Corbeau animal totem

Posté par othoharmonie le 8 août 2013

 

CORBEAU : Des légendes autochtones racontent que le corbeau a créé la lumière, le feu et l’eau.
Ce héros culturel peut être facilement reconnu par son bec droit. Le corbeau symbolise l’intelligence. Détient la Magie. Cette dernière est puissante car elle nous permet d’apprendre à connaître nos peurs intimes, afin de favoriser un changement de conscience. Il est le messager de notre inconscient, ou encore de l’inconnu. Le corbeau est porteur de magie. C’est le messager
de l’au-delà. Le corbeau retourne les énergies négatives pour les personnes qui utilisent la magie noire. Cet animal porte l’énergie du message à l’endroit où il doit être. Grâce à lui, on peut soigner et guérir à distance. La force du corbeau peut nous aider à changer et à rentrer dans le grand secret. Le corbeau nous incite à regarder dans le grand vide noir pour trouver des réponses à nos questions.

CORNEILLE : Elle est la gardienne des grands mystères. Elle possède le pouvoir de briser les lois de ce monde en se métamorphosant en être humain. Dans la corneille se mélange le passé, le présent et l’avenir. Elle perçoit sa vérité intérieure et extérieure. La loi de la vérité est une loi sacrée. Les personnes qui ont cette énergie assument les découvertes que la vie leur a permis de faire. Il faut faire de son moi supérieur son guide.

Corbeau animal totem dans CORBEAU torresian_crow

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Légende du Corbeau-Genévrier

Posté par othoharmonie le 7 août 2013

Légende du Corbeau-Genévrier dans CORBEAU images-41

Le Dieu Lug s’éveille et ses lèvres laissent échapper un long soupir de satisfaction. Sa maîtresse, une belle mortelle, dort encore contre sa poitrine chevelue. Il revoit cette merveilleuse nuit d’amour. Il caresse, attendri, le ventre gonflé de sa compagne, qui promet un fils dans peu de jours. Ses activités divines devant l’entraîner au loin pour quelques jours, il appelle son animal favori, qui est aussi son aide en divination : le corbeau blanc. L’oiseau se perche sur son épaule, l’oreille tournée vers la bouche de son maître, encore à demi assoupi, qui lui dit :

« Je te confie ma belle, veille à ce qu’aucun mortel ne viennent partager sa couche. Tu me rapporteras tout ce qui se passera ici pendant mon absence. » Le corbeau blanc acquiesce et promet. De retour, Lug interroge le corbeau, qui a aussi promis le silence à la jeune enceinte, sur ses nuits d’amour avec un berger. Le corbeau blanc ment à son maître, le dieu de la divination, qui entre alors dans une immense colère. Pour le punir, il noircit son plumage et le condamne à une obéissance permanente. Désormais, le corbeau, dépourvu de liberté, sera totalement soumis à la volonté du Dieu Lug.

 Ce mythe illustre les méfaits de la conscience, lorsqu’elle se sépare de la divinité qui réside en elle. La conscience peut-être lumière ; elle se fait noire conseillère lorsqu’elle se prête au mensonge et se met au service des forces des ténèbres.

L’astrologie celtique attribue le Genévrier à ceux qui naissent avec le Soleil dans la constellation du Corbeau, pour rappeler que seules les racines ont le droit de plonger dans l’obscurité et que les branches et baies délicieuses se doivent de croître dans la splendeur de la lumière. Les baies du Genévrier deviennent noires lorsqu’elles sont mûres ; c’est là le symbole de la conscience de l’homme, qui sans cesse s’éloigne de son être profond et dont la couleur devient sombre lorsqu’elle accomplit sa maturation, lorsqu’elle obéit aux divines lois de la nature.

 La légende nous dit que lorsque la ville de Lyon fut fondée (Lug-Dunum), des corbeaux descendirent du ciel, pour représenter le dieu de la divination, le grand Lug qui voit tout et qui sait tout. 

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Caractère du Corbeau-Genévrier

Posté par othoharmonie le 7 août 2013

Caractère du Corbeau-Genévrier dans CORBEAU images-40Passablement épineux comme caractère !

 Les fruits ont sérieusement besoin d’être cuits par le feu ou adoucis par le gel pour être consommables. Dans nos campagnes circule une étrange recette de cuisine : si vous voulez manger un corbeau, il convient de placer l’oiseau dans une marmite pleine d’eau bouillante, après lui avoir enlevé toutes les plumes. Au fond de la marmite on met également une pierre trouvée sur le chemin. La durée de la cuisson du volatile est variable : lorsque la pierre est cuite, le corbeau peut-être servi sur la table d’hôte !

Très indépendant, et de ce fait souvent solitaire, le Corbeau-Genévrier suit toujours son idée et refuse d’obéir à quiconque. Aucun conseil, aucune menace ne semblent capables de lui faire changer d’avis. Souvent silencieux, on pourrait croire qu’il ne s’intéresse pas du tout à son entourage, aux situations qu’il semble survoler. Il n’en est rien : sa vigilance demeure permanente. Craintif souvent sans raison, le Corbeau-Genévrier passe ses journées et ses nuits sur le « qui-vive ».

 La moindre présence dérangeante et le voilà parti dans son monde aérien où il semble puiser ses réserves de quiétude. Un peu supérieur, souvent, il s’attire des remarques désobligeantes, et ses proches ne savent vraiment jamais par quel bout le prendre pour attirer son attention et obtenir son affection. Le plus souvent il se suffit à lui-même jusqu’à ce qu’il rencontre un ou plusieurs de ses congénères. Là il s’épanouit, bien que l’on ne puisse le savoir que de loin, lorsqu’il bat harmonieusement des ailes et pousse son cri dans les airs. En fait, le Corbeau-Genévrier est un mystique qui cherche sa voie dans l’immensité cosmique. Il a des racines capables de le nourrir dans les contrées les plus arides, les déshéritées.

 C’est en même temps un glaneur qui sait récupérer les bonnes graines dans les champs de ses voisins. L’approcher, l’apprivoiser n’est guère facile. Souvent sa suffisance le fait paraître arrogant et égoïste. Il est certes plutôt parcimonieux et la générosité ne l’étouffe pas. « Tous pour moi et moi pour moi »… telle semble être sa devise. Il n’est pourtant pas si noir. Une fois ses épines écartées, en y mettant les formes, il peut faire un compagnon attachant malgré les exigences et les négligences qui le rendent difficile à côtoyer.

Relations du Corbeau-Genévrier

 
Ses grands amis, ne cherchez pas plus loin, sont les autres Corbeau-Genévrier. Avec eux, la complicité règne et les champs de blé ou de maïs ont besoin d’être surveillés : lorsqu’ils se trouvent en bandes, ce sont de drôles d’oiseaux, aux intentions peu recommandables.

Il partage facilement son ciel avec les Héros-solaire-Épicéa. Il vole avec eux et rêve d’accomplir les prouesses que son ambition dévorante exige de lui et qu’il est malheureusement bien incapable de réaliser. Cependant, il peut finir par accepter de tenir le rôle de Sancho Pança, et s’y sentir très à l’aise.

Il est fasciné par les Triangle-Chêne, qu’il admire et dont il fait aisément des dieux. C’est cependant le plus souvent une amitié à sens unique, dont le Corbeau-Genévrier ne peut que souffrir. Pourtant les Triangle-Chêne peuvent l’éclairer et l’aider à se dépasser, à s’ouvrir aux côtés les plus lumineux de son être.

Son ami intime, aussi bizarre que cela puisse paraître, est souvent choisi parmi les Centaure-Cognassier. Le Corbeau-Genévrier se nourrit de la science de l’homme-cheval. Il y trouve une possibilité de reprendre espoir, de croire en l’existence du bonheur. Une relation d’entraide peut se développer et devenir très belle avec le temps.

Les Cygne-Pommier sont source de souffrance pour lui : ils lui rappellent le temps où lui aussi était blanc immaculé. Le Corbeau-Genévrier jure qu’on ne l’y reprendra plus et il jure aussi « comme un charretier », plein d’une jalousie qui lui dévore le gosier.

L’Aigle-Frêne est son ennemi mortel. Aucun compromis n’est possible avec cet oiseau qui se permet de voler plus haut que lui et d’être exclusivement carnassier. Le Corbeau-Genévrier éprouve une insupportable jalousie à son égard. Toutefois, il ne peut se venger qu’en lui lançant des quolibets et de méchantes moqueries et encore, de loin !

Enfin, la palme de la mésentente totale revient à ses relations avec le Chaudron-Sorbier. Jamais il ne peut s’abreuver au divin breuvage du Chaudron et il lui semble sans cesse que ce dernier va l’absorber dans un bouillonnement sinistre. Sa peur ne connaît plus de limites, au point de friser la terreur.

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Destin du Corbeau-Genévrier

Posté par othoharmonie le 7 août 2013

Destin du Corbeau-Genévrier dans CORBEAU images-39La destinée du Corbeau-Genévrier est bien sûr de se réconcilier avec le dieu Lug et de retrouver la blancheur originelle. Cela ne peut s’accomplir que par un retour aux sources, par un réel amendement, par une réorientation du vol qui permettraient de réparer la trahison passée et d’échapper ainsi à la punition.

 Concrètement, il convient de modifier la liste des priorités de la vie et de réorganiser les valeurs fondamentales dans un ordre mieux harmonisé avec les lois cosmiques de justice, de respect et d’obéissance aux dieux et aux forces de la nature. Ainsi l’astrologie celtique conseille au Corbeau-Genévrier de transcender son matérialisme grossier et l’exhorte à essayer d’ouvrir son cœur au plan spirituel où il peut être à nouveau éclairé et blanchi !

Profession :

Que faire lorsque l’on est possédé par l’ambition et par la soif de vivre intensément, avec pour seule aptitude personnelle, la maîtrise parfaite de l’art de voler, au double sens de ce mot ? Le Corbeau-Genévrier ne deviendra sûrement pas cultivateur, bien entendu ! Son principal handicap est de détester le travail.

 Il le trouve injuste et indigne de lui. Il cherche sans cesse une activité en rapport avec son immense énergie (il n’est pas paresseux, loin de là) et avec l’idée qu’il se fait de lui-même, de sa dignité et des droits à briguer les plus hautes fonctions. Le plus souvent, oubliant qu’il est noir depuis longtemps, il ne parvient pas à se résigner à être le préféré du dieu Lug, et le dépositaire des secrets cosmiques.

 Alors dépité, il s’englue dans sa noirceur, ravale ses rancœurs, et, incapable d’accepter sa punition, il devient un escroc (et encore, pas même de haut vol !).

 Pas bien méchant, non ! Il oublie seulement de payer ses dettes, ses achats, ou bien il marchande à l’infini, ou encore il essaie d’obtenir des avantages auxquels il n’a pas le droit. Il n’est pas né pour commander et pourtant il veut du pouvoir.

 Lorsqu’il l’obtient, il ne sait qu’en faire car ce n’est pas ce qu’il convoite vraiment. Le Corbeau-Genévrier ne peut s’épanouir professionnellement que s’il devient l’éminence grise, le chef du réseau de renseignement, l’espion d’un monarque éclairé, envié, respecté, dont il peut se parer de la gloire lumineuse pour retrouver la blancheur originelle. La Reine-Orme, le Triangle-Chêne, le Héros solaire-Épicéa, le cheval ailé-Néflier sont les signes avec lesquels il a le plus de chance de s’épanouir professionnellement. Les difficultés proviennent, bien entendu, de l’ambition de notre oiseau noir. Il ne sait jamais se contenter du deuxième rôle et il complote toujours pour un pouvoir qu’il ne peut pourtant pas exercer, n’ayant ni goût ni aptitude à cet égard. La meilleure solution dont dispose un employeur intelligent pour obtenir du Corbeau-Genévrier le déploiement de ses dons naturels, consiste à lui confier des tâches ingrates où sa ruse, son goût de l’ombre et de la surveillance, sa vigilance à vocation protectrice pourront épuiser son ambition et le remplir de satisfaction. Les professions idéales : espion, agent de renseignement, détective, policier (avec beaucoup d’indépendance, s’entend !)

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Le corbeau intelligent

Posté par othoharmonie le 7 août 2013

 

 

A ce propos, voici quelques remarques émanant de mon très cher Ami disparu Jacques Rubinstein :

 

Le corbeau intelligent  dans CORBEAU little_crow_fifer« Sachez que les corbeaux forment une société intelligente, bien organisée avec son conseil des sages, ses vielleurs, sa police, ses guerriers et ses juges. Tout cela n’est pas apparent à l’homme qui marche en regardant ses pieds. Mais il faut parfois lever les yeux vers le ciel. La connaissance est partout… »

 Il m’a parlé bien souvent de ses amis …  premièrement d’une alliance avec les animaux, et pour ce qui nous intéresse donc ici, avec le Corbeau avec lequel il a eu une alliance particulière, ceci est donc un pacte, il en a repris les propos dans l’un de ses livres « Wicca ou sorcellerie bénéfice » paru en 1992 :

 «  j’ai préparé bien sûr le parchemin sur lequel j’ai écrit ; mon nom, ceux de mes témoins, la date et j’ai fais pacte d’alliance avec le Chef Corbeau et tous les représentants de son peuple. Je leurs ai promis aide, assistance en toutes circonstances. Et promis de ne jamais commettre le moindre acte contre un peuple corbeau. Puis j’ai signé.

Les jours qui suivirent, à l’endroit même où fut conclus ce pacte, nombre de corbeaux y volaient en croassant. C’était leur manière d’entériner les termes du pacte. Et depuis, je peux vous assurer que partout où je me suis trouvé dans la nature, si quelques présences devaient me déranger, j’ai toujours eu un corbeau pour me prévenir en temps voulu. Il y en a toujours un pour attirer mon attention et me faire comprendre ce qu’il y avait à comprendre ».

 

« Les preuves du vol d’un HOMME-CORBEAU » par Jaques Rubinstein

« Je me suis mis dans le corps du corbeau, cela se passa bien, guidé que j’étais par un frère plus âgé que moi. Il y avait une seule chose que je refoutais, c’était la petitesse du corps de l’animal et le débordement de ce corps, de mon corps astral qui ne pourrait tout l’occuper. Mais comme c’était un oiseau et que je me déplaçais dans l’espace aérien, tout se passa bien.

 Cette expérience m’a passionné et j’en ai d’ailleurs tiré quelques conclusions pour l’avenir de l’humanité, qui un jour lointain sera peut-être ailé… Je m’étais déjà exercé à imaginer de la façon la plus précise possible, quel serait mon impression première. Je m’étais forcé à la vivre par anticipation afin de ne pas commettre quelque erreur sous l’effet d’une surprise. J’eux une sensation d’équilibre à laquelle s’ajouta une impression de sûreté. J’étais dans le corps de l’oiseau, j’étais CORBEAU. Aucune impression désagréable, comme une communion entre lui et moi. Je ressentais tous les mouvements et gestes de l’animal comme s’ils étaient miens, nous ne faisions qu’un ».

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Le rituel du corbeau

Posté par othoharmonie le 7 août 2013

Le rituel du corbeau dans CORBEAU australianravenIl est possible en sorcellerie de faire alliance avec les animaux. Pas tous les animaux, mais ils sont nombreux à communiquer avec nous, vivant en Europe la plupart du temps. Ici nous n’avons que faire d’une alliance avec les lions par exemple.
Une alliance avec le corbeau peut se révéler lors d’une cérémonie diurne, un choix de poids. Cette alliance de passe avec l’Esprit Groupe de l’animal de votre choix. Le corbeau est mal aimé et méconnu mais les sorcières qui vivent en symbiose avec la nature n’ont pas de préjugés contre telle espèce ou telle autre. 

Ce rituel peut être pratiqué seul ou en convent. Il faut préparer un parchemin sur lequel sera écrit ceci :

Moi (X), en ce jour de l’an (xxxx) du mois de (xxxx), devant notre Déesse mère et notre Dieu Cornu si le rituel est pratiqué seul, (en groupe cité également les participants) je fais alliance avec le Chef Corbeau et tous les représentants de son peuple. Je leur promets aide, assistance en toutes circonstances. Je promets de ne jamais commettre le moindre acte néfaste contre le peuple corbeau. Je promets chaque fois que cela me sera possible d’intervenir auprès de toute personne ou animal qui attentera à la sécurité ou à la vie de ce peuple ami.

En échange, le Chef Corbeau Esprit Groupe de son peuple doit faire savoir et connaître le présent pacte afin qu’en toutes circonstances le peuple corbeau me prête aide et assistance, me prévienne de tous dangers, se charge de toute mission destinée à me préserver moi et ceux que j’aurai désignés.

Il faut signer le parchemin (et le faire signer par les témoins pour le rituel en coven), le rouler et l’entourer d’un ruban rouge noué.

Présenter le pacte de la main gauche levée à l’assistance (ou symboliquement aux Dieux) et dire :

Dieux des vents, Force du soleil, puissance de la Lune. Portez sur toute la planète le teneur de ce pacte qui sera valable tant que ma vie terrestre durera.

Baisser la main gauche et imiter l’animal avec qui le pacte est passé (l’assistance fait la même chose). Au bout de quelques minutes lever la main droite pour signaler la fin du rituel.

Il faut veiller à entretenir l’alliance par de la nourriture en hiver par exemple.

Sachez que les corbeaux forment une société intelligente et organisée, avec son conseil des sages, ses veilleurs, ses guerriers et ses ouvriers. Bien sur tout cela n’est pas apparent à l’homme qui marche en regardant ses pieds. Mais il faut parfois lever les yeux vers le ciel… la connaissance est partout…

 De Jacques Rubinstein « Le Grand Livre de la Wicca et de la Sorcellerie Bénéfique

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Constellation du Corbeau

Posté par othoharmonie le 4 août 2013

 

Constellation du Corbeau dans CORBEAU 256px-corvusccLe Corbeau est une petite constellation de l’hémisphère sud.

Citée par Aratos, puis répertoriée par Ptolémée, il s’agirait, dans la mythologie grecque, du corbeau qui aurait porté de l’eau à Apollon dans la Coupe s’il n’avait été retenu par un serpent, l’Hydre.

Observation des étoiles

La constellation est petite, mais assez visible, et sa forme est très caractéristique.

Localisation de la constellation

La constellation est facilement repérable au sud de α Virginis (Spica). Le Corbeau pointe vers α Virginis, comme une pie voleuse cherchant l’occasion de dérober un joyau brillant.

Article détaillé : Liste d’étoiles du Corbeau.

Le Corbeau ne comporte que 11 étoiles visibles à l’œil nu (de magnitude apparente inférieure à 5,5).

La plus brillante, γ Corvi (ou Gienah, qui signifie aile de corbeau en arabe, mais qui est aussi un des noms traditionnels de ε Cygni) est de magnitude 2,58.

Les autres étoiles sont α Crv (Al Chiba – magnitude 4,02), ε Crv (Minkar – magnitude 3,02), δ Crv (Algorab – magnitude 2,94) l’aile droite du corbeau et β Crv (Kraz – magnitude 2,65).

Objets célestes

La constellation du Corbeau contient la galaxie irrégulière dite « des Antennes », qui semble formée de la collision entre NGC 4038 et NGC 4039.

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Le Corbeau et le signe Balance

Posté par othoharmonie le 4 août 2013

Le signe du CorbeauLe symbole animal du Corbeau est le septième esprit totem de la roue de la vie des chamans amérindiens. Il correspond au début de l’automne et à notre signe astrologique occidental de la Balance à laquelle il peut apporter un éclairage nouveau et exotique.

Voyons les analogies de ce symbole à travers les différentes cultures qui lui ont rendu hommage, les mots-clefs caractérisant les natifs dont il est l’esprit protecteur et le conseil du chaman à son sujet, conseil destiné à exploiter au mieux son potentiel vital.

I. Communication et naissance de l’esprit

Le corbeau est un animal bavard, pour ne pas dire criard, chez qui on n’a recensé pas moins de 30 vocalises (et un don d’imitateur) lui permettant une réelle communication au sein du groupe. Ce groupe, dispersé dans la journée est surtout observable au crépuscule lors de sorte de « réunion », de « débriefing » où on peut assisté à un curieux spectacle : la troupe réunie au complet « discutent » (langage articulé et gestuel) et chaque individu semble raconter ses péripéties, faire un compte rendu de sa journée. Le corbeau, comme la balance, sont donc avant tout des communicants.

Espèce très intelligente, capable de trouver rapidement des solutions à de nouveaux problèmes, le corbeau n’est pas un chasseur et se contente en général de se nourrir de ce qu’il trouve (c’est un omnivore pouvant jouer les charognards) sans chercher la bagarre avec ses rivaux de la chaîne alimentaire.(caractère pacifique, accommodant et rationnel). Les corbeaux sont monogames et forme un couple solide pour la vie après une complexe parade nuptiale. (Importance du couple).

Le Corbeau et le signe Balance dans CORBEAU images-13Ces informations ornithologiques données, on comprendra mieux le symbolisme de l’oiseau à travers les cultures tout en notant en préambule que sa mauvaise réputation en Europe est fort récente et correspond une fois de plus à l’influence chrétienne sur tout les symboles animaux considérés comme païen. Dans les tribus amérindiennes, le corbeau est un être primordiale dont la mission est d’organiser et civiliser le monde. En orient, il représente la gratitude et la générosité car il est un des seuls volatiles dont les enfants peuvent nourrir les parents vieillissant puisque la cellule familiale reste groupée et solidaire. 

En chine, le corbeau à trois pattes est une représentation impériale de la course du soleil et du pouvoir divin redistribué sur terre : le rôle du corbeau est celui d’un intermédiaire qui sait transmettre la connaissance et utilise avec justice et impartialité les forces célestes. Son symbolisme dans la Grèce antique est d’ailleurs fort proche : Messager d’Apollon capable de livrer des prophétie à l’homme (comme en situant l’emplacement de l’Omphalos de Delphes). Toutefois, les légendes mythologiques insistent aussi sur ses travers : il doit sa couleur noir à une malédiction d’Apollon, lassé par ses bavardage et son indiscrétion puis est transformé en constellation pour le punir de s’être attardé dans une mission urgente (on met ici en exergue son côté tête en l’air).

On retrouve dans la mythologie celte l’aspect prophétique du Corbeau à travers les figures de Hugin et Munin, deux volatiles au service d’Odin dont le premier est Esprit (et capable de prédire l’avenir) tandis que le second est Mémoire (et capable de voir le passé). C’est ici la fonction cérébral du Corbeau qu’il faut relever : c’est en alliant raison et expérience, esprit et mémoire, que l’homme peut évoluer et devenir divin.
Comme tous les oiseaux mais plus encore, le corbeau est aussi le symbole de la liberté, de la légèreté.
Il est intéressant de mettre les duos opposés Bélier/Balance et Faucon/Corbeau en parallèle : le faucon solitaire, intrépide chasseur hésite encore entre destruction et initiation tandis qu’à l’opposé le corbeau semble avoir découvert les vertus du pacifisme, de l’harmonie de groupe et d’une révélation mentalisée.

II. Personnalité traditionnelle et conseil

Sociable mais querelleur, grégaire et coopératif, solidaire, indécis, tête en l’air, raffiné, crédule, charmeur, dépendant, bavard, adaptable, crâne, indiscret, civilisé.

Partenaires conseillés

La Loutre et le Cerf.

Conseil du Chaman

Bavarder, parader, impressionner et faire des conciliabules est une bonne chose mais qu’arrivera-t-il si le sort vous isole ? Cultivez votre indépendance, vous ne vous en porterez que mieux en période de disette !

Source : http://www.autourdelalune.com/animal-totem/le-corbeau-et-la-balance.html#ixzz2ayhIWPbJ
A2L Astrologie

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Tengu ; corbeau japonais

Posté par othoharmonie le 4 août 2013

Tengu ; corbeau japonais dans CORBEAU 150px-elephant_catching_a_flying_tenguLes tengu sont des dieux (kami) mineurs du folklore japonais. Ils font partie des traditions de la plupart des religions japonaises, le shintoisme et le bouddhisme, où ils sont classés comme marakayika. Zoomorphes comme la plupart des kami, ils sont représentés sous forme de corbeaux. Ils sont parfois associés aux dieux Saruta-hiko, Susano-o, et Garuda, divinité bouddhique ailée. Parce qu’ils vivent dans les montagnes (surtout les yamabushi tengu) il arrive qu’on les confonde avec les yama no kami, représentés comme de grands arbres, qui sont les protecteurs des montagnes. Les tengu sont un sujet populaire de l’art, du théâtre, et de la littérature japonaise.

Les tengu sont de deux types : karasu tengu qu’on peut reconnaître à sa tête et son bec de corbeau, et le konoha tengu ou yamabushi tengu), au long nez qui ne conserve du corbeau que les ailes. Ce dernier type de tengu porte souvent un éventail de plumes dans une main. À cause de son long nez, il est associé à la divinité Saruta-hiko qui possède le visage rouge d’un singe (macaque japonais). Les masques de tengu jouent un rôle très important dans les fêtes religieuses japonaises comme O-Bon par exemple.

On peut reconnaître les tengu à leur très long nez et leur peau est souvent rouge. Selon une tradition non authentifiée, cette particularité physique est inspirée par les nasiques d’Asie du Sud-Est.

Dans la réalité et dans les animes et les mangas, les tengu sont en faite des êtres humains ailés (en réalité sans ailes) portant parfois un masque sur leur visage représentant un visage de tengu et un éventail plumé à la main.

Les tengu sont dotés de pouvoirs surnaturels : ils peuvent prendre une forme humaine (anthropomorphisme) ou animale (zoomorphisme), ils peuvent communiquer sans ouvrir la bouche, se téléporter et s’inviter dans les rêves des vivants.

Ce sont des divinités moqueuses qui punissent les prêtres bouddhistes trop arrogants, les arrivistes, les orgueilleux et, dans des temps plus reculés, les samouraïs vaniteux. Ceux qui enfreignent les lois sont en général leurs cibles favorites.

En fait le caractère des tengu a évolué au cours des siècles. Issus des légendes chinoises sur les Tien-kou, ils tiennent d’eux leur réputation destructrice et maligne. Au début de leur introduction au Japon, on les soupçonne d’enlevement d’enfants ou d’allumer des incendies. Dans les récits anciens comme le Konjaku Monogatari (début du XIIe siècle), les tengu sont représentés comme des ennemis du bouddhisme car ils s’en prennent aux prêtres et incendient les temples.

Vers la période Edo, leur caractère évolue au point qu’ils jouent un rôle complètement opposé à leur rôle originel ; désormais ils aident à retrouver des enfants disparus. Ils deviennent également gardiens des temples et des effigies sculptées sont placées autour des lieux sacrés.

Les yamabushi tengu furent aussi associés à leur homologues humains, les yamabushi ou « ascètes des montagnes ». De tels tengu portaient souvent l’habit typique des yamabushi mais pouvaient être différenciés des vrais yamabushi par leur nez extrêmement long.

L’imagerie des tengu grandit en popularité et en diversité durant la Période Edo, prêtant à cet ancien monstre une personnalité bien plus joyeuse et amicale. En particulier le long nez des yamabushi tengu devient un sujet de dérision mais aussi une allusion sexuelle dans les reproductions de ukiyo-e .

Tengu est la prononciation japonaise du terme chinois tian gou, littéralement « chien céleste ». Cependant, le tengu japonais n’a rien à voir avec le tian gou chinois, qui désigne un phénomène astronomique.

On pense que le mythe du tengu fut introduit au Japon vers le VIe – VIIe siècle en même temps que le bouddhisme chinois et coréen. En effet on voit apparaître ces kami dans les écrits anciens aux environs de 720 et ils sont très souvent associés au mont Kurama (près de Kibune), réputé être le lieu de résidence du légendaire Sōjōbō, roi des tengu.

Les plus anciennes sources datent de l’époque Kamakura. On peut nommer le Tengu zōshi emaki de 1296 (Nezu Museum), qui critique les bonzes arrogants transformés en tengu.

Des histoires concernant les tengu apparaissent non seulement dans des écrits shintō et bouddhistes mais aussi dans des groupes Budo et Ninpo.

Pour l’anecdote, le gouvernement Edo envoya, jusqu’en 1860, des demandes officielles aux tengu pour les inviter à évacuer une montagne le temps que le shogun y séjourne. On raconte aussi qu’étant enfant, le fameux guerrier Minamoto no Yoshitsune (1159-89) s’entraîna en magie guerrière avec Sōjōbō roi des tengu, près de Kurama-dera dans les montagnes au nord de Kyōto. Des tengu sont inclus régulièrement dans les peintures concernant la vie de Minamoto no Yoshitsune et même dans les scènes de bataille de Hogen-Heiji (Metropolitan Museum) et les descriptions de Hashi Benkei

Le daimyō de la période Momoyama, Kobayakawa Takakage (1532-1590) avait la réputation de s’entretenir avec le roi des tengu Buzenboo sur le mont Hiko 

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Le Corbeau et son signe

Posté par othoharmonie le 4 août 2013

Le Corbeau et son signe dans CORBEAU telechargement-6 Le symbole animal du Corbeau est le septième esprit totem de la roue de la vie des chamans amérindiens. Il correspond au début de l’automne et à notre signe astrologique occidental de la Balance à laquelle il peut apporter un éclairage nouveau et exotique.

 Voyons les analogies de ce symbole à travers les différentes cultures qui lui ont rendu hommage, les mots-clefs caractérisant les natifs dont il est l’esprit protecteur et le conseil du chaman à son sujet, conseil destiné à exploiter au mieux son potentiel vital.

 Communication et naissance de l’esprit

 Le corbeau est un animal bavard, pour ne pas dire criard, chez qui on n’a recensé pas moins de 30 vocalises (et un don d’imitateur) lui permettant une réelle communication au sein du groupe. Ce groupe, dispersé dans la journée est surtout observable au crépuscule lors de sorte de « réunion », de « débriefing » où on peut assister à un curieux spectacle : la troupe réunie au complet « discutent » (langage articulé et gestuel) et chaque individu semble raconter ses péripéties, faire un compte rendu de sa journée. Le corbeau, comme la balance, sont donc avant tout des communicants.

Espèce très intelligente, capable de trouver rapidement des solutions à de nouveaux problèmes, le corbeau n’est pas un chasseur et se contente en général de se nourrir de ce qu’il trouve (c’est un omnivore pouvant jouer les charognards) sans chercher la bagarre avec ses rivaux de la chaîne alimentaire. (caractère pacifique, accommodant et rationnel)

Les corbeaux sont monogames et forme un couple solide pour la vie après une complexe parade nuptiale. (Importance du couple).

Ces informations ornithologiques données, on comprendra mieux le symbolisme de l’oiseau à travers les cultures tout en notant en préambule que sa mauvaise réputation en Europe est fort récente et correspond une fois de plus à l’influence chrétienne sur tous les symboles animaux considérés comme païen.

Dans les tribus amérindiennes, le corbeau est un être primordial dont la mission est d’organiser et civiliser le monde.

En orient, il représente la gratitude et la générosité car il est un des seuls volatiles dont les enfants peuvent nourrir les parents vieillissant puisque la cellule familiale reste groupée et solidaire.

En chine, le corbeau à trois pattes est une représentation impériale de la course du soleil et du pouvoir divin redistribué sur terre : le rôle du corbeau est celui d’un intermédiaire qui sait transmettre la connaissance et utilise avec justice et impartialité les forces célestes.

Son symbolisme dans la Grèce antique est d’ailleurs fort proche : Messager d’Apollon capable de livrer des prophéties à l’homme (comme en situant l’emplacement de l’Omphalos de Delphes). Toutefois, les légendes mythologiques insistent aussi sur ses travers : il doit sa couleur noir à une malédiction d’Apollon, lassé par ses bavardage et son indiscrétion puis est transformé en constellation pour le punir de s’être attardé dans une mission urgente (on met ici en exergue son côté tête en l’air).

On retrouve dans la mythologie celte l’aspect prophétique du Corbeau à travers les figures de Hugin et Munin, deux volatiles au service d’Odin dont le premier est Esprit (et capable de prédire l’avenir) tandis que le second est Mémoire (et capable de voir le passé). C’est ici la fonction cérébrale du Corbeau qu’il faut relever : c’est en alliant raison et expérience, esprit et mémoire, que l’homme peut évoluer et devenir divin.
Comme tous les oiseaux mais plus encore, le corbeau est aussi le symbole de la liberté, de la légèreté.

Il est intéressant de mettre les duos opposés Bélier/Balance et Faucon/Corbeau en parallèle : le faucon solitaire, intrépide chasseur hésite encore entre destruction et initiation tandis qu’à l’opposé le corbeau semble avoir découvert les vertus du pacifisme, de l’harmonie de groupe et d’une révélation mentalisée. 

Personnalité traditionnelle et conseil

 Sociable mais querelleur, grégaire et coopératif, solidaire, indécis, tête en l’air, raffiné, crédule, charmeur, dépendant, bavard, adaptable, crâne, indiscret, civilisé.

 Partenaires conseillés

La Loutre et le Cerf. 

Conseil du Chaman

Bavarder, parader, impressionner et faire des conciliabules est une bonne chose mais qu’arrivera-t-il si le sort vous isole ? Cultivez votre indépendance, vous ne vous en porterez que mieux en période de disette !

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Élie chez les corbeaux

Posté par othoharmonie le 2 août 2013

 

Trois repas surnaturels. Versets 1 à 6

Elie est aussi l’homme qui a été nourri trois fois de façon surnaturelle : une première fois par les corbeaux, une deuxième fois par la veuve de Sarepta, et une troisième fois par des anges ; et cela nous apprend que toutes les sphères de la vie sont au service de ceux qui servent Dieu, Cela nous réapprend cette affirmation de Romains 8 ,28 : « toutes choses concourent ensemble au bien de ceux qui aiment Dieu ». Toutes choses, les inférieures comme les corbeaux, les égales comme la veuve de Sarepta, et les supérieures comme les anges !

L’histoire du prophète Elie pivote autour de deux ordres qu’il a reçus de la part du Seigneur. Au chapitre 17 et au verset 3, l’Eternel lui dit : « va et cache-toi près du torrent ». Au chapitre 18 et au verset 1, l’Eternel lui dit :   « va et présente-toi devant Achab ». Voilà les deux grands pôles de sa vie ; Va cache-toi ! Va montre-toi !

Va cache-toi, c’est l’aspect privé de son ministère, c’est aussi le département de notre vie où il n’y a rien de spectaculaire, c’est ce côté dont parlent les apôtres Pierre en Actes 6 « il n’est pas bon que nous abandonnions la prière », ça c’est le côté caché, c’est le « Va, cache-toi ! ». Et «le ministère de la parole », c’est le côté publique, c’est le « va, montre-toi » qui pour nous esti le « allez, jusqu’aux extrémités du monde et prêchez l’évangile ». 

Élie chez les corbeaux dans CORBEAU telechargement-2

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Corbeau de l’Arbre Celtique

Posté par othoharmonie le 2 août 2013

 

Corbeau de l'Arbre Celtique dans CORBEAU telechargement-1Le Corbeau est le symbole de la souveraineté guerrière, il est, avec la Corneille, souvent associé à la déesse de la guerre (la Morrigan ou la Bodb en Irlande, Cathubodua en Gaule) ou Lug dans son aspect guerrier? A noter que le corveau n’est pas la représentation de Lug sur terre ! En effet, Lug est un dieu lumineux alors que le corbeau est un animal noir. Rome a conservé un mythe celtique – en l’ayant toutefois historisé – sur la fondation de la ville de Lyon (Lugdunon) : Atepomaros et Momoros, cherchant un endroit pour fonder une cité, arrivent sur l’actuelle colline de la Fourvière ; soudain, une nuée de corbeaux vient se poser autour d’eau. Ils décident alors de fonder leur cité à cet endroit là. Le corbeau est un symbole guerrier, mais il est aussi celui de la chasse, de la sagesse et de la connaissance.

En ce qui concerne la Corneille, ou Bobd est, en Irlande, l’un des noms de la déesse de la guerre qui, du reste, apparaît souvent sous cette forme. Elle peut, à son gré, se transformer en de nombreux animaux et c’est ce qu’elle fait pour combattre Cuchulainn qui a repoussé ses avances. On en retrouve le nom en Gaule dans le théonyme Cathubodua, la corneille du combat.

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Peuple aux corbeaux

Posté par othoharmonie le 2 août 2013

Peuple aux corbeaux   dans CORBEAU telechargementNation courageuse, les Crows doivent se défendre à la fois contre les Lakotas, les Cheyennes et les puissants Blackfeet. Dans l’espoir de préserver leurs terres de l’invasion blanche, ils fournissent, entre 1875 et 1878, des éclaireurs à l’armée américaine. Ils ont actuellement une réserve dans l’est du Montana.  

Leur véritable nom est Absaroka qui signifie « Corbeau« . Les Crows sont très représentatifs de la culture des Indiens des Plaines. Ils étaient, avec les Cheyennes, les plus grands et les plus beaux parmi les Indiens. Leurs tipis étaient grands et bien construits, leurs vêtements parmi les plus riches et les plus confortables. Les femmes crows tannaient des peaux douces et souples comme le velours. Ils possédaient de grands troupeaux de beaux chevaux convoités par les tribus voisines.

Comme la plupart des Indiens qui occupaient les grandes plaines américaines au XVIIIè et au XIXè siècle, les Crows sont venus de l’Est. Leurs ancêtres semblent avoir vécu au XVIè siècle dans ce qui est maintenant l’état du Minnesota.

Vers 1580, un groupe se déplace vers l’ouest, atteignant la région des Black Hills. Ils deviendront les Crows de la Montagne. Un autre groupe qui allait devenir les Crows de la Rivière atteint la haute vallée du Missouri seulement au début du XVIIIè siècle. Ceux de leur peuple demeurés à l’est du Missouri seront connus comme les Hidatsas. Les Crows de la Rivière ont durant de nombreuses années des relations suivies avec leurs parents hidatsas, puis, ayant acquis des chevaux, ils adoptent définitivement le mode de vie des Plaines, basé sur la chasse au bison. Au XVIIIè siècle, Crows de la Montagne et Crows de la Rivière entretiennent des rapports étroits.

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Les vertus du corbeau.

Posté par othoharmonie le 2 août 2013

Les vertus du corbeau. dans CORBEAU corvus_corone_cornix_0379

Une Corneille

1] Le corbeau, appelé aussi mamygère, est connu de tous. Pris et enfoui vivant dans du crottin de cheval pendant xl jours, puis brûlé et mis en pommade, c’est un remède excellent pour ceux qui ont la goutte aux pieds et aux mains.

 2] Sa fiente, en fumigations, guérit les dartres blanches et la lèpre blanche.

 3] Ses œufs, avec de l’alun, noircissent les cheveux blancs.

 Les Vertus De la corneille cardidone (?)

 4] Le cœur de la corneille, porté sur soi, procure la concorde entre l’homme et la femme.

 5] Si tu donnes en secret son intérieur rôti à une femme, elle te chérira tout à fait.

 6] Si tu frottes ton membre avec son cerveau mélangé à du miel et du satyrion et que tu aies des rapports avec une femme, elle te chérira et ne se donnera pas à un autre qu’à toi.

 7] Son sang desséché, mêlé à deux cuillerées de vin, pris dans un breuvage, guérit merveilleusement les hydropiques.

 8] Si quelqu’un a mal au pied, prends une corneille sans blessure, coupe-lui l’ergot de la patte droite auprès de l’articulation, puis après avoir fait un phylactère, attache-le sous le pied du malade en état de pureté ; puis ayant frotté toute la corneille avec de l’essence de térébenthine ou avec de l’huile, laisse-la s’envoler vivante. Attache son ergot au pied malade; si c’est le pied gauche, l’ergot de gauche, si c’est le pied droit, l’ergot de droite. Mais que le phylactère ne soit pas mouillé et qu’il ne tombe pas à terre, mais qu’il soit porté attaché dans une peau de cerf. Et lorsque tu coupes l’ergot, dis : « J’enlève ton ergot pour la guérison de la sciatique, de la goutte et de toutes les articulations. » Et l’ayant frottée, laisse-la partir.

Les vertus de la pie. 

9] La pie est un oiseau intelligent qui imite la voix de l’homme.

 10] Son cœur, porté sur soi, avec de la racine de lierre, calme les attaques de nerfs des femmes. Semblablement, c’est un remède pour la dysurie.

11] C’est un oiseau de couleur changeante, qui rend vertueux celui qui le mange.

Issu du livre médical sommaire d’Hermès Trismégiste De la connaissance scientifique et de l’influence physique des animaux, Composé pour son élève Asclépios

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Le corbeau…noir

Posté par othoharmonie le 31 juillet 2013

 


Noir comme ébène, mystique comme lune,

Parle-moi de magie et je m’envolerai avec toi.

Le corbeau...noir dans CORBEAU 250px-rook_in_flightLa magie de la médecine du corbeau est puissante et elle peut nous fournir le courage de pénétrer dans la grande noirceur du vide, là où réside tout ce qui n’a pas de forme. Le Vide, c’est le Grand mystère qui existait avant que toute chose commence. Le Grand Esprit est issu de ce Grand Mystère. Corbeau c’est le messager du vide.

..Le bleu noir du Corbeau son irisement, évoquent la magie de la noirceur qui, en opérant une transformation des formes et des contours, engendre l’éveil.

Corbeau est le message qui apporte tous les courants d’énergie nécessaires pour que les rituels atteignent les résultats voulus. 

Si vous avez choisi Corbeau, y a de la magie dans l’air.

(extrait des cartes-médecine – découvrir son animal totem de Jamie Sams et David Carson)

… Ainsi dans la plupart des croyances à son sujet, le corbeau apparaît comme un héros solaire, souvent démiurge ou messager divin, guide en tout cas, et même guide des âmes en leur dernier voyage puisque, psychopompe, il perce sans se dérouter le secret des ténèbres. 

(extrait du dictionnaire des symboles de Jean Chevalier et Alain Ghherbrant – collection Bouquins).

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Rêver de corbeau

Posté par othoharmonie le 31 juillet 2013


Comme le chat noir, cet oiseau ne jouit pas d’une grande popularité. Quand il sert de sobriquet son nom n’est jamais gratifiant pour celui qu’il désigne. C’est sa robe de couleur noire qui en fait un oiseau de mauvais augure, ainsi que son cri, guère harmonieux, trop archaïque. Le corbeau symbolise les forces psychiques obscures qui sont en nous. Bien comprises, elles peuvent nous guider, mais le plus souvent ce sont elles qui nous guident vers des actions assez médiocres et nuisibles pour les autres. Dans ce cas, le corbeau symbolise les pensées noires qui nous habitent.

 Positif :  guide

Négatif : Ame noir, mauvais pensées, mésaction.

 Rêver de corbeau dans CORBEAU brown-necked_raven1

Le site de Tristan-Frédéric Moir : http://tristan.moir.free.fr/Nouveausite/index.html

Psychanalyste – Psychothérapeute – Onirologue – Analyse et interprétation de rêves

En direct chaque mercredi de 23h à 1h30 sur
« Radio Ici & Maintenant ! » 95.2 FM

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Le Grand Corbeau

Posté par othoharmonie le 31 juillet 2013

 

Le Grand Corbeau dans CORBEAU rooksbackofsavrasovLe Grand Corbeau (Corvus corax) est une espèce d’oiseaux de la famille des corvidés, le plus grand de l’ordre des passeriformes. Présent dans tout l’hémisphère nord, c’est l’espèce de corvidé dont l’aire de répartition est la plus étendue. Avec le Corbeau corbivau, c’est le plus gros des corvidés et probablement le passereau le plus lourd. Les Grands Corbeaux vivent généralement de 10 à 15 ans mais certains individus ont vécu 40 ans. Les juvéniles peuvent se déplacer en groupes mais les couples appariés restent ensemble pour la vie, chaque couple défendant un territoire. Huit sous-espèces ont été décrites qui varient très peu en apparence ; des études récentes montrent toutefois des différences génétiques significatives entre les populations de diverses régions.

Le Grand Corbeau coexiste avec les humains depuis des milliers d’années et dans certaines régions il est si commun qu’il est considéré comme une espèce nuisible. Une partie de son succès est due à son régime omnivore ; le Grand Corbeau est extrêmement opportuniste, se nourrissant de charognes, d’insectes, de déchets alimentaires, de céréales, de baies, de fruits, d’œufs et de petits animaux. Plusieurs cas remarquables de résolution de problèmes ont été observés chez cette espèce, ce qui laisse penser que le Grand Corbeau est extrêmement intelligent.

À travers les siècles, le Grand Corbeau a été le sujet de mythes, de folklore et de représentations dans les arts et la littérature. Dans plusieurs cultures anciennes, incluant celles de la Scandinavie, de l’Irlande, du Pays de Galles, du Bhoutan, de la côte nord-ouest de l’Amérique du Nord, de la Sibérie et de l’Asie du nord-est, le Grand Corbeau a été révéré en tant que dieu ou symbole spirituel.

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Les plumes de corbeau

Posté par othoharmonie le 30 juillet 2013


Les plumes de corbeau   dans CORBEAUPour les amérindiens, les plumes représentent un Cadeau venant du Grand Esprit, mais aussi de l’oiseau qui offre une partie de son essence, ces plumes ont une propriété médicinale. Elles permettent de faire pénétrer et diriger l’énergie de guérison car celle-ci capte et redistribue les énergies bénéfiques. Certaines plumes ont aussi des valeurs de protections, il suffit de porter celle-ci sur soi afin d’attirer l’énergie.

Les plumes de corbeaux sont utilisées pour effectuer un deuil et permettre de se débarrasser de sentiments ou situations indésirables alors que les plumes de corneilles, elles aussi symbolisent le deuil, on les utilise lors des cérémonies mortuaires. Les Lakota Sioux prient avec des plumes de corneille pendant 4 jours lors d’un décès. Elles ne sont utilisées que pour cet usage et on les conserve dans un endroit sacré.

Le médecine bag, également appelé poche ou sachet de pouvoir, inclut souvent des plumes particulières ayant une signification pour celui qui le porte et qui attire bonne fortune et chasse les mauvaises choses.

Un des sens ésotérique dans l’utilisation de la plume de ces oiseaux noirs et bien de se relier avec le monde d’en haut, avec l’astral et les Esprits qui le peuple.

Dans le cadre de la magie naturelle, les plumes sont utilisées dans le cadre de sortilèges et cérémonies afin d’établir un changement. Elles sont employées comme catalyseurs permettant d’aider à la concentration au cours de la réalisation des sorts et souhaits.

Les plumes sont souvent employées pour faciliter la concentration au cours de sortilèges.

Les plumes sont régies par l’élément air. Cela fait d’elles des aides précieuses pour une bonne communication. Mais chaque plume a ses propres pouvoirs particuliers, qui dépendent de l’oiseau auxquelles elles appartiennent, de leurs couleurs, du lieu où on les découvre ainsi que d’autres facteurs.

Les plumes utilisées dans des buts magiques sont principalement définies par l’énergie dont le chaman, le mage les charges à travers sa concentration et ses pensées. En dépit de l’énergie apportée par l’officiant, les plumes possèdent leurs propres capacités naturelles.

Nous pouvons pensé que la plume de corbeau peut être utilisé pour le travail sur soi-même, le voyage intérieur dans l’inconscient et la compréhension de la souffrance. La plume de corbeau peut, tout comme celle de l’aigle, aider à trouver la lumière.

Dans la langue abénaquise les mots aigle et corbeau sont très significatifs. On dit Mgeso pour un petit aigle et Wabun pour le grand, et wabun signifie également lumière. On dit Mkasas pour la corneille et Kchimkasas pour le corbeau, et le noir et l’obscurité sont dits mkasawi ou makasawigek. Dans les légendes abénakises* il est dit que lors de l’âge ancien, lorsque l’homme ne faisait qu’un avec l’animal, l’abénakis a commencé par nommer l’esprit des animaux et des plantes pour ensuite nommer le reste, pour cette raison les noms d’animaux servent souvent de mots-racines pour décrire ce qui est inanimé et subtil.

Les plumes de corbeau servent aussi tous simplement comme éléments d’appât pour la pêche !

* Abénaquis Il s’agit d’un groupe de tribus unies par des liens plus ou moins étroits et qui résidaient dans la région actuelle du Maine et du Nouveau-Brunswick. Ces tribus comprenaient, entre autres les Malécites, les Micmacs, les Pesmocodys, les Pentagouets, les Pégouakis et peut-être les Socoquis. Ils parlaient tous des dialectes similaires. Ils se livraient à la chasse et à la pêche mais mangeaient également du maïs en hiver. Au cours du XVIIIme siècle, la traite des fourrures joua un rôle très important sur le plan économique dans la vie de ces tribus. Les Abénaquis furent, au XVIIme et au XVIIIme siècle, de fidèles alliés de la France et ils attaquèrent à plusieurs reprises la Nouvelle-Angleterre lorsque les deux colonies étaient en guerre. Pour les Français, ils représentaient un véritable rempart contre les attaques venant du sud. Ils subirent de lourdes pertes au cours de ces combats et un grand nombre d’entre eux émigrèrent dans les villages français des missions, à Saint-François et à Bécancour.

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

L’Intelligence du corbeau

Posté par othoharmonie le 30 juillet 2013

L'Intelligence du corbeau dans CORBEAU 225px-raven_cypress_provincial_park_2Le Grand Corbeau possède l’un des plus gros cerveaux de toutes les espèces d’oiseau. Plus spécifiquement, son pallium est volumineux. Il montre également plusieurs habiletés telles que la résolution de problème ainsi que d’autres processus cognitifs comme l’imitation et l’intuition, et il aurait passé avec succès le test du miroir.

Une expérience conçue pour évaluer l’intuition et la résolution de problème présentait un morceau de viande attaché à une corde qui pendait d’un perchoir horizontal. Pour atteindre la viande, l’oiseau devait se tenir sur le perchoir, tirer la corde en plusieurs étapes et tenir la corde à chaque étape afin de la raccourcir. Quatre des cinq Grands Corbeaux réussirent effectivement l’épreuve, et la transition depuis l’absence de succès (ignorer la nourriture ou simplement tirer sur la corde) jusqu’à un succès constant et prévisible (amener la viande jusqu’au perchoir) se fit sans apprentissage apparent.

Le Grand Corbeau est connu pour voler et cacher des objets brillants comme des galets, des morceaux de métal et des balles de golf. Une hypothèse est que ce comportement servirait à impressionner les autres corbeaux. D’autres études indiquent que les juvéniles sont curieux envers toute chose nouvelle et que l’attraction pour les objets ronds et brillants serait basée sur leur similarité avec des œufs. Les adultes perdent cet intérêt intense pour l’inhabituel et deviennent néophobes.

Récemment, les chercheurs ont reconnu que les oiseaux jouent. Les jeunes Grands Corbeaux sont parmi les plus joueurs des espèces d’oiseaux. Ils ont été observés glissant le long des bancs de neige, apparemment pour le simple plaisir. Ils jouent même avec d’autres espèces, par exemple en jouant à chat avec des loups et des chiens. Le Grand Corbeau est connu pour ses acrobaties aériennes spectaculaires, comme les loopings.

Vidéo : Image de prévisualisation YouTube

Le corbeau intelligent - Un corbeau intelligent observe, étudie les habitudes et comportements des humains, afin de bénéficier de leur aide facilement. 

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

Fils du Corbeau

Posté par othoharmonie le 30 juillet 2013

Fils du Corbeau  dans CORBEAU macrocorax_woodfordi


Peuple d’appartenance : Llogrien

Religion principale :
Wotanisme


Hrafnason Viking -   Devise : Réfléchir avant d’agir


Description :

Le nom Hrafnason veut dire « fils du corbeaux ». Le contexte du nom est venu à la suite de la décision de Piery et Hiena de quitter la famille de Kent. Leur décision, quoique difficile, est tranquillement venue s’insurger au fil des années qui ont suivit les événements qui ont marqué l’histoire de la Lloegr en 549.

Dame Hiena, admise au clan de Kent il y a plusieurs années, a commencé à entrevoir le côté malsain de certains membres du Kent le soir où tout le peuple cherchait à retrouver le dit miroir de Hel afin de délivrer la reine de la possession de Nidhog. Ce soir-là, alors que Maître Aethre usa de magie puissante pour amener le miroir jusqu’à lui, Hiena douta pour la première fois.

À partir de ce moment, sans même connaître toute la teneur de ses actes, la pupille volva fût à même de s’apercevoir, que le patriarche était devenu au fil du temps, un homme à l’âme noirci. Les événements qui suivirent ne firent que confirmer que Hiena redoutait: sa place n’était plus parmi la famille de Kent. Elle se sentait trahie par ceux qui l’avait jadis accueilli.

Après le bannissement de Gunnulf, les choses ne s’améliorèrent que trop peu pour Hiena et Piery. Les membres du Kent semblaient de plus en plus distants face à eux, guettant un éventuel retour de leur patriarche. Les autres familles du royaume de Lloegr, quant à elles, rejetèrent le Kent en entier pour s’être sentit bafoués de la sorte par une famille entière. Ils se retrouvèrent donc seuls face au reste de la Lloegr.

La décision de quitter la famille de Kent s’imposa d’elle-même. Il leur était devenu impossible à Hiena et Piery d’élever leurs enfants ainsi, à guetter leurs arrières d’une possible invasion en leur terre de la part des autres clans Lloegriens. Les attaches que Hiena avait envers cette famille ne tenaient plus: son premier mari avait été exécuté, sa meilleure amie ne l’était plus et son mari de l’heure, Piery, n’avait pour appartenance au Kent que sa douce femme.

La décision prise, ils décidèrent de s’éloigner quelque temps. Avec l’aide du patriarche de NordVolk, ils partirent pour le continent. Là-bas, ils rencontrèrent maints gents importants. Piery combattit à leurs côté, remportant d’importantes batailles, qui lui value le respect de bien des gens du peuple.

Alors qu’il rejoignait sa femme suite à l’une de ses nombreuse bataille, il aperçu un immense corbeau posé sur une souche non loin. Le corbeau ne dit rien, mais fixait Piery de son œil noir. Le mot « hrafna » en norrois, qui signifie corbeau, lui vint à l’esprit. L’un des nombreux symboles de Wotan, qui signifiait la réflexion et la mémoire. Piery avait enfin trouvé une solution à leur problème à lui et Hiena. Ils retourneraient sur l’île de Fort pour y fonder un nouveau clan. Et le corbeau serait leur emblème.

L’image du corbeau représentait au mieux les sentiment et valeurs qui habitaient le couple à cet instant. Tous deux étaient de fervents religieux: Hiena travaillait très fort dans son apprentissage du Seidhr et aspirait au grimoire tandis que Piery se trouvait à être un des berserker les plus fervents. Quant au symbole de la mémoire, Piery pensa à son épouse et leur fils. Ils leur avaient donné le nom de Thorlak, nom du premier époux de Hiena, pour que celle-ci démontre à tous que rien n’avait été oublié de ces malheureux événements. La mémoire… Se souvenir de ses actes et de ceux d’autrui afin de récompenser ou punir le moment venu; se rappeler ses origines et son appartenance, les guerriers morts au combats pour le bien du peuple, le légendes entourant la création du monde et les aventures des dieux, tout cela aurait dû être inné pour chaque Lloegriens en soi mais tel n’était pas le cas et Piery avait la vive intention de montrer l’importance de se rappeler. Et la réflexion. Elle venait compléter la mémoire car si on était apte à se souvenir, l’on se devait aussi de réfléchir, chose que certains Lloegriens oubliaient parfois. Ne pas agir sous le coup de l’impulsion, évaluer le problème, les issues sous toutes ses coutures avant de faire quoique ce soit de regrettable. Wotan n’était-il pas le plus sage de tous les dieux?

Ce fut l’envolée du corbeau et son étrange cri qui sortirent Piery de ses rêveries. Il perçu cela comme un signe des dieux et dès lors su qu’il avait trouvé un nom digne d’un grand clan. Fort de ses victoires, Piery demanda un Drakkar, afin de retourner sur l’île de Bretagne et y fonder un nouveau clan. Ils allaient devenir des fils de corbeaux sous la bannière du désormais clan Hrafnason.

C’est sous le signe de l’honneur et de la vérité, de la sagesse et d’une certaine constance qu’ensemble, ils cherchent à faire respecter la justice, la vérité et à réunifier les clans llœgriens, pour que renaisse le peuple fier qu’il a toujours été.

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

1234
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello