• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 6 septembre 2016

Nos amis les rats : Apollon, dieu des rats

Posté par othoharmonie le 6 septembre 2016

 

Rats et souris sont des animaux qu’on ne s’attend pas à trouver auprès des déesses et des dieux. Erreur, on les retrouve ici ou là, justement où l’on ne les attend pas. Par exemple, Apollon. Peu de dieux grecs sont aussi lumineux que ce dieu solaire à la beauté parfaite, tellement éblouissant qu’on ne peut pas le regarder en face sans mourir. Apollunai, le verbe, signifie en grec «  faire mourir ».

Pour brillant qu’il soit, le cher Apollon terrifie même les dieux. Lorsqu’il entre sur l’Olympe, son pas est si puissant qu’on l’appelle « L’Ebranleur », et il pénètre armé, bandant son arc d’argent, toujours menaçant sur les bords. Comme sa jumelle Artémis, il a fort mauvais caractère et comme elle, il est impitoyable. Encore, quand il  fait mourir d’un arrêt cardiaque, c’est une mort douce. Mais Apollon est aussi capable d’écorcher vif le satyre Marsyas qui l’avait défié dans un concours de flûte. On appelle Apollon l’Ebranleur, le Pur, le Brillant, l’Oblique parce qu’il préside aux oracles ambigus de la Pythie, sa prêtresse, mais jamais on ne l’appelle le Cruel, ce surnom qu’il mériterait bien.

Apollon2

Mais il se trouve qu’on l’appelle aussi le dieux aux rats, ou bien « le dieu-rat », en grec, Apollon Smintheus, dit encore « dieu des souris ». Voilà qui mérite explication. Apollon, qui sait tuer, a une vocation de guérisseur, ce qui s’entrevoit dans les consultations de l’oracle de Delphes, son principal sanctuaire. Il a pour fils Asclépios, le dieu de la médecine, si habile à soigner les humains qu’il est même parvenu à les ressusciter- pas longtemps, car Zeus le foudroya. Et le rat là-dedans ? J’y viens.

 Le petit rat, ou la souris, font partie des médicaments administrés par les médecins, notamment le bébé souris plongé dans du miel, et qu’on donne tout entier à avaler aux enfants malades. Oui, je sais, c’est peu ragoûtant. Toujours est-il que des souris blanches étaient soigneusement gardées dans les temples d’Apollon, comme guérisseuses, divinatrices et pour protéger le dieu de brutales invasions de souris grises. Ou de rats transportant la peste.

C’est quasiment de l’homéopathie : pour se préserver de la peste véhiculée par les rongeurs gris, ayez deux ou trois souris blanches. J’y insiste, car nous retrouverons exactement le même dispositif en Inde.

L’Apollon aux rats, Apollo Smintheus, est également celui qui contribua à la naissance de Troie. Des Crétois, pour qui les rats étaient des animaux sacrés, partirent fonder une ville en Asie mineure. Apollon leur avait prédit dans un oracle qu’il leur faudrait fonder la cité à l’endroit où ils seraient attaqués par des ennemis venus de l’intérieur, surgis du sol. Comme par hasard, la nuit où le prince crétois établit son campement, des hordes de rats dévorèrent les cordes des arcs, les courroies des boucliers, les liens qui tenaient les piquets des tentes, enfin, tout ce qu’un rat peut grignoter. Les Crétois comprirent qu’ils étaient arrivés et fondèrent la ville de Sminthion,  dressant un temple à l’Apollon Smintheus où ils installèrent, bien entendu, deux ou trois souris blanches pour se protéger de la peste.

Avant le génial Yersin qui découvrit le bacille de la peste à la fin du XIXème siècle, le dieu Apollon avait compris que les petits rongeurs dont la puce répand la peste étaient des réservoirs animaux d’épidémie. Les dieux sont cachottiers ; et ils ne l’ont pas dit, même pas à la Pythie.

source http://www.franceculture.fr/

Publié dans RAT et SOURIS | Pas de Commentaire »

REVER DE CHAUVE SOURIS

Posté par othoharmonie le 6 septembre 2016

 

Créature de l’ombre, presque aveugle, à l’aspect repoussant, à l’évolution incertaine, la chauve-souris symbolise une évolution arrêtée ou confuse. Elle est hybride, mi-oiseau, mi-mammifère. Elle ne représente donc pas une forme psychique stable.

Son vol puise son essence dans les ténèbres et elle reste prisonnière de l’ombre. La chauve-souris craint la lumière.

Elle peut représenter le mental qui s’agite en tout sens, qui tourne en rond dans les méandres des névroses, c’est à dire des habitudes du passé. Il existe une expression populaire pour parler de ceux qui déraisonnent : on dit qu’ils ont une chauve-souris dans le beffroi.

Dans la tradition populaire, la chauve-souris est assimilée au vampire qui se nourrit de l’énergie des autres. Il y a ici des tendances à la surestimation de soi, au parasitage de l’énergie des autres pour son seul bénéfice.

Egarements, névrose, parasitage.

Vol de chauve souris

Publié dans RAT et SOURIS | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello