• Accueil
  • > Recherche : chameau deux bosses

Résultats de votre recherche

Comment le Chameau acquit sa bosse

Posté par othoharmonie le 14 février 2015

(How the Camel got his Hump)


20234Et voici l’histoire suivante qui raconte comment le Chameau acquit sa bosse. Au commencement des temps, quand le monde était tout neuf et tout et tout, et que les Animaux commençaient juste à travailler pour l’Homme, il y avait un Chameau qui vivait au milieu d’un Désert Hurlant car il ne voulait pas travailler ; d’ailleurs c’était un Hurleur lui-même. Alors il se nourrissait de bouts de bois, de tamaris, de plantes grasses et de piquants d’épine, avec une douloureuse paresse ; et lorsqu’on lui adressait la parole, il répondait : « Bof ! » Simplement « Bof ! » et rien d’autre. Alors, le Cheval vint le trouver le lundi matin avec une selle sur le dos et un mors dans la bouche, et il lui dit : 

— Chameau, ô Chameau, viens donc trotter comme nous tous ! 

— Bof ! dit le Chameau. 

Et le Cheval s’en fut le répéter à l’Homme. 

Alors le Chien vint le trouver avec un bâton dans la gueule et il lui dit : 

— Chameau, ô Chameau, viens donc chercher et rapporter comme nous tous. 

— Bof ! dit le Chameau. 

Et le Chien s’en fut le répéter à l’Homme. 

Alors le Bœuf vint le trouver avec un joug sur la nuque et il lui dit : 

— Chameau, ô Chameau, viens donc labourer comme nous tous. 

— Bof ! dit le Chameau. 

Et le Bœuf s’en fut le répéter à l’Homme. 

À la fin de la journée, l’Homme convoqua le Cheval, le Chien et le Bœuf, et il leur dit : 

— Vous Trois, ô Vous Trois, je suis navré pour vous (avec ce monde tout neuf et tout et tout), mais cette chose qui dit « Bof » est incapable de travailler, sinon elle serait déjà là. Je vais donc la laisser en paix et vous devrez travailler deux fois plus pour la remplacer. 

Cela mit les Trois très en colère (avec ce monde tout neuf et tout et tout) et aussitôt ils tinrent conseil, unindaba, un punchayet et un pow-wow, à la limite du Désert. Le Chameau arriva en mâchant ses plantes grasses avec une paresse encore plus douloureuse et il se moqua d’eux, puis il dit « Bof ! » et repartit. 

C’est alors qu’arriva le Djinn responsable de Tous les Déserts, enroulé dans un nuage de poussière (les Djinns voyagent toujours de cette manière car c’est Magique), et il s’arrêta pour palabrer et tenir un pow-wow avec les Trois. 

— Djinn de Tous les Déserts, dit le Cheval. Quelqu’un a-t-il le droit d’être paresseux dans ce monde tout neuf et tout et tout ? 

— Certainement pas, répondit le Djinn. 

— Eh bien, dit le Cheval, il y a quelqu’un au milieu de ton Désert Hurlant (c’est un Hurleur lui-même), avec un long cou et de longues pattes, qui n’a absolument rien fichu depuis lundi matin. Il refuse de trotter. 

— Hou ! dit le Djinn en sifflant. C’est mon Chameau, par tout l’or de l’Arabie ! Et que dit-il ? 

— Il dit « Bof » dit le Chien, et il refuse d’aller chercher et de rapporter. 

— Ne dit-il rien d’autre ? 

— Seulement « Bof ! » et il refuse de labourer, dit le Bœuf. 

— Très bien, dit le Djinn, je vais le faire bosser, si vous voulez bien attendre une minute. 

Sur ce, le Djinn s’enroula dans son manteau de poussière, s’orienta dans le désert et trouva le Chameau, toujours aussi douloureusement paresseux, qui admirait son reflet dans une flaque d’eau. 

— Mon long et bouillonnant ami, dit le Djinn, il paraît que tu ne veux pas bosser, dans ce monde tout neuf et tout et tout ? 

— Bof ! dit le Chameau. 

Le Djinn s’assit, le menton dans la main, et se mit à réfléchir à une Grande Magie tandis que le Chameau continuait à s’admirer dans la flaque d’eau. 

— Tu donnes du travail supplémentaire aux Trois depuis lundi matin à cause de ta douloureuse paresse, dit le Djinn. Et il continua à réfléchir à des Magies, le menton dans la main. 

— Bof ! dit le Chameau. 

— Je ne répéterais pas ça si j’étais toi, dit le Djinn. Tu pourrais le dire une fois de trop. Je veux que tu bosses ! 

— Bof ! dit encore une fois le Chameau. Mais à peine eut-il prononcé ce mot qu’il vit son dos, dont il était si fier, s’enfler, s’enfler, jusqu’à devenir une grosse bosse ballottante. 

— Tu as vu ça ? dit le Djinn. Voilà ce que tu t’es mis sur le dos en refusant de bosser. Nous sommes aujourd’hui jeudi et tu n’as rien fait depuis que le travail a commencé lundi. Maintenant tu vas bosser. 

— Comment le pourrais-je ? dit le Chameau. Avec cette chose sur le dos. 

— C’est exprès, dit le Djinn, pour te punir d’avoir manqué ces trois jours. Désormais, tu pourras bosser trois jours sans manger en vivant sur ta bosse. Et ne dis pas que je n’ai jamais rien fait pour toi. Sors du Désert et va rejoindre les Trois ; et apprends à te conduire ! Allez, hop ! 

Et, hop ! le Chameau s’en fut rejoindre les Trois et depuis ce jour le Chameau bosse (nous disons maintenant qu’il « travaille » pour ne pas le vexer), mais il n’a jamais rattrapé les trois jours de travail qu’il avait manqués au commencement du monde, et il n’a jamais appris à se conduire. 

Laide est la bosse du chameau 
Que l’on veut voir au zoo, 
Mais plus laide encore est la cosse 
De celui qui point ne bosse. 
Gosse et adulte aussi, hi hi ! 
L’ennui nous saisit, hi hi ! 
Si nous n’avons rien à faire. 
Comme le chameau sa bosse, 
Traînant notre cosse, 
Nous en avons plein le dos. 
Au saut du lit, sourcils froncés, 
L’air maussade et renfrogné, 
Nous prenons, bougons, ronchons, 
Marmonnant et grognonnant, 
Notre bain, nos bottes et nos jouets. 
Nous voudrions un petit coin 
(Je sais que tu en as un), 
Un abri pour le jour où 
Nous en avons plein le dos. 
Or, ce mal point ne guérit 
En restant assis 
À lire en paix au coin du feu, 
Mais en prenant pelle et houe 
Pour creuser un trou 
Et suer un peu. 
Alors par enchantement, 
Grâce au soleil et au vent, 
Tu verras filer ta cosse, 
Cette horrible cosse 
Dont nous avons plein le dos. 
Car il m’arrive aussi, hi hi ! 
D’être saisi d’ennui, hi hi ! 
Lorsque je n’ai rien à faire. 
Nous traînons tous notre cosse 
Comme le chameau sa bosse 
Gosse et adulte aussi, hi hi !

 

SOURCE  / http://kiplinginfrench.free.fr/HCCtable.html

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Le Premier CHAMEAU

Posté par othoharmonie le 6 mai 2013

 

Le Premier CHAMEAU dans CHAMEAU - DROMADAIRE 1er-chameau C’est en Amérique du Nord qu’est apparu, à la fin de l’éocène, le plus ancien ancêtre des chameaux. Ce Protylopus, dont on a retrouvé les fossiles datant de 40 à 50 millions d’années, n’était guère plus grand qu’un lièvre. Avec l’extension des savanes, la taille des animaux augmenta et leurs pieds s’adaptèrent à la marche sur les terrains meubles. À l’oligocène, il y a quelque 35 millions d’années, Poebrotherium avait la dimension d’un chevreuil et ressemblait nettement plus au chameau avec, notamment, les os des avant-bras soudés. Continuant d’évoluer, cette forme donna naissance, il y a entre 12 et 24 millions d’années, à différents rameaux, les uns à l’allure de gazelle , les autres au long cou de girafe , qui furent un moment florissants avant de s’éteindre, il y a entre 2 et 10 millions d’années. D’autres encore évoluèrent vers le genre Promacelus, puis Camelus. Ces derniers restaient confinés en Amérique du Nord, quand, il y a seulement de 2 à 3 millions d’années, une partie d’entre eux essaima dans l’Ancien Monde en passant par le détroit de Béring, alors asséché. Les précurseurs du chameau à deux bosses s’implantèrent dans l’est de l’Asie, tandis que ceux du chameau à une bosse, ou dromadaire, partirent vers l’Arabie et l’Afrique du Nord. Au pléistocène, d’autres camélidés quittèrent l’Amérique du Nord pour envahir les Andes. Ils donnèrent les lamas et les vigognes. L’une des dernières populations de camélidés du continent nord-américain, Camelops hesternus, ou « chameau d’hier », disparut il y a entre 10 000 à 12 000 ans.

   Aujourd’hui, on appelle généralement chameaux les quelque 17 millions d’animaux du genre Camelus vivant dans le monde, dont les neuf dixièmes sont pourtant des dromadaires. Les trois quarts habitent l’Afrique et sont domestiqués depuis les temps préhistoriques. Seuls quelques dromadaires, introduits en Australie au XIXe siècle, ont retrouvé une totale liberté. Quant aux chameaux à deux bosses, ils ne se rencontrent plus qu’en Afghanistan, en Asie centrale, en Chine,  en Iran,  en Mongolie et en Turquie. Et ils sont à peine un millier à vivre dans le désert de Gobi.

 En Asie centrale, « un chameau vaut 8 yacks, 9 chevaux ou 45 moutons ». Il porte près de 300 kg, franchit des cols enneigés. Dans les déserts brûlants d’Afrique ou du Proche-Orient, le dromadaire transporte une centaine de kilos ou résiste un mois sans eau. Chameau d’Asie à deux bosses ou dromadaire d’Afrique à une bosse, les chameaux de l’Ancien Monde sont originaires d’Amérique du Nord et domestiqués depuis des siècles.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

conte touareg

Posté par othoharmonie le 6 mai 2013

 

 La souris et le chameau

 De la souris et du chameau lequel est le plus sage ?

 La fable que disent les conteurs du désert nous en apprend beaucoup sur le monde animal…

conte touareg dans CHAMEAU - DROMADAIRE chameau1

 La souris est habile, rusée, rapide, intelligente. Elle glisse entre les mains de l’homme et s’insinue chez lui sans qu’il s’en aperçoive. Elle grignote son pain, son formage, ses objets, son matelas, son lit, et lui ronge la vie. L’homme lui tend des piges, qu’elle joue à déjouer. Alors l’homme tempête tandis sue la souris, impertinente en diable provoque, nargue et panique la maîtresse maison qui saute d’un pied sur l’autre en poussant de grands cris. Pour cette simple malice souvent accorde-t-on au petit animal un regard attendri voire un peu amusé tant son dévergondage la présente finaude, ficelle, souvent brillante.. et pourtant… !

 Le chameau, lui plutôt, grand animal placide, s’il impose le respect, c’est pour ses qualités d’endurance, de force et de robustesse. Il a ce grand pouvoir de vivre des jours sans manger et sans boire en marchant au soleil harassant du désert, un pied devant l’autre, obéissant à l’homme, sans jamais rechigner. Le chameau est fidèle, serviteur dévoué, mais jamais on ne dit qu’il est fin ou futé, qu’il a de la malice ou de la malignité… et pourtant… ! 

Une souris, fuyant l’homme, sauta sur un chameau et, imitant son maître, fit claquer sa langue, fouetta les deux bosses, lui intimant l’ordre de se lever et d’avancer. Le chameau ne dit mot, et ébranla l’équipage. 

La souris orgueilleuse, certaine de son pouvoir, fit des bonds de fierté sur la montagne de poils.

Arrivé sur les bords d’un tout petit ruisseau, le chameau demandé à la souris de descendre, de passer devant lui, le tenir par la bride afin de le guider.

 « Souris, mon chamelier, montre-moi donc la route. Je ne suis que monture. Toi tu sais le chemin. » 

« C’est que..; dans ce ruisseau… je crains de me noyer ! » 

Alors le chameau dit : « Tout seul, jamais je ne l’ai fait. Je veux bien aujourd’hui pour toi, essayer ». Et il mouille ses pieds en déclarant que l’eau n’est pas profonde, et qu’elle n’atteint même pas le bas de ses jarrets. 

« Oui, mais, dit la souris, ce qui pour toi est minuscule devient pour toi montage, et la puce qui te pique est pour moi éléphant des tropiques. Ce qui est filet d’eau pour toi, devient pour les souris un océan furieux. Je ne puis te guider ». 

« Alors, dit le chameau, cesse de faire la fière, descends de ta monture pour réfléchir au moyen d’échapper à l’homme qui te poursuit et que je vois venir ». 

« Pardon, dit la souris, je t’offre à genoux mille prières pour me faire traverser. J’irai par les monts et les dunes chanter tes louanges et dire que le chameau est le plus sage des animaux. »

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Le Chameau de Bactriane

Posté par othoharmonie le 29 avril 2013

Le Chameau de Bactriane dans CHAMEAU - DROMADAIRE bactrianeLe chameau de Bactriane ou chameau bactrien ou chameau domestique  est une espèce d’artiodactyle natif des steppes de l’Asie centrale. Le chameau de Bactriane a deux bosses, alors que le dromadaire (appelé aussi chameau d’Arabie) n’en a qu’une.

Le chameau, appartient au genre Camelus. C’est un mammifère ruminant à bosses dorsales graisseuses de la famille des camélidés. Sa femelle est dénommée la chamelle.

La population de 1,4 million de chameaux de Bactriane est presque entièrement domestiquée, mais en octobre 2002, les 950 individus encore à l’état sauvage au nord ouest de la Chine et en Mongolie ont été placés sur la liste des espèces en danger critique d’extinction.

Les chameaux de Bactriane mesurent environ 2 mètres à la bosse et pèsent plus de 725 kg. Ils sont phytophages, ils mangent de l’herbe, des feuilles et des graines, ils sont capables d’ingurgiter 120 litres d’eau en une seule fois. Leur bouche est extrêmement dure, ce qui leur permet de manger les plantes épineuses du désert.

Ils sont particulièrement adaptés pour se protéger de la chaleur du désert et du sable ; des pattes larges et « capitonnées » adaptées à la marche dans le désert, une peau épaisse et dure au niveau des genoux et du torse qui les protège de la chaleur du désert une fois allongés, des naseaux qui peuvent s’ouvrir et se refermer. Les oreilles sont garnies de longs poils protecteurs, les paupières possèdent deux rangées de cils qui, lorsque l’œil est fermé, forment une barrière hermétique à la poussière et au sable. Leur fourrure épaisse et laineuse les protège du froid nocturne et de la chaleur du jour.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

L’existence du chameau

Posté par othoharmonie le 27 avril 2013

 

L'existence du chameau dans CHAMEAU - DROMADAIRE cham11L’espérance de vie moyenne d’un chameau est de 60 à 70 ans. Un chameau adulte peut mesurer jusqu’à 1,85 m à l’épaule et 2,15 m aux bosses. Les bosses s’élèvent à environ 75 cm de son corps. Les chameaux peuvent courir jusqu’à 65 km/h sur de courtes durées et maintenir une vitesse allant jusqu’à 40 km/h.

Selon certains spécialistes, le dromadaire descendrait des espèces bactriennes à deux bosses. L’embryon possède en effet deux bosses et l’adulte présente une bosse antérieure rudimentaire.

Le chameau existe encore actuellement à l’état sauvage dans le désert de Gobi.

La femelle pèse jusqu’à 600 kg et le mâle plus de 800 kg. La taille au garrot varie selon les types entre 1,80 et 2,30 m. À l’instar de la girafe et de l’ours, le chameau va à l’amble (il avance en levant les deux pattes du même côté).

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Le petit chacal et le chameau

Posté par othoharmonie le 25 avril 2013


Le petit chacal et le chameau dans CHAMEAU - DROMADAIRE imagesLe petit chacal était un animal très rusé mais, malheureusement, il n’en profitait pas seulement pour se défendre, il aimait aussi berner les gens. Hélas ! Si on apprend vite que l’on peut être très rusé, on trouve toujours quelqu’un de plus rusé encore. Et c’est ce qui arriva au petit chacal.

Le chacal aimait beaucoup les coquillages et les crabes. Quand il eut mangé tous ceux qui se trouvaient du côté du fleuve où il vivait, il se dit qu’il devait y en avoir beaucoup sur l’autre rive. Mais le fleuve était trop large, et le courant trop fort pour qu’il puisse traverser à la nage. Il y songea longtemps, et, un jour, il alla trouver son camarade le chameau.

« Frère chameau, dit-il, je connais un endroit où il y a de fameuses cannes à sucre, je te le montrerai si tu veux m’y porter.
— De bon cœur, dit le chameau qui aimait beaucoup les cannes à sucre. Où est-ce ?
— Oh ! de l’autre côté de la rivière, dit le petit chacal, mais, si je monte sur ton dos, nous y arriverons facilement. »

Le chameau ne demandait pas mieux. Le petit chacal grimpa sur son dos, entre les deux bosses, et le chameau traversa la rivière à la nage. Quand ils furent sur le bord, le petit chacal sauta à terre, indiqua au chameau le champ de cannes à sucre et courut vers la rivière pour chercher des crabes, pendant que le chameau se régalait sans penser à rien.
Le petit chacal fut rassasié avant que le chameau eût seulement mâché trois cannes à sucre. Petit père chacal n’avait pas la moindre envie d’attendre que son camarade eût fini et il se mit à courir tout autour du champ en glapissant et en faisant un grand bruit. Les villageois l’entendirent tout de suite.

« Il y a un chacal dans le champ de cannes à sucre, dirent-ils. Il va faire des trous et abîmer toute la récolte, il faut le chasser. » Ils arrivèrent en hâte avec des pierres et des bâtons, et ne virent point de chacal ; rien qu’un grand chameau qui croquait tranquillement les roseaux sucrés. Ils lui jetèrent des pierres, le frappèrent avec leurs bâtons, et le firent sortir à moitié assommé. Quand les villageois furent partis, le petit chacal arriva en dansant, et dit à son compagnon : « Il faut s’en aller, maintenant.

— Bien, je te retiens, dit le chameau ; en voilà un camarade ! Quelle idée t’a pris de glapir et de sauter comme cela ?
— Oh ! je ne sais pas, dit le chacal. C’est une habitude que j’ai comme ça de chanter après dîner.
— Ah ? dit le chameau. Très bien. Rentrons chez nous, maintenant. » Il laissa le chacal grimper sur son dos et entra dans l’eau.
Quand il fut à mi-chemin, au beau milieu de la rivière, il s’arrêta et dit : « Chacal ?
— Quoi ? dit le petit chacal.
— J’ai une drôle d’envie, reprit le chameau. Je crois que je vais me rouler dans l’eau.
— Te rouler ? cria le chacal. Ne fais pas ça, frère, tu vas me noyer ! Qu’est-ce qui te donne cette idée ? Pourquoi veux-tu te rouler ?
— Oh ! je ne sais pas, répondit le chameau. C’est une habitude que j’ai comme ça de me rouler après dîner ! »
Il se roula donc, et le petit chacal tomba dans l’eau et manqua de peu se noyer ! Il eut toutes les peines du monde à gagner la rive.

Le chameau, quant à lui, revint tranquillement à la maison, et ne voulut plus jamais lui parler

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Le Chameau et les bâtons flottants

Posté par othoharmonie le 25 avril 2013


Livre IV – Fable 10 d’Esope

Le Chameau et les bâtons flottants dans CHAMEAU - DROMADAIRE esope1

De deux fables d’Esope (« Le Chameau vu pour la première fois » et « Les Voyageurs et les broussailles »), La Fontaine a tiré cette pièce qui, avant Pascal, nous parle de l’imagination mais aussi de la puissance de la raison alliée à l’habitude. La Fontaine parlera de ce poème dans « Esope le Phrygien » « Esope, piqué de ce mépris, les compara aux bâtons qui flottent sur l’onde on s’imagine de loin que c’est quelque chose de considérable, de près on trouve que ce n’est rien. »

 

             Le premier qui vit un chameau
            S’enfuit à cet objet nouveau;
Le second approcha; le troisième osa faire
            Un licou pour le dromadaire.
L’accoutumance ainsi nous rend tout familier:
Ce qui nous paraissait terrible et singulier
            S’apprivoise avec notre vue
            Quand ce vient à la continue.
Et puisque nous voici tombés sur ce sujet,
            On avait mis des gens au guet,
Qui voyant sur les eaux de loin certain objet,
            Ne purent s’empêcher de dire
            Que c’était un puissant navire.
Quelques moments après, l’objet devint brûlot,
            Et puis nacelle, et puis ballot,
            Enfin bâtons flottants sur l’onde.

            J’en sais beaucoup de par le monde
            A qui ceci conviendrait bien:
De loin, c’est quelque chose; et de près, ce n’est rien.

 

Pour le dromadaire: Pas de véritable distinction, au XVIIe siècle, entre le chameau qui a pourtant deux bosses et le dromadaire qui n’en porte qu’une. Voir Rabelais « A la production du chameau tous feurent effroyéz et indignéz ; [...] » « Le Tiers-Livre », prologue).

A la continue: Quand cela apparaît régulièrement.

Brûlot: Petit bateau chargé de combustibles et qu’on lance sur les navires ennemis pour les incendier.

Nacelle: Littéralement, petite embarcation sans voiles.

Ballot: Un petit paquet, de marchandises par exemple.

De loin, …: Repris, avec des termes légèrement différents, dans « Esope le Phrygien » (voir introduction). Voyez aussi La Bruyère parlant de certaines gens » « Quand vous les voyez de fort près, c’est moins que rien ; de loin, ils imposent. » (« Les Caractères », II, 2). Corneille parlera d’étoiles qui de près ne sont que des vermisseaux.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Les derniers chameaux sauvages

Posté par othoharmonie le 22 avril 2013

 

Il existe peut-être un million et demi de chameaux de Bactriane entre la Mongolie, la Chine et la Turquie. À côté de cette population d’animaux domestiqués, on estime qu’il en subsiste moins d’un millier à l’état sauvage dont 600 en Chine et 350 en Mongolie (2004). L’espèce sauvage est classée par l’U.I.C.N. (Union internationale pour la conservation de la nature),  sous le nom de Camelus ferus, dans la catégorie « en danger critique d’extinction » depuis 2002.

   Les chameaux de Bactriane sauvages sont moins lourds et ont une silhouette plus fine que leurs congénères domestiques. Leur pelage, relativement plus court, est toujours brun, leurs oreilles sont plus petites, leurs bosses, coniques et moins développées. Leurs pieds sont également plus petits. Mais, surtout, ils n’ont pas ces callosités au poitrail et aux pattes qui sont si caractéristiques des animaux domestiques.

Les derniers chameaux sauvages dans CHAMEAU - DROMADAIRE sauvages

   Les derniers chameaux de Bactriane sauvages de Chine et de Mongolie se réduisent désormais à quelques sous-populations fragmentées. En Chine, l’espèce se maintient dans le Gashun Gobi (Gansu), le désert Taklamakan (Xinjiang, peut être éteinte aujourd’hui) ; au nord des montagnes Arjin Shan et dans les zones adjacentes de la Réserve nationale de Lop Nur ainsi que dans une zone strictement protégée du désert de Gobi (Mongolie intérieure). En Mongolie, l’espèce vit dans le désert de Gobi,  y compris les avant-monts de la chaîne de l’Edren, jusqu’au Mt Shiveet Ulaan, et dans une zone située entre la chaîne Hükh Tömörtei et la frontière sino-mongole.. Ils se nourrissent de plantes comme les tamaris, d’ail sauvage (Allium chrysantum), d’une chénopodiacée, le saxaoul (Haloxylon), et de peuplier Populus diversifolia. Ils peuvent tenir un mois sans boire, quand l’alimentation est suffisamment riche en eau. Pendant l’hiver, ils se rassemblent dans le fond des vallées, où la nourriture et l’eau abondent. Ils se déplacent alors en troupeaux habituellement constitués d’une trentaine d’animaux. Leurs caractéristiques biologiques sont proches de celles des chameaux domestiques. Leur maturité sexuelle se situe autour de 4 ou 5 ans, la gestation dure 13 mois ; et ils vivent entre 30 et 50 ans.

   Même s’ils sont officiellement protégés par le gouvernement de la Chine, dont ils relèvent, ces derniers chameaux sauvages ont un avenir fort incertain. Avec un effectif si réduit, ils sont à la merci d’un puits asséché, d’un mauvais pâturage, ou de la concurrence des troupeaux des nomades…

Croisements entre dromadaires et chameaux

Les deux espèces se rencontrent ensemble, des rives orientales de la mer Noire à l’est de la mer d’Aral. Pendant longtemps, on a cru qu’elles étaient stériles l’une pour l’autre. En réalité, dromadaire et chameau de Bactriane se croisent, et, de plus, leurs hybrides sont féconds. De tels croisements, sans doute rares à l’état sauvage, se sont multipliés depuis l’intervention de l’homme. L’hybride a une silhouette un peu étrange avec sa bosse qui semble allongée. En fait, sa bosse arrière, celle du dromadaire, se prolonge dans une bosse avant peu individualisée. Mais les accouplements entre chameau et dromadaire ne sont pas toujours sans dangers. Le mâle de Bactriane, avec ses pattes plus courtes, peut perdre son équilibre sur une femelle dromadaire et tomber. Si la femelle est de Bactriane, le dromadaire mâle peut, avec son poids différemment réparti, blesser la deuxième bosse de sa partenaire qui, pour se dégager, roule sur le côté.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Le Chameau, une domestication ancienne

Posté par othoharmonie le 22 avril 2013

 

« Vaisseaux du désert » et compagnons fidèles

Le Chameau, une domestication ancienne dans CHAMEAU - DROMADAIRE cham1Transportant à travers les déserts la soie, les épices, l’or ou le sel, les chameaux ont contribué à l’épanouissement de royaumes. Ils ont permis à l’homme de subsister dans les régions les plus désolées. En échange, l’homme les a aidés à trouver de l’eau.

 Sur les 17 millions de chameaux existant dans le monde, quelques centaines seulement sont restés sauvages… Tous les autres ont été domestiqués depuis des temps très anciens, même si l’espèce est une des dernières à avoir été soumise par l’homme.

   Le sud de l’Arabie pourrait avoir été le refuge des derniers dromadaires sauvages et le site de leur domestication initiale. Sans savoir exactement ce qu’il en est, on peut supposer qu’un peuple présémite de pêcheurs et de chasseurs aurait apprivoisé des chameaux pour se nourrir de leur lait. Cela devait se passer il y a environ 4 000 ans avant notre ère dans la région de l’Hadramaout, du Mahrah et du Dhufar et dans celles qui forment actuellement le nord-est de la république démocratique du Yémen et le sud-ouest d’Oman. L’absence relative de prédateurs et la rareté des points d’eau facilitaient l’approche de l’animal par l’homme. Près de la côte, encore maintenant, les éleveurs de chameaux complètent la ration de leurs animaux avec des restes de poissons séchés, sardines ou requins. Ils sont les seuls à agir de la sorte, et l’on peut imaginer qu’autrefois ces mêmes restes de poissons servaient à attirer les dromadaires vers les pièges de capture. Quoi qu’il en soit, le sud de l’Arabie était très isolé du reste de la péninsule et l’expansion du dromadaire n’a commencé que quelques siècles plus tard, probablement vers le nord, d’une part, et vers la corne de l’Afrique, d’autre part, entre 2 500 et 1 500 ans avant notre ère. Les navires de l’époque ont parfaitement pu transporter hommes et bêtes de l’autre côté de la mer Rouge et du golfe d’Aden, vers la Somalie et même l’île de Socotora. La raison essentielle de l’élevage du chameau restait toujours la production de lait, mais le commerce de l’encens contribua également à son expansion.

   Depuis la Somalie, le dromadaire a traversé l’Afrique le long de la bordure sud du Sahara jusqu’à la côte Atlantique, entre 1 500 et 500 ans avant notre ère. Par une autre route, il arriva en Égypte, en provenance de Palestine, et, le long des côtes, jusqu’au Maghreb.

   La domestication du chameau de Bactriane se serait faite indépendamment de celle du dromadaire, il y a environ 4 500 ans, dans le nord-est de l’Iran et le sud-ouest du Turkestan. Des fouilles récentes faites à Sistan (est de l’Iran) ont mis au jour des os de chameaux, des excréments et des poils tissés qui témoignent sans doute d’un stade précoce du lent processus de domestication du chameau à deux bosses. L’espèce était alors, pense-t-on, au bord de l’extinction et fut sauvée par l’homme, qui vit en elle un puissant animal de trait. D’Iran, le chameau domestiqué se répandit dans le sud de l’Oural et dans le nord du Kazakhstan vers 1700-1200 avant J.-C., puis vers la Sibérie occidentale et l’Ukraine. Le chameau arriva en Chine seulement quelque 300 ans avant notre ère. Connu en Mésopotamie il y a 4 000 ans, le chameau de Bactriane domestique se répandit également dans le nord, l’est et l’ouest de l’Afghanistan et pénétra dans la vallée de l’Indus avec les Aryens.

LA ROUTE DE LA SOIE ET LE CROISEMENT DES CHAMEAUX

Sur les routes qui reliaient la Chine à l’Occident, et par où transitèrent non seulement la soie mais aussi les épices, le papier ou la porcelaine, les chameaux jouèrent un rôle très important. Les premières caravanes, qui, à l’époque des Parthes (IIe et Ier siècle avant J.-C.), se rendirent de Chine à Bagdad à travers les steppes désertiques d’Asie centrale et le nord de l’Iran, étaient constituées de chameaux à deux bosses. En Mésopotamie, ceux-ci rencontrèrent des dromadaires et se croisèrent avec eux. Les hybrides à une bosse auxquels ils donnèrent naissance s’avérèrent plus résistants et remplacèrent bientôt les chameaux à deux bosses sur la route de la soie, du moins jusqu’à la hauteur de l’Oxus, l’actuel Amou-Daria.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Le rôle essentiel du chameau

Posté par othoharmonie le 20 avril 2013

CHAMEAU SANS ÉQUIVALENT POUR L’HOMME DU DÉSERT

Le rôle essentiel du chameau dans CHAMEAU - DROMADAIRE chameaDans l’écosystème du désert, le chameau joue un rôle essentiel, permettant aux tribus de se déplacer rapidement, à la recherche de nouveaux pâturages pour leurs chèvres ou leurs moutons. Le chameau porte le matériel, les tentes, les personnes, quelques animaux domestiques comme les volailles ou les agneaux, mais il nourrit aussi l’homme de son lait et de sa viande. Il lui donne également son poil et son cuir qui deviennent des vêtements, des tapis ou des abris. En échange, l’homme l’aide à trouver de l’eau.

   La traite des chameaux est extrêmement répandue. Les chameliers protègent en général une des mamelles avec une résille, pour que le chamelon n’y touche pas. Certaines peuplades n’élèvent d’ailleurs les dromadaires que pour leur lait et pour transporter les tentes, lorsque le camp déménage. C’est le cas notamment des Somalis – qui habitent la Somalie et l’Ogaden –, pour qui le lait de chamelle constitue la nourriture de base.

   Les chameaux trop âgés pour travailler sont abattus pour leur viande (ou à l’occasion de cérémonies), mais ce n’est pas partout le cas. Si, au Soudan et au nord du Kenya, on élève des chameaux uniquement pour leur viande, la chair de l’animal est taboue chez de nombreuses populations non musulmanes du Proche-Orient, notamment les juifs, les zoroastriens d’Iran, les mandéens d’Iraq et d’Iran, les nosairiens de Syrie et les coptes d’Égypte et d’Éthiopie.

   La fourrure du dromadaire ne pousse pas uniformément sur la surface de son corps, elle est surtout développée sur la bosse, le dessus du dos et les épaules. Son commerce est peu important, comparé à celui de la fourrure du chameau de Bactriane. On en fait cependant des tentes, des couvertures et des vêtements. La production est en moyenne de 1 à 1,4 kg par dromadaire, alors qu’elle atteint 4,5 kg pour un chameau à deux bosses.

   Le cuir du dromadaire est peu utilisé. Toute la peau de l’animal ne permet, dit-on, que de faire 6 paires de sandales. Le cuir sert essentiellement, en Égypte et au Moyen-Orient, à confectionner des objets pour touristes.

   Peu à peu, au cours des siècles, les dromadaires sont devenus des races locales, avec des caractéristiques morphologiques qui distinguent des animaux mieux adaptés au trait, et d’autres à la selle. Les dromadaires de montagne sont petits, assez massifs et plus poilus que ceux de plaine. Parmi ces derniers, les dromadaires du désert sont plus fins et plus performants que les « riverine » ou dromadaires des bords de vallée. Les races les plus connues sont les bishari (Soudan et Erythrée), les benadir (Somalie), les reguibi (Mauritanie) et les rapides mehari (Hoggar), ces dromadaires blancs que les Touareg montent avec une selle posée devant la bosse, les pieds reposant sur l’encolure, alors que les Maures placent leur selle sur la bosse.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Chameau, caravanes du froid

Posté par othoharmonie le 20 avril 2013

 

Chameau, caravanes du froid dans CHAMEAU - DROMADAIRE caravane1Au Pamir, près de la frontière chinoise, ce sont des chameaux à deux bosses, capables de supporter les plus grands froids, qui, deux fois par hiver, forment encore des caravanes pour aller chercher du blé auprès des paysans Whakis qui habitent les vallées plus basses. Les Kirghiz qui les mènent les font marcher sur les rivières gelées, passer de hauts cols enneigés, longer des précipices vertigineux. De leur pas lent mais sûr, les puissants chameaux de Bactriane parcourent 200 km en neuf ou dix jours. « Un chamelier pour trois chameaux, un cheval par chamelier, telle est, en principe, la disposition de la caravane », racontent Roland et Sabrina Michaud, qui ont partagé pendant un mois la vie des caravaniers et qui en ont rapporté un superbe livre, Caravanes de Tartarie.

   Pouvant transporter jusqu’à 280 kg de marchandises, donnant son lait, et, plus tard, sa viande, le chameau est l’animal le plus précieux pour les Kirghiz. Sa laine est si chaude et si moelleuse que les caravaniers surveillent leurs animaux la nuit de peur qu’on ne vienne leur voler quelques touffes de poils.

DES ESCLAVES, DE L’OR ET DU SEL…

Les caravanes d’esclaves existaient encore au XIXe siècle, et, jusqu’en 1850, près de 5 000 esclaves quittaient, chaque année, la ville de Kano, au Nigeria. Mais les grandes caravanes, de quelques centaines à quelques milliers d’animaux, n’avaient pas que ce commerce pour but. Au XIe siècle, l’ancien royaume de Ghana exportait d’extraordinaires quantités d’or vers le nord, au pas des chameaux, qui en portaient chacun, jusqu’à 130 kg. Au XIIe siècle, les caravanes allaient du sud du Maroc au Ghana, pour échanger le sel contre de l’or, à poids égal. Seules les caravanes de sel subsistent encore, dans le sud du Sahara. Dans les mines de Idjil (Mauritanie), Taoudéni, Teghazza (Mali) ou Bilma (Niger), chaque dromadaire est chargé de quatre barres de sel, soit 140 kg. De Taoudéni à Tombouctou (700 km), le voyage dure trois semaines. En 1900, 50 000 dromadaires ont transporté 6 000 tonnes de sel. En 1950, 31 250 animaux en exportaient 3 750 tonnes ; en 1967, seulement 1 600 tonnes étaient commercialisées.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Chameau géant

Posté par othoharmonie le 17 avril 2013

   

Des archéologues suisses ont mis au jour les os fossilisés d’une espèce inconnue de chameau ayant vécu il y a environ 100 000 ans.

L’animal, dont la hauteur dépassait les trois mètres, était presque aussi grand qu’une girafe.

Les restes ont été trouvés dans la steppe du centre de la Syrie.

Chameau géant dans CHAMEAU - DROMADAIRE chameau

C’est la taille des ossements, deux fois plus grande que celle des chameaux actuels, qui a surpris les archéologues.  La découverte a été faite près du village de El Kown, à environ 120 au nord-est de Palmyre. C’est à cet endroit qu’ils ont mis au jour l’un des plus anciens sites de colonisation humaine.

Plusieurs os des épaules, des jambes et des mâchoires du chameau géant ont été exhumés. En raison de leurs formes spécifiques, ce sont les os des pieds qui ont permis d’identifier l’animal fossile.

Les chercheurs pensent que le chameau géant a fait l’objet de chasse. Ainsi, la découverte permet de mieux comprendre l’évolution du chameau, jusqu’à maintenant méconnue.

Le chameau et le dromadaire font partie de la famille des Camélidés. L’histoire des camélidés commence en Amérique du Nord, il y a environ 40 millions d’années.

En douze millions d’années, durant l’Oligocène, deux rameaux s’écartèrent du tronc principal :

  • Les sveltes chameaux-gazelles (Stenomylus)
  • Les chameaux-girafes (Alticamelus)

Vers la fin de l’ère tertiaire, il y a 2 millions d’années, les camélidés arrivèrent dans les contrées du Nord-Est de l’Asie, traversant le détroit de Béring.

Il est impossible d’évaluer avec précision l’époque de la séparation génétique entre le chameau à deux bosses et le dromadaire à une bosse.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Les Camelus – Dromadaire

Posté par othoharmonie le 15 avril 2013

Le dromadaire (Camelus dromedarius) est une espèce de mammifères domestiques de la famille des camélidés et du genre Camelus. Pour cette raison, il n’est pas erroné de qualifier un dromadaire de « chameau », mais seulement imprécis puisque la seule différence avec le chameau est que le dromadaire ne possède qu’une seule bosse. Le mot dromadaire est tiré du mot grec dromas, qui signifie coureur. Sa taille va jusqu’à 225 cm, son poids varie entre 450 et 1 100 kg. Cet herbivore a une espérance de vie moyenne de 25 ans.

Le chameau domestique et le dromadaire appartiennent au même genre biologique. Certains les considèrent plus comme deux variétés régionales plutôt que comme deux espèces. Le fœtus du dromadaire développe deux bosses pendant la gestation qui se fondent en une seule peu avant la naissance. Les deux espèces peuvent s’hybrider, le petit étant le turkoman, qui présente une bosse légèrement subdivisée. Mais si la femelle de l’hybride se reproduit bien, ce n’est pas le cas du mâle qui peut parfois être peu fertile ou même stérile.

Les Camelus - Dromadaire dans CHAMEAU - DROMADAIRE camelus-300x200

Méharée (à dos de dromadaire)

Une méharée est une randonnée organisée dans le désert à dos de dromadaire de type méhari.

Le dromadaire méhari est l’animal noble par excellence. Il est de robe blanche, svelte, longiligne et d’allure altière. C’est un animal de selle adapté aux razzias et à la course. Son berceau d’origine est l’Algérie.

Les déplacements se font sur le modèle des caravanes de Bédouins.

Les participants à ce type de randonnée sont appelés méharistes.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Répartition du dromadaire

Posté par othoharmonie le 13 avril 2013

Le dromadaire a été répertorié dans 35 pays, tel que l’Inde, la Turquie, le Kenya, le Pakistan, la corne de l’Afrique et bien d’autres encore. Domestiqué au Moyen-Orient et plus précisément dans le sud de la péninsule arabique, le dromadaire a été réintroduit en Afrique du Nord à l’état domestique au début de l’ère chrétienne au moment de l’assèchement du Sahara. La forme sauvage, qui devait exister au début des temps historiques, a disparu mystérieusement, sans laisser de trace.

Répartition du dromadaire dans CHAMEAU - DROMADAIRE 320px-DromedaryGroupIsrael052611Il occupe actuellement tout l’Afrique sahélienne et du Nord de la Mauritanie (et même les îles Canaries) à Djibouti. En 1999, une étude a démontré que 80 % de la population des dromadaires se trouvait en Afrique avec près de 10 millions de têtes dans la corne d’Afrique. L’essentiel des effectifs est concentré dans trois pays : la Somalie, le Soudan et l’Éthiopie par ordre d’importance. C’est la Somalie qui abrite le plus important cheptel : 6 millions de têtes (ce qui fait 2 bêtes par habitant) sur environ une population mondiale estimée à près de 20 millions de têtes. On compte en moyenne 1 dromadaire pour 20 personnes dans 18 pays d’Afrique. Il a été répertorié environ 51 races de dromadaires. En Asie, il occupe tout l’arc aride de la péninsule Arabique jusqu’au désert du Rajasthan en Inde, zone la plus orientale de sa répartition d’origine. Vers le Nord, il occupe les régions limites de l’Asie centrale (Turkménistan) où il peut d’ailleurs s’hybrider avec le chameau de Bactriane à deux bosses.

Il a été introduit aux cours des XIXe et XXe siècle dans d’autres régions, comme l’Australie ou l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud, l’Afrique du Sud, avec des résultats inégaux. Ce n’est qu’en Australie qu’il a été utilisé de façon intensive dans la deuxième moitié du XIXe siècle et au début du XXe, on estime que 20 000 têtes ont été importées durant cette période. Les animaux provenaient à la fois d’importation (principalement du nord de l’Inde et du Pakistan) et d’élevages locaux (qui ne suffisaient pas à répondre à la demande). Avec l’apparition des voitures et camions, depuis les années 1920, le dromadaire a perdu l’essentiel de son rôle économique en Australie, et un grand nombre a été relâché dans le désert. La population des dromadaires australiens est revenue à l’état sauvage (phénomène de marronnage) et augmente de façon exponentielle (doublement en 8 à 12 ans) pour dépasser sans doute 1 000 000 têtes actuellement dont 400 000 en Western Australia.

L’animal peut survivre dans des contrées bien plus au nord, comme en France en Espagne ou en Suisse, où il existe de petits troupeaux, servant essentiellement d’attraction.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaires »

Le Lama, un Camelide

Posté par othoharmonie le 5 mai 2012


Les lamas et les alpagas restent, avec le condor, les emblèmes du Pérou. A l’instar de leurs cousins les vigognes et les guanacos, ces chameaux sans bosses vivent tous à des altitudes situées entre 3000 et 4500 mètres dans la Cordillère des Andes.

 

LAMA et ALPAGA
Le lama est le plus célèbre d’entre eux. Du temps des Incas, il était systématiquement utilisé pour sa chair, son cuir et sa laine.  Vigogne (Vicugna vicugna)La tête perchée sur un long cou rigide, ce grand camélidé domestique ne semble pas apprécier les caresses. Il adopte aussitôt une expression outrée. L’alpaga est tout son contraire. Vif et attachant, il suit les enfants de bergers comme un petit chien. Il est nettement plus petit et râblé que le lama, qui mesure environ 1,25 mètre de haut. Les Indiens font la différence entre deux sortes d’alpagas, le huacaya et le suri. C’est ce dernier qui fournit le pelage le plus soyeux. La chair des alpagas est la plus appréciée, sous forme de viande séchée ou de steaks, très savoureux.

Les vigognes, sauvages, sont plus difficiles à observer. A Pampas Galleras, une des rares réserves où elles subsistent, on peut les voir se déplacer en troupeaux dans des étendues désertiques. Fines et élancées, pourvues d’un beau pelage roux, les vigognes portent une des laines les plus fines au monde. Les Incas en capturaient quelques individus au printemps pour les tondre, mais ne manquaient jamais de les relâcher. De nos jours, les vigognes font partie des espèces menacées. Si leur chasse est interdite, les braconniers semblent être rarement inquiétés.

Publié dans LAMA | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello