• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 28 février 2016

La Symbolique du crabe

Posté par othoharmonie le 28 février 2016

CRABE

Alors que le crabe est considéré durant l’Antiquité comme animal protecteur, sa réputation change au Moyen Âge, comme celle de l’ensemble des créatures marines. Il est même devenu maléfique, symbole des monstres marins marcheurs ; ce rejet est sûrement aggravé par ses habitudes nécrophages. Au contraire, en Asie, les espèces du genre Dorippe, sur la carapace desquelles on distingue un visage humain, sont très recherchées car, selon la légende, ils contiennent l’âme de guerriers défunts.

Le motif du crabe tenant dans ses pinces un papillon aux ailes éployées apparaît au revers d’une monnaie d’Auguste. Mais il est surtout connu à partir de la Renaissance comme illustration de la devise Festina lente.

Cancer vient du nom grec du crabe. Ce nom choisi pour la maladie de cancer témoigne qu’en Occident la symbolique liée à cet animal est plutôt négative. C’est aussi le nom d’une constellation et l’un des 12 signes astrologiques. 

Le mot crabe, féminin jusqu’au xviiie siècle, serait emprunté par deux voies différentes : d’une part au moyen néerlandais crabbe au masculin, via le picard crabocrape et le wallon crâbe, masc. ; d’autre part au vieux norroiskrabbi au masculin, via le normand crabecrabbe, nom féminin. À noter que la variation de genre ne se limite pas aux langues d’oïl : le néerlandais krab et le norvégien krabbe sont admis au masculin ou au féminin. Crabe a remplacé chancre, issu du latin cancer.

Ces décapodes ont donné naissance à plusieurs expressions en français.

  • L’expression un panier de crabes désigne un groupe de personne collaborant mais en se nuisant les uns les autres. Cette expression est apparue en France au milieu du xxe siècle
  • L’expression marcher en crabe signifie se déplacer de côté.

 

Publié dans CRABE | Pas de Commentaire »

CARACTERISTIQUES DU CRABE

Posté par othoharmonie le 28 février 2016

 

 

Les caractéristiques générales des crabes sont celles des Brachyura, c’est-à-dire des crustacés décapodes (cinq paires de pattes dont la première est modifiée pour former une paire de pinces) dotés d’une carapace plutôt plate, et d’un abdomen court et large placé sous le thorax. On distingue les Brachyura, les vrais crabes, des Paguroidea ou crabes ermites.  Les crabes classiques, ou des Paguroidea (bernard l’hermite, crabes de cocotier et crabes royaux), avec des nuances pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d’informations sur leur description ou leur mode de vie.

 CRABE BLEU

La plupart des crabes sont marins, mais il existe quelques crabes d’eau douce et des crabes terrestres dont des crabes arboricoles. Ils disposent tous de cinq paires de pattes dont la première est modifiée pour former une paire de pinces.

Certaines espèces sont toxiques spécialement les crabes très colorés du groupe des Xanthidae. Un crabe marin à carapace blanche (Demania toxica), que l’on rencontre aux îles Cook, est considéré comme le plus venimeux des animaux marins

Les crabes représentent une importante ressource alimentaire pour les hommes et font donc l’objet d’une activité économique particulièrement développée. Dans le bassin méditerranéen, le crabe de roche (crabe vert) est souvent l’un des composants de recettes traditionnelles telles que la soupe de poisson. Quant au tourteau, il est généralement pêché en Bretagne.

Le crabe peut se consommer comme Crabe en mue.

On estime les captures mondiales de crabes à 1,2 million de tonnes par an (données 2003). Il faut cependant souligner que le crabe étant un animal côtier très facile à capturer, ce chiffre ne tient pas compte de la pêche individuelle et de la pêche artisanale, surtout dans les pays pauvres, le crabe représentant une source de protéines très économique. Sur les côtes d’Afrique équatoriale, les enfants attrapent facilement les crabes bleus qu’ils font simplement rôtir à la braise.

La pêche des crabes du Kamtchatka représente à elle seule environ 45 000 tonnes annuelles.

De nombreuses recherches ont lieu sur des substances extraites des crabes, telle la chitosane avec ses applications en cosmétique, diététique et médecine, tel un biomatériau translucide riche en brome sur l’extrémité de leurs pattes ou leurs pinces et qui se révèle 1,5 fois plus dur que le verre acrylique et extrêmement résistant, d’où des applications industrielles potentielles

Publié dans CRABE | Pas de Commentaire »

Bibliographe du Crabe

Posté par othoharmonie le 28 février 2016

800px-Ranina_ranina

Crabe sur Terra Nova

« Crabe en conserve », sur inspection.gc.ca, réglementation canadienne.

« commission du [[codex alimentarius]] »OMS et ONU

 

Jean-Jacques Carriou et Jean-Yves Le Lan, « L’araignée, le crabe aimé des Plœmeurois », Les cahiers du pays de Plœmeur, no 18,‎ décembre 2008, p. 40-47  

Butler (T.H.), 1957. — The tagging of commercial crab in the Queen Charlotte Islands région. — Prog. Rep. Pacific Coast St., no 109 : 16-19.

Linnaeus, 1758 : Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, ed. 10, vol. 1 (texte original).

Fischer, W.; G. Bianchi; W. B. Scott (eds.).- 1981. Fiches FAO d’identification des espèces pour les besoins de la pêche. Atlantique centre-est; zones de pêche 34, 47 (en partie).Canada Fonds de Dépôt. Ottawa, Ministère des Pêcheries et Océans Canada, en accord avec l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, Vol. 1-7: pag. var.

Le Foll, Anne, 1982. ; La pêcherie du tourteau Cancer pagurus sur les côtes de Bretagne-Sud  : déplacements, croissance, reproduction (South Brittany edible crab (Cancer pagurus) fishery : movements, growth, reproduction)] ; Thèse 3e cycle en Océanologie biologique, Univ. Bretagne occidentale, 206 p.

Le Foll, Anne ; Contribution à l’étude de la biologie du crabe-tourteau cancer pagurus sur les côtes de Bretagne sud ; synthèse de 2 ans d’étude (mai 1980 – septembre 1982) faites dans la zone de pêche de Lorient, avec prélèvements tous les 15 jours entre 20 et 40 m de fond, sur sable et fond rocheux.

homards-et-les-crabes-gifs-animes-258431

Lebour (M.V.), 1927. ; Life history of the edible crab. ; The fishing News, 20 August 1927.

Lloris, D. & J. Rucabado ; 1998. Guide FAO d’Identification des espèces pour les besoins de la pêche.

Anette Ungfors, Niall J. McKeown, Paul W. Shaw et Carl André, Lack of spatial genetic variation in the edible crab (Cancer pagurus) in the Kattegat–Skagerrak area Oxford Journals Life Sciences ; ICES Journal of Marine Science ; Volume 66, Issue 3 ; p. 462–469.

  1.  Crabe marbré [archive] sur le site Mer et littoral  
  2.  http://www.parc-marin-iroise.gouv.fr/medias/fiche_araignee_de_mer_2.pdf  
  3.  http://www.pratique.fr/crabes-littoral.html#titre-parag-3  
  4.  Yung-Hsiang Tsaia, Ping-Ho Hob, Chiu-Chi Hwangc, Pai-An Hwangc, Chao-An Chengd et Deng-Fwu Hwang, « Tetrodotoxin in several species of xanthid crabs in southern Taiwan », Food Chemistry, vol. 95, no 2,‎ mars 2006, p. 205-212(résumé  )
  5. « http://www.sciencedaily.com/releases/2009/02/090225132532.htm » [archive], sur Science Daily,‎ 6 mars 2009
  6. « MESURE DE CONSERVATION 225/XX Limites imposées à la pêche au crabe, sous-zone statistique 48.3 – saison 2001/02 »  

 

Publié dans CRABE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello