• Accueil
  • > Recherche : animal mythique papillon

Résultats de votre recherche

Ours en Asie

Posté par othoharmonie le 11 novembre 2011

  

 

gifs nounours   Les ours présents en Asie ont eux aussi donné naissance à diverses légendes ainsi qu’à des rites folkloriques. Il ne s’agit pas forcément des mêmes espèces qu’en Europe, puisqu’on trouve aux côtés de l’ours brun et de ses sous-espèces (ours bleu du Tibet, ours brun de Syrie et ours Isabelle) d’autres espèces telles que l’ours à collier, l’ours lippu et l’ours malais

 

L’Ours chez les Aïnous 

 

AinuGroup.JPGLes Aïnous qui signifie « humain »,  ancêtres des japonais actuels, sont établis au Nord du Japon et sur l’île de Sakhaline ont toujours gardé à l’ours une place prépondérante dans leur culture, l’animal étant non seulement ancêtre totémique mais aussi dieu suprême. Au centre des initiations, objet de tabous, l’ours est une divinité des plus révérées, tout particulièrement en décembre lors de la Kamui omante, ou « fête de l’ours ». L’animal y est réputé descendre sur terre et donner ses cadeaux aux humains qui l’accueillent, avant de retourner dans son univers divin. 

 

L’ours est aussi au centre de chasses rituelles. Lorsqu’une femme aïnoue perd un enfant, il arrive qu’un ourson soit capturé bébé et nourri au sein. Il est ainsi élevé durant trois ou quatre ans où il devient un membre à part entière du clan, puis sacrifié, avant que sa chair ne soit consommée lors d’un banquet. Traditionnellement, les tribus aïnous s’approprient ainsi la force et toutes les qualités de l’animal, particulièrement en mangeant sa patte antérieure gauche, mais aussi sa langue, son museau, ses oreilles, son cœur ou son foie. Le crâne de l’ours est généralement conservé comme talisman. Les vertus médicinales attribuées à l’animal sont très nombreuses, et incluent le frottement du ventre des parturientes avec un morceau de matrice d’ours.  

 

L’Ours en Chine 

 

Ours en Asie dans OURS 240px-China_1 

Bien que les Chinois ne semblent jamais avoir considéré l’ours comme une divinité ni pratiqué la chasse rituelle, leurs pratiques culinaires et médicales tout comme les légendes de l’ours attestent d’un respect tout particulier ; dès lors, il n’est pas interdit de penser que l’ours a pu être célébré à l’instar de ce qui s’observe en Sibérie, en Laponie et chez les Amérindiens. Dès l’Antiquité, l’ours a pu être associé au chamanisme puisqu’une inscription de l’époque Shang et une autre du début de la dynastie Zhou ont été vues comme représentant un chaman qui danse, revêtu d’un masque et d’une peau d’ours. Les chamans de la dynastie Shang se revêtaient probablement de la peau de cet animal, et des danses de l’ours sont attestées, mettant en scène un exorciste masqué (d’une figure d’ours à quatre yeux d’or, censée ainsi voir tout et partout) vêtu de rouge et de noir, qui « expulsait les pestilences de l’année morte ». L’ours fut également un symbole de protection des clans parmi les plus utilisés, avec le tigre. 

 

Les Chinois ont plusieurs fois remarqué les qualités de l’ours, sa force, mais aussi et surtout son agilité et sa rapidité étonnantes pour une bête d’une telle masse. Imiter la respiration de l’ours pour obtenir la maîtrise du souffle est devenu un exercice taoïste, probablement lié à l’hivernation qui était vue comme une résurrection. Les mouvements de l’ours servent d’inspiration à un art martial. Les peaux d’ours avaient une fonction de tribut au Shaanxi. Les Chinois organisaient aussi des combats avec ces animaux. 

Viande de l’Ours 

 

La viande de l’ours – en particulier de ses pattes – a très longtemps été considérée comme un mets raffiné, ainsi, les récits mythiques chinois attestent de ce statut dès le VIIe siècle av. J.‑C., où le duc Ling de Jin tua son cuisinier à coups de cuiller 192px-Brown_Bear_Cubs dans OURSpour n’avoir pas su faire cuire des paumes d’ours correctement. 

 

Ce mets semble mentionné et apprécié durant toute l’Antiquité chinoise, où il faisait partie des « huit plats succulents », jusqu’au XIXe siècle à l’époque Qing, où les seigneurs réclamaient encore vingt paires de pattes d’ours aux paysans. Le commerce de ces pattes demeura florissant au moins jusqu’au début du XXe siècle.

 

 

Publié dans OURS | Pas de Commentaires »

Papillon et mythologie

Posté par othoharmonie le 11 novembre 2011

Saviez-vous que l’on retrouve des papillons dans la mythologie et les légendes du monde entier? 

Papillon et mythologie dans PAPILLON 186px-Xvxi1Le dessin de papillon le plus ancien connu à ce jour daterait de 6 500 ans avant J-C et proviendrait de la Turquie. Si les papillons ont inspiré les artistes et les philosophes, ils évoquaient aussi des dimensions spirituelles et mythiques comme symboles de la métamorphose, la renaissance, l’amour, l’espoir et la liberté. Il va sans dire, de toutes les époques et les cultures, les insectes n’ont jamais laissé les humains indifférents! 

On dit que chez les grecs, le papillon représentait le symbole de l’immortalité. Aristote, célèbre philosophe grec, nomma d’ailleurs le papillon 

On dit que chez les grecs, le papillon représentait le symbole de l’immortalité. Aristote, célèbre philosophe grec, nomma d’ailleurs le papillon Psyche (l’âme) dans son célèbre livre Historia animalium en 344 avant J-C. De nombreuses pièces de monnaies grecques sont également ornées d’un dessin de papillon. Chez les Romains, des papillons sculptés ont été retrouvés dans le sarcophage dédié à la déesse Minerve, protectrice de Rome. Encore aujourd’hui, certaines croyances sont demeurées bien vivantes un peu partout sur la planète. Par exemple au Mexique, où le papillon est omniprésent dans la culture, on l’associe à des fêtes bien spécifiques. 

Le papillon y représente deux importantes divinités : la déesse des arts et de la vie ainsi que la déesse de la mort et de la guerre. Au Bangladesh, comme dans de nombreux autres pays, un papillon multicolore est annonciateur du printemps. Si un papillon doré entre dans une maison, on dit qu’une des personnes présentes se mariera prochainement. Enfin, un papillon sur une carte de souhait du Nouvel An apporte la joie pour l’année à venir.  

299px-Butterfly_tongue dans PAPILLONLe mythe de Psyché a bien souvent inspiré les artistes grecs: témoin une série de bronzes, de terres cuites, de pierres gravées, de monnaies, des fresques de Pompéi, Eros et Psyché du Capitole, des bas-reliefs de sarcophages. Raphaël retraça les principaux épisodes de la fable de Psyché dans une série de compositions dont il orna la loggia du palais Farnèse.

Parmi les œuvres modernes, citons le tableau de Gérard: l’Amour embrassant Psyché, qui est au Louvre; celui de David: Psyché abandonnée par l’Amour; et les deux groupes de Canova: Psyché et l’Amour jouant avec un papillon, et Psyché retenue par l’Amour au moment où elle va se précipiter dans un abîme. Prud’hon a peint l’Enlèvement de Psyché (Louvre). John William Waterhouse a largement représenté Psyché dans son œuvre.

Plus près de nous, les Black Foot, peuple amérindien « maître des plaines » du centre de l’Amérique du Nord, croyaient que les papillons venaient porter les rêves aux enfants. On retrouve d’ailleurs des papillons brodés sur leurs vêtements et leurs accessoires. D’autres peuples amérindiens croyaient également que souffler sur les ailes d’un papillon au moment de faire un voeu portait bonheur. 

Encore aujourd’hui, certaines croyances sont demeurées bien vivantes un peu partout sur la planète. Par exemple au Mexique, où le papillon est omniprésent dans la culture, on l’associe à des fêtes bien spécifiques. 

Le papillon y représente deux importantes divinités : la déesse des arts et de la vie, ainsi que la déesse de la mort et de la guerre. Au Bangladesh, comme dans de nombreux autres pays, un papillon multicolore est annonciateur du printemps. Si un papillon doré entre dans une maison, on dit qu’une des personnes présentes se mariera prochainement. Enfin, un papillon sur une carte de souhait du Nouvel An apporte la joie pour l’année à venir.

papillon

Publié dans PAPILLON | Pas de Commentaires »

L’homme papillon

Posté par othoharmonie le 6 novembre 2011

L'homme papillon  dans PAPILLON Sirius%20-%204652842316735436L’homme-papillon (ou homme-phalène) est une créature ailée mystérieuse qui aurait été observée dans plusieurs pays, notamment à Point Pleasant dans l’État de la Virginie-Occidentale, aux États-Unis, en 1966. Connue en Amérique du Nord sous le nom de Mothman, cette créature mythique, photographiée à quelques reprises, semble apparaître durant les derniers instants précédant une catastrophe.

 

L’une des plus incroyables apparitions documentées de l’homme-phalène remonte au 12 novembre 1966. Ce soir-là, cinq hommes préparaient une tombe dans un petit cimetière près de Clendenin en Virginie-Occidentale (États-Unis), lorsque ce qu’ils décrivirent comme une « forme humaine brunâtre avec des ailes » prit son envol depuis un bosquet à proximité des lieux et passa au-dessus de leurs têtes. Toutefois, cette apparition ne fut pas tout de suite rendue publique ; elle ne fut reprise que trois jours plus tard par les médias américains.

 

Cet évènement allait être suivi de nombreux autres, toujours localisés dans la région. Tard dans la nuit du 15 novembre, deux jeunes couples mariés de Point Pleasant, Roger et Linda Scarberry ainsi que Steve et Mary Mallette, sortirent se promener en voiture. Ils passèrent devant une usine de fabrication de TNT (datant de la Seconde Guerre mondiale) à environ 11 kilomètres à l’extérieur de Point Pleasant (à 10 kilomètres de McClintic Wildlife Station), lorsqu’ils aperçurent deux étranges lueurs rouges dans l’obscurité, à côté d’un vieux réservoir proche de la clôture de l’usine. Ils s’arrêtèrent et furent impressionnés de voir qu’il s’agissait d’yeux brillants provenant manifestement d’un gros animal, « de forme humaine, mais plus gros, peut-être six et demi ou sept pieds de hauteur (2m10 environ) ; avec de grosses ailes rabattues sur le dos », selon Roger Scarberry. Terrifiés, les deux couples prirent la fuite en direction de la Route 62.

 

En prenant la sortie, ils virent encore la créature, qui se tenait sur le bas-côté de la route. Elle écarta ses ailes et s’envola, en prenant en chasse l’automobile. Les témoins affirmèrent avoir tenté de prendre de vitesse la « chose » en roulant jusqu’à la vitesse de 100 miles par heure (environ 160 km/h), mais sans succès : la créature les suivait toujours de près et « ne battait presque pas des ailes », selon leur témoignage. Lorsqu’ils approchèrent de la ville, la créature disparut. Ils se rendirent alors au palais de justice du Comté de Mason et racontèrent leur histoire au shérif-adjoint Millard Halstead, qui, questionné plus tard, aurait déclaré : « Je connais ces enfants depuis longtemps. Ils n’ont jamais eu de problème avec la justice et ils étaient vraiment apeurés cette nuit-là. Je les ai pris au sérieux ». Il se rendit sur les lieux de l’observation, mais ne trouva aucune trace de l’étrange créature.

 

phalene dans PAPILLONLa nuit suivante, le 16 novembre, les citadins locaux, armés, organisèrent une battue dans la zone environnante de l’usine de TNT pour tenter de dénicher la créature. M. et Mme Raymond Wamsley, ainsi que Mme Marcella Bennett et sa fille cadette Teena partaient en voiture rendre visite à des amis, M. et Mme Ralph Thomas, qui vivaient dans un bungalow parmi les « igloos » (structures en forme de dôme érigées pour le stockage d’explosifs pendant la Seconde Guerre mondiale) près de l’usine de TNT. Les igloos n’étaient pas vides, quelques-uns appartenaient au comté, d’autres à des entreprises qui s’en servaient comme espace de stockage. Aussitôt sortis de la voiture, ils virent une figure apparaître derrière l’automobile en stationnement. C’est à cet endroit qu’eut lieu la deuxième observation de l’homme phalène. Mme Bennett déclara plus tard que c’était comme si cette « chose » se relevait lentement du sol, large et grise, avec des yeux rougeoyants. Pendant que Wamsley téléphonait à la police, la créature avança sous le porche de la maison et les dévisagea au travers de la fenêtre.

 

Le 24 novembre, quatre personnes virent la créature voler au-dessus de la zone de l’usine TNT. Le matin du 25 novembre, Thomas Ury, qui conduisait sur la Route 62 au nord de l’usine, dit avoir vu la créature se tenir dans le champ près de la route, ouvrir ses ailes et décoller, en suivant son automobile alors qu’il filait vers Point Pleasant pour relater l’évènement au shérif.

 

Le 26 novembre, Mme Ruth Foster de Charleston Virginie-Occidentale, banlieue de St. Albans, dit avoir vu ce qu’on appelait déjà le mothman (homme-phalène) se tenir sur sa pelouse, mais il n’était plus là lorsque son beau-frère vérifia. Le matin du 27 novembre, la créature poursuivit une jeune femme près de Mason, Virginie-Occidentale, ce qui fut rapporté de nouveau à St. Albans la même nuit par deux enfants.

 

L’homme-phalène (homme-papillon) fut aperçu une autre fois le 11 janvier 1967, et encore à plusieurs reprises dans l’année. Il faut cependant considérer avec prudence les derniers témoignages, du fait de l’influence des premières observations sur la population: dans une atmosphère américaine prise de fièvre de l’irrationnel, et particulièrement pour la vie extra-terrestre, les derniers cas survenus à Point Pleasant semblent peu fiables.

 

Le 15 décembre 1967, l’autoroute 35 reliant Point Pleasant, (Virginie) et Kanauga, (Ohio) proche du lieu des apparitions, s’effondre dans la rivière Ohio, tuant 46 personnes, dont Marvin Wamsley.

 

Pour les observateurs, l’effondrement du pont semble être en lien étroit avec les apparitions de l’homme-phalène : une des premières théories avancées suppose que la créature jouait, par ses apparitions successives à proximité du lieu de la catastrophe, le rôle d’annonciatrice de l’imminence du drame.

 

Un livre de John A. Keel et un film de Mark Pellington (avec Richard Gere, Laura Linney, Will Patton…) traite des évènements de Point Pleasant : La Prophétie des Ombres (The Mothman Prophecies).

4107Z99V8HL._SL500_AA300_

 

Publié dans PAPILLON | Pas de Commentaires »

Mythe du Phénix

Posté par othoharmonie le 29 octobre 2011

L’oiseau mythique évoque donc également le feu créateur et destructeur. Comme le Soleil, le Feu symbolise l’action fécondante. 

 

En consumant, il purifie et permet la régénération. Il est à noter que Lucifer, le « porteur de lumière », précipité dans les flammes de l’enfer, incarne le feu qui ne consume pas et exclut de la régénération. 

 

Au contraire, le phénix rejoint le symbolisme du feu des rites initiatiques de mort et de renaissance. 

 

Mythe du Phénix dans OISEAUX 280px-Phoenix-FabelwesenDans la pensée chinoise, le Phénix garde l’un des points cardinaux, le sud. Oiseau de feu, il symbolise la chaleur et est associé à la couleur rouge. Il est également lié à l’alchimie, puisque le cinabre lui est associé, ce sulfure de mercure au rouge somptueux dont sont peints colonnes et frontons des temples bouddhiques. En outre, dans la cosmogonie chinoise, le Phénix représente le cycle solaire : oiseau de l’éternel retour, il symbolise la périodicité de l’astre, son immortalité aussi. Mais toujours pour les Chinois, le Phénix n’est pas uniquement un symbole solaire : il a aussi des caractéristiques animales, mythiques bien entendu. En particulier, il n’est pas hermaphrodite mais sexué : le Phénix mâle se nomme Feng tandis que le Phénix femelle se nomme Huang. Feng et Huang s’unissent formant ainsi l’allégorie du bonheur conjugal. Leur union les conduit au nirvana, au paradis des Immortels. Pour les chinois, le Phénix est une chimère : il rassemble en lui des éléments morphologiques de diverses provenances : crête de coq, bec d’hirondelle et tête de cygne, cou de serpent et ailes écailleuses, queue de poisson… Son plumage est de cinq couleurs, comme le nombre des vertus dont il sa pare pour le sage confucéen : l’humanité, la conformité morale, la bienveillance, la justice et la bonne foi. Associé à l’été et au yang dans la pulsation régulière du Cosmos, le Phénix chinois est un oiseau dont le chant forma la musique la plus mélodieuse que l’on puisse imaginer. 

 

De Chine, le Phénix s’envola vers d’autres territoires, Corée, Japon, Inde. Puis l’oiseau de feu mythique fut intégré à la pense philosophique et religieuse persane. C’est sans doute là que la mystique musulmane soufie le trouva. Le farsi (forme parlé du persan en Iran) a nommé Angha, ou Ghoghnous, cet oiseau mythique qui se brûle lui-même pour mourir et renaître de ses cendres. Ce thème fournira l’une des images récurrentes à la poésie mystique soufie. 

 

190px-Phoenix_rising_from_its_ashes dans OISEAUXL’art musulman abonde en figuration de l’oiseau de feu. Takht-i Sulayman est le site d’un palais érigé vers 1270 par les Mongols, dans le nord-ouest de l’Iran, où l’on a retrouvé des carreaux de céramique vernissés et lustrés montrant, affrontés, un dragon menaçant et un Phénix prenant son envol. Il s’agit là, vraisemblablement, d’un motif décoratif emprunté, à l’époque, à des textiles chinois d’importation. 

 

En occident, les bestiaires médiévaux, en particulier ceux qui furent écrits et enluminés vers l’an 1200 – un manuscrit conservé en Ecosse, à Aberdeen, en est un magnifique témoignage- présentant diverses variantes du Philiologus, nom latin du Phénix. Le Christ y est assimilé à l’oiseau mythique : 

 

[…] lorsque cet oiseau constate qu’il se fait vieux, il érige pour lui-même un bûcher funéraire, fait de rameaux aromatiques. Il se tourne alors vers les rayons du soleil et, battant des ailes pour attiser la flamme, il s’immole et le feu le consume. Cependant le neuvième jour par après, l’oiseau renaît de ses cendres. Notre seigneur Jésus-Christ possède les attributs de cet oiseau, puisqu’il déclara : « J’ai pouvoir de la [la vie] donner et j’ai pouvoir de la reprendre » (Jean, X, 18). Si dès lors le Phénix a la capacité de se détruire et de ressusciter, pourquoi donc les sots s’irritent-ils de la Parole divine, celle du Fils de Dieu [lorsqu’il dit cela] ? N’est-il pas vrai que notre Sauveur est venu du ciel ? Il emplit ses ailes de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il offrit sa vie à son père, pour nous, sur l’autel de la Croix, et ressuscita le troisième jour. 

 

Les Grecs associaient cet animal mythique aux temples égyptiens d’Héliopolis, dédiés au Soleil. Il est associé au cycle annuel des crues du Nil. 


Le témoignage d’Hérodote est précieux à cet égard : 

 

I220px-Phenix_roses_Antiochel y a encore un autre oiseau sacré, appelé le Phénix. Je ne l’ai pas vu sinon en peinture ; aussi bien visite t-il rarement les égyptiens, tous les cinq cents ans, à ce que disent les gens d’Héliopolis : il viendrait, d’après eux, quand son père meurt. S’il est tel qu’on le peint, voici quelles seraient sa grandeur et son apparence : les plumes de ses ailes sont les unes couleur d’or, les autres d’un rouge vif ; pour la silhouette et la taille, il ressemble de très près à l’aigle. On raconte de lui – à mon avis c’est un récit incroyable-, qu’il accomplirait cet exploit. Partant de l’Arabie, il transporterait au sanctuaire d’Hélios, le corps de son père enveloppé de myrrhe, et l’ensevelirait dans ce sanctuaire. Et, pour le transporter, il s’y prendrait de la manière suivante : il façonnerait d’abord avec la myrrhe un œuf, de la grosseur de ce qu’il peut porter, et s’essaierait ensuite à voler avec cette charge. L’épreuve faite, il creuserait l’œuf et y introduirait son père ; puis, avec d’autre myrrhe, il enduirait la partie de l’œuf qu’il aurait creusé […] et, enveloppé de la sorte, il le transporterait en Egypte au sanctuaire d’Hélios. Voilà dit-on ce que fit cet oiseau. 

 

Sources : Le Phénix et la salamandre – Histoires de Sciences- Pierre Laszlo éd. Le Pommier – Wikipédia

 

gifs oiseaux

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello