LA VIE DES MOULES

Posté par othoharmonie le 11 juin 2016

 

 

Les moules sont répandues dans toutes les mers du monde. Elles ont un pied allongé, un manteau à bords épais frangés ; les deux valves triangulaires et bombées sont de dimensions égales ; un byssus solide sert à la fixation sur les roches, les supports d’élevage, ou sur les fonds vaseux ou sablonneux.

Mollusque lamellibranche comestible à coquille bivalve, de couleur noirâtre ou violacée, qui vit fixé sur des corps immergés et qui fait l’objet d’un élevage en mer, la mytiliculture.

 La vie des moules

En ce qui concerne la moule d’eau douce, cette espèce était autrefois abondante. Elle a été exploitée depuis la Préhistoire par l’Homme, sans doute comme nourriture et pour les perles de nacre qu’elle renferme parfois (exploitable en joaillerie pour 1 individu sur 1 000 en moyenne). On raconte ainsi que Marie de Médicis portait un jour, pour le baptême de son fils, une robe composée de 32 000 perles de Margaritifera margaritifera.

Le journal Le Figaro en 1892 décrit leur abondance dans certains cours d’eau en Bretagne, dans le Nord de la France, dans l’Est (Vologne particulièrement), dans la Dordogne, la Garonne, etc. mais note déjà leur raréfaction. Il évoque aussi déjà l’espoir de leur culture et note aussi ses usages, y compris alimentaires, dans des pays comme l’Angleterre, l’Allemagne ou la Chine. L’Ouest-Éclair les évoque en 1921, donnant comme exemples de localisation Le Faouët, le Stang-Alar près de Quimper, etc., signe qu’elles étaient encore assez nombreuses à cette date.

En France, elle était encore signalée en 1998 dans les Pyrénées-Atlantiques et les Vosges ainsi que dans le centre de la France. En 2008, elle est encore connue dans la Vienne, la Dronne et la Charente, mais est encore très présente sur la rivière Dordogne. Elle est également signalée dans l’Èbre (Espagne). Un peuplement récemment confirmé dans l’Oise s’est éteint suite à une pollution chimique de la rivière. Le Grand Ouest héberge enfin quelques populations relictuelles notamment sur l’Airou, le Sarthon et la Rouvrepour la Basse-Normandie, l’Éllez, le ruisseau de Bonne Chère, le ruisseau du Loc’h pour la Bretagne et les gorges du Haut-Allier en Auvergne (Haute-Loire)

 

 MOULES

La France a, suite au Grenelle Environnement, prévu un plan de restauration national, à décliner régionalement. La directive-cadre sur l’eau devrait contribuer à la restauration de la bonne qualité écologique des cours d’eau et des bassins versants, mais un certain nombre de paramètres critiques dont la turbidité restent préoccupants, voire montrent une dégradation. Le réchauffement climatique en mettant en été à sec les parties amont de cours d’eau est également un facteur de risque supplémentaire.

Un programme de conservation de mulettes perlières est actuellement en cours dans le Massif Armoricain et concerne les 6 principales populations restantes de ce secteur (Bretagne et Basse-Normandie), avec le soutien de l’Union européenne (programme LIFE+). Coordonné par l’association Bretagne Vivante, il se déroule jusqu’en 2016. Dans le cadre de ce programme, les populations de mulette de ces 6 cours d’eau sont étroitement suivies.

Des études en génétique des populations ont permis de démontrer que la population de la rivière Éllez en Finistère montrait une différenciation exceptionnelle mais une très faible variabilité génétique pouvant être expliquée par l’isolement de cette population depuis plusieurs dizaines de millions d’années dans l’ouest de la Bretagne et depuis un million d’années dans la dépression géographique locale, le Yeun Elez. Des données similaires existent pour le N-W de l’Espagne

Un Plan National d’Action pour la Mulette perlière (version préliminaire 2010-05-30) vient d’être mis en place et la première station d’élevage inaugurée dans le Finistère.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello