• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 12 juin 2016

MOULES PERLIERES, un cycle de vie

Posté par othoharmonie le 12 juin 2016

 

Moules perlièresLa moule perlière est réputée ne vivre (en groupes denses ou individus épars) que dans les cours d’eau peu profonds à moyennement profonds (10 cm à 2m) aux eaux pures et plutôt oligotrophes, fraiches en été, riches en oxygène et pauvres en calcaire des massifs de moyenne montagne et des plaines. Ses substrats et micro-habitats préférés sont le gravier fin, les anfractuosités de roches en éboulis et moins souvent les fonds sableux. Ces habitats coïncident en partie avec ceux recherchés par les salmonidés pour la ponte.

Bien que les moules d’eau douces ne soient pas réputées très mobiles, le modèle de distribution spatiale des moules adultes et plus encore des juvéniles n’est pas aléatoire : les jeunes individus de cette espèce montrent de très nettes préférences (par exemple étudiées dans la rivière Kerry, au nord-ouest de l’Ecosse) de profondeur, de vitesse moyenne du courant, de substratum et de taux de végétation aquatique…), en termes de distance à la berge. Les profondeurs optimales mesurée en Écosse seraient de 30 à 40 cm et les courants optimaux de 0,25 à 0,75 mètres par seconde à des niveaux d’eau intermédiaires. Pour les juvéniles la qualité du substratum est vitalement déterminante ; si les adultes tolèrent des substrats limoneux ou vaseux (pour une durée inconnue), aucune jeune moule n’est trouvée vivante dans un tel habitat. Des rivières où se succèdent des substrats vaseux-limoneux et plus sableux/graveleux pourraient donc abriter des populations d’âges différents. Comme les poissons peuvent remonter les glochidies vers la source, chaque rivière peut théoriquement être (re)colonisée sur une grande partie de son cours, à condition de n’être pas polluée. Ceci expliquerait le fait que les petites rivières à castors où les barrages sont nombreux puissent aussi accueillir ces moules, les jeunes en aval du barrage, et les adultes en aval et/ou en amont où les sédiments s’accumulent. Il a été démontré que les barrages de castors sont aussi très favorables aux jeunes salmonidés.

Des modélisations dont la fonction discriminante est basée sur la qualité du substratum se sont montrées capables en Écosse de prédire la présence/absence de moules, avec un taux de 76 à 92% de succès.

En 2007, une étude a porté sur la survie/mortalité des très jeunes moules (stade post-parasitaire) dans leur habitat naturel selon de nombreux paramètres physicochimiques dans 26 cours d’eau de sept pays européens. Elle visait notamment à vérifier le caractère bioindicateur de l’espèce pour la qualité du substrat à 5 et 10 cm dans les cours d’eau. L’étude a confirmé l’importance de la qualité du sédiment pour la jeune moule qui a besoin de sable ou de gravier pauvre en nutriments .

Le Potentiel redox présentait une différence marquée entre la surface du sédiment et sa mesure à 5 et 10 cm dans le lit, là où il n’y a pas de recrutement de jeunes moules, alors qu’aucune différence de potentiel Redox n’était détectable sur les sites de bonne qualité riches en jeunes moules perlières. De même pour la conductivité électrique, et, dans une moindre mesure, le pH. En outre, les sections de lits de rivières où le sédiment résistait à la pénétration étaient aussi parmi les plus pauvres en recrutement de moules perlières. Ces données confirment que le colmatage du système de macropores interstitiels nuit à la survie des jeunes moules.

Alors que d’autres unioidés supportent ou apprécient des sédiment fins, ce n’est pas le cas de M. margaritifera pour laquelle une bonne circulation d’eau entre la surface et les interstices à 5-10 cm de profondeur est un facteur essentiel et prédictif de bonne qualité d’habitat pour cette espèce, alors que la bonne qualité chimique de l’eau libre est insuffisante, en raison d’une dissociation de l’eau courante et de l’eau interstitielle (qui peut être très polluée et anoxique dans les sites dégradés).

Historiquement, l’espèce semble avoir été présente jusqu’au xixe siècle dans une grande partie de l’Europe de l’Ouest et de l’Est de l’Amérique du Nord, et plutôt en zone froide et tempérée ce qui semble conforme au fait qu’elle soit associée dans son cycle de développement au saumon atlantique7, mais l’espèce est en régression depuis au moins un siècle et en régression accélérée depuis la fin du xxe siècle, au point d’être considérée comme en danger d’extinction par de nombreux spécialistes.

La coquille (dont la forme évoque celle d’un rein) est longue de 60 à 150 mm, et large de 30 à 60 mm (pour une épaisseur de 25 à 40 mm). Ses valves, épaisses (par rapport à celles d’autres moules) sont striées à l’extérieur (= bandes d’accroissement), et sont nacrée à l’intérieur. La couleur externe fonce avec l’âge, pour devenir noire ou presque noire.

Quand la moule est ouverte, le côté rond vers le haut, la valve droite a une seule dent cardinale et la valve gauche en a deux.

Environ une moule sur 1000 produirait une perle, souvent de forme irrégulière, généralement produite au bord du manteau.

moule

Bauer (1992) a conclu de l’étude de 48 populations de cette espèce à travers l’Europe qu’il existe une variation importante des traits d’histoire de vie selon la latitude (du cercle polaire arctique à l’Espagne), avec un succès de reproduction positivement corrélée à la fois la durée maximale de vie (constatée au nord) et la longueur maximale de la coquille, mais négativement corrélée au taux de croissance, ce qui laisserait penser que les populations du sud sont plus vulnérables en termes de succès de reproduction.

Cycle de vie

Le cycle de vie de la moule perlière se déroule en 4 étapes de développement : le stade glochidies, une phase parasitaire, un stade juvénile et le stade adulte. Il est associé à celui de la truite fario et à celui du saumon atlantique, car les larves du mollusque sont réputées ne pouvoir se développer qu’à l’abri dans les branchies de ces poissons, et uniquement de ceux-ci.

Chez les moules d’eau douce, les sexes sont séparés (mais si la densité de population est réduite, les femelles peuvent devenir hermaphrodite et s’autoféconder).

Publié dans HUITRES et MOULES | Pas de Commentaire »

LA VIE DE l’HUITRE

Posté par othoharmonie le 12 juin 2016

 

 

Mollusque bivalve comestible, dont l’élevage est l’ostréiculture.

Généralités

huitresLe terme d’Huître désigne communément un Mollusque bivalve comestible très apprécié, dont il existe un certain nombre d’espèces ; mais il s’applique aussi à des formes exotiques apparentées recherchées pour les perles qu’elles élaborent.

Sur nos côtes de France vivent l’Huître plate, dont les « bancs naturels » ne cessent de diminuer, et l’Huître portugaise, introduite du Portugal depuis un bon siècle.

Une mortalité exceptionnelle ayant affecté ces Huîtres depuis quelques années, l’acclimatation de l’Huître du Japon, ou Huître du Pacifique, qui est fort voisine de la portugaise, est essayée sur une grande échelle depuis 1969. De semblables tentatives faites auparavant avec la forme américaine  étaient restées infructueuses.

Les Huîtres perlières, du genre Pinctada, exploitées en mer Rouge et dans l’Indo-Pacifique, font au Japon l’objet d’un élevage orienté vers la production de perles dites « de culture », ou perles artificielles.

Le régime alimentaire des Huîtres, microphagique, consiste surtout en Diatomées, en spores d’Algues ; mais il est probable que le tégument se prête à l’absorption par pinocytose de substances organiques en solution, comme on l’a reconnu récemment chez la Moule.

Les sexes sont séparés chez la portugaise, de sorte que la fécondation a lieu en mer ; par contre, l’Huître plate, larvipare, montre un hermaphrodisme consécutif.

Dans les deux cas, les larves, après une vie pélagique assez courte, se fixent sur les fonds par leur valve gauche. Pour leur reproduction, leur développement, les Huîtres exigent des eaux de salinité assez basse ; aussi se localisent-elles vers l’embouchure des cours d’eau.

Les Huîtres plates formaient jadis d’importants bancs naturels sur une grande partie de nos côtes ; mais, exploités sans mesure, ces gisements disparaissaient lorsque en 1867 survint un événement qui eut d’heureuses conséquences : le rejet à la mer du chargement de portugaises d’un navire en difficulté à l’embouchure de la Gironde. C’est ainsi que se créa un centre de dispersion de portugaises qui fut à l’origine de nombreux bancs actuellement répartis sur les côtes de Charente-Maritime et de Vendée.

Valeur alimentaire

L’Huître, riche en sels minéraux, en oligo-éléments, en vitamines (A, B1, B2, D, C, E, PP), est un aliment de très haute valeur alimentaire.

 

Publié dans HUITRES et MOULES | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello