoris. La plupart des choses contiennent « mana », l’essence spirituelle. Mana est en l’homme lui-même, dans la terre, la nature, et aussi dans certains objets fabriqués par l’homme.

Si des personnes non autorisées sont en contact avec le « mana » contenu dans certains objets ou certains êtres, cela peut en faire sortir le mana. Des règles de « tapu » extrêmement strictes protègent les objets liés aux cérémonies, qui sont particulièrement remplis de « mana ».

Description de cette image, également commentée ci-aprèsLe lézard a une signification particulière dans l’ancienne mythologie Māori. Ce reptile était considéré comme l’émissaire du dieu Whiro. Whiro représentait tout ce qui est mauvais sur terre, et apportait l’infortune aux malheureuses tribus. Si les dieux étaient en colère et voulaient tuer un homme, ils invoquaient le lézard qui entrait dans le corps de l’homme, et dévorait ses organes vitaux.

Le lézard est aussi présent dans les motifs artistiques. Dans ce cas, le pouvoir maléfique du lézard était transformé en une sorte de protection. La tradition orale raconte qu’une maison destinée à l’enseignement de connaissances supérieures – un Whare Wananga – avait parfois un lézard enterré en-dessous des pieux de soutènement. Et alors, l’esprit protégeait le Whare-Wananga. 

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaires »

Signes de présence du Lézard

Posté par othoharmonie le 23 février 2013

 

Signes de présence du Lézard dans LEZARD 270px-timon_lepidus_holedComme les autres lézards, cette espèce se repère souvent à l’ ouïe: un frou-frou signale la présence possible d’ un individu. Souvent aussi, on peut observer une simple « fuite ». Ce lézard étant peu craintif et assez curieux, il est en général aisé de voir ou d’ entendre l’ individu, car il ressort en général rapidement de sa cachette.

L’ observation d’ un lézard dans une fente d’ un mur n’indique pas, a priori, que l’on a affaire à un lézard des murailles, les deux autres espèces, le lézard des souches et le lézard vivipare, pouvant aussi s’ y abriter. Toutefois, le lézard des murailles est bien meilleur grimpeur que les deux autres espèces.

Les lézards subissent des mues régulières: il peut arriver de découvrir des lambeaux d’ exuvie. Cette peau est fragmentée et non d’une seule pièce comme chez les serpents.

Nourriture:

Le Lézard des murailles se nourrit surtout d’ insectes, mais aussi d’ araignées, de petits mollusques, de cloportes, de lombrics,… L’ eau indispensable provient non seulement de la rosée, mais aussi de certaines feuilles ou fruits charnus.

Habitat:

Vue d'un lézard de SchreiberOn rencontre cette espèce dans les milieux pierreux bien ensoleillés, naturels ou artificiels: affleurements rocheux, carrières, murs de pierres sèches ou cimentés, ballast de voies ferrées, terrils, talus de route,… Dans certaines régions, elle semble uniquement liée à des éléments pierreux d’origine anthropique. C’ est le cas notamment en Lorraine belge où elle n’ a été observée que sur des murs (murs de cimetières, de maisons, de jardins, ruines de château,…) et sur le ballast de voies ferrées désaffectées. En montagne on peut l’ observer jusqu’ 2000 m d’ altitude.

Le territoire d’ un individu est situé dans un endroit pierreux bien ensoleillé. Il doit lui fournir des ressources alimentaires en quantité suffisante, ce qui implique la présence d’une couverture végétale suffisante pour héberger de nombreuses proies et des abris utilisés en cas de danger ou en cas de trop forte chaleur pendant la journée. Il s’ agit principalement de fissures et cavités entre des pierres, mais aussi de cavités entre des blocs de béton, des trous de micromammifères ou des fentes dans le sol servant comme abris pour la nuit, les périodes de mauvais temps, d’ hivernage et de sites de ponte adéquats. 

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaires »

La Petite Fille au Lézard

Posté par othoharmonie le 8 février 2013

 

 

Bernhard Schlink est l’auteur d’une nouvelle intitulée « La jeune fille au lézard« .

 La Petite Fille au Lézard dans LEZARD images   Le garçon est subjugué par le tableau accroché dans le bureau de son père, représentant « La Petite Fille Au Lézard » . Il ne cesse de le regarder, de le contempler, entretenant même avec la petite fille de longs conciliabules.  Posant à son père des questions sur cette toile,  il n’ en obtient que des réponses évasives qui ne le satisfont pas. Quand à sa mère, elle nomme la petite fille du tableau : »la petite juive ». Pour quelle raison?

    Les relations avec ses parents sont distantes. La mère est froide et le père démissionne un jour de sa fonction de juge, sans aucune explication et sombre dans l’alcoolisme.

    L’âge venant, le garçon quitte la maison familiale sans regrets, mais » la petite fille au lézard » le hante. Qui est-elle ?  Que représente t-elle ?  Qui a peint le tableau? Quelle en est sa valeur ? Pourquoi ne le vend-on pas? Autant de questions auxquelles le père refuse de répondre, entretenant un mystère autour de cette toile. Le garçon se met donc à faire des recherches sur l’artiste et découvre petit à petit l’histoire du tableau. C’est un juif qui l’a peint, mais alors comment cette toile est-elle arrivée dans les mains de son père ? Il réalise soudain qu’il ignore tout de ses parents, il ne les connait pas, ne connait pas leur passé. Qu’a fait son père pendant la guerre ? il interroge sa mère, qui mise au pied du mur, lui relate ce qu’elle sait. Mais est-ce la vérité ? Poussant plus loin ses investigations le garçon apprend toute l’histoire, mais celle-ci reste embrouillée, et désabusé, subodorant quelque chose de laid, et d’innommable, il choisit finalement de se débarrasser de la toile, comme on se débarrasse de quelque chose qui fait mal.

    Extrait
« Le tableau montrait une petite fille avec un lézard. Ils se regardaient et ne se regardaient pas, la petite fille fixant sur le lézard un regard rêveur, le lézard fixant sur la petite fille un oeil brillant qui ne regardait pas. Parce que la petite fille avait les idées ailleurs, elle se tenait tellement immobile que le lézard lui aussi était resté figé sur le rocher couvert de mousse où la petite fille était étendue à plat ventre, à moitié accoudée. Le lézard levait la tête et pointait sa langue. »

    Ce que j’en pense:
Très bien, j’ai beaucoup aimé l’histoire, le style fluide de l’auteur, sa façon de faire cheminer le personnage du garçon avec toutes ses interrogations, ses recherches et ses tristes découvertes.

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaires »

Grenouille et sorcellerie

Posté par othoharmonie le 9 avril 2012

Grenouille et sorcellerie dans GRENOUILLE 106px-Wappen_Petersroda.svg_La Grenouille est présentée dans la Bible comme étant l’une des 10 plaies d’Egypte : Dieu fait pleuvoir des millions de Grenouilles sur l’Egypte pour inciter le Pharaon à libérer les Hébreux retenus en esclavage (pourtant la Grenouille est vénérée dans l’Antiquité égyptienne). Les tableaux de Jérôme Bosch symbolisent la luxure par une Grenouille qui engloutit le sein d’une femme, l’avarice par une Grenouille qui s’attaque aux mains, et enfin l’adultère par une Grenouille ou un Crapaud posés sur le sexe féminin. Les médecins du Moyen-Âge pensaient que le ventre des femmes peut être habité par une créature ressemblant à une Grenouille, ce qui leur donnerait des douleurs menstruelles.

Un crapaud (Bufo sp. ?)Le Crapaud a toujours eu mauvaise réputation à cause de son aspect terne et humide ainsi que son corps parsemé de verrues. Beaucoup de croyances en découlent : l’haleine de Crapaud est considérée comme dangereuse, voire mortelle. Morsure, urine et bave sont venimeuses. La bave de Crapaud est d’ailleurs un ingrédient indispensable à toute recette de sorcière qui se respecte. Sa pupille peut faire s’évanouir ceux qui la fixent, sa seule vue peut provoquer spasmes, convulsions ou mort. Le Crapaud est aussi le lien entre les sorcières et le Diable. Cuit avec des Lézards dans des chaudrons pour faire des potions, ils laissent des traces sur le blanc de l’œil à ceux qui assistent à l’opération. Les inquisiteurs peuvent facilement reconnaître les sorcières à ce détail. Ils ne cherchent d’ailleurs pas souvent jusqu’à ce point : la simple présence dans une maison d’un Crapaud peut faire condamner tous ses habitants. Il est enfin considéré comme la réincarnation des pécheurs, qui sont ainsi condamnés toute leur vie à ramper ventre à terre, dans la saleté et dans la nuit. Les Crapauds sont parfois représentés dans la bouche des démons sculptés, symbolisant la noirceur de leur langage !

Salamandre commune(Salamandra salamandra)La Salamandre, comme la Grenouille et le Crapaud, est considéré au Moyen-Âge comme un animal diabolique. La Salamandre inspire même une véritable terreur : elle peut s’accrocher au visage ou aux membres et ne plus les lâcher. Pour s’en débarrasser : lait, fer rouge ou… la présence d’un Crapaud, son ennemi naturel. La Salamandre provoque la mort en mordant ou en projetant son venin à distance. Elle peut également  » foudroyer du regard « , à condition de voir l’homme avant d’être vue. Elle infecte de sa bave les fruits ou l’eau qu’elle touche. Les effets du venin peuvent être combattus à l’aide de vomissements, de lavements ou de préparations pharmaceutiques (les  » thériaques « ) :  » un homme mordu par une Salamandre a besoin d’autant de médecins qu’elle a de taches « . Et bien sûr, la Salamandre est liée au pouvoir du feu. Elle peut le franchir sans problème et même le cracher sur ses ennemis. Elle peut entretenir le feu comme arrêter un incendie si on la jette dedans.

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello