• Accueil
  • > Recherche : hérisson en boule

Résultats de votre recherche

Mon chat sur mes genoux depuis son Monde

Posté par othoharmonie le 1 août 2014

 

chatLaisse toi envelopper dans cette douce vapeur et laisse venir à toi tout ceci.

Il existe bien un monde où je suis, comme un monde où tu es et les deux font la paire. Ils sont le pendant, comme ils sont le contenant et indissociables ; ils fonctionnent simultanément pareillement à ce que tu expliques comme étant le système des poupées russes. Ces mondes s’interpénètrent et changent de formes et de directions au gré de leurs fonctions et de leurs implications au sein de cet univers de conjonctions planétaires, mais aussi dans l’espace lui-même qui peut être nommé « sidéral ».

Et je suis comme cette vapeur qui t’enveloppe, à la fois là et ailleurs et je suis, pour autant.

J’ai eu la chance, comme le devoir, de t’accompagner pendant des années durant dans ton plan d’expression humaine et c’est en tant que compagnon de route que je me suis investi d’un manteau de poils gris, appelé vulgairement bleu. Mais rien de bleu là-dedans, si ce n’est l’appellation bien hautaine d’un gris très souris… Mais là n’est pas le but de mon discours.

J’ai demandé à ce que ce contact se fasse pour que quelques explications te soient données et que tu puisses aussi les transmettre aux autres, à tes proches comme à ceux que tu ne connais pas encore ou même jamais. Ce que vous nommez la vérité est tellement limitée dans l’histoire sans fin qu’il est difficile de faire changer les opinions, de moduler les acquis ou encore plus puissamment bouleverser des idées reçues qui ont fait leur trou et qui ne peuvent être déracinées, au risque de faire perdre la tête à ceux qui voudraient comprendre une autre réalité. Ces implications, dans le système qui est vôtre, sont telles que chaque « évolution » peut être comprise comme une remise en question, comme un événement si bouleversant qu’il ne peut trouver aucune place dans la mémoire, déjà saturée d’informations diverses et contradictoires. Alors, pourquoi aurais-tu droit à une information différente, toi, si ce n’est par le simple fait que c’est moi qui te l’offre.

Tu as longtemps caressé ma toison de poils, farouche ou craintive, et j’ai reçu chaque caresse comme venant de la main du divin. Toi, la divine. Et je ne peux que te remercier de m’avoir tant aimé, même s’il t’a semblé m’abandonner lors de tes sorties, pour tes occupations de quelques heures, comme de quelques mois. Quelle importance, quand la notion de temps ne peut faire oublier aucun geste, aucune parole, aucun échange d’amour, de regard de cuivre à regard marron ou autre. Et je te reconnais en tant que qui Tu es et je te glorifie pour l’être que tu es, tout simplement. Parce que je t’avais choisie depuis longtemps, moi le timide chat se cachant derrière les canapés, qui n’acceptait de câlin que de sa princesse, qui n’aimait pas être dérangé pour rien dans une quiétude si normale de chat de coussin. Et si cette timidité a pu être prise pour excessive c’est uniquement que mes occupations de chat méditatif ont porté leurs fruits. En tant que concepteur de transcommunications, j’ai fait et établi un réseau autour de toi et j’ai partagé nombre de tes engagements avec ceux que vous nommez des plans supérieurs, pour ne pas savoir où les mettre. J’ai établi une résonance de paraboles pour que les ouvrages se fassent et que les lignes de communication soient en permanence en bon fonctionnement. C’est alors que, dépérissant de mon plan de vie, tu as trouvé de plus en plus difficile la possibilité de te connecter avec ces ailleurs et que tu as même mis en stand-by, tes fonctions d’écrivaine. Ne recherchant juste que le plus aisé pour toi, la communication avec les plans d’expressions connus ou pas de toi, mais moins « loin » de tes rivages accueillants.

Ce n’est pas mon départ qui doit freiner ta propre élévation, variable dans les édifices de ce grand monde, et il est nécessaire de reprendre toute activité qui doit t’amener à rejoindre les très lointaines sphères d’accueil du Monde dans les mondes. Mais il n’est pas encore l’heure d’y revenir de nouveau.

Pour l’instant, permets que je te parle de moi et de mon royaume.

On a appris à certains que la manière la plus adéquate de considérer le règne animal était de le mettre à part, puisque faisant partie d’une autre forme d’expression, dite non humaine. Et il a été question de groupe d’âmes semblables qui se regrouperaient sous la forme d’une âme centrale, le plus souvent régie par un humain ou du moins un préposé à notre règne. Et la même chose a été établie avec les êtres de verdure et ceux des mondes de pierre. Mais, aujourd’hui, quelques barrières commencent à se fracasser, parce qu’elles ne correspondent plus à rien de ce que vous commencez à comprendre, de plus haut, de plus fort, de plus simple. Avec l’arrivée des dimensionnements dans votre compréhension de cette grande Vie, vous avez perçu que tout pouvait être mélangé, comme amalgamé, et non dispatché un peu partout, et surtout coupé des liens qui les unissaient. Vous avez entrevu l’hypothèse que « l’évolution », que vous placez dorénavant entre guillemets, pouvait se faire de manière bien différente et que rien n’était plus petit ou moins important et que tout pouvait prendre place sur le même rayonnage de la construction de la vie, comme de son expérimentation. Ainsi, je te confirme bien que je ne suis pas qu’un chat qui a donné plus de seize ans dans vos comptages de vie pour toi et tes proches, mais que je suis bel et bien un être qui circule, et n’a même jamais cessé de le faire consciemment dans toutes ces ficelles qui se ramifient pour fabriquer ce bel écheveau de vies en simultané, comme vous dites. Elles sont simplement des autres consciences confondues en perpétuelles connexions, interactions, reliances, peu importe le terme qui puisse vous faire admettre puis comprendre l’alliance si étroite qui existe entre tout ce Tout. C’est comme si vous faisiez la comparaison avec votre corps et ce dont il est composé, ainsi vous le mettez encore si souvent « en dehors » de cet équilibre parfait qui nous fait être unis totalement, indistinctement comme parallèlement, ensemble : « êtres » ou ce que vous nommez « choses », et tout ce qui semble entourer ces êtres et ces choses. Alors que même ce qui entoure toute vie est déjà vie.

Et ma démarche pour toi, outre ce merci du fond du cœur, fut pour te rappeler qu’il n’y a jamais séparation avec les mondes d’en haut, d’en bas, autour et dedans. L’interpénétration des éléments de la vie est telle qu’il n’y a que vous qui percevez tout ceci comme parcellé, morcelé et vous vous individualisez à outrance. C’est ainsi que je peux dormir sur ton lit en toute quiétude ou que je peux me reposer sur tes genoux ou encore que je suis parfaitement capable de te parler ouvertement ou encore de te proposer des solutions pour ton ouvrage ou ta vie de tous les jours, sans pour autant que tu me demandes des recettes de cuisine. Ce n’est pas plus ma spécialité que la tienne. Mais par contre, je pense que nous pourrons travailler de concert lorsque tu reprendras la longue écriture de ce nouveau livre qui mettra en scène l’univers. Je suis tout à fait capable de te donner ce coup demain salutaire et d’entreprendre avec toi ce bel édifice, de la même manière que lorsque je me posais sur tes genoux pour écrire en ta compagnie les autres volumes publiés.

Je n’ai que l’apparence qui a été modifiée et mon endormissent dans tes bras a été pour moi la sécurité d’un passage en douceur vers cet ailleurs que je devais rejoindre sans en trouver la force. Mon corps de chat endolori ne pouvait plus manifester ni joie ni souffrance, ni instinct autre que celui de la survie. Et ainsi j’ai offert à cet organisme ce qu’il lui fallait pour que cela soit toi qui m’aides encore, mais cette fois-ci à passer dans mon monde. Pas l’autre monde, mais le mien, qui est semblable au tien. Et j’ai pu aussi avoir l’aide de celui qui avait pris la place de père dans ta vie d’humaine. Et nous avons beaucoup ri de cette joyeuse rencontre en tant que personnages revêtus de notre véritable harmonie, la Vie.

Il ne te serait donc d’aucune utilité de te raconter qui je suis puisque je suis tout à la fois comme toi et les autres multiplicités dupliquées dans les mondes de la Vie. Voilà pourquoi tout le monde retrouve tout le monde, lors des passages…

Et j’ai fait, aussi grâce à toi, l’expérience d’un autre passage que peu de personnes humaines pratiquent et encore moins d’être comme je l’étais, faisant partie de la vie animale, ou du moins reconnue comme telle par vous. J’ai eu la merveilleuse chance de comprendre que l’on pouvait choisir de rester encore un peu, en compagnie de ceux que l’on aime, en changeant juste l’expression de vie et en la remplaçant par une autre désirant tenter l’expérience de celle-ci. J’ai fait un « walk-in » comme vous dites dans votre jargon francisé. Tu m’as donné cette permission et je t’en gratifie encore. Quelle merveille de regarder ces deux lumières qui se croisent, se reconnaissant parfaitement et qui se passent « les consignes » pour que l’échange de vie ne se « voie » pas trop pour l’entourage familial proche. Quelle belle expérience ! J’ai fait la « rencontre » d’un prolongement de ma fraternité et je l’ai remercié de prendre ainsi le relais et de te permettre aussi de conserver avec toi un compagnon de route, de vie. Il avait des informations que je ne connaissais pas et moi, je devenais plus apte à te renseigner sur tes occupations de travail, comme de situations courantes. Et l’expression de nos âmes, puisque vous les nommez ainsi, a donné ce cocktail détonant, permettant à ce corps déjà affaibli par les malaises et dysfonctionnements, de retrouver une nouvelle jeunesse, surtout dans le sens de la découverte d’un monde vu par les yeux d’un chat.

Réalises-tu combien, suivant la hauteur de ta situation et des fonctions vitales, la vie peut paraître complètement différente d’un état à un autre. Mes préoccupations n’étant pas les vôtres, mes instincts étant différents, mes besoins aussi et mes pensées, n’en parlons pas. Si, peut-être… À quoi peut bien penser un chat ? Qu’il soit de « gouttière » ou de « coussin ». En fait, il ne « pense » pas, il vit tout simplement. Il hume la vie, il la connaît par cœur, dans ses moindres fractions, dans ses plus grands secrets, il la sait. Il ne dort pas toujours, il écoute, il ressent, il transmet, il sait. Il ne ronronne pas non plus, il vibre de sa note primaire et la donne à son hôte. Il propage ses ondes de vibrations pour que le corps, qu’il soit humain ou pas, soit au fait de tout ce qui l’entoure. Il le renseigne, il le connecte, il le réaligne, il le projette même au delà de son monde lors de ses sommeils ou lors de ses états d’éveil non éveillé. Il est ce relais entre tout ce qui bouge, respire, vit et son maître. Mais qui est donc le maître, si tant est qu’il en existe vraiment Un ???

Ne sois donc pas surprise de me retrouver encore, lorsque les discussions reprendront, lorsque les réunions auront lieu, lorsque l’écriture sera de nouveau ton lot quotidien. Et transmets ceci à tous ceux qui ont besoin de comprendre la différence des mondes qui n’en est pas une. À ceux qui croient que leurs petits êtres chers ont rejoint les « défunts » qui ne sont jamais morts. À ceux qui ne savent pas que toute la Vie est une et que nul escalier, échelon, compartimentation ne peuvent la fractionner, la délimiter pour classifier les bons des moins bons, les mauvais des méchants, le plus évolués des plus faibles, les plus hauts et forts des plus simples et insignifiants…

Ainsi l’araignée du plafond est à la bonne place pour aider à communiquer entre vous. Le lézard qui réchauffe son corps sait bien quand il va pleuvoir ou fraîchir et tranquillise les humains apeurés. L’hirondelle n’annonce pas seulement le retour du printemps, car parfois, elle en loupe même la date. Elle gazouille ses sons aigus pour amener la joie dans le cœur des hommes. La cigale le réchauffe en essayant de jouer des ailes pour se rafraîchir. Le serpent apprend à l’homme à se cacher, à se terrer pour mieux se protéger, souvent de lui-même et de ses craintes. La fourmi qui paraît si avare et travailleuse aide l’humain à construire l’édifice de sa vie sans avoir peur du manque. Le papillon réapprend à l’homme la liberté, la buse ou l’épervier : la force, la ténacité ; l’aigle : la puissance et la grandeur d’âme ; le hérisson : la protection et la douceur mêlées font de bonnes amies. La grenouille chante l’humidité et honore l’élément eau. Le chien distille l’amour comme le fait un chat, mais différemment, sans condition car il acceptera même la maltraitance de son maître, non pas comme une fatalité, mais comme quelque chose qui lui paraît normal. Il absorbe la « négativité » de son entourage. Le cheval aime l’espace, la rapidité, il est la finesse, la réception du courage et de l’immensité de la vie. L’éléphant est la terre, la volonté, la ténacité. La girafe, la vision de loin, la vigie de la vie…

Chaque être que vous avez déjà reconnu comme étant porteur d’une certaine symbolique a son rôle à jouer à vos côtés et tous, dans leurs différences, vous permettent d’apprendre leurs particularités, leurs pouvoirs, leurs forces. Ils en détiennent plusieurs, bien évidemment, mais sont plus axés sur certaines capacités qu’ils vont mettre à votre service. Ainsi, ceux qui aiment la compagnie des cigales ne seront jamais ceux qui préfèrent les canaris. Rien n’est le fruit du hasard, vous le savez bien, rien n’est placé là comme ça, vous le comprenez parfaitement, tout a son « utilité », sa juste place. Ainsi, lorsque tu avais cinq perroquets différents chez toi et qu’ils me cassaient souvent ma sieste, ils étaient là pour t’apprendre à t’ouvrir et à parler devant le monde, devant un public ou simplement à t’exprimer au mieux de ton vocable quand le moment était venu de le faire… Et tu croyais que c’était toi qui leur apprenais à parler…

Il n’y a pas de faute à ne pas savoir, il n’y a pas de honte de n’avoir pas su. Il est si important de vivre, seulement.

Et comme un bel auteur de récit joyeux, je voudrais remercier tous ceux qui ont caressé mes poils, ceux qui le faisaient pour attirer mon attention, pour me câliner vraiment ou pour tenter d’apprivoiser le sauvage. Je remercie ceux qui m’ont aidé à me nourrir car je n’étais pas très enclin à la chasse de mes congénères les souris, mais plus joueur avec mes amis les oiseaux. Il en existe certains qui sont passés dans ma vie et d’autres qui m’ont permis de la réaliser et à tous ceux-là j’adresse ma plus belle révérence. Parce qu’ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient ni pour quoi ils le faisaient : pour eux, pour moi, pour la Vie…

Et que la Vie continue puisqu’elle n’a jamais cessé d’être, comme vous tous, comme toi, cette Mère qui m’as tant donné, toi cette enfant qui ne savait comment m’aimer, toi ce père adoptif qui m’a accepté, toi cet autre père qui m’a promené… Et tous les autres qui comprenaient, ou avaient reconnu, que j’étais un chat « à part » et qui ont su sentir ce que je portais en moi : la flamme de la Vie. Merci !

Pas d’épitaphe, pas de fleurs, pas de larmes, juste une photo, mais c’est tant me limiter déjà…

Fifi, alias Fievel de Falkland, le chat persan bleu aux yeux de cuivre, vous salue dans notre éternité…

Page d’origine : http://www.lesperlesdelunivers.fr/pages/Mon_Chat_dans_son_eternite-1522820.html

 

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Histoire du Hérisson

Posté par othoharmonie le 7 septembre 2013


Histoire du Hérisson dans HERISSON heriLes hérissons seraient apparus sous leur forme actuelle il y a 15 millions d’années environ, au cours du miocène, bien avant des mammifères plus impressionnants, comme le rhinocéros laineux, les tigres à  dents de sabre ou les mammouths, à  la plupart desquels ils ont survécu. Pendant les grandes périodes glaciaires, les hérissons ont migré, délaissant le nord des continents pour se réfugier plus au sud. Puis, avec le radoucissement, ils ont recolonisé les zones tempérées.

   Comme la plupart des insectivores, considérés comme les plus primitifs de tous les mammifères, les hérissons actuels ont assez peu évolué par rapport à  leurs ancêtres, dont ils ont conservé les piquants et la denture peu spécialisée. Leur évolution a été plutôt écologique, s’adaptant au milieu dans lequel ils vivaient. Les oreilles des hérissons du désert, par exemple, se sont allongées pour servir d’organes de thermorégulation. Les hérissons européens, quant à  eux, ont acquis la faculté d’hiberner pour survivre aux hivers des zones tempérées froides. Leur capacité à  se mettre en boule leur permet d’échapper à  de nombreux prédateurs.

   Aujourd’hui, les hérissons européens, qui peuplent largement le « Vieux Continent », sont souvent sacrifiés par bêtise ou par inattention. Ils ont plus à  craindre des hommes et de leurs automobiles que de prédateurs naturels, qui se méfient de leur armure de piquants.

Les jeunes font leur première sortie à  trois semaines, accompagnant leur mère en promenade nocturne, la suivant de près en file indienne et apprenant à  connaître les invertébrés terrestres comestibles. Pendant une ou deux semaines, ils retournent tous les matins vers le nid pour se nourrir du lait maternel, car la mère ne les allaite jamais au dehors. Il leur faudra encore attendre une dizaine de jours avant de pouvoir sortir seuls. A l’âge de deux mois, ils deviennent véritablement indépendants et la famille se disperse. Les jeunes pèsent alors 250 g environ, soit dix fois leur poids de naissance. S’ils sont nés au début de l’été,  il leur reste plusieurs mois pour engraisser avant l’arrivée de l’hiver et atteindre 450 g, poids minimal pour survivre à  la période d’hibernation.

   Mais certaines femelles peuvent avoir une seconde portée en octobre ou en novembre. Elles aménagent alors un autre nid de mise-bas et attendent le sevrage de cette nouvelle portée pour hiberner. Ces petits ne sortiront du nid que vers le mois de décembre pour trouver une nourriture de plus en plus rare. Peu d’entre eux survivront.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérissons sauvage

Posté par othoharmonie le 7 septembre 2013


Hérissons sauvage dans HERISSON images-8Un hérisson en général est identifié le plus généralement comme un petit mammifère avec un manteau des canettes raides et pointues qui couvre leurs dos. Ils ont les nez pointus, et les yeux légèrement en renflement place des côtés du visage. Leurs oreilles sont typiquement arrondies, cependant dans quelques espèces, elles sont haute aux côtés de la tête. Elles ont des queues, mais elles sont petites et tronquées, et ne sont pas très fonctionnelles. Ils peuvent s’enrouler dans une boule quand il y a un menace.

Au contraire à une certaine croyance, hérissons ne sont pas des rongeurs. Ils appartiennent à une groupe d’animaux qui s’appellent les insectivores, avec des animaux tels que des taupes, des musaraignes, et des campagnols. Ils ne sont pas connexes aux porcs-épics, quoique les traits quelque peu semblables mènent beaucoup de personnes confondre des hérissons avec des porcs-épics de bébé. Il y a beaucoup de types d’hérissons, mais ceux le plus généralement gardés comme animaux domestiques sont du groupe de  » Atelerix « . 

Il y a beaucoup de différents types des hérissons, partout de l’Europe dispersée, de l’Asie, et d’Afrique. Presque tous les hérissons maintenus comme animaux familiers dans l’Amérique du Nord sont du même type.

Tandis qu’il est vrai que les hérissons soient des espèces tout à fait récemment domestiquées, les hérissons que nous avons ne sont techniquement pas les animaux sauvages. Nos hérissons  animal familier sont un mélange de deux types différents de hérissons, et ne sont pas une variété naturelle.

Où habitent les hérissons dans le sauvage ? -

Essentiellement, à travers un pourcentage large de l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique, et de l’Australie. Il n’y a aucune espèce de hérisson qui sont indigène en Amérique du Nord ou en Amérique du Sud. Les hérissons qui le plus généralement sont gardés pendant que les animaux familiers sont typiquement d’Afrique. Nos hérissons vivent typiquement dans les régions de plaines, dans les secteurs qui sont souvent chauds et secs.

Des hérissons sont considérés les insectivores, ainsi il signifie que leur régime principal est les insectes de divers types. Aussi bien, les hérissons semblent être quelque peu opportunistes, et sont disposés à manger de petits rongeurs, reptiles, oeufs et débutants moulus d’oiseau d’emboîtement, et le peu occasionnel des matières végétales telles que des légumes et des fruits.


Les hérissons sauvages sont typiquement les animaux solitaires, autre que des mères avec la progéniture, et les paires pendant l’accouplement. Ils ont souvent un territoire à la maison où ils basent leurs maisons Les femelles partageront souvent le territoire, restant cependant dans leurs propres habitudes et comportements séparés. Les mâles peuvent être plus territoriaux, et moins tolérants d’autres mâles qui veut habiter le même territoire. Les hérissons ne se creusent pas, mais ils semblent avoir plaisir à tirer profit des terriers pré-creusés qui ont été créés par d’autres animaux tels que des lapins, des lièvres, des blaireaux, et d’autres animaux creusant. Ils rayent souvent ces terriers avec des herbes et des feuilles, créant une espèce confortable où ils dorment pendant le jour. Les hérissons sont principalement nocturnes, faisant leur chasse et errant entre les heures du crépuscule et l’aube. Ils sont les animaux relativement lents, cependant ils sont capables des éclats courts de vitesse, mais ils ont été connus pour voyager deux ou trois milles dans une seule nuit tout en recherchant la nourriture. Leur mouvement lent typique, et leur tendance à rouler dans une boule quand ils ont peur causes soucis à leur « prédateur » primaire dans beaucoup d’habitats.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

le Hérisson à table

Posté par othoharmonie le 5 septembre 2013

le Hérisson à table dans HERISSON herisson-664722-21f9bb5

On le retrouvait fréquemment lors des repas de Carême car on pensait qu’il ne s’alimentait que de racines et de graminées.

On aimait à farcir l’animal avant de le manger ou de le transformer en pâté.

J’ai d’ailleurs trouvé un petite recette proposée par un bourgeois parisien en 1393.
Je vous la laisse telle que découverte, vu que c’est en vieux français, si je ne me trompe pas.

« Heriçon soit coupé par la gorge, escorché et effondré, puis refait comme poucin, puis pressié en une touaille et illec très bien essuié; et après ce rosti et mengé à la cameline, ou en pasté à la sauce de halebran. Nota que se le heriçon ne se veult destortillier, l’en le doit mettre en l’eau chaude, et lors il s’estendra.

Pour faire cameline, l’on broye gingembre, canelle et saffren et demye noix muguette : destrempé de vin, puis osté du mortier; puis aiez mie de pain blanc, sans bruler, trempé en eaue froide et broyez au mortier, destrempez de vin et coulez, puis boulez tout, et mettez au derrain du succre roux : et ce est cameline d’yver. Et en esté la font autelle, mais elle n’est point boulie.»

Si manger du hérisson peut en dégoûter certains, il ne faut pas se dire que c’est un plat de fous médiévaux. Car le hérisson est peut-être encore mangé aujourd’hui et cela ne m’étonnerais pas quand on sait que l’on dispose de sources datant de la seconde guerre mondiale nous prouvant que le hérisson faisait partie des plats quotidiens des tziganes. Mais aussi qu’il était connu dans les assiettes de nos grands-parents.

Mais n’ayant plus mes grands-parents, je ne peux confirmer cette histoire.

•■en  Onguents

A défaut d’être mangé, notre bonhomme à piques était aussi utilisé dans des onguents pour les cheveux. Certains remèdes à base de son sang, d’autres de les cendres de sa peau, soit disant bénéfiques contre la calvitie ou, une fois associé à d’autres ingrédients, le sang pouvait blondir les cheveuxLe plus irréaliste était de manger l’œil droit (préalablement frit dans l’huile de lin) de la bête en pensant obtenir sa faculté de vision nocturne !

Tout ça pourrait presque être perçu comme de la sorcellerie : sang, œil et autres bizarreries.

**SOURCES**
http://www.recettes-de-cuisine-autrefois.com/viandes/herisson.html
http://vivre-au-moyen-age.over-blog.com/categorie-10139631.html
http://www.moyenageenlumiere.com/image/index.cfm?id=114
http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9risson
http://www.herissons.be/accueil.htm
http://jlfornain.free.fr/page11.html
http://www.blason-armoiries.org/heraldique/h/herisson.htm
http://mediaephile.com/forum/cgi-bin/yabb2/YaBB.pl?num=1213775336

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérisson Héraldique

Posté par othoharmonie le 4 septembre 2013

Hérisson Héraldique dans HERISSON vilaka_gerbSeul l’héraldique redora un peu l’image du hérisson et du porc épic.

Une fois de plus, une erreur fera sa réputation. L’homme médiéval pensait que le hérisson pouvait projeter au loin ses multiples piquants. Et le fait qu’il se mette en boule pour se défendre fait de lui un symbole de prudence. Ne pouvant fuir son ennemi, il se défend du mieux qu’il peut.
Le hérisson sera donc un symbole solaire, il est l’intouchable, l’inaccessible.

En héraldique, vous ne rencontrerez le hérisson que de profil, le dos hérissé de piquants

*Blason de la ville de Hérisson, en Auvergne*

En héraldique, le hérisson est souvent présent comme emblème sur des blasons.

Par exemple les blasons de certaines villes comme :

  • Coudekerque-Branche : « De sable à un hérisson d’argent couronné d’or »
  • Hérisson : « D’azur à un hérisson d’or »
  • La Petite-Raon : « De sinople, au hérisson contourné d’argent, mantelé d’or, à deux saumons aussi d’argent, adossés et mis en pal, cantonnés de trois croisettes du champ disposées 1 – 2 »
  • Sainte-Marie-sur-Mer : le hérisson (ou porc-épic selon d’autres sources) rappelle les moines de Saint Philibert arrivés au VIIIe siècle et sachant défendre leur territoire (prieuré de Sainte-Marie – Brevet d’Hozier, 1704). Il pourrait aussi évoquer l’animal emblème de Louis XII, époux de la reine et duchesse Anne de Bretagne.
  • etc.

ou les armoiries des familles nobles, comme celles de la famille nobles française Miorcec de Kerdanet : « d’azur un hérisson d’or, au chef d’argent chargé de trois mouchetures de sable. »

Istrice (le Hérisson) est le nom de l’une des dix-sept contrades de Sienne en Italie. Des regroupements culturels de quartiers médiévaux de la ville.

Forme moderne du blason, le logo de la fédération France nature environnement représente un hérisson.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérisson en boule

Posté par othoharmonie le 4 septembre 2013


Hérisson en boule dans HERISSON jpg_28herissons2-_5_-300x204Inoffensif, le hérisson ne se mettra en boule et sortira ses piques seulement pour se protéger ; si vous ne l’embêtez pas, vous ne courez aucuns risque. Le hérisson est un petit mammifère insectivore disposant de poils agglomérés, durs, hérissés, et piquants. Plusieurs espèces comme les hérissons de Madagascar ou « tangues » sont encore consommés dans l’océan Indien, y compris à la Réunion, d’autres sont au contraire protégés. La femelle du hérisson est appelée la hérissonne. On dit le hérisson et non pas l’hérisson. Le terme « hérisson » peut désigner d’autres animaux pourvus de piquants ou à poils raides comme le Grand Aucalode, un gros rongeur au oint très fur, appelé improprement « hérisson » en Afrique Centrale. Mais aussi des espèces très éloignées comme certaines chenilles très poilues appelées « hérissonne », les Oursins, appelés parfois « hérissons de mer », les diodons appelés « poissons hérisson » etc…

Il ne faut pas confondre non plus les hérissons avec les porcs-épics.

Les hérissons sont très présents dans la culture, le folklore et les croyances populaires ; en héraldique, le hérisson est souvent présent comme emblème sur des blasons. Le hérisson consomme surtout des invertébrés terrestres tels que les lombrics, les chenilles, les araignées, les limaces, parfois des grenouilles, des lézards, de jeunes Rongeurs, des oisillons, des œufs, des cadavres (poissons inclus) aussi des fruits et champignons. Sa ration nocturne est d’environ 70 gr. Les aliments sont saisis avec les mâchoires.

Le hérisson a été également utilisé comme personnage principal pour jeu vidéo ; Sonic the HedgeHog.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Le sanctuaire des hérissons

Posté par othoharmonie le 3 septembre 2013

 

Situé dans la Somme à Fouencamps, le Sanctuaire des hérissons vient en aide aux « boules d’épines » victimes de toutes les agressions. C’est donc tout naturellement que la Fondation 30 Millions d’Amis débloque chaque année une aide de 1 000 € pour soutenir son combat au quotidien.

 Le sanctuaire des hérissons dans HERISSON herisson

Présentation du sanctuaire

Le Sanctuaire des hérissons est une association loi 1901 créée en 1998. Unique hôpital refuge de France exclusivement consacré au hérisson, la structure est ouverte toute l’année pour préserver cette espèce en grande difficulté. L’association compte à ce jour environ 400 membres.

Sa principale activité est de recueillir, soigner et sauvegarder les hérissons blessés ou orphelins afin de les aider à réintégrer leur milieu naturel. Le sanctuaire dispose d’une infirmerie moderne qui permet de pratiquer des soins d’urgence avant d’acheminer les animaux nécessitant des actes chirurgicaux chez le vétérinaire. Depuis 2001, la Fondation aide chaque année le Sanctuaire des hérissons, ce qui a notamment permis de financer la réalisation d’une nurserie et la réfection de la toiture.

Le sanctuaire est accessible 365 jours par an pour conseiller toute personne sur l’hexagone ayant trouvé un hérisson en détresse. 970 hérissons ont été accueillis et 667 ont pu être réinsérés en milieu naturel. D’autres, trop handicapés pour être rendus à la vie sauvage, ont été placés dans les jardins d’accueil chez des particuliers bienveillants leur offrant le gîte et le couvert en milieu protégé.

Les missions du sanctuaire

 

1 – Faire connaître le hérisson par le biais du site Internet www.herisson.nom.fr ou par de la documentation afin d’enseigner les rudiments et les erreurs à éviter afin de permette sa sauvegarde et sa protection au sein des jardins.

 

2 – Mobiliser et impliquer les jeunes enfants sur les causes directes du dépeuplement du hérisson en Europe, dispersion massive des fourrés et des haies, déforestation, urbanisation, pesticides, trafic routier et comment y remédier par le biais de documentations ludiques et instructives destinées aux tout-petits.

 

3 – Sensibiliser les automobilistes afin qu’ils deviennent les acteurs de la protection du petit insectivore. Dans ce but, l’association tient gratuitement à disposition de chaque mairie, écoles ou collectivités qui en fait la demande une affiche de sensibilisation.

 

4 – Permettre aux hérissons blessés qui ne peuvent nous être acheminés (car trop éloignés géographiquement et en l’absence de centres de soins agréés) d’être secourus par un vétérinaire de la région en acquittant des frais occasionnés par cette prise en charge.

 

site Internet www.herisson.nom.fr

Publié dans HERISSON | 1 Commentaire »

Le Hérisson en Egypte

Posté par othoharmonie le 3 septembre 2013


Le Hérisson en Egypte dans HERISSON kleiner-igeltanrek-aLe Hérisson fut certainement divinisé en raison de sa forme qui représente symboliquement le disque solaire lorsque le hérisson se met en boule, ses pics représentant les rayons du soleil.

De plus les mœurs des hérissons sont de chasser la nuit, et leurs yeux peuvent voir dans l’obscurité.

Liste des divinités dont l’aspect est celui du hérisson.

      Âbâset la grande déesse hérisson maitresse du ciel régente des dieux

La Déesse Âbâset ou Âb’Âset

La déesse Âbâset ou Âb-Âset est la déesse hérisson « grande déesse maitresse du ciel régente des dieux », elle représente le culte du disque solaire dans les croyances de l’ancienne Égypte.

La déesse Âbâset est généralement représentée sous la forme d’une femme debout, coiffée d’une dépouille de vautour surmonté d’un modius sur lequel est représenté un hérisson.

Sa main droite repose le long de son corps, et sa main gauche est appuyée sur l’épaule du dieu qui la précède Rê-Horakhty ou d’un autre dieu non identifié, dieu que l’on à pris longtemps à tort pour le Dieu Banebdjedet.

On retrouve la représentation de la déesse Âbâset uniquement dans la tombe de Benaty, notable local pendant la XXVIème dynastie, Basse Epoque dans l’Oasis de Bahariyya. Cette unique représentation est de plus doublée dans cette tombe.

Les mœurs du hérisson qui ne sort pour chasser qu’à la tombée de la nuit, peux voir dans l’obscurité et lorsqu’il se met en boule représente un disque solaire avec ses rayons, ce qui peux expliquer sa relation étroite avec l’astre solaire. Il faut bien noter que les égyptiens prenaient en forte considération tout ce qui se rapprochait de près ou de loin avec le soleil, une grande majorité de divinités égyptiennes sont représentées avec un disque solaire sur la tête.

Compléments: Déesse Abaset, Abaset, Divinité Abaset, Âbâset, Déesse Âbâset, Divinité Âbâset, Âb-Âset, Déesse Âb-Âset, Divinité Âb-Âset, La Grande Maîtresse di ciel Régente des Dieux, déesse Hérisson.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérisson victime des routes

Posté par othoharmonie le 1 septembre 2013

Apprécié et respecté du grand public, officiellement protégé en Europe, ce petit mammifère à piquants, auquel on prêtait au Moyen Âge toutes sortes de vertus médicinales, est aujourd’hui victime du trafic routier et de l’agriculture intensive.

 

Hérisson  victime des routes dans HERISSON 250px-heubach_erinaceidaeLes dangers de la route et de l’agriculture

Souvent, l’été, surtout après une pluie d’orage, les hérissons fourragent et s’attardent au bord des routes. Ils sont sûrs d’y trouver de nombreuses proies (insectes, escargots, vers de terre) attirées par l’asphalte chaud. La nuit, ils peuvent aussi être amenés à traverser routes et chemins, si ceux-ci se trouvent sur leur territoire de chasse. Ces incursions leur sont souvent fatales. Qu’ils traversent en courant ou se mettent en boule dès qu’une voiture arrive, ils ont peu de chance de se retrouver sains et saufs après son passage. À la fin de l’hiver, ce sont surtout les mâles, qui n’hésitent pas à traverser les routes pour rechercher une femelle, qui succombent ; en été, les jeunes, aventureux et inexpérimentés, comptent de nombreuses victimes ; au début de l’automne, ce seraient plutôt les femelles, à la recherche de grandes quantités de nourriture entre le moment de l’émancipation des jeunes et celui de l’entrée en hibernation, qui se feraient écraser.

 

   Il est difficile d’estimer le nombre de hérissons victimes du trafic automobile, mais, selon certaines estimations, ce seraient, au niveau européen, 700 000 de ces petits mammifères qui succomberaient chaque année sur les routes. La mortalité par accidents de la route dépasserait 20 %, selon certaines estimations.

 

   L’utilisation des engrais, des herbicides et des pesticides par les agriculteurs et les jardiniers est l’autre grande cause de mortalité chez les hérissons. Les empoisonnements par ces produits entraîneraient une mortalité de 26 %. La mort par intoxication aiguë touche surtout les jeunes entre 6 et 12 mois : curieux et peu expérimentés, ils s’aventurent volontiers dans les jardins d’agrément entretenus, là où la nourriture est facile à trouver, mais aussi là où les plantes sont fertilisées et traitées contre les insectes et les parasites. Par ailleurs, l’épandage généralisé de pesticides, notamment d’insecticides, entraîne la diminution des ressources alimentaires des hérissons.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérisson victime des routes

Posté par othoharmonie le 28 août 2013

Apprécié et respecté du grand public, officiellement protégé en Europe, ce petit mammifère à piquants, auquel on prêtait au Moyen Âge toutes sortes de vertus médicinales, est aujourd’hui victime du trafic routier et de l’agriculture intensive.

Hérisson victime des routes dans HERISSON erinaceus_europaeus_lc0119Les dangers de la route et de l’agriculture

Souvent, l’été, surtout après une pluie d’orage, les hérissons fourragent et s’attardent au bord des routes. Ils sont sûrs d’y trouver de nombreuses proies (insectes, escargots, vers de terre) attirées par l’asphalte chaud. La nuit, ils peuvent aussi être amenés à traverser routes et chemins, si ceux-ci se trouvent sur leur territoire de chasse. Ces incursions leur sont souvent fatales. Qu’ils traversent en courant ou se mettent en boule dès qu’une voiture arrive, ils ont peu de chance de se retrouver sains et saufs après son passage. À la fin de l’hiver, ce sont surtout les mâles, qui n’hésitent pas à traverser les routes pour rechercher une femelle, qui succombent ; en été, les jeunes, aventureux et inexpérimentés, comptent de nombreuses victimes ; au début de l’automne, ce seraient plutôt les femelles, à la recherche de grandes quantités de nourriture entre le moment de l’émancipation des jeunes et celui de l’entrée en hibernation, qui se feraient écraser.

Il est difficile d’estimer le nombre de hérissons victimes du trafic automobile, mais, selon certaines estimations, ce seraient, au niveau européen, 700 000 de ces petits mammifères qui succomberaient chaque année sur les routes. La mortalité par accidents de la route dépasserait 20 %, selon certaines estimations.

L’utilisation des engrais, des herbicides et des pesticides par les agriculteurs et les jardiniers est l’autre grande cause de mortalité chez les hérissons. Les empoisonnements par ces produits entraîneraient une mortalité de 26 %. La mort par intoxication aiguë touche surtout les jeunes entre 6 et 12 mois : curieux et peu expérimentés, ils s’aventurent volontiers dans les jardins d’agrément entretenus, là où la nourriture est facile à trouver, mais aussi là où les plantes sont fertilisées et traitées contre les insectes et les parasites. Par ailleurs, l’épandage généralisé de pesticides, notamment d’insecticides, entraîne la diminution des ressources alimentaires des hérissons.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérisson et l’homme

Posté par othoharmonie le 26 août 2013

 

Semblable au hérisson, se mettant « en boule » au moindre bruit insolite, l’être humain « se hérisse » parfois dès que quelqu’un conteste son point de vue ou critique son comportement.

Hérisson et l'homme dans HERISSON drawing_of_echinosorex_gymnura

Le hérisson est présent presque partout.

Avec un peu d’attention, nous pouvons le repérer aisément : il est dans les jardins, les parcs, les taillis, les bois, les champs et les campagnes, gambadant et se faufilant, surtout la nuit, à l’heure… où nous dormons !

 Assez connu et populaire, ce mammifère insectivore n’a pas besoin d’un grand territoire pour subvenir à ses besoins car il se nourrit de tout ce qu’il trouve autour de son trou recouvert de feuilles sèches, qui lui sert d’abri : insectes, escargots, limaces, grenouilles, souris, lézards, oisillons tombés du nid, etc. etc. A l’occasion, étant relativement sensible au venin des reptiles, il ne dédaignera pas le serpent venu s’empaler malencontreusement sur ses piquants acérés.

 Pendant la belle saison, le hérisson se nourrit abondamment. Il lui faut acquérir de l’embonpoint, s’enrober d’une  épaisse couche de graisse pour subsister pendant la période hivernale. En l’occurrence, il ne peut compter sur son manteau d’épines pour le préserver du froid. De surcroît, l’hiver étant venu, le petit mammifère ne trouvera plus de nourriture, les petits animaux lui servant de proie ayant disparu ou demeurant bien cachés. Et l’on peut dire que même s’il avait un chaud manteau de poils pour le protéger du froid, le manque de nourriture l’empêcherait de trouver le combustible nécessaire au maintien à niveau de la température de son corps. Il ne faut donc pas s’étonner que le hérisson soit l’un des rares hôtes de nos campagnes à hiberner.

 Le sommeil hibernal est tout autre chose que le sommeil ordinaire. 

 Dormant d’un sommeil ordinaire, le hérisson se réveille comme n’importe quel autre animal. Au moindre dérangement il peut réagir immédiatement, hérisser ses piquants ou fuir en cas de nécessité . En revanche, en période d’hibernation, les piquants sont dressés (sur la défensive), le réveil est long et laborieux. L’ennemi qui le surprend à ce moment-là peut le vaincre avant qu’il soit en mesure de réagir.

  Chez l’hibernant, la température du corps est égale à celle du milieu ambiant, bien qu’en ce qui concerne le hérisson, ce soit un animal à sang chaud ! Dérangé dans son hibernation, il faut d’abord que sa température s’élève au niveau normal avant qu’il puisse agir normalement. Il tremble longtemps et ne reprend vie que lentement.

 Dès que la température extérieure descend au-dessous de 15°C le hérisson penche vers son sommeil hivernal. Il cherche un endroit enfoui sous les feuilles, un trou où il peut s’enrouler dans les herbes et les feuilles sèches. Là, il va mettre hors service sa combustion interne et s’endormir : désormais, il n’a pas besoin de nourriture et ne sent pas le froid.

 Quand le temps est ensoleillé et que la température extérieure se réchauffe, le hérisson se réveille et reprend un semblant d’activité. Mais plus l’hiver avance, plus son sommeil devient profond. Plus le froid est intense, plus sa combustion interne se ralentit. Si le gel s’installe durablement, le petit feu interne chauffe le plus économiquement possible. S’il fait trop froid, l’insectivore se réveille. Sa température interne revient à la normale en quelques heures….et il va chercher ailleurs un endroit mieux protégé pour y reprendre son sommeil interrompu.

UNE SENSIBILITE A FLEUR DE PEAU : 

A moins de sombrer dans l’indifférence ou d’être un adepte de « la pensée molle », l’être humain ne peut pas vivre harmonieusement sans certitude. Sans conviction bien ancrée.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Le hérisson pas doux à caresser.

Posté par othoharmonie le 26 août 2013

 Le hérisson pas doux à caresser. dans HERISSON daurian_hedgehog-150x110Ses poils sont de solides piquants entrecroisés qui le protègent encore mieux que ceux du porc-épic. En effet, le hérisson peut s’enrouler complètement sous cet abri de piquants, ce qui n’est pas le cas du porc-épic. En gonflant son ventre, en repliant sa tête et ses pattes, le hérisson se transforme en une véritable boule piquante : prendre dans ses mains gantées de cuir un hérisson « en boule », puis le faire rouler doucement comme un ballon faisait partie, autrefois, des jeux innocents des enfants habitant la campagne. 

 En fait, les piquants de notre insectivore se dressent dès qu’il tend sa peau et rares sont les animaux qui se hasardent à affronter cet authentique buisson d’épines. Au demeurent, il suffit d’un craquement de brindille ; d’un bruissement d’ailes, d’un bruit de pas ou de moteur, d’une rencontre fortuite ou de tout autre événement du même genre, pour observer chez lui un hérissement de ses piquants ou une « mise en boule » quasi instantanée… 

 Et qui s’y frotte… s’y pique !  A l’image de l’être humain…  

Trop souvent, dès que l’un de ses semblables exprime des idées qui ne cadrent pas avec les siennes, il se croit obligé d’affirmer plus fortement ses convictions. Si son interlocuteur insiste ou persiste, il se cabre, « se hérisse » et « se met en boule »… comme le hérisson s’estimant, à tort ou à raison, en état d’insécurité !

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Milieu naturel et écologie du Hérisson

Posté par othoharmonie le 24 août 2013


Milieu naturel et écologie du Hérisson dans HERISSON atelerix_albiventris1Habitant de préférence les forêts de feuillus, les zones agricoles et même les jardins en bordure des villes, les hérissons peuvent aussi s’installer à proximité des plages et dans les dunes de sable, à condition qu’il existe un couvert végétal de buissons. Mais ils sont absents des forêts de conifères et des zones marécageuses trop humides. Ils ont besoin en effet de la présence d’arbres à feuilles caduques, qui leur fournissent le matériel de construction pour leur nid de mise-bas et d’hibernation. Seuls les hérissons du désert creusent des trous à même la terre. En Europe, les hérissons vivent surtout jusqu’à 1 000 m, où ils se reproduisent normalement ; entre 1 000 et 1 200 m, ils évitent les pentes boisées de conifères et se reproduisent très irrégulièrement. À la belle saison, ils peuvent monter jusqu’à 1 600 m, mais redescendent rapidement dans des zones plus accueillantes dès que la température chute.

Lorsque les nuits d’été sont clémentes, ils s’aventurent parfois jusqu’à 2 000 m !

La répartition des hérissons varie beaucoup selon les conditions climatiques locales. Ainsi, ils montent plus facilement en altitude dans des zones à climat méditerranéen (Alpes du Sud, Pyrénées) et recherchent des terrains secs de basse altitude dans des régions à climat plus continental comme celui d’Europe centrale. En fait, le climat idéal pour le hérisson semble être celui des côtes bretonnes et anglaises, où il est très répandu.

La répartition actuelle des hérissons ne se limite pas aux continents mais s’étend aussi à de nombreuses îles : Nouvelle-Zélande, Corse, Sardaigne, Sicile, îles écossaises. Incapable de traverser les océans à la nage, ils y ont été introduits, volontairement ou non, par l’homme.

La lutte contre le froid… et la sécheresse

Le hérisson ne supporte pas longtemps des températures inférieures à 12 °C, car ses piquants ne lui sont d’aucun secours pour lutter contre le froid. L’hiver est également cause de la disparition des insectes et autres proies des hérissons, qui ne trouvent plus assez à manger. Seule l’hibernation leur permet d’économiser des calories.

Grâce à leur féroce appétit, les hérissons emmagasinent, dès le mois de juillet, une grande quantité de calories, transformées en graisse blanche sous-cutanée (calories nécessaires au maintien en vie de l’animal pendant son sommeil) et en graisse brune au niveau des épaules. Cette graisse, « brûlée » par son métabolisme, lui donnera, sous forme de chaleur, l’énergie indispensable pour ses périodes de réveil. Dès que la température chute, le hérisson prépare son nid, parfois même plusieurs nids, pour le cas, rare, où il aurait besoin d’en changer au cours de l’hiver.

Il accumule les feuilles sèches, qui en constituent le principal matériau de construction, car elles sont étanches. Il peut aussi y ajouter brindilles et branches de fougères. Lorsque le tas est assez gros, il en creuse l’intérieur, repoussant les feuilles vers l’extérieur. Les parois extérieures du nid sont faites de rondins ou de branchages qui empêchent les feuilles de s’éparpiller. D’un diamètre de 50 cm environ, le nid terminé se compose d’une galerie d’entrée et d’une cavité centrale, tapissées d’une couche de feuilles de 10 cm d’épaisseur ! Très étanches et solides, ces nids sont de parfaits isolants du froid : en cas de température extérieure entre – 8 °C et + 8 °C, celle de l’intérieur oscille entre + 1 °C et + 5 °C.

La durée de l’hibernation dépend du climat local : de 8 mois en Scandinavie, elle est de 6 mois en France et en Angleterre, et de quelques semaines seulement en Nouvelle-Zélande.

À l’opposé, dans les zones méditerranéennes, le hérisson doit s’adapter à un autre problème : celui de la sécheresse, qui réduit, tout autant que le froid, les sources de nourriture. Le hérisson creuse alors un terrier dans un sous-bois et estive. La durée de cette léthargie estivale dépend des conditions extérieures, mais il se réveille souvent lorsqu’arrivent les pluies. Cette remarquable adaptation aux conditions climatiques défavorables a permis aux hérissons de coloniser aussi bien les régions froides comme la Scandinavie que le littoral méditerranéen, chaud et sec.

Son introduction en Nouvelle-Zélande est due à son appétit. En dévorant plus de 80 coléoptères en une seule nuit, le hérisson est en effet un prédateur très efficace pour réguler les populations d’invertébrés terrestres qui endommagent cultures et jardins.

Le hérisson a très peu de prédateurs naturels, sa carapace de piquants et sa faculté de se rouler en boule lui assurant une remarquable sécurité, plusieurs heures durant si nécessaire. De plus, le hérisson est une véritable « force de la nature » : il résiste étonnamment bien aux piqûres de vipères et de guêpes, et peut absorber, sans réel danger, une dose d’arsenic qui tuerait 25 personnes ! Il doit pourtant se méfier du putois. Les restes de peaux de hérisson trouvés dans les terriers de putois laissent penser que ce petit carnivore constitue un ennemi très efficace. Furtif, il arrive à surprendre le hérisson lorsque celui-ci s’approche de son terrier et l’égorge avant qu’il ait pu se mettre en boule.

Les rapaces, les sangliers et sans doute les renards font également partie des ennemis du hérisson, mais les activités humaines représentent le plus grand danger pour l’espèce.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérisson piquant

Posté par othoharmonie le 24 août 2013

 

Hérisson piquant dans HERISSON hedgehog1Toutes espèces de hérissons confondues, ce petit mammifère bardé de piquants est très présent dans la culture, en particulier en Europe où le Hérisson commun et le Hérisson oriental sont majoritaires. Animal peu farouche, il est bien connu car il n’hésite pas à s’introduire dans les jardins ou les communs, jusque dans les villes. Il n’est pas rare non plus de le surprendre la nuit, traversant les routes où il paie un lourd tribu à sa témérité, jusqu’à mettre en danger certaines populations de hérissons. Attendrissant quand il est apprivoisé mais redoutable quand il hérisse ses piquants et se met en boule, parfois convoité pour sa chair, le hérisson est ainsi à l’origine de multiples croyances, rituels ou influences artistiques.

Les hérissons sont une bonne illustration de l’hypothèse selon laquelle l’évolution des espèces se fait en fonction de leurs besoins et non pas par mimétisme. Si les espèces comme le Hérisson d’Algérie  et Neotetracus sinensis sont assez proches l’une de l’autre, de même que le Grand hérisson l’est de Microgale longicaudata, ce sont pourtant le Hérisson d’Algérie et le Grand hérisson qui ont un aspect très proches l’un de l’autre, ayant développé chacun de leur côté des piquants, sans même se rencontrer. Les poils piquants et durs se sont probablement révélés, de façon parallèle, une arme efficace contre les prédateurs de ces deux espèces plus grosses, contrairement à leur homologue respectif, plus proches des musaraignes.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérisson commun

Posté par othoharmonie le 24 août 2013

 

 Hérisson commun dans HERISSON 320px-keqs_young_european_hedgehog1

Le Hérisson commun est une petite espèce de mammifère omnivore de la famille des Erinaceidae, classé pourtant traditionnellement dans l’ordre des insectivores. Ce hérisson est répandu en Europe, y compris la Russie d’Europe, sauf le grand Nord, ainsi qu’en Turquie et dans le Caucase. Espèce invasive en Nouvelle-Zélande où il a également été introduit, cet animal est au contraire une espèce protégée par la Convention de Berne en Europe.

Il est appelé aussi Hérisson européen, Hérisson d’Europe, Hérisson d’Europe occidentale, Hérisson d’Europe de l’Ouest , ou plus simplement Hérisson ordinaire ou « hérisson » tout court.

Au niveau du pelage Erinaceus europaeus possède un masque sombre autour des yeux et du nez, plus défini que chez le Hérisson oriental . Ce dernier a en outre une couleur généralement gris brun foncé avec l’extrémité des poils claire. Le hérisson commun n’a pas non plus cette zone distincte de poils blancs présente sur le pelage ventral et remontant parfois sur les flancs de son homologue oriental.

Au niveau du squelette, le maxillaire est proportionnellement moins long que chez Erinaceus concolor, faisant au Hérisson commun un museau plus court. Dans le sud de l’Europe, où ils ont un pelage plus clair que dans le nord, on différencie le Hérisson commun du Hérisson d’Algérie (Atelerix algirus) par l’absence d’espace nu marqué et de solution de continuité sur le front, entre poils et piquants.

Mais il est parfois très difficile de différencier les espèces uniquement d’après les caractères morphologiques des individus rencontrés, par exemple parmi les populations poitevines. Comparer leur communication acoustique et olfactive pourrait alors s’avérer d’une aide utile.

Cette espèce est commune dans toute l’Europe, jusqu’à 65° de latitude Nord. Le hérisson européen est répandu en Eurasie, y compris la Russie d’Europe, sauf le grand Nord, ainsi qu’en Turquie et dans le Caucase. Il a également été introduit en Nouvelle-Zélande. Cet animal est protégé dans certaines régions. D’autres espèces vivent en Afrique et en Asie. On n’en trouve ni en Amérique, ni en Australie.

Cet animal, aux mœurs nocturnes, se déplace beaucoup mais, en cas de danger, s’immobilise et se roule en boule en hérissant ses piquants. À la moindre alerte ou bruit suspect, il dresse ses épines très rapidement. Si la menace se précise, il penche sa tête en avant et protège sa tête et ses pattes. À ce stade il n’est pas encore complètement en boule, car il doit continuer de surveiller ce qui se passe. Il ne se met en boule que quand on le touche et peut rester dans cette position pendant des heures sans la moindre fatigue. À ce stade, la tête dépasse encore de la boule d’épines, mais se trouve contre le sol, donc inaccessible. Si on le retourne, alors il rentre sa tête très rapidement. Les renards ou les chiens (principaux prédateurs) profitent de ce laps de temps très court pour essayer de le mordre à la tête ou au cou avant que la bête ait le temps de refermer son armure. À ce jour, un seul animal a déjà été observé en train d’ouvrir un hérisson entièrement en boule : il s’agit du blaireau…

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

tout savoir sur le hérisson

Posté par othoharmonie le 22 août 2013

tout savoir sur le hérisson dans HERISSON ab001_hedgehog_from_rajasthanDéjà présent en Europe à l’âge de pierre, le hérisson européen   est aujourd’hui très commun dans toutes les régions tempérées de l’Ancien Monde. Son dos et ses flancs sont couverts de piquants, tandis que le ventre, la poitrine, la gorge et les pattes portent un poil long et raide, très clairsemé. Cette fourrure peu dense lui permet de fréquenter les endroits boueux, car il ne lui faudra pas longtemps pour sécher. Le hérisson ne mue pas ; les poils et les piquants tombent et sont renouvelés régulièrement. La durée de vie d’un piquant est de 18 mois en moyenne.

Le hérisson est un des plus gros insectivores. Il mesure entre 22 et 32 cm de la tête à la queue et pèse généralement de 450 à 700 g ; mais certains animaux peuvent atteindre 2,2 kg ! Il a un crâne et un cerveau de petite taille, et une denture peu spécialisée. Il possède un cou très petit, ce qui lui donne la possibilité de se rouler en boule ; en revanche, ses pattes sont assez longues, 10 cm de la hanche aux doigts, et, quand il marche, il les plie de telle façon qu’il donne l’impression de « glisser » ou de « rouler » au ras du sol. Ses mâchoires solides sont dotées de 36 dents, déjà en place quand l’animal atteint l’âge de un an. Les deux grosses incisives de la mâchoire inférieure servent à attraper et à maintenir fermement les proies glissantes, tels les vers de terre. Presque plates, elles pointent vers l’avant, et non vers le haut comme celles des rongeurs. Les dents de la mâchoire supérieure, espacées et très pointues, lui permettent de briser la carapace de certains insectes (coléoptères). Mais le sable et la terre, ingérés en même temps que la nourriture, usent rapidement les dents du hérisson. Les vieux animaux ont donc souvent des dents émoussées, cassées ou manquantes, et ont du mal à se nourrir d’insectes chitineux ou d’escargots.

Solitaire et nocturne, le hérisson reste actif d’avril jusqu’en octobre, tant qu’il peut trouver de quoi se nourrir. Au début de l’été, les femelles ont 1 ou 2 portées, et parfois même une 3e à l’entrée de l’hiver. Puis l’animal hiberne, roulé en boule, à l’abri de son terrier de feuilles. Dès les premiers frimas, son métabolisme se ralentit et sa température corporelle passe de 36 °C à 10 °C. Si le froid s’accentue, elle peut tomber à 1 °C, mais jamais en dessous, car ses tissus gèleraient ! Les réserves de graisse accumulées à la belle saison lui permettent de se maintenir en vie à basse température. Toutes les fonctions sont ralenties : le rythme cardiaque passe de 190 à 20 battements par minute et l’animal ne respire plus que toutes les deux ou trois minutes. Lorsque la température extérieure augmente, l’organisme du hérisson brûle des calories pour élever sa propre température et provoque ainsi le réveil. Mais, si les réserves de graisse sont insuffisantes, l’animal ne pouvant ni se réchauffer ni se réveiller, meurt. C’est ce qui arrive souvent aux jeunes hérissons nés en fin d’été, qui n’ont pas eu le temps de se nourrir suffisamment avant d’hiberner. À son réveil, vers avril, le hérisson, bien amaigri, ne pèse souvent pas plus de 350 g.

Bien que le hérisson vive la nuit et dorme le jour, ses yeux ne sont pas particulièrement adaptés à la vision dans l’obscurité. Il voit d’ailleurs aussi mal de jour que de nuit. En revanche, son odorat est particulièrement développé et les centres olfactifs tiennent une place importante dans le cerveau. Le hérisson flaire une proie enfouie sous 3 cm de terre. Il a également l’oreille fine et localise sans difficulté des insectes remuant à quelques mètres de lui.

Ne craignant guère les quelques prédateurs naturels, qui l’attaquent peu, se méfiant de sa carapace de piquants, le hérisson adulte peut  vivre jusqu’à l’âge de 10 ans.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Déplacements de Hérissons

Posté par othoharmonie le 22 août 2013


Déplacements de Hérissons dans HERISSON french_island_echidna.ogg_Très fréquemment à découvert quand il est à la recherche de sa nourriture, le hérisson pourrait être une proie facile : ce petit mammifère n’est pas toujours de taille à se défendre contre plus gros que lui, et, même s’il peut être plus rapide, la plupart de ses prédateurs courent plus vite que lui. Mais le hérisson est doté d’un système de défense imparable : les longs piquants qui ornent son dos et ses flancs. Au moindre bruit inconnu ou signal d’une présence inhabituelle, il rentre les épaules, baisse le museau et redresse ses piquants sur le front afin de protéger sa tête. Si le danger se précise, il escamote ses pattes et se « roule en boule ».

Il commence par protéger sa tête et la partie postérieure de son corps en faisant agir de petits muscles peauciers qui, en se contractant, tirent sur le grand muscle caudo-dorsal qui recouvre tout le corps. La contraction du muscle orbiculaire, qui forme un anneau musculaire tout autour du hérisson, a pour effet de tendre la peau du dos tout autour du corps et de l’enserrer comme dans un sac, renvoyant vers l’intérieur la tête, les pattes et la queue. Le hérisson est alors devenu une boule de piquants compacte. La tête est collée contre la peau, rien ne dépasse. La seule ouverture qui subsiste, au niveau du ventre, n’est visible que si l’on retourne complètement l’animal ; et, même alors, elle est si petite et si inaccessible qu’aucun prédateur ne se risque à la débusquer sous peine d’être blessé par les piquants.

Pour renforcer sa défense, le hérisson contracte les petits muscles présents à l’extrémité inférieure de chacun de ses piquants, et ceux-ci se hérissent en tout sens. L’animal ressemble alors à une pelote d’échardes. Quand le danger est écarté, le hérisson se déroule brusquement et détale vers l’abri le plus proche, tout en reniflant bruyamment le sol.

Tout nus, tout roses, les petits sont aveugles

Au mois de juin, après quatre semaines de gestation, la femelle hérisson met bas de deux à sept bébés. Elle a pris soin, quatre à cinq jours avant leur naissance, de préparer un nid douillet dans un endroit discret et bien abrité, sous une haie ou un buisson touffu.

À la naissance, les petits hérissons, aveugles et sans défense, pèsent entre 10 et 25 g. Leur peau est boursouflée mais dépourvue de piquants ; ceux-ci ne commencent à pousser que quelques heures plus tard et sont tout blancs. Dès la 36e heure, quelques piquants bruns à bout blanc font leur apparition et finissent par recouvrir les piquants blancs. À l’âge de quatre semaines, au moment du sevrage, le jeune hérisson possède 3 000 piquants bruns et plus un seul blanc.

Les nouveau-nés sont également dépourvus de fourrure. Celle-ci ne se développe qu’au cours de la seconde semaine, en même temps que les petits acquièrent la capacité de se rouler en boule (dès 11 jours).

Une mortalité juvénile importante

La femelle hérisson allaite ses petits pendant quatre semaines et, bien qu’elle dispose de cinq paires de mamelles ventrales, il ne semble pas qu’elle puisse nourrir plus de cinq petits à la fois. La mortalité juvénile avant le sevrage peut atteindre 20 %. À la moindre alerte, la femelle transporte ses petits dans un nouveau nid.

Promenades en file indienne

Les jeunes font leur première sortie à trois semaines, accompagnant leur mère en promenade nocturne, la suivant de près en file indienne et apprenant à connaître les invertébrés terrestres comestibles. Pendant une ou deux semaines, ils retournent tous les matins vers le nid pour se nourrir du lait maternel, car la mère ne les allaite jamais au dehors. Il leur faudra encore attendre une dizaine de jours avant de pouvoir sortir seuls. À l’âge de deux mois, ils deviennent véritablement indépendants et la famille se disperse. Les jeunes pèsent alors 250 g environ, soit dix fois leur poids de naissance. S’ils sont nés au début de l’été, il leur reste plusieurs mois pour engraisser avant l’arrivée de l’hiver et atteindre 450 g, poids minimal pour survivre à la période d’hibernation.

Mais certaines femelles peuvent avoir une seconde portée en octobre ou en novembre. Elles aménagent alors un autre nid de mise-bas et attendent le sevrage de cette nouvelle portée pour hiberner. Ces petits ne sortiront du nid que vers le mois de décembre pour trouver une nourriture de plus en plus rare. Peu d’entre eux survivront.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérisson d’Algérie

Posté par othoharmonie le 21 août 2013


Le Hérisson d’Algérie , est une espèce de hérisson appartenant à la famille des Erinaceidés.

 Synonyme : Erinaceus algirus

Hérisson d'Algérie dans HERISSON atelerix_algirus Doté d’un système de défense imparable et de remarquables capacités d’adaptation, le hérisson a su traverser les âges avec une étonnante vitalité. Sa faculté de se transformer en pelote d’échardes le protège de beaucoup de dangers naturels, mais pas de la civilisation moderne et de ses automobiles. Il 

appartient à l’ordre des insectivores, comme les taupes et les musaraignes, et partage avec elles certaines caractéristiques anatomiques et génétiques. Tous les hérissons sont membres de la famille des érinacéidés (sous-famille des érinacéinés). Les ancêtres de cette famille seraient apparus il y a environ 60 millions d’années, à la fin du crétacé. Les érinacéidés sont présents en Eurasie depuis environ 45 millions d’années (éocène supérieur), et en Afrique depuis le début du miocène, il y a quelque 30 millions d’années. Les membres de cette famille se sont ensuite répandus en Amérique du Nord.

Les hérissons seraient apparus sous leur forme actuelle il y a 15 millions d’années environ, au cours du miocène, bien avant des mammifères plus impressionnants, comme le rhinocéros laineux, les tigres à dents de sabre ou les mammouths, à la plupart desquels ils ont survécu. Pendant les grandes périodes glaciaires, les hérissons ont migré, délaissant le nord des continents pour se réfugier plus au sud. Puis, avec le radoucissement, ils ont recolonisé les zones tempérées.

Comme la plupart des insectivores, considérés comme les plus primitifs de tous les mammifères, les hérissons actuels ont assez peu évolué par rapport à leurs ancêtres, dont ils ont conservé les piquants et la denture peu spécialisée. Leur évolution a été plutôt écologique, s’adaptant au milieu dans lequel ils vivaient. Les oreilles des hérissons du désert, par exemple, se sont allongées pour servir d’organes de thermorégulation. Les hérissons européens, quant à eux, ont acquis la faculté d’hiberner pour survivre aux hivers des zones tempérées froides. Leur capacité à se mettre en boule leur permet d’échapper à de nombreux prédateurs.

Aujourd’hui, les hérissons européens, qui peuplent largement le « Vieux Continent », sont souvent sacrifiés par bêtise ou par inattention. Ils ont plus à craindre des hommes et de leurs automobiles que de prédateurs naturels, qui se méfient de leur armure de piquants.

Protection

Le Hérisson d’Algérie bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis l’arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux mammifères protégés sur l’ensemble du territoire. Il est inscrit à l’annexe II de la convention de Berne. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l’enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu’il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l’utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l’acheter.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Actions de protection du Hérisson

Posté par othoharmonie le 21 août 2013

 Actions de protection du Hérisson dans HERISSON 330px-seba_herisson-188x300On peut aider le hérisson de différentes façons, notamment en l’invitant à s’installer dans notre jardin. Il sera ainsi un très bon auxiliaire dans la lutte contre les limaces et les divers insectes du potager. Les mesures concrètes de protection du hérisson sont simples et à la portée de chacun d’entre nous. Des informations sont disponibles sur le site du Sanctuaire des Hérissons. 

On peut maintenir ou planter des haies champêtres constituées d’essences indigènes à votre région qui attireront sans doute aussi de nombreux oiseaux. Également laisser des bandes enherbées le long des haies ou des allées et aménager un passage de 10 X 10 cm dans le bas de vos clôtures de jardin l’aidera dans sa chasse. 

Il faut éviter d’épandre des produits chimiques de synthèse dans son jardin et préférer le jardinage biologique. Ainsi pour lutter contre les limaces des solutions biologiques existent comme le piège à bière (à recouvrir par une bouteille d’eau coupée et percée de trous pour éviter que le hérisson ne la boive), la cendre ou la sciure de bois autour des plants, les granulés à base de phosphate de fer (ferramol) ou le nemaslug (nématodes prédateurs des limaces) et les appâts végétaux (peau de pamplemousse retournée). 

Il faut favoriser les gîtes à hérisson dans les parcs, les haies, les bois, en laissant en place des tas de feuilles, de foin ou des fagots et des broussailles. 

Si on trouve un hérisson blessé ou malade, il convient de le remettre à un centre de sauvegarde de la faune sauvage ou à l’association « Le sanctuaire des hérissons ». 

Le Hérisson d’Europe bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis l’arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux mammifères protégés sur l’ensemble du territoire. Il est inscrit à l’annexe III de la convention de Berne. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l’enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu’il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l’utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l’acheter.

 Enfin, les maltraitances envers ces animaux peuvent être signalées à l’association « le Sanctuaire des Hérissons » qui se charge de porter plainte, y compris lorsque les auteurs des faits sont inconnus.

 Le hérisson commun dans la culture

Toutes espèces de hérissons confondues, ce petit mammifère bardé de piquants est très présent dans la culture, en particulier enEurope où le hérisson commun et le Hérisson oriental sont majoritaires. Animal peu farouche, il est bien connu car il n’hésite pas à s’introduire dans les jardins ou les communs, jusque dans les villes. Il n’est pas rare non plus de le surprendre la nuit, traversant les routes où il paie un lourd tribut à sa témérité, jusqu’à mettre en danger certaines populations de hérissons. Attendrissant quand il est apprivoisé mais redoutable quand il hérisse ses piquants et se met en boule, parfois convoité pour sa chair, le hérisson est ainsi à l’origine de multiples croyances, rituels ou influences artistiques.

Attendrissant quand il est apprivoisé mais redoutable quand il hérisse ses piquants et se met en boule, parfois convoité pour sa chair, le hérisson est à l’origine de multiples croyances, rituels ou influences artistiques.

 Dans l’Égypte antique, on croyait probablement que le hérisson protégeait les morts. De nombreuses représentations de cet animal ont en effet été trouvées dans plusieurs tombes. Deux de leurs dieuxÂbâset et Temet sont associés au hérisson

Pour les Romains de l’Antiquité, le hérisson était un animal d’une grande importance lors d’une coutume qui est encore familière aujourd’hui. En effet, le 2 février de chaque année, les anciens Romains tentaient de prévoir l’arrivée du printemps en observant le hérisson sortir de son terrier. Si le hérisson voyait son ombre (et avait peur), cela signifiait que l’hiver allait durer encore six semaines. Dans le cas contraire, cela signalait l’arrivée du printemps. Aujourd’hui, cette coutume est célébrée avec le jour de la marmotte, mais c’est le hérisson qui en était à l’origine.

220px-villa_hogberga_detail dans HERISSONAu Moyen Âge le hérisson apparaît dans de nombreux Bestiaires : vers 1210 le chapitre 13 du Bestiaire divin composé en vers par Guillaume le Clerc de Normandie est consacré au « Heriçon », ainsi que le chapitre 19 intitulé « Heriçun » du Bestiaire de Philippe de Thaon,  un moine et poète anglo-normand du début du xiie siècle. Vers la même époque, le chapitre 15 du Bestiaire de Gervaise traite du « Eriçon ». Au cours du second quart du xiiie siècle, Le Bestiaire d’Amour par Richard de Fournival comprend « Li hyreçons ». Le Bestiaire de Pierre de Beauvais parle du hérisson au chapitre 13, etc.

Dans la mythologie kabyle, la grande Settut, « Première Mère du Monde » (Yemma-t n dunnit) laisse la marque de sa méchanceté sur le hérisson qui n’a pu se débarrasser des épines d’une carde avec laquelle elle l’a battu.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Hérisson à nez court

Posté par othoharmonie le 19 août 2013

 

ou Échidné à nez court

Hérisson à nez court dans HERISSON 180px-echidnaincanberraL’échidné à nez court, ou échidné australien est un mammifère vivant pratiquement sur tout le « continent » australien (il n’est absent que dans quelques îles du nord ; c’est le mammifère autochtone qui a le plus vaste territoire en Australie) et dans les régions côtières et montagneuses du sud-est de la Nouvelle-Guinée. C’est l’une des quatre espèces d’échidnés existant encore mais c’est le seul membre du genre Tachyglossus. Avec les trois (ce nombre est controversé) espèces d’échidnés à nez long et l’ornithorynque, il forme l’ordre des monotrèmes, les seuls mammifères pondant des œufs vivant encore actuellement.

Il est également connu pour son manteau de piquants, la possibilité de se rouler en boule pour échapper aux prédateurs et sa longue langue visqueuse qui lui permet d’attraper à grande vitesse les fourmis et les termites dont il se nourrit.

Il n’est pas menacé d’extinction mais les activités humaines telles que la chasse, la destruction de son habitat, l’introduction de nouveaux parasites et prédateurs, la circulation automobile ont sensiblement réduit sa population.

Bien que ressemblant au hérisson et au porc-épic, il n’est absolument pas apparenté avec eux.

L’échidné à nez court a été décrit pour la première fois par George Kearsley Shaw (1751-1813) en 1792. Ce botaniste et zoologiste britannique le nomma Myrmecophaga aculeata en pensant qu’il devait avoir quelque lien de parenté avec le fourmilier sud-américain. Depuis cette première dénomination, son nom a subi quatre révisions passant de M. aculeata à Ornithorhynchus hystrixEchidna hystrixEchidna aculeata pour finir par Tachyglossus aculeatus. Le nom Tachyglossus signifie en grec « langue rapide », en référence à la vitesse à laquelle l’échidné utilise sa langue pour attraper fourmis et termites et aculeatus signifie « piquant » ou « équipé de piquants ».

L’échidné à nez court est la seule espèce du genre Tachyglossus. Il appartient à la famille des Tachyglossidae comme les trois espèces du genre Zaglossus trouvées en Nouvelle-Guinée: l’échidné à longue trompe , l’échidné d’Attenborough - peut-être éteint mais un individu aurait été aperçu en 2007 - et l’échidné de Barton   mais ces trois espèces sont nettement plus grosses que T. aculeatus et elles se nourrissent beaucoup plus de vers et de larves que de fourmis et de termites. La famille des Tachyglossidae forme avec leur cousin, l’ornithorynque  de la famille des Ornithorhynchidae, l’ordre des monotrèmes qui sont les seuls mammifères au monde à pondre des œufs.

On distingue cinq sous-espèces d’échidnés à nez court. Chaque sous-espèce se distingue des autres par sa distribution géographique, la répartition, la longueur et le diamètre des piquants et la longueur de la griffe du deuxième doigt des pattes arrières :

  • T. a. multiaculeatus est présent sur Kangaroo Island ;
  • T. a. setosus se retrouve en Tasmanie et sur quelques îles du détroit de Bass ;
  • T. a. acanthion habite dans le Territoire du Nord et en Australie Occidentale ;
  • T. a. aculeatus est présent au Queensland, en Nouvelle-Galles-du-Sud,en Australie-Méridionale et au Victoria ;
  • T. a. lawesii se retrouve dans les régions côtières ou montagneuses de Nouvelle-Guinée et probablement dans les forêts humides du nord-est du Queensland.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

12
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello