Résultats de votre recherche

LE CHAT : Légendes et histoires

Posté par othoharmonie le 2 décembre 2014

 

gif-chat-noir-3- Vénérés dans l’ancienne Égypte, les chats étaient appelés « mangeurs de chagrin ». On leur prêtait de nombreuses propriétés magiques dont celles d’absorber les influences négatives.

- Si les égyptiens accordent neuf vies aux chats, les musulmans lui en reconnaissent sept.

- Selon l’Islam, les chats (hormis ceux ayant un pelage noir) seraient des portes-bonheur doués de baraka (chance). 

En Asie, notamment au Japon, leurs petites statuettes levant une patte sont censées porter chance en affaire ou apporter la prospérité. 

- De nombreux félins sont liés à la royauté ou l’aristocratie (lions, tigres, guépards, léopards, jaguars…). Les plus petits sont reconnus comme étant les compagnons privilégiés des sorcières et des mages. 

Le terme anglais « Grimalkin » (venant de « Grey-malkin ») désignant le familier magique était à l’origine utilisé pour les chats.

- Parmi la race des chats, certains défrayent le folklore. Si les chats noirs sont depuis longtemps associés à la sorcellerie, en France, un chat noir diabolique au service d’un sorcier était appelé chat d’argent (aussi matagot ou mandragot). 

Les chats sorciers sont légion mais on trouve aussi, selon les cultures, les chats-fée et les chats-troll, espèces méconnues car mystérieuses et souvent considérées comme diaboliques. 

- Une capacité reconnue par de nombreuses personnes les fréquentant est celle de percevoir avec finesse les énergies subtiles (des esprits, des fées, des lieux). Capacité mise à profit par certains pour harmoniser leurs habitats (voir Le Chat Feng Shui d’Allison Daniels). 

Symbolisme : Mystère, maternage, indépendance, curiosité, égocentrisme, aisance,  enjouement, créativité, sensualité. 

En magie et chamanisme :

* Pour acquérir une plus grande aisance et souplesse corporelle, la maîtrise de soi

* Affiner sa sensualité, son expressivité

* Développer et explorer sa créativité

* Protéger et créer une ambiance douillette dans un foyer

* Surveiller et garder un lieu (physique ou non), voir au-delà des apparences

* Acquérir discrétion, détachement, la capacité à observer les choses avec calme

* Développer et explorer ses pouvoirs psychiques (intuition) et magiques

* Redécouvrir sa spontanéité et son goût pour le jeu

* Devenir indépendant

 

Divinités et figures légendaires associées :

Égyptiennes : Bastet, Isis, Nout ; Nordiques : Freya

 

Végétaux associés : L’herbe à chat, la valériane

 

Médias : On retrouve très régulièrement le chat (et les félins) dans des fictions, poèmes, contes ou dans le folklore populaire mais aussi dans des peintures, sculptures. Pour ne citer que quelques exemples (car la liste est très longue) : le chat botté, Félix le chat, Catwoman, les 9 vies de Chloé King, la Féline…

 

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

Le Tigre

Posté par othoharmonie le 14 février 2012

Fichier:Tiger by Rosier.JPGLe tigre (Panthera tigris) est un mammifère carnivore de la famille des félidés (Felidae) du genre Panthera. Aisément reconnaissable à sa fourrure rousse rayée de noir, il est le plus grand félin sauvage du monde. L’espèce est divisée en neuf sous-espèces possédant des différences mineures en termes de taille ou de comportement. Superprédateur, il chasse principalement les cerfs et les sangliers, bien qu’il puisse s’attaquer à des proies de taille plus importante comme les buffles. Jusqu’au XIXe siècle, le tigre était réputé mangeur d’homme. La structure sociale des tigres en fait un animal solitaire ; le mâle possède un territoire qui englobe les domaines de plusieurs femelles et ne participe quasiment pas à l’éducation des petits.

 Très polyvalent en termes d’habitat, le tigre se rencontre dans toute l’Asie, bien que son aire de répartition se soit fortement réduite. L’espèce est considérée comme en danger par l’Union internationale pour la conservation de la nature et est protégée sur l’ensemble des pays où elle vit. Chassées jusqu’au milieu du XXe siècle, les populations de tigres ont fortement décru, passant d’un effectif estimé à 100 000 individus en 1900 à environ 3 500 tigres, la majorité vivant en Inde. La réduction de son habitat et le braconnage alimentant la médecine traditionnelle chinoise sont les principales menaces pesant sur l’espèce.

 « Roi des animaux » et signe du zodiaque chinois, le tigre est également très présent dans la mythologie hindoue, servant de monture à Durga. Figure emblématique représentant la force et la férocité, ce félin est dépeint dans de nombreux tableaux de chasse, et a figuré dans de nombreuses œuvres musicales et littéraires : Shere Khan du Livre de la Jungle de Rudyard Kipling ou encore Hobbes dans la bande dessinée Calvin et Hobbes.

                                                  Le Tigre dans TIGRE acks2e7s

Publié dans TIGRE | 1 Commentaire »

Méthodes de chasse du Tigre

Posté par othoharmonie le 9 février 2012

Méthodes de chasse du Tigre dans TIGRE 320px-Tiger_chasing_a_deer_croppedLe tigre est un prédateur crépusculaire : il chasse de préférence au lever et au tomber du jour, mais peut aussi chasser durant la journée. Il repère ses proies à vue et à l’oreille, et n’utilise qu’assez rarement son odorat pour cette activité. Le tigre préfère attaquer des individus jeunes ou âgés, moins résistants que ceux en pleine force de l’âge.

 

Le tigre approche de sa proie à l’affût et l’attaque par le côté ou par l’arrière. Si sa proie est petite, le tigre la tue en lui brisant les vertèbres cervicales, si elle est grosse, il préfère la mordre à la gorge et ainsi l’étouffer. La morsure à la gorge permet d’éviter les cornes et les sabots de ses proies et les empêchent de se relever. Le tigre est habitué à tirer la carcasse dans les fourrés pour la dévorer au calme ; il peut aussi la recouvrir de feuilles mortes ou de terre pour la cacher. Il arrive que plusieurs tigres chassent ensemble : dans le parc national de Ranthambore en Inde, on a observé deux mâles et trois femelgifs felinsles rabattre la proie vers un des membres du groupe. Ce genre de comportement est cependant assez rare.

 Le pourcentage de réussite d’une chasse varie selon les individus et l’habitat : par exemple, dans le parc national de Ranthambore, seules 10 % des chasses sont couronnées de succès, tandis que dans les forêts denses du parc national de Kanha, la moyenne est à 5 % de réussite.

 

 

 

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Actions de protection du tigre

Posté par othoharmonie le 5 février 2012

 

Fichier:BaronOscarVojnich3Nov1911Ti.jpgEn 1969, le directeur du zoo de Delhi déclare que « Le tigre est sur le point de disparaître ! ». La chasse au tigre devient interdite en 1970, mais c’est en 1973 que le Projet Tigre est lancé par Indira Gandhi en Inde : les parcs nationaux sont transformés en réserves, dont il est interdit d’accéder au cœur, afin de réserver un centre de reproduction au tigre. Des zones tampons, où les autorités réglementent le passage, sont aménagées. Le programme fonctionne : dans les années 1980, les autorités indiennes annoncent que les populations de tigre ont plus que doublées. Toutefois, le projet s’essouffle après la mort de Gandhi en 1984 : les pressions populaires pour exploiter les forêts sur les politiciens locaux réduisent les zones tampons, pressions d’autant plus écoutées que le pouvoir se décentralise de New Delhi et que les populations s’accroissent, réclamant toujours plus d’espace. Les résultats du Projet Tigre sont aussi critiqués : le comptage des tigres se faisait par l’identification des empreintes des pattes, méthode peu précise, et les administrateurs avaient tendance à gonfler leurs résultats pour justifier l’argent versé par l’État.

 Fichier:Panthera tigris sumatran subspecies.jpgÀ partir de 1986, on découvre avec surprise que les tigres « disparaissent » : on prend alors conscience du braconnage à des fins de pharmacopée traditionnelle chinoise. Ce n’est en effet qu’à partir de la fin des années 1980 que le braconnage fait surface : jusqu’à présent, les tigres de Chine « suffisaient » à répondre à la demande. Il est difficile de chiffrer l’impact du braconnage sur les populations de tigre indien, la Wildlife Protection Society estime que 94 tigres sont tués en 1994 et 116 en 1995. De plus, le braconnage des tigres est lié à celui du chiru, une antilope tibétaine dont la laine est très prisée : les os de tigre sont échangés contre la laine de chiru récupérée sur la carcasse. La révélation du braconnage provoqua une crise au sein de la communauté des conservateurs : tous les efforts menés semblaient vains, le trafic d’os de tigre se perpétuant aussi en Indochine et en Sibérie. Après de nombreuses querelles entre partisans de la conservation in situ et ex situ, après diverses propositions peu réalistes, des actions internationales furent menées : 

  • En 1994, les représentants de nombreux pays où vivent les tigres se réunissent pour lutter ensemble contre le commerce illégal du tigre ;
  • En 1995, la campagne Save the tiger fund, financée par la société Exxon et le National Fish and Wildlife Foundation, a pour objectif de renforcer l’action des réserves, par exemple en instaurant des couloirs forestiers pour éviter l’isolement des populations de tigres, et de stopper le commerce illéga.
  • L’interdiction du commerce d’os de tigre en Chine fut le résultat de nombreuses pressions exercées par la communauté internationale.

 

En 2010, treize chefs de gouvernement ainsi que Vladimir Poutine et Robert Zoellick (président de la Banque mondiale) se réunirent pour allouer un fond de 350 millions de dollars à la conservation du tigre.

                              Actions de protection du tigre dans TIGRE tigre2

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Oeil de Tigre

Posté par othoharmonie le 5 février 2012

 

Oeil de Tigre dans TIGRE 220px-Quartz_-_Tigers-Eye_-_raw_stone_from_SouthafricaL’œil de Tigre est une variété de quartz, considérée comme pierre fine, utilisées dans les bijoux et objets d’art.

 Ce minéral aux tons tigrés jaune et marron est formé de crocidolite (elle même variété de riébéckite famille de l’amiante), dont les fibres sont ont été partiellement substituées par de la silice, par un phénomène de pseudomorphose.

 Elle appartient à la variété des quartz microcristallins. Pierre opaque et dure, d’une dureté de 7 sur l’échelle de Mohs et d’une densité comprise entre 2,64 et 2,71, sa couleur chatoyante peut aller du bleu gris au jaune brun et au rouge brun.

 Les pierres brunes sont généralement appelées chacune œil de bœuf et peuvent être obtenues par chauffage d’un oeil de tigre. Il existe également des pierres de même types mais bleues, nommées chacune œil de faucon, ces pierres bleues pouvant être altérées dans des tons jaunes par chauffage artificiel également.

 
220px-Tigers-Eye dans TIGRELes pierres de cette variété présentent une chatoyance remarquable, un effet optique que l’on nommait autrefois « oeil de chat ». Cet effet associé à la teinte jaune-brun trahit l’origine du nom « oeil de tigre », rappelant l’animal en question. L’oeil de tigre et le cymophane (chrysobéryl oeil-de-chat) n’ont en commun que le nom et l’effet de chatoyance puisqu’il s’agit de deux minéraux différents bien que l’oeil de tigre ait été utilisé comme imitation (meilleur marché) du cymophane, plus rare : l’effet est dû à la structure héritée des fibres de crocidolite pour l’oeil de tigre tandis que pour le cymophane il s’agit d’inclusions de rutile.

 Les gisements les plus importants se trouvent en Afrique du Sud mais il en existe aussi dans l’ouest de l’Australie, en Birmanie, en Inde ou dans l’ouest des États-Unis en même temps qu’en Afrique centrale. Ne pas confondre avec la pierre « oeil de chat » de nature différente (Variété de chrysobéryl) et plus dure (8,5 échelle de Mohs).

 

tigre

 

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

L’année du Tigre

Posté par othoharmonie le 5 février 2012

L'année du Tigre dans TIGRE annee_tigre_02Le Tigre est le troisième Animal dans l’ordre d’arrivée qui apparaît dans le zodiaque chinois, lié au calendrier chinois.

 Le « Tigre » est décrit comme étant courageux, impulsif, solidaire et solitaire. On dit du Tigre qu’il s’entend bien avec le « cheval » et le « chien », et très mal avec le « singe ».

 Le Tigre s’illustre souvent par son talent graphique qui l’amène à s’exprimer en contant des histoires qui passionnent. Son tempérament galvanise les autres et il reste toujours maître de lui. Le Tigre est intelligent et curieux. Le Tigre sait ce qu’est l’amitié et va au-delà du simple coup de main quand on fait appel à lui. Le Tigre a une sensibilité d’observateur avant de s’investir, préférant parfois la solitude aux bruits des villes. Le Tigre attend en général la trentaine avant d’avoir des enfants, étant un enfant lui-même, passant le premier tiers de sa vie à découvrir la vie. Le Tigre aime associer son travail et sa vie sans se déplacer pour l’un ou pour l’autre. Il se retrouve souvent dans les mouvements de masse. Il a de l’humour. Le Tigre traitera de façon loyale ses amis en les protégeant et en étant généreux avec eux.

 Ce portrait résume non pas les caractéristiques personnelles mais les tendances du Tigre en général, il existe donc des différences énormes entre personnes nées dans une année du Tigre selon l’Elément/agent de la naissance d’un Tigre.

 Les Tigres ont un agent stable commun, identifié par le Bois, par contre, leur agent annuel, lui varie selon leur année de naissance, c’est ce qui détermine si un Tigre est agent/élément annuel : Métal, Eau, Bois, Feu ou Terre.

 Pour savoir à quel agent/élément annuel, un Tigre est identifié, il suffit de savoir que c’est le dernier chiffre d’une année de naissance qui le détermine :

 0 et 1 = METALTiger_2 dans TIGRE

2 et 3 = EAU

4 et 5 = BOIS

6 et 7 = FEU

8 et 9 = TERRE

 L’association entre l’agent/élément stable et l’agent/élément annuel détermine des caractéristiques de chaque Tigre.

 Pour en savoir plus, sur les caractéristiques d’un agent/élément, consultez la page du Wu Xing

 

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Le Tigre astrologique

Posté par othoharmonie le 4 février 2012

 gif tigre

Principal atout        courageux, de parole

 Gros défaut              très personnel, parfois dur, mauvais caractère, inconscient du danger.

 Il aime                       être indépendant, maître à bord, prendre des risques, partir à l’aventure.

 Il n’aime pas            la concurrence, l’obéissance et la médisance, particulièrement lorsque c’est lui qui est concerné.

 En amour                  les amours de coin du feu ne sont pas son genre, vit chaque passion avec la même intensité, mais change dès qu’il s’ennuie. 

Son désir                  être le meilleur en tout, n’hésite pas à prendre des risques, mais veut être le premier.

 Côté finances          adore lancer des idées nouvelles, sait prendre des risques à condition que ce soit lui l’instigateur.

 Dominante               Yang

 

Qu’est ce qui vous attend cette année?
Compatibilité avec les autres signes chinois

Ce signe :  

Fichier:Tora kawabata.jpgLe tigre, est frondeur et indiscipliné. Il a un caractère emporté et se trouve toujours en révolte contre son supérieur hiérarchique. Il est du bois dont on fait les révolutionnaires, les meneurs d’hommes… Malheureusement, comme tous les chefs, il ne mérite pas toujours la confiance qu’on lui accorde, et quand il crie  » en avant! « , en affaires comme en amour, et comme à la guerre, les gens bien avisés feraient bien de réfléchir avant d’agir et, quelquefois même, de le retenir par les basques. Le tigre pourrait les mener à la catastrophe. Il pousse en effet le goût du risque jusqu’à la témérité et même l’inconscience.

 Il est difficile de résister à son magnétisme. Son autorité naturelle lui confère un certain prestige. Il déteste obéir mais se fait obéir. On le respecte. Personne n’ose lui dire ses quatre vérités. Et, alors même qu’on essaie de le détruire, on le vénère.

 S’il parvient à réfléchir avant d’agir et à écouter les conseils de prudence, il peut atteindre la plus grande réussite.

 Violent, emporté, batailleur, il est capable de se dévouer jusqu’à la mort pour une cause.

Obstiné et têtu, processif et souvent mesquin, il est toujours en conflit avec quelqu’un. Égoïste pour les petites choses, il est capable de grands actes désintéressés. D’esprit étroit, il ne fait confiance à personne.

 Le tigre va toujours de 1′avant, méprise l’autorité établie, la hiérarchie et les esprits conservateurs. Paradoxalement, il peut reculer devant une décision importante jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour la prendre.

 Le tigre pourra être un chef militaire, un chef d’entreprise. Il pourra même devenir un gangster redoutable. Il aimera tous les métiers qui comportent des risques. Il en sera de même pour les femmes tigres qui seront toujours les premières à lancer une idée ou à partir en guerre contre une habitude ou pour acquérir un droit.

 Le tigre ne sera pas intéressé directement par l’argent, mais il pourra faire fortune. C’est l’homme d’action par excellence. C’est aussi l’homme des destinées exceptionnelles, des situations inespérées (Élisabeth d’Angleterre, née en 1926, année du tigre, n’était pas destinée à régner).

 

Côté cœur :

En fait, ce guerrier est sensible, émotif et porté vers la méditation profonde. Il est capable de beaucoup d’amour, mais, trop passionné, il est rarement heureux en amour.

La femme tigre aura de nombreuses aventures qui, souvent, finiront mal.

Le tigre est en danger permanent.

Les étapes de sa vie

Fichier:Illustrations de Icones animalium quadrupedum viviparorum et oviparorum-Tigre.jpegLa première phase de la vie du tigre sera douce et sans difficulté. La seconde passionnée et violente. II aura des problèmes de toutes sortes à résoudre, des problèmes financiers, sentimentaux, conjugaux, familiaux, rien ne lui sera épargné. Si ces problèmes ne sont pas taltés habilement, ils peuvent se répercuter sur la troisième phase, qui pourtant finira par lui amener paix et tranquillité, s’il arrive à la vieillesse.

 

Mais la vie du tigre peut être totalement différente selon qu’il est né la nuit ou le jour… Né la nuit, et surtout autour de minuit, le tigre sera à l’abri des embûches de toutes sortes et sa vie sera moins mouvementée que s’il est né après le lever du soleil et surtout à midi. Sa vie risque alors d’être passionnée, violente, et il courra de grands dangers. De toute façon, il ne connaîtra pas l’ennui et, tigre de nuit ou de jour, il ne doit pas compter sur une vie tranquille.

 D’ailleurs, il ne la souhaite pas. Accidentée, passionnée et passionnante, c’est ainsi qu’il la désire et c’est ainsi qu’il l’aura. Et cette vie, son goût du risque le poussera à la jouer sans cesse. C’est l’homme des morts violentes.

 Mais c’est aussi l’homme de la chance. Personne n’a de chance comme le tigre. II a « la baraka » pourrait-on dire. Pour les peuples asiatiques, c’est un signe excellent, car il représente la plus grande puissance terrestre et c’est un emblème de protection pour la vie humaine.

 Un tigre dans une maison éloignera les trois grandes calamités les voleurs, le feu et les esprits malins.

 Pourtant s’il y a deux tigres dans une maison l’un d’eux doit disparaître.

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Tigre totem

Posté par othoharmonie le 4 février 2012

Tigre totem dans TIGRELe tigre, c’est la puissance, l’indépendance, l’impulsivité, la méfiance, le changement, la fierté et l’indépendance.

 Le tigre est le symbole de l’obscurité et de la nouvelle lune.

Quand le totem du tigre entre dans nos vies, il faut s’attendre à de nouvelles aventures. Il va réveiller de nouvelles passions et de nouveaux pouvoirs.

Les personnes qui ont l’animal totem tigre font de leur mieux pour travailler la nuit. Elles sont très sensuelles, passionnées, et des parents dévoués.

 Vos meilleurs travaux seront effectués la nuit.

 Les tigres sont associés à l’eau et ont toutes les propriétés de l’élément de l’eau : guérison, énergie féminine etc.

 Tous les êtres incarnés ont tendance à vouloir se rapprocher physiquement de cet animal, bien souvent ils l’adoptent comme animal de compagnie, dans la mesure du possible. Il est évident que si votre animal totem est l’éléphant, vous allez avoir de grosses difficultés à en adopter un à la maison. Dans ce cas de figure, les humains se mettent alors à collectionner son effigie. Il n’est pas rare de rencontrer des personnes qui ont de très grandes collections de statuettes, hiboux, éléphant, cochons, dauphins….. , des posters ou bien d’autres choses sujettes à collection.

Si la personne ne se voue pas à amasser l’effigie de son animal préféré, elle le porte en haute estime dans son co490-Annee%20du%20tigre_mini dans TIGREeur, sans savoir que cet amour n’est pas le fruit du hasard.

Dans les moments difficiles de votre vie, faites appel à lui, il vous aidera à vous sortir da la mauvaise passe ; n’oubliez pas de le remercier. L’intrépidité du tigre, son intelligence, sa  force et j’en passe, tous ces attributs sont à définir.

 

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Biographie du Tigre

Posté par othoharmonie le 4 février 2012

  1. Biographie du Tigre dans TIGRE 7ytq6v5qRéférence UICN : espèce Panthera tigris (Mazak, 1968)  Associated Press, « World tiger population shrinking fast, WWF warns  » sur http://catkingdom.tribe.net/ . Consulté le 16 mars 2010
  2. Reuters, « Il reste moins de 3.500 tigres sauvages en Asie, selon une étude  » sur http://fr.news.yahoo.com/ . Consulté le 16 septembre 2010
  3.  Peter Jackson et Adrienne Farrell Jackson (trad. Danièle Devitre), Les félins : toutes les espèces du monde, Delachaux et Niestlé, coll. « La bibliothèque du naturaliste », octobre 1996, 272 p. (ISBN 2-603-01019-0)  , p.105
  4.  Rémy Marion (dir.), Cécile Callou, Julie Delfour, Andy Jennings, Catherine Marion et Géraldine Véron, Larousse des félins, Paris, Larousse, septembre 2005, 224 p. (ISBN 2-03-560453-2 et 978-2035604538), p.66
  5.  Vratislav Mazak, « Panthera tigris », dans Mammalian species, no 152, 8 mai 1981, p. 1-8 [texte intégral  (page consultée le 13 avril 2009)] 
  6. Cat Specialist group, « Tiger Panthera tigris (Linnaeus, 1758) : Description and Behavior Part Two  » sur http://www.catsg.org , 1996. Consulté le 1er mars 2009
  7. no 1, 11 décembre 1968, p. 198-200 [texte intégral (page consultée le 19 août 2009)] 
  8. Maxine Annabell, « Albino Tigers  » sur http://www.lairweb.org.nz/tiger/ , Tiger Territory. Consulté le 19 août 2009
  9.  Maxine Annabell, « Golden Tabbies » sur http://www.lairweb.org.nz/tiger/ , Tiger Territory. Consulté le 19 août 2009
  10. Kailash Sankhala (trad. Florent Jouty), Le tigre : ses mœurs – son histoire – son avenir, MLP Editions, 1998,  p. p.72
  11.  D’autres tigres plus ou moins célèbres  sur http://www.le-tigre.net/ , Le Tigre, lundi 17 septembre 2007. Mis en ligne le mercredi 14 février 2007, consulté le 6 août 2009
  12. 7xuo4rrs dans TIGREApparitions incongrues de tigres  sur http://www.le-tigre.net/ , Le Tigre, 13 octobre 2007. Mis en ligne le 15 février 2007, consulté le 6 août 2009
  13.  Franny Syufy, « Roy Horn and the White Tiger [archive] » sur http://cats.about.com/, About.com. Consulté
  14. Pascal Picq et François Savigny, Les tigres, Évreux, Odile Jacob, octobre 2004,  p.
  15.  John Seidensticker, Peter Jackson, Sarah Christie, Riding the tiger: tiger conservation in human-dominated landscapes, Cambridge University Press, 1999,  p. [lire en ligne

 

Publié dans TIGRE | Pas de Commentaires »

Le Lion

Posté par othoharmonie le 4 décembre 2011

Le lion (Panthera leo) est un mammifère carnivore de la famille des félidés du genre Panthera (félins). Il est surnommé « le roi Le Lion  dans LION 352px-Albrecht_D%C3%BCrer_012des animaux » car sa crinière lui donne un aspect semblable au Soleil, qui apparaît comme « le roi des astres ». Le mâle adulte, aisément reconnaissable à son importante crinière, peut atteindre une masse de 250 kg, la puissance de sa morsure peut atteindre jusqu’à 330 kg tandis que la femelle adulte, plus petite, atteint généralement 120 à 140 kg, ce qui en fait le deuxième plus gros félin sauvage après le Tigre de Sibérie. Un mâle adulte se nourrit de 7 kg de viande chaque jour contre 5 kg chez la femelle. Il vit en groupe, contrairement aux autres félins. Son espérance de vie, à l’état sauvage, est comprise entre 7 et 12 ans pour le mâle et 14 à 20 ans pour la femelle, mais il dépasse fréquemment les 30 ans en captivité.

 

La femelle du lion est la lionne, c’est elle qui va chasser, son petit est le lionceau. Le lion mâle ne chasse pas mais il est chargé de combattre les intrusions sur le territoire et les menaces contre la troupe. Le lion rugit. Il n’existe actuellement à l’état sauvage plus que 16 500 à 30 000 spécimens dans la savane africaine, répartis en une dizaine de sous-espèces et environ 300 au parc national de Gir Forest au nord-ouest de l’Inde.

Le lion est le deuxième plus grand félidé, après le tigre, et ainsi le plus grand carnivore d’Afrique. Un mâle mesure de 136 à 198 centimètres de long du bout du museau à la base de la queue et possède une queue d’en moyenne 90 centimètres. Les mâles atteignent une masse comprise entre 140 et 215 kilogrammes à l’âge adulte. La lionne adulte mesure de 150 à 210 centimètres sans la queue et possède une queue mesurant environ 85 centimètres. Elles pèsent entre 110 et 170 kilogrammes et ont une taille en moyenne 20 à 50 % moins importante que celle d’un mâle. En moyenne, les lions ont une taille à l’épaule plus importante que celle des tigres, mais sont moins longs. Les plus grands lions vivent au sud de l’Afrique, les plus petits en Asie. Le record du monde est détenu par un lion du Transvaal de 313 kg. 

Il est communément admis que les lionnes sont plus rapides que les mâles et peuvent atteindre des vitesses maximales proches de 60 km/h, mais cette vitesse ne peut être maintenue que sur de faibles distances.

Gif lions

Publié dans LION | Pas de Commentaires »

Le Chat 5

Posté par othoharmonie le 20 novembre 2011

Par Théodore de Banville

Le Chat 5 dans CHAT chat2A la comédie sensée et raisonnable du justicier Molière, le Chat qui, ayant été dieu, sait le fond des choses, préfère encore celle qui se joue dans la maison de Guignol, comme étant plus initiale et absolue. Tandis que le guerrier, le conquérant, le héros-monstre, le meurtrier difforme et couvert d’or éclatant, vêtu d’un pourpoint taillé dans l’azur du ciel et dans la pourpre des aurores, l’homme, Polichinelle en un mot, se sert, comme Thésée ou Hercule, d’un bâton qui est une massue, boit le vin de la joie, savoure son triomphe, et se plonge avec ravissement dans les voluptés et dans les crimes, battant le commissaire, pendant le bourreau à sa propre potence, et tirant la queue écarlate du diable ; lui, le Chat, il est là, tranquillement assis, apaisé, calme, superbe, regardant ces turbulences avec l’indifférence d’un sage, et estimant qu’elles résument la vie avec une impartialité sereine.

Là, il est dans son élément, il approuve tout, tandis qu’à la Comédie-Française, il fait quelquefois de la critique, et de la meilleure. On se souvient que par amitié pour la grande Rachel, la plus spirituelle parmi les femmes et aussi parmi les hommes qui vécurent de l’esprit, la belle madame Delphine de Girardin aux cheveux d’or se laissa mordre par la muse tragique. Elle fit une tragédie, elle en fit deux, elle allait en faire d’autres ; nous allions perdre à la fois cette verve, cet esprit, ces vives historiettes, ces anecdotes sorties de la meilleure veine française, tout ce qui faisait la grâce, le charme, la séduction irrésistible de cette poétesse extra parisienne, et tout cela allait se noyer dans le vague océan des alexandrins récités par des acteurs affublés de barbes coupant la joue en deux, et tenues par des crochets qui reposent sur les oreilles.

Comme personne ne songeait à sauver l’illustre femme menacée d’une tragédite chronique, le Chat y songea pour tout le monde, et se décida à faire un grand coup d’État. Au premier acte de Judith, tragédie, et précisément au moment où l’on parlait de tigres, un des Chats de la Comédie-Française (je le vois encore, maigre, efflanqué, noir, terrible, charmant !) s’élança sur la scène sans y avoir été provoqué par l’avertisseur, bondit, passa comme une flèche, sauta d’un rocher de toile peinte à un autre rocher de toile peinte, et, dans sa course vertigineuse, emporta la tragédie épouvantée, rendant ainsi à l’improvisation éblouissante, à la verve heureuse, à l’inspiration quotidienne, à l’historiette de Tallemant des Réaux merveilleusement ressuscitée, une femme qui, lorsqu’elle parlait avec Méry, avec Théophile Gautier, avec Balzac, les faisait paraître des causeurs pâles. Ce n’est aucun d’eux qui la sauva du songe, du récit de Théramène, de toute la friperie classique et qui la remit dans son vrai chemin ; non, c’est le Chat !

220px-WhiteCat dans CHATD’ailleurs, entre lui et les poètes, c’est une amitié profonde, sérieuse, éternelle, et qui ne peut finir. La Fontaine, qui mieux que personne a connu l’animal appelé : homme, mais qui, n’en déplaise à Lamartine, connaissait aussi les autres animaux, a peint le Chat sous la figure d’un conquérant, d’un Attila, d’un Alexandre, ou aussi d’un vieux malin ayant plus d’un tour dans son sac ; mais, pour la Chatte, il s’est contenté de ce beau titre, qui est toute une phrase significative et décisive : La Chatte métamorphosée en femme ! En effet, la Chatte est toute la femme ; elle est courtisane, si vous voulez, paresseusement étendue sur les coussins et écoutant les propos d’amour ; elle est aussi mère de famille, élevant, soignant, pomponnant ses petits, de la manière la plus touchante leur apprenant à grimper aux arbres, et les défendant contre leur père, qui pour un peu les mangerait, car en ménage, les mâles sont tous les mêmes, imbéciles et féroces. Lorsqu’à Saint-Pétersbourg, les femmes, avec leur petit museau rosé et rougi passent en calèches, emmitouflées des plus riches et soyeuses fourrures, elles sont alors l’idéal même de la femme, parce qu’elles ressemblent parfaitement à des Chattes ; elles font ron-ron, miaulent gentiment, parfois même égratignent, et, comme les Chattes, écoutent longuement les plaintes d’amour tandis que la brise glacée caresse cruellement leurs folles lèvres de rose.

(A SUIVRE….) 

THÉODORE DE BANVILLE.

 



Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (30.I.2009)
Texte relu par : A. Guézou
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Mél : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] 100346.471@compuserve.com

http://www.bmlisieux.com/ 



Diffusion libre et gratuite (freeware) 



Texte établi sur un exemplaire (BmLx : nc) de l’ouvrage Les Animaux chez eux illustré par Auguste Lançon (1836-1887) paru chez L. Baschet à Paris en 1882. 



 

gifs coeur

Publié dans CHAT | Pas de Commentaires »

L’Ours 4

Posté par othoharmonie le 19 novembre 2011

Par Jules Vallès

L'Ours 4  dans OURS 250px-Black_Bear_CubJ’ignore si l’histoire est vraie ; Toussenel, dans son livre sur les bêtes, déclare n’en être pas sûr : mais il déclare aussi que, si vraiment l’invalide descendit près de l’Ours, il commit une impardonnable témérité en y descendant en uniforme. L’Ours Martin venait de l’étranger, d’un pays qui fut conquis par nos armes du temps de Napoléon. Reconnaissant sous l’habit militaire un de ceux qui avaient passé avec l’insolence du vainqueur devant la cage où il jouait quand il était petit, Martin avait cru accomplir un devoir plutôt qu’une ribotte en avalant le vieux soldat : claquement de mâchoires qui le vengeait du claquement du drapeau ennemi dans les rues de sa patrie et devant les grilles de son berceau !

Ce Martin doit être mort aujourd’hui. La légende de l’invalide remonte à une quarantaine d’années environ. Je ne crois pas que les Ours d’à présent auraient la même gourmandise. Je me figure même que toutes les histoires de férocité répandues à propos des animaux sauvages rentreraient dans le néant comme le pauvre homme dans la gueule de l’Ours, et seraient reconnues comme le louis d’or qui était un bouton de cuivre, si on y regardait d’un peu près, et si des sceptiques – pas trop gros – s’aventuraient dans des tête-à-tête avec ces fauves. Pauvres diables, depuis si longtemps emprisonnés, privés de l’odeur des bois ou du désert, dont les griffes et les pattes se sont usées sur le bois d’un plancher de cage, comme les pieds d’un concierge sur le carreau de sa loge, époussetés par les gardiens comme des peaux de voyage ou des descentes de lit !

Je les crois tous bons garçons : en tous cas, l’Ours n’a pas le masque menaçant et la marche fiévreuse des grands félins, Lions, Tigres, Panthères, qui ont parfois des clignements d’yeux et des bâillements qui font peur ; la queue se tord tout d’un coup comme un Serpent qui se dresse.

- Remue-t-il la queue ? demanda le dompteur Vanamburgh aux assistants, pendant que son grand Lion lui mâchonnait le crâne.

- Oui, répondirent les assistants terrifiés.

- Dites une prière pour moi ; je suis perdu…

Mais l’Ours n’a pas de queue, ou si peu que ce n’est pas la peine d’en parler, et ce qu’on en voit indique de l’espièglerie plutôt qu’autre chose. Cela fait songer au bout de chemise qui passe par la culotte des petits garçons. C’est gai, modeste et bon enfant.

Tout bien compté, l’Ours est un animal familier. En France, à coup sûr il est plutôt bête curieuse que bête sauvage. Nos aïeux même en ont fait, il y a longtemps, l’emblème de la patauderie vaniteuse.

Eh mon Dieu ! Jetez un coup d’oeil sur la fameuse satire cyclique du moyen âge, le Renard.

L’Ours Brun fait partie du conseil des ministres à la cour du roi Noble (le Lion). Ce Brun est un personnage grave, sournois, et gourmand. Voici son épopée :

 dans OURSLes sujets du roi Noble viennent se plaindre près de leur souverain des actions commises par maître Renard. Isengrin le Loup, son ami, l’accuse d’avoir abusé de son hospitalité pour séduire sa femme ; le Chat Hinzé réclame de son côté une andouille volée. Hennenq le Coq crie vengeance parce que le Renard lui a tué Gratte-Pied, la meilleure des couveuses, sa fille.

C’est alors que le roi convoque les plus sages du royaume à la tête desquels se trouve Brun. C’est lui qui est désigné spécialement pour remplir la mission délicate et dangereuse ; il est chargé de prévenir maître Renard que sous peine de mort il doit comparaître devant la cour royale :

- Soyez prudent, ajoute le roi, le Renard est faux et malin. Il n’est de ruses qu’il n’emploiera.

- Oh ! que nenni, réplique l’Ours avec assurance.

Et il part.

Il arrive devant Malpertuis, le château du Renard. La porte est fermée à triple verrou.

- Mon neveu ! êtes-vous à la maison ? C’est Brun l’Ours qui vient de la part du roi.

Le Renard a de la méfiance, ayant des remords, il regarde si l’Ours est bien venu seul, finit par se tranquilliser et fait entrer le messager royal :

- Soyez le bienvenu, mon cher oncle, pardonnez-moi si je vous ai fait attendre ; je lisais mon bréviaire. J’irai voir le roi bientôt, mais aujourd’hui je suis réellement trop indisposé.

- Qu’avez-vous ?

- J’ai trop mangé de miel.

- Trop de miel… mais je l’aime bien, le miel ! dit l’Ours en se léchant la moitié de la tête avec un air béat.

Le Renard sourit et l’entraîne chez le charpentier Portevyl.

Il lui fait voir un tronc d’arbre fendu baillant de la longueur d’une aune.

- Mon oncle, il y a dans cet arbre du miel, et plus que vous ne le croyez, fourrez-y votre museau le plus profondément que vous pourrez… Vous allez voir !

220px-Grizzly_Bear_YellowstoneL’Ours se laisse enjôler, il glisse sa tête jusqu’aux oreilles dans la fente et même y enfonce ses pattes de devant. Le Renard avait pris la précaution de mettre un coin de bois dans la fente ; il le retire alors, et voilà maître Brun pris, tête et pattes, comme dans un étau. Brun crie, beugle, pendant que le Renard retourne à son donjon.

Le charpentier, à ce bruit, se lève, aperçoit l’Ours pris au piège ; il ameute les villageois ; qui frappent à coups de pierre et de bâton sur tout ce qu’on voit de maître Brun. L’Ours s’évanouit. Les paysans l’arrachent du tronc, les oreilles déchirées et saignantes, la peau crevée, et ils le jettent à l’eau.

- Le soleil a-t-il vu un animal plus en détresse que moi ! pense l’Ours qui est parvenu à sortir de la rivière et s’est assis sur son cul au bord de l’eau.

Il se remet en route, clopinant, et reparaît devant le roi.

- Est-ce bien brun que je vois ! s’écrie le monarque.

L’Ours ne peut articuler un mot.

- C’est une trahison du Renard ! Peut-on avoir traité si noble seigneur d’une pareille manière !

Cette fois on enverra le Chat Hinzé pour porter le message.

Le Renard est traîné enfin devant le roi, et condamné à périr par la corde. Rentrée de maître Brun, qui passe bourreau. C’est lui qui conduira le coupable à la potence.

Mais du haut de l’échelle le Renard harangue la foule : il est prêt, dit-il, à faire des révélations importantes. Le roi donne l’ordre de surseoir à l’exécution.

Que va dévoiler le Renard ? Une conspiration contre le roi dans laquelle est compromis le malheureux Brun, Ours-conseiller grave et intègre.

Le Renard obtient sa grâce. L’Ours doit s’éloigner de la Cour, bien heureux encore de n’être pas occis. Mais le récit du Renard était une calomnie. La vérité se fait jour. Maître Brun rentre en faveur auprès de son maître et reprend son rôle de nigaud, toujours bousculé mais toujours en place. (A SUIVRE…)

VALLÈS, Jules (1832-1885) : L’Ours (1882). 


Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (04.II.2009) Texte relu par : A. Guézou
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Mél : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] 100346.471@compuserve.com

http://www.bmlisieux.com/ 



Diffusion libre et gratuite (freeware) 



Texte établi sur un exemplaire (BmLx : nc) de l’ouvrage Les Animaux chez eux illustré par Auguste Lançon (1836-1887) paru chez L. Baschet à Paris en 1882

gif nounours

Publié dans OURS | Pas de Commentaires »

Rêver de toile d’Araignée

Posté par othoharmonie le 1 octobre 2011

Rêver de toile d'Araignée dans ARAIGNEE ko3ad8v9Dans certains rêves, nous pouvons être face à une toile d’araignée sans que celle qui l’a bâtie soit présente. Cette toile symbolise les sentiments, les liens, qui relient la personne à son passé et à sa mère. La toile est une représentation de l’amour engluant dans lequel le rêveur se débat. Cet amour qui l’emprisonne encore aujourd’hui empêche la progression de l’individu, l’évolution normale de la personnalité. 

L’absence de l’araignée indique cependant un détachement et un recul de ce lien très fort mère/enfant. Le problème personnel est résolu, l’individu est devenu adulte et autonome. Mais son psychisme reste fortement marqué par un sentiment douloureux. Il ne s’est  pas complètement défait de comportements issus de cette relation. Mais s’il parvient à sortir de cette toile/labyrinthe ou à couper les fils qui le retiennent, cette libération vient de se faire, une angoisse fondamentale vient de disparaître.  

La toile peut prendre des formes différentes, être symbolisée par un entrelacs de cordes nouées de façon géométrique ou être d’une taille gigantesque, magnifique. Dans cette dernière vision, le sens du rêve est plus un émerveillent. La toile symbolise alors la création cosmique et l’unisson. C’est la pensée qui est créatrice. L’énergie psychique engendre les images d’une beauté fragile et éphémère, celles du monde. Le jour les fait naître et la nuit les détruit. L’araignée représente alors la grande tisseuse, et sa toile, l’illusion dans laquelle vient se prendre le psychisme ignorant. C’est la Maya. 

Amour maternel engluant, passé, lien emprisonnant, beauté cosmique, illusion. 

 

Barre de Séparation

Texte issu du site de Tristan-Frédéric Moir : http://tristan.moir.free.fr/Nouveausite/index.html  Psychanalyste – Psychothérapeute – Onirologue – Analyse et interprétation de rêves


En direct chaque mercredi de 23h à 1h30 sur
« Radio Ici & Maintenant ! » 95.2 FM 

Publié dans ARAIGNEE | Pas de Commentaires »

Vache et protection

Posté par othoharmonie le 26 septembre 2011

Prithvi

Vache et protection  dans VACHE - BOEUF.... 220px-Prithu_-_CropLe célèbre canon sacré hindou, le Mânava-dharma-shâstra, ou Lois de Manu, instaure les rapports avec la vache dans des termes qui sont les siens, c’est-à-dire en référence au Droit hindou classique qu’il incarne. Il indique néanmoins le parallèle qu’il y a entre le brâhmane et la vache, tous les deux symboles de l’Ahimsâ et des sacrifices pour les dieux, le premier en raison de son savoir sacré (véda), la seconde parce qu’elle crée l’élément primordial que l’on offre dans les sacrifices hindous (yajña) : les laitages. Ce caractère « brahmanique » de la vache est confirmé par l’équivalence du mérite libérateur que donne la protection d’une vache, ou d’un brâhmane, de femmes ou d’enfants, au prix de sa vie :

« La mort, sans l’espérance d’une récompense, pour les brâhmanes et les vaches, ou dans la défense de femmes et d’enfants, garantit la béatitude à ceux ne faisant pas partie de la communauté Ârya (les Vahya). L’Ahimsâ (respect impérieux de la Vie, non-violence), la véracité, l’abstention de s’approprier les biens des autres, la pureté et le contrôle des sens, Manu a ainsi déclaré que tout cela peut être considéré comme le résumé du Dharma pour les quatre varna d’ Ârya (« Nobles »). »

— Mânavadharmashâstra, livre 10, sûtra 62 et 63.

Les Lois de Manu prévoient des pénitences strictes pour celui qui assassine un bovin : 

vache1« Celui qui a commis le crime du meurtre d’une vache (ou du taureau) boit pendant le premier mois une décoction de grains d’orge ; ayant rasé tous ses cheveux et se couvrant lui-même avec la peau de la vache tuée, il doit vivre dans une étable. 110. Pendant les deux mois suivants, il mange une petite quantité de nourriture, sans aucun sel, repas se limitant à quatre, et doit se baigner dans l’urine de vaches, gardant ses sens sous contrôle. 111. Pendant la journée, il doit suivre les vaches et, étant debout, droit, inhalera la poussière levée par leurs sabots ; la nuit, après leur service et leur adoration, il doit rester dans la position appelée viraçana. 112. En se contrôlant, sans colère, il doit être debout quand elles le sont, il doit les suivre quand elles marchent et s’assoir quand elles se couchent. 113. Quand une vache est malade, ou menacée par des voleurs, des tigres, et ainsi de suite, ou ayant chuté, ou bloquée dans un marais, il doit la délivrer par tous les moyens possibles ; 114. Dans la chaleur, dans la pluie, ou dans le froid, ou quand le vent souffle violemment, il ne doit pas chercher à s’abriter, sans protéger en premier les vaches selon son aptitude. 115. On ne doit rien dire, si une vache mange quoi que ce soit dans sa propre maison ou dans une autre, ou dans un champ ou sur le sol battu, ou si un veau boit son lait. 116. Le tueur d’une vache qui sert ainsi le bétail, sa culpabilité s’en va, après trois mois, pour le fait d’avoir tué une vache. 117. Mais après qu’il a entièrement exécuté la pénitence, il doit donner aux brâhmanes connaisseurs des véda, dix vaches et un taureau, ou s’il ne possède pas tant de biens, il doit leur offrir tout ce qu’il a. »

— Mânavadharmashâstra, livre 11.

 

Publié dans VACHE - BOEUF.... | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello