• Accueil
  • > Recherche : hérisson symbole

Résultats de votre recherche

La souris, symbole de la vie souterraine

Posté par othoharmonie le 12 septembre 2016

 

souris-mangeTimide, agile et curieuse, la souris mène une vie nocturne très active. Elle court avec une grande rapidité mais le moindre petit bruit la fait déguerpir. Son ouïe fine et son odorat sont exquis et il n’y a pas d’endroit où elle ne puisse se faufiler. Douée d’une grande fécondité, elle pullule dans tous les lieux abondants en grains et en provisions ; rien n’est à l’abri de sa gourmandise. Elle pénètre partout et ronge même les étoffes, le papier, le bois et les meubles. L’hiver, elle loge dans les trous dans la terre, les vieilles murailles et dans les planchers pour que le froid ne l’engourdisse pas.

La souris a beaucoup d’ennemis auxquels elle ne peut échapper et une foule d’animaux s’en nourrissent ; les chats, les oiseaux de rapine, les belettes et les hérissons lui font une guerre sans merci. On dit qu’elle est sensible à la musique et qu’elle prend un grand plaisir à se déplacer sur les touches d’un piano laissé ouvert. Porteuse de présages, elle est un symbole de la vie souterraine et des ténèbres. La souris est gardienne des trésors enfouis. Autrefois, on prétendait que les souris qui s’enfuyaient d’un bûcher enflammé étaient l’âme des sorcières. Aussi, son cri était de très mauvais augure. En s’installant dans les maisons elle annonce une mort prochaine et déserte souvent le lieu dès que la personne est décédée. Pour chasser les souris on enfermait un crapaud dans une cruche à l’endroit où elles viennent. On affirme qu’il ne faut jamais filer le jour du Carême-prenant, de peur que les souris ne mangent le fil toute l’année.

On croyait aussi que les souris rôties ou bouillies soignaient les enfants de la coqueluche et de l’intempérance d’urine et que la fiente de souris mêlée avec du miel faisait revenir le poil lorsqu’il était tombé ! Inoffensive, la souris, aux mœurs doux et joyeux, fuit les lieux inhabités et suit l’homme partout. Les enfants qui affectionnent particulièrement les souris, leur offrent leur dent de lait en échange d’une pièce apportée pendant la nuit. Cependant, ses apparitions surprises sont fort incommodes et inspirent l’horreur aux humains qui cherchent à s’en débarrasser par le poison et les pièges. Pourtant, malgré ces petits larcins et méfaits, certains s’attachent à ce rongeur qui devient un animal de compagnie. Il ne faut pas oublier que sa curiosité et son effronterie sont égales à son insatiable appétit !

source http://zimzimcarillon.canalblog.com/

Publié dans RAT et SOURIS | Pas de Commentaires »

Le hérisson vu par l’Eglise

Posté par othoharmonie le 5 septembre 2013

Le hérisson vu par l’Eglise dans HERISSON a1303-300x237

Et pour ne rien arranger à l’affaire, l’Eglise s’en mêla et donna son humble avis sur la question. Enfin, plutôt sur l’animal qu’elle qualifiait de « vile bestiole ».

Pour comprendre son avis, il faut surtout se dire que l’on pensait que le hérisson se roulait, dos au sol, pour embrocher pommes, des raisins et autres fruits afin de les manger, une fois rapportés dans son abri.

Cette méthode, complètement fausse mais souvent représentée a permit à l’Eglise de qualifier le hérisson de maraudeur, de sournois. On va même jusqu’à dire qu’il est le démon qui saccage la Vigne du Seigneur et qu’il est un pécheur selon le passage d’un psaume racontant que « Dieu est comme le rocher où le hérisson trouve asile ».
L’iconographie fera donc du hérisson un symbole d’avarice et de gourmandise.

* Latin 14429 Faune : hérisson XIII*

a1301 dans HERISSON

 
 

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérisson Héraldique

Posté par othoharmonie le 4 septembre 2013

Hérisson Héraldique dans HERISSON vilaka_gerbSeul l’héraldique redora un peu l’image du hérisson et du porc épic.

Une fois de plus, une erreur fera sa réputation. L’homme médiéval pensait que le hérisson pouvait projeter au loin ses multiples piquants. Et le fait qu’il se mette en boule pour se défendre fait de lui un symbole de prudence. Ne pouvant fuir son ennemi, il se défend du mieux qu’il peut.
Le hérisson sera donc un symbole solaire, il est l’intouchable, l’inaccessible.

En héraldique, vous ne rencontrerez le hérisson que de profil, le dos hérissé de piquants

*Blason de la ville de Hérisson, en Auvergne*

En héraldique, le hérisson est souvent présent comme emblème sur des blasons.

Par exemple les blasons de certaines villes comme :

  • Coudekerque-Branche : « De sable à un hérisson d’argent couronné d’or »
  • Hérisson : « D’azur à un hérisson d’or »
  • La Petite-Raon : « De sinople, au hérisson contourné d’argent, mantelé d’or, à deux saumons aussi d’argent, adossés et mis en pal, cantonnés de trois croisettes du champ disposées 1 – 2 »
  • Sainte-Marie-sur-Mer : le hérisson (ou porc-épic selon d’autres sources) rappelle les moines de Saint Philibert arrivés au VIIIe siècle et sachant défendre leur territoire (prieuré de Sainte-Marie – Brevet d’Hozier, 1704). Il pourrait aussi évoquer l’animal emblème de Louis XII, époux de la reine et duchesse Anne de Bretagne.
  • etc.

ou les armoiries des familles nobles, comme celles de la famille nobles française Miorcec de Kerdanet : « d’azur un hérisson d’or, au chef d’argent chargé de trois mouchetures de sable. »

Istrice (le Hérisson) est le nom de l’une des dix-sept contrades de Sienne en Italie. Des regroupements culturels de quartiers médiévaux de la ville.

Forme moderne du blason, le logo de la fédération France nature environnement représente un hérisson.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Le Hérisson tsigane

Posté par othoharmonie le 28 août 2013

Le Hérisson tsigane dans HERISSON 220px-keqs_young_european_hedgehog1L’animal préféré des Tsiganes, le niglo. Animal sage, tantôt créateur du feu, tantôt de l’agriculture, son culte s’est répandu dans tout le nord du Proche-Orient et dans l’ensemble des mythes iraniens.

Cet animal bienfaisant et bénéfique, de par sa résistance aux hauts voltages, tout comme d’ailleurs la salamandre, est le symbole vivant du paratonnerre. Les enfants gitans portent souvent autour du cou une patte de hérisson pour les protéger des éclairs et du danger, car la griffe en est la défense. En effet, la vie nomade près des forêts a toujours fait craindre la foudre comme un fléau inévitable.

Symbole vivant de la survie, aujourd’hui protégé, le hérisson ou petit cochon sauvage, fut souvent le seul festin pour les Tsiganes ! Enrobé de glaise argileuse et posé sur des braises ou des pierres chaudes, sa chair délicate et fondante, à l’odeur de noisette, en fait depuis toujours un plat de prédilection.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le hérisson était le plat quasi-quotidien des tziganes de France et d’Europe, qui l’appellent « niglo ». D’où l’expression qui désigne la seule manière connue en France de manger du hérisson : « à la roumaine » (ou selon les variantes, à la bulgare, à la hongroise, etc). Ce plat, assez connu jusqu’au début du XXe siècle, est très peu consommé actuellement. Nigloland est aussi un parc d’attractions situé à Dolancourt dans l’Aube, fondé par deux frères et anciens forains, nommé ainsi en hommage à leur mascotte, le « niglo » (hérisson).

250px-nigloland_logo dans HERISSON

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello