• Accueil
  • > Recherche : attaque cigogne

Résultats de votre recherche

La vie de l’Aigle royal

Posté par othoharmonie le 18 novembre 2014

 

SONY DSCTournoyant très haut dans le ciel, l’aigle royal explore son vaste domaine. Parmi plus de 300 espèces de rapaces diurnes, il est sans doute celui qui incarne le mieux l’oiseau de proie. L’homme, qui l’a longtemps pourchassé, cherche maintenant à préserver ce superbe oiseau au regard fier et à l’envergure impressionnante.

Il est plus courant de découvrir des restes de mammifères ou des coquilles de mollusques que des traces fossiles, même fragmentaires, d’oiseaux. Car la structure délicate de leur squelette, leurs os creux et la fragilité de leurs plumes ne permettent pas une bonne fossilisation. Cela explique pourquoi l’étude phylogénétique, c’est-à-dire la détermination des modalités de l’évolution des oiseaux, n’est pas aisée. Toutefois, certains des matériaux fossiles existants ont conduit les paléontologues à établir des affinités entre les rapaces et les cigognes, ibis et hérons (ciconiiformes) et, de façon plus éloignée, avec les pélicans (pélécaniformes).

Les ancêtres primitifs des rapaces font leur apparition entre 63 et 36 millions d’années avant notre ère. En ces temps reculés vivent des rapaces d’une taille impressionnante, parfois inaptes au vol, tel Diatryma, dont l’aspect rappelle celui d’une autruche et qui habite les plaines d’Amérique voici 60 millions d’années. Avec son énorme bec, crochu et acéré, et sa taille (2,10 m), il est sans doute un prédateur redoutable. De l’oligocène au pliocène (de – 36 à – 2 millions d’années), de nombreuses espèces d’oiseaux existant encore voient le jour. Parmi celles-ci des rapaces, et peut-être l’aigle royal, ou du moins une forme voisine de celle que nous connaissons. Résultat d’une longue évolution, l’aigle royal, après avoir traversé avec succès les bouleversements climatiques du pléistocène (de – 2 millions d’années à – 10 000 ans), a été confronté, à notre époque, à des dangers qui l’ont mis en péril.

Présent sur quatre continents, l’aigle royal a longtemps été chassé par l’homme. Il a dû supporter et il subit encore les ravages de l’agriculture intensive et de ses moyens chimiques (dont le DDT, qui s’accumule dans les tissus, provoquant une baisse dramatique de la fécondité) ; ces produits ont causé des dégâts considérables sur les populations de rapaces. De nombreux pays ont adopté une législation interdisant les pesticides les plus nocifs. Ces mesures seront-elles suffisantes pour que l’aigle continue à tracer ses orbes superbes dans le ciel ?

Pour élire une partenaire ou honorer sa compagne, l’aigle la courtise en plein ciel. Ces jeux nuptiaux commencent aux beaux jours de l’hiver quand les ascendances thermiques sont favorables. Le couple s’élève en spirale et vole ailes étendues. Les grandes plumes se frôlent parfois. Soudain, le mâle gagne en altitude avant de piquer sur la femelle, ses ailes à moitié repliées, simulant l’attaque. Sur sa lancée, il reprend de la hauteur et recommence à plusieurs reprises ce manège. La femelle bascule sur le dos et feint de parer de ses serres ce semblant d’assaut. Parfois, elle agrippe, un instant très bref, les serres du mâle. Selon les régions, ces parades spectaculaires cessent en janvier ou se prolongent jusqu’en mars-avril.

La plaque incubatrice permet à la femelle de maintenir en permanence l’œuf à la température élevée dont il a besoin pour éclore. Cette zone de la face ventrale se modifie aux approches de la reproduction par des changements successifs. Sous l’action d’hormones, le duvet qui protège la peau tombe peu à peu jusqu’à ce qu’elle soit tout à fait dénudée ; et sa surface s’échauffe grâce à un afflux de sang dans les vaisseaux capillaires qui se sont mis à gonfler. L’équilibre thermique, indispensable à la couvaison, se trouve alors assuré. Les femelles de la plupart des oiseaux possèdent, comme l’aigle, une plaque incubatrice, parfois même plusieurs. En son absence, chaque espèce adopte sa propre méthode de substitution. Les canards s’arrachent le duvet ventral et en garnissent leur nid ; les fous de Bassan couvrent leur œuf de leurs pattes palmées, toujours irriguées en abondance ; quant au manchot empereur, il dépose son œuf sur ses pattes, l’abritant ainsi dans un repli de la peau de son ventre.

Publié dans AIGLE | Pas de Commentaires »

Essaims de CRIQUETS

Posté par othoharmonie le 15 juin 2014

 

images (9)L’une des problématiques de la lutte contre les essaims de criquets est l’usage de grande quantité d’insecticide. La campagne de 1987-1988 a montré que les insecticides restent le moyen de lutte le plus performant, malgré les effets polluants sur le milieu biologique.

Le criquet pèlerin possède des prédateurs naturels : les hérons, les cigognes, les lézards, les rats, les singes, en sont friands. Mais la consommation de tous ces insectivores est largement dépassée par la rapidité du cycle reproducteur du criquet pèlerin. Les femelles sont très prolifiques, et en quelques mois, soit trois ou quatre générations, un essaim peut multiplier ses effectifs par dix mille, voire un million. Des mouches, des guêpes et des coléoptères s’attaquent aux œufs, des araignées à ses larves. Mais ces prédateurs sont beaucoup moins prolifique et ne peuvent non plus pourchasser les essaims dans leurs migrations.

Les micro-organismes sont également un système de lutte envisagés. La substance provenant de bactéries (Bacillus thuringiensis), la bactospéine PM est très efficace contre les chenilles et les papillons. Mais elle est éliminée par le système digestif des acridiens. Aux États-Unis, on pulvérise des nozemas, protozoaires parasites habituels des criquets. Efficace sur les sédentaires, la méthode semble inopérante sur les migrateurs. Plus prometteuse semble la production par synthèse de toxines de champignons.

Le principal moyen de lutte est donc la lutte chimique. L’expérience a montré qu’arroser chimiquement les nuages d’insectes volants est inefficace: les doses mortelles mettraient en péril tous les êtres vivants de la contrée. Le traitement retenu se pratique le matin, juste avant l’envol.

Pour empêcher les oeufs d’éclore, il est parfois recommandé de labourer le sol à grande profondeur. Mais, le plus souvent, le relief et les moyens d’accès l’interdisent. La campagne 1987-1988 aura toutefois permis d’expérimenter sur les essaims de larves des insecticides de plus en plus raffinés. Soutenus par les écologistes, les pyréthrinoïdes sont des molécules de synthèse copiées sur les toxines naturelles du pyrèthre, un végétal qui pousse en afrique. Efficaces, mais peu rémanents ces produits exigent des pulvérisations fréquentes et coûteuses. La plus heureuse surprise est venue avec les dérégulateurs de croissance comme le téflubenzuron. Répandue sur les larves, avant la poussée des ailes définitives, cette sorte d’hormone empêche le raidissement du nouveau squelette de chitine lors de la dernière mue. Ne pouvant s’extraire de leur tégument précédent, 99 à 100 pour 100 des insectes meurent avant d’avoir pu s’envoler. Inoffensive pour les oiseaux et mammifères, cette  » potion  » peut être dangereuse pour les autres insectes. Pour les spécialistes, il était encore trop tôt pour crier victoire. Et pour preuve, l’invasion 1987-1988 n’a pas été la dernière.

Publié dans SAUTERELLE - CIGALE | Pas de Commentaires »

cigogne légendaire

Posté par othoharmonie le 14 novembre 2013

180px-Prächtiger_beringter_Weißstorch_Nordbaden_März_2013

 

LE MIROIR

Il était une fois

Une grenouille  qui craignait plus que tous les immenses cigognes …

Toute sa vie était centrée sur cette terreur, toute aussi immense ! Si bien que si le moindre oiseau ressemblant fort ou peu a une cigogne s’approchait des alentours elle fuyait très vite très loin dans l’espoir immédiat d’échapper a une éventuelle attaque de l’animal , qu’il fut ou non une cigogne ! …

Par un beau jour de printemps , tandis que notre grenouille avait trouvé son tout nouveau refuge dans un étang a peut près a son goût , un héron maladroit vint atterrir a sa manière sur le plan d’eau où notre grenouille se prélassait au soleil…

cigogne légendaire dans CIGOGNEL’animal ailé , bien que ressemblant en divers points a sa cousine la cigogne , ne représentait pourtant absolument aucune menace pour notre grenouille craintive, facile a terroriser et pour la simple et bonne raison que les hérons ne se nourrissent exclusivement que de poissons et jamais , au grand jamais du moindre batracien !

Bien du contraire , les batraciens , pour le héron , sont d’une aide précieuse pour leur pêche au poissons ( mais ceci est une autre histoire ! )…

Cependant notre grenouille , qui demeurait craintive pour la raison que l’on sait , en voyant atterrir le héron a la façon de la cigogne & avec cette silhouette si ressemblante sous divers points , crû dur comme fer avoir affaire a cet animal qui la terrorise par dessus tout et prit aussitôt les jambes a son cou pour fuir a nouveau , comme elle sait si bien le faire en telles circonstances ! …

C’est ainsi que l’on voit , a travers marais et contrées , une grenouille craintive changer de logis comme de chemise et fuir encore et toujours tout ce qui ressemble de près ou de loin a une cigogne …

On dit même que les cigognes auraient changé de régime depuis peu ( dans la nature tout évolue donc tout est possible ) et pourtant , qu’elle sache ou ignore ce fait , la grenouille n’en demeure pas moins craintive a ce sujet , ayant au final plus de confiance en se terreur que de confiance aux aptitudes de changement des prédateurs !

On dit aussi que depuis sa 1ère fuite justifiée ( lorsqu’elle fut véritablement face a une cigogne affamée de grenouilles ) elle n’a en réalité jamais recroisé de cigogne mais seulement des pseudos cigognes c’est-à-dire des cousins et des cousines , souvent ressemblantes en allures et en mœurs et pourtant jamais mangeurs de grenouilles !

On dit , pour finir , qu’elle vécu même un amour très fort et très profond ( quasi fusionnel ) avec un être qui , certains jours , avait des airs de cigogne a cause du miroir qui se tenait en permanence derrière lui où qu’il aille , quoi qu’il fasse avec elle …

La grenouille toujours voyait , en le regardant , son image a elle – quand elle entrait dans sa peur face a des circonstances aux apparences menaçantes ( apparentes seulement ! ) au lieu de se voir  > elle voyait sa peur personnifiée dans le miroir qui la changeait en cigogne ! … Ainsi la pauvre créature se fuyait elle-même en croyant fuir une cigogne ! et fuyait par là même l’être au miroir qui tentait de l’aimer malgré tout !

& on dit , enfin , que leur amour en fut brisé car ces fuites , devenues incessantes , finirent par briser le miroir où la pauvre grenouille effarée s’était laissé piéger par sa propre peur !

Voila la sinistre histoire de ceux & celles qui projettent hors d’eux l’image de leurs pires craintes , jusqu’à la projeter même sur l’amour de leur vie , a en perdre la sève !

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaires »

Cigogne et spiritualité

Posté par othoharmonie le 11 novembre 2013


Nous sommes nous aussi comme des oiseaux migrateurs.

C’est l’apôtre qui a écrit l’épître aux hébreux qui nous révèle cela.

 Cigogne et spiritualité dans CIGOGNE white_stork_from_the_crossley_id_guide_britain_and_ireland-231x300

Il nous dit dans le chapitre 13 aux hébreux ; notre cité à nous n’est pas ici-bas, elle est à venir, en réalité, nous sommes en migration, comme l’hirondelle, la grue, la cigogne, nous sommes appelé à aller vers d’autres climats et je crois que cette migration mérite une explication et c’est en allant au centre de Ribeauvillé que nous apprenons par exemple que la cigogne ne part pas seulement à cause du froid, mais elle part parce qu’en hiver, elle ne trouverait pas sa nourriture.

La preuve c’est que les cigognes du centre de réintroduction, depuis plusieurs années supportent les hivers et n’en meurt pas.

Mais en 1973;on c’est rendu compte que les couples de cigognes diminuaient d’année en année. 10% des cigognes mouraient électrocuter par les lignes de haute tension ; il y avait un autre facteur qui faisait que les cigognes ne revenaient plus en Alsace » je ne sais pas si elles avaient perdu le langage de l’alsacien », mais elles revenaient plus. Puis on à étudié ceci, là ou elles allaient les peuples on changé de régime politique, c’est des régimes souvent militaires et les soldats s’amusaient avec les tanks, leurs armes à foncer dans les cigognes et ils en tuaient jusqu’à 60% par année.

Alors, on a voulu sauver ces magnifiques oiseaux. Nous devons savoir que ces oiseaux partaient, non seulement à cause du froid parce qu’ils étaient frileux, mais parce qu’ils ne trouvaient plus leur nourriture, ils ne vivent pas seulement de grenouilles et de poison mais aussi d’insectes pour leur équilibre nutritif.

Nous aussi nous devons comprendre que le point capital de notre progrès spirituel, ne dépend pas seulement d’avoir une chaude assemblée extraordinaire mais il faut aussi avoir une bonne nourriture spirituelle et dans la semaine, il faut continuer à se nourrir de la parole de Dieu, comme la cigogne partait pour échapper à la famine qui la menaçait.

Nous devons nous aussi quelque fois savoir prendre le temps de nous retirer pour nous nourrir de la Parole de Dieu.

Nous sommes appelés à être comme les cigognes, des oiseaux migrateurs qui font tous les efforts pour trouver leur nourriture. « exemple : s’éloigner de la télé ».

Notre chose primordiale c’est notre nourriture spirituelle comme l’oiseau migrateur. Je n’ai pas peur du froid de l’incrédulité qui sévit autour de moi, je n’ai pas peur du froid de l’apostasie qui vient, ce que j’ai peur c’est de l’anémie spirituelle qui ferait de nous un corps sans défense à l’heure de l’attaque et comme la cigogne, apprenons à changer de climat et d’endroit pour y trouver la nourriture. L’homme ne vivra pas de pain seulement mais de toute parole qui sortira de la bouche de Dieu.

Il est important de savoir que les oiseaux migrateurs sont conduits par Dieu par un instinct qui leurs as été donné et qu’ils ont tous le même point de repère quand ils partent.

Ce point de repère c’est le soleil. Les oiseaux sont extraordinaires, l’hirondelle des mers à l’âge de 3 mois parcourent 18000 kilomètres, elle n’a jamais fait le voyage, à trois mois elle s’envole, sont point de repère le soleil.

L’oie sauvage s’élève à 8800 m d’altitude, là ou l’homme ne peut pas respirer sans un apport d’oxygène, elle vit, traverse et va à son point.

Dieu est le Dieu extraordinaire, il leurs à donné à tous un point commun, un point de repère, le soleil.

J’ai appris sur les coutumes des bêtes sauvages, les oies sauvages un jour sont parties, elles sont arrivé dans un faisceau de brouillard et de nuages, n’ayant plus leur point de repère, le soleil, elles sont revenus en arrière et repartit que le lendemain.

Nous aussi, nous avons le même point de repère, l’ancien testament se termine avec ces mots. Malachie4/2 Pour vous qui craignez mon nom se lèvera le soleil de la justice, et la guérison sera sous ses ailes.

Jésus est le soleil de justice, le point de repère de chacun d’entre nous, nous sommes comme ces oiseaux migrateurs, nous avons choisi le soleil de justice, Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

Dans notre migration, nous allons nous aussi vers une ère nouvelle mais en ayant toujours les yeux fixés sur Jésus. Voir dans Hébreux 11 les héros de la foi ; j’appelle ce chapitre le catalogue de Dieu; on voit tous les champions de la foi, et Hébreux 12/2:Ayez les regards sur Jésus.

Comme les oiseaux migrateurs, nous avons le soleil comme point de repère, ce soleil de justice Jésus qui à apporté la santé dans ses rayons.

Les français ont inventé des avions avec une géométrie, ont arrive à rentré les ailes, à les sortir, à les placer de telles façons que l’avion peut aussi facilement se mouvoir comme un oiseau dans l’espace. Les oiseaux ont reçu du créateur une possibilité quand ils étaient en vol; par exemple quand ils arrivent sur une région glacée et glaciale leurs plumes se resserrent et font protection contre le froid, mais tout d’un coup, ils arrivent dans un endroit chaud, leurs plumes s’ouvrent pour faire ventilation. Nos cigognes ont une telle possibilité comme les sternes des mers, l’oie sauvage, le plumier, tous ont la même faculté; nous aussi, nous avons une vie spirituelle à géométrie variable. Il arrive quelque fois que dans la prière ont à de la peine à s’exprimer car tout est glacial autour de nous, ont sent les démons qui nous frôlent, les ténèbres qui nous environnent, nous sommes comme gelé.ET tout à coup, nous nous concentrons sur le Christ, et voilà qu’apparaît le magnifique parler en langues qui nous permet de prier, et celui qui parle en langues s’édifie lui-même.

D’autre fois, c’est la prière de combat, d’autres fois la prière d’adoration ; il ne faut pas oublier comme les oiseaux avec leurs plumages peuvent résister au froid ou à la chaleur ; nous avons-nous aussi un manteau qui nous protège.

La parole de Dieu nous dit : nous devons revêtir Jésus-Christ, revêtir l’homme nouveau.

J’ai appris, qu’on pouvait supprimé l’instinct migrateur des cigognes et ont y est arrivé, en les mettant en cage, c’est pas la meilleur façon, il y a une autre façon qui est beaucoup plus humaine, c’est celle de couper les plumes d’une aile ; quand on arrive à faire cela, au bout de trois ans, la cigogne à perdu son instinct migratoire et c’est pour cela que l’on peut voir dans les environs, installé toute l’année, elles ne partent plus, elle ont perdu l’instinct migratoires.

Il y a beaucoup de chrétiens qui ont perdu l’instinct migratoire, ils ne croient pas au retour du Seigneur, on leurs à couper une plume d’une aile, ils ne croient plus au baptême du Saint-Esprit, ils ne crient plus aux dons spirituelles, on à taillé. On commence à dire que les prophéties étaient bonnes pour les écrits avant le nouveau testament, et on perd notre instinct migratoire.

Et j’ai appris qu’on ne nourrissait pas n’importe comment un cigogneau, les petits cigogneaux étaient nourrit par régurgitation ce qui veut dire, retour dans la bouche des aliments qui ont été déposé dans l’œsophage ou l’estomac.

C’est-à-dire que les cigognes mâchent une première fois la nourriture, la laisse en dépôt dans leur œsophage ou leur estomac et sans vomissement la laisse revenir en petites boules dans le nid et les cigogneaux se nourrissent.

Et j’ai regardé que nous aussi nous sommes appelés à être comme les cigognes. C’est Abraham qui dit dans Genèse 18 : Dieu dit à Abraham, je l’ai choisi afin qu’il ordonne à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de l’Eternel en pratiquant la droiture, la justice et afin que l’Eternel accomplisse en sa faveur, ses promesses qu’il à faites, afin qu’il enseigne à ses enfants.

Les cigognes nous enseignent une chose, ce qu’elles mangent, elles le donnent ensuite à leurs enfants et vous ce que vous avez reçu, depuis des années, est ce que vous l’avez enseigné à vos enfants? prenons nos responsabilités, comme les couples de cigognes s’unissent pour nourrir les cigogneaux et mangent premièrement la nourriture qu’ils vont leurs donner.

Texte de ALDO BENZI

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaires »

cigognes… et les ennuis

Posté par othoharmonie le 1 novembre 2013

cigognes... et les ennuis dans CIGOGNE images-7Un échassier s’attaque depuis plusieurs jours aux voitures des habitants d’un village allemand, causant plusieurs milliers d’euros de dégâts.

Les cigognes peuvent apporter des bébés mais aussi bien des ennuis. Demandez-le donc aux habitants de Bergholz, un village de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale situé au nord-est de l’Allemagne. Depuis plusieurs jours, un de ses échassiers migrateurs s’attaque aux voitures qui passent son chemin. Les coups secs de son long bec rouge ont causé sur quatre automobiles des dommages compris entre 300 et 1 000 euros en fonction du modèle « picoré ». L’oiseau s’est aussi acharné sur plusieurs portes et fenêtres de résidents malchanceux.

« Comment pouvons-nous nous protéger contre de telles attaques », s’interroge une résidente « sinistrée » dans les colonnes du quotidien régional Nord Kurier. Certaines familles ont déposé des couvertures sur leurs vitres et leurs véhicules afin de se protéger contre les « assauts » souvent nocturnes de ce ciconiiforme, qui aurait dans son nid trois petits encore incapables de voler. L’échassier semble en effet charger uniquement les objets qui reflètent son image. Parois lisses, vitrages, miroirs… L’oiseau, surnommé « Meister Adebar » en hommage à un conte allemand pour enfants, ne semble visiblement pas apprécier son reflet. Cette attitude ne serait pas exceptionnelle, selon les spécialistes.

« Elle croit voir un ennemi en face d’elle »

« Lorsque la cigogne ne trouve rien à manger dans la nature, elle va dans les villages, explique Jens Krüger, un expert en ornithologie. Et quand elle aperçoit son reflet sur les voitures ou les fenêtres, elle croit voir un ennemi en face d’elle. » Ces coups de bec peuvent toutefois parfois blesser l’animal. Mais la construction d’un nombre croissant de logements dans cette région réduit l’habitat naturel des 850 couples de cigognes qui y nidifient une partie de l’année.

La seule solution qui ne passe pas par « l’incarcération » ou « la mise à mort de l’assaillant » revient donc à couvrir toutes les surfaces réfléchissantes. L’arrivée des mauvais jours poussera également dans quelques semaines le volatile à quitter le nord de l’Europe pour retrouver les chaleurs du sud de la Méditerranée. Les Marocains sont prévenus…

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaires »

LE MIROIR DE CIGOGNE

Posté par othoharmonie le 1 novembre 2013


Il était une fois

LE MIROIR DE CIGOGNE dans CIGOGNE images-5

Une grenouille  qui craignait plus que tout, les immenses cigognes …

Toute sa vie était centrée sur cette terreur, toute aussi immense ! Si bien que si le moindre oiseau ressemblant fort ou peu a une cigogne s’approchait des alentours elle fuyait très vite très loin dans l’espoir immédiat d’échapper a une éventuelle attaque de l’animal , qu’il fut ou non une cigogne ! …

Par un beau jour de printemps, tandis que notre grenouille avait trouvé son tout nouveau refuge dans un étang a peut près a son goût , un héron maladroit vint atterrir a sa manière sur le plan d’eau où notre grenouille se prélassait au soleil…

L’animal ailé , bien que ressemblant en divers points a sa cousine la cigogne , ne représentait pourtant absolument aucune menace pour notre grenouille craintive, facile a terroriser et pour la simple & bonne raison que les hérons ne se nourrissent exclusivement que de poissons & jamais , au grand jamais du moindre batracien !

Bien du contraire, les batraciens, pour le héron, sont d’une aide précieuse pour leur pêche au poissons (mais ceci est une autre histoire ! )…

Cependant notre grenouille, qui demeurait craintive pour la raison que l’on sait, en voyant atterrir le héron a la façon de la cigogne et avec cette silhouette si ressemblante sous divers points, crû dur comme fer avoir affaire a cet animal qui la terrorise par dessus tout et prit aussitôt les jambes a son cou pour fuir a nouveau, comme elle sait si bien le faire en telles circonstances ! …

C’est ainsi que l’on voit, a travers marais et contrées, une grenouille craintive changer de logis comme de chemise et fuir encore et toujours tout ce qui ressemble de près ou de loin a une cigogne …

On dit même que les cigognes auraient changé de régime depuis peu (dans la nature tout évolue donc tout est possible) et pourtant, qu’elle sache ou ignore ce fait, la grenouille n’en demeure pas moins craintive a ce sujet, ayant au final plus de confiance en se terreur que de confiance aux aptitudes de changement des prédateurs !

On dit aussi que depuis sa 1ère fuite justifiée (lorsqu’elle fut véritablement face a une cigogne affamée de grenouilles) elle n’a en réalité jamais recroisé de cigogne mais seulement des pseudos cigognes c’est-à-dire des cousins et des cousines, souvent ressemblantes en allures et en mœurs et pourtant jamais mangeurs de grenouilles !

On dit, pour finir, qu’elle vécu même un amour très fort et très profond (quasi fusionnel ) avec un être qui , certains jours , avait des airs de cigogne a cause du miroir qui se tenait en permanence derrière lui où qu’il aille , quoi qu’il fasse avec elle …

La grenouille toujours voyait, en le regardant, son image a elle & quand elle entrait dans sa peur face a des circonstances aux apparences menaçantes (apparentes seulement ! ) au lieu de se voir,  elle voyait sa peur personnifiée dans le miroir qui la changeait en cigogne ! … Ainsi la pauvre créature se fuyait elle-même en croyant fuir une cigogne ! et fuyait par là même l’être au miroir qui tentait de l’aimer malgré tout !

Et on dit, enfin, que leur amour en fut brisé car ces fuites, devenues incessantes, finirent par briser le miroir où la pauvre grenouille effarée s’était laissé piéger par sa propre peur !

Voila la sinistre histoire de ceux et celles qui projettent hors d’eux l’image de leurs pires craintes,  jusqu’à la projeter même sur l’amour de leur vie, a en perdre la sève !

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaires »

Une cigogne française bien particulière

Posté par othoharmonie le 1 novembre 2013

Un oiseau migrateur en provenance de l’Hexagone a été arrêté pour espionnage en Haute-Égypte parce qu’il portait un mystérieux boîtier sur son dos.

Une cigogne française bien particulière dans CIGOGNE sipa-ap-egypte-cigogne-espion-francaise-france-arm-1878611-jpg_1689807

Le climat de paranoïa en vigueur en Égypte vient d’atteindre un degré inégalé. Après la sanglante répression des Frères musulmans, accusés de « terrorisme » au lendemain de la destitution du président Mohamed Morsi, suivi des arrestations de journalistes occidentaux, soupçonnés d’être à la solde des islamistes, le nouveau pouvoir égyptien, piloté par les militaires, s’attaque désormais aux animaux. Les autorités du pays détiennent depuis la semaine dernière une cigogne, suspectée d’être un agent secret à la solde des Français, a révélé dimanche l’agence Associated Press.

Cet espion d’un nouveau genre a été intercepté en Haute-Égypte, dans le gouvernorat de Qena, à 450 kilomètres au sud du Caire, alors qu’il évoluait parmi quatre de ses congénères. C’est un pêcheur, interpellé par un étrange boîtier électronique fixé sur le dos de l’oiseau, qui a donné l’alerte. Obéissant à la lettre aux strictes consignes sécuritaires demandant à tout Égyptien de dénoncer les tentatives de complot contre l’État, le héros s’est emparé de l’animal qui s’approchait dangereusement de son domicile.

Une balise française

Arrivé au poste de police muni de sa prise, le pêcheur ne provoque pas le moindre fou rire. Bien au contraire, l’homme est reçu par des officiers tout aussi interloqués que lui par le curieux dispositif présenté par la « bête ». Et pour cause, en début d’année, un agent de sécurité a capturé un pigeon détenant, selon lui, un mystérieux microfilm. Une pure coïncidence ? Les policiers n’y croient pas, et placent l’oiseau en détention afin de mener l’enquête. 

La photo de l’échassier en cage fait la une des journaux du pays, qui se passionnent pour ce mystérieux espion à plumes qui en voulait à la révolution égyptienne. Un expert vétérinaire est même dépêché sur place pour tenter de percer ses secrets. Le suspense ne durera pas longtemps. Dès samedi, Ayman Abdallah, chef des services vétérinaires de la région de Qena, révèle que le boîtier n’est en rien un dispositif d’écoute ultraperfectionné mis au point par la DGSE, mais une simple balise fixée par des scientifiques français pour suivre les déplacements de l’oiseau migrateur. Preuve de l’innocence de la cigogne, le vétérinaire souligne que le boîtier a cessé de fonctionner dès l’instant où l’oiseau a franchi la frontière française. 

Mais l’affaire a pris une telle ampleur que des sources militaires égyptiennes se voient obligées de confirmer, sous le couvert de l’anonymat, la vraie identité de l’oiseau. Or, ce dernier n’est toujours pas libre. Telle une véritable menace pour la sécurité intérieure de l’Égypte, l’oiseau doit encore attendre la permission du procureur général pour quitter le pays. Quant au pêcheur de Qena, son patriotisme a été loué par le quotidien gouvernemental Al-Ahram, malgré son énorme bévue.

L’incident aurait pu prêter à rire s’il n’était pas le dernier exemple de la logique répressive qui s’abat contre toute opinion discordante en Égypte. Quiconque conteste le discours officiel de l’armée – et partagé par la majorité de la population – d’une révolution populaire qui a mis fin au terrorisme islamiste soutenu par l’étranger est voué aux gémonies. Comme le rappelle Vanessa Descouraux, correspondante de Radio France au Caire, il règne dans le pays un climat d »‘espionnite aiguë » depuis le 3 juillet dernier, date de l’éviction de Mohamed Morsi. 

Plus d’un millier de personnes ont été tuées, dont une majorité de partisans du président déchu, et plus de 2 000 Frères musulmans ont été arrêtés, dont la quasi-totalité des dirigeants de la confrérie. Sans oublier les 60 journalistes occidentaux qui ont été détenus sous l’accusation d’espionnage. Reste que l’affaire de l’espion qui craquetait n’est pas encore totalement élucidée. Étrangement, les autorités égyptiennes ont, depuis le début, évoqué l’arrestation d’un cygne. Les images sont pourtant formelles. L’espion présumé n’était autre qu’une cigogne.

Article publié par Le Point.fr – le 02/09/2013  

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaires »

LA CIGOGNE DU VERSEAU

Posté par othoharmonie le 28 octobre 2013

 

 LA CIGOGNE DU VERSEAU dans CIGOGNE images1La cigogne est très généralement un oiseau de bon augure, à part dans le Lévitique où elle se trouve qualifiée « d’immonde ». Elle est aussi symbole de piété filiale car 400 ans avant Jésus-Christ les Grecs associaient la cigogne qu’ils nommaient « pelargos » à ce respect des parents parce qu’elle les nourrissait alors qu’ils étaient vieillissants. De là découla le nom de la loi « Pelargonia » qui obligeait les enfants à s’occuper de leurs parents.

Dans certaines régions, on assure que la cigogne apporte les enfants, ce qui pourrait être en rapport ave ses mœurs d’oiseau migrateur, son retour correspondant au réveil de la nature. C’est sans doute dans la même perspective et pour la même raison, qu’on lui prête le pouvoir, par son seul regard, d’être cause de la conception. C’est d’ailleurs en février qu’elle marque son grand retour, c’est-à-dire dans le mois du Verseau. Par ailleurs, l’attitude de cet oiseau, dressé immobile et souvent solitaire sur un seul pied, en fait un des symboles de la contemplation. En Extrême-Orient, et notamment au Japon, la cigogne se confond avec la grue et apparaît comme un symbole d’immortalité.

En Europe, avoir un nid de cigognes sur le toit de sa maison porterait chance. Par ailleurs, comme elle n’oublie jamais où se trouve son nid, la cigogne symbolise la constance.

Une autre croyance voudrait qu’elle ait volé autour de Jésus lors de sa crucifixion. Elle serait ainsi devenue un symbole de résurrection, de régénération. C’est pourquoi la cigogne qui vole au-dessus d’une maison ou y construit son nid serait annonciatrice d’une future naissance. On entend dire encore : « Si une cigogne s’est posée sur votre maison, elle devient votre porte-bonheur dans presque tous les domaines : fécondité et fidélité d’abord, mais également richesse, santé, protection contre la foudre, bénédiction de la ville entière où elle a élu domicile. Cette quantité de vertus lui a sans doute été attribuée dans les siècles passés parce qu’elle débarrassait les champs et marécages des serpents et d’autres animaux peu appréciés par la population ».

La cigogne est encore symbole de longévité. On lui prête de pouvoir atteindre un âge fabuleux. Mais alors qu’elle arrive à six cents ans, elle ne mange plus, se contentant pour vivre de boire et, après deux mille ans, elle devient toute noire. Elle est, avec le lièvre et le corbeau, un animal cher aux alchimistes taoïstes.

Au Maroc aussi, la croyance populaire considérait la cigogne comme un porte-bonheur. Une légende marocaine assure que la cigogne serait un imam, un homme saint habillé de deux burnous, l’un noir et l’autre blanc. « Un jour, en plein Sahara, l’eau nécessaire à ses ablutions vint à manquer à l’imam. Pour ne pas manquer la prière, il utilisa le petit lait pour faire sa toilette commettant ainsi un grave péché car le petit lait était béni du fait de sa rareté en ce lieu désertique. Alors le Tout Puissant le métamorphosa en cigogne et l’expédia au Maroc pour expier son péché ».

Il est un petit conte intitulé « les Cigognes » d’Hans Christian Andersen, célèbre pour sa petite sirène, qui reprend une légende célèbre dans le nord de l’Europe assurant que c’est la cigogne blanche qui apportait les bébés aux jeunes parents. On retrouve cette hypothèse dans le poème d’un Allemand, Jean-Frédéric Wentzel, en 1840. Cependant, les premières légendes européennes sont bien plus anciennes, comme on vient de le voir.

 400px-BrantaLeucopsisMigration dans CIGOGNE

Quoi qu’il en soit, le folklore allemand est plein d’histoires rapportant que les cigognes trouvaient les bébés dans des grottes ou des marais et qu’elles les apportaient dans un panier, arrimé sur leur dos ou tenu dans leur bec, qu’elle déposait dans les maisons. Dans les grottes se trouvaient des « pierres de cigogne » où se trouvaient les enfants, mais il existait aussi des « fontaines aux enfants ».

Une légende de la fin du XIXe siècle raconte d’ailleurs que le « puits aux enfants de la cathédrale de Strasbourg conduirait à un lac souterrain sur lequel, à bord de sa barque, un gnome à barbe blanche pêcherait les âmes des enfants avec un filet d’or ».

On racontait encore que les nouveau-nés étaient remis à la mère ou lâchés dans la cheminée, ce qui semble un peu rude. Les couples désirant un enfant devaient avertir la cigogne en plaçant quelques friandises sur le rebord de la fenêtre pour la cigogne. Cette légende a, comme la cigogne, parcouru le monde et se raconte aussi bien en Amérique du Sud qu’aux Philippines.

Toujours dans le folklore germanique, la déesse Holda donne vie aux nouveau-nés à partir des âmes des défunts et la cigogne est chargée d’apporter les enfants à leurs parents. Dans la mythologie slave, la cigogne fait naître les âmes en les apportant du paradis jusqu’à la Terre, au printemps et en été. D’ailleurs, les Néerlandais ne s’y trompent pas puisqu’ils appellent la cigogne « transporteur d’âmes ». Pour en revenir aux Slaves, ils voyaient la cigogne comme un porte-bonheur et tuer cet oiseau portait malheur. Enfin, la cigogne aurait influencé jusqu’à l’origine même des enfants. C’est ainsi qu’on affirmait aux enfants d’esclaves afro-américains que les bébés blancs étaient apportés par les cigognes tandis que les bébés noirs naissaient à partir d’œufs de buses. En Orient, on soutenait qu’un simple regard de la cigogne suffisait pour rendre une femme enceinte. Le caractère durable du mythe de la cigogne et du nouveau-né est lié fait qu’il remédie à la difficulté de parler de sexe et de procréation aux jeunes enfants.

En Grèce, la cigogne était consacrée à Héra, la déesse de l’enfantement et dans la mythologie grecque, Antigone, fille de Laomédon roi de Troie, pour avoir osé comparer sa propre beauté à celle d’Héra, vit ses cheveux changés en serpents. Mais les dieux prirent pitié d’elle et la changèrent en cigogne et comme chacun sait, les cigognes mangent les serpents, ce qui les rend utiles et bénéfiques.

Enfin, si la cigogne a été choisie pour apporter les bébés, c’est sans doute en raison de son plumage blanc symbolisant la pureté, de sa taille aussi puisqu’elle est assez grande pour transporter un nouveau-né, ou encore son vol à haute altitude, un vol entre Terre et Ciel en quelque sorte…

Et pourtant le folklore autour de la cigogne blanche et pure connait aussi des détracteurs. En effet, il existe un conte polonais qui affirme que Dieu a fait le blanc plumage de l’oiseau, mais que le diable y a ajouté le noir des ailes. La cigogne aurait donc des instincts ni toujours bons, ni forcément mauvais. Par exemple, en Allemagne, on expliquait que les nouveau-nés handicapés ou mort-nés avaient été lâchés accidentellement par la cigogne, ou comme punition pour des actes peu honorables des parents dans leur passé. De même, les angiomes de naissance portent le nom de « morsure de la cigogne ». Les mères obligées de rester allongées avant l’accouchement sont dites « becquées » par la cigogne.

Dans l’Angleterre du Moyen Age, la cigogne était associée à l’adultère, peut-être à cause de ses parades nuptiales un peu trop démonstratives. Sa toilette et ses postures étaient interprétées comme de la fatuité. Alors la cigogne pouvait réprimander les femmes infidèles et l’attaquer avec des coups de bec. Seules les femmes étaient concernées par ce comportement moraliste.

Même si les légendes ont la vie dure, il n’en va pas autant de celle des cigognes. En effet, alors qu’en 1900 les cigognes se comptaient par milliers en Alsace, il n’en restait que deux couples en 1982. Les lignes à haute tension, la sécheresse, sa chasse au Mali, ainsi que l’emploi de pesticides très puissants visant à l’élimination des criquets furent les causes majeures de la disparition des cigognes. C’est pourquoi qu’il fut créé, en 1976, le Centre de Réintroduction des cigognes et des loutres, en Alsace, sur la route des vins, au cœur d’anciens marais. Il se trouve dans le petit village d’Hunawihr, près de Riquewihr et de Ribeauvillé. Ce parc abrite en permanence plus de 150 cigognes et une soixantaine de couples niche dans le parc. La population peut atteindre jusqu’à 250 oiseaux après la naissance des petits cigogneaux. Les cigognes y vivent en liberté quelle que soit la période de l’année, en pleine activité : construction des nids, accouplement, élevage des petits, vol en plein ciel… Vue les périls que attendent les cigognes pendant leur migration, le Parc a pour but de leur enlever l’instinct migratoire tout en leur permettant de voler et de se reproduire sur les villages alsaciens dès que cet instinct a disparu.

Cependant, l’oiseau et l’oiseau Verseau dont la liberté est la raison de vivre peut-il se complaire dans cet encadrement, même si c’est pour son bien.

D’Alsace, la légende de la cigogne s’est répandue dans toute la France et au-delà des frontières. Aujourd’hui, l’oiseau migrateur tient toujours une place de choix sur les faire-part de naissance et dans l’imaginaire populaire.

Enfin, dans l’interprétation des rêves, lorsqu’on voit une cigogne en songe, on dit que la cigogne n’apporte pas le bébé, mais qu’elle l’emporte. La cigogne serait le complément du verbe quitter, se sauver, dans le sens de sauvegarde. Ce rêve aurait une connotation spécifique qui exprime le besoin de prendre de la distance, de se placer hors d’atteinte d’une souffrance.

Pour d’autres interprètes des rêves de cigogne, celle-ci serait messagère de renouveau avec ce nouveau-né qu’elle apporte dans son bec tout comme son arrivée annonce le printemps. La voir en rêve serait un signe positif de renouvellement. C’est un oiseau messager qui annonce une nouvelle phase de vie en cours.

Source : Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaires »

Œufs de cigogne

Posté par othoharmonie le 22 octobre 2013

 

Œufs de cigogne dans CIGOGNE 220px-cigogne_blanche_mhntChez la Cigogne blanche un couple n’élève qu’une seule couvée par an. La femelle pond généralement quatre œufs, mais des pontes d’un à sept œufs ont déjà été signalées. Les œufs sont blancs, mais ont souvent l’air sale ou jaunâtre à cause d’un revêtement gluant. Ils mesurent en moyenne 72,58 x 51,86 mm, et pèsent de 96 à 129 g, dont 10,76 g de coquille. Un œuf est pondu tous les deux jours, mais l’incubation commence dès que le premier œuf est pondu, de sorte que l’éclosion, qui commence 33 à 34 jours plus tard, est asynchrone. Les deux parents participent à l’incubation pendant la journée, mais la tâche est assurée par la femelle seule la nuit.

La température et les conditions météorologiques au moment de l’éclosion sont importantes ; les températures fraîches et le temps humide diminuent le succès reproducteur en augmentant le taux de mortalité des poussins. De façon un peu inattendue, une étude a montré que les oisillons étant sortis de l’œuf plus tard et qui parviennent à l’âge adulte ont plus de poussins que leurs congénères de nids éclos plus tôt. Le premier petit sortant de l’œuf bénéficie généralement d’un avantage concurrentiel sur les autres. Bien que les poussins plus forts ne soient pas agressifs envers les plus faibles membres de leur couvée comme c’est le cas chez certaines espèces , les poussins plus faibles ou petits sont parfois tués par leurs parents. Cela se produit quand les ressources alimentaires se font insuffisantes, la réduction de la taille des couvées augmentant les chances de survie des autres oisillons. Les cigogneaux ne n’attaquent pas entre eux et la méthode de nourrissage employée par les parents — la régurgitation de grandes quantités de nourriture à la fois sur le fond du nid — ne permet pas aux plus forts de se nourrir entièrement au détriment des plus faibles ; l’infanticide par les parents reste donc le moyen efficace de réduire la taille d’une couvée mais n’est pas souvent observé.

Des 75 grammes à l’éclosion, la masse corporelle des poussins augmente très rapidement dans les premières semaines et atteint un plateau d’environ 3,4 kg en 45 jours ; la longueur du bec augmente de manière linéaire pendant environ 50 jours. Les jeunes oiseaux sont nourris avec des vers de terre et des insectes, qui sont régurgités par les parents sur le fond du nid. Les aînés peuvent atteindre le bec des parents et y obtenir leur nourriture. L’eau est versée directement du bec des adultes dans celui des jeunes. Les dix premiers jours, les parents nourrissent les petits toutes les heures ; quand ces derniers ont atteint l’âge de deux ou trois semaines, les adultes reviennent toutes les deux heures. Les poussins quittent le nid 58 à 64 jours après l’éclosion.

Russie

images-81 dans CIGOGNEUn projet russo-nippon visant la reconstitution de la population de cigognes extrême-orientales, inscrites sur la Liste rouge internationale, a donné un premier résultat.

L’attachée de presse de la filiale extrême-orientale russe de l’Organisation mondiale de protection de la nature (WWF) a annoncé mardi qu’un premier couple de cigognes extrême-orientales avait pondu un oeuf au Japon.

Les dernières cigognes extrême-orientales étaient mortes au Japon en 1964, victimes de la pollution chimique des champs et des plans d’eau. Depuis plus de vingt ans des chercheurs russes, japonais et chinois oeuvrent à la reconstitution de la population de ces oiseaux.

Selon l’interlocutrice de RIA Novosti, ce couple avait été élevé au centre de restauration des cigognes de la ville japonaise de Toyoka et en septembre 2005 il avait été lâché dans la nature. Au printemps il s’était installé dans un nid artificiel et la femelle y avait déposé un oeuf. Les spécialistes du centre observent les oiseaux en permanence. Pour l’instant ils ne sont pas sûrs que le couple puisse seul élever leur cigogneau.

120 autres oiseaux se trouvent au centre de restauration. Ils ont été apportés des réserves de Khingan (Russie) et de Zhalong (Chine). Actuellement 3000 cigognes extrême-orientales en tout et pour tout sont recensées dans le monde. Toutes habitent le bassin de l’Amour

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaires »

La Cigogne noire

Posté par othoharmonie le 19 octobre 2013

La Cigogne noire dans CIGOGNE ciconia_nigra_-kruger_national_park-8La Cigogne noire  est une espèce d’oiseaux de la famille des Ciconiidae. À peine plus petite et plus farouche que sa cousine, la Cigogne blanche, elle peut vivre jusqu’à 20 ans. Elle se nourrit principalement d’amphibiens et d’insectes. On la rencontre en Eurasie et en Afrique, où elle fréquente les forêts profondes plantées de vieux arbres et proches de zones humides

La Cigogne noire est légèrement plus petite que la Cigogne blanche , mesurant 95 à 100 cm pour une envergure de 145 à 155 cm. Elle pèse près de 3 kilogrammes.

Son plumage est presque totalement noir, avec des reflets verts et violet. Seul les plumes de son ventre, du bas de sa poitrine ses axillaires et ses sous-caudales sont blanches. Les plumes de la poitrine sont longues et hirsutes, formant une collerette qui est parfois utilisée lors de la parade nuptiale. Ses pattes sont longues et de couleur rouge. Sa petite tête se termine par un long bec rouge vif, qui s’affine progressivement pour finir en pointe. Son regard est souligné par une zone de peau nue rouge autour de l’œil. Il n’y a pas de dimorphisme sexuel apparent dans le plumage, mais le mâle est légèrement plus grand que la femelle.

Chez le jeune le motif du plumage ressemble à celui des parents, mais le noir est plus brun et moins brillant. Les scapulaires, les plumes des ailes et des sus-caudales ont la pointe pâle. Les pattes, le bec et la peau nue autour de l’œil du cigogneau sont d’un gris verdâtre. Il peut être confondu avec le jeune Tantale ibis, mais ses ailes et son manteau sont plus pâles, avec un bec plus long et du blanc sous les ailes. L’adulte, en vol et de loin, peut même être confondu avec la Cigogne blanche : par forte luminosité, le dessus des ailes peut sembler pâle.

Écologie et comportement

Alimentation

La Cigogne noire se nourrit principalement de grenouilles et d’insectes, mais aussi de poissons, crabes, de petits reptiles, oiseaux et mammifères.

Reproduction

Le nid, fait de branchages, est construit haut dans un arbre, ou sur un escarpement de falaise, toujours près de zones humides (cours d’eau ou marais) et à plus d’une douzaine de mètres du sol. Une ponte compte de 3 à 5 œufs, blancs, qui sont couvés par les deux partenaires durant 38 à 42 jours. Les cigogneaux quittent le nid de 65 à 70 jours après leur sortie de l’œuf.

Les poussins plus faibles ou petits sont parfois tués par leurs parents. Cela se produit quand les ressources alimentaires se font insuffisantes, la réduction de la taille des couvées augmentant les chances de survie des autres oisillons. Les cigogneaux ne s’attaquent pas entre eux, les poussins plus forts ne sont notamment pas agressifs envers les plus faibles membres de leur couvée comme c’est le cas chez certaines espèces (caïnisme), et la méthode de nourrissage employée par les parents — la régurgitation de grandes quantités de nourriture à la fois sur le fond du nid — ne permet pas aux plus forts de se nourrir entièrement au détriment des plus faibles ; l’infanticide par les parents reste donc le moyen efficace de réduire la taille d’une couvée mais n’est pas souvent observé5. Un cas d’infanticide a toutefois été filmé en 2012 sur un nid de trois juvéniles en Belgique .

La cigogne noire niche dans l’est de l’Europe et dans la péninsule Ibérique près de points d’eau douce. Contrairement à la cigogne blanche, la cigogne noire est un habitant timide d’anciennes forêts fermées qui renferment des étangs et des ruisseaux. Cependant, dans certaines régions (Estrémadure, en Espagne par exemple) elle utilise des rochers pour établir son nid.

Migrations

La cigogne noire migre pour l’hiver vers l’Afrique et l’Inde. Les jeunes partent plus tôt que les adultes. Seule la population de la péninsule Ibérique reste sur place. Elle vole dans des courants d’air chaud pour faciliter le vol sur de longues distances. Elles traversent la Méditerranée et passent par le col du Bosphore. Elles parcourent entre 200 et 300 kilomètres par jour, mais cela peut aller jusqu’à 500 kilomètres.

Les cigognes migrent à partir du milieu du mois d’août jusqu’à la fin du mois de septembre, puis reviennent au milieu du mois de mars. Suivant leurs trajectoires, les cigognes noires migrent vers la Tunisie, au Nigeria ou au Mali.

La Cigogne noire fait partie des nombreuses espèces d’oiseaux décrites par le naturaliste suédois Carl von Linné dans la dixième édition de son Systema Naturae parue en 1758, et où il lui donne pour protonyme le binôme de Ardea nigra. L’espèce est reclassée en 1760 et de manière définitive par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson dans un nouveau genre, Ciconia. Le nom de genre, Ciconia, vient du mot latin pour « cigogne », cĭcōnĭa, initialement retrouvé dans les œuvres d’Horace et d’Ovide ; nigra était quant à lui le mot latin pour « noir ».

Malgré sa grande zone de répartition géographique, aucune sous-espèce n’est distinguée.

Phylogénie

La famille de la Cigogne noire, celle des Ciconiidae, est depuis 2008 la seule de l’ordre des Ciconiiformes, qui autrefois comptait notamment certains Pelecaniformes (les hérons, le Bec-en-sabot du Nil et l’Ombrette africaine). La petite vingtaine d’espèces actuelles de la famille, qui se distinguent par leurs ailes larges et arrondies, leur queue courte et leur anisodactylie avec les trois doigts antérieurs légèrement palmés, sont réparties en six genres constituant dans trois grands groupes : le premier rassemble les genres Mycteria (quatre tantales) et Anastomus (deux bec-ouverts), le second les grandes espèces des genres Ephippiorhynchus (deux jabirus), Jabiru (du Jabiru d’Amérique) et Leptoptilos (trois marabouts), et le troisième ne compte que le genre Ciconia, des cigognes vraies. Ce dernier groupe contient la Cigogne noire et six autres espèces actuelles, qui se caractérisent par leurs becs droits et pointus et leur plumage principalement noir et blanc. (sur Wikipédia)

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaires »

Alimentation et reproduction de la cigogne

Posté par othoharmonie le 15 octobre 2013

Alimentation et reproduction de la cigogne dans CIGOGNE 320px-klappern_des_weissstorches

La Cigogne blanche consomme une grande variété de proies animales. Elle préfère se nourrir dans les prairies qui se trouvent dans un rayon de 5 km autour de son nid et sur les sites où la végétation est courte, de sorte que ses proies sont plus accessibles. Son régime alimentaire varie selon la saison, l’endroit et la disponibilité des proies. Les proies les plus courantes sont les insectes, principalement des coléoptères et des orthoptères (sauterelles, criquets et grillons), respectivement 49,5 % et 43,7 % des insectes lors d’une étude sur trois ans effectuée en Espagne à partir de pelotes de réjection, les insectes représentant 99,3 % du nombre total des proies. Viennent ensuite les lombrics, les reptiles, les amphibiens — notamment les grenouilles telles que la grenouille verte  et la grenouille rousse  — et de petits mammifères comme les campagnols (notamment Microtus arvalis et les espèces du genre Arvicola), les taupes et les musaraignes. Elle attrape ces rongeurs en les guettant à la sortie de leur trou. Moins souvent, la Cigogne blanche consomme aussi des œufs d’oiseaux, de jeunes oiseaux, des poissons, des mollusques, des crustacés et, en Afrique du Nord, des scorpions.

La Cigogne blanche chasse principalement pendant la journée ; elle avale directement les petites proies, mais tue et découpe les proies plus grosses avant de les avaler. Elle avale parfois des élastiques qu’elle prend pour des vers de terre, et ceux-ci peuvent parfois causer la mort de l’individu par occlusion intestinale. Elle chasse sans gêne dans les terrains ouverts et n’hésite pas à suivre les engins de labour ou les batteuses afin de consommer les animaux débusqués ou déchiquetés par les machines. En Afrique elle sait également tirer profit des feux de brousse qui dénichent toutes sortes de proies. On a observé des oiseaux retournant en Lettonie au cours du printemps repérer leurs proies, des grenouilles Rana arvalis, en suivant les appels nuptiaux produits par des rassemblements de grenouilles mâles. Des Cigognes blanches hivernant dans l’ouest de l’Inde ont été observées suivant une Antilope cervicapre pour capturer les insectes dérangés par le bovidé.

Le régime alimentaire des oiseaux non reproducteurs est similaire à celui des oiseaux nicheurs, mais les proies sont plus souvent prises dans les zones sèches. Lorsque les cigogneaux sont âgés de plusieurs semaines, près de 4 kg de nourriture sont quotidiennement nécessaires pour nourrir une famille. Les Cigognes blanches passant l’hiver en Inde se nourrissent parfois avec la Cigogne épiscopale. Des cas de cleptoparasitisme ont été reportés, une Cigogne blanche ayant volé un rongeur au Busard des roseaux  en Inde ; à l’inverse le Busard cendré  est connu pour harceler les Cigognes blanches se nourrissant de campagnols dans certaines parties de la Pologne.

Reproduction

Photo de 2 cigognesLa Cigogne blanche se reproduit dans les zones agricoles ouvertes près de zones humides, construisant son grand nid de branches dans les arbres, sur les bâtiments, ou sur une plate-forme bâtie par l’homme et prévue à cet effet. Les nids sont généralement construits en colonies lâches, mais on a compté jusqu’à neuf nids sur un même toit. Généralement placé à grande hauteur, il est à l’abri des prédateurs terrestres mais peut occasionnellement être construit au sol. L’espèce nidifie souvent à proximité de l’habitat humain ; les nids peuvent être construits sur les églises ou d’autres bâtiments. Chaque nid mesure de un à deux mètres de profondeur, de 0,8 à 1,5 m de diamètre et pesant de 60 à 250 kg. Il est généralement utilisé année après année, en particulier par les plus vieux mâles. Le mâle revient plus tôt dans la saison, et choisit le nid. Les grands nids produisent plus de jeunes à l’envol, et semblent être recherchés. Un changement de nid est souvent lié à un changement dans l’appariement et à une saison de reproduction mauvaise l’année précédente ; les jeunes oiseaux sont ainsi plus susceptibles de changer de site de nidification. Si un individu arrivant à un nid reste généralement pour s’y reproduire, on a observé dans le Sud-Ouest de la Pologne plusieurs couples se succéder dans un même nid avant qu’un ne se décide à s’y établir.

Quand le mâle a choisi le nid, les partenaires se saluent en claquetant du bec, la tête renversée sur le dos. Quand l’entente est réussie, à force de parades et de caresses, l’accouplement donne lieu à d’audacieuses acrobaties. Le plus souvent, l’oiselle doit se tenir debout, tandis que son partenaire bat des ailes pour s’équilibrer en s’accroupissant sur elle. Les partenaires copulent fréquemment pendant le mois avant que la femelle ne ponde. Des rapports fréquents sont généralement signe de compétition spermatique ou de relations hors couple, mais ce deuxième comportement est rare chez la Cigogne blanche.

Il arrive souvent que d’autres espèces d’oiseaux nichent dans les grands nids de la Cigogne blanche. Parmi les occupants les plus réguliers, on compte le Moineau domestique , le Moineau friquet  et l’Étourneau sansonnet ; on recense des résidents moins communs, comme le Faucon crécerelle , la Chouette chevêche le Rollier d’Europe , la Bergeronnette grise , le Rougequeue noir , le Choucas des tours  et le Moineau espagnol .

Chez la Cigogne blanche un couple n’élève qu’une seule couvée par an. La femelle pond généralement quatre œufs, mais des pontes d’un à sept œufs ont déjà été signalées. Les œufs sont blancs, mais ont souvent l’air sales ou jaunâtres à cause d’un revêtement gluant. Ils mesurent en moyenne 72,58 × 51,86 mm, et pèsent de 96 à 129 g, dont 10,76 g de coquille. Un œuf est pondu tous les deux jours, mais l’incubation commence dès que le premier œuf est pondu, de sorte que l’éclosion, qui commence 33 à 34 jours plus tard, est asynchrone. Les deux parents participent à l’incubation pendant la journée, mais la tâche est assurée la nuit par la femelle seule.

La température et les conditions météorologiques au moment de l’éclosion sont importantes ; les températures fraîches et le temps humide diminuent le succès reproducteur en augmentant le taux de mortalité des poussins. De façon un peu inattendue, une étude a montré que les oisillons étant sortis de l’œuf plus tard et qui parviennent à l’âge adulte ont plus de poussins que leurs congénères de nids éclos plus tôt. Le premier petit sortant de l’œuf bénéficie généralement d’un avantage concurrentiel sur les autres. Les poussins plus faibles ou petits sont parfois tués par leurs parents. Cela se produit quand les ressources alimentaires se font insuffisantes, la réduction de la taille des couvées augmentant les chances de survie des autres oisillons. Les cigogneaux ne s’attaquent pas entre eux, les poussins plus forts ne sont notamment pas agressifs envers les plus faibles membres de leur couvée comme c’est le cas chez certaines espèces (caïnisme), et la méthode de nourrissage employée par les parents — la régurgitation de grandes quantités de nourriture à la fois sur le fond du nid — ne permet pas aux plus forts de se nourrir entièrement au détriment des plus faibles ; l’infanticide par les parents reste donc le moyen efficace de réduire la taille d’une couvée mais n’est pas souvent observé.

De 75 grammes à l’éclosion, la masse corporelle des poussins augmente très rapidement dans les premières semaines et atteint un plateau d’environ 3,4 kg en 45 jours ; la longueur du bec augmente de manière linéaire pendant environ 50 jours. Les jeunes oiseaux sont nourris avec des vers de terre et des insectes, qui sont régurgités par les parents sur le fond du nid. Les aînés peuvent atteindre le bec des parents et y obtenir leur nourriture. L’eau est versée directement du bec des adultes dans celui des jeunes. Les dix premiers jours, les parents nourrissent les petits toutes les heures ; quand ces derniers ont atteint l’âge de deux ou trois semaines, les adultes reviennent toutes les deux heures. Les poussins quittent le nid 58 à 64 jours après l’éclosion.

La Cigogne blanche commence généralement à se reproduire à l’âge de quatre ans, même si certains individus peuvent se reproduire dès deux ans et au plus tard à sept ans. Le record de longévité connu pour une Cigogne blanche sauvage est détenu par un individu retrouvé mort 39 ans après avoir été bagué en Suisse, tandis que des oiseaux captifs ont vécu pendant plus de 35 ans.

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaires »

les attaques de la Cigogne

Posté par othoharmonie le 6 octobre 2013


les attaques de la Cigogne dans CIGOGNE 220px-ciconia_ciconia_-alsace_-france_-8Le plus souvent, la cigogne blanche est active pendant le jour. Elle consacre la nuit au repos, même s’il lui arrive exceptionnellement de faire sa toilette, de s’accoupler ou, quand la clarté de la lune est suffisante, de chasser, nuitamment, mais elle se repose le soir aussi.

Les siestes peuvent avoir lieu à terre, mais, le plus souvent, la cigogne préfère se reposer en restant perchée sur un toit ou sur un arbre. Là encore, le nid demeure le lieu privilégié. Debout sur une de ses pattes, la tête rejetée en arrière, le bec enfoui dans les longues plumes gonflées du cou et reposant sur celui-ci, la cigogne s’octroie une détente complète.

Mais la principale activité des cigognes reste la recherche de nourriture. Elles déambulent à découvert, sans chercher à se cacher. Elles chassent surtout dans les champs, les marais, au bord des fossés et dans tous les lieux humides. Elles aiment l’époque des labours, durant laquelle elles vont jusqu’à suivre les charrues. Après la récolte, elles apprécient beaucoup les chaumes brûlés.

Leurs proies sont essentiellement animales ; l’absorption de végétaux ou de graines est très marginale ; et, sur des décharges à ciel ouvert, elles glanent des déchets comme les charognards. Leur consommation ordinaire couvre pratiquement toute la petite faune terrestre et aquatique, des insectes aux petits mammifères en passant par les mollusques, les poissons, les vers de terre et les amphibiens. Elles chassent souvent à l’affût les petits rongeurs : elles les guettent à la sortie des trous et les transpercent de leur bec dès qu’ils se présentent.

Leur régime dépend des saisons et des conditions climatiques. En Europe centrale par exemple, 60 % des vertébrés consommés sont des petits mammifères, contre 30 % de reptiles ; cette proportion est inversée en Espagne, où serpents et lézards sont nettement plus nombreux. Les études du chercheur hongrois T. Kôrôs montrent l’extraordinaire faculté d’adaptation de la cigogne et, même si, en milieu rural, les insectes constituent sa nourriture dominante, elle modifie son alimentation en fonction des ressources disponibles.

Sur les lieux d’hivernage, les criquets pèlerins constituent l’essentiel du régime alimentaire des cigognes, qui contribuent ainsi à l’élimination de ce véritable fléau des cultures africaines.

Enfin, les cigognes sont attirées par les feux de brousse ou de savane dont les flammes débusquent une multitude de proies.

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaires »

Renard de Littérature

Posté par othoharmonie le 28 janvier 2012

Parmi les textes célèbres mettant en scène un renard, on peut citer :

Une enluminure représentant un renard encapuchonné qui lit un manuscrit. Le Roman de Renart, datant du Moyen Âge et son adaptation au XIXe siècle par Maurice Genevoix, Le Roman de Renard (Genevoix).

 Les fables d’Ésope de l’antiquité grecque, qui inspirèrent Jean de La Fontaine au XVIIe siècle : 

  • Le Corbeau et le Renard, qui montre un renard flatteur et trompeur.
  • Le Renard et la Cigogne, qui montre un renard penaud de s’être retrouvé piégé par la cigogne qu’il avait trompée.
  • Le Renard et les Raisins, qui montre un renard feignant de mépriser des raisins inaccessibles.
  • Le Renard et le Bouc: le renard se sort du puits où il était tombé avec le bouc en montant sur les cornes de celui-ci, mais sans tenir la promesse qu’il avait faite d’aider ensuite son compère à s’en extraire.
  • etc.

 Dans Pinocchio de Carlo Collodi, un renard qui feint d’être boiteux et un chat qui prétend être aveugle parviennent toujours à détourner le héros principal du droit chemin.

 Dans Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, un renard apprend au héros principal la vraie valeur des choses et en premier lieu celle de l’amitié.

 Renard de Littérature dans RENARD 220px-Deiker_Jagdbare_Tiere_1093214Fantastique Maître Renard est un livre pour enfants écrit par Roald Dahl, où un renard qui trouve une astuce pour échapper à la famine, ainsi que d’autres animaux, quand trois fermiers décident d’établir un blocus pour l’empêcher de venir voler leurs volailles. En 2010 il a été adapté en animation en volume sous le titre de Fantastic Mr. Fox.

Le Renard et le Chien courant est un roman de Daniel P. Mannix paru en 1967 et qui a inspiré les longs-métrages d’animation des studios Disney, Rox et Rouky (1981) et Rox et Rouky 2 (2006). C’est l’histoire de l’adversité d’un chien et d’un renard roux.

 Films et animations

Le Renard et l’Enfant est un film dramatique réalisé par Luc Jacquet raconte l’histoire d’un fillette liée d’amitié avec un renard qu’elle parvient à apprivoiser.

La Chasse au renard est un dessin animé de Donald Duck produit par Walt Disney.

 Musique

Dans le Renard, un ballet d’Igor Stravinski inspiré d’un conte russe, un renard s’attaque à un coq en se déguisant en religieuse, puis en mendiante.

Gif renardsUne chanson enfantine allemande intitulée Fuchs, du hast die Gans gestohlen (littéralement : Renard, tu as volé l’oie) raconte la mise à mort par un chasseur d’un renard ayant dérobé une oie. Personne ne sait qui a écrit les paroles de cette chanson enfantine, ni quand la mélodie en a été composée.

 

Publié dans RENARD | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello