• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 2 janvier 2017

Milieu naturel du cerf

Posté par othoharmonie le 2 janvier 2017

 

Le cerf élaphe vit surtout dans l’hémisphère Nord, à l’exception des régions polaires et des déserts. Dans l’hémisphère Sud, il a été introduit en Argentine, au Chili et en Nouvelle-Zélande, mais ne l’a jamais été en Australie. En Afrique, le cerf ne se rencontre qu’en Algérie et en Tunisie. Aux États-Unis, il vit en Californie et sur la côte est. Les populations de Corse, d’Afrique, de Suède, du Turkestan, du Cachemire, du Xinjiang et du Népal sont rares ou menacées. Son cousin, le wapiti, présent dans l’est de l’Amérique du Nord, se retrouve, avec de légères variantes, dans les régions centrales et orientales d’Asie.

Le cerf

De nombreux groupes occupent encore des milieux proches de celui d’origine de l’espèce : landes à bruyère d’Écosse, garrigues espagnoles, prairie nord-américaine, pampa argentine ou pelouses d’altitude d’Asie. Mais, dans les régions centrales de son aire de répartition, le cerf peuple de grands massifs forestiers ou des marais, comme en Inde. Il faut à ce grand mammifère de vastes forêts de 1 000 à 2 000 ha au moins, peu découpées par des voies de pénétration. Il habite aussi bien les massifs résineux, comme dans les Rocheuses, que les forêts de feuillus. Ces dernières, plus variées et plus fournies, sont toutefois plus favorables à son développement. Le cerf est ainsi un indicateur de la bonne santé et de la diversité d’une forêt, capable de lui offrir nourriture et tranquillité. En France, il vit en plaine et en montagne, et se multiplie dans certaines forêts méditerranéennes, qu’il peut contribuer à débroussailler. Ses crottes sombres en forme d’obus, ou fumées, déposées en groupe, et les pousses ou rameaux grignotés le signalent.

La superficie qu’il occupe varie selon les saisons, en fonction de l’état de la végétation, de la richesse du milieu, ainsi que des activités humaines. Resserré l’été, son domaine s’étend pendant la mauvaise saison, les animaux se déplaçant d’un secteur à l’autre de leur domaine vital. En montagne, notamment dans les Alpes, les cerfs occupent parfois les pelouses d’altitude situées au-dessus de la limite supérieure des arbres, à plus de 2 000 m. L’enneigement les chasse dans le fond des vallées et sur les versants bien ensoleillés où ils établissent leur domaine vital d’hiver, distant parfois de plusieurs dizaines de kilomètres du domaine estival, obligeant les hardes à de véritables migrations.

Des points d’eau réguliers conditionnent son existence dans les milieux chauds et secs d’Espagne, de Tunisie ou d’Asie.

Cohabitation entre ongulés

La plupart du temps, le cerf partage son habitat avec d’autres ongulés sauvages, le chevreuil et le sanglier notamment. En temps normal, le mode d’utilisation de l’espace et les préférences alimentaires des cerfs et des chevreuils limitent le risque de concurrence. Toutefois, lorsque le cerf est très abondant, il peut nuire au chevreuil. Le sanglier, omnivore, est moins affecté, bien que le cerf le domine lorsque l’un et l’autre se nourrissent aux mêmes endroits. En montagne, la concurrence alimentaire avec le chamois et le mouflon est faible et se manifeste plutôt l’hiver, quand tous partagent les mêmes zones d’hivernage.

cerf christique

Peu de prédateurs

Seuls les plus grands carnivores sont de taille à chasser une proie aussi imposante que le cerf. Depuis toujours, son principal prédateur sauvage est le loup, qui chasse à la course, en meute, surtout les sujets jeunes, âgés ou affaiblis, plus faciles à capturer. En Europe, le lynx chasse à l’affût les biches et surtout les faons, et l’ours chasse le cerf à la rencontre ; mais son prélèvement reste modeste. En Asie, le tigre peut être un prédateur occasionnel. En Amérique du Sud, le cerf est la proie du puma.

Les très jeunes faons sont parfois aussi victimes du renard, du chien errant, du sanglier, voire de l’aigle, en montagne. Là où les grands prédateurs ont été éliminés ou fortement limités par l’homme, la chasse peut réguler les populations de cerfs.

La principale défense du cerf consiste à fuir le danger, mais, lorsqu’il est acculé, le mâle fait usage de ses bois, qui peuvent se révéler des armes redoutables. L’andouiller le plus bas, appelé andouiller d’œil, ou de massacre, est suffisamment aigu pour asséner des blessures mortelles à l’assaillant.

Les cerfs, comme tous les ongulés sauvages, sont les hôtes de nombreux parasites, poux et tiques notamment, mais les maladies proprement dites sont rares et les épidémies exceptionnelles. Ces dernières touchent surtout des animaux en surdensité, la maladie se transmettant alors beaucoup plus facilement d’un animal aux autres. 

Publié dans CERF-CHEVREUIL-RENNE | Pas de Commentaire »

Des faons fragiles et dépendants

Posté par othoharmonie le 2 janvier 2017

 

Comme chez la plupart des espèces, la biche donne le jour à ses petits au printemps : la nourriture est alors abondante, d’abord pour la mère qui allaite, puis pour le faon lorsqu’il broute ; de plus la saison chaude, propice à la croissance des jeunes, s’annonce. Aussi le rut a-t-il lieu en septembre-octobre, et, après huit mois de gestation, les jeunes faons naissent en mai-juin, quand le printemps est bien installé.

Pour mettre bas, la femelle gestante s’écarte de la harde et rejoint une place de mise-bas, la même d’année en année, qui offre l’abri de fourrés denses et difficilement accessibles. Le jeune de la saison précédente est rejeté, parfois violemment s’il s’obstine à rester auprès de sa mère. Il la retrouvera lorsque celle-ci, accompagnée de son faon, rejoindra la harde.

faon

Une mère protectrice

La biche donne le jour à un unique faon, exceptionnellement à des jumeaux. Elle ne prépare pas de gîte et le petit, qui pèse entre 6 et 8 kilos, naît à même le sol. À la délivrance, la mère mange le placenta – ce comportement vise sans doute à éliminer des traces qui pourraient attirer des prédateurs. Bien que le faon soit très rapidement capable de se déplacer, il reste couché, dissimulé dans la végétation, pendant une quinzaine de jours. La mère le laisse souvent seul pour se nourrir, mais revient régulièrement l’allaiter et procéder à sa toilette.

En cas de danger, le faon se tapit contre le sol. Parfois, la biche s’expose pour attirer le prédateur dans une autre direction. Si le danger est imminent, elle peut très bien agresser l’intrus : on a vu ainsi des biches boxer de leurs pattes antérieures des renards ou des sangliers.

Les premiers jours de sa vie, le faon ne reçoit de nourriture que de sa mère, qui l’allaite. Mais très vite, il commence à brouter et, à un mois, le lait maternel ne représente plus que la moitié environ de sa ration quotidienne. Le sevrage intervient à l’âge de 4 ou 5 mois ; toutefois, l’allaitement peut se prolonger jusqu’au cœur de l’hiver.

faon

Retrouvailles familiales

Quelques semaines après les naissances, la harde se reforme ; les trios familiaux se constituent (le faon de l’année précédente, remplacé par le nouveau-né, est devenu un daguet ou une bichette ; l’aîné a quant à lui généralement quitté leur mère). Les jeunes faons y font leur apprentissage social. Très joueurs, ils se poursuivent et semblent s’amuser à sauter des obstacles naturels. Le jeune reste environ deux ans auprès de sa mère, rarement plus, parfois moins s’il s’agit d’un mâle. Le moment des chaleurs de la mère correspond souvent à la première séparation. Le faon de l’année précédente est alors repoussé et rejoint pour quelque temps d’autres jeunes faons, à quelques dizaines de mètres, sur leur lieu d’élevage.

La mortalité des jeunes est variable selon les régions. En Écosse et dans certaines régions de montagne où le climat est très rude, près de la moitié des jeunes peuvent mourir au cours de la première année. En France, de 5 à 10 % des faons sont susceptibles de disparaître dans les semaines qui suivent la naissance. Un temps froid et pluvieux durant les premiers jours compromet la vie du nouveau-né. La biche peut donner le jour à un faon tous les ans. Il naît un peu plus de mâles que de femelles, mais, rapidement, la mortalité équilibre les proportions.

L’abondance de la nourriture influe directement sur la fréquence des naissances : que le milieu naturel soit trop pauvre, et la femelle, fatiguée par la gestation et la lactation, n’entre pas en œstrus à l’automne suivant et ne porte ainsi un petit qu’une année sur deux. En moyenne, deux biches sur trois sont gestantes. Si les conditions de vie sont favorables, beaucoup de bichettes peuvent être fécondées, augmentant la fertilité de la population. La biche deviendrait stérile, ou bréhaigne, vers l’âge de 15 ou 16 ans.

 

Publié dans CERF-CHEVREUIL-RENNE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello