• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 12 avril 2016

LA TRUIE et regroupement

Posté par othoharmonie le 12 avril 2016

 Les truies sont conduites en lots, appelées bandes, qui correspondent à un stade physiologique de la reproduction.

Les truies qui viennent d’être sevrées, plus les jeunes femelles (cochettes), sont regroupées dans des cases. Le contact qu’elles ont entre elles, l’odeur des verrats (mâles) déclenchent les chaleurs. Elles sont alors inséminées. Elles quitteront ces salles, dites « verraterie », pour des salles, dites « gestantes », lorsque, après échographie, la gestation aura été confirmée.

la truie

La gestation

La durée de la gestation d’une truie dure un peu moins de 115 jours. Un moyen de s’en rappeler: 3 mois, 3 semaines, 3 jours.

La gestation se passe dans un bâtiment spécial pour les gestantes. Les animaux sont alors en liberté par lots plus ou moins importants selon les choix techniques de l’éleveur. Certains éleveurs conduisent leur troupeau en plein air.

Les truies reçoivent environ 3 kg d’aliment par jour et de l’eau à volonté

Les truies quitteront ce bâtiment pour aller mettre bas en salle de maternité

                                                                                                                                                     

La maternité

Une  semaine avant la mise bas les truies sont amenées en salle de maternité

Les animaux sont alors en cases individuelles. Le confort est maximum: auges individuelles, eau à volonté, température élevée, ventilation adaptée, sol souple, lampes chauffantes pour les porcelets…

La truie accouchera de 12 à 15 porcelets d’un poids d’environ 1kg chacun.

L’allaitement durera environ 28 jours selon la date de mise bas. Dans une bande les truies sont sevrées le même jour.

Au bout de 28 jours les truies s’en vont en verraterie (voir plus haut) et les porcelets vont dans des salles adaptées pour poursuivre leur croissance.    

Le groupement d’éleveurs de porcs AVELTIS a été lancé au début 2010.

Le groupement est le N°2 en France avec près de 3 000 000 de porcs commercialisés par an. Le territoire d’actions de la coopérative s’étend sur la région Bretagne, Pays de Loire, Poitou Charentes.

Publié dans COCHON - SANGLIER | Pas de Commentaire »

LA PLACE DU SANGLIER

Posté par othoharmonie le 12 avril 2016

rut-sanglier

Dès le Néolithique, on rencontre des représentations de sangliers, souvent sur des objets associés à la chasse. Mais les représentations et les usages du cochon domestiques varient ensuite beaucoup selon les cultures. En Égypte antique, le cochon est consommé par les fermiers sédentaires de la vallée du Nil jusqu’au milieu du IIe millénaire av. J.-C. Sa consommation semble ensuite abandonnée, afin de le réserver au culte d’Osiris. Le porc prend peu à peu une connotation négative, puisqu’il est ensuite associé au dieu mauvais Seth, parfois représenté sous la forme d’un porc noir dévorant la lune. Au Proche-Orient, le statut du porc varie ; apprécié dans certaines cultures (chez les Akkadiens, les Moabites, les Ammonites), il est tabou dans d’autres, soit en raison de sa sacralité (pour les Crétois), soit en raison de son impureté (chez les Hébreux par exemple).

Dans le monde grec, comme plus tard chez les Romains, les Germains et les Gaulois, le porc ne subit pas de tabou : il est à la fois un animal consommé et sacrifié, notamment en l’honneur de Déméter ou de Cérès. Le sacrifice sanglant d’un cochon disparaît cependant au fil du temps, au profit de l’offrande de viande cuite. Selon les auteurs latins, le cochon est parfois associé à la fécondité et à l’intelligence (Varron, Traité d’agriculture) ou au « plus stupide des animaux », capable de dévorer ses petits, et par nature fragile (Pline l’Ancien, Histoire naturelle).

« Les mâles n’engendrent pas au-delà de trois ans. Les femelles affaissées par la vieillesse s’accouplent couchées; quelquefois elles dévorent leurs petits, sans que cela soit considéré comme un prodige. […] On pense que le porc meurt promptement quand il perd un œil. La vie de cet animal va jusqu’à quinze ans, quelquefois jusqu’à vingt; mais il est sujet à devenir furieux, et est exposé à diverses maladies, surtout à l’angine et à la ladrerie. »

Le cochon peut aussi prendre une connotation négative dans l’Odyssée, lorsque Circé transforme les compagnons d’Ulysse en pourceaux.

Publié dans COCHON - SANGLIER | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello