• Accueil
  • > Recherche : escargots africains

Résultats de votre recherche

Entre braconnage et protection du Crocodile

Posté par othoharmonie le 23 décembre 2016

 

 

La survie des crocodiles est menacée par plusieurs facteurs : la déforestation, le braconnage, la conversion à l’agriculture et les pollutions agricoles dues à l’utilisation abusive des pesticides, notamment dans la culture du cotonnier au nord du Bénin. Les crocodiles sont fortement braconnés pour la consommation de sa viande, pour faire des produits et sous-produits pour la médecine traditionnelle et pour sa peau, vendue en maroquinerie.

crocodile chez Francesca

De nombreux produits à base de crocodile

La viande de crocodile est consommée et appréciée localement, par exemple, au Bénin par tous les groupes socioculturels à l’exception des Peulhs. Les Peulhs ne consomment pas cette viande à cause d’une tradition ancienne, qui dit que « tout éleveur peulh qui tue cet animal et le mange verra son troupeau de bovins réduire en nombre soit par perte ou par mort ». Par ailleurs, la viande est consommée même par ceux qui vénèrent les crocodiles, mais à condition que le crocodile ne soit pas prélevé dans la mare sacrée du village.

Kpéra et al. (2004) ont inventorié sur les marchés 17 produits et sous-produits de crocodiles. Il s’agit de : la peau (dorsale et ventrale), du museau, des pattes, des os, de la graisse, de l’œuf entier, des coquilles d’oeuf, de l’anus, des crottes, des dents, de la bile, du foie, des poumons, du cœur, du pénis, des gastrolithes (pierres contenues dans l’estomac du crocodile) et de l’animal vivant.

Les produits et sous-produits de crocodile sont utilisés en médecine traditionnelle comme remèdes pour guérir des maladies dont l’asthme, l’hernie inguinale, l’ictère, la rougeole, le rhumatisme, l’otite, le panaris, la douleur, etc. Ils sont aussi recherchés pour se doter de certains pouvoirs surnaturels comme les mauvais sorts, la sorcellerie, etc. L’utilisation de la peau pour la maroquinerie est variable selon les pays.

En parallèle, des peuples les protègent…

Les crocodiles sont vénérés par certains groupes socio-culturels (Bariba, Boo, Mokolé) et l’on note à travers ce rôle culturel, une cohabitation pacifique entre les crocodiles et les populations rurales des zones où ils sont vénérés. À cause de leur rôle culturel et de l’anecdote qui dit : « une mare qui abrite des crocodiles ne tarit jamais », les crocodiles font l’objet d’une certaine assistance apportée par les populations locales.

Cette assistance se manifeste par le dragage régulier des mares pendant la saison sèche, le nettoyage de la berge, la protection des animaux par l’interdiction de les tuer, et le transport des bébés crocodiles vers la mare après éclosion des œufs. Cette méthode de conservation appelée conservation endogène est l’une des meilleures formes de conservation des crocodiles au Bénin.

CROCO

Quelle est la population de crocodiles africains ?

Avec une population d’environ 250 000 à 500 000 individus et en considérant sa distribution, le crocodile du Nil, Crocodylus niloticus, n’est pas considéré comme un taxon menacé au niveau international, bien qu’il soit menacé de disparition dans certaines régions comme, par exemple, au Sud- Bénin.

Très peu d’information est disponible sur le crocodile africain à museau étroit, Mecistops cataphractus. La plus grande population existe dans les parcs nationaux du Gabon, tandis que d’autres régions ont montré la baisse de leur population en particulier l’Angola et le Tchad. Ce déclin est dû principalement à la surexploitation, qui s’est intensifiée une fois que les populations sont devenues épuisées dans ces régions.

Au niveau international un effectif de  25 000 à 100 000 individus de crocodile nain, Osteolaemus tetrapis, le classe dans la catégorie VU. Le problème principal avec cette espèce repose sur le manque de données fiables. Sans une telle information, le statut de l’espèce ne peut pas être déterminé. Bien que les experts classent l’espèce comme une préoccupation mineure (LR) au niveau international à cause de sa distribution et des tailles de population saines dans quelques régions, la liste rouge la classe depuis 1996 dans la catégorie VU pour refléter l’incertitude de son statut dans la nature.

Alimentation et reproduction

Les crocodiles sont carnivores. Chez les jeunes, le menu est composé de batraciens, d’escargots, de larves de libellules, de criquets et autres insectes et, avec le temps, de crustacés, de petits oiseaux et rongeurs. Les adultes sont armés pour s’attaquer aux grands poissons et mammifères (jeunes hippopotames, girafes, antilopes, buffles, etc.).

Du fait de leur petit estomac, si la victime est de grande taille, plusieurs repas seront nécessaires et la carcasse de la proie est dissimulée sous l’eau, près d’un rocher ou entre les racines d’un arbre, le temps de la laisser se décomposer.

Indépendamment de la température du corps, les crocodiles n’acceptent pas d’aliments s’ils ont peur ou si des manipulations ou autres interventions les ont stressés. Ainsi peuvent-ils vivre pendant des mois sans se nourrir, mais perdent progressivement du poids et s’affaiblissent. La croissance et la taille sont beaucoup plus fonction de l’alimentation que de l’âge.

Les crocodiles maintiennent leur température corporelle à 30°C. Lorsque la température du corps est plus basse, les crocodiles ne se nourrissent plus et tombent dans un état de torpeur. Pour se chauffer, ils s’exposent au soleil ou sur une surface chaude ; pour se rafraîchir, ils se mettent à l’ombre ou entrent dans l’eau. Lorsqu’ils ont trop chaud, ils gardent la gueule ouverte, afin de laisser la chaleur s’échapper.

Les crocodiles sont ovipares et atteignent leur maturité sexuelle vers l’âge de 10 ans. La femelle pond entre 20 et 70 oeufs et parfois 90 oeufs chez Crocodylus niloticus. Selon les espèces, la femelle creuse un nid dans le sable ou prépare un nid de débris végétaux pour y déposer ses oeufs. Souvent la femelle protège attentivement son nid des prédateurs sans couvrir, à proprement parler, les oeufs. Après 60 à 90 jours d’incubation, les bébés crocodiles sont prêts à éclore ; ils émettent alors des cris aigus, qui s’entendent même à travers une couche de terre de 30 cm d’épaisseur et à une distance de 4 m. La femelle les ramasse dans sa gueule et les transporte dans l’eau. Les bébés crocodiles ont une mortalité élevée : 90 sur 100 n’atteindront pas l’âge adulte.

Les crocodiles ont une taille variant entre 1 et 7 m et parfois plus avec un poids vif corporel d’une tonne au plus. Les mâles ont une taille plus grande que les femelles. Ils ont des mâchoires puissantes avec de nombreuses dents identiques, coniques, légèrement incurvées, sans racines, qui sont renouvelées tout les deux ans.

Auteur : Nathalie Gnanki Kpera pour le Manuel des aires protégées d’Afrique francophone (extrait)

Publié dans CROCODILE-ALLIGATOR | Pas de Commentaires »

Escargot Géant en Floride

Posté par othoharmonie le 28 juin 2012

 

 Escargot Géant en Floride dans ESCARGOT escargot-geant2 Quelles sympathiques petites bêtes. Des escargots géants africains ont élu domicile en Floride. Comment sont-ils arrivés d’Afrique ? Personne ne sait. Mais ils n’en sont pas à leur première invasion transatlantique, puisqu’ils squattent déjà la Martinique, la Guadeloupe, et quelques autres territoires des Caraïbes. Et sont déjà venus à Miami par le passé. Pour le plus grand dégoût des habitants.

  Ils ne sont pas vraiment dangereux, mais ils sont énormes (jusqu’à 20 cm de longueur et 10 cm de diamètre), gluants, s’agglutinent par centaines dans les jardins des Floridiens, et en plus, se reproduisent à une vitesse éclair : un escargot peut en engendrer pas moins de 1200 par an. Autrement dit, quand vous en voyez un vous risquez d’en avoir quatre pour le même prix. Véridique : en 1966, un jeune garçon avait amené trois de ces escargots comme animaux de compagnie. Il s’en était finalement lassé et sa grand-mère les avait libérés dans la nature. Ils avaient donné naissance à 18 000 de leurs congénères, et une traque de neuf ans s’en était suivie. Bref, un vrai scénario de série B.  

Le gastéropode est la vedette d’une religion afro-caribéenne, la santeria. Peut-être un explication. Reste que les conséquences ne sont pas drôles : dans sa bave, cet escargot peut contenir un ver qui transmet une forme non- mortelle mais très douloureuse de la méningite, causant des maux de ventres. Qui plus est il est très glouton, et pas difficile, affichant pas moins de 500 plantes à son menu, qu’il dévore sauvagement menaçant la faune et la flore floridienne. Bref, la chasse est lancée. Chaque jardin est ainsi traité avec des granulés de phosphate de fer qui coupent l’appétit des escargots qui arrêtent de s’alimenter. Et cela risque de durer.

 

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaires »

Escargots terrestres

Posté par othoharmonie le 28 juin 2012


Escargots terrestres dans ESCARGOT 185px-Snail-WA_edit02Les escargots terrestres ne sont actifs que lorsque l’humidité est suffisamment élevée. Dans le cas contraire, l’animal se rétracte à l’intérieur de sa coquille qu’il obture par un voile muqueux (courte inactivité) ou par un épiphragme, ce qui lui évite la déshydratation. La photopériode et la température sont des variables saisonnières qui induisent les états d’inactivité. Hibernation et estivation sont des réponses à des stress environnementaux prévisibles. Chaque espèce présente une stratégie adaptée pour résister à ces stress.

L’épiphragme est un bouchon de mucus, plus ou moins imprégné de calcaire, qui durcit en séchant.

Reproduction

Tous les escargots terrestres sont hermaphrodites, produisant spermatozoïdes et ovules. Quelques escargots d’eaux douce et marine ont des sexes différents et sont donc mâles ou femelles.

 Avant la reproduction, tous les escargots terrestres pratiquent une cour rituelle de deux à douze heures avant l’accouplement. Les escargots terrestres pulmonates, prolifiques reproducteurs, s’inséminent réciproquement par paires afin de fertiliser leurs ovules. Chaque portée peut contenir jusqu’à cent œufs.

 Les escargots, parmi d’autres animaux, possèdent une spermathèque. Lorsqu’une nouvelle portée d’œufs arrive, ceux-ci sont donc fécondés par un mélange de spe Cantareus apertusis millimètres de diamètre jusqu’à six centimètres pour les escargots terrestres géants africains. Après deux à quatre semaine de climat favorable, ces œufs éclosent et les jeunes sortent. Les escargots peuvent pondre des œufs jusqu’à une fois par mois.

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaires »

Risques avec l’escargot géant

Posté par othoharmonie le 22 juin 2012

L’escargot géant africain est le vecteur de Angiostrongylus cantonensis (Nématode; Protostrongylidae), le ver rond responsable de la méningo-encéphalite éosinophilique chez les humains dont l’expansion correspond à celle de l’escargot. Il n’en est pas le seul vecteur, d’autres espèces d’escargots introduits dans les régions tropicales transmettent également ce parasite.

 Inversement, il peut être utilisé comme bioindicateur pour mesurer la pollution. L’Académie des sciences russes a en effet mis au point une technique pour équiper des Achatina d’appareils à fibre optique qui contrôlent leur motricité et leur rythme cardiaque, deux paramètres corrélés au niveau de pollution des fumées.

 

Lutte contre Achatina fulica

 Achatina fulicaUne fois l’escargot géant introduit quelque part, il est très difficile, souvent impossible à éradiquer. Les meilleures méthodes de lutte semblent être celles qui consistent à l’éliminer à la main, l’utilisation de molluscicides, de lance-flammes et de lutte biologique. Dans certaines régions, on tente de promouvoir sa consommation en espérant que celle-ci pourrait diminuer ses populations. Mais il est toujours dangereux de promouvoir une espèce nuisible à cause des risques d’inciter les gens à le répandre encore plus.

 Les tentatives de lutte biologique, quant à elles, ne semblent pas avoir été d’une grande efficacité contre Achatina fulica et sont la cause de la diminution et parfois de la disparition d’espèces locales.

 L’une des méthodes de lutte biologique la plus utilisée contre l’escargot géant africain est l’introduction d’escargots prédateurs, surtout d’Euglandina rosea.

 Les premiers essais d’un tel contrôle eurent lieu dans l’archipel hawaien. Quinze espèces d’escargots carnivores furent introduites délibérément. Neuf d’entre elles ne s’établirent pas, on ignore le devenir de trois autres, les trois dernières ont toutes posé des problèmes environnementaux : Euglandina rosea, Gonaxis kibweziensis, Gonaxis quadrilateralis. De plus, elles n’ont eu aucun impact manifeste sur les populations d’Achatines.

 Des tentatives aussi néfastes eurent lieu ailleurs. Euglandina rosea a été en particulier introduit en Polynésie française, dans les Samoa américaines, sur Guam et dans d’autres îles du Pacifique et l’océan Indien.

 En plus de l’introduction délibérée d’escargots prédateurs, le ver plat Platydemus manokwari a aussi été introduit bien que moins largement. Cet agent pathogène semble avoir effectivement contribué à diminuer les populations d’escargot géant bien que son impact réel ne soit pas complètement démontré. Cependant, ce ver a aussi été responsable du déclin d’espèces endémiques sur l’île de Guam.

 

Achatiniculture

 HeterostrophaCertaines espèces d’escargots géants africains des genres Achatina et Archachatina fournissent une viande de brousse très prisée depuis la Guinée jusqu’en Angola. Dans ces pays gros consommateurs d’escargots géants africains, les cheptels sauvages sont parfois menacés par la cueillette menée trop intensivement depuis de nombreuses années. L’objectif majeur du mini-élevage dont relève l’achatiniculture est de permettre progressivement l’abandon des procédés de cueillette et leur remplacement par des techniques rationnelles de production.

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaires »

Escargots géants qui envahissent Miami

Posté par othoharmonie le 12 juin 2012


 

Escargots géants qui envahissent Miami dans ESCARGOT escargot-g%C3%A9ant-dafriqueDes milliers de gros escargots gloutons ont infesté la ville de Miami. Les inspecteurs du département de l’Agriculture de Floride enquêtent et se chargent de la collecte de ces gros mollusques.

Nul ne sait comment ce glouton a débarqué à Miami aux Etats-Unis. Venu d’Afrique de l’Est, l’escargot connu sous le nom de Achatina fulica est l’un des plus gros et voraces du monde. Mais ce n’est pas la première fois qu’il s’infiltre de la sorte : par le passé, il avait déjà envahi la Guadeloupe, la Martinique, d’autres pays des Caraïbes… et Miami. Pouvant mesurer jusqu’à 20 centimètres de longueur et 10 centimètres de diamètre, les escargots géants africains peuvent vivre plusieurs années et se reproduisent très vite, à savoir, près de 1.200 œufs par an. Ainsi, un seul d’entre eux peut coloniser un quartier entier.

En 1966, un garçon avait fait venir trois escargots géants comme animaux de compagnie, que, par lassitude, sa grand-mère avait fini par libérer dans la nature. De ces trois spécimens naquirent 18.000 rejetons, qu’il fallut neuf ans et un million de dollars pour éradiquer. « S’ils s’installaient pour de bon, ils pourraient dévaster l’agriculture de Floride« , frémit Mark Fagan qui précise : « l’agriculture est la deuxième activité économique après le tourisme ici« .

Ces jours-ci, Yolanda Garcia Burgos, une habitante de Miami, a retrouvé un matin le mur extérieur de sa maison couvert d’épais filaments noirs enchevêtrés et collés : des excréments d’escargots. En une semaine, elle a ramassé avec les inspecteurs du département de l’Agriculture de Floride, 583 mollusques dans ses buissons, derrière une planche, près du barbecue ou dans le lierre. Entre le début de l’invasion en septembre et janvier, près de 35.000 escargots ont été capturés par les inspecteurs à Miami.

Un animal de compagnie bien mal choisi

Aux Etats-Unis, il est interdit d’en importer sans permis, mais les autorités précisent avec insistance que le gastéropode est très aimé dans la religion afro-caribéenne, la santeria. Ce fléau serait-il « lié aux pratiques de cette religion afro-caribéenne ou au fait que quelqu’un les ait fait venir comme animaux de compagnie, et les aurait ensuite laisser s’échapper ?  », s’interroge Mark Fagan, porte-parole du département de l’Agriculture de Floride cité par l’AFP.

 Une cellule de crise a commencé l’extermination de cette espèce invasive et dangereuse. En effet, sa bave peut contenir un ver qui transmet une forme non mortelle de la méningite, mais pouvant occasionner de violents maux de ventre. Les jardins sont traités avec des granulés de phosphate de fer qui coupent l’appétit des escargots qui arrêtent alors de manger. Lorsqu’ils sont capturés, un destin funeste les attend : soit ils servent pour des tests scientifiques, soit ils sont tués par immersion prolongée dans des seaux remplis d’alcool puis sont à la poubelle.

 

Escargot mignon mignon

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello