• Accueil
  • > Recherche : adalia punctata

Résultats de votre recherche

Coccinelle : la Chance, l’Innocence, la Pureté

Posté par othoharmonie le 24 décembre 2015

.

coccinelleAu Moyen-Âge, la Coccinelle était déjà qualifiée de Bête à Bon Dieu. Est-ce parce que sa larve mange les pucerons nuisibles aux plantes, parce que l’hiver on la trouve parfois au pied d’une croix en altitude ou encore que sur son dos, on peut imaginer, dessinée par les points noirs, la lettre grecque tau, symbole de la croix ? Mystère !

En tout cas, si une Coccinelle se pose sur vous, c’est un signe de chance. Appelée dans le langage populaire Bête à Bon Dieu, elle est associée à la Vierge Marie et évoque son innocence et sa pureté. Pour cette raison, la pensée superstitieuse lui prête une faculté d’entendement : la Coccinelle comprend le langage humain et connaît l’avenir. L’insecte national de la Lettonie est la Coccinelle à deux pois (Adalia bipunctata).

La Coccinelle à deux pois nous est familière en tant qu’insecte protégeant les plantes contre les parasites. Malgré sa nature lente, elle sait bien se défendre. Son apparence et son comportement rendent cet insecte très populaire dans toute la Lettonie.

Le nom letton de l’insecte, mārīte, dérive du nom de l’ancienne Déesse lettone Māra, qui incarnait la puissance de la Terre. La Coccinelle à deux pois a été choisie comme insecte national par la Société d’Entomologistes de Lettonie.

Dans la Charente, après le meurtre de l’un de ces insectes, le berger voyait périr son plus beau mouton.

En Bretagne, le laboureur qui tue une Bête à bon Dieu perd un de ses meilleurs chevaux. En Ille-et-Vilaine, si on écrase une Coccinelle, ou même si on l’enferme dans une boîte, on est exposé à mourir le lendemain.

Dans la Creuse, pour garantir les enfants de divers inconvénients, on leur met au cou des Coccinelle en guise d’amulettes.

En Lorraine, si on voit des Coccinelles près des ceps, le vin sera bon.

Dans le Hainaut, celui qui la tue attrape des abcès.

En Wallonie, on la menace de lui donner des coups de marteau si elle ne dit pas l’heure qu’il est. Après avoir prononcé ces mots, on compte une heure, deux heures, trois heures : si elle s’envole à quatre heures par exemple, il est cette heure-là.

À Mons, une Coccinelle qui se pose sur quelqu’un est un signe de chance pour cette personne.

Seuls les enfants juifs comptent encore les points noirs sur les ailes des Bêtes à Bon Dieu : « Un, deux, cinq, sept. Dans sept ans viendra le Messie », et désignent la Coccinelle comme Mashiah Kaefer (Insecte du Messie).

Publié dans COCCINELLE | 3 Commentaires »

Ces coccinelles asiatiques qui envahissent l’Europe

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2013

Ces coccinelles asiatiques qui envahissent l'Europe dans COCCINELLE montagecoccinellesune-381586-jpg_250464

Face aux espèces indigènes, la vorace Harmonia axyridis ne cesse de gagner du terrain.

Et si la bête à bon Dieu devenait une bête du diable. Le développement de la population de coccinelles asiatiques en Europepourrait bientôt ternir l’image d’un animal jusqu’ici exempt de tout reproche. Depuis le début des années 2000, des pullulations de cette espèce, répondant au nom scientifique d’Harmonia axyridis, ont été observées d’abord en Allemagne et en Belgique, et depuis 2003 dans le nord de la France. Elles n’ont cessé de gagner du terrain et, aujourd’hui, une vingtaine de pays d’Europe occidentale et centrale en hébergent. « Et il est difficile de dire où cela va s’arrêter », explique Arnaud Estoup, directeur de recherche à l’Inra de Montpellier, qui étudie l’origine des invasions de coccinelles asiatiques.

Mais quel problème y aurait-il à l’expansion de cet insecte ? De grande taille (plus de six millimètres) et de couleur variable (jaune, orangée ou rouge, portant une vingtaine de points noirs et une tache noire en forme de M sur le thorax, ou bien encore noire avec de deux à quatre points rouges et un grand trapèze noir sur le thorax), Harmonia axyridis a quelques particularités plutôt gênantes.

Cannibale

La première est sa tendance au cannibalisme. Espèce tardive qui apparaît dans le courant du mois de juillet, la coccinelle asiatique connaît régulièrement des périodes de disette à l’automne. Particulièrement vorace, elle s’attaque alors aux coccinelles indigènes, dévorant leurs oeufs et parfois même leurs larves. Marc Kenis, entomologiste chercheur pour l’organisation internationale CABI, connaît bien le phénomène. « Certaines espèces qui partagent la même niche écologique que Harmonia axyridis (même régime alimentaire, même habitat) sont clairement menacées. Ainsi la coccinelle à deux points (Adalia bipunctata), qui était courante dans nos pays, est-elle devenue une espèce rare », affirme ce spécialiste suisse des espèces envahissantes. Se nourrissant des mêmes pucerons et vivant comme Harmonia axyridis dans les feuillus, Adalia bipunctata est en passe de perdre la compétition. « Et les conséquences globales au plan de l’écosystème demeurent encore difficiles à évaluer », souligne Marc Kenis. 

Autre défaut de ces petites bêtes venues d’Asie, elles ont une fâcheuse tendance à vouloir hiverner en bande (parfois par centaines) dans nos maisons. Or, si elles ne présentent pas de danger (si ce n’est quelques rares cas d’allergie), elles peuvent occasionner des désagréments tels qu’une odeur nauséabonde ou encore des tâches sur les murs.

Menace sur les vignes

Enfin, au plan économique, elles pourraient à terme poser des problèmes aux viticulteurs. Car même si rien de tel n’a encore été signalé en France, aux États-Unis et au Canada, où elles sont présentes depuis plus longtemps, les coccinelles asiatiques envahissent les vignes. Elles ne mangent alors que peu de grains mais peuvent, en revanche, donner un goût très désagréable au vin si elles se glissent dans la récolte. « Une seule coccinelle par kilo de fruits peut suffire à gâter le précieux nectar », indique Marc Kenis. La faute aux toxines que l’animal dégage pour se protéger des prédateurs.

Une dernière question taraude encore l’esprit : comment ces coccinelles d’Asie sont-elles arrivées chez nous ? L’équipe de chercheurs de l’Inra que dirige Arnaud Estoup est, au moins partiellement, parvenue à répondre à cette question. L’espèce qui envahit l’Europe aujourd’hui serait le résultat d’un croisement entre des coccinelles asiatiques importées accidentellement du nord-est des États-Unis et d’autres individus introduits volontairement dans nos pays depuis une vingtaine d’années pour lutter contre les pucerons des rosiers. Moins coûteuses à élever et présentant un meilleur taux de fécondité, elles avaient alors été préférées aux espèces indigènes pour la lutte biologique. À l’époque, on ne connaissait encore de cette coccinelle que ses vertus…

Le Point.fr - Publié le 30/08/2011 à 20:23

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

La fièvre des coccinelles

Posté par othoharmonie le 31 août 2012


Nous voici aux portes d’avril. C’est à pareille époque, l’an dernier, que la fièvre des coccinelles a pris « La Salamandre ». En pleine campagne fribourgeoise, près d’Estavayer-le-Lac, Gilbert Hayoz installait ses premières protégées à la maison, dans un grand terrarium.

La fièvre des coccinelles dans COCCINELLE 220px-Adalia.bipunctata.7222Au fil des semaines, notre photographe a veillé sur elles jour et nuit en réalisant des centaines de prises de vues. Au même moment, à 500 kilomètres de là, dans l’Allier, en lisière de la grande forêt de Tronçais, Daniel Auclair entamait une aventure similaire.

Cet enseignant français passionné de nature a lui aussi suivi tout le printemps des coccinelles pour réaliser un film sur leurs plantureux festins. Accouplements, pontes, chasses, mues… De part et d’autre, le marathon a duré plusieurs mois avec l’angoisse de ne rater aucune étape décisive. Et celle, plus lancinante encore, de tomber en panne de pucerons pour nourrir ces insatiables dévoreuses.

Combien de nuits blanches, d’affûts au détour d’une herbe, de safaris inopinés dans le jardin ?

« La Salamandre » le journal que vous tenez aujourd’hui entre vos mains retrace cette quête au jour le jour.

Tout comme le film « L’Affaire Coccinelle » qui le prolonge (> p. 43), ce numéro a exigé une année entière de préparation. Myxomycètes, rouge-gorge, coccinelle…

Une fois encore, « La Salamandre » mûrit longuement ses dossiers tout exprès pour vous. A vous de jouer maintenant. De chercher les coccinelles tout autour de chez vous, de les observer, de les admirer. Pour vivre ce printemps comme nous l’avons fait l’an dernier, sous le magnifique sceau noir et rouge de la bête à bon Dieu.

Ronde, colorée, utile, la coccinelle séduit. Ses migrations, ses métamor­phoses, ses festins nous en disent long sur la vie complexe et passionnante des insectes. Avec la jolie bête à bon Dieu, les êtres à six pattes ont trouvé un très bel ambassadeur. Oui, les insectes méritent bien plus que des regards dégoûtés! G.H. et J.P.

« La Salamandre» remercie Serge Fischer et Jacques Derron de l’Agroscope de Changins/Nyon ainsi que Ludovic Giuge et Jean-Claude Malausa de l’INRA à Antibes pour leur très précieuse aide durant la réalisation de ce dossier.

 [PDF]  de coccinelle – La Salamandre

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

Coccinelle et mise au point

Posté par othoharmonie le 28 août 2012

 

Toutes les coccinelles ne sont pas rouges à points noirs. Plus d’une centaine d’espèces hautes en couleur mais pas toujours à points peuplent jardins, prairies et forêts.

La plus populaire des coccinelles, celle que nous avons suivie pour ce dossier, est rouge à sept points. C’est Coccinella septempunctata. Le nombre de points ne renseigne en rien sur l’âge de la bête. Née avec deux, cinq, sept, quatorze ou vingt-deux points suivant son espèce, une coccinelle garde le même assortiment jusqu’à sa mort.

 

Jaunes, noires, orange

Coccinelle et mise au point dans COCCINELLE 220px-Adalia.bipunctata.7222Parmi les 3’000 coccinelles recensées de par le monde, plus d’une centaine vivent chez nous. On en connaît des oranges, des jaunes, des noires avec des points rouges ou sans point du tout ! Quelques-unes ont même des robes variables d’un indi­vidu à l’autre ou alors une carapace velue et mate. Souvent, le nombre de ces points a été intégré au nom savant de l’espèce. Cela permet, au passage, de se familiariser avec la numérotation latine : saluons ainsi Hippodamia tredecimpunctata, Anisosticta novemdecimpunctata, Adalia bipunctata ou encore Coccinula quatuordecimpustulata !

 N’allez pas croire que toutes ces coccinelles fré­quentent les jardins en dévorant des pucerons. Il y a les amatrices de cochenilles, les herbivores, les fo­restières qui pour certaines ne vivent qu’au sommet des arbres, sans parler des coccinelles des marais ou des landes…

Hormis l’architecture de leurs antennes, de leurs palpes et de leurs pattes, la plupart des coccinelles partagent une caractéristique spectaculaire : leur couleur vive qui les rend très visibles.

 

En fait, ce curieux camouflage à l’envers qui semble conçu au mépris de toute prudence révèle une stratégie défensive originale. Pourquoi la salamandre ou la guêpe ont-elles des taches jaunes ? Pour mettre en garde les prédateurs. La guêpe pique, la salamandre dégage un mucus toxique. Il en va de même pour une grande partie des coccinelles, qui produisent des subs­tances amères et vénéneuses. D’ailleurs, des scienti­fiques un peu tordus ont ravitaillé exclusivement en coccinelles une nichée de mésanges bleues : aucun des malheureux poussins n’est arrivé à terme. Ces demi-baies rouges et noires, c’est du poison !

L’oiseau qui s’y sera laissé prendre une fois s’en souviendra : couleur vive égale pas bon ! Pour ren­forcer l’effet répulsif, une coccinelle malmenée peut même produire un jus jaune et nauséabond qui dégoûtera les plus affamés.

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

Des larves de Coccinelle

Posté par othoharmonie le 27 août 2012

100% efficace, naturel et écologique, les larves de coccinelles Adalia bipunctata (europe) sont votre meilleur allié contre les pucerons qui envahissent vos rosiers !

N’utilisez les coccinelles que si les pucerons sont déjà là. En usage curatif uniquement.

Les coccinelles sont des auxiliaires du jardin (d’origine européenne) qui se feront un vrai régal de vous aider dans la lutte Des larves de Coccinelle dans COCCINELLE 320px-Ladybug_larva_%28Coccinellidae%29contre les pucerons :

  • Très vorace, les larves mangent chaque jour jusqu’à 150 pucerons!
  • Méthode naturelle 100% inoffensive pour l’homme, l’animal et l’environnement
  • Pour une lutte biologique sans pesticide, simple et efficace, pour de nombreuses plantes potagères et ornementales.

Stades de transformation de la larve de coccinelle.

Vous recevez des larves au stade L2 ou L3. La larve de coccinelle Adalia bipunctata (coccinelle à deux points), se transforme en coccinelle adulte au bout de 3 semaines environ.
Cette dernière continue de dévorer les pucerons et pond jusqu’à 50 oeufs par jour.

A noter que la larve est plus vorace que la coccinelle adulte.

Mode d’emploi des larves de coccinelles.

Lacher de larves de coccinelles contre les pucerons

Réception des larves :

  • Vous recevez par courrier simple, une boite de larves au stade L2 ou L3.
  • Vous déposerez celles-ci dès leur réception sur vos plantes, à proximité des colonies de pucerons.
  • En cas de contretemps, les larves peuvent être conservées après réception 1 à 2 jours maximum au frigo entre 8 et 10 °C.
  • Vous pouvez les déposer sur votre arbre ou arbuste : soit en piquant le popcorn sur lequel se trouve les larves, sur une branche de votre rosier ;
  • soit en fabriquant un cône en papier dans lequel vous aurez déposé les larves et que vous viendrez fixer à la branche ;
  • soit en déposant les larves à l’aide d’un pinceau ou d’une cuillère, au coeur du foyer de pucerons.
    A noter : Le cône papier spécifié sur le mode d’emploi de la boite n’est pas fourni uniquement pour des boites de plus de 20 coccinelles adultes

Commander combien de larves de coccinelles pour votre usage ?

320px-Lady-beetle-larvae-just-hatched dans COCCINELLELa dose d’utilisation efficace est de 1 à 2 larves par colonie de pucerons (soit environ 15 à 25 larves par m², uniquement au niveau des plantes infestées):

  • Attention au laurier rose : cette plante secrète une sève toxique pour les coccinelles. Ne déposez pas les larves dessus !
  • Rosier et plantes fleuries : 3 à 5 larves / tige florale
  • Potager (salade, fraisier,…) : 2 à 5 larves par plante
  • Arbustes d’ornement (chèvrefeuille, rosier grimpant,…) : 1 à 2 larves / foyer de pucerons
  • Arbustes petits fruits ligneux (groseilles,…) : 3 à 5 larves / tige ou 10 larves / forte infestation
  • Arbres fruitiers basse-tige : 10 à 20 larves / arbre, ou 1 à 2 larves / colonie de pucerons
  • Grands arbres (tilleul, érable,fruitiers haute-tige,…) : 100 larves/arbre pour des troncs de 30 cm de diamètre et 300 larves/arbre pour des troncs de 100 cm de diamètre

 

voir le site : http://fr.jardins-animes.com/larves-de-coccinelle-europeenne-anti-pucerons-p-347.html#description

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

La coccinelle et son bestiaire

Posté par othoharmonie le 27 août 2012

 

La coccinelle et son bestiaire dans COCCINELLE 43135064.P5060028_coccinelleJe suis un arthropode passant par différentes couleurs telles que rouge, jaune, noire,… je porte des taches sur le dos allant de 2 à 24 points, j’ai des ailes que l’on nomme elytre et une carapace du nom d’exosquelette, je suis dit-on un véritable ogre à pucerons, je suis de l’ordre des coléoptères je suis, je suisss… ?

La coccinelle ! Bravo !

 

•._ Les vérités sur la coccinelle _.•

Dame Coccinelle n’a qu’à bien se tenir ! Les rumeurs qui courent au sujet de ses sœurs sont pour la plupart fausses, bien que certaines légendes soient tirées d’une de ces vérités.
Il est évident que vous avez tous déjà vu une coccinelle, peu importe sa couleur ou le nombre de ses points. Mais contrairement à ce qu’on dit, ses points qui ne qualifient d’ailleurs nullement l’âge de la bestiole (en jours, en mois ou encore en années) mais détermine son espèce !

Saviez-vous qu’il en existe pas moins de 130 espèces ?

Et si les points ne peuvent déterminer l’âge, c’est que la « bête à bon dieu » résiste rarement à l’hiver et ne vit alors qu’une saison,

Cette petite chose de quelques millimètres de long peut s’envoler jusqu’à 2000m d’altitude !
Rencontrée dans les jardins, les champs, les bois, même en ville, la petite bête égaye le printemps et laisse les gens rêveurs lorsqu’ils en croisent une et lui demande « petite coccinelle, fera-t-il beau demain ? »

•._ Les légendes de Coccinelle_.•

La coccinelle fait parler d’elle depuis bien longtemps !
Au Moyen-âge, de multiples légendes ou anecdotes sont nées à son sujet.

 Adalia bipunctata•.° Les questions

Cette bêbête serait à même de nous prédire le temps ! Allons donc ! Mais il est si joli d’y croire encore. Voilà pourquoi, certaines questions on traversés le temps, comme l’éternelle question du beau temps.

On dit que la coccinelle qui se pose sur votre doigt refuse de s’envoler, elle annonce la mauvais temps.

•.° Coccinelle et  Les malédictions

Adorée des gens, notre coccinelle pousse les pousse à croire à de grands malheurs si celle-ci péri !

Les exemples sont frappants :
– En Charente, on raconte qu’après le « meurtre » d’une coccinelle, le berger verra périr son plus beau mouton
– En Bretagne, c’est le laboureur qui perd un de ses meilleurs chevaux
– En Ille-et-Vilaine, on va encore plus loin ! Ne tentez pas d’écraser ni même d’enfermer une coccinelle dans une boîte de peur d’être exposé à la mort le lendemain !!
– En Belgique aussi on en parle, ainsi, dans le Hainaut, celui qui attrape les coccinelles, se verra puni en attrapant de multiples abcès
– …
SOURCES :
http://users.skynet.be/moony/pageportebonheur.htm
http://patwo.com/insect/coccinel.htm
http://www.laserreoutil.be/serre-outil/Fiches/coccinelle.html#legende
http://villa.nbed.nb.ca/Classe5Et6/les__arthropodes.htm
http://fvayeur.free.fr/actus/coccinella.html

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

Entre Coccinelles et pucerons

Posté par othoharmonie le 26 août 2012

 

EN PDF A Partager

Les champs d’orties, en bordure des cultures, représentent un réservoir de proies (pucerons) et de prédateurs de pucerons (coccinelles, syrphes, chrysopes, forficules…) relativement sûr, à condition de les maintenir.

Les orties et la lutte contre les pucerons

Entre Coccinelles et pucerons dans COCCINELLE 290px-Coccinelle1Une récente étude des pucerons et de leurs prédateurs a été menée en Belgique, sur des cultures de pois, blé et colza et sur des champs d’orties qui les bordaient.

Le nombre d’espèces de pucerons était plus important dans les orties que dans les champs cultivés, le nombre d’insectes auxiliaires aphidiphages plus élevé dans les orties que dans les cultures.  

Les auteurs de cette étude concluent : « Le maintien d’espèces végétales abritant de nombreux pucerons dans des zones marginales telles que les haies et les bandes cultivées ou non en bordure de champs permet de conserver des réservoirs d’auxiliaires tels que les prédateurs et les parasitoïdes aphidiphages à proximité des cultures. Comme les insectes aphidiphages sont capables de participer à la réduction des populations aphidiennes des cultures dès l’apparition des ravageurs, l’aménagement des agro-écosystèmes tel que le maintien des zones d’orties, doit être envisagé afin de favoriser les auxiliaires et promouvoir ainsi la lutte intégrée contre les ravageurs des productions végétales » [ALHMEDI et al., 2006].

Six espèces de coccinelles sont citées dans cette étude : Adalia decempunctata (L., 1758), Adalia bipunctata (L., 1758), Anatis ocellata (L., 1758), Coccinella septempunctata L., 1758, Harmonia axyridis la Coccinelle asiatique, espèce envahissante (PALLAS, 1773), Propylea quatuordecimpunctata (L., 1758).

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

La Coccinelle et ses points

Posté par othoharmonie le 25 août 2012

 

La question

 Adalia bipunctata‘Coccinelle, demoiselle, bête à bon dieu…’ S’il est un insecte qui nous est sympathique, c’est bien la coccinelle ! Elle plaît au jardinier par son appétit pour les pucerons, mais elle attire aussi les enfants qui aiment les percher sur leurs doigts pour compter leurs points et les regarder s’envoler. D’ailleurs, ces petits coléoptères sont loins d’être tous identiques : de différentes tailles, parfois jaunes ou noires, même légèrement poilues, elles n’ont également pas toutes le même nombre de points. Est-ce dû au hasard, ou cela a-t-il une explication scientifique? 

 La réponse

Commençons par détruire les idées reçues, comme nous aimons le faire sur AxiomCafe. Le nombre de points sur les élytres (coque de protection des ailes) des coccinelles n’indique pas leur âge, que ce soit en nombre de semaines, de mois ou d’années. La quantité de tâches n’indique pas non plus la position sociale de l’insecte. La coccinelle telle que nous la reconnaissons habituellement est au stade dit imago, c’est à dire adulte. Sa morphologie est stable et n’évolue plus : le nombre de points est prédéterminé à la sortie de l’oeuf. Ils nous servent bien souvent à identifier les différentes espèces de coccinelles.

Le nombre de points de la coccinelle dépend de son espèce !

Il existe des espèces arborant jusqu’à 22 points ! La plus commune dans nos régions est la coccinelle à 7 points, nommée en conséquence Coccinella septempunctata: la ‘coccinelle à sept points’. Sous ses airs sympathiques, c’est en réalité une vraie tueuse, et ses larves le sont tout autant. Notre coccinelle peut ainsi dévorer plus de 200 pucerons par jour !

 Si les points n’indiquent pas l’âge de l’animal, la couleur de la coccinelle évolue en revanche : jaune à la naissance, elle prend sa couleur rouge progressivement. Attention toutefois ! Il existe des espèces de coccinelles dont la couleur définitive est jaune ou orange ! Ce ne sont pas des juvéniles (enfants) de la Coccinella septempunctata, mais bien des espèces différentes. Notez que la Coccinella septempunctata est facilement reconnaissable grâce à ses tâches blanches sur la tête, ainsi que la tache noire juste derrière la tête, entre les deux élytres.

En résumé…

 Contrairement à l’idée reçu, le nombre de points de la coccinelle ne dépend ni de son âge ni de son statut social mais de son espèce. La plus commune de nos régions est la Coccinella septempunctata, autrement dit la coccinelle à sept points.

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

Coccinelle à deux points

Posté par othoharmonie le 23 août 2012


 Adalia bipunctataLa Coccinelle à deux points (latin Adalia bipunctata) est un coléoptère très commun de la famille des Coccinellidae qui se rencontre dans l’hémisphère Nord. Elle se distingue à ses élytres rouges maculés de 2 points noirs sur des élytres rouges.

C’est un insecte ayant un grand polymorphisme de couleur. Ces variétés restent cependant parfaitement interfertiles.

Adalia bipunctata est noire surtout dans le Nord de son aire où cette particularité facilite la récupération de chaleur.

La femelle pond entre 20 et 50 œufs par jour. La larve des coccinelles est appelée triongulin.

Elle se nourrit d’Aphides, de Cochenilles et autres petits insectes. Le Puceron cendré du chou, qui s’alimente du chou, emmagasine dans son hémolymphe certains métabolites protéiques, dont les glucosinolates, et une enzyme, dont la myrosinase, afin de synthétiser des produits biologiquement actifs.

Les larves de Adalia bipunctata qui s’en nourrissent sont intoxiquées et présentent un faible taux de survie.

Une fois ailé, le Puceron du chou constitue un faible risque d’intoxication pour la Coccinelle à 2 points.

Coccinelle à deux points dans COCCINELLE 220px-Adalia.bipunctata.7222Distribution géographique

Elle est très commune depuis le Centre jusqu’à l’Ouest de l’Europe, et en Amérique du Nord. Elle fut introduite en Australie.

Ce coléoptère figure sur une émission de la République démocratique allemande de 1968 (valeur faciale : 20 p.).

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

La famille des Coccinelles

Posté par othoharmonie le 23 août 2012

 

Chilocorus bipustulatus

Le genre Chilocorus est constitué de coléoptères prédateurs de la famille des coccinellidés, dont les larves et les adultes ont pour proies principalement les pucerons et les cochenilles sur les arbres fruitiers et la vigne.

 Coccinelle à deux points (Adalia bipunctata)

Le genre Adalia est constitué de coléoptères prédateurs, de la famille des coccinellidés, dont les larves et les adultes ont pour proies principalement les pucerons sur les arbres fruitiers, les grandes cultures, les cultures légumières et les cultures ornementales.

 Coccinella septempunctata

Le genre Coccinella regroupe des coléoptères prédateurs de la famille des coccinellidés, dont les larves et les adultes ont pour proies principalement les pucerons sur les arbres fruitiers, la vigne, les grandes cultures, les cultures légumières et les cultures ornementales.

  Scymnus sp.

Le genre Scymnus comprend des insectes, coléoptères prédateurs de la famille des  coccinellidés, dont les larves et les adultes ont pour proies principalement les pucerons sur les arbres fruitiers, la vigne, et les forêts.

 

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

Régime alimentaire des Coccinelles

Posté par othoharmonie le 19 août 2012


Les coccinelles peuvent dévorer jusqu’à cent cinquante pucerons par jour.

Chaque espèce a une alimentation bien spécifique, et les coccinelles peuvent ainsi être regroupées selon leur régime alimentaire :

  • Régime alimentaire des Coccinelles dans COCCINELLE 220px-Coccinellidae_eating_Aphidoideales coccinelles phytophages, comme Subcoccinella vigintiquatuorpunctata, qui se nourrissent de végétaux, et peuvent causer des dégâts à certaines espèces végétales cultivées ;
  • les coccinelles mycophages, qui mangent des champignons, comme l’oïdium ;
  • les coccinelles aleurodiphages, qui se nourrissent d’aleurodes ;
  • les coccinelles acariphages, qui se nourrissent d’acariens, et ont une très petite taille, de moins d’un millimètre ;
  • les coccinelles aphidiphages, qui se nourrissent de pucerons, et parmi lesquelles se trouvent les plus connues, et les plus colorées, comme la coccinelle à sept points, Coccinellia septempunctata ;
  • les coccinelles coccidiphages, qui se nourrissent de cochenilles, et limitent leur prolifération sur diverses espèces végétales cultivées, notamment l’olivier.

Selon une étude publiée mi-2007, le puceron du chou, Brevicoryne brassicae, peut utiliser et mimer le système de défense chimique de sa plante-hôte. La larve de ce puceron absorbe et emmagasine dans son hémolymphe certains métabolites protéiques, les glucosinolates, qui protègent le chou de ses prédateurs, et, comme le chou, le puceron produit une enzyme, la myrosinase, ou la glucohydrolase de β-sulfoglucoside, qui catalyse l’hydrolyse des glucosinolates, synthétisant ainsi des produits biologiquement actifs. L’étude montre que les larves de coccinelles Adalia bipunctata (espèce dont les larves d’élevage sont souvent vendues dans les jardineries pour les particuliers) nourries avec des larves de pucerons de cette espèce ont un faible taux de survie, alors qu’il est normal, si elles consomment ce puceron, adulte et ailé.

290px-Coccinelle1 dans COCCINELLELa forme ailée n’emmagasine presque plus de glucosinolates (sinigrine notamment), et en excrète même dans le miellat. Ce sont bien les glucosinolates qui sont en jeu, car des larves de pucerons élevées avec un régime sans glucosinolates sont consommées sans effet négatif par les larves de coccinelles, que les pucerons soient au stade ailé ou non, alors que les formes ailées nourries avec un régime à un pour cent de sinigrine sont toxiques pour les larves de coccinelles qui les consomment. Les pucerons ailés sont donc plus vulnérables aux larves de coccinelles, mais leur capacité de voler pourrait compenser cette carence, leur permettant d’échapper aux coccinelles, et de coloniser d’autres milieux.

Il resterait à vérifier si une part de la toxicité que la coccinelle présente envers ses prédateurs ne provient pas également des proies qu’elle ingère ; ce phénomène a été constaté chez d’autres groupes d’espèces prédatrices aux couleurs vives, comme les dendrobates. Il pourrait s’agir d’un phénomène de co-évolution et de convergence évolutive. Une autre coccinelle, la Coccinelle de la Bryone, Henosepilachna argus, est apte à se nourrir du suc de la Bryone dioïque, très toxique, et ne semble vivre que sur cette plante.

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

Bibliographie de la Coccinelle

Posté par othoharmonie le 19 août 2012

 

Bibliographie de la Coccinelle dans COCCINELLE danae027-300x199Jean-Louis Hemptinne, Alexandra Magro, Michael Majerus, Les Coccinelles, description, mœurs, reproduction, cohabitation, observation…, Paris, Delachaux et Niestlé, 2005, 192 p. (ISBN 978-2-603-01328-1

  1. Un petit livre à découvrir avec la véritable histoire de la bête à bon Dieu [archive] sur le site du Musée de zoologie à Lausanne
  2. Berenbaum, M.R. 1995 The chemistry of defence—theory and practice. Proc. Natl Acad. Sci. USA 92, 2–8, (doi:10.1073/pnas.92.1.2). Résumé (anglais) [archive]
  3.  Coccinelle anti-puceron : Adalia bipunctata (coccinelle européenne) [archive] sur Plantes et jardins. Consulté le 2 mars 2010
  4.  Solution idéale contre les pucerons [archive] sur Orange. Consulté le 2 mars 2010
  5.  Achat de coccinelles [archive] sur Destination baie de Somme. Consulté le 2 mars 2010
  6. Atlas du Gedeam pour le Pas-de-Calais ou encore l’atlas du GON pour l’ensemble de la région Nord-Pas de Calais [archive]
  7. Atlas des coccinelles de la Manche [archive]
  8. Observatoire permanent de la coccinelle asiatique [archive]

Articles

  1. Volkswagen 1302-1303 (Beetle) [archive] sur Histomobile
  2. L’essor de l’automobile sous Hitler [archive] sur Mouvement de combat Saint-Michel
  3. S. Bellu (2008), p 43

SUR LA TOILE Acheter des coccinelles indigènes pour son jardin ou faire un élevage : www.coccinelles.com   www.coccinelles.be/coccinelle  Admirer les coccinelles d’ici et d’ailleurs : www.koleopterologie.de/gallery  www.nafoku.de/kaefer/coccinellidae  www.uoguelph.ca/~samarsha/ lady-beetles.htm    www.asahi-net.or.jp/~CH2M-NITU/ tentoue

coccinelle     Les coccinelles, J.-L. Hemptinne et al., éd. Delachaux & Niestlé La référence la plus complète en français. Atlas des coccinelles de la Manche, Y. Le Monnier et A. Livory, éd. Manche Nature, http://manche.nature.free.fr Une mine d’or espèce par espèce, avec en grand les dessins du Miniguide coc cinelles ! Ladybirds, M. Majerus et P. Kearns, Naturalists’Handbook nº 10, éd. Richmond Publishing Co Les secrets des coccinelles et comment les reconnaître, dans la grande tradition des naturalistes britanniques. La Coccinelle, ou la véritable histoire de la bête à bon Dieu Ph. Huet, éd. de Terran Un livre amusant pour découvrir toutes les facettes de la coccinelle.

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaires »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello