Les Moules et Protection

Posté par othoharmonie le 6 juin 2016

 

La moule possède une coquille bivalve. Les deux valves se correspondent, et on observe des stries d’accroissement, ce qui montre que la coquille est sécrétée par le manteau. La coquille est capable de croissance régulière. La coquille est produite par un épiderme unistratifié associé à une structure fibreuse appelé derme.

  • Les bords du manteau vont sécréter le periostracum, et la couche des prismes et des cellules de l’épiderme vont sécréter les deux couches sous-jacentes. Le mollusque n’est pas entièrement enfermé dans sa coquille.
  • La fermeture de la coquille est active par contraction de deux muscles attachés aux deux valves :L’ouverture est possible grâce à une charnière en position antérieure avec un ligament élastique dorsal.
    • un petit muscle qui est le muscle adducteur antérieur
    • un grand muscle qui est le muscle adducteur postérieur
  • La coquille a un rôle d’exosquelette
  • La couleur naturelle peut varier mais en l’absence d’érosion — source de blanchiment — et d’organismes fixés comme les balanes, les moules adultes présentent une couleur bleu noir, on l’appelle d’ailleurs la moule bleue dans certaines provinces du Canada.

protection moule

Vulnérabilité

Les moules sont des organismes normalement très résistants, solidement fixés et bien protégés par leur coquille.

Hormis l’huîtrier pie, rares sont les prédateurs qui peuvent les consommer facilement.

Elles sont cependant vulnérables à certains microbes et parasites ou aux toxiques qu’elles concentrent en les filtrant. Les mortalités collectives sont cependant rarement observées.
En tant qu’animaux filtreurs, elles sont susceptibles de bioaccumuler des toxines émises par certaines espèces planctoniques dont elles se nourrissent.
Elles absorbent et bioaccumulent aussi certains polluants (toxiques, écotoxiques et perturbateurs endocriniens).

Elles doivent aussi affronter une compétition pour l’espace disponible sur la zone intertidale .

Remarques :

  • Dans le système de refroidissement des centrales nucléaires qui utilisent l’eau de mer, on traite l’eau avec un biocide (chlore en général) pour tuer les larves de coquillages afin qu’ils ne bouchent pas les installations et tuyauteries. Un impact significatif de réduction du plancton, nourriture des moules, peut être observé assez loin en aval de ces centrales. Les moules peuvent y être utilisées pour repérer d’anciennes pollutions qu’elles ont pu en quelque sorte enregistrer et stocker dans leur chair ou dans leur coquille.
  • Parmi les questions émergentes posées par la Commission OSPAR et HELCOM, face au manque de données concernant l’importance quantitative et qualitative des dépôts immergés d’explosifs et munitions anciennes sur les littoraux et en mer en Europe et dans le monde, se pose la question des impacts sur les moules et les huitres de toxiques issus de munition immergée commençant à fuir.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello