• Accueil
  • > Recherche : fourmis sont animaux sociaux

Résultats de votre recherche

Fourmis : intelligence collective

Posté par othoharmonie le 4 janvier 2013

 

Fourmis : intelligence collective dans FOURMI oecophyllaqueenL’intelligence collective s’observe principalement chez les insectes sociaux (fourmis, termites et abeilles), les animaux se déplaçant en formation (oiseaux migrateurs, bancs de poissons) et, dans une moindre mesure, les mammifères sociaux chassant en meute (loups, hyènes, lionnes). Les points communs de ces diverses espèces sont exactement ceux qui caractérisent l’intelligence collective :

  • Les individus aiment la proximité de leurs semblables et tendent à être grégaires car ils obtiennent un avantage substantiel à chasser, se déplacer ou vivre en groupe.
  • Ils interagissent de manière locale par le moyen de signaux (grognement, phéromones, attitudes).

  • L’individu seul répond instinctivement à certains stimuli. La coordination du groupe est implicite et se fait au travers de règles comportementales très simples au niveau individuel.

 De ce point de vue, les mammifères chassant en meute tels que le loup ou la hyène sont moins représentatifs d’une réelle intelligence collective, car chaque individu est doué d’une capacité cognitive importante (au regard des insectes ou des oiseaux notamment) et possède une information globale assez importante (dans le cadre d’une chasse par exemple). Ce type d’intelligence se rapproche plus de l’organisation et de la coordination qu’on retrouve dans les sports d’équipe ou le travail collaboratif. D’autre part, le nombre d’individus n’est pas suffisamment élevé pour parler réellement d’un phénomène d’intelligence collective.

bicalcarata-upperpitcher-219x300 dans FOURMI Les fourmis, comme d’autres insectes sociaux, présentent des adaptations qui peuvent conférer un avantage écologique dans certains environnements :

  • Un registre comportemental limité
  • Des capacités cognitives pas assez développées pour permettre à un seul individu d’obtenir assez d’information sur l’état de la collectivité pour garantir une division des tâches efficace, condition nécessaire au bon fonctionnement de la colonie.
  • Des facultés de communication avancées par le biais des phéromones, favorisant des interactions multiples

 La colonie dans son ensemble est un système complexe stable et auto-régulé capable de s’adapter très facilement aux variations environnementales les plus imprévisibles, mais aussi et surtout de résoudre des problèmes, sans contrôle externe ou mécanisme de coordination central, de manière totalement distribuée. Les tâches accomplies par la colonie ne sont naturellement pas à la portée d’un individu seul ou d’un groupe identique dénué d’intelligence collective.

 Cela a permis aux fourmis de s’imposer partout sur le globe terrestre puisqu’on considère que la biomasse des fourmis est à peu près identique à celle de l’espèce humaine.

 

 

Publié dans FOURMI | 1 Commentaire »

Fourmis Rouges

Posté par othoharmonie le 2 janvier 2013

Fourmis Rouges dans FOURMI rougeLa fourmi « bulldog » a l’un des poisons le plus vénéneux de la planète. Elle vit en Tasmanie. Rassurez-vous, la fourmi rouge de nos jardins est agaçante, mais inoffensive. Ses colonies, qui comptent parfois jusqu’à 10 000 ouvrières, défendent leur territoire et leur survie.

Les fourmis sont des insectes sociaux qui vivent en colonies. Elles font partie de l’ordre des hyménoptères. Elles se nourrissent de matières protéinées, mortes ou vivantes, de proies animales, ainsi que de jus sucrés tel que le miellat des pucerons. L’organisation sociale des fourmis, articulée autour de la reine, fascine et intrigue.

Où vit-elle ?
Elle vit dans les bois, les prairies, les jardins, dans la terre ou sous des pierres, où elle érige un petit monticule. Comme d’autres fourmis, on la rencontre aussi dans des bois morts, souches et sous l’écorce. Espèce proliférant dans des lieux humides, elle est très abondante dans les Alpes et dans la vallée du Rhône.

Pourquoi pique-t-elle ?
Lorsqu’elle chasse, l’ouvrière utilise ses mandibules, mais aussi la glande à venin qui est reliée à l’extrémité de son abdomen. Contrairement à une idée reçue, la fourmi ne pique pas. Elle commence en réalité par mordre la peau au moyen de ses puissantes mandibules, puis elle avance rapidement son abdomen, versant dans la plaie la sécrétion brûlante issue de la glande et composée pour l’essentiel d’acide formique. Cette technique de défense est aussi utilisée pour capturer ses proies.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsL’utilité de la fourmi
La fourmi a des fonctions essentielles pour la vie des écosystèmes. Elle féconde des fleurs et fait disparaître les petits cadavres d’animaux. Elle limite les populations de chenilles, mais aussi de mouches, grillons, sauterelles, blattes, araignées et scolopendres. Sachez également qu’elle est parfois utilisée dans la composition de médicaments homéopathiques.

Quelques conseils
La piqûre peut être assez douloureuse et provoquer des réactions allergiques. Une piqûre est bénigne, plusieurs sont douloureuses. Prenez-garde lors de vos pique-niques et ouvrez l’oeil.

Publié dans FOURMI | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello