« Cobaye » dans tous les sens du terme

Posté par othoharmonie le 14 juillet 2013

« Cobaye » dans tous les sens du terme dans HAMSTER - COBAYE 220px-gruppe_von_meerschweinchenLa médecine découvre son usage en laboratoire au xixe siècle. Il devient même l’archétype de l’objet de recherche en passant dans le vocabulaire français sous forme d’un nouveau nom commun : être un «cobaye», un sujet d’expérimentation.

Les cobayes sont employés en tant qu’animaux de laboratoire afin d’effectuer des expériences entre autres en nutrition, pathologie, génétique, toxicologie et production de sérum.

Dans le passé, ils ont été utilisés pour isoler différentes contraintes bactériennes, mais dans les laboratoires modernes ils sont désormais remplacés par les souris et les rats. En effet, selon la National Library of Medicine, les chercheurs publient aujourd’hui environ 50.000 études par an avec des souris, 36.000 avec des rats et seulement 1.300 avec des cobayes. Même les macaques – animaux qui coûtent au moins mille fois plus cher à acheter et à garder que des cobayes – sont plus souvent présents (de 50% environ) dans la littérature scientifique.

Animal de concours

Les concours de cochons d’Inde sont surtout en vogue en Allemagne et dans les pays anglo-saxons. Les lignées sont sélectionnées avec patience selon des critères très précis et les individus choisis pour concourir sont soignés tout particulièrement dans les deux ou trois mois avant la date d’exposition : cage individuelle pour les mâles, petits groupes de 2 ou 3 pour les femelles, nourriture et litière de choix, toilettage, etc. Toutes les dispositions sont prises pour que l’animal soit au mieux de sa forme le jour J afin d’être le gagnant de sa catégorie.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Cobaye, Animal de compagnie

Posté par othoharmonie le 14 juillet 2013


Cobaye, Animal de compagnie dans HAMSTER - COBAYE 220px-cochons_dinde_de_24hVers 1950, le cobaye sort des laboratoires grâce à son comportement placide, il devient l’animal de compagnie dont le succès n’est plus contesté.

Le cochon d’Inde est un animal domestique de plus en plus courant en raison de son faible coût et de sa non agressivité. Il est souvent choisi comme compagnon pour un enfant et lorsque l’on ne dispose pas d’assez d’espace pour adopter un chat ou un chien.

Contrairement à d’autres rongeurs, souris et rats notamment, le cobaye ne dégage qu’une faible odeur. Toutefois, le mâle une fois à maturité sent plus fort que la femelle.

Mieux vaut éviter le moindre contact entre le cochon d’Inde et d’autres animaux. Certaines personnes les mettent avec des lapins (nains ou pas) mais c’est une erreur car le comportement du lapin peut être agressif et le cochon d’inde ne pourra pas se défendre.

Il vaut mieux éviter aussi de mettre deux cochons d’Inde de sexe différent dans la même cage sauf si l’un d’entre eux est stérilisé. Les cochons d’Inde ont un taux de reproduction exponentiel, ce qui serait à la fois mauvais pour la santé de la femelle et indésirable vu le nombre de petits conçus. La meilleure option est d’avoir deux cages situées l’une à côté de l’autre. Il est possible de mettre deux mâles dans la même cage, à condition qu’ils aient grandi ensemble depuis leur naissance, préférez tout de même deux femelles.

On dit qu’il ne faut jamais rien faire tourner au-dessus de leur tête car cela leur rappelle le mouvement des prédateurs et des rapaces. L’animal risque d’être terrorisé.

Un cochon d’Inde a besoin d’un minimum d’espace vital. La majorité des cages vendues dans le commerce ne constituent pas un espace assez grand pour que votre cochon d’inde puisse courir et être heureux. Préférez à ce modèle les cages faisant au moins 80 cm pour un cobaye tout seul ou 1,20 m pour deux cobayes. On peut aussi les garder dans un enclos extérieur sous certaines conditions, en prenant garde aux prédateurs.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Différence entre Cobaye et Hamster

Posté par othoharmonie le 14 juillet 2013

Différence entre Cobaye et Hamster dans HAMSTER - COBAYE images-21

Cobaye et Cochon d’inde désignent le même animal. Le hamster en est un autre. Tous sont des rongeurs. 

cobaye-150x130 dans HAMSTER - COBAYECobaye et Cochon d’Inde = même animal. Herbivore diurne d’environ 800gr qui doit vivre en groupe (attention pas de couple sinon repro non stop) Doit vivre dans une cage de 1m de long minimum pour 2 individus (l’idéal étant 2 femelles, mais attention aux femelles qui sont souvent pleines en animalerie) A besoin de foin et légumes tous les jours + granulés + vitamine C, cage à changer chaque semaine, voire plus. Animal sociable, « sonore » (couine, siffle, roucoule) bref interactif pour les plus jeunes. Doit sortir de sa cage au moins 1h par jour pour se dégourdir les pattes.

hamster1-150x115Hamster : petit rongeur d’environ 150gr SOLITAIRE, nocturne. Doit vivre seul dans une cage adaptée à son espèce (il existe 4 principales variétés de hamsters ; syrien la plus grosse, russe, roborovski, chinois) Animal sympathique mais pas toujours très sociable du fait de son activité nocturne. Le jour il dort et est de mauvais poil si on le réveille. Mais en fin de journée il commence à s’activer et réclame ses sorties et ses friandises. Ne demande pas trop de place, peu rester seul un week-end. Nourriture omnivore (graines + un peu de verdure et de protéines) Le syrien a besoin d’un espace grand car il devient assez gros à l’age adulte et a besoin de beaucoup se dépenser. Le roborovski est à éviter pour les enfants car bien trop petit et vif. Le syrien est sympa pour débuter. Le russe aussi. Le chinois a un caractère très placide mais on le trouve pas toujours à l’adoption.

Doit sortir au moins 1h par jour pour se dépenser. Dans sa cage, le hamster est propre et fait toujours dans le même coin. Cage à nettoyer chaque semaine voire tous les 10 jours.

Bref, le choix dépend surtout de vous…

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Origines du Cochon d’Inde

Posté par othoharmonie le 14 juillet 2013

Origines du Cochon d’Inde dans HAMSTER - COBAYE yoyocochondinde

Les premiers Européens qui rencontrèrent ces petits animaux trapus et douillets, que l’on appela ensuite cochons d’Inde, furent les soldats espagnols qui, vers 1530, atteignirent et conquirent les mystérieuses cités incas du Pérou et du Chili. Les Incas les élevaient, pour les manger, dans des gros paniers à l’intérieur de leurs cabanes, et ils les appréciaient tellement qu’ils les offraient aux défunts, en guise de dot pour l’au-delà, comme en témoignent les nombreux corps de rongeurs retrouvés momifiés dans les sépultures. Ensuite, au XVIIIe siècle, les cobayes arrivèrent en Europe dans les cales des navires des explorateurs hollandais, et on commença à les élever pour en faire des animaux de compagnie. On sait que la famille à laquelle il appartient, celle des cobayes, remonte à l’ère tertiaire, et plus exactement au miocène (entre 5 et 20 millions d’années avant notre ère). Mais les origines du cochon d’Inde, appelé aussi cobaye, ne sont pas encore tout à fait définies. En effet, on ne connaît pas avec précision les ancêtres de ce sympathique petit animal que l’on accueille souvent dans nos maisons. Il vient probablement d’un croisement entre deux espèces sauvages. Désormais, on ne le trouve plus dans la nature, mais il semble que, même autrefois – lorsqu’il vivait en Amérique du Sud, sur les hauts plateaux herbeux des Andes, à des altitudes qui pouvaient atteindre 4 200 mètres –, il était plutôt différent des espèces sauvages que nous connaissons aujourd’hui.

Variétés

Il existe plusieurs variétés de cochons d’Inde, classées en plusieurs catégories : les Poils Lisses, les Poils Longs et les Poils Durs. Parmi ces catégories, il y a plusieurs types de poils (satins) et de couleurs. On trouve même des cochons d’Inde nus, comme le Skinny ou le Balwin.

Maître idéal

Le cochon d’Inde n’est pas idéal pour les jeunes enfants. C’est un animal fragile et très sensible. Contrairement à d’autres rongeurs, il ne peut pas se défendre, ce qui le rend très vulnérable.

Mâle ou femelle ?

Si l’on décide d’acheter un seul cochon d’Inde, peu importe que ce soit un mâle ou une femelle, car le caractère et le comportement sont proches. La seule différence est que le mâle est un peu plus gros. Cependant, si l’on choisit une femelle, il vaut mieux vérifier auprès du vendeur qu’elle n’a pas été en cage en compagnie d’un mâle car, dans le cas contraire, on risque de se retrouver, au bout de quelques semaines, avec toute une nichée de cochons d’Inde à la maison alors qu’on croyait n’en avoir qu’un seul (c’est ce qu’on appelle une portée « kinder surprise ») !

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Seul ou en couple ? pour le cochon d’Inde

Posté par othoharmonie le 13 juillet 2013

Seul ou en couple ? pour le cochon d’Inde dans HAMSTER - COBAYE 220px-cuy_in_the_kitchen_edit1À l’état naturel, les cochons d’Inde vivent en petits groupes, composés d’un mâle, le chef, de ses « femmes » (eh oui, il en a plusieurs) et de leurs petits. Les membres du groupe demeurent toujours près les uns des autres et accomplissent ensemble leurs activités, parce que le contact réciproque les rassure et leur donne un sentiment de protection : par exemple, ils se reposent souvent allongés côte à côte. Donc, si cela est possible, il est toujours préférable de prendre au moins deux cobayes et de les mettre dans la même cage. Comme nous l’avons déjà dit, mieux vaut choisir deux animaux du même sexe, à moins que l’on n’ait envie de faire s’agrandir rapidement la petite famille. Il faut savoir que la reproduction du cobaye est bien plus délicate que chez les autres rongeurs. Aussi il est recommandé ne pas acquérir des cochons d’Inde dans le but de les faire reproduire.

Si il ne faut pas généraliser, deux femelles s’entendront très bien, de même que deux mâles s’ils sont ensemble depuis qu’ils sont petits et à condition qu’il n’y ait pas de femelle dans les parages, car, dans ce cas, c’est inévitable… ils se battront en duel. Il faut toutefois prendre en compte la « crise d’adolescence » du cochon d’Inde, pendant laquelle chaque individu remet en cause la hiérarchie. Ainsi, des cobayes qui s’entendaient très bien peuvent, d’un jour à l’autre, se mettre à se battre à mort. La vie sociale du cochon d’Inde est très souple et changeante selon les circonstances, contrairement à la majorité des autres rongeurs.

L’âge idéal

L’idéal est d’adopter un cochon d’Inde âgé de cinq à six semaines. En effet, les animaux trop jeunes, qui n’auraient pas encore été sevrés, ne sont pas encore socialisés et leur système immunitaire est encore en développement. Ainsi un cobaye non sevré peut souffrir de retard de croissance et rester faible toute sa vie.

Comportement

Le cochon d’Inde est très sociable, il aime vivre en couple.Contrairement à certains rongeurs comme le hamster, il vit le jour (diurne) mais le cobaye passe une partie de la journée à se reposer. Très docile, il mord et griffe très rarement. Il communique par des petits bruits.

Alimentation

Comme pour tout autre animal, l’alimentation la plus adaptée est celle qui ressemble le plus à la nourriture que le cochon d’Inde trouverait dans la nature. Le cochon d’Inde est un herbivore strict. Son alimentation doit se composer de foin en permanence, ainsi que de légumes (l’équivalent de minimum 10% de l‘animal) et plus rarement, de fruits. Tous ces végétaux frais ou séchés lui permettent d’user ses dents qui poussent en permanence, surtout le foin qui contient des cristaux abrasifs. Les extrudés (granulés complets, surtout pas de mélange) sont aussi nécessaires, mais on peut s’en passer. Il ne faut jamais donner de friandises sucrées ou industrielles, qui sont très mauvaises pour la santé.

Santé

La température normale est de 38 à 39 °C. Le cochon d’Inde est très fragile sur le plan cardiaque, il faut éviter de le prendre brusquement ou de faire du bruit. S’il est mal nourri ou souffre d’un problème héréditaire, ses dents poussent parfois trop (malocclusion) et il ne peut plus manger, il faudra alors les limer et lui donner de la nourriture liquide. Il est sensible aux affections de la peau, une bonne hygiène de la cage et la pratique de la quarantaine pour les nouveaux venus  permettent de les éviter. Il peut souffrir de cystite ou de pneumonie. Il est très sensible à la carence en vitamine C.

Reproduction

Maturité sexuelle à 3 mois pour les mâles, 2 mois pour les femelles
Période de reproduction : toute l’année
Nombre de portées par an : 2 à 4
Nombre de petits par portée : 1 à 6
Durée de la gestation : 68 jours en moyenne
Durée de la lactation : 3 semaines pour les mâles, 4 semaines pour les femelles
Poids à la naissance : entre 60 et 120 g

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Le Hamster domestique

Posté par othoharmonie le 13 juillet 2013

Le Hamster domestique dans HAMSTER - COBAYE 256px-roborovski_hamster

Origines

Comparé au chat qui partage la vie de l’homme depuis 6 000 ans, le hamster est un animal de compagnie très « jeune ». Les premiers fossiles de rongeurs retrouvés en Amérique du Nord et en Eurasie, et que l’on peut considérer comme les ancêtres de son espèce, datent du paléocène et remontent à 65 millions d’années. Les hamsters ressemblaient alors à de petits écureuils à cause de leur queue touffue et pelucheuse. Les pattes antérieures d’autres rongeurs primitifs étaient munies de longs ongles qui leur servaient à creuser leurs galeries souterraines. Si on se borne aux « arrière-grands-parents » du hamster, les restes les plus anciens sont d’origine européenne et remontent à l’oligocène, soit 36 millions d’années.

Variétés

La famille la plus nombreuse des rongeurs est celle des Cricétidés (plus de 500 espèces), mais on en élève seulement cinq en qualité d’animaux de compagnie. Il s’agit du hamster doré (le plus connu), du hamster russe, du hamster sibérien, du hamster de Roborowsky et du hamster chinois. En revanche, le Hamster commun (Cricetus cricetus), qui est plus gros, est un animal assez agressif qui ne supporte pas la compagnie de l’homme. Les hamsters russe, sibérien, chinois et de Roborowsky sont répertoriés comme des hamsters nains à cause de leur taille réduite.

Maître idéal

Le hamster convient aux adolescents. La reproduction est facile et très intéressante. Pour un enfant, attention au mode de vie nocturne et aux morsures.

Mâle ou femelle ?

Si l’on décide d’acheter un hamster , peu importe que ce soit un mâle ou une femelle, car le comportement des deux animaux est identique. Les femelles hamsters sont parfois plus agressives que les mâles, mais c’est juste l’expression d’un trait de caractère « personnel ».

Seul ou en couple ?

La cohabitation du hamster doré avec d’autres hamsters est impossible car cet animal préfère vivre seul, ce qui signifie que si on achète plusieurs spécimens, il faut les installer dans des cages séparées. En revanche, le hamster russe, le hamster sibérien et le hamster de Roborowsky aiment vivre en couple, surtout s’ils y sont habitués dès leur plus jeune âge. L’idéal est d’acheter un mâle et une femelle, mais dans ce cas le maître doit savoir à l’avance à qui donner les petits qui naîtront. En revanche, s’il est quasiment inévitable que deux mâles adultes placés dans la même cage se battent entre eux, il est probable que deux femelles s’entendront bien, même si rien évidemment ne permet d’en être sûr. Enfin il faut séparer les femelles de hamsters chinois, car elles sont très agressives.

L’âge idéal

L’âge a aussi une certaine importance et l’idéal est d’adopter un hamster âgé de 5 à 10 semaines. En effet, les animaux trop jeunes qui sont encore nourris au lait maternel pourraient rencontrer quelques difficultés à manger seuls. En revanche, les hamsters plus âgés qui ont grandi dans une animalerie et ne sont pas habitués à se laisser manipuler risquent de s’adapter moins facilement à la vie domestique.

Comportement

Le hamster dort le jour, s’active la nuit et peut hiberner si la température est inférieure à 10 °C. Il est très fouisseur et aime beaucoup se cacher. Il préfère être seul ; les femelles attaquent souvent les mâles. Il ne faut pas le déranger quand il dort.

Alimentation

À l’état naturel, le hamster n’est pas vraiment végétarien mais plutôt omnivore car il mange aussi bien des végétaux (plantes, graines, tubercules, fruits) que des aliments d’origine animale (insectes, vers, escargots, grenouilles, souris, petits oiseaux, etc.). En outre, il aime avoir le choix entre plusieurs types d’aliments ; il est donc vivement conseillé de lui proposer un « menu » riche et assez varié.

Santé

La température normale est de 37 à 38 °C. Des pertes de poils peuvent se produire par manque de vitamines ou par la présence de parasites (poux, puces…). le hamster peut avoir la diarrhée et il est très sensible aux affections pulmonaires. Pour éviter toutes ces affections, il faut lui donner des complexes vitaminés, ne pas mettre la cage dans un endroit froid ni exposé aux courants d’air et ne lui donner de l’alimentation fraîche (salade, fruit) qu’une fois par semaine.

Reproduction

Maturité sexuelle à 2 mois
Période de reproduction : toute l’année
Nombre de portées par an : 6
Nombre de petits par portée : 6 à 9
Durée de la gestation : 17 jours
Durée de la lactation : 3 semaines
Poids à la naissance : 2 g

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Les NAC, tendance tous risques

Posté par othoharmonie le 13 juillet 2013

 

Les NAC, tendance tous risques dans HAMSTER - COBAYE nac-300x199Plus besoin d’aller au zoo pour observer de (très) près un iguane, une mygale voire un python… Ces nouveaux animaux de compagnie (NAC) font fureur en France. Avec des risques réels pour la santé humaine. Les explications du Dr Ghislaine Jancon, vétérinaire à Nantes.

« Depuis plusieurs années maintenant, nous constatons un engouement pour des espèces qui peuvent paraître surprenantes comme les insectes, les reptiles », nous explique-t-elle. « Ce n’est pas à proprement parler une nouvelle tendance, mais plutôt un phénomène qui prend de l’ampleur. Cela traduit un besoin d’exotisme, de particularisme, un goût d’aventure sans avoir conscience de tous les dangers que cela comporte. »

Et en effet, les futurs propriétaires de NAC sont bien souvent très loin d’imaginer les conséquences de leur achat. « Par exemple les reptiles comme les iguanes, sont pour 90% d’entre eux porteurs de salmonelles. Ces bactéries peuvent facilement être transmises aux enfants. Je déconseille donc l’achat de reptiles dans les foyers où il y a des petits ». Autre NAC pourvoyeur de risques pour la santé, les rats. « Très proches de leur propriétaire, ces animaux peuvent transmettre des maladies graves. Leur morsure peut provoquer des fièvres importantes », prévient notre vétérinaire.

Selon elle, il est indispensable après l’achat d’un NAC de consulter un vétérinaire. « Il pourra déjà s’assurer que l’animal est en bonne santé et donnera des conseils d’hygiène et de mode de vie pour le bien-être à la fois du NAC et de la famille ». Et de manière générale, elle conseille aux futurs propriétaires de toujours s’informer auprès de professionnels sur la réglementation spécifique liée à certaines espèces.

Comment faire pour trouver un vétérinaire spécialisé dans les NAC ? « Il n’existe pas de liste cautionnée par l’Ordre national des Vétérinaires. Le mieux est de se renseigner auprès d’un professionnel qui pourra vous orienter vers un confrère qui s’est spécialisé dans les NAC ».

Source : Interview Ghislaine Brancon, 23 février 2011

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Le Hamster

Posté par othoharmonie le 13 juillet 2013

Le Hamster dans HAMSTER - COBAYE crunomys_fallax_and_batomys_granti-220x300Les hamsters ; de l’allemand hamstern, « faire des réserves » – sont des petits rongeurs de la famille des Muridés qui forment la sous-famille des Cricetinae. Il en existe plusieurs espèces, réparties dans différents genres. Quelques espèces sont élevées en captivité comme animal de compagnie, pour l’expérimentation animale ou pour leur fourrure. Le premier fut le hamster doré qui existe à présent en de multiples variétés colorées et, plus récemment, des espèces naines comme le hamster de Roborovski, le hamster russe, le hamster de Campbell et le hamster de Chine.

 

Les muridés forment une famille de mammifères terrestres appartenant à l’ordre des rongeurs (sous-ordre des sciurognathes). Les dernières révisions de la classification distinguent plus de 1 150 espèces réparties en 250 genres environ appartenant à 18 sous-familles.

Parmi les espèces les plus connues figurent les souris, dont la souris domestique dite mus musculus.

Les muridés sont présents dans une grande variété de biotopes, ils sont présents sur tous les continents à l’exception de l’Antarctique.

 

lophiomys_imhausi dans HAMSTER - COBAYEOn ne doit pas les confondre avec les hamsters-taupes qui appartiennent à la sous-famille des Myospalacinae, ni avec le Hamster d’Imhause, ou Rat à crête, qui appartient quant à lui à la sous-famille des Lophiomyinae.

Cette sous-famille se répartit en 7 genres selon les classifications classiques…

Selon ITIS (31 oct. 2010), Animal Diversity Web (14 mai 2011) et Mammal Species of the World (14 mai 2011)

Le classement des genres Allocricetulus et Tscherskia n’est pas encore définitif.

Autrefois, avant les recherches phylogénétiques, on classait aussi par erreur dans cette sous-famille les genres sigmodontinae (Miller and Gidley 1918), nesomyinae (Miller and Gidley 1918, Ellerman 1941), calomyscidae (Ellerman 1941),mystromyinae (Vorontsov 1966), et myospalacinea (Michaux et al. 2001)3.

Chaque espèce de hamster a des caractéristiques particulières. Elles présentent chacune des différences physiques, de taille, de comportement, d’habitat naturel, etc.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

SAUVER LES petits rongeurs de compagnie

Posté par othoharmonie le 13 juillet 2013

SAUVER LES petits rongeurs de compagnie dans HAMSTER - COBAYE hams3Des dizaines de cochons d’Inde, lapins nains ou gros lapins, rats, souris, hamsters et autres petits rongeurs en tous genres ont ainsi trouvé une nouvelle famille.

Fondée voilà seulement quelques mois par Sandrine Arnaud, cette association qui s’est fait connaître par le bouche à oreille, ne manque pas de travail.

 » Tous jours les jours nous recevons des appels de personnes qui veulent se séparer de leurs animaux, pour diverses raisons, explique la présidente. Suite un divorce, à l’arrivée d’un bébé dans la famille, par manque de temps pour s’en occuper et parfois l’enfant délaisse son animal. Une reproduction non maîtrisée et d’autres se retrouvent avec une cinquantaine de rongeurs à nourrir. Quelquefois une femelle gestante est achetée en animalerie sans que la personne ne le sache. Nous plaçons d’abord les animaux dans des familles d’accueil, en quarantaine, puis nous les proposons à l’adoption contre une adhésion à l’association de cinq euros minimum, les adoptants faisant en plus un don… « .

ABANDONS EN HAUSSE

Mi janvier l’association proposait à l’adoption une quarantaine de cochons d’Inde répartis dans différentes familles d’accueil du Limousin, une dizaine de rats qu’ils soient bicolores, Husky, Rex ou bleu, douze lapins nains et gros dont trois femelles et un hamster. Dix familles se sont ainsi mobilisées pour accueillir ces rongeurs, histoire de faire face à la montée en puissance des abandons depuis Noël. Un animal n’étant pas un cadeau, cet acte d’achat nécessite un minimum de réflexion pour éviter que le cadeau ne soit empoisonné…

 » L’idée de créer cette association qui n’existait pas en Limousin m’est venu en lisant un article sur Lydie Lebreton, une comportementaliste. Je voulais d’abord être famille d’accueil pour rongeurs puis j’ai franchi le pas. Ce genre d’association se multiplie depuis quatre ans en France pour les chiens et les chats, moins pour les NAC… « .

LA TÂCHE EST IMMENSE

Des opérations de sauvetage de grande ampleur ont même été menées. Trente-cinq cochons d’Inde ont été sauvés chez une famille qui avait acheté au départ un couple.

 » Nous avons laissé six mâles pour éviter un nouveau problème de reproduction non contrôlé. Il faut savoir qu’une femelle donne naissance à quatre à cinq petits par portée, douze heures après la naissance, elle peut être reprise par le mâle. Sa maturité sexuelle est de un mois, trois semaines pour un mâle. Un autre propriétaire nous a également demandés d’intervenir, nous avons récupéré quarante-cinq cochons d’Inde, deux ont été laissés. Il y a souvent un problème de consanguinité et ensuite une forte mortalité. Certains sont morts après leur sauvetage à cause du stress. Nous ne faisons pas de forcing, nous sommes en principe prévenus par les propriétaires qui demandent une prise en charge… « .

RONGEURS EN LIGNE

L’association compte soixante-dix adhérents sur la région et d’autres départements. Des animaux ont été acheminés jusqu’à Clermont-Ferrand, Toulouse et Bordeaux suite à une adoption. Les animaux sont proposés à l’adoption en ligne sur le site web de l’association avec leur photo. Le mois dernier il a été consulté par 1200 internautes, soit 200 de plus par mois. Le forum est fréquenté par 153 personnes, la moitié est adhérent.

Pour adopter l’un de ses rongeurs il faut adhérer à l’association. Les critères sont très précis : avoir un téléphone fixe, un domicile, aimer les animaux, ne pas faire de reproduction et verser au minimum cinq euros.

En contrepartie l’adhérent peut adopter un ou plusieurs rongeurs de même sexe pour lutter contre la prolifération. Ils doivent aussi garantir que le rongeur ne servira pas de goûter aux serpents ou ne sera pas mangé par la personne. Le cochon d’Inde est élevé au Pérou pour sa viande. L’association a déjà sauvé un cochon d’Inde de la casserole…

 » Nous demandons aux adoptants deux contacts téléphoniques pour vérifier leur motivation, ajoute-t-elle. Deux coups de fil sur un portable, cela rebute beaucoup de gens, constate-t-elle. Si le ressenti n’est pas bon, nous ne donnons pas suite. Les animaux sont confiés à des familles ayant ou non des NAC. Parfois nous plaçons deux rongeurs, mais toujours du même sexe pour éviter la reproduction « .

rejoindre le site de Corinne Mérigaud

http://chonchonspassionlimousin.unblog.fr/

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Morphologie du Hamster

Posté par othoharmonie le 11 juillet 2013

Morphologie du Hamster dans HAMSTER - COBAYE hamster_cageLes cricétidés sont différenciés physiquement par une queue très épaisse et courte (moins de 45 % de la longueur du corps), un corps compact, des pattes courtes et larges, des oreilles petites et velues, un estomac comportant deux compartiments, des particularités dentaires avec une formule dentaire 1/1, 0/0, 0/0, 3/3 = 16, des spécificités génétiques, etc. Leur taille est très variable selon les espèces avec un corps de 5 à 34 cm et une queue de 0,7 à 10,6 cm.

Les hamsters ont surtout la particularité de posséder des poches extensibles à l’intérieur des joues, appelées abajoues. Ces poches servent essentiellement à transporter la nourriture. Certaines espèces sont connues pour cacher leurs petits dans leurs abajoues quand elles ont peur d’un danger, afin de les transporter ailleurs. Quelques espèces de hamsters peuvent aussi nager parfaitement en remplissant ces poches avec de l’air pour mieux flotter.

Ils occupent une distribution géographique naturelle en Afrique du Nord, dans certaines parties d’Europe, au Moyen-Orient, à l’est de la Sibérie jusqu’en Chine.

Tous les hamsters ont en commun de vivre dans la nature dans des zones terrestres dégagées et sur des terrains secs : déserts, steppes, champs, zones rocheuses, etc..

Alimentation

Les cricétidés sont avant tout des granivores, mais ils varient volontiers leur alimentation par des compléments végétaux comme des fruits, légumes, tiges, feuilles ou racines. Certaines espèces sont cependant omnivores et dévorent des insectes ou de petits vertébrés, par exemple des grenouilles. Ils remplissent alors leurs abajoues pour rapporter la nourriture dans leur terrier. On a découvert des terriers contenant près de 90 kg de réserves alimentaires.

Les hamsters ne connaissent pas de véritable hibernation, mais plutôt de longs moments de torpeur pouvant durer plusieurs semaines en hiver.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Les Abajoues du Hamster

Posté par othoharmonie le 11 juillet 2013

Les Abajoues du Hamster dans HAMSTER - COBAYE abajoueLes abajoues sont des poches situées de part et d’autre de la tête de certains mammifères, entre la joue et la mâchoire, comme chez l’ornithorynque, certains rongeurs et la plupart des singes de l’Ancien monde. Elles servent le plus souvent à stocker momentanément de la nourriture avant de pouvoir la consommer ou la transporter dans une réserve.

le mot vient de « au bas des joues ».

Par agglutination de « la bajoue » le mot « abajoue » est souvent confondu avec « bajoue », mot servant à désigner la partie latérale du groin du cochon ou de la tête de veau, lorsqu’ils sont cuits.

En comparaison avec les animaux aux abajoues pleines, on parle aussi d’abajoues pour évoquer des joues humaines, volumineuses ou pendantes.

Abajoue passe dans l’argot à la fin du xixe siècle, pour désigner la face ou, par extension, les fesses..

Les abajoues sont situées dans l’épaisseur de la joue, des deux côtés de la bouche de certains mammifères. Chez les singes qui en possèdent elles s’ouvrent à l’intérieur de la cavité buccale mais elles s’ouvrent à l’extérieur chez certains rongeurs d’Amérique. D’où de nom de « diplostomes » qui leur est associé et qui veut dire « deux bouches ».

Chez certains rongeurs, comme les hamsters, les abajoues sont remarquablement développées. Elles ont la forme de deux sacs qui vont de la bouche jusqu’au-devant des épaules.

Étienne Geoffroy Saint-Hilaire a décrit chez certaines chauves-souris du genre Nycteris, une forme étonnante d’abajoues. Celles-ci ont, au fond, une ouverture étroite par où la chauve-souris peut introduire de l’air, en fermant le canal nasal au moyen d’un mécanisme particulier et en poussant sous la peau l’air qu’elles expirent dans le tissu cellulaire très lâche qui unit la peau aux muscles sous-jacents.

Les abajoues ont plusieurs rôles : elles permettent principalement l’accumulation rapide de nourriture, leur stockage temporaire et leur transport.

Chez les singes de la sous-famille des Cercopithecinae elles permettent en plus une pré-digestion des aliments.

Elles contribuent de plus à la protection des animaux en leur permettant de s’abriter pour en consommer tranquillement le contenu, ce qu’ils font en appuyant sur ces poches buccales avec le dos de la patte ou en bougeant la mâchoire. Une étude publiée en 2006 a montré que chez les Cercopithèques le développement des abajoues était lié à l’importance des risques vis-à-vis des prédateurs, plutôt qu’à une compétition entre les différentes espèces de ces singes.

Certaines espèces de hamsters sont connues pour cacher leurs petits dans leurs abajoues pour les transporter ailleurs quand elles ont peur d’un danger. Quelques espèces de hamsters peuvent aussi nager parfaitement en remplissant ces poches avec de l’air pour mieux flotter.

Les chauve-souris du genre Nicteris les gonflent d’air également, mais pour augmenter leur volume tout en les rendant plus légères pour le vol.

Indirectement, elles augmentent l’efficacité de la dispersion des graines qui, ainsi éloignées des arbres parents, évitent la compétition intraspécifique lors de la germination.

Les tamias (Tamias) par exemple possèdent de grandes abajoues qui leur permettent de transporter de la nourriture. Ces sortes de poches peuvent atteindre le volume de leur corps quand elles sont pleines.

Les abajoues peuvent s’infecter par suite d’une blessure occasionnée par un objet coupant introduit dans celles-ci ou une bagarre. Un abcès peut se former, dont on peut confondre de loin la protubérance avec de la nourriture stockée. Si l’abcès se perce et que le pus qu’il contenait est absorbé par l’animal, celui-ci peut être victime d’une septicémie et mourir empoisonné par les toxines ingérées.

À cause des frottements de l’animal l’infection peut aussi se propager de l’abajoue à l’œil et, chez un rongeur, s’accompagner d’une pousse excessive des dents car il ne ronge plus assez pour les user à cause de la douleur. Si l’animal n’est pas soigné à temps il mourra d’infection généralisée ou de faim.

Les abajoues peuvent aussi se retourner vers l’extérieur. Il faut alors une intervention chirurgicale pour les remettre en place.

Recherche scientifique

Les abajoues des hamsters sont étudiées dans les laboratoires de recherche pour mieux comprendre la vascularisation des membranes, la cicatrisation, etc …. Elles sont aussi utiles pour l’étude du système immunitaire. En particulier le développement des abcès ou des tumeurs.

Les abajoues de hamsters sont utiles par exemple pour tester la réaction des tissus au matériel dentaire, comme certains Polymères.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Mœurs du Hamster

Posté par othoharmonie le 11 juillet 2013

Mœurs du Hamster dans HAMSTER - COBAYE bebeLes hamsters sont polygames, c’est-à-dire que les mâles et les femelles n’ont pas de partenaire précis. À la saison des amours les mâles hamsters vont d’un terrier à l’autre à la recherche de femelles réceptives. Un opercule empêche la fécondation des œufs par les mâles suivants et la femelle chasse alors le plus souvent les prétendants de son territoire. La saison de reproduction se situe entre février et novembre. Les femelles auront deux à trois portées par an après une courte gestation de 15 à 22 jours. Le nombre de petits par portée est très variable, pouvant aller jusqu’à 13, avec une moyenne de 5 à 7 petits. Les petits sont allaités 3 semaines environ et deviennent adultes à 6 ou 8 semaines.

Le record de longévité connu pour un hamster sauvage est de 10 ans, mais la plupart des hamsters, sauvages ou en captivité, ne dépassent pas 2 ou 3 ans. Dans la nature leurs principaux ennemis sont les prédateurs : rapaces, serpents, mammifères carnivores et même des hérons ou des corbeaux qui capturent les plus jeunes. Ils craignent également les hivers trop froids, les maladies et les machines agricoles qui détruisent leur terrier.

Ils creusent en effet des terriers complexes à entrées multiples, avec tout un jeu de chambres, de greniers et de latrines reliés par un réseau de tunnels qui peuvent plonger à plus de 2 m sous la surface du sol en hiver. Le terrier s’agrandit au cours de la vie de l’animal, qui y vit en solitaire. Le hamster en sortira généralement au crépuscule ou à la nuit tombée, bien que certaines espèces soient également diurnes.

Certaines espèces sont particulièrement agressives vis-à-vis de leurs congénères, et des règles hiérarchiques strictes règlent ces rencontres. Les femelles sont souvent dominantes. Les cricétinés se défendent âprement avec leurs incisives quand ils sont attaqués. Ils attaquent aussi quand ils se font capturer malgré leur fourrure propice au camouflage. Celle-ci est généralement dans des tons gris, noir, brun et roux, avec souvent des flancs plus clairs ou une rayure dorsale.

Les hamsters bénéficient d’une bonne vue pour trouver leurs proies, mais leur ouïe et leur odorat sont également bien développés. Pour communiquer entre eux les mâles surtout utilisent un marquage olfactif du territoire. Plus l’animal est dominant, plus ses glandes sébacées seront développées.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Rôle écologique du Hamster

Posté par othoharmonie le 11 juillet 2013

Rôle écologique du Hamster dans HAMSTER - COBAYE hams2

Les hamsters consomment des plantes et des graines, et ils sont à leur tour une source de nourriture pour de nombreux animaux carnivores.

Leur habitude d’emporter les graines dans leur terrier sous terre joue certainement un rôle dans la dispersion des semences.

Pour les humains les hamsters sont souvent considérés comme nuisibles lorsqu’ils ravagent les cultures de haricots, de maïs ou de lentilles. On les chasse aussi parfois pour leur fourrure. Certaines espèces de hamsters, élevées en captivité, sont appréciées comme animal de compagnie ou dans les laboratoires pour les recherches comportementales ou physiologiques.

Dans les pays où l’équilibre écologique est fragile, par exemple dans l’État du Queensland en Australie, les hamsters sont interdits, même en tant qu’animaux de compagnie afin de préserver la faune et la végétation locale.

Pourchassés et piégés par les agriculteurs, parfois jusqu’à l’éradication totale sur certains territoires, certaines populations de hamsters bénéficient à l’inverse d’un statut de protection juridique. C’est le cas par exemple du hamster d’Europe en Alsace ou du Hamster doré en Syrie.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Hamster de Campbell

Posté par othoharmonie le 9 juillet 2013

 Hamster de Campbell dans HAMSTER - COBAYE campbell_hamster_blue_fawn2

Comme tous les hamsters, les hamsters nains de Campbell (Phodopus campbelli) sont des animaux nocturnes. Ils passent une grande partie de la nuit à courir dans leur roue d’exercice et à faire du bruit.

Il est possible de garder cette race de hamster en groupe de mâles mais les femelles sont plus territoriales et restent seules. Malgré tout, les discordes restent possibles et il se peut que les hamsters s’entretuent.

Il est la seule espèce de hamster à pouvoir être croisée avec une autre espèce, à savoir celle des hamsters russes (Winter white pour les anglais). Toutefois, un tel croisement peut être dangereux, car les hamsters russes sont plus gros que les Campbells. Si, lors d’un accouplement, la femelle est Campbell et le mâle Russe, il est probable que lorsque celle-ci mettra bas des petits, ceux-ci seront trop gros pour elle et lui causeront dommages et blessures.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | 1 Commentaire »

Hamster de Roborovski

Posté par othoharmonie le 9 juillet 2013

Le Hamster de Roborovski ou Hamster nain de Roborovski est un hamster nain qui a été découvert par Konstantin Saturnin en 1903 dans les steppes et les zones désertiques de Mongolie et du nord de la Chine. C’est un micromammifère craintif qui est parfois élevé en captivité dans les laboratoires ou comme animal de compagnie.

 Hamster de Roborovski dans HAMSTER - COBAYE roborovski_hamster

Caractéristiques

  • Poids : 35 grammes environ
  • Taille : 4-6 cm. La plus petite espèce de hamster

Comme tous les hamsters nains, le hamster de Roborovski a quatre doigts aux pattes antérieures et il possède aussi des abajoues qui lui permettent principalement de transporter de la nourriture. Il possède une ouïe fine et un odorat très développé. En captivité il doit être habitué à l’odeur de son maître pour s’apprivoiser.

L’épaisse fourrure du Hamster de Roborovski est de couleur marron doré sur le dos, tandis que la base du poil est foncée ; on ne distingue aucune ligne dorsale. La moitié inférieure du corps est blanche. Noirs et ronds, les yeux sont surmontés de 2 petites marques blanches qui donnent une expression caractéristique à l’animal. Il existe aussi des Hamsters de Roborovski entièrement blanc avec, toujours à la base, le poil foncé.

Les seules variantes de couleur sont des déclinaisons plus ou moins foncées. Ce hamster a une queue courte, un aspect trapu et des pattes velues2. Il ressemble beaucoup au hamster russe et dans une moindre mesure au hamster de Campbell.

Reproduction

  • Gestation : 15 à 22 jours
  • Nombres de portées par an : 3 à 12* Nombre de bébés par portées: entre 3 et 6 en moyenne.
  • Maturité sexuelle : 14 à 23 jours
  • Période de reproduction : toute l’année.* Âge du sevrage :entre 15 et 20 jours3
  • Stérilité pour la femelle : 1,5 an
  • Durée de vie : 1 à 3 trois ans, en moyenne
  • Le premier jour, les bébés ont les yeux et les oreilles fermés, une peau rose sans poils et des membres peu développés.
  • Le sixième jour, la peau a commencé à se pigmenter, les premiers poils apparaissent
  • Le huitième jour, les petits hamsters peuvent utiliser leurs bajoues, se nettoyer et faire leurs besoins sans l’aide de leur mère.
  • Le quatorzième jour, ils quittent le nid mais restent avec leur mère. Ils jouent entre eux.
  • Le dix-septième jour, leurs yeux et leurs oreilles se sont ouverts. Ils sont sevrés et deviennent totalement indépendants.
  • Le vingt-deuxième jour, le sevrage est acquis et les petits peuvent être séparés de la mère.

Développement corporel

Ces dates peuvent varier de quelques jours.

Le hamster de Roborovski vit à l’état sauvage dans les steppes de Mongolie. Il est donc habitué à une grande altitude.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Soins en captivité du Hamster Russe

Posté par othoharmonie le 9 juillet 2013

Soins en captivité du Hamster Russe dans HAMSTER - COBAYE amBien que plus petits que les autres hamsters, les hamsters nains ont besoin de beaucoup d’espace pour se sentir à l’aise. En effet, les hamsters nains sont par nature plus actifs que leurs cousins hamsters syriens : ils courent et creusent beaucoup. Dans son milieu naturel, le hamster russe court moins longtemps et moins loin que le hamster de Campbell . Cela explique peut-être pourquoi le hamster russe est plus facile à apprivoiser que le hamster de Campbell.

Le hamster nain russe, comme la plupart des hamsters, est un animal solitaire. La règle d’or est 1 hamster = 1 cage, à moins de disposer d’un très grand espace (supérieur à 5 000 cm²).

Toutefois, ces hamsters ont besoin d’un espace suffisant pour leur développement, c’est-à-dire qu’il faut une cage d’environ 70 cm en longueur 40 cm en largeur et 40 cm en profondeur avec une épaisseur de litière suffisante pour que le hamster puisse creuser, plusieurs cachettes (maison), des jeux, des rampes ainsi qu’une roue d’environ 20 cm de diamètre car même si ce sont de petits animaux, ils ont besoin de garder le dos bien droit afin d’éviter tout problème de scoliose.

Il leur faut une alimentation adaptée à leurs besoins, qui se constitue de 40 % de graines, 30 % de fruits et de légumes sec, 7 % de protéines végétales, 3 % de protéines animales, 5 % de matières grasses, 5 % de cellulose à 6 % d’humidité et 4 % de cendres environ. Afin de subvenir aux besoins en protéines animales, il est conseillé de donner des vers de farine vivants ou secs. Il peut également consommer une larve fraîche de balanin des noisettes.

La spécificité des hamsters nains est que, contrairement aux autres hamsters, ils aiment prendre des bains de terre, il est donc important d’ajouter dans leur cage un bac de sable à chinchilla. Le bain aide à ce que le hamster se débarrasse des petites peaux mortes contenues dans son pelage et le sable le rend beau et doux.

Comme l’indique P. Bartlett dans son livre, il semble que le hamster russe provoque plus d’allergies que les autres hamsters domestiques. Il arrive aussi que ses morsures provoquent des chocs anaphylactiques.

Tempérament

Les hamsters russes sont la deuxième espèce la plus facile à apprivoiser, la première étant le hamster doré. Mais de tous les hamsters nains, le hamster nain russe est le plus facile à apprivoiser et le plus docile et sociable. Malgré tout, cette espèce de hamster n’est pas idéale pour les enfants à cause de leur petite taille, ils glissent facilement entre les doigts, et bien que sociables, ils sont très furtifs. Ils vivent presque exclusivement la nuit. Le hamster russe est très gentil s’il est bien apprivoisé, il peut cependant y avoir des exceptions, il peut y avoir un hamster russe plus difficile à apprivoiser qu’un autre, cela dépend des caractères comme chez toutes les espèces de hamsters.

Reproduction

En captivité, étant donnée la très courte période de gestation, il serait possible à un couple, laissé ensemble en permanence, d’avoir une dizaine de portées en un an. Cependant, le nombre de portées à l’état naturel étant de 3 à 4, réparties d’avril/mai à septembre, il est souhaitable de séparer mâles et femelles à intervalles réguliers, de manière à ne pas soumettre les hamsters à des conditions de vie pour lesquelles ils ne sont pas adaptés.

Cette espèce de hamster est très ressemblante au Hamster de Campbell mais il ne faut en aucun cas tenter de les faire se reproduire ensemble. Les petits hamsters hybrides croisés Campbell/russes sont souvent malformés ou ont des problèmes génétiques. De plus, les mises-bas portent souvent préjudice à la mère, comme les gabarits des deux espèces ne sont pas exactement semblables. Celle-ci et ses bébés mourront souvent prématurément.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Le hamster Russe

Posté par othoharmonie le 9 juillet 2013


Le hamster Russe dans HAMSTER - COBAYE russeLe Hamster russe est aussi appelé Hamster de Dzoungarie ou Hamster nain de Djoungarie

Le Hamster russe vit à l’état sauvage dans des steppes semi-arides d’Asie centrale.

Il est originaire des déserts de sable et steppes semi-désertiques de Sibérie et du Kazakhstan où les températures descendent jusqu’à -20 °C et où il ne tombe qu’un peu plus de 300 mm d’eau par an. Ainsi le hamster russe et le hamster de Campbell ne peuvent pas se côtoyer dans la nature.

Le hamster russe est un animal essentiellement nocturne : c’est la nuit qu’il vit, même s’il lui arrive d’avoir de courtes périodes d’activité pendant la journée.

Le hamster russe est une espèce nidicole : il fait des nids dans lesquels les petits naissent nus et aveugles, en général de nuit. Le nid sert aussi d’abri pour dormir. Dans son milieu naturel, le hamster russe creuse des galeries dans lesquelles il installe son nid et stocke des réserves de nourriture. Selon une étude faite en 2001, le hamster russe est capable de reproduire l’orientation de son nid lorsqu’il reconstruit celui-ci et qu’il s’aide pour cela d’un compas magnétique.

C’est en novembre que le hamster russe est le plus actif. Il est le moins actif en février et mars.

Parmi les prédateurs naturels du hamster russe, se trouvent le Hibou grand-duc (Bubo bubo), l’Aigle des steppes (Aquila nipalensis), le Faucon sacre (Falco cherrug) et le Renard corsac (Vulpes corsac).

À noter qu’il y a toujours une ligne dorsale plus foncée que la couleur de base. De plus, il existe les yeux noirs et les yeux rouges qui vont aussi influer sur la couleur définitive du hamster.

En cours d’année, le hamster va subir des transformations de couleur, notamment chez le saphir et le sauvage (c’est ce que l’on appelle la mue). Durant cette période le hamster va s’éclaircir (automne) ou au contraire foncer (hiver). Cette période provoque chez le hamster une fatigue et un amaigrissement léger.

Beaucoup de ces couleurs sont à la base issues d’un croisement entre un Campbell et un russe, mais en les reproduisant pendant plusieurs générations avec des russes purs, il a été possible d’obtenir des hamsters qui ont conservé les caractéristiques de la race russe. Par contre, certaines de ces couleurs ont gardé des séquelles de ces croisements de race avec des Campbells (par exemple : le syndrome de la tête penchée chez les beiges). La plupart de ces mutations sont encore en cours de perfectionnement chez des éleveurs à l’étranger (notamment aux Pays-Bas, en Allemagne et en Angleterre).

Dans toutes les couleurs de russes on peut observer un changement de couleur en automne. En effet, lorsqu’il y a une baisse de luminosité quand approche l’hiver, le pelage de ces hamsters devient de plus en plus blanc. Ce blanchiment est plus ou moins marqué selon les individus. Seule une ligne gris pâle reste parfois sur le dos. C’est aussi pour cette raison que les hamsters russes sont aussi populaires.

Comme les autres hamsters nains, le hamster russe a quatre doigts aux pattes avant et cinq aux pattes arrière. Le cinquième doigt est atrophié au point d’être presque invisible. Les pattes et doigts sont couverts de fourrure. Malgré ses grands yeux, il ne voit pas bien, en particulier de jour. Par contre, le placement de ses yeux et leur taille lui permettent de voir dans quasiment toutes les directions. Il a l’ouïe fine et peut même entendre certains ultrasons, tout comme les chiens.

Le hamster russe mâle possède, comme le Hamster de Campbell, une glande ventrale visible dont il utilise les sécrétions pour marquer son territoire et deux abajoues dont il se sert pour transporter de la nourriture qu’il ne consomme pas immédiatement.

Les abajoues sont des protrusions de la muqueuse buccale qui s’étendent presque jusqu’aux pattes arrières et permettent au hamster d’emmagasiner sa nourriture dans son terrier.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Hamster de Chine

Posté par othoharmonie le 8 juillet 2013

Hamster de Chine dans HAMSTER - COBAYE chineLe Hamster de Chine est une espèce de Hamsters qui est originaire des déserts du nord de la Chine et de la Mongolie. Le statut d’espèce du hamster de Chine est très discuté. Pour de nombreux auteurs, les études génétiques ne permettent pas de prouver qu’il ne s’agit pas que d’une sous-espèce de Cricetulus barabensis.

Le Hamster de Chine est aussi appelé Hamster nain de Chine ou Hamster rayé.

Les proportions du corps du hamster chinois, comparé à celles des autres hamsters domestiques, apparaissent longues et minces et ils ont, pour des hamsters, une queue relativement longue. Les mâles ont un scrotum relativement gros et c’était eux qui étaient, autre fois, gardés pour les recherches scientifiques.

Les hamsters chinois ne sont pas associés aux hamsters nains. Le terme « nain » est souvent utilisé pour faire appelle aux hamsters de type Phodopus.

La couleur sauvage est brun-gris avec une raie noire sur le dos et un ventre blanchâtre. Cette coloration, combiné à leur minceur et à leur longue queue les fait davantage ressembler à des souris, mais en fait, ils font partie du groupe des hamsters. Issue de la couleur sauvage, on retrouve une mutation tachetée, qui montre diverses taches blanches sur le dos du hamster.

Caractère en Captivité

Ils ont un tempérament doux et se maintiennent facilement en main; un de leurs traits attachants est leur habitude à s’accrocher à un doigt de notre main avec leurs quatre pattes. Les hamsters chinois peuvent être nerveux lorsqu’ils ne sont pas apprivoisés, mais ils sont calmes et doux de nature.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Hamster d’Europe ou Cochon des blés

Posté par othoharmonie le 8 juillet 2013

Hamster d'Europe ou Cochon des blés dans HAMSTER - COBAYE europeLe Hamster d’Europe est une petite espèce de rongeur de silhouette massive et d’aspect robuste, qui se rencontre en Europe et en Asie. C’est la seule espèce du genre Cricetus. C’est aussi la seule espèce qui vit à l’état sauvage en Europe mais, malgré des mesures de protection et de réintroduction, ce hamster compte en 2009 parmi les « mammifères les plus menacés d’Europe », notamment dans l’est de la France, en Alsace, ainsi qu’en Belgique, où il est au bord de l’extinction en raison de la destruction de son habitat par l’agriculture intensive et l’urbanisation. L’espèce est en revanche toujours bien représentée en Europe de l’Est et en Asie.

Il est appelé aussi Hamster tout court, Grand hamsterHamster communCochon de seigle ou encore Cochon des blés.

Le hamster d’Europe a été surabondant à certaines époques, en Russie on en capturait 16 millions en 1953 et 12 millions entre 1952 et 1956 en ex-RDA pour leur fourrure.

En Europe de l’Ouest cette espèce pullulait encore dans les années 1960. Des campagnes d’éradication, dans le but de protéger les cultures, ont été lancées. À l’aide de pièges, de produits chimiques ou en les noyant. Ces opérations, avec parfois l’octroi de primes, ont été si efficaces que ce hamster a pratiquement disparu de ces pays. Les pouvoirs publics essaient au contraire maintenant de préserver les populations restantes.

En France, il semble que les principales causes de régression de l’espèce soient l’artificialisation, la dégradation et la fragmentation écologique des paysages, par le drainage, l’eutrophisation, les routes, et surtout la culture intensive du maïs qui a envahi près de 80 % de la plaine d’Alsace en quelques décennies. La périurbanisation est un autre facteur, de même peut être que les pesticides, la dégradation croissante de l’environnement nocturne par la pollution lumineuse, certains microbes ou parasites véhiculés par des populations de tiques, elles-mêmes favorisées par une surabondance de sangliers et chevreuils et certains déséquilibres écopaysagers.

Après avoir été considéré comme « nuisible » et à éliminer par de nombreux agriculteurs alsaciens, le Hamster d’Europe est protégé depuis 1993, mais il compte en 2009 parmi des « mammifères les plus menacés d’Europe » selon la Commission européenne ; en effet le nombre de terriers a encore chuté (de 1.167 en 2001 à 161 en 2007 et cette tendance s’est poursuivie jusqu’en 2009. À ce jour, le nombre d’individus semble légèrement augmenter avec une population estimée passée de moins de 200 individus en 2007 à 800 individus en 2011. Une nette baisse du nombre de terriers a été relevée en 2012, la situation reste extrêmement critique.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Protection du Hamster

Posté par othoharmonie le 8 juillet 2013


Protection du Hamster dans HAMSTER - COBAYE hamsterSur le plan juridique, le hamster commun  est :

  • inscrit à l’annexe IV de la Directive de l’Union européenne 92/43/CEE du conseil du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages
  • inscrit à l’Annexe II (révision 2002) de la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe du 19 septembre 1979, dite Convention de Berne.
  • Aux Pays-Bas : un plan de restauration s’appuie sur un programme de réintroduction, lancé début mai 2002.
  • En Belgique : La Région flamande a entrepris en 1998 le financement de la cartographie précise des populations de hamsters et la Région wallonne envisage aussi un recensement.
  • En France, il est inscrit sur la liste rouge de la faune menacée en France dans la catégorie « rare » , il est théoriquement protégé au titre des articles L411-1 et L411-2 du code de l’environnement.

La première illustration naturaliste est une gravure sur bois datée de 1546, due au médecin strasbourgeois Herret le grand naturaliste Conrad Gessner signale à cette époque le rongeur dans la région de Strasbourg.

Encore très abondant en Alsace dans les années 1960, parfois appelé grand hamster d’Alsace ou marmotte de Strasbourg, le hamster d’Europe a été pourchassé et piégé avec tant d’efficacité qu’il a disparu de 90 % de son aire de répartition au xxe siècle.

On n’atteste plus sa présence que dans quelques communes proches de Strasbourg. Le défi est donc maintenant de reconstituer son habitat menacé par des cultures industrielles ou inappropriées (maïsiculture en particulier), l’urbanisation et la périurbanisation galopante et le développement routier qui détruisent et morcellent son territoire.

Depuis 1998 de nombreuses actions coordonnées entre la région et les associations de protection de la nature ont été engagées en Alsace pour sa sauvegarde et celle des cultures où il niche (jachères en particulier ).
Un plan de conservation a été élaboré sous l’égide du Ministère français de l’écologie. Il planifie les actions à mener pour la période 2007-2011. Il s’agit par exemple d’encourager les agriculteurs à cultiver la luzerne dont le hamster se nourrit.

La Commission européenne a attaqué la France devant la Cour européenne de justice pour son manque d’action en faveur du Grand Hamster. La France, en dépit des injonctions de la Commission, n’a pas su ou voulu protéger les 240 000 hectares nécessaires à la survie de la population relictuelle alsacienne de Grand Hamster, mais seulement 3 490 hectares, pendant qu’ailleurs les habitats ruraux continuaient à se dégrader sous la pression d’une agriculture de plus en plus intensive.

En 2011 on estime que le hamster d’Europe est présent dans seulement 22 communes d’Alsace, celles de Geispolsheim, Obernai et Elsenheim abritant les deux tiers des terriers. Voir le tableau ci-contre.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

123
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello