Résultats de votre recherche

Coccinelles, bêtes à ritournelles

Posté par othoharmonie le 31 août 2012


gifs coccinellesPetite bête rigolote, grimpante et volante, cachant et dépliant pattes et ailes, pas mordante (mais malodorante), elle est une coccinelle (Col. Coccinellidé) en « bon français », celui de l’école et des textes de bonne tenue comme ceux d’Insectes. Mais, dans la campagne, elle porte souvent un nom usuel différent, païen ou chrétien, variable selon les lieux mais avec des constances étonnantes au travers de l’Europe.

Aucun insecte n’a autant de dénominations. La coccinelle le doit à sa popularité, à sa familiarité et à ses « usages ». Parmi ceux-ci, son rôle comme auxiliaire de lutte biologique n’a produit aucun vocable. En revanche, à force de servir de jouet, d’auspice, de référence à la divinité, de porte-bonheur et de sujet ou de rime dans les chansons et comptines (tout ceci plus ou moins ensemble)… elle a reçu des noms multiples.

« Vache de Dieu, je vous prie Passez-moi par-dessus la barrière.

Emportez-moi au Paradis. Je vous supplie, jour et nuit. », récitent les jeunes Bretons  après avoir tracé dans la paume de leur main une croix avec l’hémolymphe sourdant des articulations des pattes des individus stressés.

Vache, veau, agneau, poule, géline, poulet, chat (presque toute la ferme y passe), oiseau et tout simplement bête de Dieu, à Bon Dieu se retrouvent de l’Irlande (et de la Bretagne) à la Russie. En hébreu, c’est la vache de Moïse. Une variante voue la coccinelle à la Vierge, à Marie, à Notre Dame… dont le manteau, sur les peintures d’église au Moyen-Âge était rouge, souvent orné de pois.

Dans la même sphère d’inspiration chrétienne, mettons les saintes (Catherine surtout), les saints (Martin et al.) et le paradis   – toujours en qualificatif d’un des animaux sus cités.

L’origine de ces noms « sacrés » se perd dans la nuit des temps et, en Europe du

Nord, Freyja a précédé Marie. La petite bête a été, demeure en tous cas dans le langage, dédiée au ciel, au soleil et à la lune. Une récupération-adaptation, donc.

La coccinelle, pour porter bonheur (comme pour désigner la prochaine mariée ou indiquer l’heure qu’il est) doit s’envoler du bout du doigt  ; il convient de l’encourager par des paroles adaptées – où son nom deviendra pivole, parvole, marivole,

gifs coccinellesmanivole, vole-bête, vole-giraud, volehaut, etc.

Et une formule incantatoire, ça doit bien sonner ; d’où des noms composés comme

marie-chon-chon et des mots en « brb » (un radical qui désigne souvent des insectes) comme barboulotte ou barbot.

 

Enfin (mais cet articulet n’a aucune prétention à l’exhaustivité) deux métiers féminins servent à désigner la coccinelle : couturière et boulangère, on ne sait pourquoi.

Les enfants, après avoir compris que le nombre de points sur les élytres ne correspond pas à l’âge de l’individu, peuvent continuer à expliquer qu’elle ne court pas vite car elle a un point de côté ; ils doivent en tous cas perpétuer des coccinelles les petits noms, les formules et les ritournelles

FICHE I n s e c t e s 1 2 n ° 1 4 6 – 2 0 0 7 ( 3 ) Par Alain Fraval    gifs coccinelles

 

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

Coccinelle, animal totem

Posté par othoharmonie le 31 août 2012


Les « Animaux Totem » est une rubrique qui me tient particulièrement à coeur tant les animaux ont une place importante dans notre Vie, sur la Terre et surtout ils nous envoient de très beaux messages.

 gifs coccinelles Que nous en ayons peur, qu’ils apparaissent dans nos rêves, dans nos cartes, ou que nous en soyons attirés, ils sont toujours là pour nous révéler quelque chose, un signe, ou une partie de nous. Parfois même, ils apparaissent dans nos vies, subrepticement, pour nous dire quelque chose… A nous de comprendre quoi !! Cette rubrique est donc créée dans ce sens.  

C’est pourquoi au fil des jours je déposerai la signification d’un animal, et je vous invite, si vous le sentez comme tel, à faire appel à leur pouvoir… Car ils peuvent vous aider…  

Ce descriptif n’a pas pour prétention d’être le symbole de la stricte vérité, il se veut simplement être un allié pour vous donner des pistes, ouvrir des portes, si cela vous parle… Chacun est libre de prendre ou de laisser ce qui lui semble juste et bon. N’est-ce pas ça, en partie, le libre-arbitre ?…   

Je m’inspire également de l’ouvrage « Les Cartes Médecines », de Jamie SAMS et David CARSON qui est une véritable référence pour la compréhension du symbolisme animal, et un puissant instrument de connaissance de soi.  

LA COCCINELLE

gifs coccinellesCommunément appelée « la bête à bon Dieu », la coccinelle est de bonne augure, présage de chance, porte bonheur…

 La coccinelle peut vous apporter le message de la métamorphose, similaire au papillon, car c’est un insecte dit à métamorphose complète, dans le sens où l’adulte ne ressemble pas à la larve. Sous entendu, la métamorphose annoncée par la coccinelle est grande, et va permettre de prendre son envol. Mais la métamorphose implique plusieurs stades de développement, qu’il faut respecter pour que la transformation s’opère jusqu’au bout…

   Il ne faut pas ignorer non plus l’ambivalence présente chez la coccinelle : c’est un insecte à deux facettes :

 - d’un côté la gentille coccinelle mignonne, attendrissante, petite et bête à bon Dieu et de l’autre côté une cruelle coccinelle en terrible prédateur avec un appétit pantagruélique,

- d’un côté la vie active au printemps sur les végétaux pour trouver la nourriture, se reproduire et faire des réserves et de l’autre côté la vie ralentie, d’hibernation, en hiver.

 La coccinelle peut représenter la migration, la métamorphose, la transformation, la double-vie, l’organisation.

Publié dans COCCINELLE | 6 Commentaires »

La Légende de Coccinelle

Posté par othoharmonie le 30 août 2012

La légende de la coccinelle, petite bête à bon dieu qui porte bonheur

Dans le langage populaire, la coccinelle est surnommée « bête à bon Dieu », car elle est la meilleure amie des jardiniers (elle les aide notamment à lutter contre les pucerons, dont elle se nourrit), et surtout, parce que, selon une légende remontant au Moyen Âge, elle porterait bonheur.

La Légende de Coccinelle dans COCCINELLE gifs7Ainsi, si cette jolie petite bête à bon dieu se pose sur votre bras, pensez à compter les points noirs présents sur ses ailes, car d’après certaines croyances, le nombre de points de la coccinelle correspondrait au nombre de mois de l’heureuse période qui vous attend! La coccinelle est donc une amie très agréable à accueillir dans son jardin pour se sentir bien tout en protégeant son jardin contre les insectes nuisibles!

Voici le récit de la légende, qui remonterait au Xe siècle:
Suite à l’assassinat à Paris d’un homme, son apprenti est soupçonné et condamné à mort malgré ses protestations. Il fut alors condamné à avoir le cou tranché. Le jour de son exécution, une foule s’était réunie pour assister à la scène: et lorsque le bourreau leva sa hache, il aperçut une coccinelle posée sur le cou du jeune homme. Aussi le bourreau enleva la coccinelle très délicatement et releva sa hache afin de trancher le cou du jeune homme. Quelle ne fut pas alors sa surprise lorsqu’il constata que la coccinelle était de retour sur le cou du pauvre jeune homme! Le bourreau eut beau insister, mais la coccinelle était obstinée, à tel point que le roi d’alors (Robert le Pieux) intervint, considérant que l’événement était un miracle et que la coccinelle accomplissait là une mission divine. Le jeune homme fut gracié, et quelques jours plus tard le véritable coupable fut découvert. Dès lors les gens de Paris parlaient de la « beste du bon Dieu » et plus personne n’aurait écrasé ce petit insecte au risque de commettre un sacrilège.

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

La Bête à Bon Dieu

Posté par othoharmonie le 23 août 2012

  gifs coccinelles

 

De tous modules. De toutes formes, Des minuscules
Et des énormes, Les animaux de la création, Assemblés, se mirent en marche
(En avait-on jamais autant vu depuis l’Arche ?) Pour tenir un meeting de protestation :

—  Il faut enfin, il faut qu’on sache De quel droit la Bête à Bon Dieu,
Coccinelle, Cette péronelle, S’intitule Bête à Bon Dieu ?
D’être Bête à Bon Dieu, tous autant que nous sommes,
Pouvons-nous pas en réclamer le titre ?
Tous le méritent, Même les hommes ; Chacun de nous peut,
Somme toute, Prendre ce nom et s’appeler, sans aucun doute,
Et s’appeler Bête à Bon Dieu.  Or voici qu’au bord de la route
Un enfant se tenait, et, au bout de son doigt, Il tenait cette coccinelle,
Qui Bête à Bon Dieu, — de quel droit ? —
Se fait appeler et s’appelle.  Et, dans son langage ingénu,  S’entretenant avec la bestiole :
— Bête à Bon Dieu ne t’en va plus !
Ah ! pourvu Que tu Ne t’envoles !

—    L’enfant ainsi l’interrogeait Au sujet D’aujourd’hui, de demain, de toutes ses journées,
De pluie ou de soleil baignées.

Malheureuses ou fortunées :  Cette bête au bout de son doigt,
Est-ce que vraiment il la croit Sur son avenir renseignée,
Oui, renseignée à ce point ? Point !
L’avenir, on l’a fort bien dit, n’est à personne, L’avenir est à Dieu ; s’entend
Qu’il n’est pas à la Bête à Bon Dieu ; cependant Nous savons, en la consultant,
Que le bonheur et le beau temps, C’est le Bon Dieu qui nous les donne :
Elle en est simplement l’humble témoin, et peut, La moins savante
De ses servantes,

—  La coccinelle à bon droit peut S’appeler la Bête à Bon Dieu.

 gifs coccinelles

Les fables Maurice Etienne Legrand, dit Franc-Nohain. :
Le Balai de la Sorcière.
La Bête à Bon Dieu.
L’Ane du Libraire.
Les Bulles de Savon.
Le Trèfle à quatre feuilles.
Le Briquet et les Allumettes.
La Demoiselle au Volant.
Le Merlan frit.
Le monocle et les lunettes.
Les Pommes d’Amour.

Source : gallica.bnf.fr

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

L’âne

Posté par othoharmonie le 13 décembre 2011

  

L'âne dans ANEPeu d’animaux, sur cette vaste terre, ne traînent autant de casseroles que celui dont je vais vous parler. Rentré dans le langage courant, l’âne est devenu synonyme de stupidité, de paresse, de lubricité et d’entêtement

 

Depuis le roi  Midas jusqu’à l’école républicaine, l’histoire a affublé d’oreilles d’âne tous les mauvais élèves qui disaient âneries sur âneries et qui n’entendaient rien à la musique du français ou des mathématiques. Déjà au 6ème siècle, Isidore de Séville dans le « Livre des étymologies » comprenait le mot asinus (âne en latin) comme in-sania, c’est-à-dire « privé de sens ». 

 

Son entêtement et sa paresse allaient de paires, il n’y avait qu’une carotte pour faire avancer son âne et « à laver la tête d’un âne, on perd sa lessive » puisque celui-ci, à peine « schampooiné« , ne tardait pas à se rouler dans la poussière. Mais ce que le proverbe n’aura pas retenu, c’est que l’âne agissait ainsi pour se protéger des piqûres d’insectes qui le harcelaient et pour se débarrasser des tiques. Qu’on le taxe d’animal lubrique tombe sous le sens, la taille de son sexe d’abord en ferait rougir plus d’un et son appétence pour sa femelle en chaleur a peu de commune mesure, il peut perdre des dizaines de kilos en un rien de temps,  saillant son ânesse presque douze fois par jour. 

 

Pourtant, pourtant, dans toutes les familles paysannes, et ce depuis qu’il a été domestiqué voilà déjà plus de 6.000 ans, dans les lointaines terres d’Egypte et de Sumer où l’agriculture, les villes-états, l’écriture et la civilisation ont vu le jour, l’âne était le plus corvéable et le plus utile des animaux que l’homme ait eu la chance et le bonheur de rencontrer. Aucun paysan ne me contredira : labeur et humilité sont les deux mamelles de notre Terre-Mère Gaïa et si un animal sait où le bât blesse, c’est bien notre équidé ! 

 

 dans ANEUn animal stupide ! Qu’on le compare à son cousin cheval qui n’obéit à son maître que parce qu’il a subi un dressage violent, ce débourrage comme le nomme les éleveurs de chevaux ne peut pas se pratiquer sur l’âne. Ainsi, à l’instar de nos enfants qui, comme l’âne, braille avant de savoir parler (le verbe brailler vient de braire qui est le cri de l’âne), notre animal aux longues oreilles a besoin d’une éducation plus qu’un douloureux dressage et les « ânes » qui ne l’ont toujours pas compris continuent à s’user la corne et les neurones pour que l’âne marche à la baguette. Notre animal vient d’Afrique, un pays désertique, montagneux, terre d’accueil des plus grands prédateurs de l’époque : lion, panthère et crocodile, il est donc difficilement impressionnable. Contrairement au cheval qui peut s’emballer parce qu’un quelconque animal l’a surpris, l’âne est un animal réfléchi qui analyse le danger et y fait généralement front. Cela me rappelle une certaine ânesse qui, malgré les coups répétés de son grand prophète Balaam, refusait d’avancer parce qu’elle avait vu l’ange terrible du Seigneur brandir son épée, menaçant celui qui oserait aller maudire Israël ! (Nb 22.21) 

 

Parlons un peu des dieux et des mythes qui nous narrent les aventures de notre animal. 

 

Par Bertrand CHATELAIN

anes%20(16)

Publié dans ANE | Pas de Commentaires »

Le Saumon et les Dieux

Posté par othoharmonie le 7 décembre 2011

 

Saumon coho Le Saumon sacré remonte à la source de toute chose : il remonte aux initia, – comme nous essayons bien maladroitement de le faire – et l’on comprend alors qu’il soit le symbole d’un niveau d’initiation, le plus élevé. 

 

Chez les Grecs : Il est le symbole de l’Océan, l’image de la Déesse Mère  primitive, créatrice certes, mais terrible, le domaine de Nérée et de ses Néréides aux cent pieds, kenning/ métaphore dans lesquelles nous pouvons voir, soit la mer moutonnante aux “cent” vagues, soit les poissons innombrables peuplant l’océan qui est aussi habité par les Tritons “hommes poissons” mais aussi d’Ichtyocentaures. Ces tritons étaient en fait les pêcheurs/ chasseurs de cétacés des chefferies du Maglemose, le Grand Marais danois, qui s’habillaient de peaux de phoque pour survivre dans ces eaux glaciales (cf. art. Narval et Naglfar) et c’est à ce titre qu’ils étaient les “mâles” des Sirènes atlantes (cf.). 

 

Chez les Nordiques : La confusion entre Tritons et Atlantes au sens architectural comme supports de balcon ou de voûte – comme Atlas supporte la voûte du ciel Ouranos – donne à penser qu’il était autrefois évident que les Tritons étaient Atlantes et, par conséquent, que leur domaine Thétys (Cétus) était le Grand Marais alimenté par le Fleuve Baltique, l’Eridan/ Eider archaïque des Boréens… 

 

Dans leur mythologie, l’affreux Loki se changea en saumon après qu’il eut hypocritement poussée l’aveugle Höder à tuer son frère Balder (Apollon) “en jouant” au lancer du rameau de Gui  sacré. Il tenta alors d’échapper à la colère des dieux Ases en se cachant sous la cascade Franang. Mais il y fut pris grâce au filet qu’il avait lui-même inventé : « Tel est pris, qui croyant prendre ! »… 

 

Le Saumon et les Dieux dans POISSON 7112728-blue-tonique-poisson-saumonChez les Celtes : Le saumon s’appelle Eo en breton et en Gallois. C’est le symbole de la Connaissance car “il a bu l’eau dans laquelle étaient tombées les baies 59 de l’If” (Thuya –› Thyone). Il fait donc partie du repas traditionnel des druides et est un symbole d’immortalité (celle de l’Esprit, transmis au clan par l’initiation) : dans leurs “transformations” rituelles, il achève leur initiation par degrés, il est l’homologue du sanglier et correspond à une classe initiatique probablement réservée aux druidesses. 

 

Chez les Indous : le “poisson” est la monture de Varuna. 

 

Au Moyen Orient : « Notons que le mot salma ou “saumon” a donné le nom du titre royal chez les Kéniens ancêtres du roi David, chez les Phéniciens (Sélim, un mot qui est passé chez les Musulmans), chez les Assyriens (Salman), chez les Grecs et les Crétois du minoéen récent (Salmoneus). C’est ce titre qui fut également adopté par le roi Salomon… » J–P. Ronecker, op. cit. 

 

Blasons : Le Saumon est présent sur les écus et faussement blasonné en Ichtyos 

chrétien (cf. Glasgow in art. Blasons). En Provence, c’est l’esturgeon, un poisson qui remontait le Rhône en Mai

gifs poissons

Publié dans POISSON | Pas de Commentaires »

Le Rouge-Gorge nous dit

Posté par othoharmonie le 30 novembre 2011

Rouge-gorge européen  C ’est lui qui apporta le “premier feu” aux habitants des Îles anglo-normandes et les Bretons d’Armorique disent qu’il apporta le premier grain de blé en Domnonée. Dans le Loiret, une curieuse coutume voulait qu’on tue un rouge-gorge mâle le jour de la Chandeleur pour l’embrocher sur une baguette de noisetier qui devait se mettre à tourner toute seule : ceci ne peut que nous faire penser au “bâton Coucou”/ sceptre chamanique de Lascaux, et aux fonctions astronomiques de l’Irminsul dont “l’ombre tourne toute seule en 24 heures” !… 

Cette fonction “solaire”, bien digne d’un “petit-roi”, d’un Dieu-Fils donc, en faisait le symbole de la volupté au Moyen Âge (cf. Rune win/ wunju) mais, sous l’influence de l’Église castratrice, Jéronimus Bosch en fit dans sa peinture symboliste et quelque peu surréaliste celui de la luxure…

gifs oiseaux

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaires »

Le lion et les noms propres

Posté par othoharmonie le 24 novembre 2011

Le lion est à l’origine des prénoms Léon et Lionel, un diminutif. En hébreu, on trouve les prénoms Arié (’aryeh, le nom en zoologie) et Ariel : « lion de Dieu » et dans Lavi (לביא).

Le lion et les noms propres dans LION disney-roi-lion-40En arabe, près de trois cents noms désignent le lion. Une consultation partielle du grand dictionnaire arabe-français de Kazimirski confirme ce nombre. Parmi eux figurent Assad (’asad, le nom zoologique), Abbas (`abbâs : « sévère, renfrogné ») et Hamza. Le turc connaît les formes Aslan (nom zoologique) et Arslan, cette dernière étant aussi la forme mongole. Ce prénom a donné en russe Rouslan. Le persan shir est connu par le général Shirkuh (« lion des montagnes »), oncle de Saladin, par la médersa Shir-Dor (ou Cher-Dor) (« porte des lions ») à Samarcande et, avec un élargissement de sens au tigre en hindî, par Shere Khan, le tigre du Livre de la jungle.

Que le lion ait l’image d’un animal fort et courageux s’explique par le fait que jusqu’il y a peu, des hommes de guerre étaient surnommés par son nom. Parmi les plus récents, le seigneur de guerre afghan, Ahmed Chah Massoud était appelé par ses adeptes le « lion du Panshir », l’empereur éthiopien Hailé Sélassié se fit appeler le « lion conquérant de la tribu de Juda ». A contrario, pour Richard Ier d’Angleterre ce ne sont ni sa force, ni son courage, mais ses sautes d’humeur qui lui valurent, en France, d’être surnommé « Cœur de Lion », en référence à l’imprévisibilité de l’animal.

 Le qualificatif de lion est aujourd’hui élogieux, le joueur de football camerounais de l’équipe des Lions indomptables, Roger Milla était appelé « le vieux lion » par ses compatriotes parce qu’il fut le plus vieux joueur de champ et le plus vieux buteur de l’histoire de la Coupe du monde de football. 

gif-image-lion-8 dans LION

Publié dans LION | Pas de Commentaires »

Eléphant 8

Posté par othoharmonie le 21 novembre 2011

Par Louis Figuier 


Nous venons de dire que les Éléphants habitent les immenses plaines de l’Asie et de l’Afrique. C’est que deux espèces différentes doivent être distinguées dans la famille des Éléphants de la création actuelle : l’Éléphant d’Asie et celui d’Afrique.

 Éléphant d'Asie L’Éléphant d’Asie vit aujourd’hui dans tout le continent des Indes, principalement dans le royaume de Siam, l’empire des Birmans, le Bengale et l’Indoustan proprement dit. On le trouve également dans l’île de Ceylan, à Sumatra et dans l’île de Bornéo. Sa tête est large, aplatie sur le devant du front, renflée sur ses côtés. Ses oreilles sont moins grandes que celles de l’Éléphant d’Afrique, et leurs proportions sont un peu différentes. Sa couleur est d’un gris terreux passant au brun.

Chez quelques individus, atteints d’une sorte d’albinisme, la couleur est d’un blanc rosé. Les peuples des bords du Gange croient que ces Éléphants blancs ou roses donnent asile aux âmes de leurs anciens rois. Les princes de Siam et du Pégu, fiers de les posséder, les logent dans leurs palais, et les font servir magnifiquement par un nombreux personnel d’adorateurs.

Les Éléphants blancs sont en grande vénération dans l’Inde. Imbus du dogme de la métempsycose, les Indous sont persuadés que, dans la nature, l’Éléphant tient après l’homme le premier rang ; et comme, d’un autre côté, la blancheur de la peau est à leurs yeux un symbole de la pureté de l’âme, une distinction que les dieux n’accordent qu’aux êtres parfaits, l’Éléphant blanc est pour les Indiens un animal privilégié, dont le corps ne peut servir d’habitation qu’aux mânes des rois, des pontifes et des héros.

Il n’y a aujourd’hui que les Éléphants d’Asie que l’on puisse réduire en domesticité. Il faut même remarquer que les individus Eléphant 8 dans ELEPHANT 2217245-l-phant-blancque l’on utilise ne sont pas nés en captivité. Ce sont des individus capturés sauvages et ensuite apprivoisés.

La chasse aux Éléphants se fait, dans l’Inde, comme elle se faisait il y a deux mille ans ; car tous les Orientaux restent fidèles à leurs anciens usages.

On choisit une vaste étendue de bois, qu’on hérisse de barricades et qu’on entoure de fossés larges et profonds. On y introduit des femelles privées. C’est un appât auquel les Éléphants sauvages ne résistent jamais, surtout si l’on a eu soin de choisir la saison des amours. Ils arrivent par troupes dans la nuit, et vont trouver les femelles, en passant par de larges ouvertures qu’on a eu soin de ménager dans l’enceinte. On ferme ces issues aussitôt qu’il en est entré un nombre suffisant, et l’on introduit, pour les traquer et pour battre le bois, des chasseurs et des Éléphants privés.

On a eu soin de disposer à l’avance, dans l’intérieur de l’enceinte, de petits enclos à une seule entrée ; on cherche à faire engager dans ces petits enclos les Éléphants sauvages, pour les isoler. Dès que les Éléphants s’aperçoivent qu’ils sont renfermés, ils entrent en fureur, et font, pour recouvrer leur liberté, des efforts désespérés. On les laisse se débattre un certain temps, et lorsque la faim et la fatigue ont épuisé leurs forces, on les fait attaquer par des Éléphants privés, qui les terrassent à coups de trompe et les forcent à se tenir tranquilles. Les chasseurs saisissent ce moment pour leur jeter des noeuds coulants, et pour les attacher aux arbres, où ils les laissent jusqu’à ce que, domptés par le jeûne et par la lassitude, ils n’opposent plus de résistance. Alors on les mêle aux Éléphants privés, et on achève de les rendre dociles par des caresses et par des soins. (A SUIVRE…) 

FIGUIER, Louis (1819-1894) : L’Éléphant (1882). 

 



Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (05.II.2009) Texte relu par : A. Guézou
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Mél : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] 100346.471@compuserve.com

http://www.bmlisieux.com/ 



Diffusion libre et gratuite (freeware) 



Texte établi sur un exemplaire (BmLx : nc) de l’ouvrage Les Animaux chez eux illustré par Auguste Lançon (1836-1887) paru chez L. Baschet à Paris en 1882. 



 dans ELEPHANT

Publié dans ELEPHANT | Pas de Commentaires »

Le Chat 5

Posté par othoharmonie le 20 novembre 2011

Par Théodore de Banville

Le Chat 5 dans CHAT chat2A la comédie sensée et raisonnable du justicier Molière, le Chat qui, ayant été dieu, sait le fond des choses, préfère encore celle qui se joue dans la maison de Guignol, comme étant plus initiale et absolue. Tandis que le guerrier, le conquérant, le héros-monstre, le meurtrier difforme et couvert d’or éclatant, vêtu d’un pourpoint taillé dans l’azur du ciel et dans la pourpre des aurores, l’homme, Polichinelle en un mot, se sert, comme Thésée ou Hercule, d’un bâton qui est une massue, boit le vin de la joie, savoure son triomphe, et se plonge avec ravissement dans les voluptés et dans les crimes, battant le commissaire, pendant le bourreau à sa propre potence, et tirant la queue écarlate du diable ; lui, le Chat, il est là, tranquillement assis, apaisé, calme, superbe, regardant ces turbulences avec l’indifférence d’un sage, et estimant qu’elles résument la vie avec une impartialité sereine.

Là, il est dans son élément, il approuve tout, tandis qu’à la Comédie-Française, il fait quelquefois de la critique, et de la meilleure. On se souvient que par amitié pour la grande Rachel, la plus spirituelle parmi les femmes et aussi parmi les hommes qui vécurent de l’esprit, la belle madame Delphine de Girardin aux cheveux d’or se laissa mordre par la muse tragique. Elle fit une tragédie, elle en fit deux, elle allait en faire d’autres ; nous allions perdre à la fois cette verve, cet esprit, ces vives historiettes, ces anecdotes sorties de la meilleure veine française, tout ce qui faisait la grâce, le charme, la séduction irrésistible de cette poétesse extra parisienne, et tout cela allait se noyer dans le vague océan des alexandrins récités par des acteurs affublés de barbes coupant la joue en deux, et tenues par des crochets qui reposent sur les oreilles.

Comme personne ne songeait à sauver l’illustre femme menacée d’une tragédite chronique, le Chat y songea pour tout le monde, et se décida à faire un grand coup d’État. Au premier acte de Judith, tragédie, et précisément au moment où l’on parlait de tigres, un des Chats de la Comédie-Française (je le vois encore, maigre, efflanqué, noir, terrible, charmant !) s’élança sur la scène sans y avoir été provoqué par l’avertisseur, bondit, passa comme une flèche, sauta d’un rocher de toile peinte à un autre rocher de toile peinte, et, dans sa course vertigineuse, emporta la tragédie épouvantée, rendant ainsi à l’improvisation éblouissante, à la verve heureuse, à l’inspiration quotidienne, à l’historiette de Tallemant des Réaux merveilleusement ressuscitée, une femme qui, lorsqu’elle parlait avec Méry, avec Théophile Gautier, avec Balzac, les faisait paraître des causeurs pâles. Ce n’est aucun d’eux qui la sauva du songe, du récit de Théramène, de toute la friperie classique et qui la remit dans son vrai chemin ; non, c’est le Chat !

220px-WhiteCat dans CHATD’ailleurs, entre lui et les poètes, c’est une amitié profonde, sérieuse, éternelle, et qui ne peut finir. La Fontaine, qui mieux que personne a connu l’animal appelé : homme, mais qui, n’en déplaise à Lamartine, connaissait aussi les autres animaux, a peint le Chat sous la figure d’un conquérant, d’un Attila, d’un Alexandre, ou aussi d’un vieux malin ayant plus d’un tour dans son sac ; mais, pour la Chatte, il s’est contenté de ce beau titre, qui est toute une phrase significative et décisive : La Chatte métamorphosée en femme ! En effet, la Chatte est toute la femme ; elle est courtisane, si vous voulez, paresseusement étendue sur les coussins et écoutant les propos d’amour ; elle est aussi mère de famille, élevant, soignant, pomponnant ses petits, de la manière la plus touchante leur apprenant à grimper aux arbres, et les défendant contre leur père, qui pour un peu les mangerait, car en ménage, les mâles sont tous les mêmes, imbéciles et féroces. Lorsqu’à Saint-Pétersbourg, les femmes, avec leur petit museau rosé et rougi passent en calèches, emmitouflées des plus riches et soyeuses fourrures, elles sont alors l’idéal même de la femme, parce qu’elles ressemblent parfaitement à des Chattes ; elles font ron-ron, miaulent gentiment, parfois même égratignent, et, comme les Chattes, écoutent longuement les plaintes d’amour tandis que la brise glacée caresse cruellement leurs folles lèvres de rose.

(A SUIVRE….) 

THÉODORE DE BANVILLE.

 



Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (30.I.2009)
Texte relu par : A. Guézou
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Mél : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] 100346.471@compuserve.com

http://www.bmlisieux.com/ 



Diffusion libre et gratuite (freeware) 



Texte établi sur un exemplaire (BmLx : nc) de l’ouvrage Les Animaux chez eux illustré par Auguste Lançon (1836-1887) paru chez L. Baschet à Paris en 1882. 



 

gifs coeur

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Ours Roi des Animaux

Posté par othoharmonie le 13 novembre 2011

 

Ours Roi des Animaux dans OURS 220px-JeandelOursChez les peuples germaniques et scandinaves à l’époque du paganisme nordique, l’ours est célébré pour sa force, son courage et son invincibilité, considéré comme le roi des animaux, mais aussi attribut des puissants et objet de rituels, et même intermédiaire entre le monde humain et animal en raison de ses ressemblances avec l’homme. 

 

Au VIIIe siècle, les cultes et vénérations de l’ours étaient qualifiés de « frénétiques » et « démoniaques » en Saxe et dans les régions avoisinantes. Saint Boniface, évangélisateur de la Germanie, a ainsi mentionné avec horreur à son retour de Saxe ces rituels païens consistant à se déguiser en ours, à boire le sang de cet animal et à manger sa chair avant les batailles, afin de voir sa puissance transmise symboliquement. Jacob Grimm évoque la place de l’ours chez les Germains comme celle de « l’animal totémique par excellence ». Des emblèmes à vocation prophylactique et militaire, comme des talismans composés de griffes d’ours, étaient utilisés. Le dieu des guerriers et du tonnerre de la mythologie nordique, Thor, semble avoir été très tôt surnommé « Thorbiörn », c’est-à-dire Thor-ours, et l’ours était particulièrement associé aux guerriers et uniquement aux hommes. Lors des rites de passage des jeunes Germains à l’âge adulte, chez les Goths par exemple, une épreuve consistait à affronter un ours au corps-à-corps. 

 

Les peuples germano-scandinaves ont aussi utilisé une foule de noms construits autour de celui qu’ils attribuaient à l’ours en vieux norrois : « Björn ». Tous évoquent l’idée de force et de violence. 

 

Attestations dans les sagas 

 

320px-Suisse_2005_Berne_ours dans OURSL’ours est également évoqué dans les sagas, où il se fait un ancêtre de l’homme à l’instar de ce que l’on retrouve dans de multiples mythes et légendes autour du monde. La Geste des Danois mentionne la lutte à mains nues du jeune Skioldius contre un ours et la naissance de Torgils Sprakeleg, issu d’une femme et d’un ours. Bjarki (« le petit ours ») est transformé par sa belle-mère et Bodvar se voit affublé de pieds d’ours pour avoir mangé la viande de l’arrière-train d’un ours injustement abattu. Le héros Beowulf, issu du légendaire scandinave, porte un nom signifiant « ennemi des abeilles », qui est aussi l’un des surnoms de l’ours. Il est possible qu’il ait été à l’origine un ours ou l’enfant d’un ours et d’une femme. Il arrive que des morts se réincarnent dans le corps d’un ours et tourmentent ainsi leurs ennemis. 

 

Les légendes liées aux rois danois les font descendre d’un ours, mais, historiquement, il s’agit d’une invention pour justifier un nom ressemblant à celui de l’ours, tout comme les légendes qui entourent la famille italienne Orsini.

ours-ecureuil

Publié dans OURS | Pas de Commentaires »

Ours en Asie

Posté par othoharmonie le 11 novembre 2011

  

 

gifs nounours   Les ours présents en Asie ont eux aussi donné naissance à diverses légendes ainsi qu’à des rites folkloriques. Il ne s’agit pas forcément des mêmes espèces qu’en Europe, puisqu’on trouve aux côtés de l’ours brun et de ses sous-espèces (ours bleu du Tibet, ours brun de Syrie et ours Isabelle) d’autres espèces telles que l’ours à collier, l’ours lippu et l’ours malais

 

L’Ours chez les Aïnous 

 

AinuGroup.JPGLes Aïnous qui signifie « humain »,  ancêtres des japonais actuels, sont établis au Nord du Japon et sur l’île de Sakhaline ont toujours gardé à l’ours une place prépondérante dans leur culture, l’animal étant non seulement ancêtre totémique mais aussi dieu suprême. Au centre des initiations, objet de tabous, l’ours est une divinité des plus révérées, tout particulièrement en décembre lors de la Kamui omante, ou « fête de l’ours ». L’animal y est réputé descendre sur terre et donner ses cadeaux aux humains qui l’accueillent, avant de retourner dans son univers divin. 

 

L’ours est aussi au centre de chasses rituelles. Lorsqu’une femme aïnoue perd un enfant, il arrive qu’un ourson soit capturé bébé et nourri au sein. Il est ainsi élevé durant trois ou quatre ans où il devient un membre à part entière du clan, puis sacrifié, avant que sa chair ne soit consommée lors d’un banquet. Traditionnellement, les tribus aïnous s’approprient ainsi la force et toutes les qualités de l’animal, particulièrement en mangeant sa patte antérieure gauche, mais aussi sa langue, son museau, ses oreilles, son cœur ou son foie. Le crâne de l’ours est généralement conservé comme talisman. Les vertus médicinales attribuées à l’animal sont très nombreuses, et incluent le frottement du ventre des parturientes avec un morceau de matrice d’ours.  

 

L’Ours en Chine 

 

Ours en Asie dans OURS 240px-China_1 

Bien que les Chinois ne semblent jamais avoir considéré l’ours comme une divinité ni pratiqué la chasse rituelle, leurs pratiques culinaires et médicales tout comme les légendes de l’ours attestent d’un respect tout particulier ; dès lors, il n’est pas interdit de penser que l’ours a pu être célébré à l’instar de ce qui s’observe en Sibérie, en Laponie et chez les Amérindiens. Dès l’Antiquité, l’ours a pu être associé au chamanisme puisqu’une inscription de l’époque Shang et une autre du début de la dynastie Zhou ont été vues comme représentant un chaman qui danse, revêtu d’un masque et d’une peau d’ours. Les chamans de la dynastie Shang se revêtaient probablement de la peau de cet animal, et des danses de l’ours sont attestées, mettant en scène un exorciste masqué (d’une figure d’ours à quatre yeux d’or, censée ainsi voir tout et partout) vêtu de rouge et de noir, qui « expulsait les pestilences de l’année morte ». L’ours fut également un symbole de protection des clans parmi les plus utilisés, avec le tigre. 

 

Les Chinois ont plusieurs fois remarqué les qualités de l’ours, sa force, mais aussi et surtout son agilité et sa rapidité étonnantes pour une bête d’une telle masse. Imiter la respiration de l’ours pour obtenir la maîtrise du souffle est devenu un exercice taoïste, probablement lié à l’hivernation qui était vue comme une résurrection. Les mouvements de l’ours servent d’inspiration à un art martial. Les peaux d’ours avaient une fonction de tribut au Shaanxi. Les Chinois organisaient aussi des combats avec ces animaux. 

Viande de l’Ours 

 

La viande de l’ours – en particulier de ses pattes – a très longtemps été considérée comme un mets raffiné, ainsi, les récits mythiques chinois attestent de ce statut dès le VIIe siècle av. J.‑C., où le duc Ling de Jin tua son cuisinier à coups de cuiller 192px-Brown_Bear_Cubs dans OURSpour n’avoir pas su faire cuire des paumes d’ours correctement. 

 

Ce mets semble mentionné et apprécié durant toute l’Antiquité chinoise, où il faisait partie des « huit plats succulents », jusqu’au XIXe siècle à l’époque Qing, où les seigneurs réclamaient encore vingt paires de pattes d’ours aux paysans. Le commerce de ces pattes demeura florissant au moins jusqu’au début du XXe siècle.

 

 

Publié dans OURS | Pas de Commentaires »

Méditation papillon

Posté par othoharmonie le 6 novembre 2011

 

Le papillon d’automne par Yves Bériault 

  

papillonCe matin, attiré par le soleil d’automne et le coloris extraordinaire de cette saison en mon pays, j’ai pris mes souliers de marche en direction de la montagne. 

 

L’air sentait bon, feu de bois et feuilles séchées, le tout emporté dans l’air frais du matin.  Derniers sursauts d’une saison sur le point de céder la place aux brises qui apportent le froid. 

 

Sur ma route, j’ai croisé un papillon, événement rarissime pour la saison.
Surpris, je l’ai vu s’élever soudainement devant moi, avec une vigueur inhabituelle pour un papillon.

Il se débattait dans l’air frais du matin, comme aspiré par cette lumière d’or réfléchie par les feuilles, ou plutôt comme inspiré par cette lumière, car il semblait danser avec l’énergie de celui qui sait que le temps est compté. 

 

gifs papillonsUn petit papillon d’automne, signe d’espérance et de détermination sur la route d’un marcheur solitaire. A sa manière, sans le savoir, il me parlait de la suite du Christ. Saisi par la lumière du Christ ressuscité, plus éblouissant qu’un milliard de soleils d’automne, nous allons de-ci de-là, emportés par le souffle de l’Esprit,
au gré des événements et des saisons. 

 

Les jours qui passent, lorsqu’ils baignent dans cette lumière, ne font que raviver la foi de ceux qui croient, car le temps est court et la moisson est grande, très grande ! 


Tant de défis à relever, tant d’amour à donner et à recevoir. Il nous faut donc devenir papillon d’automne sur tous ces chemins de par le monde où se trouvent des promeneurs solitaires qui cherchent un sens à la vie au fil des saisons qui passent. 

 

Voilà où nous entraîne l’admirable lumière du Christ : au cœur de la vie ! 


Apprends donc à danser ta foi, là où le souffle de l’Esprit te conduit. 

Il n’y a pas de plus belle saison dans la vie de celui qui croit au Fils de Dieu !

papillon

Publié dans PAPILLON | Pas de Commentaires »

Le chuchotement d’un Papillon

Posté par othoharmonie le 6 novembre 2011

 

Extrait (volume 1) Nous nous envolerons 

 

Comment envisager ce qui relève du vouloir ? 

 

 VulcainNaturellement, nous vient l’idée que les êtres vivants sont comme les petites mains ouvrières de la nature, celle qui nature, qui met en forme les forces contenues, dans une direction bien précise, mais qui semble échapper à notre entendement. 

 

C’est banal de dire que les animaux ne savent faire que ce qu’ils savent et qu’ils le font à l’aveugle sans se poser de questions. Les hommes, dits supérieurs à la nature, semblent savoir ce qu’ils font, se posent les questions et tombent à côté de la plaque, si l’on en juge aux résultats. S’il y a de bonnes choses, il y en a de catastrophiques. 

 

L’ensemble des hommes fait que non seulement les hommes ne font pas un ensemble conscient et une volonté orientés dans une même direction, mais c’est un ensemble inconscient et orienté dans de multiples directions, antagonistes. 

 

Est-ce le fait de l’inconscience ou le fait d’aller en tous sens? 

 

Ou autre hypothèse, est-ce le fait de vouloir et d’imposer une seule direction, un seul sens qui génère de la catastrophe? 

 

Concernant les hommes, le rôle de la conscience est directeur. Nous disons que la vie allait vers l’inconnu. La conscience serait le connu. La conscience se dirige vers l’inconnu. Elle se développe dans ce sens. À partir de ce qu’elle est, de son connu, de sa base terrienne, ou de son donné corporel spécifique. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est nécessairement multiforme entre les gens, que ceux-ci ne sont pas prêts à l’uniformisation, au nivellement et à la pensée unique sinon comme pis aller. Il y aura toujours quelqu’un qui lèvera le pouce et dira non. 

 

Le chuchotement d'un Papillon  dans PAPILLON 320px-Cithaerias_Esmeralda_MHNT.ZOO.2004.0.976Parce que ce ne sera pas son choix, et qu’il ne lui sera pas nécessaire de se justifier aux yeux du monde. En principe, c’est ainsi que les choses devraient se passer, pour que la vie soit un jeu et non une douloureuse expérience. Et s’il s’avère que les joueurs sont radicalement mauvais, nous avons vu qu’ils ne pourraient durer, qu’ils sont pris dans leurs règles, dans leurs logiques internes. Ou se heurtent alors à la logique de la terre qui, nous l’avons vu, est tendue vers un but bien précis. Ceci n’exclut nullement les points extrêmes, les points limites où la survie collective n’est plus assurée. Mais la raison à cela? C’est bien que la nature soit passivité, don, chance. Obéissance. Et que les hommes sont esclaves d’impératifs perdus dans la nuit des temps. 

 

Comme des conditionnements dont il est impossible de se défaire. Ou encore que les hommes sont à côté de leur nature d’homme? Pas facile en tous les cas de démêler le nœud ; les liens qui nous enserrent. Comment concilier les contraires sans éliminer l’adversaire? Laisser aller le monde en terrain inconnu qui risque de nous coûter la vie? Nous ne pouvons l’accepter, du moins sur le papier, et ce papier ne fait pas peur aux méchants qui persistent dans cette direction sinistre. Ou bien aller vers une révolution inconnue mais qui ne connaît pas son passé? 

 

Ainsi, nous contribuons selon nos moyens à cette illumination, ce qui est à mon avis la plus belle façon de vivre. Ainsi, cet être extérieur qui illumine notre terre et donne vie à nos corps, nous savons que nous sommes liés à lui, qu’il est dans notre sixième sens comme à un degré supérieur de l’échelle et plus simplement il relève de la conscience, d’un regard sur le regard, ce qui ne peut que poser une autre suite de questions. Comme par exemple la destinée de cette conscience, ce qu’elle advient quand nous mourrons. 

 

Nous ne parlerions pas trop en vain. Nos mots auraient pris un tout petit peu leur envol comme s’ils étaient les chuchotements délicats d’un papillon. 

 

 

Extrait de : Le chuchotement d’un Papillon (volume 1) Ecrit par ERIC LE NY


essai d’explication du bruit de fond
par
Chromoz Home : un lien http://nous-les-dieux.org/index.php?title=PDF:Le_chuchotement_d’un_papillon.pdf&limit=50

 

gifs papillon

 

Publié dans PAPILLON | Pas de Commentaires »

Histoire du poisson

Posté par othoharmonie le 5 novembre 2011

 

Poissons et le mythe de la belle néréide Amphitrite et de Poséidon 

  

 

Histoire du poisson dans POISSON img_amphitriteAmphitrite était la plus belle et la plus gracieuse de néréides, elle était aussi leur reine, la déesse aux yeux bleus.  

 

Les néréides vivaient dans un palais d’or au fond de l’océan, elles étaient les 50 filles de Doris et de Nérée. Amphitrite se déplaçait sur un char tiré par des dauphins, et parfois elle allait sur les plages de Naxos, l’île égéenne. 

  

Un beau matin d’été Poséidon l’aperçut sur la plage et tomba immédiatement amoureux d’elle. Poséidon, fils de Cronos et de Rhéa, avait reçut de ses parents, sa partie de l’univers : La mer. 

 

Amphitrite étant la reine des océans, il voulut tout naturellement l’épouser, mais celle-ci le repoussa et reparti dans le palais de son père Nérée, mener sa vie insouciante.   

 

Mais Poséidon était têtu, comme il ne pouvait pas utiliser la force, car Nérée était vénéré et intouchable, il opta pour la ruse. 

 

Il demanda à un brillant orateur, le dauphin, Deplhinos, d’aller plaider sa cause. 

 

Le dauphin fût si brillant qu’Amphitrite céda et devint l’épouse de Poséidon. 

  

D’ailleurs, pour ce grand service, Delphinos, fût placé dans le ciel où il donna son nom à une constellation. 


mod_article127994 dans POISSONLa belle  Amphitrite et Poséidon  eurent de nombreux enfants, dont les Tritons. Ces Dieux avec un tronc d’homme et 2 queues de poisson. Ils sont vénérés par les marins car on dit qu’ils apaisent les flots déchaînés et sauvent les bateaux en détresse. 

 

Amphitrite tint toujours son rôle d’épouse souriante et bienveillante, elle secouru les marins perdus en mer et fut toujours très gentille avec ses enfants et ceux que Poséidon lui ramenait au gré de ses amours !  

 

Le Poisson est le dernier signe du zodiaque, laissant derrière lui un parfum de mystère, troublant légèrement le silence d’un doux clapotis. 

 

Comme Amphitrite il est émotif, conciliant, rêveur et romantique, plein de douceur et de charme. 

 

gifs poissons

Publié dans POISSON | Pas de Commentaires »

L’ère du poisson à l’ère du verseau

Posté par othoharmonie le 4 novembre 2011

 

Devant le problème d’échelle de valeur selon « chacun », Rudolf Steiner a écrit en 1894 son livre intitulé « La philosophie de la liberté.

 

L'ère du poisson à l'ère du verseau  dans POISSON 220px-HermesTrismegistusCaucCe livre décrit « Le penser » comme acte de liberté. Car penser n’est ni objectif ni subjectif, donc ne crée pas d’échelle de valeur. Cela consiste à penser ce qui est en soi et pour soi sans parti pris. Les valeurs naissent quand je m’approprie une certaine « pensée » et que je la mets comme point de référence. Or si je me maintiens dans le mouvement qu’opère le penser, je ne me fige pas dans une pensée, ainsi n’apparaît pas d’échelle de tri. Ayant le sentiment que son livre La philosophie de la liberté n’a pas été compris à sa parution en 1894, Rudolf Steiner a créé l’anthroposophie. Certains pouvoirs empêchent les hommes de retrouver le pur penser en les maintenant dans la foi, d’autres comme Rudolf Steiner, dans sa philosophie de la liberté ont cherché à contribuer à l’évolution de l’âme. La foi n’est pas à rejeter mais à comprendre comme un principe d’évolution car nous avons tous besoin de nos parents comme guides, étant enfants et de croire en eux et ensuite nous partons vivre de nos propre ailes.

 

On ne trouve pas ici un problème de « supérieur » et d’ « inférieur » mais bien ce que Hermès Trismégiste disait : « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et ce qui est en bas est comme ce qui est en haut », et pour Rudolf Steiner entre les deux se trouve « le Penser » car même le « supérieur peut devenir extrême mais il retrouve son équilibre à l’aide de l ‘inférieur ». Le Penser permet de rétablir l’harmonie et d’effacer la chute du paradis qui a été provoquée par des « supérieurs ».

 

Le « penser » de l’homme nouveau

 

Le Verseau qui émergera de la période du poisson donnera un homme qui ne pensera plus selon l’intellect ordinaire. Ceci est Gea_Diosa_madre_tierra_1_2 dans POISSONdésigné habituellement sous le nom d’entendement et raison symbolisé par deux poissons. Les critères de subjectif, ou d’objectif n’auront plus lieux d’être, car le penser nouveau ne consommera plus au fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal mais puisera ses Pensées pur à l’arbre de vie. Comprenons bien, que l’intellect humain prônant le Bien n’est que l’outil de Lucifer pour assujettir l’homme dans sa sphère de chute et de domination. L’image est clair, un homme déversant de l’eau, symbole des pensées intuitive, pensées qui ne sont pas de ce monde. Pas mes pensées, mais le penser en Moi, ou selon l’expression ésotérique de Rudolf Steiner : « Cela pense en moi, cela ressent en moi, cela agit en moi. Précepte que l’on retrouve déjà dans la rose-croix. EDN IJM PSSR selon Christian Rosenkreutz Né de Dieu Mort en Jésus Ressuscité par le Saint Esprit.

Selon ce point de vue, les mystères ésotériques ont ainsi levé leurs voiles, mais cela ne sera effectif pour un plus grand nombre qu’à partir de 2493. Et, ainsi, pourra se lever le jour nouveau de l’ère du Verseau en 3573.

 

-          Pour Paul Le Cour (1871-1954), l’Ère des Poissons a commencé à la naissance de Jésus-Christ et prendra fin en 2160. Elle correspondrait à la période pendant laquelle le point vernal se trouverait au moment de l’équinoxe de printemps dans le signe des Poissons (un douzième du cercle zodiacal).

 

 

gifs poissons

Publié dans POISSON | Pas de Commentaires »

Colibri Animal Totem

Posté par othoharmonie le 31 octobre 2011

  

 

ou Oiseau-mouche

  

Colibri Animal Totem dans OISEAUX macroglossumDans la tradition des Mayas, l’Oiseau-mouche est lié au Soleil noir et au Cinquième Monde. 

Chez les Aztèques, les âmes des guerriers morts redescendent sur terre sous forme de colibris ou de papillons.
Dans un mythe des Indiens Hopi, le colibri apparaît comme un héros intercesseur qui sauve l’humanité de la famine en intervenant auprès du dieu de la germination et de la croissance. 

Pour les Indiens Tukano de Colombie, le colibri ou oiseau-mouche, qui est censé coïter avec les fleurs représente la virilité radieuse.

On le nomme au Brésil, l’oiseau « baise-fleur » (passaro beija-flor)

 

 

La laideur et la rudesse répugnent à Colibri, animal allié. Il s’enfuit devant la discorde et le manque d’harmonie. Il vous aide, à sentir où réside la beauté, à poursuivre votre idéal et à cheminer avec aisance dans un bel environnement. Il a des qualités magiques, il réussit à faire naître l’amour et ouvrir les cœurs. Sans un cœur ouvert et plein d’amour, nul ne peut savourer le nectar de la vie. Colibri goutte chaque essence et reflète chaque couleur.

 

 

En tant qu’animal allié, Colibri vous demande de relever les défis :
« Reconnaissez que votre peine, en pénétrant au fond de votre douleur personnelle, c’est l’envers de votre joie. Laissez tomber vos jugements et relaxez-vous.

 

 

Ne vous laissez jamais attraper, emprisonner et mettre en cage.

Préparez-vous à de curieux élans d’énergie qui feront chavirer tous vos sens et vous donneront le vertige. Vous avez pour mission de répandre la joie ! Réunissez les gens, créez des liens afin de faire ressortir ce qu’il y a de meilleur en chacun d’eux. Ressentez le renouveau magique qui transforme votre vie. »

 

GIFS OISEAUX

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaires »

Oiseau Grand Esprit

Posté par othoharmonie le 29 octobre 2011

Oiseau Grand Esprit dans OISEAUX EagleDancerPotawatomi58x36SUn conte amérindien rapporte qu’autrefois, il y avait un faucon très puissant mais bon avec ceux qui l’approchaient. Les créatures du tonnerre décidèrent alors de lui donner le moyen de les appeler s’il en avait le besoin ou l’envie. Elles lui expliquèrent le rituel (tracer un cercle, apporter des offrandes, inviter des animaux, remercier le Grand Esprit) et le chant nécessaires. Le faucon fit un jour appel à elles en respectant le rituel et il devint encore plus puissant. Tellement qu’il fut de plus en plus orgueilleux, tant qu’un jour il invita tous les animaux à le voir invoquer les créatures du tonnerre. Il ne respecta rien du rituel mis à part le chant. Les créatures vinrent quand même mais avant que le rituel ne s’achève, le Grand Esprit (Animisme) enleva le grand faucon et le punit. Au lieu de se servir des pouvoirs des créatures du tonnerre, il devint leur serviteur. Toujours à les suivre là où elles vont, il apparait à certains comme une formation nuageuse, parfois comme une langue de feu et seulement à ceux qui ont une très bonne vue, il apparait tel qu’il est, comme l’« oiseau-tonnerre ». Ce châtiment durera tant que le faucon n’aura pas appris le plaisir de rester à sa place dans l’univers

Principes de l’animisme

  1. Tout ce qui existe, et particulièrement ce qui est mobile, ce qui est vivant, recèle une âme.
  2. L’essence de cette âme est la force, douée de puissance variable et se localisant inégalement dans l’univers.
  3. A côté de ces forces-émanations, résultantes des vibrations créatrices, se placent les êtres-forces, les âmes personnifiées douées d’intelligence et de volonté.
  4. L’âme de l’homme, sur qui est centrée la création, constitue un exemple remarquable de ces êtres-forces personnifiées.
  5. L’âme désincarnée, nourrie par le viatique des sacrifices funéraires, sublimée et purifiée par les épreuves, se mue en force supérieure par la relation avec le minimum, centre de création ou de génération de toutes les forces existantes.

Par extension, le psychologue Jean Piaget a identifié un « animisme enfantin », car l’enfant considère longtemps les objets comme des êtres vivants, doués d’intention et de conscience. On a décrit aussi une forme d’animisme chez les jeunes adultes (Wayne Dennis, « Animistic Thinking among College and University Students », Scientific Monthly, 1957, vol. 76, no 4, p. 247-249) ou chez le mystique (William James, Les formes multiples de l’expérience religieuse, 1952), également chez les malades mentaux, notamment les schizophrènes.

txvii8f3 dans OISEAUXL’animisme est souvent fortement rapproché du chamanisme ; un dieu de la terre est certes invoqué dans ces deux courants. En réalité, le chamanisme désigne plutôt la croyance en la possibilité de communiquer (médiation) avec un autre monde, et l’existence d’individus (les Chamans) et techniques privilégiés pour accéder à ce monde; qui peut certes être celui des âmes ou esprits mais aussi celui des morts, des animaux, d’êtres supérieurs ou d’un passé mythologique, ou de tout autre univers que celui ‘réel’ directement accessible à tout humain. Dans la pratique cependant l’animisme implique un certain niveau de chamanisme en ce sens où postuler l’existence d’un monde des âmes sans laisser entrevoir aucun moyen d’y accéder ou d’échanger avec lui serait vain.

Les religions théistes postulent d’ailleurs elles aussi un moyen de communiquer avec leurs entités divines, tel que par la prière.

Edward Tylor, est le  pionnier de la théorie Animiste.

gifs  oiseaux

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaires »

Mythe du Phénix

Posté par othoharmonie le 29 octobre 2011

L’oiseau mythique évoque donc également le feu créateur et destructeur. Comme le Soleil, le Feu symbolise l’action fécondante. 

 

En consumant, il purifie et permet la régénération. Il est à noter que Lucifer, le « porteur de lumière », précipité dans les flammes de l’enfer, incarne le feu qui ne consume pas et exclut de la régénération. 

 

Au contraire, le phénix rejoint le symbolisme du feu des rites initiatiques de mort et de renaissance. 

 

Mythe du Phénix dans OISEAUX 280px-Phoenix-FabelwesenDans la pensée chinoise, le Phénix garde l’un des points cardinaux, le sud. Oiseau de feu, il symbolise la chaleur et est associé à la couleur rouge. Il est également lié à l’alchimie, puisque le cinabre lui est associé, ce sulfure de mercure au rouge somptueux dont sont peints colonnes et frontons des temples bouddhiques. En outre, dans la cosmogonie chinoise, le Phénix représente le cycle solaire : oiseau de l’éternel retour, il symbolise la périodicité de l’astre, son immortalité aussi. Mais toujours pour les Chinois, le Phénix n’est pas uniquement un symbole solaire : il a aussi des caractéristiques animales, mythiques bien entendu. En particulier, il n’est pas hermaphrodite mais sexué : le Phénix mâle se nomme Feng tandis que le Phénix femelle se nomme Huang. Feng et Huang s’unissent formant ainsi l’allégorie du bonheur conjugal. Leur union les conduit au nirvana, au paradis des Immortels. Pour les chinois, le Phénix est une chimère : il rassemble en lui des éléments morphologiques de diverses provenances : crête de coq, bec d’hirondelle et tête de cygne, cou de serpent et ailes écailleuses, queue de poisson… Son plumage est de cinq couleurs, comme le nombre des vertus dont il sa pare pour le sage confucéen : l’humanité, la conformité morale, la bienveillance, la justice et la bonne foi. Associé à l’été et au yang dans la pulsation régulière du Cosmos, le Phénix chinois est un oiseau dont le chant forma la musique la plus mélodieuse que l’on puisse imaginer. 

 

De Chine, le Phénix s’envola vers d’autres territoires, Corée, Japon, Inde. Puis l’oiseau de feu mythique fut intégré à la pense philosophique et religieuse persane. C’est sans doute là que la mystique musulmane soufie le trouva. Le farsi (forme parlé du persan en Iran) a nommé Angha, ou Ghoghnous, cet oiseau mythique qui se brûle lui-même pour mourir et renaître de ses cendres. Ce thème fournira l’une des images récurrentes à la poésie mystique soufie. 

 

190px-Phoenix_rising_from_its_ashes dans OISEAUXL’art musulman abonde en figuration de l’oiseau de feu. Takht-i Sulayman est le site d’un palais érigé vers 1270 par les Mongols, dans le nord-ouest de l’Iran, où l’on a retrouvé des carreaux de céramique vernissés et lustrés montrant, affrontés, un dragon menaçant et un Phénix prenant son envol. Il s’agit là, vraisemblablement, d’un motif décoratif emprunté, à l’époque, à des textiles chinois d’importation. 

 

En occident, les bestiaires médiévaux, en particulier ceux qui furent écrits et enluminés vers l’an 1200 – un manuscrit conservé en Ecosse, à Aberdeen, en est un magnifique témoignage- présentant diverses variantes du Philiologus, nom latin du Phénix. Le Christ y est assimilé à l’oiseau mythique : 

 

[…] lorsque cet oiseau constate qu’il se fait vieux, il érige pour lui-même un bûcher funéraire, fait de rameaux aromatiques. Il se tourne alors vers les rayons du soleil et, battant des ailes pour attiser la flamme, il s’immole et le feu le consume. Cependant le neuvième jour par après, l’oiseau renaît de ses cendres. Notre seigneur Jésus-Christ possède les attributs de cet oiseau, puisqu’il déclara : « J’ai pouvoir de la [la vie] donner et j’ai pouvoir de la reprendre » (Jean, X, 18). Si dès lors le Phénix a la capacité de se détruire et de ressusciter, pourquoi donc les sots s’irritent-ils de la Parole divine, celle du Fils de Dieu [lorsqu’il dit cela] ? N’est-il pas vrai que notre Sauveur est venu du ciel ? Il emplit ses ailes de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il offrit sa vie à son père, pour nous, sur l’autel de la Croix, et ressuscita le troisième jour. 

 

Les Grecs associaient cet animal mythique aux temples égyptiens d’Héliopolis, dédiés au Soleil. Il est associé au cycle annuel des crues du Nil. 


Le témoignage d’Hérodote est précieux à cet égard : 

 

I220px-Phenix_roses_Antiochel y a encore un autre oiseau sacré, appelé le Phénix. Je ne l’ai pas vu sinon en peinture ; aussi bien visite t-il rarement les égyptiens, tous les cinq cents ans, à ce que disent les gens d’Héliopolis : il viendrait, d’après eux, quand son père meurt. S’il est tel qu’on le peint, voici quelles seraient sa grandeur et son apparence : les plumes de ses ailes sont les unes couleur d’or, les autres d’un rouge vif ; pour la silhouette et la taille, il ressemble de très près à l’aigle. On raconte de lui – à mon avis c’est un récit incroyable-, qu’il accomplirait cet exploit. Partant de l’Arabie, il transporterait au sanctuaire d’Hélios, le corps de son père enveloppé de myrrhe, et l’ensevelirait dans ce sanctuaire. Et, pour le transporter, il s’y prendrait de la manière suivante : il façonnerait d’abord avec la myrrhe un œuf, de la grosseur de ce qu’il peut porter, et s’essaierait ensuite à voler avec cette charge. L’épreuve faite, il creuserait l’œuf et y introduirait son père ; puis, avec d’autre myrrhe, il enduirait la partie de l’œuf qu’il aurait creusé […] et, enveloppé de la sorte, il le transporterait en Egypte au sanctuaire d’Hélios. Voilà dit-on ce que fit cet oiseau. 

 

Sources : Le Phénix et la salamandre – Histoires de Sciences- Pierre Laszlo éd. Le Pommier – Wikipédia

 

gifs oiseaux

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaires »

LA MORT ANIMALE…

Posté par othoharmonie le 29 octobre 2011

gifs coeur     ANIMAUX Leur mort      gifs coeur 


Représentants des classes diverses.QUESTION - Cher Kryeon. Qu’arrive-t-il aux animaux (tels que chiens et chats) lorsqu’ils meurent ? Est-ce qu’ils vivent après leur décès ? Est-ce qu’ils se réincarnent aussi ? Est-ce qu’ils évoluent ? 

RÉPONSE Ta question concerne spécifiquement les animaux de compagnie. Ce sont des animaux dont le but est d’aider l’humanité. Ils agissent à cet égard et se réincarnent dans ce même groupe. Ce sont des entités qui ne sont pas forcément programmées à évoluer  » et devenir des Êtres humains; de même que Kryeon n’est pas destiné à évoluer « vers une autre forme ».  

Quelques-uns parmi nous sont des travailleurs divins universels et pour vous, dans votre réalité, notre aspect est très différent, mais de ce côté du voile cela est parfaitement compréhensible et approprié. Nous l’avons déjà dit précédemment : nous avons tous des tâches différentes, mais nous ne sommes pas compartimentés. La « soupe » de la divinité a de nombreuses saveurs, mais c’est toujours  » la soupe « . Donc considérez la question animale comme une part de la saveur de Dieu. 

Pour ces Êtres humains qui ont perdu des animaux (puisqu’ils ne vivent pas très longtemps), voici quelques conseils : lorsque vous perdez un ami bien-aimé, un animal qui a donné son existence inconditionnellement pour vous aider toute sa vie, il est tout naturel que vous soyez triste.  

Voici la bonne nouvelle : Ils se réincarnent ! Mais pas seulement cela, ils le font dans la région où ils ont vécu et ceci dans le seul but de vous permettre de les retrouver à nouveau ! 

Les règles afin de retrouver l’énergie de la même  « âme ». 

- Attendez trois mois. * 

- Ne pensez pas que l’animal sera de la même espèce ou grandeur. En fait, ne supposez même pas qu’il sera le même genre d’animal ! Il est commun pour les chats et les chiens d’alterner, uniquement afin de maintenir correctement l’équilibre. 

- Regardez-le dans les yeux… rien d’autre. Il se révélera à vous. 

- Donnez-lui le nom que vous voulez. Il n’est pas lié à quoique ce soit, si ce n’est à votre énergie. 

- Si vous ne le retrouvez pas, il n’y a rien de négatif lié à cela. C’était uniquement une occasion. Il ira son chemin aimer l’humanité et aider d’autres comme il vous a aidé. 

Tous les animaux que vous trouvez n’ont pas forcement été ici auparavant. Beaucoup viennent ici pour la première fois, s’étant proposé de faire leur part; afin que vous vous sentiez plus aimés et plus paisibles, afin que vous puissiez être un Phare plus puissant. 

Le but des animaux sur la planète est de soutenir l’humanité, alors qu’ils répandent la paix sur Terre. Ils sont aussi divins. En revanche, vous saviez cela, n’est-ce pas ? 

[NDT - Dans le dernier livre de Kryeon, LIFTING THE VEIL, chap. 5, je vous signale que Kryeon indique ceci : lorsque votre animal de compagnie, votre ami, meurt, allez immédiatement le rechercher. N'attendez pas. N'attendez pas ! Je vous dirai pourquoi. Allez immédiatement chercher intuitivement dans les endroits ou se trouvent des petits (bébés-animaux)] 

 

Série kryeon

 

LA MORT ANIMALE... 220px-Bobcat_lynx_rufusLes animaux ont une âme, bien sûr. Comment pourriez-vous imaginer un seul instant que l’animal qui donne tant d’Amour à son prochain, puisse en être dépourvu ? Leur âme est pourtant très différente de celle de l’humain. Elle ne comporte pas en son sein de progrès personnel à réaliser, ou d’accomplissement quelconque que l’animal porterait consciemment. Il n’en est rien. Le jugement ne l’habite pas davantage, l’âme en est dépourvue, et pour cause : Aucun animal n’est jugé dans notre monde. Les animaux se prosternent tous devant Dieu dès qu’ils ont franchi la porte de leur Paradis. Le Paradis animal ressemble au Paradis humain. Il est harmonieux en tous points et seul l’Amour règne en ce lieu.

La condition animale est très différente de la condition humaine, même si parfois elle s’en rapproche de façon étonnante. Mais cela n’est qu’apparence parce que l’animal est un être dépourvu de conscience au sens humain du terme, même s’il sait parfois que son action n’est pas toujours en harmonie avec l’attente de son maître. Toutefois, c’est plus la crainte de la correction plutôt que sa raison, qui le conduit à adopter un comportement opposé à son instinct. Je pense que vous aurez tous compris. Nos amis les animaux sont mus par cet instinct, et par lui seul. L’humain est pour eux un être reconnu mais rarement pris en considération, sauf si celui-ci est débordant d’Amour. Ils ne comprennent, sachons le reconnaître, que lui.

Il est vrai toutefois que le degré d’amour distribué sans compter de leur part, est différent selon les races. L’instinct animal vient souvent contrarier ce sentiment exprimé par lui. Ce qui veut dire que l’animal peut être très affectueux et docile avec certaines personnes, mais également indifférent, très agressif ou méchant avec d’autres. Cela vaut également pour les animaux entre eux. L’hypocrisie ne fait pas partie de sa panoplie sentimentale, contrairement à l’humain qui ne sait que tromper ou trahir en se voilant la face ! Certains se reconnaissent et d’autres ne se reconnaissent pas. C’est un peu le même mécanisme qui est en jeu chez l’humain, à partir de l’instant où il a dépassé toute notion matérialiste de la vie, et qu’il s’est installé dans le registre le plus sincère des lois régissant les rapports entre les hommes. Il s’agit pour l’humain d’un système de valeurs, d’une échelle qu’il gravit progressivement au fur et à mesure de ses incarnations successives.

Nos animaux domestiques sont ceux qui donnent le plus d’Amour. Il suffit de les aimer pour qu’ils nous le rendent au centuple. Parfois et même très souvent, ils aiment aussi ceux qui les maltraitent. Ils ont pour eux, de façon instinctive, une forme de pitié parce qu’ils savent, même s’ils sont dépourvus d’intelligence au sens humain du terme, que l’individu qui les frappe, les martyrise, les tue sans égard, ou qui les fait volontairement souffrir pour sacrifier à des rites ignobles, ridicules, et totalement dépassés, est un esprit faible et primaire. Nul esprit évolué ne peut faire de mal à l’animal, quel qu’il soit. Parce qu’il sait qu’en se rapprochant de Dieu, il se rapproche aussi de toutes les créatures de l’univers qui sont bien sûr, tel que François d’Assise le proclamait haut et fort : Ses frères, ses sours ou ses parents ! Quel Grand Homme que ce Saint François d’Assise ! 

Jean Pernin et Marie-Madeleine Jacob viennent de publier un témoignage bouleversant intitulé « Vers un Monde d’Amour » (Éd. Louise Courteau). 

 

 

gifs coeur

Dr Anna Evans « La mort de l’animal » 

Image de prévisualisation YouTube 

 

Publié dans | 79 Commentaires »

12
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello