Résultats de votre recherche

L’effet Moustique

Posté par othoharmonie le 30 juillet 2014

 

240px-Anopheles_gambiae_mosquito_feeding_1354.p_loresDécidément, après le virus du sida, le virus de la grippe aviaire, celui de la grippe A, c’est la dengue et le chikungunya qui menacent notre belle santé nationale. Pour un moustique normalement constitué, nulle différence entre la peau d’un Réunionnais et celle d’un Européen.

En effet, le très agressif « moustique-tigre » ou Aedes albopictus — vecteur entre autres de la dengue et du chikungunya — est, depuis quelque temps, en vacances dans les Alpes Maritimes, la Corse, le Var et les Bouches-du-Rhône. Même si aucun cas de ces maladies ne semble encore avoir été détecté sur notre territoire, le Ministère de la Santé a mis en place une alerte. Une surveillance entomologique est d’ores et déjà activée de même que la démoustication des zones infestées.

Rappelons qu’en 2005, la Réunion a recensé pas moins de 270 000 cas de chikungunya sur 750 000 habitants. En cette période de vacances et de fortes chaleurs, il ne parait donc pas dérisoire de prendre des mesures de protection : supprimer les récipients d’eaux stagnantes (le moustique les affectionne pour pondre), mettre des produits répulsifs sur la peau et des insecticides dans les pièces. Et en cas de fièvre supérieure à 38,5 ° associée à des douleurs articulaires, on nous recommande de consulter impérativement notre médecin.

220px-Plaque_Alphonse_Laveran_à_StrasbourgCe qui est surprenant, c’est de constater à quel point les maladies deviennent de plus en plus interplanétaires. Récemment encore, ce type de virus ne concernait que les autres. Surtout pas nous, les Occidentaux si précautionneux pour notre santé. Ces saloperies ne sévissaient que dans les pays du Sud, les pays tropicaux, là où régnait la pauvreté, l’inculture, là où l’hygiène laissait à désirer. Désormais, il suffit d’un coup d’aile pour ramener de l’île Maurice ou du Cambodge ces petits insectes souvenirs pas vraiment désirés.

Nous devrons bien nous y faire à cet « effet moustique ». Car dorénavant, que nous le voulions ou pas, nous sommes un seul et même peuple de la Terre. Du fait du développement des moyens de communication, nous partageons tout, de gré ou de force : les cataclysmes, les maladies, les cultures, les savoir-faire, les avancées scientifiques ou technologiques…

Si la terre tremble ici, si la mer la submerge là, si des millions de tonnes de pétrole se déversent dans un coin de l’océan, si un pays entier est plongé dans la faillite, c’est chacun de nous qui est touché de façon intime. Même s’il ne se sent pas concerné, même s’il croit que c’est l’étranger qui est atteint. Alors, c’est une seule et même famille humaine qui devra prendre la juste mesure de sa vulnérabilité et de sa force. Espérons que cela ne tardera pas trop.

(Pour plus d’infos sur le chikungunya voir le site de l’Institut Pasteur :http://www.pasteur.fr/ip/easysite/go/03b-00000j-0es/presse/fiches-sur-les-maladies-infectieuses/chikungunya/:print )

 

article de MARLENE E paru sur http://www.lemonde.fr/

Publié dans MOUSTIQUE | Pas de Commentaires »

Moustique fossilisé

Posté par othoharmonie le 28 juillet 2014

 

Des paléontologues ont retrouvé dans l’abdomen d’un moustique fossilisé dans le Montana l’hémoglobine d’une proie vivant à l’Éocène.

Dans le film Jurassic Park, les scientifiques refont vivre des dinosaures à partir d’ADN conservé dans du sang ingéré par des moustiques conservés dans de l’ambre. Un scénario farfelu car, à ce jour, aucun insecte gorgé de sang de dinosaure n’a jamais été retrouvé (sans compter que l’ADN se dégrade en quelques centaines d’années).

 téléchargement (4)

Des paléontologues viennent de faire un pas en avant en identifiant un moustique femelle contenant du sang fossilisé depuis 46 millions d’années, soit 20 millions d’années après la disparition des dinosaures. Ils ont en fait découvert 36 spécimens de moustiques préservés dans les roches du Montana, dont une dizaine n’appartenant à aucune espèce connue, expliquent-ils dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS). Mais l’individu le plus intéressant est sans aucun doute celui d’une femelle, reconnaissable à ses antennes lisses et son abdomen sombre et distendu, comme s’il était gorgé de sang. Des analyses par spectroscopie aux rayons X ont montré que le corps de l’insecte avait une concentration élevée en fer et en carbone, bien plus que le schiste dans lequel il est emprisonné. Avec une sonde ionique, ils se sont aperçus que le fer était associé à des molécules d’hème, l’un des composants de l’hémoglobine. Il s’agit donc de sang pris sur une proie.

 

L’animal parasité reste inconnu, mais les moustiques ressemblent à des insectes qui piquent des oiseaux. Les chercheurs assurent que leur technique pourrait permettre d’identifier d’autres molécules biologiques dans des fossiles encore plus vieux, comme des dinosaures. Leur découverte renforce également le crédit d’autres chercheurs qui affirmaient avoir trouvé en 1997 puis en 2009 des composés sanguins dans des os de Tyrannosaurus rex et de Brachylophosaurus canadensis, un dinosaure «à tête de canard».

http://www.lefigaro.fr/

Cette découverte des plus surprenantes a été publiée dans la dernière livraison des PNAS, les comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences. Ce moustique femelle contient dans son abdomen des traces de fer et de porphyrines, des constituants très stables de l’hémoglobine, grosse protéine qui transporte l’oxygène dans le sang. Ces porphyrines étaient quasiment ou totalement absentes de moustiques mâles (qui ne piquent pas), eux aussi fossilisés et retrouvés au même endroit.

Découvert dans des schistes bitumineux

«L’abdomen du moustique gorgé de sang ressemble à un ballon prêt à exploser. Il est très fragile. Les chances qu’il ne se désintègre pas avant la fossilisation étaient extrêmement minces », s’est enthousiasmé Dale Greenwalt, premier auteur de la publication.

PAS DE L’AMBRE. Le moustique en question n’a pas été découvert dans de l’ambre, mais dans des schistes bitumineux du Montana.

« C’est la preuve qu’un moustique suceur de sang peut être préservé dans un milieu autre que l’ambre et que des composés porphyriques présents dans le corps d’un vertébré pourraient survivre dans des conditions adéquates pendant des millions d’années », a déclaré George Poinar, qui étudie les fossiles d’insectes à l’Université de l’Orégon (Corvallis).

Une analyse non destructive

Cette découverte semble donner rétrospectivement un certain crédit à une publication controversée datant de 1997, elle aussi publiée dans les PNAS par une paléontologue de Caroline du Nord, qui faisait état de la présence de traces d’hémoglobine dans des ossements de dinosaure.

« IONS SECONDAIRES ». La découverte de porphyrines issues de l’hémoglobine préservées dans la formation géologique Kishenehn dans le nord-ouest de l’Etat du Montana, qui date du milieu de l’Eocène, a été possible grâce à l’utilisation de la spectrométrie de masse à ionisation secondaire temps de vol (TOF-SIMS). Cette technique permet d’analyser les « ions secondaires » issus d’un processus de pulvérisation d’une surface d’un échantillon à analyser sans pour autant le détruire. L’analyse de ces ions donne des informations sur l’espèce moléculaire présente à la surface de l’objet étudié.

téléchargement (5)

Une gangue d’algues protectrices

L’échantillon de schiste provient d’un don au Muséum National d’Histoire Naturelle de Washington. Conservé au département du paléobiologie du musée, il a été bombardé au bismuth, un métal lourd, qui a vaporisé les constituants chimiques présents à l’intérieur du fossile de l’insecte. Reste à expliquer le très bon état de conservation de ce moustique.

CERCEUIL. L’hypothèse la plus probable tient à ce que l’insecte hématophage, qui s’était posé à la surface d’un étang, ait pu être recouvert par des algues en suspension dans l’eau qui auraient fini par former une sorte de gangue épaisse qui aurait entrainé l’insecte vers le fond et ainsi contribué à préserver intact son abdomen distendu par son dernier repas sanguin. Ce processus faisant intervenir des algues a déjà été décrit pour expliquer la fossilisation d’autres insectes.

Une question demeure cependant toujours sans réponse. De quel animal proviennent ces traces moléculaires de sang ingéré par ce moustique vieux de 46 millions d’années ? Pas un dinosaure, ces derniers ayant disparu à la fin du Crétacé il y a 65 millions d’années. En revanche, cet insecte a pu piquer l’un premiers mammifères modernes.

Publié dans MOUSTIQUE | Pas de Commentaires »

PLAIDOYER pour les animaux ; car ils sont tous sacrés

Posté par othoharmonie le 19 juillet 2014

 

 

J’aborde ce chapitre avec une émotion particulière. En effet, la maltraitance animale et la désespérance qui l’accompagne représentent à mes yeux la grande honte d’une ère civilisée, et le déshonneur absolu d’une humanité totalement irresponsable et en situation de grand désarroi. Pourquoi faisons-nous payer nos erreurs ou nos difficultés à des êtres innocents sans défense ? Qu’avons-nous donc à leur reprocher pour faire subir un tel sort à certains ? 

Les animaux ne comprennent que la tendresse et l’amour, contrairement à de nombreux humains pour qui ces sentiments ne concernent que leur compte en banque et leurs intérêts financiers ou bassement matériels. Car c’est bien le commerce sous toutes ses formes qui conduit aux excès et atrocités que nous connaissons. Les trafics en tout genre et la production industrielle sont passés et passent toujours par là, avec la haute bénédiction de politiciens incapables ou incompétents pour prendre les mesures qui s’imposent.

 Produisez ! Produisez ! …. veaux, vaches, cochons, couvées…

 frr 

S’il est vrai que parfois, le bien peut être confondu avec le mal, il n’existe pas de confusion possible lorsqu’il s’agit de maltraiter un animal. Je m’explique : lorsqu’un humain agit en conscience pour une œuvre quelconque au profit de ses concitoyens ou d’autres personnes en difficulté momentanée, il pense à juste titre œuvrer pour le bien d’autrui, et il est vrai que c’est la réalité. Cependant, n’oubliez pas que vous êtes venus sur terre pour vivre  des épreuves que vous-mêmes, très souvent, vous êtes assignées. En conséquence, celui qui enlèverait l’obstacle placé devant vous, agirait pour lui comme pour vous dans le sens du bien, mais il n’est malheureusement qu’apparent. Ce qui veut dire que l’épreuve que vous deviez vivre est remise à plus tard Pourtant, il n’est pas inutile d’aider puisque c’est le sens de la mission qui est la nôtre. Aider, bien sûr, mais aider utilement et pas seulement pour le bien-être matériel et physique. Il faut aider, mais accompagner cette aide en mettant en valeur le sens spirituel de la démarche. 

Tu ne pourras aider ton prochain que s’il comprend que ton aide est seulement ponctuelle et limite au sursaut nécessaire à sa vie. C’est à dire que l’aide qui n’en finit jamais n’est plus une aide ayant pour but de remettre sur rails l’être en dérive, mais devient une assistance permanente incompatible et contraire à toute évolution. L’être qui se trouve en difficulté soit s’aider lui-même, s’il désire obtenir une aide  de Dieu. 

Je reviens maintenant au massacre que subissent les innocents que sont les animaux. Ils n’ont rien demandé d’autre en venant sur terre, qu’être heureux et bien traités. Même s’ils savent qu’ils servent l’homme (cet ingrat qui n’a en général aucune reconnaissance pour eux, et plus particulièrement pour les animaux qui le nourrissent) l’esprit de l’animal sait ce qui l’attend. Il n’est pas un objet ni une machine à produire ou à reproduire ; c’est ce que beaucoup d’hommes croient. Mais ces gens ne sont que de simples esprits en tout début d’évolution. 

Les animaux ont une âme, bien sûr. Comment pourriez-vous imaginer un seul instant que l’animal qui donne tant d’Amour à son prochain, puisse en être dépourvu ? Leur âme est pourtant très différente de celle de l’humain. Elle ne comporte pas en son sein de progrès personnel à réaliser, ou d’accomplissement quelconque que l’animal porterait consciemment. Il n’en est rien. Le jugement ne l’habite pas davantage, l’âme en est dépourvue, et pour cause : aucun animal n’est jugé dans l’autre monde. Les animaux se prosternent tous devant Dieu dès qu’ils ont franchi la porte de leur Paradis. Le Paradis animal ressemble au Paradis humain. Il est harmonieux en tous points et seul l’Amour règne en ce lieu. 

La condition animale est très différente de la condition humaine, même si parfois elle s’en rapproche de façon étonnante. Mais cela n’est qu’apparence parce que l’animal est un être dépourvu de conscience au sens humain du terme, même s’il sait parfois que son action n’est pas toujours en harmonie avec l’attente de son maître. Toutefois c’est plus la crainte de la correction plutôt que sa raison qui le conduit à adopter un comportement opposé à son instinct. Nos amis les animaux sont mus par cet instinct, et par lui seul. L’humain est pour eux un être reconnu, mais rarement pris en considération, sauf si celui-ci est débordant d’Amour. Ils ne comprennent, sachons le reconnaître, que lui. 

Il est vrai toutefois que le degré d’amour distribué sans compter de leur part, est différent selon les races. L’instinct animal vient souvent contrarier ce sentiment exprimé par lui. Ce qui veut dire que l’animal peut être très affectueux et docile avec certaines personnes, mais également indifférent, très agressif ou méchant avec d’autres. Cela vaut également pour les animaux entre eux. L’hypocrisie ne fait pas partie de sa panoplie sentimentale, contrairement à l’humain qui ne sait que tromper ou trahir en se voilant la face. Certains se reconnaissent et d’autres ne se reconnaissent pas. C’est un peu le même mécanisme qui est en jeu chez l’humain, à partir de l’instant où il a dépassé toute notion matérialiste de la vie, et qu’il s’est installé dans le registre le plus sincère des lois régissant leur rapports entre les hommes. Il s’agit pour l’humain d’un système de valeurs, d’une échelle qu’il gravit progressivement au fur et à mesure des incarnations successives. 

Nos animaux domestiques sont ceux qui donnent le plus d’Amour. Il suffit de les aimer pour qu’ils nous le rendent au centuple. Parfois et même très souvent, ils aiment aussi ceux qui les maltraitent. Ils ont pour eux, de façon instinctive, une forme de pitié parce qu’ils savent, même s’ils sont dépourvus d’intelligence au sens humain du terme, que l’individu qui les frappe, les martyrise, les tue sans égard, ou qui les fait volontairement souffrir pour sacrifier à des rites ignobles, ridicules et totalement dépassés, est un esprit faible et primaire. Nul esprit évolué ne peut faire de mal à l’animal, quel  qu’il soit. Parce qu’il sait qu’en se rapprochant de Dieu, il se rapproche aussi de toutes les créatures de l’univers qui sont bien sûr, tel que st-francois-dassiseFrançois d’Assise le proclamait haut et fort : ses frères, ses sœurs ou ses parents ! Quel Grand Homme que ce Saint François d’Assise !

Ils reconnaissent le fort, mais ils reconnaissent également  le faible, ils sont respectueux de l’un et de l’autre quoi qu’ils leur fassent, quoi qu’il leur en coûte, même si la vie leur est enlevée ; les animaux savent pourquoi ils sont venus sur terre, et chacun joue son rôle. Ils n’ont besoin de personne pour dicter leur conduite. Ils ont tout simplement besoin, eux aussi, d’exemple : cet exemple dont leurs parents ne sont pas dépourvus, et qu’ils leur enseignent selon leur propre condition animale. 

Pourchassez-les ! Eliminez-les ! Martyrisez-les ! Continuez vos vices ! Défoulez-vous sur eux ! En agissant ainsi, c’est sur Dieu, leur Créateur, que vous agissez ! Alors, réfléchissez bien et posez-vous la question de savoir lequel d’entre vous deux est le plus féroce des prédateurs ? 

Tout doit être fait pour éviter de faire souffrir les animaux. Ce mal n’est pas un mal nécessaire, mais bien un mal inutile. Il ne fera grandir ni le bourreau, ni sa victime, et pour cause : l’animal n’est pas sur terre pour progresser spirituellement. En conséquence, tous les individus qui se livrent à des actes barbares sur les animaux, quels qu’ils soient, auront un lourd tribut à payer. Il serait bien qu’ils s’en rendent compte dès maintenant et qu’ils cessent leurs brutalités. Mais l’argent… encore lui … toujours lui, les rend sourds et aveugles. Ils ne voient plus ce qu’est un animal. Ils n’imaginent plus que c’est un être sensible qu’il faut aimer et surtout protéger pour la sauvegarde des espèces Ces êtres sont ignobles, et je leur demande une seule chose : qu’ils puissent une seule fois dans leur vie se mettre à la place de ceux qu’ils font gratuitement souffrir Qu’ils organisent, par exemple, un convoi parcourant des milliers de kilomètres. Qu’ils prennent place debout, serrés comme des sardines, dans la remorque, sans le droit de s’asseoir, ni de boire, ni de bouger pour se délasser les jambes. 

Je viens d’évoquer le sort que subissent des millions d’animaux partout dans le monde ; il n’est pas nécessaire de leur faire subir de telles atrocités. Oh, bien sûr, ils ne se plaignent jamais, ils souffrent en silence. Et c’est ce qui fait jouir, d’ailleurs, certains être malsains heureux de se défouler sur eux. 

Maintenant je citerai un second exemple : prenez un éleveur d’oies ou de canards. Faites-lui subir pendant des semaines le même gavage que celui qui se permet de faire à des bêtes innocentes qui n’ont rien demandé, et surtout pas qu’on fasse grossir démesurément leur foie pour le seul luxe de la cuisine raffinée.. Je n’irai pas au-delà dans l’exemple, pourtant, ils sont nombreux. Je dirai simplement ceci : tous les actes de violence gratuite à l’égard de tous les animaux de la planète seront sévèrement jugés au moment des aveux. 

Hontes à vous, humains, qui prenez du plaisir à faire ou à voir souffrir l’animal. Respectez-le autant qu’il vous respecte. Prenez modèle sur lui et cessez de le considérer comme un individu méprisable. Il était présent sur cette terre bien avant que vous y fassiez vos premiers pas. Il n’a pas besoin de vous pour vivre. Retournez-vous donc cette question et prouvez-lui votre reconnaissance. 

Une loi spirituelle inflexible et incontournable doit être marquée au plus profond de nos âmes et nos consciences ; tout acte de violence perpétré gratuitement sur quiconque et en particulier sur les êtres innocents, sans défense, sera retourné à son envoyeur qui en supportera à son tour toute la douleur morale. Mais il vous faut savoir qu’elle sera amplifiée considérablement et multipliée 10 fois,… 100 fois… 1000 fois.. et bien davantage dans les cas les plus graves. Vous voilà prévenus, vous n’y échapperez pas ! Personne ne peut éviter le retour de bâton. 

Frappez, vous serez frappés ! Calomniez, vous serez calomniés ! Martyrisez, vous le serez aussi. La liste ne s’arrête pas à ces quelques exemples, vous l’avez tous compris. La leçon est sévère, mais elle est nécessaire et utile pour tous les orgueilleux, les sans-cœur, les égoïstes, les êtres peu scrupuleux qui ne pensent qu’à eux, et ignorent souvent volontairement la souffrance de l’autre. Mieux vaut ne pas voir, c’est plus confortable. Prenez conscience sans tarder de ce jugement potentiel qui sera en réalité le vôtre ; le jugement de votre âme, celui de votre double, de cet être miroir qui vous habit déjà. C’est lui et lui seul qui  prêté serment, et c’est donc bien à lui que revient le jugement ! 

La vivisection animale, les tests et autres expériences pratiqués sur les animaux, quelle que soit leur race, ne sont rien d’autre que les mêmes atrocités commises sur les humains lors de la dernière guerre mondiale, par les médecins de l’horreur. Tous les praticiens qui se livrent à de tels actes, ne sont pas différents dans leur démarche à ceux que je viens d’évoquer. Ils s’imaginent peut-être que parce qu’il s’agit d’un animal, leur action n’est pas si grave. Ils se trompent et feraient bien de réfléchir à deux fois, à la finalité objective de leurs expériences barbares. Ils oeuvrent, soi-disant au nom de la santé humaine ; mai sils oeuvrent réellement au nom des puissances de l’argent, des puissances de la grande industrie pharmaceutique, sans scrupule lorsqu’il s’agit de gagner de l’argent, y compris au nom de la maltraitance animale. 

Les esprits étroits de ces individus vont un jour connaître le même sort que celui de leurs victimes. Ils seront, sans aucune excuse acceptable, dépecés à leur tour. Bien sûr, il n’y aura rien de physique dans cette intervention, mais elle sera, qu’ils le sachent dès maintenant, beaucoup plus douloureuse. Le dépeçage dont il est question concernera chaque cellule spirituelle de leur âme. Il leur faudra se justifier entre elles pour le bien, mais surtout le mal qu’elles auront fait subir à l’innocence ; par cette lutte intestine, l’esprit concerné souffrira terriblement, et le seul moyen pour lui de racheter ses fautes sera celui de revenir sur terre afin de rendre par l’Amour aux animaux, la dette de sa cruauté. 

Les animaux, quels qu’ils soient, et en particulier ceux qui sont les plus familiers de l’homme, ne sont pas venus sur terre pour subir ces sévices, y compris au nom de la santé humaine ou de sa « beauté ». Rares sont les humains qui se préoccupent du triste sort de ces bêtes encagées, qui subissent quotidiennement la douleur physique et morale ; les hommes qui pratiquent de telles monstruosités en seront un jour redevables. Ils seraient bien inspirés de s’en rendre compte dès maintenant. 

Les animaux n’ont pas à subir la domination des hommes assoiffés de pouvoir et d’orgueil. Les animaux sont des êtres sensibles, ils doivent à ce titre mériter le plus grand respect. Laissez-les vivre en paix. Donnez-leur les meilleures conditions de vie, surtout à ceux qui vous nourrissent. Elevez-les naturellement, sans les heurter et en les aimant. Ils vous le rendront des milliers de fois au cours de leur vie et ne seront jamais épuisés par l’Amour ! Ils ne réfléchissent pas sur ce qui est bien ou mal : ils aiment. 

Il est tout de même assez paradoxal que les apprentis-sorciers : ceux qui jouent avec la santé publique en ne respectant pas les lois de la nature soient les mêmes, qui plus tard, se torturent l’esprit pour trouver l’antidote de leurs propres erreurs. 

La vache est folle ! En êtes-vous si sûrs Messieurs les éleveurs et autres vétérinaires complaisants et souvent complices ? Arrêtez de leur infliger les pires sévices. Ne croyez pas un seul instant que ces actes gratuits et violents seront sans conséquence ; il vous faudra un jour en rendre compte. 

Assassiner un animal après l’avoir fait volontairement souffrir, est un acte aussi grave que l’assassinat d’un humain. 

Libérez-le d’une maladie incurable s’il n’est plus possible de le soigner, parce que contrairement à l’humain, il ne progressera pas spirituellement par la souffrance. Dans ce cas, il vous est permis de le faire. Mais ne martyrisez jamais ces êtres sensibles et très intelligents, qui sont uniquement sur terre pour vous aider dans votre propre évolution. Or, avec ce que nous voyons de la souffrance animale, nous sommes obligés de crier avec force : STOP. Stop au massacre. Stop à la violence gratuite et non fondée ! Stop aux expériences inutiles ! Stop à la destruction des espèces animales ! 

FORUM1 adresseLorsque tous les animaux auront disparus de la surface du globe les hommes gémiront, se plaindront, et reconnaîtront enfin qu’ils se sont mal conduits vis-à-vis de ces créatures sensibles. Alors, ils pleureront sur leur sort et admettront leurs erreurs. Mais il sera trop tard, leurs crimes seront définitivement achevés. 

   Par Francesca

 

Publié dans VACHE - BOEUF...., XXX - ARTICLES DE PRESSE | 6 Commentaires »

la réputation du Moustique

Posté par othoharmonie le 18 juillet 2014

 

images (7)L’histoire de cet animal plutôt élégant mais à très mauvaise réputation.

Les professeurs de biologie demandent souvent quel est animal qui tue le plus de gens. Leurs pauvres élèves se ridiculisent en s’écriant «l’ours gris!», «le tigre!», «le cobra !» ou même «l’hippopotame!». La bonne réponse, bien sûr, c’est le moustique femelle –pas de fourrure, pas de crocs, rien qu’une aiguille hypodermique ailée. Sa longueur dépasse à peine cinq millimètres, elle a six pattes, et c’est le vecteur de maladies le plus efficace de tout le règne animal. C’est grâce à son odorat qu’elle nous repère, attirée par l’acide lactique et d’autres ingrédients de notre transpiration. Elle sent aussi le dioxyde de carbone que nous expirons et arrive jusqu’à notre visage en remontant le sillage de notre respiration. Plus on sue et plus on halète en la chassant, plus on l’intéresse.

La plupart ne boivent pas de sang

Son apparence n’est pas répugnante. Au contraire, sa petite taille, ses lignes pures, la longueur de ses pattes et sa fragilité lui donnent une certaine élégance. On serait même prêt à lui donner un millilitre de sang, malgré la démangeaison qui accompagne sa piqûre, si on ne s’inquiétait pas de ce qu’elle peut transmettre. Parmi les nombreux agents pathogènes qu’un moustique peut véhiculer, le pire est le paludisme, qui tue chaque année plus d’un million de personnes, dont les deux tiers se trouvent en Afrique sub-saharienne, pour la plupart des enfants de moins de 5 ans.

Tenter de donner une meilleure réputation à une telle créature n’a pas de sens. Personne n’aime les moustiques, ni les amis de ces insectes. Pourtant, il est injuste de dire indistinctement du mal des 2.600 espèces de moustiques déjà décrites. Parce qu’il n’y en a qu’environ 80, soit 3%, qui boivent du sang humain. Sur les 2.520 variétés de moustiques relativement irréprochables, il y en a même une qu’on aimerait voir en expansion: celle des Toxorhynchites, qui mangent d’autres moustiques. A l’état de larves, les Toxorhynchites dévorent leurs cousins, puis s’en prennent à leurs frères et sœurs, continuant souvent à les attaquer jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un seul. Ce drame se déroule dans une minuscule nappe d’eau qui s’accumule au creux d’un arbre ou une petite flaque du même genre. Ces moustiques, y compris l’Aedes, qui transmet des maladies, se sont adaptés à l’environnement industriel et se reproduisent dans des pneus usagés. Comme le savent tous ceux qui ont essayé, il est très difficile d’évacuer l’eau d’un pneu.

Même les moustiques qui se nourrissent de sang n’en ont pas besoin à chaque repas. En fait, ils puisent l’essentiel de leur énergie dans les fleurs et les plantes, auxquelles ils sont utiles en les pollinisant. Le moustique mâle, innocent mis à part le rôle qu’il joue en produisant davantage de femelles, se nourrit en se contentant exclusivement de nectar ainsi que de fluides issus des plantes. Une sorte de moustique qui ne s’intéresse pas à nous est le principal pollinisateur d’une orchidée assez jolie, la platanthère à feuilles obtuses, qui pousse dans les marécages des forêts de l’hémisphère nord. Un autre moustique pollinise la Platanthera integrilabia, une espèce en voie de disparition originaire des Appalaches.

Pourquoi tous les moustiques ne peuvent-ils pas être végétariens? Il y a des millions d’années ou davantage, un moustique primitif, peut-être presbyte, a pu confondre un végétal et un mammifère qu’il a piqué accidentellement, ce qui lui a donné le goût du sang. A présent, les femelles de ces 80 espèces dangereuses ont évolué, comme les tiques, et utilisent du sang pour produire des œufs. Le bourdonnement décidé qu’on entend à l’extérieur (ou à l’intérieur) d’une tente de camping et lié à la survie d’une race animale. Le sang des mammifères contient un mélange très riche de protéines, de fer, de graisses et de sucre qui déclenche le fonctionnement des ovaires d’une femelle de moustique. En 90 secondes à peine, elle peut aspirer jusqu’à trois fois son poids de sang.

Pour accomplir cet exploit, elle se sert de sa trompe. Les ciseaux rudimentaires de ses ancêtres, les moucherons, se sont agrandis et développés sur des générations pour devenir un outil efficace permettant de percer la peau et de boire le sang. Cette trompe est faite de deux tubes entourés par des paires de lames coupantes. Quand elle se pose pour se nourrir, les arêtes tranchantes glissent l’une contre l’autre, comme celles d’un couteau électrique à découper, et fendent la peau. Pendant qu’elle cherche un petit vaisseau sanguin pour l’entailler, son tube salivaire injecte un anticoagulant dans l’étroit tube aspirateur pour éviter qu’il ne se bouche. Les protéines de sa salive provoquent une réaction de notre système immunitaire –une enflure et une démangeaison. Tous les organismes pathogènes qu’elle transporte traversent ses glandes salivaires. A la suite d’un saut diabolique de l’évolution des espèces, les parasites responsables du paludisme qui se multiplient dans l’intestin de l’anophèle perturbent l’organe qui sécrète l’anticoagulant. Leur porteuse doit donc piquer d’autres victimes pour boire la même quantité de sang, et le plasmodium prospère.

Les premiers moustiques sont apparus il y a plus de 200 millions d’années. Ils buvaient probablement le nectar des nouvelles plantes qui fleurissaient ou le sang des dinosaures. (Dans le film Jurassic Park, on a extrait de l’ADN de dinosaure d’un moustique pris dans de l’ambre.) Ils ont dû être vraiment ravis lorsque nous sommes arrivés, environ 190 millions d’années plus tard, presque sans fourrure et avec une peau relativement tendre. Lucy et sa famille d’Afrique orientale ont très certainement souffert de fièvres provoquées par des germes que véhiculaient des moustiques.

images (8)Ensuite, comme maintenant, les moustiques se sont multipliés dans l’eau stagnante. Et bien trop vite: l’œuf de cet insecte buveur de sang peut donner un adulte en cinq jours seulement –et ces œufs sont très nombreux. Le moustique porteur du paludisme en pond plusieurs centaines, un par un; d’autres espèces en font des quantités à la fois. Le vivier qui leur sert de piscine n’est sans doute pas plus grand qu’un vieux gobelet en carton ou un couvercle de pot de confiture et il peut être très sale –de l’eau des égouts, par exemple. Une larve de moustique, longue d’environ huit millimètres, ressemble à un teckel aquatique à poils durs ou, si vous préférez, à un asticot velu. Sa tête et son corps sont suspendus à un tube respiratoire qui monte à la surface de l’eau. Au fur et à mesure que ce tuba aspire l’air, des cils filtrent l’eau à la recherche de protozoaires et de bactéries.

Les poissons sont nos amis

L’accouplement d’un moustique néo-zélandais correspond exactement à la définition de la rapacité. Une fois que les larves sont devenues des chrysalides en forme de virgule, les mâles adultes s’approchent et attendent que d’autres femelles éclosent. Dès que l’une d’elles apparaît, un mâle arrive et s’accouple avec elle avant que ses ailes ne soient assez sèches pour lui permettre de s’échapper. Il existe un autre rituel d’accouplement, plus courant et plus libre: les moustiques mâles se rassemblent et forment un nuage. Les femelles choisissent d’y entrer ou non. 

Nos alliés vivants dans la lutte contre les moustiques sont principalement les poissons qui mangent leurs larves. A ce titre, on peut remercier le piranha et la gambusie. Les larves de libellules dévorent les larves de moustiques et les libellules adultes se nourrissent de moustiques adultes. Pour leur part, les chauves-souris ont une réputation meilleure que ce qu’elles méritent. En réalité, les moustiques représentent moins de 1% de l’alimentation des chauves-souris. C’est aussi vrai de l’hirondelle noire, même si on l’apprécie.

Si les chauves-souris, les oiseaux et les insecticides pouvaient éliminer tous les moustiques, ce qui est impossible, les exterminer ne serait pourtant pas une bonne idée. Leurs innombrables larves nourrissent les petits poissons, mangés à leur tour par les gros poissons, qui constituent la principale source de protéines dans de nombreux pays en développement.

Naturellement, nous portons un regard anthropocentrique sur les moustiques. On s’en préoccupe parce que ce sont les plus mortels ennemis de l’homme. Il vaut peut-être la peine de penser à la vie en prenant le point de vue de cet insecte. La vie d’un moustique femelle, qui dure trois à six semaines, est loin d’être une partie de plaisir. Boire du sang n’est pas facile; plus elle met de temps à trouver un vaisseau sanguin, plus elle risque d’être écrasée. Et après tout, elle n’a pas choisi de véhiculer tous ces parasites mortels. Où les trouve-t-elle? Chez nous, tout simplement. 

Nous avons passé les cinquante dernières années à chercher un vaccin contre le paludisme, ce qui nous éviterait de le transmettre aux moustiques et de l’attraper à cause d’eux. Il peut être plus logique de les aider à résister à cette maladie. On a récemment achevé le séquençage du génome de deux des espèces les plus dangereuses de moustiques. Au lieu d’utiliser ces connaissances pour mieux les anéantir, pourquoi ne pas s’en servir pour renforcer leur système immunitaire? On se résignerait aux enflures et aux démangeaisons si on était sûr de ne pas avoir de fièvre ensuite.

Article de Constance Casey sur http://www.slate.fr/

Publié dans MOUSTIQUE | Pas de Commentaires »

les moustiques changent le cours de l’histoire

Posté par othoharmonie le 12 juillet 2014


 220px-Culex_pipiens_diagram_fr.svg

Ils ont beau être petits , ils sont beaucoup plus puissants que l’on ne pourrait le croire . Les moustiques ont modifiés le cours de l’Histoire de l’Homme et ce, depuis son commencement .

1,600,000 av. JC : Afrique —Nos ancêtres font leurs premiers pas. Les moustiques commencent déjà à les infecter avec la malaria

500 av. JC : Inde — Le prêtre Susruta déduit que les moustiques sont les responsables de la propagation de la malaria . Personne ne le croira durant 2 400 ans .

323 av. JC : Babylone —Alexandre le Grand est vaincu par un moustique, mourant de la malaria à l’âge de 33 ans. Son rêve d’unifié l’empire Grec s’éteint avec lui , et la propagation de la malaria contribuera d’ailleurs grandement à la fin de la civilisation grec .

 410 av. JC : Rome —Les Wisigoths mettent un terme à l’Empire Romain , déjà grandement affaibli par une énorme épidémie de malaria apporté par les moustiques . Peu après , Alaric , le chef des Wisigoths est également écarté du pouvoir par une piqûre de moustique et meurt , lui aussi , de la malaria .

1593 : Amérique —Les moustiques transmettent la maria ainsi que la fièvre jaune à leurs homologues du nouveau monde via le trafic d’esclaves , déclenchant ainsi des épidémies qui viendront à bout , à la fois des colonialistes et des aborigènes 

1658 : Angleterre —Mordu par un moustique ( certainement royaliste ) , Oliver Cromwell meurt de la malaria, ce qui facilitera grandement le retour de la monarchie au Royaume Unis.

1690 : Barbados — Les moustiques propagent la fièvre jaune et stop ainsi l’expédition Britannique en route pour attaquer la France au Canada . 

1802 : Nouvelle Orléans — Napoléon envoi des troupes pour renforcer les soldats déjà présent en Louisiane et pour mettre fin à une rébellion d’esclaves à Haiti. Des 33,000 soldats envoyés , 29,000 sont tués par la fièvre jaune ( et donc par les moustiques ) . La Louisiane devient une partie des USA ; Et Haiti devient indépendant .

1902 : Stockholm —Un chirurgien de l’armée britannique , Dr. Ronald Ross reçoit le prix Nobel de médecine pour avoir établi le lien entre les morsures de moustiques et la malaria ( avec juste 2 400 ans de retard … ).

1905 : Panama — Les moustiques réussissent presque à stopper la construction du canal du Panama car les ouvriers s’enfuient en craignant d’être contaminé par l’épidémie de fièvre jaune . 

1942 : Japon — Des troupes japonaises saisissent les îles qui fournissent la plupart de la quinine du monde, qui est alors la seule thérapie fiable connu pour guérir la malaria, espérant ainsi que les moustiques deviendront leurs alliés contre les forces Alliées. Presque un demi-million de troupes américaines à l’Est sont hospitalisées à cause de la malaria entre 1942 et 1945.

1965–1975 : Vietnam— Les moustiques infectent 53 Soldats sur 1000 chaque jour avec la malaria durant la guerre du Vietnam .

1995 : Genève—L’organisation mondiale de la Santé (OMS) déclare la fièvre dengue causé par les moustiques  “Epidémie mondiale” alors que les morts de la malaria ont augmentés de 2.5–3 million en 1 an .

 

source : http://www.moustiquesolutions.com/

Publié dans MOUSTIQUE | Pas de Commentaires »

LES INVASIONS DE SAUTERELLES

Posté par othoharmonie le 25 juin 2014

 

- Leurs essaims entraînent avec eux mort et destruction. -

10.14. – Les sauterelles montèrent sur le pays d’Égypte, et se posèrent dans toute l’étendue de l’Égypte; elles étaient en si grande quantité qu’il n’y avait jamais eu et qu’il n’y aura jamais rien de semblable.

10.15. – Elles couvrirent la surface de toute la terre, et la terre fut dans l’obscurité; elles dévorèrent toute l’herbe de la terre et tout le fruit des arbres, tout ce que la grêle avait laissé; et il ne resta aucune verdure aux arbres ni à l’herbe des champs, dans tout le pays d’Égypte.

La bible – Exode 10.14 – 15
Env. 3500 ans avant J.-C.

Two_eastern_Lubber_grasshopers_(Romalea_microptera),_mating

Cet extrait de l’Exode est probablement le plus ancien témoignage d’une invasion de locustes. La mémoire des hommes est marquée de nombreux désastres provoqués par les essaims de sauterelles. En 125 avant J.-C., 80 000 personnes périssent de la famine en Afrique du Nord suite à la destruction des récoltes de grain. Le fléau frappe l’Italie en 591, tuant plus d’un million d’homme et de bêtes. En 1613, en Camargue, les sauterelles n’ont besoin que d’une journée pour dévorer autant d’herbe que 4000 bœufs en un an. En 1784, un des plus grands essaims jamais observé ravage l’Afrique du Sud. Cet essaim couvrait près de 3000 km² et engloutissait 600 000 tonnes de nourriture chaque jour. Heureusement, un orage chassa l’ennemi au loin de la côte et l’essaim disparut en mer. Sur 90 km de long, la marée rejeta les cadavres des insectes sur la rive, un banc de plus d’un mètre d’épaisseur.

La vallée du Nil est frappée en 1889, une fois les récoltes détruites, même les souries mourraient de la faim. La Palestine est durement touchée en 1915, de Mars à Octobre, les légions de locustes sont tellement nombreuses que pratiquement toute la végétation est dévorée et les réserves de nourriture complètement détruites.

On estime à environ 100 millions de dollars par an les ravages que les sauterelles causèrent en Afrique entre 1949 et 1963. Quand l’Éthiopie est frappée en 1958, un million de personnes souffrent de la famine. De juillet à décembre 1962 c’est l’Inde et le Pakistan qui souffrent d’incessantes invasions. Les deux pays, bien qu’ennemi depuis la nuit des temps, décident d’unir leurs forces afin de lutter contre ces insectes en les vaporisant de pesticides grâce aux avions.

En 1986-87, l’Afrique fût frappée par une des pires invasions de son histoire alors que cinq variétés de locustes différentes ravageaient le continent au même moment.

L’Afrique n’est pas la seule région touchée, des invasions de locustes frappent même l’Amérique du Nord. À cette époque sévissait une espèce de sauterelle connue sous le nom de « Criquet des Montagnes Rocheuses » (Melanoplus spretus). Entre 1873 et 1877, elles font plus de 200 millions de dollars en dégât lorsqu’elles ravagent le Colorado et le Nebraska. Mystérieusement, l’espèce s’éteindra complètement, les derniers spécimens vivants ayant été vu pour la dernière fois dans le sud du Canada en 1902. Heureusement, car ces criquets étaient particulièrement voraces et se regroupaient en très grand nombre. En 1874, un essaim donc la taille est évaluée à 513,000 km² ravageait l’Ouest des États-Unis. Selon le livre des Record Guinness, il devait contenir au moins 12,5 trillions d’insectes avec un poids total de 27,5 millions de tonnes.

Avant le 20eme siècle, ces catastrophes étaient complètement imprévisibles. Les essaims semblaient se créer en quelques instants, venant de nulle part et s’évanouissaient aussi mystérieusement. Au environ de 1920, des scientifiques observèrent que partout où disparaissait les locustes, des sauterelles aptères, c’est-à-dire sans ailes, les remplaçaient. Après analyse, les experts conclurent que les deux espèces ne faisaient qu’une. Lorsque les pluies abondantes rendent leur environnement idéal pour la reproduction, les petites sauterelles se muent en grosses locustes ailée qui, affamées, vont par million au gré des vents.

lire la suite sur le site d’origine http://www.dark-stories.com/invasion_de_criquet_sauterelle_locuste.htm

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaires »

L’hippopotame ou le cheval du ciel

Posté par othoharmonie le 12 avril 2014

L’hippopotame symbolise la force brutale, la puissance terrifiante.

Hippopotame signifie : cheval du fleuve
L’hippopotame est un animal très particulier qui  ne ressemble à aucun autre.

Il est très gros, semble paisible, vit la plus grande partie de son temps dans l’eau, mais respire dans l’air ; il peut devenir très dangereux et court avec une rapidité étonnante.

images (16)

Il est énorme : peut peser plus de 3 tonnes, mesure plus de 4 m de longueur, ses canines peuvent atteindre plus de 60 cm.

Il a toutes les apparences d’un animal balourd, paisible avec son corps tout rond porté par quatre pattes courtes. En réalité il peut devenir agressif et très dangereux pour l’homme, capable de courir à 45Km/h pour foncer avec sa masse énorme. Un vrai «  bulldozer ! »

Il respire dans l’air et cependant il passe la majorité de sa vie dans l’eau des mares ou des fleuves, ne sortant que la nuit pour paître. Complètement immergé dans l’eau, il ne laisse dépasser que sa tête pour respirer. Généralement appuyé au fond de l’eau, il sait nager sur de grandes distances même dans la mer. 
Mammifère terrestre, il s’apparente aux cétacés qui vivent en mer. Tout en lui étonne. Alors qu’il est herbivore, il est capable d’ouvrir sa gueule à 150° comme s’il voulait engloutir une proie énorme. Un animal rempli de contrastes  L’hippopotame est un mammifère ongulé suidé artiodactyle (ayant un nombre pair de doigts)

On distingue l’hippopotame amphibie, très gros, qui vit près des rivières et des prairies (Afrique tropicale et subtropicale et l’hippopotame nain beaucoup plus petit qui vit dans les forêts d’Afrique de l’Ouest.

Origine : On trouve des fossiles datant du Miocène (vers 10 à 5 millions d’années) mais l’origine exacte de l’hippopotame n’est pas connue. On s’accorde maintenant pour dire qu’il se rapproche plus des cétacés (baleines) que des autres ongulés.

Forme : le qualificatif qui vient immédiatement à l’esprit est « rond ». Tout est rond en lui : son corps énorme comme un gros cylindre, sa tête énorme aussi qui se serait agrandie vers le haut au cours des millénaires pour permettre aux narines, aux yeux et aux oreilles d’émerger de l’eau lorsque l’hippopotame est en immersion, ses quatre pattes grosses et courtes.

Nourriture :  Chaque nuit, il sort de l’eau et broute l’herbe des prairies, jusqu’à 40 Kg ce qui n’est pas énorme pour un animal de cette taille mais il dépense peu d’énergie dans la journée qu’il passe dans l’eau. Ce n’est pas un ruminant.

Dentition : La gueule de l’hippopotame est énorme et elle peut s’ouvrir à 150°. Ses dents sont impressionnantes en particulier les canines qui peuvent atteindre plus de 60 cm. On se demande parfois si ces qualités ne seraient pas l’héritage d’un lointain ancêtre carnivore. Mais rien à ce jour ne vient confirmer une telle hypothèse.

La peau : elle est épaisse mais particulièrement sensible. L’hippopotame a peu de poils sauf près des lèvres, des oreilles et de la queue. Pas de glandes sudoripares qui permettraient la sueur et protègeraient la peau, seules quelques glandes cutanées qui sécrètent un liquide qui durcit à l’air.
C’est à cause de sa peau trop sensible à la chaleur et au soleil que l’hippopotame s’immerge dans l’eau pendant la journée et une partie de la nuit.

L’hippopotame est un animal social : il vit en groupe. Le groupe est formé d’un mâle (parfois plusieurs s’ils obéissent au mâle dominant), d’une vingtaine de femelles et de leurs petits. Ceux-ci pèsent environ 50 kg à la naissance. La mère protège son petit mais il est souvent victime de prédateurs comme le lion.
Les combats de mâles sont fréquents entre rivaux : gueule ouverte pour intimider, combat violent et souvent meurtrier à cause des dents énormes.
En période de sècheresse, les hippopotames se serrent sur les points d’eau et les combats sont fréquents.

L’hippopotame et l’homme

L’hippopotame nain vit dans les forêts et il est encore mal connu.

L’hippopotame amphibie n’hésite pas à charger l’homme et les accidents de ce genre sont nombreux.

L’hippopotame est en diminution principalement par suite de la réduction de son territoire occupé par l’homme, forêts défrichées …..

 

Publié dans HIPPOPOTAME | Pas de Commentaires »

Dieu à tête d’hippopotame

Posté par othoharmonie le 29 mars 2014

 

Taourèt (Taweret, Taurt, Thouéris, Thoeris, Toeris) dite « La Grande » est la déesse hippopotame protectrice des accouchements. Elle semble aussi confondue avec Apet, Ipet ou Opet.

téléchargement (8)Son apparition était censée effaroucher n’importe quel esprit malin qui aurait pu nuire à un enfant et à la femme en travail. 
Comme déesse protectrice de l’accouchement elle était souvent accompagnée du dieu nain  Bes, qui avait une fonction semblable.

Elle passe pour une compagne de Seth, de Sobek ou de Bes.

Elle était représentée avec une tête d’hippopotame, les pieds et les bras d’un lion, la queue d’un crocodile, des seins tombant et un ventre gonflé par une grossesse. Elle est coiffée d’un mortier éventuellement surmonté de cornes et du disque solaire. 
Elle était souvent dépeinte tenant l’amulette « Sa » symbolisant la protection ou l’ank représentant la Vie.

A noter qu’il existe une déesse particulière pour les accouchements, moment particulièrement périlleux et exaltant, en la personne de Meskhenet.

Adoré sous la forme femelle bienveillante de la déesse Thouéris (ou Opet) au corps d’hippopotame, à la tête de crocodile et aux pattes de lion, protectrice des naissances et incarnation de la fécondité aquatique. Craint sous la forme maléfique de Seth, dieu du désordre et du chaos, du Tonnerre et des Forces violentes, il est considéré par les pharaons comme un animal maudit, ennemi des dieux, qu’il faut exterminer. Les Egyptiens redoutent ce représentant du Nil capable d’affronter la toute puissance de Pharaon, depuis qu’un hippopotame tua Ménès, premier roi d’Egypte, bâtisseur de la ville de Memphis et instaurateur d’un culte voué au crocodile. Après sa mort, il sera représenté par un crocodile saisi dans sa gueule par un hippopotame. Selon certaines légendes, l’hippopotame aurait même participé au combat des dieux. Seth noie son frère Osiris dans les eaux du Nil en prenant la forme d’un hippopotame. Pour venger son père, Horus revêt également la forme d’un hippopotame et affronte son oncle dans les eaux du Nil. Sa mère, Isis, harponne Seth, mais lui laisse la vie sauve. Horus, fou de colère, surgit du Nil et arrache la tête de sa mère grâce à ses puissantes mâchoires. Abondants dans la vallée du Nil, les hippopotames ravagent les cultures et sont considérés comme des ennemis par les paysans, qui les chassent à l’aide d’un harpon. Cette chasse prend très tôt un caractère rituel. Symbole des forces mauvaises, identifié à Seth, l’hippopotame est mis à mort rituellement par le roi sur les représentations figurées des mastabas (tombes). Les mâles blancs, symbole de la toute puissance du mal, sont encore plus redoutés et sont, à Edfou, la ville d’Horus, exterminés par des harponneurs choisis par les pharaons.

Publié dans HIPPOPOTAME | Pas de Commentaires »

Le panda géant a capturé le cœur des gens dans le monde entier

Posté par othoharmonie le 21 décembre 2013

images (9). Il est devenu le symbole de la protection des espèces en voie de disparition. L’une des attractions favorites du zoo, le panda est extrêmement rare.

Il est difficile d’évaluer le nombre de pandas en vie. On estime qu’il y en a 800 qui vivent à l’état sauvage et environ 100 qui vivent en captivité, la plupart dans des zoos, dans des centres d’élevage et dans des réserves en Chine. Malgré toute l’attention accordée à son sort et les efforts internationaux pour sauver le panda, il risque fort de disparaître.

Autrefois, le panda errait dans les terres en contrebas des montagnes, du Myanmar au nord du Vietnam ainsi que dans l’est et le sud de la Chine. Mais l’agriculture, le développement et les coupes rases ont détruit les forêts de bambous qui leur servaient d’habitat naturel.

Plus de 50% de ces forêts ont été perdues durant les dix dernières années et elles ne sont pas facilement remplaçables. Les bambous ne fleurissent que tous les 80 à 100 ans, il leur faut 20 ans pour pousser suffisamment afin de pouvoir subvenir aux besoins d’une population de pandas.

Les choses se sont aggravées dans les années 1980. La plupart des forêts de bambous de Chine ont péris soudainement de façon inexplicable et plus de 150 pandas sont morts affamés.

La perte de leur habitat associée à l’avance des habitations humaines ont forcé les pandas à se retirer plus haut dans les montagnes où ils sont isolés et incapables de voyager vers les bosquets de bambous qui peuvent encore les faire vivre.

Les scientifiques ne savent pas si les taches noires et blanches des pandas sont un camouflage adapté à leur habitat montagnard ou si cela permet aux animaux solitaires de se reconnaitre. Malheureusement leur belle fourrure fait d’eux une proie facile pour les braconniers. Bien qu’ils soient protégés dans les réserves, les pandas sont parfois tués par des pièges illégaux qui sont destinés aux antilopes et aux cerfs.

Les zoos et les centres d’élevage étudient les habitudes de cet animal solitaire, espérant en encourager l’élevage, mais ce n’est pas du tout facile. Les pandas à l’état sauvage ont  un taux de reproduction très faible et un taux de mortalité infantile très élevé. Selon les chercheurs, ils ne connaissent cependant pas les problèmes de ceux en captivité. A l’état sauvage, tous les adultes males et femelles participent à la reproduction. En captivité, ils sont seulement 28%.
 
Des zones isolées d’habitation pour les pandas ne marcheront pas. Leurs défenseurs disent qu’il est nécessaire de renforcer les réserves de panda actuelles et d’établir des corridors entre elles. La Chine fait de nombreux efforts pour assurer la pérennité de l’espèce. Depuis 1963, le gouvernement a proclamé 13 réserves protégées où les bambous prospèrent, dans six chaines montagneuses isolées dans le Sichuan, Shaanxi,  et dans les provinces Gansuin de la Chine occidentale.

Cependant le problème de la perte d’habitat pour les pandas est un défi pour la Chine à cause de la demande de terre et de ressources par une population de plus d’un milliard de personnes. « Le seul espoir pour la vie des pandas, c’est l’harmonie entre les besoins des hommes et les besoins des pandas. » dit Elizabeth Kemf du Fonds Mondial pour la Nature (WWF). « Les pandas géants ont besoin de vastes étendues de forêts montagneuses tempérées avec beaucoup de bambous; les gens qui vivent à proximité ont besoin de sources de revenus sures et de meilleurs moyens de subsistance; la Chine a besoin de l’aide des peuples du monde pour protéger son « trésor national » pour toute l’humanité ».

Dans le cadre de l’effort mondial pour protéger la planète et les animaux qui l’habitent, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) gère l’un des plus grands accords au monde, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Ce traité international entre les gouvernements a pour but de s’assurer que le commerce international des animaux sauvages et des plantes ne menace pas leur survie.

L’une des décisions majeures du CITES concerne le prêt des pandas géants aux zoos. Les larges sommes d’argent payées -allant jusqu’à un million de dollars ou plus l’année- sont une incitation à retirer les pandas de leur habitat naturel. Désormais, ils ne peuvent être exportés que si cela aide à protéger l’espèce. Des lieux d’élevage adaptés doivent être mis en place, et tous les bénéfices doivent servir à la protection des pandas géants. La Chine applique des lois strictes contre le braconnage des pandas. Les contrevenants peuvent encourir une peine de prison à vie pour avoir vendu des fourrures au marché noir.

Aujourd’hui, 160 gouvernements sont tenus à la Convention CITES, qui offre une protection à plus de 35 000 espèces d’animaux et de plantes. Pas une seule espèce n’a disparu depuis le début de la CITES en 1975.

                     Animal Planet collabore avec les Nations Unies pour promouvoir une prise de conscience dans le monde à propos de la biodiversité et de l’importance de protéger les espèces en voie de disparition et leur habitat.

Publié dans PANDA | Pas de Commentaires »

Histoire des trappeurs

Posté par othoharmonie le 7 décembre 2013

 

 

Les premiers comptoirs et postes de traite organisés datent du début du xviie siècle au Québec. Ils étaient français, puis hollandais sur le bassin de l’Hudson dans l’État de New York et à partir de 1614 à Manhattan. Les marchands achetaient les peaux aux trappeurs blancs, mais aussi en échangeaient à des indiens contre des outils, armes, alcool et objets divers. En 300 ans, plusieurs centaines de postes de traite ont récolté des dizaines de millions de peaux, jusque dans les zones les plus reculées et giboyeuses. Pour les seules années 1820-1860, on estime que 2000 à 3000 trappeurs chassaient dans les Rocheuses.

Histoire des trappeurs dans CASTOR 220px-David_CrockettCette activité a été immortalisée par de nombreux romans d’aventure relatant la vie de personnages de fiction ou ayant existé, tels que Davy Crockett, mais le métier est de moins en moins pratiqué. Face au recul de certaines espèces (disparition dans certaines zones) et face à la demande sociale, à la fin du xxe siècle, la réglementation de la trappe a été renforcée, nécessitant au Canada deux jours de cours et le certificat de trappeur, puis un apprentissage avec un trappeur professionnel avant d’avoir le droit à une « ligne de trappe »( concession de terres publiques et/située en zone de Parc donnant droit à un trappeur de piéger et vendre les fourrures issues des animaux dépecés). Le piégeage sur terrain privé nécessite un permis de chasse, de respecter la loi et les dates de chasse et le type de pièges (le permis de chasse ne donne pas le droit de trapper).

 

Aujourd’hui, Il faut un permis de piégeage mais au préalable, il faut avoir réussi son cours de piégeur et ainsi avoir le fameux P sur son certificat de chasseur. Le piégeage est réglementé et les animaux à fourrure sont notamment: Le castor, la martre, le raton laveur, l’ours, l’hermine, le coyote, le loup, le renard, le pékan, le rat musqué, le lynx, la loutre,l’écureuil…sans oublier la moufette et le vison.

Le colletage est toujours pratiqué au Québec comme activité de chasse. Elle vise notamment le lièvre via la pose de collet en laiton. La fourrure n’est généralement pas récoltée, elle est pratiquée pour la viande de ce petit mammifère. Pour pratiquer la trappe, il faut posséder un permis de chasse pour le petit gibier. 2 Le lièvre n’est pas considéré comme un animal à fourrure, donc pas besoin de permis de piégeur mais il faut avoir un permis de colletage

 

Un trappeur est un chasseur professionnel de l’Amérique du Nord pratiquant le piégeage (« trappe » ou « trappage »), non pour la viande (hors ses besoins propres), mais pour vendre des fourrures non abîmées par les coups de feu ou pointes de flèche. Un trappeur a une vocation bien différente de celle que jadis avaient les coureurs des bois ou les voyageurs, ceux-ci étant employés à faire la traite des fourrures plutôt qu’au piégeage.

 

220px-Charles_Deas_The_Trapper_and_his_FamilyCe mot pourrait venir de l’anglais trapper (1768) francisé, mais il a la même origine que le mot trappe dans son sens « piège ». En moyen français, trapper (1530) ou traper, signifiait « prendre un animal, ou quelqu’un, par ruse » et trappa signifiait piège en ancien français. Au Québec, le mot « trappeur » est encore très utilisé, même si le métier tend à disparaître.

Au mois de novembre, quand les animaux à fourrure prennent leur plus beau poil, les trappeurs tendaient leurs pièges, équipés de traîneaux et de raquettes pour se déplacer dans la neige. En fin d’hiver, en mars/avril, ils allaient vendre ou échanger les produits de leur saison de trappe dans les comptoirs et postes commerciaux. Les trappeurs ont ainsi fait disparaître le castor de plusieurs régions d’Amérique du Nord. Puis ils ont eu à faire face à la concurrence des élevages de renards, rats musqués, et mustélidés en Amérique du Nord, mais aussi en Europe. Les peaux étaient vendues selon le cours du moment et selon leur qualité. Vers 1920, les peaux d’une saison de trappe pouvaient encore rapporter jusqu’à 500 dollars, bien que la moyenne soit plutôt de 200 dollars.

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaires »

Les animaux et le paranormal

Posté par othoharmonie le 6 novembre 2013


Les animaux et le paranormal dans XXX - ARTICLES DE PRESSE images-11Bien que nous soyons en haut de la hiérarchie animale, nous gardons en héritage de la lointaine période où nous marchions à quatre pattes des tré­sors que nous n’exploitons pas ou plus. Les phéno­mènes paranormaux sont-ils des réminiscences de ces temps où l’homme était à la fois prédateur et gibier ? Avoir la prémonition d’un danger imminent,  sentir  qu’un membre du groupe est en danger, bref toute une série de capacités qui garantissaient une survie dans un milieu hostile.

De nos jours, ces capacités primitives ne sont plus utiles (quoique, dans certaines grandes villes…) Elles se sont atrophiées et ne surgissent que dans de rares cas et chez quelques personnes. En revanche, les animaux que nous côtoyons, les chats, les chiens et autres ont sans doute gardé ces capacités actives.

Leur observation est d’autant plus facile que la France se classe au second rang des pays européens concernant le nombre de foyers ayant un animal de compagnie. En effet selon les chiffres datant de 2006, 52 % de foyers français ont un ou plusieurs animaux de compagnie.

Nous sommes juste derrière le Danemark et les Pays-Bas et juste devant la Grande-Bretagne, l’Italie ou encore l’Irlande. Notre pays compte pas moins de 68 millions de chats, chiens, oiseaux, rongeurs ou animaux exotiques en tout genre. Les stars incontes­tables des familles françaises sont depuis longtemps les chiens et chats, ceux-ci représentent près de 46 % des animaux domestiques. On compte en France aujourd’hui 1,5 chat par foyer contre 1,3 chien par foyer. Enfin, les analystes estiment à 40 milliards d’euros, en 2003, la valeur du marché mondial des animaux de compagnie. Dans le domaine social, l’animal de compagnie est un objet d’attachement dont la présence est rassurante. Il participe à rompre la solitude et l’isolement. C’est une aide précieuse pour certaines catégories de la population, comme les personnes âgées et les enfants.

Les témoignages ne manquent pas lorsqu’il s’agit de nos amis animaux. Il n’est pas un vétérinaire ou propriétaire qui n’ait une anecdote mettant en lumière certaines capacités étonnantes de nos compagnons.

Certains chiens ou chats retrouvent leurs maîtres après avoir parcouru des distances incroyables et traversé des lieux qu’ils n’avaient jamais vus aupa­ravant. D’autres «sentent» l’imminence du retour de leur maître ou maîtresse une dizaine de minutes avant qu’ils ne franchissent le seuil de la maison alors que rien ne laisse présager ce retour.

Parmi eux, il existe des surdoués comme N’Kisi, ce perroquet gris du Gabon, qui fait les mêmes rêves que sa maîtresse ou qui perçoit les images qu’elle voit.

Vous découvrirez dans cet ouvrage que les pous­sins peuvent développer des talents de télékinésies (déplacer un objet avec la force de son esprit) tout à fait incroyables. Le Dr René Péoch en a fait la démonstration scientifique. Vous découvrirez éga­lement plusieurs témoignages mettant en avant ce lien étroit entre l’homme et son animal, un lien qui a été le support, le vecteur de transmission de mes­sages d’esprit à esprit.

Cela étant, il ne faut pas confondre certaines capacités qu’ont les animaux à prévoir des dangers comme un tsunami ou un tremblement de terre avec des capacités paranormales.

Des exemples de ce type abondent. Citons ces animaux d’un zoo qui, un soir, ce sont tous mis à dormir en dehors de leurs abris bâtis qui, quel­ques heures plus tard, étaient détruits par un trem­blement de terre. Nous pouvons aussi revenir sur ce terrible tsunami qui a ravagé récemment les côtes d’Asie du Sud-Est. Habituellement poissonneuse, les pêcheurs furent surpris de constater, dans cette zone côtière, quelques heures avant le drame, que tous les poissons avaient déserté. À terre, les récits faisant état des animaux qui fuirent sur les hauteurs furent également nombreux. Par exemple, les élé­phants du parc touristique de l’île de Phuket, se sont libérés de leurs chaînes pour aller se réfugier dans la forêt peu de temps avant l’arrivée de la vague. Il n’y a rien de paranormal à cela, les animaux ont encore activé en eux cette capacité à sentir le danger arriver. Des microsecousses ont pu en alerter une partie, une variation subite de la pression atmosphé­rique en alerter une autre et enfin un changement inhabituel de courant sous-marin ou la perception de signes sismiques ont prévenu toute la gente aqua­tique.

Tous les êtres vivants ont capté les signaux d’alerte, tous sauf les humains. Pourtant, nous som­mes, nous aussi, des animaux (le plus évolué disent même certains) et nous n’avons rien senti venir alors que cette capacité est en nous mais reste totalement atrophiée et inexploitée. Nous sommes des mammi­fères et contrairement aux chiens ou aux chats nous ne faisons plus appel à ces facultés particulières. Nos sociétés sont plus sûres que la jungle arpentée par notre lointain grand-père l’homme de Néandertal et du coup, nos sens liés à l’instinct de survie sont moins sollicités et s’atrophient peu à peu. Ce constat nous mène à poser la question suivante : étudier les capacités paranormales des animaux, n’est-ce pas étudier nos capacités paranormales? N’est-ce pas étudier cette partie animale qui est en chacun de nous ? N’est-ce pas étudier cette partie commune à tous les êtres vivants, cet héritage originel qui, une fois redécouvert, nous donnera, peut-être, accès au paradis perdu.

 Voir le livre ici

Publié dans XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

Baleines et bataille de l’Antarctique

Posté par othoharmonie le 23 octobre 2013

Baleines et bataille de l'Antarctique dans BALEINE sea-shepherd-drone-baleines-japon-466262-jpg_315886

Les drones volants du capitaine Watson ont déjà repéré les baleiniers japonais au large de l’Australie, en route pour l’océan Austral. Cet hiver (l’été pour l’hémisphère austral), la confrontation entre l’organisation Sea Shepherd et la flotte japonaise s’annonce féroce. Dans les deux camps, on s’est équipé des matériels les plus sophistiqués pour écraser l’ennemi. Pas de quartier !

Les Japonais, qui persistent à nous faire prendre des vessies pour des lanternes en prétendant se livrer à une chasse scientifique des baleines, sont décidés, coûte que coûte, à se venger de l’affront de l’an dernier quand ils durent rentrer au port avec à peine le cinquième du butin prévu. Comme cette chasse est très largement déficitaire, ils ont commencé par détourner 23 millions de dollars de l’aide destinée aux victimes du tsunami pour armer leur flotte. Puis les gardes-côtes japonais ont annoncé qu’ils enverraient des navires escorter leurs pêcheurs. Tandis que ces derniers ont reçu la consigne ferme de revenir avec leurs neuf cents carcasses de baleine. L’honneur du Japon en dépend ! Gonflés à bloc, les marins ont donc appareillé le 6 décembre de Shimonoseki pour rejoindre leur lieu de chasse.

Malheureusement pour eux, le capitaine Paul Watson les attendait en embuscade avec ses trois navires habituels – le Steve Irwin, leBob Barker et l’ultra-rapide Brigitte Bardot -, un hélicoptère et deux drones volants capables de parcourir plusieurs centaines de kilomètres pour repérer l’ennemi et prendre des photos. De petits bijoux technologiques qui lui ont été offerts par des entreprises américaines qui soutiennent son combat. 

« Ils nous donnent un avantage que nous n’avions jamais eu auparavant », déclare Watson. C’est ainsi que le 24 décembre, la veille de Noël, ces drones interceptent, le Nisshin Maru, le navire-usine de la flotte, accompagné par trois baleinières, en route pour l’Antarctique. Les gardes-côtes japonais ne l’avaient pas encore rejoint. Sans doute ne s’attendaient-ils pas à cette attaque portée à 1 800 kilomètres du sanctuaire des baleines, où la chasse se déroule. Mais aussi, les Japonais n’avaient pas prévu que les écologistes de Sea Shepherd bénéficient d’un important réseau d’indics chez les pêcheurs du monde entier.

Les Japonais ont immédiatement adopté leur stratégie habituelle quand ils sont surpris par l’ennemi : former un barrage avec les baleinières pour permettre au Nisshin Maru d’échapper aux navires poursuivants. Mais cette fois-ci, la tactique est tombée à l’eau, car les drones ont aussitôt pris l’air pour se coller dans le sillage du navire-usine avec la détermination d’un poisson-pilote accroché aux flancs d’un requin.

Jamais au cours des saisons passées, la bagarre n’avait commencé aussi tôt. En restant à proximité du navire-usine, Paul Watson a l’intention d’empêcher tout chargement de carcasses de baleine à son bord. Il faut toutefois tenir en plein milieu de l’océan Austral, souvent secoué par d’énormes tempêtes, et si loin de tout ravitaillement. Le capitaine sait pouvoir compter sur ses trois navires pour se relayer. Mais cette année, fait nouveau, il devra affronter les gardes-côtes japonais et des chasseurs de baleines qui savent qu’un nouvel échec ne leur serait pas pardonné par la mère patrie. La partie ne sera pas facile. D’autant que cette année les Australiens, qui condamnent la campagne japonaise, ont fait savoir qu’ils n’enverraient pas de navire pour faire la police entre les deux camps.

Les années précédentes, les combats de l’Antarctique n’avaient pas fait de victime. Faut-il craindre le pire, en 2012 ? De son côté, le capitaine Watson répète que son combat reste « extrêmement non violent ». Ses bateaux s’interposent entre les baleiniers et les cétacés, ses hommes envoient des gaz puants ou glissants sur les ponts ennemis, mais jamais la moindre action pouvant mettre en danger la vie d’autrui n’est entreprise.

Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, a participé par le passé à plusieurs campagnes antarctiques. « Cette année, on craint une escalade sans précédent de la violence à notre encontre. Le Japon, pays extrêmement fier, a très mal pris sa défaite de l’an passé alors que Sea Shepherd avait forcé sa flotte baleinière à quitter le sanctuaire avec seulement 16 % de son quota de baleines tuées. Cette année, le gouvernement japonais n’a pas hésité à allouer 23 millions de dollars sur les fonds récoltés pour la reconstruction du pays après le tsunami afin de permettre à la flotte baleinière de contrer les actions de Sea Shepherd en Antarctique. Ce détournement de fonds est un scandale pour les victimes du tsunami, pour les baleines et pour tous ceux qui ont envoyé des dons au Japon. »

La bataille va donc faire rage. Autrefois, Greenpeace participait à la bataille de l’Antarctique, mais aujourd’hui, le capitaine Watson et ses 88 hommes (et femmes) sont les derniers à vouloir faire respecter la loi au milieu des flots rugissants. Tiendront-ils face aux Japonais ? On vous tiendra au courant.

SOURCE : Le Point.fr – article de 

Publié dans BALEINE | Pas de Commentaires »

Bientôt un « bar à chats » à Paris, les défenseurs des animaux s’inquiètent

Posté par othoharmonie le 19 septembre 2013

Bientôt un

Siroter un thé, un café, ou déguster une tarte en caressant un chat : une Parisienne veut ouvrir un salon de thé peuplé de chats, à Paris, « pour le bien être des clients », à l’image des Neko cafés japonais, un projet qui inquiète les défenseurs des bêtes.

Margaux Gandelon, amoureuse des chats qui revendique les bienfaits du ronron sur la santé humaine, veut ouvrir son « bar à chats » en septembre 2013.

Les professionnels animaliers s’accordent à dire que le stress, l’insomnie ou l’anxiété peuvent aussi se soigner ponctuellement sans médicament grâce au ronronnement du chat.

Jean-Yves Gauchet, vétérinaire à Toulouse, qui revendique la paternité en France de la « ronron thérapie », assurait récemment à l’AFP que le ronronnement « apaise » et agit comme « un médicament sans effet secondaire ».

« Le chat est un éternel bébé qui aime se faire cajoler et ne demande qu’à jouer et dans certains cas il comble un manque affectif pour ceux qui n’ont pas d’enfant », ajoutait-il.

« J’ai toutes les autorisations et grâce à mes associés et au crowdfunding, un site de participation financière collective sur le web, j’ai réuni les 40.000 euros nécessaires », explique la jeune femme de 26 ans qui veut loger ses chats dans le Marais.

« Ce sera un e ndroit zen et convivial. Les clients pourront caresser les animaux en buvant un thé ou un café ou bien en dégustant une tarte », dit-elle.

Claire Bentolila, comportementaliste animalier, trouve « cette idée géniale ».

« Le chat est un anti-stress, il fait baisser la tension artérielle et nous ramène à l’instant présent », estime-t-elle. « Si on respecte sa nature indépendante et qu’il peut partir quand il en a envie, tout devrait bien se passer ».

Des matous de la SPA

Margaux Gandelon , en quête d’un local, dit qu’elle réservera une salle de repos à ses « greffiers » (chats en vieil argot).

Une fois dans ses locaux, elle compte adopter une dizaine de matous, « des laissés-pour-compte à la SPA pour leur donner une seconde chance ».

Mais aujourd’hui, la SPA dit « avoir donné uniquement son soutien moral dans l’attente de l’ouverture du café ».

« On est neutre. On attend de voir si le café ouvre. Alors, on ira voir si les chats seront bien installés avant de céder les bêtes de nos refuges », commente Oriane Vatin, porte-parole de la SPA.

La porteuse du projet martèle que « les chats seront avant tout chez eux et qu’elle respectera leur indépendance ».

« Ils viendront se faire caresser uniquement s’ils en ont envie. Pas question comme au Japon de réserver un chat une heure pour le cajoler ! »

Plus réservé, Christophe Marie, de la Fondation Bardot, « n’apprécie guère que l’animal soit relégué au rang de d’objet ».

« Ce qui me gêne dans la démarche c’est que l’animal soit relégué au rang de peluche. Les chats n’ont pas forcément envie d’être tripotés par les clients d’un bar », estime-t-il. « La Fondation Brigitte Bardot ne souhaite pas voir ce genre d’initiative se multiplier. »

Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 millions d’amis, s’interroge aussi sur le bien-être animal : « qui s’occupera des chats et dans quelles conditions en dehors des heures d’ouverture de l’établissement ? »

Il reste deux mois à la jeune femme amoureuse des chats pour apporter des réponses et rassurer les défenseurs des bêtes.

Publié dans XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

Le Complexe du Hérisson

Posté par othoharmonie le 21 août 2013


Le Complexe du Hérisson dans HERISSON images-1Personnalité intérieure : Shinji Ikari est un personnage de Neon Genesis Evangelion et du film The End Of Evangelion.

Malgré son jeune âge, beaucoup admire son sens de maturité et son aptitude à pouvoir agir, réfléchir et faire face à des situations ou des choix complexes. Cette maturité acquise et perçu alors que lui même se définit comme un « enfant » ou l’esprit d’un jeune garçon souffre de cette maturité. Ses amis, sa famille et son entourage le voit et l’oblige à agir en tant qu’adulte. Ceci perturbera grandement son état d’esprit.

À l’heure où beaucoup d’autres jeunes de son âge pensent à s’amuser, vivre la vie sans se soucier d’eux-mêmes ou du futur, Shinji, s’éloigne de ce type de comportement sans valeurs ni force d’esprit. Il considère immature et sans intérêt ces genres de comportements. Il ne cherche pas a s’attacher aux gens. Il n’aura pas ou peu d’amis « intime ». Les amis proches qu’il définit lui même comme une « amitié durable ». La seule personne auquel il trouvera un intérêt et par la suite très rapidement de l’amour est Rei Ayanami.

Shinji depuis sa plus jeune enfance a toujours éprouvé un profond amour et affection pour son père. On comprend dans les O.A.V un flashback montrant qu’il était avant cette profonde blessure avec son père, un garçon heureux, joyeux, plein de vie et d’amour pour les autres. Son père le rejettera sans raison, malgré le fait que Shinji soit son fils. L’indifférence et le rejet de son père auquel il tenait profondément, le blessera définitivement. Malgré le temps qui passe et le pousse à se relever petit à petit, il gardera constamment cette blessure.

Shinji ne croit plus en l’amour, ni aux sentiments et à l’affection depuis le rejet de son père. Il va alors plonger pendant toute son enfance dans la tristesse, les larmes et le désespoir…On comprend que la personne qui comptait le plus l’aura « tué » de l’intérieur… Il va fuir le monde qui l’entoure. La fuite et le silence seront ce que le définira par peur d’être blessé encore. On parlera alors du complexe du hérisson:

Shinji Ikari souffre du complexe du hérisson. Il a préféré garder une certaine distance avec ses proches par peur de trop souffrir de ces relations. Il souffre également d’un autre complexe : le complexe d’Oedipe. Shinji déteste son père, car il pense que celui-ci veut à tout prix le séparer de sa mère.

Note : Shinji Ikari est prénommé ainsi à cause du cofondateur du Studio Gainax Shinji Higuchi

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaires »

Le rituel du corbeau

Posté par othoharmonie le 7 août 2013

Le rituel du corbeau dans CORBEAU australianravenIl est possible en sorcellerie de faire alliance avec les animaux. Pas tous les animaux, mais ils sont nombreux à communiquer avec nous, vivant en Europe la plupart du temps. Ici nous n’avons que faire d’une alliance avec les lions par exemple.
Une alliance avec le corbeau peut se révéler lors d’une cérémonie diurne, un choix de poids. Cette alliance de passe avec l’Esprit Groupe de l’animal de votre choix. Le corbeau est mal aimé et méconnu mais les sorcières qui vivent en symbiose avec la nature n’ont pas de préjugés contre telle espèce ou telle autre. 

Ce rituel peut être pratiqué seul ou en convent. Il faut préparer un parchemin sur lequel sera écrit ceci :

Moi (X), en ce jour de l’an (xxxx) du mois de (xxxx), devant notre Déesse mère et notre Dieu Cornu si le rituel est pratiqué seul, (en groupe cité également les participants) je fais alliance avec le Chef Corbeau et tous les représentants de son peuple. Je leur promets aide, assistance en toutes circonstances. Je promets de ne jamais commettre le moindre acte néfaste contre le peuple corbeau. Je promets chaque fois que cela me sera possible d’intervenir auprès de toute personne ou animal qui attentera à la sécurité ou à la vie de ce peuple ami.

En échange, le Chef Corbeau Esprit Groupe de son peuple doit faire savoir et connaître le présent pacte afin qu’en toutes circonstances le peuple corbeau me prête aide et assistance, me prévienne de tous dangers, se charge de toute mission destinée à me préserver moi et ceux que j’aurai désignés.

Il faut signer le parchemin (et le faire signer par les témoins pour le rituel en coven), le rouler et l’entourer d’un ruban rouge noué.

Présenter le pacte de la main gauche levée à l’assistance (ou symboliquement aux Dieux) et dire :

Dieux des vents, Force du soleil, puissance de la Lune. Portez sur toute la planète le teneur de ce pacte qui sera valable tant que ma vie terrestre durera.

Baisser la main gauche et imiter l’animal avec qui le pacte est passé (l’assistance fait la même chose). Au bout de quelques minutes lever la main droite pour signaler la fin du rituel.

Il faut veiller à entretenir l’alliance par de la nourriture en hiver par exemple.

Sachez que les corbeaux forment une société intelligente et organisée, avec son conseil des sages, ses veilleurs, ses guerriers et ses ouvriers. Bien sur tout cela n’est pas apparent à l’homme qui marche en regardant ses pieds. Mais il faut parfois lever les yeux vers le ciel… la connaissance est partout…

 De Jacques Rubinstein « Le Grand Livre de la Wicca et de la Sorcellerie Bénéfique

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaires »

L’huile de l’émeu

Posté par othoharmonie le 13 juin 2013

REJOINDRE LE FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

L’huile de l’émeu dans AUTRUCHE - EMEU emeu2Voici pourquoi notamment utiliser l’huile d’émeu dans mon baume magic Manuka.

Si de prime à bord le fait que cet huile ne soit pas issue d’un végétal refroidit certaines, je pense qu’après cette lecture, vous devriez changer d’avis. L’essayer, c’est l’adopter.

  • L’émeu, cousin de l’autruche, est le deuxième plus gros oiseau au monde. Il existe depuis des millions d’années. Vénéré depuis longtemps par les aborigènes, ces derniers ont utilisé son huile pour soulager divers maux, hydrater et protéger la peau, traiter les brûlures, les douleurs musculaires, arthritiques et articulaires. On sait aujourd’hui que c’est grâce à sa couche de gras sous-cutanée que l’émeu a pu résister à des climats inhospitaliers, et ce, à travers les âges.
  • L’huile d’émeu est optimal: c’est un bourrelet de graisse situé sur le dos de ce large oiseau Australien, le émeu. Le nom Scientific pur émeu; comprend le terme « Dromaiuus », ou Dromadaire. L’émeu se nourrit durant trois saisons qui sont l’été, l’automne et le printemps. Il accumule une réserve de graisse environ 5 à 10 Kg (bourrelet). Ce bourrelet de graisse lui donne ça substance pour l’hiver.

Durant l’hiver la femelle peut pondre de 20 à 50 oeufs vert foncés, d’un poids entre 500-600 gr chacun. Elle se nourrit très peu en cette saison. Le mâle couvera continuellement pour 50 jours une couvée entre 8 et 12 oeufs, durant cette période le mâle ne se nourrit pas, boit ou défèque. Par conséquence, les émeus nécessites ce bourrelet de graisse pur leur survie. Le kiwi Néo-Zélandais est le seul autre oiseau qui pond des oeufs en hiver.

L’ému est une très ancienne espèce d’oiseau, remontant 70 à 80 millions d’année aux temps des dinosaures. Les dinosaures, souvent pondait des oeufs vert, de petit membre supérieur, des jambes fortes et larges, des plumes et avaient le sang chaud. Les qualités spécial de l graisse et de l’huile d’ému sont probablement la raison principale pour la survie de l’espèce. Les émeu sont fermés dans tout les continents sauf l’Antarctique.

La plus ancienne civilisation au monde (les Aborigènes Australien) datant 50 milles années ou plus, se servent de la graisse d’ému comme un traitement naturel depuis un temps immémoriales, pour traitement de la peau; douleur musculaire.

  • L’Australie est le premier pays a documenter les recherches et bénéfices de l’huile d’émeu. En Australie l’huile d’émeu est considéré comme un traitement naturel contre les douleurs anti-inflammatoires, la régénération de la peau et les douleurs musculaire.

Drs. Whitehouse et Snowden, 2 Australiens ont publié un article scientific, en 1997, dans le magazine « inflamo-pharmacologi » démontrant que l’ibuprofene oral et l’huile d’émeu avais des similaires bénéfice pour les problèmes anti-inflammatoires.

  • En 1996, Dr. A. Zemstov un dermatologiste a publié le premier éditorial en littérature médical concernant l’huile d’émeu.
  • Il démontré que l’huile d’émeu est non-comédogénique; ce qui signifie qu’elle ne bouche pas les pores de la peau ou cause des boutons. En addition tout les membres de recherche ont préférés l’huile d’émeu, à huile minéral.

Une autre recherche par Dr. Holic (de Boston) publié en 1997, dans « Drug and Cosmetic Industry, » démontre que l’huile d’émeu grandit l’épaisseur de la peau par 30% comparé a le contrôle. Les signes que la peau vieillie comme les rides et les plissures, peuvent-être ralenties et même renversés grâce a l’huile d’émeu.

  • Un autre article en décembre 1998, par Dr. M. Politis, sur la guérison des plaies comparant l’huile d’émeu aux polysporine, hydrocortisone et furasine.
  • L’huile d’émeu été trouvé de fonctionné mieux ou aussi bien que le polysporin mais beaucoup mieux que l’hydrocortizone ou le furasine. L’éditorial apparait dans « Journal of Plastic and Reconstructive Surgery. »

Les quatre éditorials peuvent être trouvés dans « Peer-Reviewed Literature ». Ils aident a confirmer un grand nombre d’histoire et d’attestation sur l’huile d’émeu. En addition sept nouveaux brevets ont été acceptés aux État-Unis concernant l’huile d’émeu dans les dernier cinq ans.

  • Les vertus de l’huile d’émeu

En usage externe (application sur la peau) L’huile d’émeu est un lipide dont la constitution en acides gras essentiels est très compatible avec celle du corps humain, ce qui lui confère sa force ultra-pénétrante, et en fait un protecteur naturel de la peau. Les acides gras essentiels re-balancent le métabolisme de la peau, tout en favorisant sa régénération cellulaire ainsi que son humidification. Ses vertus sont multiples

  1. Anti-déshydratant
  2. Ultra-pénétrant
  3. Favorise la régénération des cellules saines
  4. Protecteur naturel
  5. Apaisant
  6. Agit comme transporteur transdermique
  7. L’huile d’émeu en application sur la peau se lie intimement au tissu cutané en libérant des acides gras essentiels, indispensables à sa nutrition.
  8. Restaure le film hydrolipidique (eau, huile, énergie) de l’épiderme. Ainsi une peau bien hydratée résiste plus facilement aux agressions extérieures
  9. Soulage les démangeaisons
  10. On dit souvent qu’elle est aussi puissante que l’ibuprofène et les corticoides !!!
  • C’est donc un actif hors du commun 
  • Il convient de spécifier que l’huile d’émeu est une huile sèche. En application sur la peau, elle ne laisse aucun résidu huileux.
  • Elle convient a tous les types de peau, hommes, femmes, et enfants.
  • Elle réduit visiblement l’apparence des rides.
  1. Applications recommandées
  2. Peau
  3. Cheveux et ongles
  4. Mains et pieds

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaires »

Shou – plume d’autruche

Posté par othoharmonie le 7 juin 2013

REJOINDRE LE FORUM http://devantsoi.forumgratuit.org/

Shou – plume d'autruche dans AUTRUCHE - EMEU shou-139x300 

Shou (ou Chou) est un dieu de la mythologie égyptienne qui fait partie de la grande Ennéade d’Héliopolis.

Le nom du dieu peut être traduit de diverses manières. Il semble dériver d’une racine, shouy, signifiant soit « le vide », soit « se lever », « soulever ». Le même terme est attesté dans le langage courant, depuis le Moyen Empire, avec le sens « lumière ». Shou peut donc se traduire comme « air lumineux », « vibration radieuse et vivifiante », le terme shout-Rê correspondant, grosso modo, à « plume de lumière ». Enfin, on a vu que le nom contient également l’idée de « lever », « soulever », ce qui correspond également à une des fonctions de Shou: il est « Celui qui se lève », mais aussi « Celui qui soulève », sous-entendu Nout, le ciel.

Personnification de l’air, Shou est presque toujours représenté anthropomorphe, comme tous les dieux cosmiques. En relation avec Rê, il peut prendre la forme d’un lion ou, très rarement, celle d’un homme léontocéphale, vêtu du costume habituel des dieux égyptiens.

Son principal attribut est la plume d’autruche de profil, quelquefois remplacée par les quatre plumes d’Onouris. Il tient le sceptre ouas et le signe de la vie. Ses couleurs sont le rouge et le bleu. Aucun animal n’est particulièrement consacré à Shou, mais le bélier de Mendès est considéré comme son Ba (comme celui de Geb, Khnoum, Osiris et Rê).

Lieu de culte

plume-dautruche dans AUTRUCHE - EMEU

Héliopolis, résidence du 13e nome de Basse-Égypte, est le lieu d’origine du culte de Shou. Par l’assimilation du premier couple divin aux Routy, les deux lions divins, Shou et Tefnout sont vénérés à Léontopolis (11e nome); il est également associé au culte de Sopdou (Saft el-Henneh, 20e nome). En Haute-Égypte, à Ombos (5e nome), Shou se confond avec la forme locale d’Horus.

On est mal renseigné sur les fêtes en l’honneur de Shou, mais il bénéficiait des cérémonies héliopolitaines et memphites et était invoqué, avec Tefnout et Khonsou, lors des fêtes lunaires.

Dans le mythe héliopolitain, Shou et Tefnout sont les enfants d’Atoum, démiurge androgyne, et le premier couple de dieux sexuellement différencié : Shou est donc le premier dieu exclusivement mâle, père de Geb et Nout, nés de la déesse Tefnout. Par assimilation d’Atoum à Rê, Shou est affilié avec ce dernier; Shou et Tefnout sont alors comparés aux Routy. Les diverses fonctions de Shou le mettent, en outre, en rapport avec Heh.

Dieu cosmique et membre de l’Ennéade héliopolitaine, Shou est attesté, dès les Textes des Pyramides, comme maître de l’air. Il en est la substance vivifiante, le souffle vital, le principe de vie même, qu’il est censé transmettre aux morts qui espèrent son intervention. Il commande aux vents, « Maître des quatre vents du ciel » – d’où son attribut, la plume – et aux phénomènes météorologiques non violents (par opposition à Seth, tels nuages et brumes, les « os de Shou », les « soulèvements de Shou ». Shou régit aussi d’autres capacités vitales, comme l’ouïe et la concentration de la pensée. Il a même le pouvoir « d’ouvrir le sein maternel et de donner la vie ce(lui) qui est dans l’œuf », capacité qui découle de sa fonction d’ouvrir (les Égyptiens avaient une acceptation assez particulière de ce mot) le ciel. En effet, les bras de Shou, colonnes d’air et de lumière, soulèvent et soutiennent le ciel (Nout) comme quatre piliers, faculté qui le met en parallèle avec Heh.

Rayon lumineux qui ouvre le chemin à Rê quand il voyage dans l’horizon, Shou défend, tel Horus, le soleil contre les forces des ténèbres (Apophis). Ce rôle lui confère des fonctions royales et Pharaon, Horus incarné, peut monter sur le « trône de Shou ». Le combat pour son père Rê, assimilé à Atoum, révèle la nature guerrière de Shou qui est aidé par Tefnout. Le couple divin représente aussi les yeux de Rê: le soleil et la lune, identifiés pareillement aux couronnes de Haute- et de Basse-Égypte. Par ailleurs, les six rois-dieux qui ont précédé les hommes sont dans l’ordre:

  1. Rê,
  2. Shou,
  3. Geb,
  4. Osiris,
  5. Horus,
  6. Thot (incertain).

Le dieu est impliqué, par ses nombreuses fonctions, dans plusieurs mythes. D’abord, il est un des éléments fondamentaux de la cosmogonie héliopolitaine et du cycle de Rê. C’est Shou qui, sur ordre de son père, sépara Geb et Nout (l’air entre la terre et le ciel). Frère jumeau et époux de Tefnout, il participe, avec Onouris, au mythe de la Déesse lointaine et de son retour en Égypte, mythe qui se confond avec celui d’Hathor-Tefnout et d’Isis-Sothis, explication légendaire de l’inondation.

Fondamental dans le panthéon, Shou est présent dans les manifestations religieuses durant toute la civilisation pharaonique. La puissance physique de Shou, « Celui qui soulève » le ciel, a incité les Grecs à le comparer à leur Héraclès et les Romains à Hercule (mais pas à Atlas; car Atlas soutient la terre, pas le ciel).

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaires »

Ecologie et milieu naturel du Chameau

Posté par othoharmonie le 22 avril 2013

 

Des îles Canaries, à l’ouest, à l’Inde, à l’est, on estime la population mondiale de dromadaires à environ 20 millions d’individus (probablement davantage). Si, ces dernières décennies, leur nombre a fortement régressé dans certaines régions, notamment la Turquie, l’Iran et la Syrie, du fait de la sédentarisation forcée des nomades, et la Libye, du fait de la mécanisation, la population globale reste stable.

  Ecologie et milieu naturel du Chameau dans CHAMEAU - DROMADAIRE drom1-300x206 Environ 80 % des dromadaires habitent l’Afrique et le reste, l’Asie. À eux seuls, la Somalie et le Soudan totalisent environ 9 millions de têtes. La densité de chameaux, qui est, en moyenne, de 3,6 animaux par kilomètre carré en Afrique de l’Est, est de 8,7 animaux en Somalie. Les chiffres tombent à 0,4 dromadaire par kilomètre carré en Afrique de l’Ouest et à 0,14 en Afrique du Nord. Au Sahara, une surface moyenne de 12,5 km2 héberge un seul chameau ! En Asie, les chiffres varient de 1,7 dromadaire par kilomètre carré en Inde à 0,14 dans la péninsule arabique. Ces données reflètent les disponibilités alimentaires des différents milieux dans des zones d’élevage où les animaux doivent, pour l’essentiel, subvenir seuls à leur nourriture. Toutes ces régions se caractérisent par l’aridité de leur climat. La pluie y atteint rarement 500 mm par an, et souvent beaucoup moins. La température peut monter jusqu’à 50 °C dans la journée pour redescendre à près de 0 °C la nuit. À cette amplitude journalière très élevée s’ajoutent de forts écarts de température entre l’hiver et l’été. Le vent contribue également, pour une large part, à l’aridité du milieu où se rencontre le dromadaire. L’humidité relative de l’air y est parfois inférieure à 10 %.

   Pour vivre et se maintenir dans cet écosystème désertique, le dromadaire pâture en marchant, ce qui, nous l’avons vu, favorise la repousse de la maigre végétation. En saison des pluies, il recherche le tapis herbacé vert et s’en nourrit le plus longtemps possible. En saison sèche, il délaisse les herbes jaunies pour consommer les rameaux d’arbres, même si leur densité est nettement moindre que celle des herbes. Prélevant de 1 à 20 g par bouchée, le dromadaire peut, en une heure de pâturage, ingérer de 2 à 3 kg de fourrage, quand les conditions sont favorables, et de 1 à 1,5 kg seulement, si la végétation est pauvre.

UNE COHABITATION FACILE

Le fait que le dromadaire n’opère, à chaque fois, qu’un prélèvement léger sur la végétation, à la différence du mouton ou de la chèvre, favorise sa cohabitation avec d’autres herbivores. Sur une grande partie de l’aire occupée par le chameau, on rencontrait, autrefois, diverses espèces de gazelles en Afrique et en Asie, l’oryx algazelle et l’addax en Afrique, l’oryx d’Arabie au Moyen-Orient. Leur différence de taille et d’habitat leur permettait d’éviter une trop grande concurrence alimentaire. Toutes ces espèces avaient ce même comportement évitant au maximum le surpâturage : elles prélevaient peu de nourriture à chaque endroit et prospectaient rapidement de larges surfaces. Victimes de la chasse et de la concurrence des troupeaux domestiques, gazelles, oryx et addax sont, de nos jours, très menacés ou au bord de l’extinction dans la nature.

   À l’autre bout de la chaîne alimentaire, le chameau fait également vivre des petits animaux par ses excréments. Ces derniers sont pourtant extrêmement secs : ils ne contiennent qu’entre 40 et 60 % d’eau. Un chameau de 500 kg absorbant une nourriture sèche, ne perd que 2,5 kilos d’eau par jour dans ses fèces, alors qu’un bovin peut en éliminer de 20 à 40 litres dans le même temps ! Malgré cela, les excréments du chameau sont recyclés par toute une faune d’invertébrés et par des rongeurs comme les gerboises, qui sont capables d’en récupérer une partie de l’humidité.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

La légende de l’esturgeon

Posté par othoharmonie le 9 avril 2013

 

La légende de l'esturgeon dans POISSON esturgeonDans les feuilles du ginkgo biloba, on entend parfois des contes qui remontent à des époques très lointaines.

Avant le temps des dinosaures, il y a 250 millions d’années, dans l’océan clair et limpide nage un très grand poisson. Sa peau est lisse. Son squelette est principalement constitué de cartilage. Son museau allongé, terminé par des barbillons, lui donne un air rigolo. Il n’est pas bien méchant avec sa petite bouche sans dent. Son seul moyen de défense reste son puissant coup de queue. C’est tout. Alors, il est prudent et regarde toujours un peu partout. Il se promène sans embêter personne et espère que personne ne l’embête.

Ce jour là, il fait beau, et l’esturgeon, ce poisson grand, fort et barbu, remonte à la surface de l’eau pour voir briller le soleil sous les vagues. Tout à coup, il aperçoit la fille du Grand Manitou. Elle vole au dessus de l’océan, belle comme un lever de soleil. Fasciné par sa beauté, il ne peut détacher son regard d’elle.

Dans sa nonchalance juvénile, elle s’est aventurée trop loin. Le vent du Nord menace de la balayer encore plus loin… Après un long moment, elle le réalise mais il est déjà trop tard. Elle est exténuée et ne se sens plus la force de rentrer. Paniquée, elle regarde autour d’elle : personne! Elle appelle à l’aide : personne ne répond! Elle invoque le Grand Manitou de lui venir en aide : il l’entend et scrute l’océan autour d’elle. Il y a bien quelques grands poissons aux dents acérées (des requins) assez près pour la secourir mais ils font la sourde oreille. Ils ne s’intéressent qu’à ce qu’ils peuvent manger. Et les autres poissons s’avèrent bien trop effrayés pour tenter quoi que ce soit.

L’esturgeon, ce poisson grand, fort et barbu, est complètement ébloui par la beauté et profondément touché par la détresse de la fille du Grand Manitou. Alors, il s’élance, sans même penser au danger qui le guette! Sa peau lisse et sans défense attire immédiatement les requins. Le plus grand d’entre eux s’élance et le mord au flan! L’esturgeon, donne un immense coup de queue, il se dégage de justesse des mâchoires meurtrières et se débat vaillamment pour avancer malgré les requins.

Le Grand Manitou à tout vu. Touché par le geste courageux de l’esturgeon, il lui accorde sa protection. Content d’être vivant, l’esturgeon, ce poisson grand, fort et barbu bondit dans les airs. Puis, se déplaçant à fleur d’eau, il prend sur son immense dos la fille du Grand Manitou. Il la transporte avec beaucoup d’attention jusqu’à un immense estuaire où, enfin, elle met pied à terre.

Aussitôt, elle touche délicatement le flan de l’esturgeon. Alors, il guérit de toutes ses blessures. Puis pour le remercier de son aide, elle lui fait un don. À chaque fois qu’il observera quelque chose en se laissant toucher par la beauté, cette observation s’inscrira au plus profond de sa peau, le transformera et le protégera. Il sera donc protégé par la beauté qu’il trouvera…

Et depuis ce temps, dans la peau lisse et douce de l’esturgeon, ce poisson grand, fort et barbu, il y a des rangées de boucliers osseux en forme d’oiseaux marins, de poissons et même de voiliers. Ces plaques osseuses le protège si bien qu’il n’a pas de prédateur. Alors, depuis 250 millions d’années, ce poisson préhistorique est resté le même. Il a gardé la même forme et c’est ainsi que nous pouvons encore aujourd’hui observer l’esturgeon, ce poisson grand, fort, barbu et protégé de boucliers osseux!

Ourepik (Décembre 2009 )

Si vous avez aimé cette légende, dépêchez-vous de visiter… Ivoire de mer

site web d’un artiste québécois, André Sénécal, où vous pourrez découvrir des bijoux uniques et exclusifs créés à partir des écailles de l’esturgeon noir.

 

Venez rejoindre le forum de Francesca : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Publié dans POISSON | Pas de Commentaires »

Libellule et comportement

Posté par othoharmonie le 29 mars 2013

Libellule et comportement dans LIBELLULE libeAvec leurs superbes couleurs et leurs ailes en dentelle finement travaillée, les libellules animent de leurs vols rapides les lacs et les rivières depuis des millions d’années.

Les æschnes sont carnivores et ne capturent que des proies vivantes, volantes et abondantes dans le milieu où elles se trouvent. Leur régime alimentaire est constitué de diptères (moustiques, mouches) et d’éphémères. Elles ne s’attaquent que très rarement à des proies de grande taille, comme les zygoptères (demoiselles) ou les papillons. 

L’æschne distingue très facilement ses proies grâce à ses yeux de grande taille et à la mobilité de sa tête. Elle les repère lorsque celles-ci sont au-dessus d’elle, puis les approche par-dessous. Les vols alimentaires ont généralement lieu loin des points d’eau. Les æschnes sont très agiles et peuvent aussi suivre leurs proies en volant avant de les capturer. À la tombée de la nuit, on voit parfois plusieurs æschnes chasser un même essaim de moucherons, sans agressivité entre elles. 

La libellule capture ses proies à l’aide de ses deux paires de pattes avant, puis les déchiquette avec ses mandibules. La capture et la consommation des proies se font toujours en vol. Toutefois, si la proie capturée est de grande taille (un papillon, par exemple), il arrive que l’æschne se pose pour l’ingérer. Ce comportement, fréquent chez d’autres espèces, et particulièrement chez les libellulidés, est rare chez les æschnes. Une fois qu’elle a consommé sa proie, l’æschne a pour habitude de faire sa toilette. 

Les larves d’æschnes ne s’attaquent qu’à des proies vivantes et en mouvement, mais leur régime alimentaire est plus diversifié que celui de leurs aînées. Leurs menus varient en fonction des saisons, et la taille des proies est en nette corrélation avec celle des larves. En été, elles consomment plus volontiers des larves de diptères, d’éphémères et de zygoptères, alors que, en hiver, elles préfèrent les héteroptères (punaises) et les larves de phryganes.

   Toutes les libellules, au stade larvaire, détectent leur proie visuellement. Pour la saisir, elles peuvent procéder de deux façons : à l’affût ou de façon active. À l’affût, elles sont accrochées à un support et, lorsqu’une proie passe à proximité, elles projettent leur masque labial de façon fulgurante, en 25 millisecondes. Ce masque (nom de la lèvre inférieure des larves), replié sous la tête et le thorax lorsqu’il est au repos, est contrôlé par les muscles labiaux et les contractions abdominales qui forcent la circulation du sang vers l’avant. Il est pourvu de crochets terminaux qui ont pour fonction de saisir la proie. Les larves peuvent aussi adopter une chasse plus active en suivant leur proie, ne lançant leur masque qu’au moment où celle-ci est correctement orientée vers elles.

Publié dans LIBELLULE | Pas de Commentaires »

123456...8
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello