• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 6 juin 2016

LES HUITRIERS

Posté par othoharmonie le 6 juin 2016

 

 

Les 12 espèces d’huîtriers (Haematopus sp.) constituent la famille des hématopodidés. Ce sont des limicoles de taille moyenne (de 40 à 51 cm), au plumage noir ou blanc et noir, à pattes rosâtres et long bec rouge-orangé. Ils sont cosmopolites, mais absents des régions polaires et faiblement représentés dans les parties tropicales d’Afrique et d’Asie. Ils fréquentent principalement le littoral, mais on les trouve également à l’intérieur des terres en Eurasie et en Nouvelle-Zélande.

huitriers

Cette famille a temporairement été considérée, dans la phylogénie de Sibley et Monroe, comme une tribu (Haematopodini) appartenant à la famille des charadriidés (dans la sous-famille des Recurvirostrinae avec les avocettes et les échasses).

Temporairement considérées, dans la phylogénie de Sibley et Monroe, comme appartenant à une tribu (Haematopodini) de la famille des charadriidés (dans la même sous-famille que les avocettes et les échasses), les 11 espèces d’huîtriers ont actuellement réintégré la famille des…

L’huîtrier pie mesure de 40 à 45 centimètres de longueur avec un bec de 8 à 9 cm et un empennage de 80 à 85 centimètres. C’est un oiseau de type pluvier curieux et bruyant, avec un plumage noir et blanc, des pattes rose-rouges, des yeux rouges et un bec orange à rouge et fort car utilisé pour casser ou ouvrir des mollusques comme les moules ou pour trouver des vers de terre1. En dépit de son nom, les huîtres ne constituent pas une grande partie de son régime alimentaire.

L’huîtrier pie est facilement reconnaissable en vol, le ventre blanc, les ailes et la queue blanche bordée de noir, la tête et le dos noir. Les jeunes sont bruns avec un collier de cou blanc et un bec plus terne. Leurs appels est comme un son de tuyauterie, fort distinctif.

La forme du bec varie : les huîtriers pie avec un bec large, au bout arrondi consomment des bivalves qu’ils ouvrent en forçant leur ouverture ou en perçant les coques par percussion, tandis ceux avec un bec plus fin et plus pointu se nourrissent plus préférentiellement de vers qu’ils déterrent. En fait, la forme du bec est en grande partie dû à l’usure résultant de l’alimentation. Pris individuellement, les oiseaux qui se spécialisent dans l’une ou l’autre technique l’apprennent de leurs parents.

En milieu littoral, l’huîtrier pie est capable d’ouvrir et manger la plupart des mollusques bivalves (moules, coques, huîtres), ainsi que des gastéropodes (littorines), crevettes, crabes ou vers marins. Sur terre, il consomme des vers de terre, ou mollusques.

Publié dans HUITRES et MOULES | Pas de Commentaire »

Les Moules et Protection

Posté par othoharmonie le 6 juin 2016

 

La moule possède une coquille bivalve. Les deux valves se correspondent, et on observe des stries d’accroissement, ce qui montre que la coquille est sécrétée par le manteau. La coquille est capable de croissance régulière. La coquille est produite par un épiderme unistratifié associé à une structure fibreuse appelé derme.

  • Les bords du manteau vont sécréter le periostracum, et la couche des prismes et des cellules de l’épiderme vont sécréter les deux couches sous-jacentes. Le mollusque n’est pas entièrement enfermé dans sa coquille.
  • La fermeture de la coquille est active par contraction de deux muscles attachés aux deux valves :L’ouverture est possible grâce à une charnière en position antérieure avec un ligament élastique dorsal.
    • un petit muscle qui est le muscle adducteur antérieur
    • un grand muscle qui est le muscle adducteur postérieur
  • La coquille a un rôle d’exosquelette
  • La couleur naturelle peut varier mais en l’absence d’érosion — source de blanchiment — et d’organismes fixés comme les balanes, les moules adultes présentent une couleur bleu noir, on l’appelle d’ailleurs la moule bleue dans certaines provinces du Canada.

protection moule

Vulnérabilité

Les moules sont des organismes normalement très résistants, solidement fixés et bien protégés par leur coquille.

Hormis l’huîtrier pie, rares sont les prédateurs qui peuvent les consommer facilement.

Elles sont cependant vulnérables à certains microbes et parasites ou aux toxiques qu’elles concentrent en les filtrant. Les mortalités collectives sont cependant rarement observées.
En tant qu’animaux filtreurs, elles sont susceptibles de bioaccumuler des toxines émises par certaines espèces planctoniques dont elles se nourrissent.
Elles absorbent et bioaccumulent aussi certains polluants (toxiques, écotoxiques et perturbateurs endocriniens).

Elles doivent aussi affronter une compétition pour l’espace disponible sur la zone intertidale .

Remarques :

  • Dans le système de refroidissement des centrales nucléaires qui utilisent l’eau de mer, on traite l’eau avec un biocide (chlore en général) pour tuer les larves de coquillages afin qu’ils ne bouchent pas les installations et tuyauteries. Un impact significatif de réduction du plancton, nourriture des moules, peut être observé assez loin en aval de ces centrales. Les moules peuvent y être utilisées pour repérer d’anciennes pollutions qu’elles ont pu en quelque sorte enregistrer et stocker dans leur chair ou dans leur coquille.
  • Parmi les questions émergentes posées par la Commission OSPAR et HELCOM, face au manque de données concernant l’importance quantitative et qualitative des dépôts immergés d’explosifs et munitions anciennes sur les littoraux et en mer en Europe et dans le monde, se pose la question des impacts sur les moules et les huitres de toxiques issus de munition immergée commençant à fuir.

Publié dans HUITRES et MOULES | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello