• Accueil
  • > Recherche : graines lapin poil

Résultats de votre recherche

L’Octodon rongeur En captivité

Posté par othoharmonie le 19 juillet 2013

L’Octodon rongeur En captivité dans HAMSTER - COBAYE 220px-degu-gizzyL’octodon est facilement apprivoisable, tant que l’on fait preuve de patience et de douceur. Le dégus mâle adulte est un animal peu sociable avec ses congénères mâles, les bagarres étant fréquentes pour des raisons de dominance (il en va de même pour les femelles, mais c’est souvent moins marqué); de manière générale, seuls les groupes de frères, ou de jeunes issus de portées différentes mis en cohabitation très tôt ont une chance de perdurer. Les octodons aiment grimper. Ils ont donc besoin d’une grande cage en hauteur avec plusieurs étages. De même, ils adorent se cacher et explorer, aussi leur faut-il des cachettes, abris… C’est un animal diurne. En captivité, son cycle peut s’inverser et le dégu devient donc nocturne. Leur peau produisant une quantité de sébum excessive, ils ont besoin d’un bain de sable, comme les chinchillas, qui sont d’ailleurs leurs cousins. Les octodons communiquent par les gestes et par les odeurs, c’est comme ça qu’ils peuvent se reconnaître ou prévenir d’un danger.

  • Maturité sexuelle : à partir de 45 jours
  • Gestation : 87-93 jours
  • Nombre de portées par an : 2 à 3
  • Moyenne des portées : de 4 a 6 en moyenne (1 à 10)
  • Âge au sevrage : 8 semaines (espèce nidifuge)
  • Espérance de vie : 2 à 15 ans dans la nature, et 6 à plus de 10 ans en captivité.

L’octodon est un rongeur strictement herbivore et naturellement diabétique qui, dans son milieu naturel, se nourrit d’écorces, de feuilles et de graines.

L’octodon est comme le lapin : caecotrophe, c’est-à-dire qu’il mange certains de ses propres excréments (crottes vertes entourées de mucus) dès leur sortie de l’anus, car ils sont sources de nombreuses vitamines.

En captivité, l’alimentation est distribuée avec parcimonie et seule l’eau et le foin de prairie sont laissés à volonté afin de prévenir les problèmes l’obésité et urinaires. Les autres aliments solides seront constitués d’un mélange de graines pour octodon et de compléments frais, en très petite quantité, pour varier les apports. Ceux-ci sont principalement la verdure riche en fibres et pauvre au sucre, herbes et branchages, mais aussi de petits bouts de fruits secs ou frais adaptés à leur organisme fragile.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsLes octodons sont plus sensibles aux affections suivantes  :

  • Affections digestives :
    • Malocclusion dentaire, en particulier des molaires, entraînant progressivement une impossibilité de s’alimenter à cause d’une pousse excessive des dents.
    • Déficience en vitamines : se traduit par un blanchissement des incisives.
    • Entéropathies d’origine nutritionnelle ou bactérienne (salmonellose) : peuvent survenir à la suite d’un changement de régime alimentaire trop brutal, d’une alimentation inadaptée, de l’absorption de nourriture ou d’eau souillées, d’aliments avariés ou lors d’une intoxication par des plantes. Des fèces très molles en sont le symptôme principal.
    • Diabète : incurable. Symptôme le plus fréquent : nette augmentation de la consommation d’eau, des cataractes sont également observées.
    • Obésité : provoque des troubles respiratoires, cardiaques ou articulaires, des déplacements difficiles.
    • Météorisme : Présence de gaz dans les intestins qui tuent l’animal par compression en effet ce dernier ne peut les évacuer naturellement.
  • Affections respiratoires :
    • Pneumonie bactérienne : Si vous achetez une volière, ce qui est l’idéal à part bien sûr la nature, prenez garde de ne pas la placer là où il y a beaucoup de courants d’air, car votre dégu pourrait attraper une pneumonie qui cause la plupart du temps le décès de l’animal, parfois très rapide.
  • Affections de la reproduction :
    • Infection puerpérales
    • Mortinatalité de nature septicémique
  • Autres affections :
    • Chute de poils : les octodons muent deux fois par an, au printemps et à l’automne. Une chute de poils est anormale si elle est prolongée et survient en dehors de ces périodes ; plusieurs facteurs peuvent en être la cause : air ambiant trop chaud et trop sec (exemple : cage placée près d’un radiateur), hygiène insatisfaisante, santé défaillante (refroidissement, maladie infectieuse). D’autres dépilations plus localisées, notamment à la base du museau, peuvent être dues à des frottements répétés de l’animal, contre les barreaux ou d’autres éléments de la cage qu’il tente de ronger.
    • Cataracte qui peut toucher un ou deux yeux. Elle se manifeste par une tache blanche sur le cristallin devenu opaque.
    • Queue scalpée : Une partie de la queue de l’animal peut se déchirer si elle est saisie ou tirée, ce phénomène, le fur-slip, est un moyen de défense idéal pour fuir, on peut le comparer à celui des lézards, mais contrairement à ces derniers, la queue de l’octodon ne repousse jamais, mais elle cicatrise très bien (utiliser un désinfectant type Bétadine). La perte de la queue entraîne une baisse de l’équilibre, et l’octodon perd en agilité quand il est sur les arbres.

Lors de la prise de médicament, il faut donner le produit goutte à goutte dans la bouche de l’animal, et non d’un trait car cela entraîne la mort de l’animal.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaires »

Comment prendre soin de son lapin

Posté par othoharmonie le 9 avril 2013

Comment prendre soin de son lapin dans LAPIN - LIEVRE lapin

Vous êtes l’heureux maître d’un lapin bélier ou d’un lapin nain tête de lion ? Vous avez beaucoup de chance, car le lapin est un animal particulièrement affectueux et attachant. Toutefois pour son épanouissement, vous devez bien veiller à lui prodiguer les soins dont il a besoin. Suivez le guide.

Votre petit compagnon à 4 pattes – dont deux plus longues que les autres à l’arrière – a besoin d’un lit, ou plus exactement d’une cage équipée d’une litière. « Elle doit être située dans un endroit frais car les lapins sont sensibles aux coups de chaleur », soulignent les vétérinaires de l’Hôpital Lesage, Robin, Tousignant à Québec. La litière pour sa part, doit de préférence être fabriquée à base de papier recyclé. Evitez à tout prix le papier journal -même recyclé – car votre animal risquerait d’absorber l’encre qui y reste imprimée. Quant aux copeaux de bois, souvent poussiéreux, « ils prédisposent aux troubles respiratoires ». En revanche – pas étonnant que ce conseil nous vienne du Québec…- vous pouvez tout-à-fait placer une mini-cabane en bois à l’intérieur de sa cage. Il adorera s’y réfugier de temps en temps.

En pleine santé

Les lapines sont prédisposées à présenter des tumeurs de l’utérus, du type adénocarcinome. C’est l’une des principales causes de mortalité chez ces animaux. Pour en réduire le risque et augmenter l’espérance de vie de votre lapine, faites-la stériliser entre 6 mois et 2 ans. Les mâles aussi peuvent être stérilisés, après 6 mois. Tout simplement pour votre confort personnel, car la réputation des lapins est loin d’être usurpée.

Ces petits animaux de compagnie sont sujets à d’autres problèmes de santé. « En période de mue, il est essentiel de leur fournir des aliments qui éviteront les boules de poils. Les pâtes laxatives sont d’excellents choix », conseillent les vétérinaires québécois. Elles réduiront le risque d’occlusion des viscères par les poils que votre lapin aura avalés. Par ailleurs et notamment en période estivale, si votre lapin sort dans le jardin, prévoyez de le protéger des puces et des tiques. Demandez conseil à son vétérinaire. Leslapins ayant besoin d’user leurs dents tout au long de leur vie, vous pourrez lui donner quelques branches de pommier. Mais de pommier non traité…

Régime équilibré

Votre lapin a besoin de trois éléments essentiels pour l’équilibre de son régime : du foin, de la moulée (sous forme de granulés), et des légumes frais. « Le foin régularise le système gastro-intestinal et améliore l’usure normale des dents », expliquent nos vétérinaires québécois. Evitez toutefois le foin de luzerne. Il contient trop de calcium, ce qui peut « favoriser la formation de sable et de pierres dans le système urinaire ». D’où un risque de coliques néphrétiques…

Suivez le même conseil pour le choix de la moulée. Evitez la luzerne, pour les mêmes raisons que le foin. Et privilégiez une moulée à base d’autres graminées, comme la fléole des prés par exemple. En revanche, contrairement au foin que vous pouvez lui donner à volonté, soyez moins généreux avec la moulée. Sinon votre lapin risque de prendre un peu d’embonpoint !

Les légumes font partie intégrante de son régime alimentaire. Misez sur les carottes (évidemment !), le céleri avec son feuillage, les endives, le persil ou encore la laitue. Et sachez également qu’il apprécie la coriandre ! Quant aux fruits comme les pommes ou les bananes, ils ne doivent pas représenter plus de 5% de son régime quotidien. Enfin, évitez absolument de lui proposer des mélanges de graines, de noix ou de fruits séchés. Trop riches en amidon, ils prédisposeraient votre petit compagnon à l’obésité. Evitez aussi les friandises sucrées et salées, le chocolat, les légumineuses, les pâtes et les céréales.

Source : Hôpital vétérinaire Lesage, Robin, Tousignant à Québec, Canada, 21 juillet 2011

Venez rejoindre le forum de Francesca : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans LAPIN - LIEVRE | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello