Résultats de votre recherche

REVER d’INSECTES

Posté par othoharmonie le 10 mai 2017

 

D’une manière générale les insectes représentent une forme de vie très élémentaire, une espèce très différente des autres animaux qui cohabitent sur le même territoire. Qu’elles soient à sang chaud ou à sang froid, les espèces plus évoluées qui vivent à la surface de la Terre sont toutes vertébrées et représentent tous les maillons de l’évolution qui aboutissent au genre humain, donc à l’individu.

Avec les insectes, la notion d’individu disparaît au profit de l’entité du groupe. Si l’évolution de cette espèce peut aboutir à une intelligence supérieure comme les fourmis, elle ne la dépasse pas. C’est uniquement dans la chaîne alimentaire que se produit un échange avec les vertébrés. Il y a donc un antagonisme fondamental entre les insectes et les hommes.

insectes

De nombreux romans de S.F. dépeignent les formes de vies extraterrestres hostiles aux terriens sous les traits d’insectes géants ou encore de mollusques céphalopodes tentaculaires. Cette vision évoque le sentiment de différence fondamentale entre les vertébrés et les espèces à exosquelette ou sans squelette du tout.

Dans la réalité, les insectes génèrent souvent un mouvement de recul. Ils sont plutôt repoussants et ils deviennent carrément indésirables s’ils pénètrent dans la maison. Très souvent, dans les rêves, ces insectes indistincts sont noirs. Ils représentent dans ce cas un sentiment de malaise, le fait de ne pas être bien dans sa peau, d’avoir le cafard, des idées noires.

Ceci est surtout vrai avec les insectes rampants, ceux qui grouillent sur le sol. Ce sont des parasites du psychisme (la maison). Ils symbolisent des idées noires et obsédantes qui envahissent la tête. Les insectes sont révélateurs d’un sentiment de malaise qui nous ronge.

Si ces rêves sont répétitifs, il est urgent de se débarrasser de ces hôtes indésirables, de chasser ces parasites psychiques, de faire un peu de nettoyage intérieur, d’assainir son esprit.

Les insectes volants ont un sens plus positif.

Idées noires, parasitages psychique.

Publié dans INSECTES | Pas de Commentaires »

Le TOTEM des INSECTES

Posté par othoharmonie le 7 mai 2017

 

De tous les totems, les Totems d’Insecte sont peut-être les plus étranges et les moins compris. De toutes les créatures, dans notre monde seulement quelques-uns suivent les paroles d’Insecte et ceux-ci sont dispersés et éloignés entre eux.

    On dit la Tribu Garou des Marcheurs sur Verre tient le Cafard en haute estime, mais il est considéré comme le plus étrange de tous les totems. Il y a même les rumeurs de corrompus descendants de l’esprit de Cafard apparaissant en divers lieux. 

totem à insectes

Dans le passé antique, quand la Triade était une et le monde était en paix, chaque créature avait un totem d’esprit pour guider sa race au travers le cycle de vie et la mort. Avec le temps, les factions diverses de la Triade ont été dotées par Gaia de protecteurs pour ses enfants bien-aimés. 

On a donné au Sauvage les Garou, les Gurahl, les Nuwisha et les Bastet pour veiller sur les forêts et des plaines, le Lutran et Mokole, pour veiller les rivières, des flots et des lacs, le Corax observer les cieux, le Rokea, Selkies, Simo et Symbrani pour veiller sur les mers et le Pongida et Scrofak pour surveiller avec vigilance les jungles. 

Le Tisserand avait les Rats Garous, qui observeraient de l’intérieur les villes des hommes.

Le Ver avait Arkaroo, silencieux et mortel, qui observerait la brousse et des déserts et le Chiroptera, qui volerait en nuit protégeant le ciel, comme le Corax ferait pendant le jour. 

Une société entière s’est développée autour des créatures de la Triade, chacune accomplissant son devoir avec passion et amour. 

Gaïa a regardé en bas et a été heureuse de ses efforts et elle s’est donc reposée.

Mais parmi les nombreux célestes et incarnas de pouvoir qui ont servi de guides, enseignants ou mentors pour les diverses créatures, surgit un Céleste différent des autres. 

Ce Céleste était bizarre dans sa manière de penser, différent du Triade et ses voies. Ses enfants avaient vécu sur la terre pendant des milliers d’années, même avant l’arrivée de ceux que Gaia avait créé. Pourquoi ses enfants n’ont pas été récompensés avec tels protecteurs ? Le  Céleste est monté aux cieux et a voyagé à Gaia elle-même. 

« Pourquoi, Mère ? Pourquoi avez-vous fait  don aux enfants du Triade de ces protecteurs et nous, vous nous ignorez encore ? Ne sommes-nous pas vos enfants aussi ? »

Gaia se tourna et regarda le Céleste qui s’est mis à genoux avant elle.

« Mon enfant, je ne savais pas que vous aviez besoin d’une telle protection. Vos enfants sont petits et peuvent facilement se cacher des voies dangereuses, s’adaptant vite au monde qui change lentement . Je n’ai pas vu le besoin. » 

Le Céleste est devenu agité.

« Le besoin ? Ne nous aime-t-on pas comme vos autres enfants ? Sommes-nous simplement  « les choses » qui sont regardés et ignorés par la suite ? » 

Gaïa sourit, réagit et toucha le Céleste et il sentit une montée de chaleur dans son être, signe de l’amour de Gaïa. 

« Non mon enfant, vous êtes aussi aimés que les autres et avez raison. S’il vous plaît, acceptez mon pardon et ce don. » 

Le Céleste se retourna et vit les enfants de l’Araignée, les Ananasi, se joindre au Tisserand, les enfants de la Fourmi, le Doryli, se joindre au Ver et les enfants de la Mante, le Mantidae se joindre au Sauvage. 

« Mon enfant, Araignée observera et tissera, liant ensemble ce qui est à part. La fourmi nettoiera et enlèvera ce qui est mort et qui est en train de mourir. La mante vengera, quand le besoin se fera sentir. » 

Le Céleste pleura dans la joie et retourna sur la Terre, tenant Gaïa haut dans son cœur.

A son retour il se sentit fatigué et dériva dans un profond sommeil. 

Le temps passa une fois encore. La Triade est devenue folle et le monde a succombé au chaos.

Le Tisserand était hors de contrôle, s’en prenant au Sauvage. Le Ver a désespérément essayé de rivaliser mais bientôt a perdu son esprit, convaincu que pour les sauver il devait tous les détruire. Le Sauvage a essayé de repousser les attaques des deux et serait mort si Gaia n’avait pas réagi et dota les protecteurs de Sauvage de grands pouvoirs pour aider le Sauvage dans la cause. 

araignée

Le Tisserand et Ver ont vu ces pouvoirs et ont de la même façon doué leurs protecteurs avec des pouvoirs et les guerres pour le contrôle ont commencé. 

Parmi tous, il semble que les insectes métamorphes ont souffert le plus. Les Ananasi ont été trahi par leur grand seigneur, le Tisserand et ‘vendus’ au Ver. Les Doryli ont été pris au Ver par les agents fous du Sauvage et les Mantidae a semblé disparaître, comme les Garou ont commencé leur Guerre de la Rage contre les autres métamorphes. 

Cela ne fait que 500 ans que l’Insecte a émergé de son long sommeil. Ce qu’il a vu l’a irrité et attristé. Ses enfants mouraient. Les agents du Tisserand, les hommes, les cherchaient pour les détruire avec produits chimiques. Les agents du Ver les corrompaient et les transformaient avec la magie et des poisons. Cela s’arrêterait. 

L’insecte réagit et parla à son dernier enfant libre, Mante.

« Mon enfant. Nous sommes défaits. Nous devons nous battre maintenant pour survivre. De tous mes enfants, seulement le Cafard a trouvé une place dans ce nouveau monde. Vous devez accomplir mes vœux. Les corrompus doivent périr et les confus rentrer dans le moule. Vous serez mon instrument. » 

La mante acquiesça et répondit.

« Votre volonté, Père. »                                                

Insecte regarda encore une fois dans le monde.

« Les autres métamorphes ont fait la guerre contre nous. Ils nous ont détruits. Nous devons chercher la vengeance. » 

La mante acquiesça de nouveau.  » Nous comprenons cela que trop bien. Nous étions les chasseurs du Sauvage, maintenant nous sommes vos chasseurs. Votre volonté est la nôtre. » 

Insecte répondit à son enfant. « Alors faîtes comme cela est dit. » L’Insecte quitta son servant et voyagea dans le monde, regardant et observant. Il a vu ses autres enfants souffrir et il cria.

« Cela s’arrêtera aussi . » Insecte hurla à l’aide et a attendu. La guêpe fut la première à répondre, apparaissant devant son seigneur. La mouche, la Puce et la Termite sont venus en second, suivis par le Scarabée et le Cafard. Finalement l’Araignée, la Libellule et la Fourmi sont arrivées.

Insecte regarda les Totems assemblés et a été attristé. De tous les Totems insectes seulement neuf avaient répondu son appel et parmi ceux qui étaient ici, il ne pourrait plus avoir confiance en deux. 

« Pourquoi nous avez-vous appelés, Insecte ? » demanda la Fourmi. 

Insecte ouvrit ses bras. « Le monde meurt. Le Ver se déplace dans son apex et le temps connu de l’Apocalypse arrivera bientôt . De tous les esprit, seulement nos enfants vont probable survivre. Nous avons l’obligation de rester ensemble et de nous préparer pendant les prochains temps. »

La fourmi a secoué la tête, rejointe par le cafard et l’Araignée. « Nos enfants ont des avenirs, Insecte. Nous n’avons pas besoin de l’aide de celui qui nous a abandonnés s’il y a longtemps. Nous n’avons que faire de tout cela. » 

fourmi marron

La fourmi partit. 

L’araignée regarda Insecte et lui adressa un sourire triste. 

« Je vous aiderai, mon seigneur, mais d’abord je dois libérer ma sœur et ses enfants du Ver. Seulement alors  je pourrai librement vous aider, mais vous avez tout l’appui que je peux donner. »

L’araignée a salué, a ensuite disparu. 

Le cafard considéra son créateur et marcha en avant.

« Je vous servirai, oh Père. Je dirai  à mes enfants et mes disciples ce que vous nous avez dit et leur demanderai de nous aider quand cela sera possible. Les Garou Marcheurs sur Verre m’ont pris pour leur propre totem et je verrai si je peux les intégrer dans notre lutte. » 

 » Ne fais pas confiance aux Garou, mon enfant. C’est leur famille qui nous a détruit. »

Le cafard a incliné la tête et partit.

Insecte se tourna vers ceux qui sont restés.

 » Me tournerez-vous aussi votre dos ? »

La mouche a secoué sa tête. « Pas nous, Père. Nous sommes avec vous. »

Insecte sourit. 

Source : http://malkav.is.free.fr/club/totem.htm

Publié dans INSECTES | Pas de Commentaires »

Le Cygne-Pommier Celtique

Posté par othoharmonie le 18 novembre 2015

 

 

cygnesLégende :

La déesse Eriu est vénérée par les mortels autant que par les dieux comme la plus chaste de toutes les femmes. Elle symbolise la pureté éclatante, l’immaculée. Dagda, le dieu-luron, et Branwen, la déesse de l’amour, fomentèrent un complot contre sa vertu, qu’ils jugeaient excessive. Ils craignaient tous les deux que les humains cessent de se reproduire s’ils accordaient trop d’attention à son exemple. On connaît déjà le parti-pris de Dagda et de Branwen pour la sensualité et la volupté. Comme Eriu dispose d’immenses territoires pour se réfugier, où elle est inapprochable, Branwen et Dagda élaborèrent un stratagème. Un jour qu’Eriu s’était transformée en son animal favori, le Cygne et qu’elle séchait paresseusement ses plumes au soleil sur la berge d’un lac, Dagda prit aussi l’apparence d’un Cygne en vol, poursuivi par un immense Aigle, qui n’était autre que Branwen métamorphosée. Alors que l’Aigle parvenait presque à saisir le cygne de ses serres et à le piquer de son bec, Dadga se laissa tomber jusqu’entre les ailes entrouvertes d’Eriu, qui l’accueillit et chassa l’Aigle, qu’elle prenait pour Dagda, en se servant de la force de sa pensée. Elle le réconforta, puis finit par s’endormir contre son prétendu congénère. Pendant son sommeil, Dagda la prit et la féconda, comme il l’avait voulu ! Il plaça l’effigie du Cygne parmi les étoiles pour commémorer la victoire des forces de l’amour sur celles de l’individualité et de la réserve personnelle.

A cette constellation l’astrologie celtique attribue le Pommier, un arbre traditionnellement associé à l’amour, qui symbolise la beauté du sein féminin et dont la chair blanche du fruit évoque l’aliment des enfants, qu’ils soient divins ou mortels.

Caractère :

Au premier abord, le Cygne-Pommier semble très réservé, distant, pudique et inaccessible. Sa blancheur, telle la chair du fruit, repousse toute tentative d’action impure, dont rien ne saurait dissimuler la nature de viol.

Le natif du Cygne-Pommier déclenche deux types de réactions lorsqu’il paraît parmi un groupe. Il inspire le respect, la déférence et il attise toutes les pulsions « vicieuses ». L’éclat de sa couleur suscite la colère et la jalousie, fait naître des idées souvent méchantes chez ceux qui l’approchent et envient secrètement la beauté de son intégrité, de sa probité et de sa vertu.
Il ne donne aucune prise aux attaques dont il est l’objet, il n’obéit pas aux contraintes morales des hommes, mais il est attaché profondément, sincèrement, à un idéal d’une très haute valeur éthique. Cela lui pose d’ailleurs sans cesse des graves problèmes : la noirceur présente dans les âmes de son entourage ne peut en effet supporter une blancheur éclatante et elle n’a de cesse de ternir et de tâcher sa robe de lumière. En butte aux attaques redoutablement complexes de ceux qu’il « dérange », le Cygne-Pommier se défend en prenant la fuite ou en se soumettant totalement de sorte que l’acte impur perpétré contre lui rejaillit complètement sur son auteur, qui s’en trouve ainsi le seul sali. Le Cygne-Pommier est semblable à l’albatros du poème de Baudelaire, il ne paraît pas fait pour ce monde dur. Cependant le Cygne-Pommier n’est pas aussi dépourvu de puissance qu’il ne semble. Extrêmement susceptible, dédaigneux de tout ce qui n’est pas beau, bon et plein d’amour, le Cygne-Pommier fait figure de « croisé » dans une guerre sainte. Les traits de son esprit percent les coeurs les plus endurcis et font éclater les raisonnements apparemment les plus cohérents qui cherchent à justifier la présence du mal dans le monde. Profondément généreux, le Cygne-Pommier traverse l’existence comme le Soleil traverse le Ciel. Les nuages peuvent nous le dissimuler, mais il reste là, toujours bénéfique.

Relations et amitiés :

Toujours prêt à rendre service à tous, le Cygne-Pommier peut finir par s’épuiser à force de donner sans rien demander en retour. Il est souvent considéré comme une source inépuisable de bienfaits, comme la poule aux œufs d’or dont on peut user et abuser. Ces attitudes profondément immorales de la part de ceux qu’il considère comme ses amis le blessent douloureusement. Incapable d’exprimer ses besoins, le Cygne-Pommier peut se retrouver très démuni, lorsqu’il a donné tout ce qu’il avait aux autres, en confiance.

Les mauvaises expériences sont incapables de lui faire changer d’attitude, il ne devient jamais « méchant » et son cœur reste pur. Même victime, le Cygne-Pommier demeure moralement victorieux)

Il dispose toutefois d’un cercle d’amis parmi lesquels un natif du Chaudron-Sorbier. Celui-ci est le creuset de Dagda, et le Cygne-Pommier représente sa passion, le tabernacle de son essence, le réceptacle de ses offrandes. Bien que le Cygne-Pommier soit d’abord plutôt défensif à son égard, leur amitié devient, petit à petit, solide comme les liens qui unissent ceux qui ont beaucoup en commun, qui partagent le même sort. Leur complicité est souvent silencieuse, ponctuée surtout par des échanges de sourires.

De même, le Bouvier-Micocoulier s’attache volontiers au Cygne-Pommier, pour lequel il a la plus vive estime. Le Cygne-pommier, qui, malgré son caractère plutôt indépendant, éprouve un grand besoin de se sentir rassuré et protégé, apprécie beaucoup la présence du Bouvier-Micocoulier à ses côtés. Grands amis de la nature, ils font d’immenses promenades, par tous les temps, la main dans la main, sans éprouver l’envie d’autre chose.
Certains jours, le Cygne-Pommier traverse des phases d’excitation durant lesquelles rien ne lui réussit sinon de courir les bois et les étangs avec un vigoureux compagnon du signe du Lièvre-Hêtre. En dehors de ces périodes, leur amitié apparaît comme un lien très lâche. Ils se voient peu et seulement à l’instigation du Cygne-Pommier. Le Lièvre-Hêtre trouve un certain plaisir en sa compagnie et il se sent surtout très honoré d’être choisi par le bel oiseau blanc.
L’amitié souvent orageuse, passionnée, d’un Cygne-Pommier et d’un Triangle-Chêne (le signe de Dagda !) est sans cesse menacée par les brusques envies qu’ils ont tous les deux de se voir ou de se quitter. Le Cygne-Pommier, inexplicablement (du moins sur le plan rationnel – et il est peu rationnel)), s’attache au Triangle-Chêne : il est profondément séduit par sa capacité de décision et son implacable persévérance dans la réalisation de ses désirs. Le Cygne-Pommier intrigue toujours le Triangle-Chêne, qui se demande de quel droit celui-là se permet de porter le gui avec plus de facilité que lui 1 Une amitié très « particulière » !

Cygne celtique
Le Petit Chien-Noyer, lui, trouve plutôt agréable de courir après le Cygne-Pommier pour le voir s’envoler ou s’étioler, l’ombre du noyer étant extrêmement néfaste au pommier! Irréconciliables ennemis! La seule solution pour le Cygne-Pommier consiste à éviter la proximité d’un natif du Petit Chien-Noyer, car celui-ci n’est pas assez sage pour le laisser tranquille de son propre chef.
Le Dauphin-Mélèze aime jouer avec le Cygne-Pommier, mais celui-ci a tendance à se prendre au sérieux et son caractère très susceptible l’entraîne à penser que le Dauphin-Mélèze se sert de lui comme d’un objet, qu’il n’éprouve aucun respect et ne mérite pas tout ce que l’on raconte de bien sur lui. Blessé lorsqu’il se moque de lui, le Cygne-Pommier se montre très agressif !
Enfin, la Petite Ourse-Sapin et le Cygne-Pommier ne s’entendent guère. La première imagine toutes sortes de choses horribles sur lui et il la méprise royalement. La source de leur mésentente réside dans leur dissension à propos des questions fondamentales : la vie, la mort et surtout la manière de se conduire en société. La Petite Ourse-Sapin est plutôt superficielle dans ses rapports et elle réclame beaucoup d’attention, alors que le Cygne-Pommier apparaît très introverti.

Professions :

Il se fait une très haute idée de ses capacités et certes il est très intuitif et habile à démêler le vrai du faux. Cependant, il est plutôt lent à agir et il ne se donne pas beaucoup de peine, malgré les opportunités qui lui sont sans cesse offertes, pour se créer une place convenable dans sa profession. Les métiers où il peut réussir et donc s’épanouir sont ceux qui exigent un sens très élevé des responsabilités sur les plans de la santé et de la pédagogie. Non pas instituteur ou infirmière, bien sûr ! Le Cygne-Pommier est un législateur-né, un médiateur, un concepteur de formes harmonieuses de vie. Cependant, pour parvenir à ces postes-clés où il peut influencer positivement la vie de sa société, il lui faut se plier aux exigences de la hiérarchie et de la carrière. Or, ces compromis lui sont insupportables et il peut finir par entrer dans des états dépressifs dans lesquels sa générosité se teinte de noir cafard et où il risque de se perdre. Si le Cygne-Pommier ne parvient pas à trouver aide et soutien pour ses idées et ses idéaux, sa vie professionnelle peut se solder par un échec. S’il y parvient, le rôle de conseiller qu’il joue alors permet que tout le monde bénéficie de son génie de concepteur ! Ainsi le théoricien libertaire Proudhon ne sut-il pas vraiment faire accepter ses idées aux consonances très celtiques, dans lesquelles l’individualité était non seulement respectée mais promue au premier rang !

Idéaliste invétéré, le Cygne-Pommier voit les choses de si haut qu’il ne parvient pas à concevoir une authentique pédagogie pour communiquer avec les autres. Lorsqu’il devient trop connu, il lui arrive souvent des malheurs pouvant aller jusqu’à son assassinat. Il peut aussi mourir brutalement. Révolté, il est souvent considéré comme un demi-fou.
Le Cygne-Pommier et souvent si peu conventionnel dans ses prises de position qu’il provoque les autres à la réflexion.

pommier_melrose_malus_1_1Destin :

Il est le grand concepteur de la roue de la vie cosmique de l’astrologie celtique. Sa destinée consiste à pondre son oeuf, l’oeuf de l’éthique, d’où la nouvelle création peut surgir. Cependant, avant d’y parvenir, il lui faut écarter toutes les illusions qui l’égarent, à commencer par ses propres barrières qui le maintiennent dans la confusion et lui font contempler la mort comme si elle était l’unique solution aux difficultés qu’il rencontre sur le chemin de l’accomplissement de sa tâche spirituelle. Il peut lui arriver de se rendre prisonnier de liens moraux qui l’empêchent de réaliser sa véritable mission sur cette terre. S’il parvient cependant à ouvrir son corps et son coeur à l’inévitable, à la transformation suprême, il accède au rôle de « mère de la nouvelle humanité », re-créateur du Ciel et de la Terre, Après la ponte de son oeuf, la face du monde se trouve changée : la conjonction des opposés est réussie; la femme devient solaire et l’homme lunaire; la lumière blanche éclatante, totalement positive, triomphe sur les forces des ténèbres qui obscurcissent la conscience et freinent le développement spirituel.

source : « l’astrologie celtique » de carol CARNAC »

Publié dans CYGNE | 1 Commentaire »

la Sauterelle de Marvel

Posté par othoharmonie le 22 juin 2014

 

images (4)Histoire : Le Docteur Auguste Hopper était un brillant entomologiste qui étudiait les insectes et leurs mutations. Alors qu’il était professeur au Métro Collège, Auguste Hopper mis au point les insecticides les plus puissants. Mais un jour, il exposa d’étranges théories sur les mutations des insectes et la soumissions des hommes aux insectes qui lui valurent d’être renvoyé du Métro-Collège. Il fut alors embauché par Ryan Chemicals, une usine produisant des insecticides qui mit les talents du Docteur Hopper à son service. Las de voir ses travaux faire la renommée de ses employeurs et non la sienne, le Docteur Hopper élabora un rayon capable d’accroître plusieurs centaines de fois la taille des insectes : le magno-rayon. Il se construisit aussi un casque le rendant capable de commander aux insectes. Il prévoyait de créer une armée d’insectes géants et de les lâcher dans la nature. Il se poserait alors en sauveur de l’humanité en proposant un insecticide capable de détruire ses créations.

Sous le nom de code la Sauterelle, il mena des hordes d’insectes à l’assaut de champs de blés. L’attaque attira l’attention du professeur Xavier qui envoya ses X-Men (sans Jean Grey alors étudiante au Métro-Collège) capturer un de ces insectes géants. La mission fut un succès malgré l’intervention de la garde nationale et la fuite de la Sauterelle. Mieux préparé à une éventuelle confrontation avec les X-Men, la Sauterelle lança une nouvelle attaque contre un champ de maïs. Les X-Men (cette fois accompagnés de Jean Grey) intervinrent mais ne purent appréhender la Sauterelle qui prit la fuite. Lorsque les X-Men le retrouvèrent, il leur opposa deux scarabées géants. Jean Grey entremêla alors les antennes du casque de contrôle de la Sauterelle (qui lui permettait de contrôler les insectes) par télékinésie. Les deux insectes géants, libérés de l’influence d’Auguste Hopper, le prirent pour une vraie sauterelle et le pourchassèrent. Secouru par les X-Men, le Docteur Auguste Hopper prit conscience de son erreur et se rendit aux autorités.

Il fut enfermé dans un quartier de haute sécurité. Il y passa plusieurs années au cours desquelles un fermier du nom de Bob Hickman épousa sa fille Carol. Ce qui déplut à Hopper qui s’échappa de prison pour attaquer la ferme de Bob Hickman avant de poursuivre le jeune couple à travers la ville, dévastant tout sur son passage. Bob et Carol croisèrent Bruce Banner alias Hulk qui les aida à défaire la Sauterelle. Durant l’affrontement, Hulk endommagea l’armure de la Sauterelle qui perdit à nouveau le contrôle de ses insectes. Il fut arrêté alors qu’il tentait de sauver sa fille de ses créations et fut impressionné de voir Bob Hickman risquer sa vie pour celle de sa fille. Il réalisa alors qu’il avait eut tort d’agir ainsi et fit la paix avec le jeune couple. De retour en prison, ses désillusions ne firent qu’empirer. Un jour il vit Facteur X et reconnu en eux les X-Men qu’il avait autrefois combattu. Jaloux de leur célébrité, il se remit à travailler sur le magno-rayon et le casque de contrôle en cachette. Il réussit et testa son rayon sur une mouche au dos de laquelle il s’évada de prison. Quelques semaines plus tard, il s’était créé une armée de cafards géants qu’il lança à l’assaut d’un restaurant de Manhattan où dînaient trois des membres de Facteur X : Cyclope, Marvel Girl (Jean Grey) et le Fauve. Après un bref combat contre les cafards, les héros de Facteur X triomphèrent et la Sauterelle fut remise aux autorités. Il s’échappa encore et recréa une armée d’insectes géants capables de causer de vastes dégâts écologiques mais les insectes furent détruit par l’Ordre et la sauterelle fut vaincue et jetée en prison.

Pouvoirs/Equipement : Aucun. La Sauterelle a conçu un magno-rayon capable d’accroître plusieurs centaines de fois la taille des insectes. La Sauterelle porte aussi un casque qui lui permet de commander aux insectes, un rayon paralysant, des recharges de soie qu’il lance sur ses ennemis pour les capturer et une exo-armure dotée d’ailes mécaniques qui lui permettent de voler. Son exo-armure augmente sa force et sa résistance. Son casque lui donne aussi une vision périphérique. Il porte généralement sur lui des oeufs d’insectes qu’il peut agrandir instantanément avec son magno-rayon. On l’a vu contrôler des sauterelles, des scarabées, des chenilles, des guêpes, des mantes religieuses et des cafards.

Aptitudes : Le Docteur Auguste Hopper est un scientifique et un entomologiste de renom.

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaires »

Kangourou durant la guerre des lapins

Posté par othoharmonie le 8 juin 2014

images (14)La guerre des lapins est l’une des guerres les plus sanglantes de l’Histoire, si sanglante que personne ne veut s’en rappeler (cf. Koala).

Le kangourou va jouer un rôle de collaborateur fidèle avec l’armée des lapins durant la fameuse guerre des lapins. Ayant fréquenté une classe de 3e durant plus d’un million d’année, il va devenir plus têtu qu’un adolescent de 14 ans et chercher à s’identifier à n’importe qui. Complexant sur ses oreilles, il va devenir attiré par ce point commun avec le peuple lapin qui va largement profiter de cette attirance naïve.

Dénonçant sans remords le moindre koala de la résistance, il va atteindre le Côté Obscur au grand regret du Grand Koala Yoda:  » Non mais quel enfoiré le kangourou était. Comment possible est ce, si cruel pouvoir être ? Il loin dans l’atrocité été allait conjugué avant le Complément d’Objet Direct qui ne prend pas de « s » à le fin. Mais bon après mieux ca a été, il se rattrapé un peu est. M emmêle les pinceaux je. Dur d’en parler c’est. suis Désolé je … Pardon. »

Yoda l’avait bien deviné (enfin il peut aussi bluffer hein), le kangourou va commencer à se poser des questions en voyant le nombre de koalas exterminés durant la bataille de Sydney. Il va commencer à réaliser que même si l’existence est difficile, il reste une créature de la Terre qui a besoin des autres espèces pour vivre. Et puis faut avouer qu’un lapin, ça pue la carotte à des kilomètres.

Il va alors jouer un rôle décisif en rejoignant l’armée de la résistance des koalas qui s’enrichit entre temps de l’armée des bisons dans ses rangs. La fameuse diversion du kangourou travesti va distraire les lapins temporairement. Le kangourou va occuper tous les clubs pimp-show, afin que les lapins maléfiques soient moins attentifs aux exactions de l’armée de la résistance. Au final cela va permettre au piège de chewing gum à l’eucalyptus de se refermer sur ces lapins minables (cf. Koala pour donner du sens à cette foutue phrase).

Bilan

La guerre des lapins a un bilan animal très lourd. On compte un nombre incalculable de koalas exterminés et torturés. Des opossums pulvérisés tels des cafards. Des cafards exterminés tels des bactéries avec une aspirine. Des bactéries atomisées tels des ions d’aluminium dans un accélérateur de particules etc… Le kangourou se retrouve avec une paire de cils collés en permanence et une position cambrée qui expose ses parties génitales, le faisant passer pour une espèce de prostituée vulgaire. Une fois de plus donc, il se retrouvera humilié. 

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaires »

Conversation animalière avec S.Ward

Posté par othoharmonie le 1 janvier 2014

« Conversations with Animals » de Suzanne Ward

 

                                                                               Suzy Ward

Dans ce livre qui vient d’être édité, Suzanne Ward, qui depuis de nombreuses années reçoit télépathiquement les messages de son fils Matthew, a eu la surprise, il y a 7 ans environ, d’entendre un des nombreux chiens abandonnés, dont elle s’occupe, lui adresser la parole…et depuis, elle a le plaisir de converser télépathiquement avec la plupart d’entre eux. Nous découvrons dans ce témoignage combien ces fidèles compagnons sont sensibles à l’attention que les humains leurs prêtent. Nous apprenons que tout chien, avant de venir au monde, est instruit par l’Ange de leur espèce, « Le Grand Chien », qui les prépare à l’aventure qui les attend sur Terre et à leur rôle auprès des humains. 

Suzy après avoir conversé avec ses chiens, a étendu son répertoire pour communiquer avec d’autres animaux dont elle livre le contenu dans son livre. Elle souligne que les animaux ont une gamme d’intelligence et d’émotions plus large que la plupart des hommes leurs attribuent et particulièrement chez les espèces les plus évoluées. Ces dernières sont très réceptives et reconnaissent, par exemple, lorsque les esprits des « défunts » animaux et humains sont présents. Comme êtres multidimensionnels, ils vont et viennent entre les mondes de l’esprit et la matière, de telle sorte ils savent qu’il n’y a pas de mort.
Les animaux sont honnêtes et loyaux et leur amour est inconditionnel. Les animaux qui étaient particulièrement liés à des humains peuvent retourner plus tard à eux, sous la même forme physique ou une espèce différente, mais ayant gardé la même personnalité et les mêmes dispositions.
Tout comme les âmes humaines évoluent à travers de nombreuses vies et apprennent par des expériences, il en est de même pour les animaux et il n’est pas inhabituel pour l’énergie de l’âme humaine de s’incarner dans un animal pour expérimenter ce genre de vie. 

Voici un extrait significatif d’une rencontre peu commune :  » L’été dernier, alors que j’arrosais les pétunias de la banquette de fleurs située le long de la barrière, j’aperçus ce qui avait l’air d’un minuscule criquet jaunâtre, posé sur une feuille. Un « criquet » me vint à l’esprit, bien que j’en avais jamais vu de pareil ! Pourquoi n’a-t-il pas fui, lorsque j’ai arrosé juste à ses côtés ?

« Il a commencé à me parler. Après qu’il m’ait dit que ce qu’il allait me confier était destiné au livre que j’étais en train d’écrire, il s’embarqua dans un monologue. A ce moment-là mon livre n’était qu’une ébauche, mais j’écoutai plein d’étonnement et tout ce que je pus dire après-coup, c’est que je serais incapable de me souvenir de tout ce qu’il avait raconté. Le criquet me dit qu’il n’y avait pas besoin que je m’en souvienne, qu’il me rappellerait cela au moment opportun. Je levai les yeux un instant, puis regardai à nouveau la feuille où le criquet se trouvait précédemment, il avait disparu…

« Oui, je suis ici, juste comme je te l’avais dit que je serai. Les gens n’ont pas de respect pour les insectes, ne reconnaissent pas l’importance que nous jouons dans vos vies. Il est vrai que certains parmi nous sont juste une plaie, comme les mouches, mais la plupart d’entre nous, jouons une part significative dans la chaîne de la vie, dont vous pensez être au sommet. Ce n’est pas vrai, en ce qui concerne l’intelligence et la connaissance spirituelle, ce sont les baleines et les dauphins qui détiennent cette place, mais il y a une part d’intelligence que vous nommez instinct, que vous ne pouvez même pas concevoir ou que vous ne prenez pas la peine de considérer dans la vie des insectes sur cette planète. 

« Vous ne nous remarquez même pas, à moins que ce soit avec un sentiment de répugnance, comme envers les cafards et les fourmis dans vos cuisines, puis c’est avec dégout que vous nous exterminez. J’ai choisi cette forme, afin de porter attention et honneur aux insectes, qui sont de loin les formes de vie les plus répandues sur la planète. Nous sommes interconnectés avec toute autre vie ici, y compris celle des humains et une part de votre éveil est la reconnaissance que nous avons tous, tout comme vous, part à ce drame. Vous avez besoin de nous honorer comme êtres interconnectés que nous sommes et respecter nos vies comme nous respectons les vôtres. Vous êtes à un moment où vous devez choisir entre vous élever, ou chuter, et nous voyons que nombreux parmi vous ne s’élèveront pas, parce que vous fermez vos yeux à notre importance, tout comme vous fermez vos yeux à l’importance de toute vie humaine. 

« Je pense que ça suffit, Madame Suzy. Je crois avoir été clair que les humains tomberont, à moins qu’ils élèvent leurs yeux et leurs cœurs et ressentent l’unité en chaque vie dans ce monde, que chaque fourmi et escargot a sa place dans cette conscience une, ainsi le sont chaque arbre, la fleur la plus petite, ainsi l’est chaque enfant affamé et chaque homme riche. Il n’y a pas de séparations. Les humains doivent commencer à comprendre cela et agir avec respect et honneur et aider chacun, chaque âme vivant sur Terre, car nous TOUS sommes des âmes, tout comme vous.

« Merci de bien vouloir transmettre mon message. Je n’ai plus besoin du corps que vous aviez vu, puis vu disparaître. Je l’ai fait afin que vous puissiez me voir et me prêter attention. » 

SOURCE / GalacticChannelings.com January 1 2014

Publié dans XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

Rigel le terre-neuve devient le héros du « Titanic »

Posté par othoharmonie le 19 septembre 2013

14 avril 1912.  en sauvant plusieurs naufragés.

Article Le Point.fr - 

Sur les dizaines de chiens à bord du paquebot, seuls trois survivent. Ils sont les grands oubliés de la catastrophe. Injustice !

Rigel le terre-neuve devient le héros du

Les êtres humains ont-ils un iceberg à la place du coeur ? Depuis un siècle, ils sanglotent sur les 1 500 hommes, femmes et enfants victimes du naufrage du Titanic, et se fichent royalement des milliers d’animaux martyrs qui ont partagé leur sort. On oublie que le paquebot est une véritable Arche de Noé. Pour cette première traversée, il compte à son bord une cinquantaine de chiens, quatre poules, un coq, une trentaine de poulets, un canari jaune, un petit cochon de compagnie et Margaret Thatcher… Sans compter les très nombreux passagers clandestins habituels : 6 000 rats, 350 000 cafards, 2 milliards d’acariens, selon le décompte d’un expert. Et encore, pour être complet, faut-il ajouter les dizaines de milliers de puces, morpions et autres sympathiques compagnons des voyageurs de troisième classe… La quasi-majorité d’entre eux mourront sans une plainte, sans un cri, en dignes héros. Sans même avoir droit à un couplet dans la chanson de Céline Dion ! C’est peut-être ça le plus dur…

Pas de chat à bord ? Si, une chatte tigrée nommée Mouser, qu’un chauffeur (l’homme chargé d’enfourner le charbon dans une des chaudières) nommé Big Joe avait embarquée à Belfast. Elle avait même mis bas quatre chatons, mais eut la bonne idée de quitter le navire à Southampton, juste avant le départ. Prémonition animale ? En tout cas, voyant sa protégée quitter le bateau, Big Joe y vit un signe du destin et chercha un autre engagement, ce qui lui sauva probablement la vie.

Minuscules chiens

De nombreuses races de chien sont représentées à bord, surtout parmi les plus snobs, car seuls les passagers de première classe ont les moyens de voyager avec leurs compagnons : bouledogues, loulous de Poméranie, chows-chows, terre-neuve, épagneuls, airedales… Pour les occuper, un défilé canin était même prévu sur le pont de la première classe, le 15 avril. Le projet est bien sûr tombé à l’eau. S’il y a un passager que ces Américaines snobinardes agacent avec leurs toutous, c’est bien le peintre et essayiste américain Francis Davis Millet. Il l’écrit à un ami dans une lettre qu’il poste à Queenstown, en Irlande, dernière escale du paquebot avant la traversée : « La plupart d’entre elles sont affublées de minuscules chiens-chiens, mais ce sont leurs maris qu’elles tiennent solidement en laisse, comme des agneaux bêlants. » Et encore Millet a-t-il échappé à Alain Delon, qui voulait embarquer avec ses trente-cinq chiens : « J’aurais tellement adoré mourir au milieu d’eux », gémit-il. C’est Rocco qui ricane…

Les chiens ont à leur disposition un chenil de luxe, situé derrière les cuisines de la troisième classe, où chacun possède sa niche. À tout moment, leurs maîtres peuvent les sortir pour effectuer une promenade sur le pont. Lors du choc avec l’iceberg, la majorité des chiens dorment dans « leur cabine », à l’exception de quelques-uns qui ont l’autorisation exceptionnelle de dormir avec leur maître. Tel Sun Yat-Sen, un petit pékinois appartenant à Henry Sleeper Harper et à son épouse Myra. Ce qui lui sauve la vie, puisqu’il peut embarquer avec son « papa » et sa « maman » à bord du canot n° 3. En revanche, Frou-Frou, petite chienne de race inconnue, est moins chanceuse, car sa maîtresse, en voyage de noces, l’abandonne dans sa cabine, croyant avoir moins de chances d’être acceptée à bord d’un canot de sauvetage si elle se présente avec elle. Kitty, une magnifique chienne airedale, fait également partie des victimes abandonnées à bord, mais au moins a-t-elle le réconfort de mourir en compagnie de son maître qui n’a pas trouvé de place à bord d’un canot. 

Le héros Rigel

Quoique milliardaire, le colonel John Jacob Astor n’est pas autorisé à accompagner sa jeune épouse Madeleine enceinte. Après l’avoir regardée s’éloigner, il va libérer leur chienne du chenil, laquelle se met à courir de long en large sur le pont. Tous deux disparaîtront avec le Titanic. En revanche, Madame Rothschild, épouse de Martin Rothschild, fabricant de vêtements à New York, est une vraie héroïne. Elle sauve son loulou de Poméranie en le cachant dans son manteau et, quand les marins duCarpathia qui la recueillent lui donnent l’ordre de l’abandonner dans le canot, elle refuse. Mais cet imbécile de cabot se fait écraser par une voiture dès son arrivée à New York…

Il y a encore les trente-quatre pékinois de la milliardaire américaine Charlotte Drake Cardeza, dont pas un ne réchappe. Saluons le geste d’Ann Elizabeth Isham, qui préfère accompagner son danois dans la mort plutôt que de l’abandonner à son triste destin. Le seul chien à ne pas s’en faire dans cette histoire, c’est Rantanplan. Il refuse de quitter la salle de spectacle, attendant l’entrée en scène de Céline Dion…

Terminons, enfin, avec l’admirable comportement de Rigel le terre-neuve. Appartenant au premier officier du Titanic, il saute à l’eau dès que le navire se met à couler. Durant trois heures, il nage à proximité d’un canot de sauvetage où il n’y a pas de place pour l’accueillir. Quand le Carpathia, qui a répondu au SOS, surgit dans la nuit, les passagers du canot, à bout de forces, sont incapables d’attirer l’attention du navire. Seul Rigel est encore capable d’aboyer pour alerter le commandant du Carpathia. Après les rescapés, le chien est hissé à bord du navire et aussitôt adopté par un marin. C’est lui le vrai héros du Titanic. Nom d’un chien !

 

REGARDEZ la complainte des chiens du Titanic (parodie) : http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/14-avril-1912-video-et-nous-on-compte-pour-du-beurre-signe-les-chiens-du-titanic-14-04-2012-1451494_494.php

Publié dans XXX - ARTICLES DE PRESSE | Pas de Commentaires »

Hamster doré

Posté par othoharmonie le 7 juillet 2013


Comportement dans la nature

Hamster doré dans HAMSTER - COBAYE hamster_dore_angora_beigeDans la nature, le Hamster doré est un solitaire, à part en période de reproduction. Il maintient au minimum une centaine de mètres entre chaque terrier et peut même se montrer très agressif vis-à-vis de ses congénères s’ils pénètrent dans son territoire. Celui-ci est délimité en laissant des traces olfactives sécrétées par des glandes situées sur ses flancs et les femelles déposent un liquide vaginal pour faire savoir aux mâles qu’elles sont abordables. Les hamsters dorés communiquent aussi entre eux par des petits cris et des grincements de dents d’intimidation. Ces avertissements ont été observés lors de 92 % des rencontres entre mâles, 39 % entre femelles et seulement 5 % entre mâles et femelles. Les petits produisent en plus des ultrasons destinés à leur mère. Certaines attitudes permettent aussi au hamsters dorés de déterminer leur statut hiérarchique ou leur aptitude à se reproduire. Mais on n’a pas encore pu déterminer si les variations de pelage ont un rôle à jouer dans la reconnaissance entre hamsters syriens.

Afin de permettre que les petits soient élevés dans des conditions favorables, les femelles sont programmées pour n’ovuler que si la lumière est suffisante. Elles ont aussi recours au cannibalisme si les ressources alimentaires sont insuffisantes pour élever toute une portée.

Les hamsters dorés sont omnivores, se nourrissant de graines, noix et d’insectes, dont des fourmis, des mouches, des cafards et les guêpes. Ce rongeur infatigable passe ses nuits à rassembler de la nourriture pour la rapporter ensuite dans son terrier. En une seule soirée, un hamster peut parcourir près de 13 kilomètres à faire ainsi des allers et retours.

En hiver, si la température descend en dessous de 8 °C, le hamster a des longues périodes de torpeur mais qui ne sont pas vraiment considérées comme de véritables entrées en hibernation.

Rôle écologique et statut de conservation

Comme tous les hamsters, les hamsters dorés ont un rôle à jouer dans la dispersion des graines et leurs terriers abandonnés offrent le gite à des petits animaux comme les crapauds.

Ces petits rongeurs représentent une source de nourriture facile pour les prédateurs comme les renards, les petits carnivores, les rapaces et les serpents mais son principal ennemi reste l’être humain. Malgré cela leur capacité de reproduction élevée et leur aptitude à se cacher dans leurs terriers permettent de maintenir les effectifs de population.

Le hamster doré sauvage est considérée comme animal en danger par l’UICN à cause de son habitat sur une zone de répartition très réduite. Mais, pour les habitants de ces régions, le hamster est un animal nuisible ravageur de cultures. Le gouvernement syrien fournit d’ailleurs aux agriculteurs des poisons anti-rongeurs dans le but de limiter leur nombre.

Hamster doré domestique

Si le hamster sauvage est menacé d’extinction dans la nature, sa présence abondante dans les élevages préserve l’espèce d’une éventuelle disparition totale.

Histoire de sa domestication

Le laboratoire de l’Université hébraïque de Jérusalem fait capturer en 1930, à Alep en Syrie, une femelle hamster doré et ses 12 petits. Ils sont élevés en captivité à des fins expérimentales et se reproduisent si bien que l’université approvisionne bientôt d’autres laboratoires avec leur descendance, à commencer par l’Angleterre dès 1931. Tous les hamsters dorés d’élevage seraient issus de ces premiers hamsters de laboratoire qui ont par la suite séduit également les amateurs d’animaux de compagnie.

Sélection et variétés d’élevage

Les laboratoires et surtout les éleveurs d’agrément ont créé des couleurs, des marquages et différentes textures de poils chez le hamster syrien (comme le hamster à poil ras, le hamster à poil long et le hamster à poil satin). Il existe une grande variété de couleurs (exemple : noir, chocolat, crème, etc.). Ils ont aussi développé quelques marquages différents (exemple : bande blanche, dalmatien, écaille de tortue, etc.).

Animaux de petites tailles, les hamsters ont néanmoins besoin d’un habitat suffisamment grand pour répondre à leurs besoins.

Strictement solitaire il faut appliquer la règle d’or : 1 hamster = 1 cage. De plus, quelle que soit l’espèce, le hamster a besoin d’une surface au sol, d’un seul tenant, suffisante pour lui permettre de courir tout son saoul.

Pour les espèces naines (roborovski, russe et campbell), le minimum conseillé en France est de 3500 cm² au sol, soit 70 cm de long x 50 cm de large x 50 cm de haut. Pour les hamsters chinois ou dorés (syriens), le minimum est de 4000 cm² au sol, soit 80 cm de long x 50 cm de large x 50 cm de haut. Les Allemands vont jusqu’à conseiller un minimum de 4000 cm² pour les nains, soit 1 m de long x 40 cm de large et 50 cm de haut, et 5000 cm² pour les hamsters chinois et dorés, soit 1 m de long x 50 cm de large et 50 cm de hauteur.

Plus la cage est grande et comporte des distractions, plus les hamsters sont heureux. Il est possible avec certains modèles de faire des associations de plusieurs kits pour obtenir une très grande cage, mais le hamster ayant besoin d’une grande surface d’un seul tenant de telles installations ne sont pas conseillées.

Alimentation

oldhamster_kaefig dans HAMSTER - COBAYEAussi important que l’habitat si l’on veux prolonger l’espérance de vie de l’animal, ce dernier a besoin d’une alimentation équilibrée répondant à ses besoins nutritionnels. Ainsi il lui faudra chaque jour:

  • 16 % de Protéines
  • 5 à 6 % de Lipides
  • 4 à 8 % de Fibres
  • Ainsi que des taux appropriés en Phosphore, Calcium, Vitamine A, Vitamine B, Vitamine C, Vitamine D et Vitamine E

Le hamster est un rongeur omnivore ce qui signifie que son alimentation doit contenir un apport en protéines d’origine animale. Cet apport est essentiel pour le hamster qui ne peut synthétiser certains acides aminés [lesquels ?] qu’il trouve dans ces protéines d’origine animale.

Le Hamster doré (Mesocricetus auratus) est un petit rongeur originaire de Syrie et de Turquie. Il s’agit d’une espèce de Hamster très répandue en captivité un peu partout dans le monde. Certaines races de Hamster doré, élevées comme animaux de laboratoire ou de compagnie, sont même considérées comme domestiques par des pays comme la France. L’espèce est également appelée Hamster rouxHamster de Syrie ou Hamster syrien

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaires »

L’île aux libellules

Posté par othoharmonie le 5 avril 2013

 

L'île aux libellules dans LIBELLULE lib-281x300  En ce moment au Japon, impossible de faire un pas dehors sans entendre le chant strident des semi (cigales) qui résonnent à chaque coin de rue. Avec les kabutomushi (scarabées-rhinocéros japonais), les hotaru (lucioles) et parfois malheureusement les gokiburi (cafards japonais), ce sont les insectes symboles de l’été au Pays du Soleil Levant.

Mais s’il y a bien un insecte-roi au Japon, c’est bien la libellule !

 Dans de nombreuses cultures occidentales, les libellules étaient – voire sont toujours – considérées comme mauvaise ou diabolique. “Poux de Serpent” ou “Aiguilles du Diable” sont quelques-uns des surnoms donnés à ces insectes, et la croyance selon laquelle les libellules mordent ou piquent demeure vivace. Les libellules sont en fait inoffensives pour l’homme.

Au Japon c’est tout le contraire : les libellules sont considérées comme des insectes porte chance. Comme elles volent toujours vers l’avant sans jamais reculer, elles sont un symbole de persévérance qui inspira surtout les guerriers samouraïs des siècles précédents dans leur batailles. La libellule a même donné son nom à une lance légendaire créée par le forgeur renommé Masazane Fujiwara et qui aurait appartenu au daimyô Honda Tadakatsu : la Tonbogiri ou Trancheuse de Libellule. La lance tiendrait son nom du fait qu’une libellule s’étant posée sur sa lame se vit instantanément coupée en deux…

 Au Japon, il existe environ 200 espèces de libellules, la quasi-totalité ayant une appellation traditionnelle propre. On en trouve de toutes les couleurs. A titre de comparaison, on ne trouve “que” 150 espèces sur l’immense territoire de la Russie… Elles sont si ancrées dans la culture et l’histoire du pays qu’elles lui ont même donné un de ses premiers surnoms “Akitsushima“. En ancien japonais, libellule ne se disait pas tombo mais Akistsu . Le légendaire premier empereur Jimmu ayant gravi une petite montagne laissa errer son regard sur ses terres et aurait déclaré : “Mon île a la forme de deux libellules accouplées.” Ce serait à partir de cette déclaration que le surnom de Akitsu-Shima, “l’île aux Libellules”, que l’on retrouve dans de nombreux écrits médiévaux comme le Man’yôshû, fit sont apparition.

Quels poètes ces Japonais

Publié dans LIBELLULE | Pas de Commentaires »

Petite Histoire de Fourmi

Posté par othoharmonie le 7 janvier 2013

 

Description de cette image, également commentée ci-aprèsIl  était une fois, une Fourmi heureuse et productive qui, tous les jours ,arrivait  de bonne heure à son travail. Elle passait toute sa journée à travailler dans la  joie et la bonne humeur, poussant même la chansonnette.

Elle  était heureuse de travailler et son rendement était excellent mais, malheur !,  elle n’était pas pilotée par un manager …

Le  Frelon, PDG de l’entreprise, considérant qu’il n’était pas possible que la  situation puisse perdurer, créa un poste de manager pour lequel il recruta une  Coccinelle avec beaucoup d’expérience.

La  première préoccupation de la Coccinelle fut d’organiser les horaires d’entrée et  de sortie de la fourmi. Elle créa également un système de compte-rendu et de  fiches navettes. Très vite, il fallut engager une secrétaire pour l’aider à préparer les dossiers et le reporting, si bien qu’elle recruta une Araignée qui  mis sur pied un système de classement et qui fut chargée de répondre au  téléphone. Pendant ce temps là, la fourmi heureuse et productive continuait de travailler, travailler, travailler.

Le  Frelon, PDG de l’entreprise, était ravi de recevoir les rapports de la Coccinelle , si bien qu’il lui demanda des études comparatives avec graphiques,  indicateurs et analyse de tendance. Il fallut donc embaucher un Cafard pour assister le manager et il fallut acheter un nouvel ordinateur avec une imprimante.

Assez  vite, la Fourmi heureuse et productive commença à baisser de rythme et à se  plaindre de toute la paperasserie qui lui est dorénavant  imposée.  Le  Frelon, PDG de l’entreprise, considéra qu’il était temps de prendre des mesures.  Il créa donc le poste de chef de service pour superviser la Fourmi heureuse et  productive.

Le  poste fut pourvu par une Cigale  qui  changea tous le mobilier de son bureau et qui demanda un nouveau fauteuil ergonomique ainsi qu’un nouvel ordinateur avec écran plat. Seulement, avec  plusieurs ordinateurs, il fallut aussi installer un serveur réseau. Le nouveau  chef de service ressenti rapidement le besoin de recruter un adjoint (qui était son assistant dans son ancienne entreprise) afin de préparer un plan stratégique  de pilotage ainsi que le budget de son nouveau service. Pendant  ce temps-là, la Fourmi était de moins en moins heureuse et de moins en moins  productive.

« Il  va nous falloir bientôt commander une étude sur le climat social », dit la  Cigale. Mais , un jour, le Frelon, PDG de l’entreprise, en examinant les  chiffres, se rendit compte que le service dans lequel la Fourmi heureuse et productive travaille n’était plus aussi rentable qu’avant. Il  eut donc recours aux services d’un prestigieux consultant, M. Hibou, afin qu’il  fasse un diagnostic et qu’il apporte des solutions. Le Hibou fit une mission de  trois mois dans l’entreprise à l’issue de laquelle il rendit son rapport : « il y  a trop de personnel dans ce service ». Le  Frelon, PDG de l’entreprise, suivit ses recommandations et .. licencia   la  Fourmi !

Moralité  :
Ne  t’avise jamais d’être une Fourmi heureuse et productive. Il vaut mieux être incompétent et ne servir à rien. Les incompétents n’ont pas besoin de superviseur, à quoi cela servirait puisque tout le monde le sait ! Si malgré  tout, tu es productif, ne montre pas que tu es heureux au travail, on ne te le  pardonnerait pas. Si tu t’obstines à être une Fourmi heureuse et productive,  monte ta propre entreprise : au moins tu n’auras pas à faire vivre les Frelon, Coccinelle,Araignée, Cigale, Hibou et autre Cafard.

Publié dans FOURMI | Pas de Commentaires »

Le Journal « Le Lynx

Posté par othoharmonie le 1 août 2012

 

Le Lynx est aussi un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français, et proche du Crocodile au Togo, du Cafard libéré au Sénégal et du Journal du jeudi au Burkina Faso. L’une des marques de fabrique est l’attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinées (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé).

Le Journal Fondé en 1992 au temps de la dictature par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations: l’une de Lansana Conté : « Je n’ai pas peur des critiques », l’autre d’Arthur Koestler : « L’histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Au cours des 10 premières années, le journal ou ses journalistes ont essuyé cinq procès et deux séjours en prison (dont l’une pour la caricature de l’épouse du Chef de l’État, qui avait amené un vaste mouvement de solidarité, les lecteurs se réunissant pour payer la caution demandée). En 2009, Reporters sans frontières s’était ému des menaces qui pesaient sur la vie des journalistes eux-mêmes.

Le tirage est d’environ 30 000 exemplaires par semaine. En 2008, l’exemplaire vaut 2 000 FG ou 500 FCFA. Localement, les exemplaires sont souvent prêtés, photocopiés, voire loués. Il compte environ 16 pages.

Histoire

En 1990, Souleymane Diallo avait cherché à créer un journal d’information générale qui se serait appelé La Boule de cristal, ou Le Cristal. Après une rencontre avec Mamadou Bâ, futur chef du parti Union pour la nouvelle république, il avait décidé de lancer La Nouvelle République. Quand son associé était entré en politique, Souleymane Diallo a repris sa liberté et créé un « hebdomadaire satirique indépendant » qui aurait dû porter le nom d’Œil de lynx et qui devient Le Lynx, ainsi qu’une maison d’édition dédiée, la Guicomed. De 1992 à 1998, le journal est écrit à Conakry, imprimé à Abidjan, renvoyé et diffusé à Conakry. En 1998, la société éditrice se lance elle-même dans l’impression du journal.

En mai 1999, l’hebdomadaire a reçu le prix « Presse et démocratie » dans le cadre du Festival Nord-Sud, organisé à Genève. En l’an 2000, le prix du meilleur journal lui a été décerné dans le cadre de « l’Excellence » qui a récompensé les créations nationales guinéennes. En 2003, le journal a été récompensé par l’Agence intergouvernementale de la francophonie (AIF) ce qui lui a permis d’acquérir du matériel multimédia.

Parmi les collaborateurs du Lynx, on rencontre Williams Sassine, Ahmed Tidiane Cissé, Benn Pepito, etc.

Publié dans LYNX | Pas de Commentaires »

Histoire de la Blatte

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 

Histoire de la Blatte dans BLATTES - TERMITESLes blattes peuplent presque tous les habitats terrestres. Leurs adaptations morphologiques, physiologiques et comportementales leur permettent de survivre dans quasiment n’importe quelle condition extrême. Certaines creusent leur terrier sous le sable, en plein désert, pour y trouver de l’humidité. D’autres nagent, ou même plongent sous l’eau. D’autres, enfin, sont associées à des organismes symbiotiques qui digèrent la cellulose du bois qu’elles percent.

Les blattes vivant dans les appartements sont des insectes grégaires. Elles produisent une phéromone d’agrégation. Il s’agit d’une substance odorante incitant les individus d’une même espèce à se regrouper. Des abris où leurs excréments sont abondants apparaissent (en anglais un Fecal Focal Point). A cet endroit, les insectes sont en sécurité. L’abondance des excréments et de la phéromone indique aux blattes que leur cachette n’a pas encore été découverte par leurs ennemis (les habitants du logement). Expérimentalement, on observe que les blattes se développent moins vite lorsqu’elles sont isolées. De plus, les cafards se nourrissent davantage en présence de cette phéromone.

 Les blattes vivent en petits groupes de type familial. Ces groupes se composent d’individus du même âge et probablement nés de la même mère. Dans les habitations, ces groupes se rassemblent pour former des grandes communautés de plusieurs centaines ou même de milliers d’individus. Cependant, le concept de hiérarchie ou de spécialisation des tâches est inexistant. Chaque individu est autonome.

Les blattes sont très résistantes, y compris à des doses de radiations mortelles pour l’homme. En janvier 2008, L’émission MythBusters a effectué des tests d’irradiations sur des insectes et confirmé une survie à des doses d’une dizaine de fois la dose mortelle pour un humain, ce phénomène est général aux invertébrés (les mouches du vinaigre de l’expérience ont survécu à des doses beaucoup plus fortes).

Les blattes peuvent rester un mois sans manger ni boire, et retenir leur respiration pendant 45 minutes (sous l’eau).

 Une blatte décapitée peut survivre 7 à 9 jours (il est à rappeler que le système nerveux central des insectes est constitué d’une chaîne de ganglions le long du corps, et non centré autour d’un cerveau comme pour les vertébrés), la respiration s’effectuant par des trous disséminés dans son corps, les spiracles et son abdomen pouvant stocker de l’énergie pour cette durée.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaires »

Les sortes de blattes

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 

Les sortes de blattes dans BLATTES - TERMITESLes blattes constituent le sous-ordre des blattoptères (Blattaria) qui constituent avec les mantes l’ordre des Dictyoptères.

 La blatte est aussi appelée cafard ou cancrelat en Europe, coquerelle au Québec, ravet aux Antilles et punaise morpin à l’Île Maurice bien qu’il ne s’agisse pas d’une punaise. Quelques espèces sont synanthropes, principalement dans les cuisines où elles se nourrissent de restes, déchets et provisions.

 Les quelque 4 000 espèces réparties autour de la planète varient en forme, couleur et taille. Elles sont apparues sur Terre il y a environ 400 millions d’années.

 En France, quatre espèces introduites en Europe au cours des derniers siècles existent :

D’autres espèces (une dizaine en tout) sont indigènes et vivent dans les buissons ou au sol.

En 2007, des études ont prouvé que les termites étaient des blattes sociales.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaires »

Rêver de blattes, cafards

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

Rêver de blattes

 
Rêver de blattes, cafards dans BLATTES - TERMITESSi des blattes apparaissent dans votre rêve le message ne sera pas particulièrement positif pour vous. Cependant, l’apparition de blattes dans votre rêve vous incite tout de même à réagir et à ne pas vous laisser sombrer. Vous vivez actuellement une période assez délicate et vous ne savez plus trop comment agir pour bien faire. Vous pourriez même avoir envie de baisser les bras en vous disant que vos efforts ne servent à rien. Essayez donc de faire le point et de vous pencher sur vos véritables objectifs. Cela peut prendre un peu de temps mais est indispensable pour savoir si vous devez continuer sur le chemin que vous empruntez actuellement et qui vous cause bien des tracas. Cette mise au point pourra vous permettre d’aller de l’avant et de vous motiver pour que vos rêves deviennent des réalités. Ce n’est pas en se décourageant que l’on parvient à donner vie à ses projets, au contraire. Dites vous bien que les grands projets ne sont pas les plus faciles à obtenir et qu’il faut bien souvent se battre pour ses rêves. Ne vous laissez pas envahir par le doute, vous pouvez vous battre

Rêver de cafard

 Voici la représentation la plus parfaite de l’aspect négatif des insectes. Avoir le cafard, c’est avoir la tête empli d’idées noires. Faire un rêve de cafards qui envahissent la maison, c’est être la proie de pensées très négatives. Ces pensées induisent un sentiment profond de malaise, jusqu’au dégoût de soi-même.

 Idées noires, déprimes, pollution mentale.

 

Rêver de parasites 

Certains cauchemars sont peuplés de vers ou d’insectes d’aspect indifférencié qui grouillent. Ils symbolisent une forme de vie qui se nourrit aux dépens des autres, une vie psychique très élémentaire, sans conscience. Les vers sont des larves qui doivent se transformer pour atteindre une autre forme, celle de leur taille adulte, souvent celles d’insectes.

 Les parasites peuvent représenter des êtres qui n’ont pas atteint leur maturité et que leurs comportements infantiles rendent dépendants des autres et de leur énergie. Si les parasites nous envahissent, nous sommes dans un état d’angoisse inquiétant. Nous n’avons pas d’échange réel avec notre environnement. Nos proches nous parasitent, se nourrissent à nos dépens. Le sentiment de dégoût qui est éprouvé doit nous inciter à les rejeter, à nous débarrasser d’eux. Il manque la lumière de la conscience et de l’intelligence, une véritable communication.

 Angoisse sentiment morbide, environnement parasite.

 220px-Tropidacris_cristata_cristata_MHNT_flanc_dos_nymphe dans BLATTES - TERMITES

 

Le site de Tristan-Frédéric Moir : http://tristan.moir.free.fr/Nouveausite/index.html

Psychanalyste – Psychothérapeute – Onirologue – Analyse et interprétation de rêves

En direct chaque mercredi de 23h à 1h30 sur
« Radio Ici & Maintenant ! » 95.2 FM

Publié dans BLATTES - TERMITES | 5 Commentaires »

La blatte germanique

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 

 La blatte germanique (Blattella germanica) est une petite espèce de cafard, mesurant de 13 à 16 mm de long. Originaire d’Asie, elle se rencontre dans de très nombreux pays, en particulier près des habitations humaines.

 Sa couleur va de bronze à brun clair. Elle possède deux stries parallèles foncées qui partent de la tête et se rendent à la base des ailes. Bien qu’elle ait des ailes, elle est incapable d’effectuer un vol soutenu.

 La blatte germanique dans BLATTES - TERMITES 250px-Blatella_germanica_p1160206Cette blatte compte parmi les plus communs et les plus répandus des cafards domestiques dans le monde. On peut la rencontrer partout, notamment dans de nombreuses habitations humaines. Dans les climats plus froids, on ne la trouve d’ailleurs qu’à proximité des maisons, car elle résiste mal au froid. Ce cafard est originaire d’Asie et il est étroitement apparenté à la blatte asiatique. D’ailleurs les deux espèces semblent presque identiques à l’observateur inattentif.

 Très adroite à s’incruster dans les habitations, elle est très difficile à exterminer, du fait que chaque ponte produit un grand nombre de nymphes et que le délai est très court entre la naissance et la maturité sexuelle. De plus, la mère porte sa ponte avec elle pendant la période de développement, au lieu de la laisser quelque part comme d’autres espèces, pratique qui, dans un habitat humain, la rendrait plus vulnérable aux tentatives de désinfection. Plus petite que beaucoup d’autres espèces, cette blatte peut se cacher plus facilement et se faufiler dans de très petits orifices pour se mettre à l’abri des humains. Ainsi, à part la présence d’animaux de compagnie, elle a peu de prédateurs naturels à l’intérieur d’un habitat.

 La blatte germanique est omnivore. Elle apprécie particulièrement l’amidon, les aliments sucrés, les graisses et la viande. On peut en voir pendant la journée, surtout si elles sont nombreuses ou si elles ont été dérangées ; elles sont néanmoins nocturnes et donc actives surtout la nuit.

 La blatte germanique est également radiorésistante.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaires »

La Blatte orientale

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 mâle et femelleLa blatte orientale (Blatta orientalis) est une grande espèce de cafard, qui mesure environ 2,5 cm de long à l’âge adulte. Elle est de couleur marron foncé à noir avec un corps brillant. La femelle a une apparence un peu différente de celle du mâle : à première vue on croit qu’elle n’a pas d’ailes, mais en fait elle en possède, d’ailleurs très courtes et inutiles, juste au-dessous de sa tête, et son corps est plus large que celui du mâle. Le mâle a un corps plus étroit et de longues ailes, qui couvrent la plus grande partie de son corps et sont de couleur marron. En fait il n’est pas non plus capable de voler. La blatte orientale femelle ressemble un peu au cafard des bois de Floride avec lequel il peut être confondu.

 

Les blattes orientales ont tendance à voyager un peu plus lentement que d’autres espèces. Les anglophones les appellent « waterbugs » car elles préfèrent les endroits sombres et moites. On les rencontre souvent à proximité des matières organiques en décomposition et dans les égouts, les canalisations, les caves humides, les vérandas et d’autres endroits humides. On peut les trouver à l’extérieur dans les buissons, sous les terreaux de feuilles, sous les paillis et autour d’autres lieux humides.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaires »

Blatte ou Cafard ou Cancrelat

Posté par othoharmonie le 25 mai 2012

Insecte au corps fortement aplati, adapté à la course rapide et se nourrissant de débris variés.

Classe : Hexapodes ; ordre : Dictyoptères ; sous-ordre : Blattides

 Blaberus giganteus - Muséum de ToulouseLes blattes, encore appelées cancrelats ou cafards, comptent parmi les insectes les plus anciennement connus : elles existent dès le Carbonifère, c’est-à-dire il y a près de 250 millions d’années. Elles sont représentées aujourd’hui par quelque 4 000 espèces parmi lesquelles moins de 1  p. 100 sont considérées comme nuisibles. La plus grande blatte du monde, Macropanesthia rhinocerus, se trouve en Australie et peut atteindre 18 centimètres de longueur pour un poids de 50 grammes. La plus petite, Attaphilla fungicola, n’a que 4 millimètres de longueur et vit dans les fourmilières d’Atta en Amérique du Nord. Parmi les blattes indigènes de la France on peut citer les espèces du genre Ectobius qui peuple généralement les bois, et Loboptera decipiens, typique du littoral méditerranéen.

Les blattes présentent un pronotum (région dorsale du premier segment thoracique) développé en bouclier qui masque la tête. Leurs antennes sont longues, filiformes et multiarticulées. Leurs pattes, toutes semblables et à hanches rapprochées, sont adaptées à la course rapide. Leurs deux paires d’ailes sont indépendantes : les ailes antérieures sont en partie sclérifiées mais leur nervation reste cependant très nette ; au repos, elles sont appliquées à plat sur le corps et recouvrent les ailes postérieures membraneuses. Elles sont souvent peu développées et non fonctionnelles. L’abdomen porte, sur le dixième et dernier segment, une paire d’appendices, les cerques, pourvus de soies sensitives qui auraient une fonction sensorielle complémentaire de celle des antennes. Omnivores, les blattes ont une alimentation très variée grâce à leurs pièces buccales broyeuses et à leur tube digestif pourvu d’un jabot volumineux et d’un gésier. Les espèces qui se nourrissent de bois possèdent des protozoaires flagellés vivant en symbiose dans leur intestin et capables de digérer la cellulose.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaires »

Le Cafard

Posté par othoharmonie le 25 mai 2012

 

Agés de 400 millions d’années, les cafards font parti de l’ordre des Orthoptères.
Appelés aussi blattes ou cancrelats,ils s’installent là ou ils trouvent chaleur, nourriture, humidité et abri.
Les maisons, appartements, réstaurants, magasins, entrepôts, boulangeries, abattoirs, conserveries, laiteries, établissement de fabrication de produits alimentaires, édifices publics, hôpitaux, navires, et depotoirs, tout leur convient.
Leur mauvaise odeur, leur habitude à trainer sur la nourriture et de la souiller les rendent indesirables. Ils peuvent, de plus, transmettre des maladies.

De nombreux ouvrages font état de toute une série d’agents pathogènes présents dans leur organisme ou sur eux et dans leurs matières fécales. Il existe plusieurs études récentes sur les allergies aux blattes, en particulier aux blattes germaniques et américaines.

Plusieurs personnes, par exemple, ont la diarrhée, sans même se douter que c’est à cause des cafards.
En réalité, les blattes peuvent transporter 4 lignées du virus de la poliomyélite, en plus de 40 espèces de bactéries pathogènes (si elle les a rencontrés en chemin)…

Le Cafard dans BLATTES - TERMITES

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaires »

Blattes en général

Posté par othoharmonie le 25 mai 2012

 

 

Blattes en général dans BLATTES - TERMITESDéfinition générale: (du latin, blatta) Insecte applati, de moeurs nocturnes, coureur rapide, appelé aussi cafard, cancrelat ou meunier, dont plusieurs espèces tropicales répandues dans le monde se nourrissent de déchets alimentaires.

Description: La blatte est un insecte de l’ordre des dictyoptères pourvu d’une carapace lisse. Bien que fréquemment dotées d’ailes, au demeurant peu adaptées à un vol soutenu, nos blattes se déplacent plus volontiers « à pattes », et très souvent avec une extrême vélocité. Elles possèdent une forme générale très profilée (en ovale allongé) et un corps fortement aplati doté de téguments à la fois lisses et souples, ce qui leur confère la propriété de rechercher le contact d’objets et donc de suivre le contour des obstacles, ou encore de s’insinuer dans les moindres fissures, fentes, ou interstices. La couleur des Blattes est le plus souvent brunâtre, plus ou moins foncé, quelques fois jaunâtre ou noir.

Deux puissants détecteurs de mouvement, les cerques, structures courtes en forme de cigare, sont situés à l’extrémité arrière de l’abdomen et font courir l’insecte dans la direction opposée à la moindre vibration suspecte. Il s’agit de poils tactiles qui sont sensibles aux sons ou plus généralement aux vibrations de l’air. De plus, ils ont une sensibilité directionnelle qui permet que cette première réaction motrice de fuite soit orientée dans le sens du mouvement d’air, et donc en sens opposé au prédateur. Les antennes se chargent quant à elles de l’odorat, un autre sens extrêmement développé chez la Blatte et dont l’utilité est indéniable en matière de reproduction. La Blatte utilise davantage ses antennes que ses yeux. Les antennes sont aussi longues que le corps et sont presque continuellement en mouvement, explorant le milieu environnant. Ses pattes velues dotent la Blatte d’un sens tactile à toute épreuve grâce à des poils minuscules les recouvrant. Ces soies sont donc souvent abondantes sur les pattes des insectes mais sont aussi particulièrement nombreuses sur les antennes qui sont également des appendices tactiles.

Certains animaux se sont adaptés au vent tel le pika qui crée un mur de cailloux pour stocker des plantes et herbes sèches à l’abri. Les cancrelats savent tirer parti des vents légers pour échapper à leurs prédateurs. Les animaux herbivores se positionnent en fonction du vent et de la topographie afin de bénéficier du transport des odeurs, comme des bruits, par le vent et ainsi percevoir l’approche d’un prédateur qui s’est lui-même adapté en approchant autant que possible sous le vent donc avec un vent soufflant de sa proie vers lui.

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaires »

Le cafard

Posté par othoharmonie le 25 mai 2012

      1 – Présentation des espèces

Les termes cafard, blatte et cancrelat sont synonymes.

Le cafard dans BLATTES - TERMITES cafardL’ordre des dictyoptères regroupe toutes les espèces de blattes et de mantes. On y distingue deux sous-ordres les blattoptères (ou blattoptéroides) et les mantoptères (on parle aussi de blattidés et mantidés). Ce sont des insectes à cycle incomplet de métamorphose dont on connaît plus de 3500 espèces.

la fécondation de la femelle se fait par les voies génitales où le mâle injecte un liquide spermatique. Elle pond des oeufs groupés dans des sacs appelés oothèques contenant de 10 à 40 oeufs selon l’espèce.

Les larves subiront, suivant l’espèce, 7 à 10 mues avant d’atteindre l’aâge adulte.

Les adultes possèdent deux paires d’ailes non fonctionnelles, qui peuvent leur servir à planer en cas de danger.

Dans les régions où vivent des espèces de taille importante (la blatte américaine) on peut observer des individus aptères mesurant 3 cm. Il s’agit de nymphes (dernier stade larvaire) de l’espèce, dont l’imago mesure lui 40 mm.

Les espèces les plus courantes en France sont:

· la blatte germanique

· la blatte orientale

· la blatte américaine

· la blatte australienne

On rencontre aussi la blatte rayée ou blatte à bandes brunes sous nos latitudes.

Blatte-3 dans BLATTES - TERMITES

Publié dans BLATTES - TERMITES | Pas de Commentaires »

12
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello