• Accueil
  • > Recherche : hygiène vache

Résultats de votre recherche

Des millions de kangourous tués en 20 ans pour leur peau et leur viande

Posté par othoharmonie le 31 mai 2014

 

téléchargement (11)L’« industrie du kangourou » compte relativement peu de grossistes et de vendeurs, mais un grand nombre de chasseurs (parfois employés à mi-temps). Les kangourous sont d’ailleurs des cibles faciles car, après une courte fuite, ils s’arrêtent pour se retourner vers leur agresseur, qui n’a plus qu’à tirer. Les animaux sont le plus souvent abattus à une distance de 50 à 200 m. L’abattage doit toutefois respecter des règles spécifiées dans le National Code of Practice for the Humane Killing of Kangaroos,  l’animal devant notamment être tué avec un seul coup de fusil.

   Toutes les activités concernant l’utilisation du kangourou quotas d’abattage, zones de chasse, nombre de chasseurs et production destinée à la vente sont sous le contrôle des autorités d’État, dont les principaux objectifs sont d’empêcher la surexploitation quand la demande est forte, de gérer au mieux la vente et d’éviter une trop grande concurrence entre commerçants en limitant leur nombre. Ainsi, en Nouvelle-Galles du Sud, la chasse ayant pour seul but la vente de la peau est très sévèrement réglementée par des quotas.

   Les peaux sont utilisées dans l’industrie de la fourrure et du cuir. L’argent attribué aux chasseurs varie beaucoup et de nombreux stocks peuvent rester invendus. Les biologistes Sharman et Frith estimaient les exportations à destination de la seule Tasmanie, entre 1923 et 1955, à plus de 2 millions de peaux de wallabies de Bennett (un petit kangourou). Dans le Queensland, entre 1950 et 1960, environ 450 000 kangourous furent tués et leurs peaux traitées : en 2006 et 2007, le  quota avait été fixé à environ 2 millions d’animaux, la moyenne nationale annuelle dépassant largement le million. La chasse est pratiquée dans quatre États : Nouvelles-Galles-du-Sud, Australie du Sud, Australie occidentale et Queensland. Chacun d’eux doit préparer un plan de gestion (effectifs existants, lutte contre la chasse illégale, mesures de protection) conformément à l’ Environment Protection and Biodiversity Conservation Act de 1999. Les quatre espèces dont la chasse est autorisée sont communes : Macropus rufus (kangourou roux), M. giganteus, M. fuliginosus et M. robustus.

   La viande de kangourou est consommée par l’homme ; mais elle est aussi transformée en nourriture pour chiens et chats, vendue sur les marchés de Melbourne et de Sydney ; une partie seulement est exportée.

   La viande de kangourou est beaucoup plus riche en protéines que celle de  la vache ou du mouton, d’où son intérêt nutritif. Pourtant, la viande de mouton et de bœuf est préférée par les consommateurs quand elle n’est pas plus chère que celle de kangourou. Le succès de celle-ci dépend donc des fluctuations de la production de bétail domestique.

   Entre 1955 et 1969, l’Australie a réalisé d’importantes exportations de viande ; toutefois, celles-ci ont été suspendues par les pays importateurs du fait de sa qualité médiocre, mais surtout à cause de sa contamination par des salmonelles et d’autres parasites. Désormais étroitement contrôlées par diverses procédures, en matière d’hygiène notamment,  la chasse et l’exploitation industrielle ont repris intensément. L’exportation n’a cessé de croître depuis le début des années 1980 pour atteindre plus de 7 000 tonnes au début des années 2000.  L’industrie du kangourou génère 200 millions de dollars de chiffre d’affaires par an et emploie 200 000 personnes. En tout, on estime à plus de 52 millions le nombre de kangourous qui ont été tués entre 1981 et 2000.

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaires »

La traite du bétail

Posté par othoharmonie le 16 mai 2012

On appelle traite l’action de traire, c’est-à-dire l’extraction du lait des mamelles des animaux (vache, chèvre, brebis, etc.)

La traite se fait soit manuellement, soit à l’aide de machines produisant une aspiration. Dans tous les cas, l’hygiène doit être considérée.

On trait habituellement le matin et le soir. C’est à cette occasion que l’éleveur examine particulièrement ses bêtes, leur apporte des soins ou une alimentation particulière.

La traite du bétail dans VACHE - BOEUF.... 250px-Hand_milking_a_cow_at_Cobbes_Farm_MuseumTraite à la main

  • La traite à la main d’un animal demande de l’expérience pour être efficace.
  • On prend place sur un tabouret sur le côté de l’animal et l’on place un récipient entre ses jambes.
  • On saisit un trayon et on le presse doucement avec un déplacement vers le bas, ce qui en fait sortir le lait. Dans le cas de la vache, une main tire un trayon pendant que l’autre relâche le voisin selon un rythme assez rapide.
  • En Suisse romande et sur l’Aubrac en France, on prend place sur un tabouret à un seul pied fixé sur le postérieur par une courroie. Il s’appelle botte-cul en Suisse.
  • Des personnes expérimentées peuvent, pour des chèvres, tirer un litre à la minute.

Pour la stimulation de la vache, la présence de son veau de l’année est quelquefois requise pour certaines races au tout début de la traite pour qu’elle donne son lait.

Traite mécanique

Avec la modernisation des structures de production agricole, des systèmes ont été inventés pour limiter le temps passé à traire et donc augmenter la productivité des travailleurs agricoles :

  •  dans VACHE - BOEUF....le pot trayeur : simple pot à lait alimenté par une trayeuse automatique. L’éleveur déplace son pot à chaque vache et la trayeuse est placée sur les trayons.
  • le lactoduc : même système que le précédent, à ceci près que la trayeuse est reliée directement à un réservoir (tank à lait) où est stocké le lait avant la collecte.
  • la machine à traire.

Publié dans VACHE - BOEUF.... | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello