Un Colibri sur l’eau

Posté par othoharmonie le 20 février 2016

 

 

Créé pour Ariane, adapté pour Soyuz & Vega ; Un Colibri peut accueillir, par voyage, un lanceur Ariane 5 ou deux lanceurs Soyuz ou deux lanceurs Vega. 

Validé par les autorités russes, le Colibri est à même d’aller récupérer les éléments du lanceur Soyuz à Saint-Petersbourg pour les rapatrier en Guyane. Loin d’être brise-glace, il ne peut faire ce trajet qu’en période estivale, début mai à début novembre. 

sur l'eau

Selon le Commandant, il y a eu peu d’adaptations : “ce sont des remorques routières de même configuration qu’Ariane. Les colis sont lourds et moins volumineux mais, au nombre de seize, les remorques sont plus importantes. Nous avons donc ajouté des points de saisissage [arrimage] ainsi que des marquages au sol pour faciliter le chargement.” Quant à Vega, le Colibri n’a qu’à le récupérer à Livourne, en Italie, où il charge habituellement les segments des boosters d’Ariane. 

Rapatrier en Guyane les éléments d’Ariane 5 fabriqués en Europe n’est pas une mince affaire. Il suffit juste de leur faire traverser les quelques 8000 km séparant les deux continents ; un navire peut faire ça direz-vous. Certes, mais pas n’importe quel navire. Seuls le MN Toucan et le MN Colibri sont adaptés à un tel transport : des éléments particulièrement volumineux, inempilables, et pour certains dangereux. Créé pour Ariane 5 et adapté pour convoyer Soyuz et Vega, Latitude 5 vous invite à bord du MN Colibri pour sa rentrée dans le redouté chenal de Kourou. 

Après 40 minutes de navigation en pilotine, notre équipe rejoint le Colibri au large des Iles du Salut vers 6h du matin. Dans le château avant, la passerelle jouit d’une pénombre feutrée que seuls les écrans de contrôle radar et commandes machine diluent doucement. Ici tout est calme, on gère le stress que la traversée du chenal ne manque pas de provoquer. En compagnie de Conor Mandé,   pilote qui guidera le Colibri dans ce chenal , nous saluons le commandant Marc Guillemot (voir page 20) et son second, Hélène, le barreur et le sondeur. Une tasse de café à la main, commandant et pilote échangent leurs avis. “Je te laisse nous guider dans le chenal Conor” annonce le Commandant.

 

«Comme un équilibriste sur un fil»

“C’est bien, nous avons un vent de Sud”.

 

Pour passer le chenal en crabe, ce qui est nécessaire, ce sera plus facile. Avec seulement 10 à 15 m de marge à l’avant et à l’arrière du bateau avec les bords du chenal, cette manœuvre est toujours délicate. Qui plus est à «K0», l’entrée de ce canal sous-marin où la rencontre des eaux de l’océan Atlantique et du fleuve Kourou forme un réseau hydraulique aléatoire. C’est bien là tout l’intérêt du duo pilote / commandant : l’un connaît les lieux, l’autre son navire. 

L’autre point critique les attend quelques kilomètres plus loin : la roche Ariana, où il est facile de s’échouer. Concentré, le regard fixé devant lui, Conor annonce paisiblement ses instructions au barreur. “2, 0, 0”. “2, 0, 0 done ” confirme ce dernier sous  la surveillance du Commandant. 

Rapidement, une vedette de gendarmerie vient à la rencontre du bateau. Quelques saluts depuis le pont, la vedette repart, cette fois en guise d’escorte. A l’avant, deux sondeurs vérifient en permanence la profondeur de ce chenal si capricieux. “2, 8, 3”, Conor continue à donner le cap. 

Sur le Colibri, le débarquement se poursuit. La marée est haute, il faut en profiter pour ouvrir la porte du garage. “La réelle  spécificité du Colibri est son garage de 8 mètres de haut pour accueillir les éléments d’Ariane. La plupart des navires réduisent les espaces vides. Mais l’EPC (Etage Principal Cryotechnique), le SYLDA (Système de Lancement Double Ariane) et les segments nécessitent de gros volumes. Le Colibri et le Toucan sont donc construits dans un échantillon de tôle adapté à Ariane et au chenal” explique le Commandant. 

Désormais l’ultime priorité se tourne vers les segments S1, chargés de poudre. Les activités sur le pont sont suspendues, le temps que le convoi roulant des S1 s’extrait du bateau. Ceci fait, la priorité revient aux conteneurs du pont. Les autres colis du garage, non dangereux, attendront leur tour demain…….. 

TOUTE une histoire que je vous propose de lire ici :  http://www.cnes.fr/automne_modules_files/standard/public/p11317_060bca7630fe88f96c10ca83949df4beL5N94_DossierMNCOLIBRI.pdf

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello