• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 19 septembre 2016

La souris messagère

Posté par othoharmonie le 19 septembre 2016

 

 Dans la cheminée, le bois crépitait et dégageait une agréable chaleur.

 Pierre, presque couché dans un fauteuil, les jambes allongées, la pipe chauffant la paume de sa main droite, se sentait merveilleusement bien.

c936fbbf Il avait eu froid, dehors, dans la neige qui depuis le matin tombait sans discontinuer. Il avait du porter une scie électrique chez son cousin, et il y était allé à pied.3+3 =6 km , cela n’avait pas été désagréable de se mouvoir dans une nature ouatée, mais il faisait vraiment froid.

 A 24 ans, depuis la mort de sa tante, il y a 6 mois, Pierre vivait seul dans cette vieille maison qu’il connaissait depuis sa plus tendre enfance. Il était venu habiter, chez sa tante, lorsqu’à l’age de 3 ans il perdit son père et sa mère dans un accident de voiture.

 La solitude commençait à lui peser. Une compagne serait la bienvenue. Mais de nos jours, rares sont les jeunes femmes qui aiment vivre à la campagne.

 La chaleur de la cheminée devenant trop forte, il recula un peu son fauteuil, et c’est à ce moment là, sur sa gauche, qu’il vit une souris, calme, immobile qui le regardait.

 Le fait était assez curieux, car les souris en général n’apprécient pas la compagnie des humains, et s’enfuient dés que l’un d’eux apparaît.

 La souris ne bougeant toujours pas, Pierre lui parla

 «  Bonjour demoiselle souris. Vous êtes bien effrontée. Vous n’avez pas peur ? »

 La souris trottina pour se mettre entre la cheminée et Pierre, puis, toujours le regardant, elle s’immobilisa.

 Elle est curieuse cette bestiole pensa Pierre, soudain intéressé par ce manège ;et il lui parla de nouveau

 «  Bon. Je ne te fais pas peur. Tu es très courageuse. Mais jusqu’ou ira ton courage ? »

 Et Pierre tendit le bras vers elle. La souris ne bougea pas. Alors, se penchant vers l’avant, Pierre approcha sa main à une cinquantaine de centimètres de la souris, qui recula un peu, mais continua à le regarder.

 «  Courageuse, mais pas téméraire, hein ? Pourquoi me regardes tu comme ça ? »

 La souris, alors, en trottinant, mais sans hâte, se dirigea vers une table basse sur laquelle se trouvaient les journaux que lisait Pierre, ainsi qu’un cahier de mots croisés . Les mots croisés avaient été l’une des occupations préférées de sa tante.

 La souris monta sur la petite table et s’installa sur les mots croisés.

 souris19Cela commençait à sembler un peu irréel, et Pierre sentait monter en lui, une sorte d’angoisse. Il voulut cependant plaisanter ;

 «  Tu veux un crayon pour faire des mots croisés. ? »

 Sans doute insensible à la plaisanterie, la souris restait immobile, et continuait à le fixer de ses petits yeux noirs.

 Pierre se leva et se dirigea vers la table basse. Alors, la souris descendit de la petite table et en trottinant toujours sans hâte, elle se dirigea vers le fauteuil à haut dossier qu’aimait occuper

la Tante

 quand elle tricotait.

 La souris se mit exactement au milieu du siège, et continua à le regarder.

 «  Mais, bon sang !Tu es une souris bien bizarre ! Quand je t’ai vu, c’est vrai, je pensais à une « souris », mais c’était une Femme. J’ai du être pris au mot, mais ce n’est pas une souris comme toi que j’espérais !! Ecoute !Si tu ne me fais pas trop de dégâts dans la maison, je veux bien que tu cohabites avec moi, mais arrête de me regarder comme ça !!!!

 Imperturbable, la souris continuait à regarder Pierre, qui finit par mettre son anorak pour sortir et échapper à ce regard qui devenait gênant.

 Il se promena durant une heure dans la neige fraiche, tout en pensant à cette curieuse souris. Il songea qu’a deux reprises, par son attitude, la souris lui avait fait penser à sa tante, et laissant aller son imagination, il pensa que peut être par un phénomène de métempsychose, sa tante s’était réincarnée dans la souris. Il sourit en se traitant de farfelu, et rentra à la maison..

 La souris n’était plus là, et il pensa de moins en moins à cette souris durant les jours qui suivirent. Et Quand il y pensait, il se persuadait qu’elle n’avait pas eu une attitude aussi bizarre qu’il croyait s’en souvenir.

 C’est une semaine plus tard que la souris réapparut. Pierre, assis devant la table de la cuisine, épluchait des légumes pour faire un potage. Il vit soudain la tête de la souris émerger du plateau de la table. Elle avait beaucoup de mal à monter à cause de la toile cirée glissante, mais elle finit par se hisser sur la table , et sans s’approcher de Pierre, elle s’immobilisa et fixa sur lui ses petits yeux noirs.

 «  Tiens ? Te revoilà ? Mais, c’est vrai que tu es curieuse…Aux deux sens du mot…Tu n’as pas les réactions de tes sœurs souris. Qui es tu ? Est-ce toi ma tante qui revient me voir ? »

 La souris, un court instant se dressa sur ses pattes arrières, puis s’immobilisa de nouveau en fixant Pierre.

 «  Ca veut dire quoi ? Que tu as su marcher sur deux pattes ? »

 La souris se remis un court moment sur ses deux pattes arrières.

 «  Ca veut dire OUI, ce manège ? »

 Pendant quelques secondes la souris continua à regarder Pierre, puis, elle descendit de la table et sortit en trottinant dans le couloir.

 Tous les jours qui suivirent, et pendant une semaine, Pierre s’installait dans son fauteuil, devant un bon feu de cheminée, fumant une pipe, et quelques minutes plus tard, la souris arrivait, et venait se mettre à environ 2 mètres de lui.

 Pierre, qui l’avait baptisée Tanty, discourait alors, et lorsqu’il observait une pause, la souris, soit faisait entendre un couinement soit se dressait sur ses pattes arrières.

 Un soir, Pierre lui dit :

 « Vois tu Tanty,, je suis content que tu viennes me voir tous les soirs. Je ne sais pas ce qui se passe dans ta petite tête, et je ne sais pas si le fait de te mettre sur deux pattes, ou d’emettre un couinement a une vraie signification, mais j’apprécie ta présence.

 Bien sur, je préférerais avoir une compagne de la même race que moi, mais pour ce que tu m’apportes, je te dis merci..

 Evidemment tu n’es certainement pas la réincarnation de ma tante qui me manque tant. Mais cela me fait plaisir de le penser. Lorsque la réalité n’est pas très jolie, on a le droit de l’imaginer plus belle. C’est bien ton avis ?

 Si tu viens chaque soir, c’est que toi aussi tu trouves agréable notre rencontre, tu dois m’aimer un peu. Fais-moi comprendre ce que je pourrais faire pour t’être agréable. Quand à moi, c’est très simple : Fais qu’une jeune femme vienne frapper à ma porte…et que nous nous plaisions. C’est ce que je te demande chaque jour. Peut être arriveras tu à faire quelque chose…. Il me plait en tous cas de le penser »

 Le lendemain, Pierre était installé dans son fauteuil, comme d’habitude, lorsqu’il vit arriver deux souris. Il reconnaissait Tanty grâce à une petite tache blanche sur la tête, et l’on sentait bien que c’est elle qui commandait la manœuvre qui eut lieu.

 Les deux souris se mirent cote à cote face à Pierre puis se dressèrent sur les pattes arrières.. Puis se tournant l’une vers l’autre, les souris se frottèrent le museau durant 3 ou 4 secondes, après quoi, elles firent à nouveau face à Pierre, en se remettant sur les pattes de derrière. Enfin, elles se remirent sur leurs quatre pattes et ne bougèrent plus.

 Pierre, bien entendu était absolument effaré par cette démonstration. Il n’y avait plus aucun doute. Ces souris voulaient lui dire quelque chose. Et c’était tellement anormal que Pierre craignit un moment qu’il devenait fou.

 «  Je ne pourrais raconter ça à personne, pensait il, on m’enfermerait immédiatement dans un asile d’aliénés »

 C’est lorsque cette pensée lui traversait l’esprit que l’on frappa à la porte d’entrée.

 souris-mange

Publié dans RAT et SOURIS | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello